60
Commentaires

Vidéosurveillance : "l'Etat est un petit joueur par rapport à Facebook"

De l'affaire du tireur de Libération et BFM à celle de la fillette abandonnée sur la plage de Berck, d'un fait divers à l'autre, les images de caméra de surveillance sont en train de s'imposer dans les sujets de faits divers à la télévision comme un élément de narration essentiel. Où en est-on en France? Y a-t-il une explosion de la vidéosurveillance? Est-elle rentable? Comment est assurée la protection de la vie privée dans des villes quadrillées par ses caméras? Et à propos, comment retrouve-t-on un homme avec un anorak rouge dans la foule des grandes villes ?

Derniers commentaires

Vidéo "protection" vs Vidéo "surveillance" utiliser des noms positifs pour éviter la critique, c'est de la "com" genre novlang.
bisous
atheaume
Je ne sais pas si DS et J M Manach (ou encore l'excellente L Dhaussy) regardent ces commentaires mais une petite mise au point sur Paris et ses "1000" caméras serait éclairante vu l'importance que prend cet exemple dans la discussion.
On retrouve Bauer dans cet article de Mediapart :

Le ministère de l'intérieur avait été informé dès le mois d’octobre 2012 du projet de système de géolocalisation téléphonique baptisé “Pergame”. Ce programme a été activé quelques semaines après sans les autorisations légales requises, avant de fermer précipitamment le 11 janvier.


http://www.mediapart.fr/journal/france/091213/programme-de-geolocalisation-pergame-ce-que-le-cabinet-valls-savait
émission en cours de visionnage je pense a ce film http://fr.wikipedia.org/wiki/Aux_yeux_de_tous, pas mal fait , j'y retourne
Je reste complètement sur ma faim concernant le thème, à peine évoqué, des industries qui nous approvisionnent si généreusement en caméras et en systèmes de surveillance, et sur leurs liens potentiels avec ceux qui prennent les décisions ou qui poussent des élus à les prendre. En l'absence quasi totale de preuves d'efficacité, le boom des caméras est délicat à argumenter.

Le terme de "détournement de fonds publics" est-il justifié? Il est violent, quand même, et mérite mieux que de faire un flop presque silencieux. On ne nomme jamais les entreprises qui fabriquent, qui installent, qui entretiennent. Ya pas un problème?

Je n'ai pas appris ce que j'espérais: QUI gagne de l'argent sur ce créneau? Avec l'aide de QUI?
Rigolo la pudeur de ces messieurs quand ils évoquent à mots très couverts le détournement voyeuriste des caméras (acte 4, 11 minutes) On est prié de finir les phrases à leur place, et d'imaginer ce qu'ils auraient pu dire. Des broutilles sans importance mais qu'on n'ose pas nommer clairement. L'effet DSK? On a un pti rire complice mais on n'ose plus être franchement grivois? On minimise ET on craint les furies féministes qui (c'est bien connu) n'ont pas d'humour?
Le respect de la vie privée selon Facebook :

J'ai toujours mis à jour les options de protection de ma vie privée sur mon compte Facebook, dont le contenu n'était visible que par mes amis. J'avoue avoie été assez naïve pour croire au respect de la vie privée grâce à ces choix d'options.

J'avais il y a deux ans un médecin traitant, dont la secrétaire avait une adresse mél mentionnant son nom (du type : valerie.martin@....)
Au niveau numérique, le seul endroit où un lien existait entre mon médecin et moi était dans les méls que j'avais échangés avec sa secrétaire sur mon mél perso (rappels de rv..). Aucun échange sur FB, aucune mention de mon médecin ou de sa secrétaire sur mon compte.

Un jour, sur la liste des personnes que Facebook me proposait d'ajouter comme amis, j'ai vu s'afficher le nom de cette secrétaire. J'en ai conclu que FB eu un accès assez complet aux méls de ma messagerie personnelle.

