42
Commentaires

Une idée neuve : l'internaute, ce travailleur

Tiens, une idée neuve ! Pour une fois.

Derniers commentaires

Pas si nouveau en fait :

http://tempsreel.nouvelobs.com/vu-sur-le-web/20120618.OBS9008/comment-un-geek-a-failli-sauver-l-economie-mondiale.html
Idée à suivre
Oulala, c'est tordu cette idée, et qui c'est qui va être taxé quand je récure gracieusement les toilettes.
sans compter que ça me semble limite, au point de vue éthique, de taxer un "travail" bénévole...

Si j'ai bien compris,ce n'est pas ce travail lui-même qui serait taxé, mais ceux qui pompent ce travail.

Bon, comme ça reviendrait à vouloir mettre un grelot à la queue du chat, on reste dans l'utopie !
Wikipédia va vite crouler sous l'impot du coup ...
Tant que ces guignols ne proposeront que des palliatifs pour renflouer les états, on n'en sortira pas. La seule proposition qui vaudrait, ce serait d'agir sur l'économie parallèle que représentent les paradis fiscaux, par lesquels transitent la moitié des flux financiers mondiaux, selon Alain Deneault.

Paradis fiscaux et souveraineté criminelle, par Alain Deneault
Donc, la participation des abonnés à ce forum, toute en projection scripturale quoique numérique
d'un effort mental avéré pourrait donc être considérée comme un -travail- qui, très logiquement
devrait être lui aussi...... rémunéré?
Si oui, par qui cher Daniel?
Une idée neuve déjà exprimée par Bernard Stiegler lors d'un colloque sur l'économie de la contribution il y a deux ans.
Ce n'est pas vraiment une "idée neuve".

En effet, de nombreuses sociétés et donc fortunes se créent comme cela (ex. celle qui a créée et fondé "caramail" et bien d'autres après).

Questions :
Qu'est-ce qui, en dehors des lois en vigueur, autorise ces sociétés à pouvoir revendre ces données personnelles, confidentielles et donc individuelles ? Et qui crée ces lois ?

Autre question :
En quoi ces données propres à un individu-citoyen (personnalité physique) appartiennent-elles à autrui (Etat, sociétés etc.) et en particulier des personnalités morales ?

Ou plutôt :
Par quel mécanisme subtile, ces données individuelles (d'une personnalité physique) deviennent-elles la propriété d'un tiers (propriété morale : Etat, entreprises etc.) ?

Mais attention: ne les taxons pas n'importe comment. Colin et Collin proposent un système de "prédateur payeur", inspiré du "pollueur payeur" de la fiscalité environnementale. En gros, taxons davantage ceux des géants qui font, de ces données, un usage non vertueux.

Je ne pense pas que le nouvel usage, les moyens inédits employés à cette finalité soient davantage "vertueux".

Par ailleurs, le principe "pollueur payeur" ne marche pas particulièrement. Depuis cette dernière décennies, et en particulier à travers toutes les conférences (des nations unies et autres) sur le climat, nous le montre. Prenons l'exemple l'achat d'unités carbone. Il y a tout un marché "parallèle" qui s'est mis en place depuis.
Prix, Marché européen, Carbone, http://economie.lefigaro.fr/prix-marche-europeen-carbone.html
Les marchés du carbone, http://www.cdcclimat.com/Les-marches-du-carbone.html?lang=fr
Architecture internationale des marchés du carbone, http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Architecture-internationale-des-.html
Le marché carbone sous pression, http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/08/24/le-marche-carbone-sous-pression_1751070_3232.html
Marché carbone: pourquoi cela ne marche pas, http://www.slate.fr/story/59279/marche-carbone
Les contacts entre l’UE et la Chine pour le marché du carbone s’intensifient, http://www.euractiv.fr/energie-environnement/contacts-ue-chine-marche-carbone-intensifient-article-0-14975.html

C'est vrai qu'il ne s'agit, après tout, que de récupérer quelques milliards évaporés, pour nourrir les budgets des Etats.

