154
Commentaires

voleurs de poules !

Derniers commentaires

Les Bohémiens

....et la voix de Catherine Ringer.....
"La xénophobie n'a pas fonction idéologique. Elle est un instrument de classe." (Annie Lacroix-Riz)

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article105777
Eric Besson s'est félicité en outre, le 17 août dernier, de la mise en place « dans les prochaines semaines » de la biométrie dans le fichier OSCAR (Outil de statistique et de contrôle de l'aide au retour) créé par un décret du 26 octobre 2009. On a peu parlé de ce fichier.mais il est urgent d'intervenir. source
Garcia Lorca (complaintes gitanes) pour finir ? "Capture d'Antonio el Camborio sur le chemin de Séville"

Antonio Torres Heredia,
petit-fils et fils Camborio,
un roseau en main à Séville
va voir des courses de taureaux.
Jeune homme brun de verte lune,
quand il marche il est lent et beau.
On voit briller entre ses yeux
ses boucles bleues et noir corbeau.
Arrivé à la mi-chemin
il coupa des citrons tout ronds
et il les jeta dans le fleuve
jusqu'à ce qu'il devînt d'or blond.
Et c'est là, à la mi-chemin,
au-dessous des branches d'un orme,
que la gendarmerie mobile
le fit avancer sous ses ordres

Le jour s'en va tout doucement,
le soir accroché à l'épaule,
comme une cape, il se déploie
sur le fleuve et la mer qu'il frôle.
Les olives sont en attente
de cette nuit de Capricorne
et une courte brise, équestrde,
sur les monts plombés se transporte.
Antinio Torres Heredia,
petit-fils et fils Camborio,
accompagné de cinq tricornes
n'a plus à la main son roseau.

Antonio, mais qui est-u donc ?
Si tu t'appelais Camborio
tu aurais fait une fontaine
de sang coulant en cinq ruisseaux.
Tu n'es ni fils de personne,
ni légitime Camborio.
C'en est bien fini des Gitans
marchant seuls à flanc de coteau !
Tremblent de froid sous la poussière
les vieilles lames des couteaux.

Arrivés le soir à neuf heures,
ils le conduisent au cachot,
pendant que la garde civile
boit de la citronnade à l'eau.
Et c'est là, le soir à neuf heures
qu'on lui a fermé son cachot
pendant que le ciel resplendit
comme la croupe des chevaux.
Carla veut garder son Titi qui est Rom-minet...

C'est pas Titi, c'est Chouchou... rhoooo... faut toujours tout répéter, ici... !!!
Faut lire les pages pipeule, enfin...!
Pourtant Sarkozy, avant Carla était marié à Cécilia "Ciganer" (Tziganer ?)

Lui même étant Rom d'origine... si on le renvoyait dans son pays d'origine par charter Sarko One ????
Mais non, Carla veut garder son Titi qui est Rom-minet...
Alain, votre chronique me laisse baba. Aux Roms.
Le retour de môôssieur KA avec un billet engagé: le plaisir est double!
Je viens bien tard, mais votre réduction de l'histoire à des images me va très bien. Bravo, M. Korkos (comme d'habitude, d'ailleurs). Vous qui savez tout, pouvez-vous nous dire pourquoi on appelle "Sintés", les Tsiganes d'Alsace ?

Lire l'article de Maïtre Eolas, il est très complet.
Je viens bien tard, mais votre réduction de l'histoire à des images me va très bien. Bravo, M. Korkos (comme d'habitude, d'ailleurs). Vous qui savez tout, pouvez-vous nous dire pourquoi on appelle "Sintés", les Tsiganes d'Alsace ?
S'il y eut des camps de concentration lors de l'occupation allemande en France (par exemple celui de Montreuil-Bellay... immense et encore en friche, où se voient des soubassements de baraques) il y en avait déjà en 1914-1918... mais établis par les autorités françaises.
A partir de mars 1915, les Alsaciens-Lorrains d'origine ou d'ascendance allemandes récentes, ainsi que les Sintés, "libérés" par la prise de Thann et de la région, furent triés et déplacés dans des camps de l'intérieur ou assignés à résidence. Voir Emmanuel Filhol : "Un camp de concentration français, les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest", Presses Universitaires de Grenoble, 2004... On peut aussi lire Camille Maire et un ouvrage sur les "Alsaciens-Lorrains otages en France" (Strasbourg, 1998). Sans oublier JC Farcy (aux éditions Anthropos-Economica, 1995). Allez, a ciao.
Pour rajouter une petite dose de culture "alternative", à défaut d'autre mot :

http://www.youtube.com/watch?v=cfFad3Y5M_4

Et les paroles :