J'ai fermé mon compte (après avoir modifié le peu d'infos que j'y avais mises, sachant qu'un compte FB n'est jamais complètement fermé), et j'ai changé d'opérateur mél.
Alain Bauer révèle "in fine"que la durée de l'émission avait été "calée" avec D.S.
la caméra vidéo regarde passivement le meurtre où l'humain aurait pu si il avait été là agir. la vidéo maintient un haut niveau de terreur car elle temoigne de l'acte qui aurait pu nous échapper dans sa dimension.c'est bien une stratégie globale de a montée des peurs pour un état totalitaire l'ennemi intérieur c'est nous!!
Je n'ai pas encore regardé l'émission, mais comme à mon habitude je regarde qui parle et d'où cette personne parle avant d'entendre son discours.

Sur Alain Bauer, a lire le livre de Mathieu Rigouste, spécialiste des question sécuritaires, qui décortique justement le parcours de quelques marchands de peur comme Alain Bauer :
http://www.article11.info/?Mathieu-Rigouste-Meme-la-terreur-d

Alain Bauer, donc, tenant de l'idéologie suivante :
"Il est une notion primordiale, celle de la chaîne pénale qui voit comme un continium la police, la justice et la pénitentiaire. Elle a été théorisée par des gens comme Alain Bauer, qui considèrent que la justice doit être partie-prenante de cette chaîne pour être efficace, et mise en application par Nicolas Sarkozy quand il était ministre de l’intérieur. Cette notion de chaîne pénale repose sur une idée allant totalement à l’encontre du statut d’indépendance du juge, censé prendre ses décisions dans la plus grande neutralité. Il s’agit d’une vision mécaniste de la relation justice-police, avec pour ambition de pratiquer une politique de tolérance zéro, que ce soit contre les jeunes, les arabes, les consommateurs de stupéfiants, etc…"

source

et une petite critique épicée de la part d'un anarchiste, mouvance politique qu'on n'entend que très peu dans les débats alors qu'elle a quelques trucs à dire : http://quadruppani.samizdat.net/spip.php?article93

Donc quand un type comme ça vient dans une émission, mieux vaut avoir sorti son petit traité d'autodéfense intellectuelle pour justement ne pas gobber un discours construit, clair, acceptant le dialogue, qui peut cacher des desseins idéologiques beaucoup plus troublants.
je me suis surprise à rêver : toutes ces centaines de millions d'euros utilisés pour vraiment prévenir la délinquance et la violence , c'est -à-dire consacrées à la culture, l'éducation, la prévention spécialisée, la police etc.... A un moment donné lorsque JM Manach a voulu développer sur ce thème, DS a botté en touche. Et pourtant il me semble que l'émission aurait été plus intéressante si elle avait été axée sur cette problèmatique. Comment améliore-t-on la sécurité, le vivre ensemble d'une société? En développant la répression, la surveillance ou en en développant nos capacités à la non violence ? Et ne confondons pas la non violence avec le laxisme et l'absence de sanctions. La vieille image judéo chrétienne de tendre la joue droite après avoir reçu un coup sur la joue gauche ou le contraire !! j'ai un peu oublié le caté !!!!
Depuis 2 jours le monde entier pleure Mandela mais on continue dans cette dynamique mortifère. Et pourtant que nous a-t-il appris si ce n'est précisément que on peut sortir d'une société profondément violente par la capacité humaine d'empathie et de reconnaissance de l'autre ?
Je n'ai pas entendu dire que la délinquance ait baissé malgré des dépenses insensées en matériel et en personnel pour étudier les images…

Quelle société de crétins, d'incapables et de voleurs qui ne sont - le plus souvent - pas du côté de l'écran prévu…

Il suffit de lire "1987" d'Orwell pour savoir que si Big Brother peut pourrir la vie des citoyens... il ne règle jamais rien. L'ennui c'est que nos dirigeants incultes n'ont lu que Spirou. Et il y a longtemps !

PG
Je suis gros, chauve, je m'habille souvent avec des couleurs foncées, j'ai une voiture grise, etc.

Un jour, demain, les caméras vont permettre de constituer des banques de données :

- la voiture dont le numéro est ......... qui est conduite par un petit gros chauve qui s'habille en couleurs foncés, etc.