Quel(s) budget(s) ? Les fromages et sondages de l'Elysée ? Ou encore les fonctionnaires qui, allez comprendre, seraient mis à la disposition de la (seconde) concubine ?
Il me semble avoir lu qu'il ne s'agissait pas d'une idée française, mais que dans l'impossibilité de mettre l'idée en pratique, ces deux inspecteurs généraux proposaient de s'en rapprocher en demandant aux sociétés du net de déclarer le volume de données personnelles ou par défaut, que l'administration fiscale prenne le volume de données informatisées entrant.

Je rappelle que l'IGF n'a pas les moyens d'inventer ou d'innover, elle ne peut au mieux que suggérer, sur la base des productions des services administratifs qu'elle contrôle, à partir des saisines ministérielle entre autres...
Une idée qu'ils ont oublié d'avoir, c'est de créer une taxe sur les captchas.

Psitt, Google vous utilise à votre insu pour numériser des livres
[quote=Daniel Schneidermann]Qui mériterait, en tout cas, que la machine médiatique lui accorde au moins autant de place qu'aux dégâts de la neige en janvier, ou aux aventures de Depardieu
Voilà autre chose qui mériterait qu'on lui accorde de la place (mais vous êtes peut-être déjà sur le coup).

Bien que la fameuse directive européenne Bolkestein n'ait pas été adoptée, les patrons français de certains secteurs l'appliquent à leur manière. C'est ce que montre le reportage d'Envoyé Spécial... dans l'indifférence générale (priorité au Mali). Même des offices HLM s'adonnent à ces pratiques...

En 2005 on avait un tollé contre un projet de directive, en 2013 une indifférence pour une pratique avérée. Allez comprendre.
Quoiqu'en pense Moulinsart SA, je trouve que l'illustration de ce billet sied à merveille aux auteurs de ce rapport.

Assimiler les données rentrées par les utilisateurs à du travail pour taxer les rois de l'évasion fiscale ?

On peut imaginer qu'effectivement, concernant Google, l'utilisateur fourni beaucoup de données. Mais Amazon ? Pour faire une commande, il n'y a besoin que de quelques clics et de rentrer ses données personnelles. Et Apple ? Pas besoin d'aller sur leurs sites internet pour en acheter.

Mais surtout, en quoi les données rentrées par les utilisateurs consisterait en un travail ? Je me demande à quoi carburent ces Dupont et Dupond.

Bref, de la belle branlette. Et il me semble qu'il y aurait d'autres moyens bien moins tortueux pour faire payer leurs écots à ces multinationales récalcitrantes. Mais pour ça, il faut un peu de volonté politique. (Et pas seulement afficher un "mon ennemi c'est la finance" puis dire, en substance "on peut rien faire")
En effet, c'est une idée bien française. Plutôt que de faire une grande réforme fiscale pour avoir une fiscalité simple et progressive, on préfère créer une nouvelle taxe qui s'ajoutent aux miliers de taxes sur tout et n'importe quoi qui existent déjà.

Est-ce ça qui va harmoniser la fiscalité au niveau de l'europe ? Faire en sorte que les très riches arrêtent de payer proportionnellement beaucoup moins d'impots que la classe moyenne ? Résorber les déficits budgétaires ? Non. Mais comme vous dites, ça permet d'introduire une fois de plus une pseudo-morale à deux balles et ça permet aux milliers de comités Théodule de justifier leur existence.
Ça permet aussi aux Français moyens de s'adonner à leur passe-temps favori, râler contre les taxes. Il suffit souvent de prononcer le mot pour déclencher des réactions pavloviennes.

Oui, pourquoi ne pas faire une grande réforme fiscale pour avoir une fiscalité simple et progressive ? Et une grande réforme judiciaire pour avoir une justice simple et progressive ? Et une grande réforme écologique ? Il faut avoir le courage de mener les grandes réformes dont le pays a besoin.