Romanichels, Tziganes, Gitans ou Bohémiens
Manouches, Roms , Sinti, peuples venus de l'Inde
Nomade par le sang, le feu dans le campement
Vous êtes les Gitans, ça n'est pas délinquant

Tu roules vers le sud quand le froid te menace
La nature, les saisons, c'est la vie qui se passe
Avides de liberté, c'est votre identité
Les roulottes sont passées, les chiens ont aboyé

Gitan Gitan, une menace pèse sut toi.
Les gadgi, les hommes blancs, veulent te mettre au pas
Tzigane, Tzigane, tu joues les yeux fermés
Réveille-toi Manouche, les chiens veulent te tuer

Romanichel, Tzigane, Gitan ou Bohémien
Manouche, Rom, Sinti, où iras-tu demain ?
Les gadgi t'ont loué une décharge publique
La terre n'est à personne, ni aux juges, ni aux flics

TZIGANE, REVEILLE-TOI !
TZIGANE, LEVE-TOI !
TZIGANE
Une remise au point salutaire, surtout si on la couple à celle de Maître Eolas dont le lien apparaît plusieurs fois dans les forums.

En lisant cette chronique, j'ai repensé à un film irlandais que j'ai vu il y a très longtemps, mais si confidentiel que je ne le retrouve pas sur Gougueule et qui s'appelait, si je me souviens bien, "La Terre".
C'était une confrontation très âpre entre un père paysan pauvre et son fils qui voulait suivre une femme Tinker.

Les Tinkers ou Travellers sont des nomades irlandais pour lesquels on n'a pas pu faire le rapprochement avec les Roms, et qui font sans doute partie d'une ethnie arrivée dans les îles britanniques au moyen-âge.
Au fil des catastrophes politiques (Cromwell) et économiques (Grande Famine), cette population s'est grossie de paysans irlandais de souche contraints à abandonner leurs terres.
Et dans une dispute, dans le film, le père dit à son fils : "ce ne sont pas des gens bien, ils ont renoncé à leurs terres. Ils ont accepté de s'en séparer, de l'abandonner."
Et au cours du film, ce père mourra d'un infarctus alors qu'il cultive son lopin aride et stérile.

Tout cela pour dire que ça nous ramène quand même à une problématique très actuelle. Celle des sédentaires et des nomades sur une Terre mondialisée. Et les Roms sont en plein dedans Les agrandissements successifs de l'Europe sont une des composantes de la mondialisation sociale avec une financiarisation et l'émergence d'une élite mondiale complètement séparée des anciennes patries. Si cette tendance connaît des hauts et des bas, elle est visible dans la gentrification des centres villes partout dans le monde, lesquels se ressemblent de plus en plus, avec des magasins qui sont les mêmes partout.
D'autres tribus nomades sont en train de naître, entre autres les riches. mais c'est une tendance dans toute la société puisque dans les classes moyennes, on envoie de plus en plus volontiers ses enfants faire des études à l'étranger.

On n'est plus rattaché à la terre, l'urbanisation a déjà pratiqué cette rupture. Bien des gens au cours de leur vie, contrairement à leurs arrière-grands parents, changent de lieu de résidence. Notre grande nomadisation a commencé depuis longtemps, et aux USA, ce sont des populations entières qui se déplacent vers les endroits où il se trouve du boulot.