A chaque fois, qu'on recherchera une voiture grise conduite par un petit gros chauve, ..., je vais me retrouver au poste.

Le voilà le futur radieux de la caméra partout pour faire plaisir aux poches des industriels et de leurs parrains.

Par contre, on pourra me cambrioler, me molester, ..., il n'y aura plus de policier ou de gendarme, parce que ça coûte trop cher et que les monsieur et les dames qui gagnent beaucoup d'argent en investissant dans la production et l'installation de caméras et leurs copains ne veulent plus payer pour les autres...

Non seulement Big brother is watching you, mais surtout, y veut se faire un max de pognon !
Débat super intéressant, merci.
Quelques commentaires en vrac :

- sur le dispositif de l'émission, d'abord : depuis quelques émissions sur @si, je trouve assez gênante la solution de videoconférence. L'invité à distance (ici Manhack) est moins en prise avec le débat, peut moins intervenir, ses réactions (grimaces, sourires, agacement) ne sont pas vues par le pilote (DS) et donc, au final, sa parole pèse moins. Il faut tout le talent oratoire de Manhack, sur sa dernière prise de parole notamment, pour tenter de rééquilibrer les choses, et l'invité dans cette position est obligé de dire plus de choses, plus vite. Ce n'est pas satisfaisant pour l'équilibre du débat je trouve. CF. controverse ASI/Bourdieu...

- au début de l'émission, Dominique Legrand sort un truc assez énorme, et cela n'a pas été assez souligné selon moi. Il nous dit d'abord que les technologique de reconnaissance vidéo ne permettent pas (encore) de distinguer les couleurs par exemple. Et en même temps, la R&D va vers un système d'indexation "à la source", directement sur la caméra. Ce qui veut dire qu'on va vers l'indexation automatisée, massive, d'une masse de données hallucinante, pas forcément exploitable, ou alors, si les technologies "progressent", vers l'indexation complète de ce qui se passe sur l'espace public. C'est dingue.

- Dommage que vous n'ayez pas profité de la présence de Nicolas Bauer pour l'interroger sur ce qu'il pensait des suites de la dite affaire de Tarnac. L'excellent bookin de David Dufresne (Tarnac, magasin général) a bien montré que Bauer avait joué un rôle idéologique décisif dans la naissance, au plus haut niveau de l'Etat, du fantasme de la menace gauchiste. Cette affaire pose des questions cruciales sur le respect de la vie privée par une police embrigadée idéologiquement : en gros, les gars de Tarnac ont été surveillés de manière très serrée pendant des mois et au final, leur moindre faits et gestes un peu "hors système" pouvait être interprété comme "menace terroriste", terme lui aussi particulièrement flou. C'est aussi l'un des risques de la videosurveillance généralisée, non ?

- Il est clair aussi que l'indexation de la vie privée et des échanges privés réalisée par Google et Facebook est bien plus flippante encore, et on manque d'un cadre de réflexion à ce sujet il me semble (les technos vont plus vite que la réflexion critique).
(Mode troll on)

Juste un « Lu » d’ASI à propos de la grave crise qui secoue Rue89. Pas d’article à commenter. Mais sûr que DS, qui chronique tous les jours sur Rue89 et connaît donc bien la boutique qui part en sucette, nous le prépare...