Dans ce contexte, cette criminalisation des Roms semble d'autant plus surréaliste.
Dans un monde qui se nomadise et du fait de l'élargissement de l'Europe, ces gens du voyage qui arrivent et sont dans un statut incertain, qu'on fait repartir tout en sachant qu'ils peuvent revenir, le fait de les contraindre à faire ce qu'ils savent faire, se déplacer, comme si c'était une sanction, n'a aucun sens. Tout cela semble tellement absurde.

Cela montre l'absence de points de repères à l'intérieur de notre monde, en France, qui est le pays universaliste par excellence, et du pouvoir UMP par-dessus tout (l'UMP est en train de jouer sa survie).
Nous avons tous peur de l'avenir, et plus que tout, nous avons peur du présent. Il y a un moment où il faut analyser en refusant de se voiler la face, et décider de ce qu'on veut. Et on n'est pas partis pour cela.
Une très intéressante photo signée anacla (qu'elle en soit ici remerciée) a été ajoutée au bas de la chronique, avant le cadeau bonus.
Comment fait-on pour faire parvenir une photo à Alain Korkos ? J'ai photographié récemment, dans une rue de Nantes, une variante de l'affiche Gitanes Cigarettes (Gitanes devenu Tziganes et cigarettes devenu charters) et j'aimerais bien la lui envoyer...
Merci
merci infiniment m'sieur Korkos pour cette chronique, qui donne finalement à réfléchir sur l'angle de vue à choisir pour appréhender le véritable voleur ...

d'un côté, le gitan, vu par les artistes et, pour exemple, formidablement mis en valeur par Kusturica : Le temps des gitans ou alors Valia et Aliocha Dimitrievitch (dont je garde précieusement mon vieux et tout grésillant 33T car jamais réédité pff) ;
et par de merveilleux textes tels : Gens du voyage :
«C’est auprès du feu, quand il ne peut plus marcher sur la route, que le Manouche voyage plus loin. Le vent lui raconte les paysages qu’il a traversés, les hommes qu’il a rencontrés, les espaces bordés de haies, les hérissons qui s’y cachent. Pour lui? le voyage ne s’arrête jamais»
phrase merveilleuse de Guillaume Apollinaire déjà postée sur un autre forum (lequel ?) par alain b. et qui m'avait particulièrement touchée.....

et d'un autre côté, le suprême, vu par les journaleux et formidablement mis en valeur par élysée.fr : il commence sa carrière par un "Casse toi pov'con" et on se dit que ça passera, que ça n'est pas si grave, que sa maman a simplement oublié de lui apprendre les bonnes manières !
mais il poursuit en insultant les gens, en les traitant de "racailles", puis se décide à sortir des cités pour aller insulter l'africain et lui dire qu'il n'est toujours pas entré dans l'histoire....
et voilà, ni sa maman ni personne ne l'arrête, alors il se sent tout-puissant et continue ; il stigmatise, il humilie, soutenu par sa clique besshortefesque et porté par les discours racistes d'un Guaino !
mais les élections approchant, il comprend qu'il ne peut pas continuer à traiter le quidam de pov'con alors il choisit un bouc émissaire ; il réfléchit et se dit que celui qui lui posera le moins de problèmes c'est l'éternel voleur de poules : le gitan...
et pour lui, entre autres, il créé des camps et le met en rétention avec toute sa famille, lui dont le seul crime est de vouloir travailler et gagner de l'argent pour vivre dignement....

et nous voilà, par la folie d'un homme mal élevé par sa maman, retombés dans les pires heures de notre histoire et malgré les avertissements de certains organismes tel Amnesty il continue à chartériser pour l'exemple, met en avant le mot "crime" pour bien justifier qu'il est du côté de la loi....

alors, petit à petit, insidieusement, une novlangue refait surface : le voleur d'âmes ne parle pas de "réfugiés économiques" mais de "sans-papiers", de "clandestins" ...
et on se souvient qu'il y a peu, dans les années 80, un de ses collègues de l'extrême droite avait inventé les mots de "propagateurs" et de "sidatorium" pour stigmatiser et exclure des malades de nos sociétés, "menace pour la sécurité et la santé publique"...
et si l'on remonte en des temps encore plus sombres un autre élu du peuple avait traité un peuple tout entier d'"untermensch" pour se donner le droit de l'exterminer, "menace pour la sécurité et la santé publique"....
Le racisme anti-roms :des discours semblables à ceux des nazis
"Le discours d'aujourd'hui contre les Roms est tout à fait semblable à celui qu'employaient les nazis et les fascistes avant que ne commence l'extermination de masse dans les années 1930 et 1940. On prétend à nouveau que les Roms sont une menace pour la sécurité et la santé publique. Aucune distinction n'est faite entre une poignée de délinquants et la majorité écrasante de la population rom. C'est une attitude honteuse et dangereuse."

et si le peuple français décidait de virer tous ses hortefeux qui reprennent des discours éculés pour justifier d'une politique honteuse, et ce avant qu'il ne soit trop tard ?....
si dès aujourd'hui on décidait de changer notre angle de vue sur les roms et autres gitans pour favoriser celui des artistes, plutôt que l'angle raciste et discriminatoire de la clique du suprême, pour redonner tout simplement sa place dans notre pays à ceux qu'on nommerait à nouveau "réfugiés économiques" et non plus "hors la loi", "menace pour la sécurité et la santé publique", ou autres voleurs de poules....
Je lis Eolas et je tombe sur l'article d'Alain Korkos.

J'espère que la lecture de cette article sera aussi intéressant, mais je fais confiance à AK.

Je retourne à ma lecture
Bah, je suis nouveau ici moi, mon abonnement est très récent (mais j'ai suivi ASI depuis le tout début à la télé pour ma défense !).

J'ai beaucoup aimé cet article.

J'habite dans le 93 et je croise souvent ces gens, dans le métro ou dans le tramway. Je crois qu'il en vit tout près de chez moi même, dans un parc. Si je n'étais pas aussi timide, j'irai vers eux. Ils ont ce je ne sais quoi qui m'a toujours fait envie : une espèce de dignité, de charisme. Peut être leur liberté, leur culture. Tout chez eux me donne l'impression d'être moi même fade et sans saveur. Je suis un pur produit de la culture occidentale capitaliste. Ils me le rappellent à chaque fois que je les croise.

Je les trouve beaux, tout simplement.

Bien entendu, j'idéalise. Ils doivent avoir leur lot d'ordures et de salauds. Mais c'est pas grave ; j'aime croire qu'ils sont les derniers représentants d'une humanité authentique.
France était là, la main tendue, un peu sceptique mais prête à offrir sa confiance.

Nicolas le diseur de bonne aventure, la détermination en bandoulière, lui promettait un radieux avenir : «moi, j'vais vous dire, m'ame,
c'est pas normal que yé d'un côté les francé qui travaillent honnêtement et de l'autre des individus qui s'en prennent aux forces
de l'ordre qui travaillent honnêtement. J'vais vous dire c'est une véritable guerre que nous allons livrer aux trafiquants et aux délinquants, m'ame !

France se détendit. Malgré ses principes ancestraux, elle était maintenant susceptible de rejeter sur autrui la responsabilité de ce qui la détruisait en interne.

Pour appuyer le propos de Nicolas et prolonger la diversion, son chien Fred aboya : «la question des étrangers est un problème majeur pour notre pays, wouarf !».

Un haut-le-cœur général parcourut les passants.

Le doute s'installa dans l'esprit de France.

Mais le mal était fait.
Pendant ce temps-là, Hortefeux avait subtilisé dans la poche droite de France la question judiciaire du financement de l'UMP et Besson l'Infidèle,
les soupçons de conflit d'intérêt.