(Mode troll off)
Alain Bauer est très fort en techniques de débats. Il approuve volontiers les données de ses "opposants" et il donne une vision très carrée des choses qui rassure. On a l'impression que c'est pensé, maitrisé, que les défauts sont pris en compte, que les paramètres des évaluations sont soupesés, oui si on chiffre le rendement par euro des caméras, il faut chiffrer le rendement par euro des policiers. Tout semble cohérent et il n'y a pas de relation de cause à effet, entre plus de caméras et moins de policiers.
J'ai tout gobé.
Puis j'ai tout recraché. La faute à sa réponse impeccable sur le pourquoi on n'utilise ou pas la vidéo pour certaines enquêtes. Bla bla, un cambriolage ce n'est pas un crime, blabla le domaine privé nécessite des procédures. Sauf que j'ai un contre-exemple dans la vraie vie. Pas un crime, pas la caméra de la rue, et impossible de faire plus rapide à visionner presque par qui veut pour trouver l'identité de mineurs.
Ensuite ce qu'il a avancé sur le déballage volontaire qui serait bien plus intrusif. J'aimerai bien avoir eu des exemples de procès ou de justice qui utilise des données insidieusement obtenues sur le net pour une affaire qui ne concerne pas ces données. Est-ce arrivé que ce soit des menaces proférées sur le net qui aient confondu un criminel, plus que les caméras de surveillance qui l'on filmé ou que ses aveux? Ça me semble improbable.
Pourquoi nommer Skype?
Logiciel de visioconférence appartenant à Windows( qu'il a payé très cher pour remplacer son windowstruc pas génial ).
Je ne pense pas que Windows ai besoin de pub. Il y a d'autres logiciels gratuits et même libres.
Sinon je rejoins les commentaires de certains .
Je trouve que Alain Bauer tient un discours sensé et structuré. Et l’émission me laisse sur ma faim.
Exemple de manipulation du langage

Vidéosurveillance ça fait peur... on nou surveille, on ne sait pas qui c'est inquiétant... On aime pas ça. C'est l'invasion de la vie privée, etc...

Vidéoprotection c'est RASSURANT. On nous surveille pas, on nous PROTÈGE, alors pourquoi vous avez peur? Vous voyez le mal partout alors qu'on ne veut que votre bien! Bande de parano-complotisto-gauchistes!
Je me rappelle de gens habitant à Levallois (où les 1ères caméras de surveillance ont été installées)qui manifestaient en criant"Souriez,vous etes filmés!";Allez un petit sourire à Big Brother!
Pas un mot sur les Google glasses ?!

Sympa, la peinture chez Jean-Marc Manach.
La vidéo-surveillance est une question bien légère face aux excès de la législation en matière de surveillance des réseaux.
J'en veux pour preuve la récente loi de programmation miliaire qui va plus loin encore que le Patriot Act de Bush en matière de surveillance de ses propres citoyens...
http://www.pcinpact.com/news/84769-surveillance-d-internet-vers-patriot-act-a-francaise.htm
Débat extrêmement intéressant où l'on apprend beaucoup de choses (merci à vous !) :

1/ La CNIL s'est finalement "auto-dessaisie" des questions de videosurveillance dans les années 90' par peur de devoir légiférer trop de "pixels"... On pourrait comprendre mais aujourd'hui cette désertion est vraiment trop grave. Pour moi, il y a déjà un paquet de problèmes à régler comme le taggage des visages non désirés sur facebook, les vidéos faites par les drones, le contrôle des gens qui accèdent aux vidéos de surveillance (publiques "et" privées), etc., etc. Il faut à tout prix qu'ils se reprennent en main ! Sinon un jour on le paiera tous très cher !

2/ Le privé qui poussera toujours la R&D à fond avec ou sans investissement public... Là-dessus, il n'y a pas d'illusions à se faire... Dans 20 ans nous vivrons avec Big Brother (et nous y sommes déjà quelque part...). Au menu : reconnaissance de gestes (voir la thèse de Ivan Laptev par exemple), tracking vidéo robuste, reconnaissance d'objets, reconstruction de scène 3D à partir de plusieurs caméras, etc., etc., etc. Tout cela n'est qu'indicatif mais même s'il y a encore une infinité de trucs qui nous échappe (je veux dire techniquement et surtout scientifiquement ;D) on peut dire "qu'il y a déjà un max' de monde qui y travaille"... Pour le meilleur comme pour le pire, as usual quoi :-\

3/ Que Jean-Marc Manhack n'est pas un "opposant" à la vidéosurveillance, juste un "journaliste" -> "Eh Jean-Marc LOOOL hein !?! Tu nous la refais ?" Dans le genre "saynète du reniement de Pierre (Avant que l'aube ne se lève tu me reniera 3 fois...) c'était pas mal, non ?". Allez même Laure a rigolé très très fort intérieurement. Perso, je comprends ce que tu défends mais STP assume quand il faut p*** ! C'est pas grave de dire que la vidéosurveillance a un côté flippant (en dehors du fait que l'on s'accordera pour dire que ça peut avoir de bons côtés quand c'est bien fait et bien encadré... Tout le noeud du débat donc...).