France repartit, la haine au cœur, les poches vides.
Et Carmen, alors, elle sent le pâté ? ;-)
I'm the Gypsy, the acid queen.
I'll tear your soul apart

http://www.youtube.com/watch?v=LbZj7hyqo2c
On peut aussi écouter "Gypsies Lilt", musique écossaise pour luth du XVIIème siècle faisant référence aux égyptiens : gypsies...
Gypsies lilt - luth
Merci Alain.
ps : rien à voir mais ça m'a fait rire http://www.midilibre.com/articles/2010/08/27/A-LA-UNE-Brassens-vient-d-ouvrir-un-compte-email-a-Sete-1360816.php5,
Brassen's not dead ;)
Une excellente chronique qui permet de remettre l'actualité concernant les Roms, Ts(z)iganes, Manouches, Romanichels, Zintis, Yenish, etc... en perspective. Je la garde comme pièce à rajouter au dossier et je vais essayer de me procurer le livre François de Vaux de Foletier, qui semble effectivement être une mine d'informations. Et je dois dire que j'apprécie toujours autant la verve et l'éloquence de M. Korkos! J'espère que vous pourrez ajouter d'autres articles à ce thème!
Contrairement à un certain veilleur, je serais muette devant la Kro de Monsieur K. (Sauf que j'ai eu du mal à localiser les 2 bohémiennes avec chapeau faisant griller la viande au début, seule ou même avec votre gros plan : dur d'avoir la vue basse). Je remarque que les "Tziganes" femmes étaient déjà beaucoup plus "libérées" que [s]les bourgeoises[/s] celles de la "haute" se laissant passivement courtiser selon la carte du tendre. C'étaient des femmes libres, apparemment. Elles se débrouillaient pour chercher la pitance et nourrir leurs nombreux enfants. Pendant ce temps, les épouses des nobles se laissaient enfermer dans des ceintures de chasteté (là je fais un roman non ?)...

Enfin, brèfles... tout ça pour arriver au souvenir que vous avez fait remonter, A.K. sur l'importance du rôle de la femme chez les Tziganes/Gitans/gens du voyage etc. J'ai assisté à une cérémonie d'initiation franc-maçonnique dans une loge de "gens du voyages" (loge masculine dans une obédience masculine). Les nouveaux initiés, dans cette loge au rituel un peu spécial, reçoivent la lumière d'une femme, d'une "soeur". Vous pouvez chercher dans toutes les loges masculines, les divers rituels, les femmes n'ont aucun rôle dans les initiations !

Voilà qui en dit long sur la liberté en général et nos pauvres certitudes (enfin, pas les miennes).
Le gadjo Tino Grossi appréciait lui aussi [s]le cul de[/s] la culture gitane. Il aurait bien aimé se faire la "bohémienne aux grands yeux noirs" (avé les paroles).
Oh, une bien jolie rentrée Mr Korkos, j'espère que le temps des vacances était bon pour vous.
Joli traitement d'un sujet actuel mais intemporel aussi. Plaisant autant qu'instructif.
Notre monde nouveau stigmatise ces peuples qui nomadisent depuis la nuit des temps comme en témoigne en particulier leurs langues (et leurs noms selon les lieux). Je ne peux m'empêcher de faire le parallèle avec les touaregs (bien que leur histoire ne soit pas comparable).
Comme si le prix de la liberté était incommensurable....
Ce n'étaient peut-être pas des voleurs de poules, mais je ne pense jamais roulotte sans lui associer Fred.
à Louis Dumur.

DANS la plaine les baladins
S'éloignent au long des jardins
Devant l'huis des auberges grises
Par les villages sans églises

Et les enfants s'en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L'ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage


Guillaume Apollinaire
Ce qui m’impressionne en fait chez les Rom, Romanichels, Tzigane etc.. c’est leur faculté de résistance et d’adaptation.

Si on prend ceux de Roumanie par exemple :
=> Ils ont résisté à Hitler et au nazisme (soit dit en passant je pensais que le nombre de victimes Tziganes du nazisme était 1500000 et non 200000 comme affirmé… mais bon apparemment je me trompe …)
=> Ils n’ont pas été annihilé pas le communisme
=> Ni même par Ceaucescu !!
=> Donc Sarkozy peut vraiment s’accrocher et je pense même qu’il peut se mettre le doigt dans l’œil et bien profondément s’il croit qu’il s’en débarrassera…

Pour ces raisons, ça me les rend sympathiques.
Bravo pour cette chronique en tout cas.