4/ Que finalement les hackers, les informaticiens et les chercheurs sont potentiellement beaucoup plus dangereux que l'Etat lui-même. Hmmm, peut-être bien que M. Bauer a raison et a marqué un point sur ce plan mais bon, chez nous l'Etat a encore les moyens de réquisitionner les meilleurs hackers / informaticiens / mathématiciens (ENS / X / Epitech' / etc.), non ? Et puis aussi, désolé mais quand on s'intéresse réellement à l'histoire de la Silicon Valley, de l'informatique, de Stanford, etc. on se rend bien compte que Google c'est Stanford et que Stanford - n'en déplaise à pas mal de gens - c'est la NSA (qui reste très douée pour ne pas le dire) et enfin la NSA c'est l'Etat fédéral US, non ? Bref, les liens publics / privés ne sont pas complètement absents (comme chez nous d'ailleurs, cf. Deep Packet Inspection et le LIP6...).

5/ Que plein d'argent public a été gâché avec des déploiements de parcs de vidéosurveillance complètement déconnectés de la réalité (carte de cyber-criminalité, interaction avec les forces de police locales, cadrage des caméras, gestion des données et des applications de recherche/indexation).

6/ Qu'il existe plein de "machins" départementaux qui ne font pas leur boulot... puisque toutes les plaintes vont à la CNIL...

7/ Que personne n'échange ses chiffres quant à l'efficacité de son système de vidéosurveillance.

Bref, peut mieux faire donc ! Merci pour ce débat encore.
Orwell, reviens, ils sont devenus fous...
Pourquoi avoir invité Alain Bauer, il n'y avait personne d'autre ?
La vidéo-surveillance n'est ni bonne ni mauvaise, tout dépend de ce qu'on en fait. C'est comme la bombe atomique: quand ce sont les yankees qui l'utilisent, no problem. Sinon, crime contre l'humanité.
J'ai bien aimé l'erreur de DS lorsqu'il a laissé échapper que Jean-Marc Manach serait un opposant à la vidéosurveillance (et la farouche dénégation d'icelui : "je ne suis pas un opposant, je suis un journaliste").
Monsieur Manach a relevé que les forces de police doivent depuis le 5 décembre faire des notes de frais qui ne leur seront remboursées qu'en février prochain. Ceci n'est pas un problème de moyens, mais de comptabilité, et généralisé à l'ensemble de la fonction publique. Les comptes sont organisés par année civile, et l'administration a besoin du mois de décembre pour clôturer les comptes de l'année qui se termine et du mois de janvier pour ouvrir les comptes de l'année qui commence. Donc, toute nouvelle opération comptable (commande, facture, mission, etc...) sauf des plus urgentissimes et inévitables est impossible en cette période et les services publics fonctionnent en général au régime sec en décembre et janvier. Pour toute dépense durant cette période, il faut avoir prévu les choses bien à l'avance pour ne pas faire tousser la machine. Effet pervers, un pic de dépenses très important en octobre/novembre pour anticiper et utiliser l'argent encore disponible du budget de l'année en cours car, dans de nombreux cas, ce qui n'est pas dépensé ne reviendra pas l'année suivante.
Bonjour
Alain Bauer !!!!
C'est la garantie de la continuité quinquennale.
Pour les parisiens, voici le lien de la préfecture qui vous permettra de télécharger le plan des caméras de votre quartier :D

http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Prevention/Videoprotection/Plan-de-videoprotection-pour-Paris
Je me souviens que dans les années 90, il,y avait eu une histoire de chantage avec la police de Hyères , car les caméras étaient braquées sur l'entrée de plusieurs hôtels de la ville...je conseille aux couples adultères des villes moyennes de se méfier.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.