Petites questions cependant « pas très catholiques » :
=> pourquoi cette philosophie de vie des Tziganes ?
=> Pourquoi ce « peuple » ne veut apparemment pas travailler ? ni même s'installer ?
=> La réputation de voleurs de poules est-elle vraie ? Idem pour la réputation de voleurs d’enfants ? de diseurs ou diseuses de bonne aventure ? de chapardeurs ?

En outre, je ne suis pas naïf. J’ai remarqué, par exemple, que certaines femmes dans le métro portent le voile assises dans les escaliers et affirment en boucle « fi sabil ellah, fi sabil ellah.. » qui peut se traduire par « à votre bon cœur et pour la voie de Dieu… » que des initiés connaissent.

J’ai donc décidé de demander (en arabe bien sûre) pourquoi cette personne en était arrivée là ? Réponse embarrassée toujours la même : « fi sabil ellah, fi sabil ellah.. ». Elle ne comprenait pas ce que je disais... Et pourtant elle portait le voile ce qui laissait présager qu’elle était très pratiquante et qu’elle devait maîtriser la langue arabe… Sinon, si elle n’était pas d’origine arabe, elle l’aurait dès-lors dit… Il y avait quelque chose de contradictoire là-dedans...

Il s’agissait en fait simplement d’une Rom déguisée d’un voile lui permettant d’être plus efficace dans la mendicité… notamment vis-à-vis des Musulmans.

Ah, ils sont forts ces Roms !!! Ils connaissent même des expressions typiquement religieuses de l’Islam.

Ils savent évoluer dans différents environnements et loin d’être asociaux, ils sont même très sociaux.

Enfin, effectivement certains jouent plutôt bien du violon… Bon j’en arrête là avec mes préjugés sans doute mais c’est ce que j’ai observé chez eux.

SEMIR
Me suis régalé.
C'était bon comme de la vieille mimolette, du pain et du bon vin !
déjà autant dans les tableaux suivant je suis d'accord on voit qu'elles volent l'homme, autant dans les deux premiers, c'est votre interprétation Alain, personnellement aucun éclat d'or ou d'argent ne brille sur le doigt du jeune homme,pas sûr que ce soit un vol donc mais peut-être une vraie lecture des lignes de la main.

Et joli contresens aussi sur Tintin, rien à voir avec ce que vous dites

"Aujourd'hui, on n'extermine plus les Roms qui salissent nos terrains vagues et nos décharges publiques. On les renvoie au loin, gentiment. Mais on apprécie leur culture, hein ! On adore leur(s) musique(s) nostalgique(s)."

vous auriez pu choisir un autre exemple pour illustrer votre propos, car si justement il ya une bd où le roms est mis en valeur et défendu avec humanisme c'est bien dans ce Tintin, les bijoux de la Castafiore, où les vrais voleurs se retrouvent être non pas les Roms qui ont réellement trouvé tout ce qu'on leur reproche d'avoir volé mais des voleurs d'image (les paparazzi du magasine à scandales), des voleurs de bien (la pie gazza ladra ;)) et des voleurs au sens menteur (le pianiste qui trompe son monde pour aller au bar et ne plus répéter à l'envi ses gammes).

Il suffit pas de lire une Bd et de l'utiliser, encore faut-il aussi en comprendre le sens. Bref, vous auriez pu prendre un autre exemple figuratif pour illustrer votre propos car celui là bien qu'il soit célèbre et parle à tous ne correspond absolument pas à ce que vous voulez démontrer.

Dans une lecture encore plus profonde de l'oeuvre, les Romanichels représentent aussi la part enfoui de l'aventure que Tintin ne vit plus, ne vit pas dans cet album, où la seule prise de risque se limite à éviter une marche cassée et poursuivre des méchants qui s'avérent n'être que des vulgaires journalistes avide de scandales. (Album qu'on peut d'ailleurs mettre en parallèle fortement avec le dernier opus d'Indiana Jones, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal dans lequel un propos similaire sur la nostalgie de l'aventure et de l'histoire est défendu, doublé d'un constat sur la vieillesse).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.