Comment ça, novlangue libérale ?
Ça me semble bien difficile à mettre en pratique (oui, je sais, beaucoup de bonnes idées subissent des objections au départ, mais il y a encore davantage d'idées pas si bonnes et effectivement avortées par lesdites objections).

Les informations réellement saisies par l'utilisateur, via un formulaire, ne sont qu'une fraction de l'information totale, comme l'article le note bien: les amis, les achats, les sites visités etc. sont récupérés au fur et a mesure par divers moyens, et on ne peut souvent pas "prouver" qu'un site donné les collecte ou non, en tout cas pas sans aller voir sur ses serveurs. On retombe alors sur les problèmes de droits internationaux actuels.
Question réaction pavlovienne, je peux vous retourner le compliment. Je déplore que la fiscalité soit trop compliquée, qu'on crée des milliers de petites taxes plutôt qu'en avoir une ou deux grosses. Et immédiatement vous sortez un "novlangue libérale", sans doute une insulte à vos yeux. Bel exemple de réflexe Pavlovien.

Avoir une fiscalité simple et progressive, ça permet surtout d'échapper à l'optimisation fiscale. Plus la fiscalité est complquée, plus ceux qui ont les moyens de se payer des avocats fiscalistes. Et si c'est être libéral que de vouloir que l'etat se montre un peu plus intelligent dans la collecte des impôts, alors je laisse aux non-libéraux le monopole de la bêtise fiscale.
Mais moi aussi, je déplore la justice bien trop compliquée qui condamne des innocents et permet aux salauds de s'en sortir. Et l'écologie sans queue ni tête, avec des mesures contradictoires. Réformons !

Cela revient à dire que si c'était plus simple, ça serait plus simple, et si c'était mieux, ça serait mieux.
Je déplore que la fiscalité soit trop compliquée

C'est une chanson aux paroles simplettes qu'on entend très souvent ... sans jamais aucun argument.
On pourrait la résumer ainsi : le calcul des impôts est trop complexe; c'est pourquoi (sic) il faut les réduire.
Variante : il y a trop de tranches pour les impôts directs. Or, on sait bien que le taux moyen de l'impôt direct le dépend pas du nombre de tranches mais des planchers et des plafonds de ces tranches. Et on sait aussi que l'augmentation du nombre des tranches lisse la courbe et la rend donc plus juste.
Oui, et puis il ne faut inverser le problème: cette idée de taxe vise justement à rattraper les entreprises qui ne les paient pas, et non à offrir une source "d'optimisation" supplémentaire aux entreprises dotés d'avocats fiscalistes.
Vous ne mélangeriez pas un peu les torchons et les serviettes ?
Comment faites-vous pour prélever une part des profits immenses de Google avec un seul impôt sur le revenu, alors que ces profits vont directement dans la poche d'actionnaires qui ne touchent (probablement) pas de revenu en France pour la plupart ?
Faire une taxe intelligente, ce n'est pas contradictoire avec faire une fiscalité simple et progressive. L’impôt, et en particulier la taxe, est aussi un outil d'incitation qui peut être utile et efficace.
Comme vous le soulignez justement, c'est encore une excellente idée franco-française (les autres étant trop crétins pour qu'on s'entende avec eux). Un peu comme la redevance sur la copie privée qui taxe (au profit d'on ne sait qui) une multitude de supports allant de la clé USB à la carte mémoire. Objets qu'il suffit d'aller acheter à l'étranger pour contourner le truc.

Sympa, le côté village gaulois qui résiste à l'envahisseur multinational. Sûr que Google chie dans son froc.
Fouyaya, vous n'avez pas crédité l'image de Collin et Colin !

Moulinsart SA va vous tomber sur le paletot !

Le travail effectué gracieusement, c'est une idée très en vogue chez le MEDEF, Angela Merkel et les Chinois qui ont su marier communisme et Rolls...
L'idée est séduisante mais il faudra attendre voir si le gouvernement obtient l'autorisation de la ploutocratie de faire passer une telle mesure !
Bon ben les "prédateurs" sont tranquilles, s'ils doivent payer autant que les "pollueurs".
Il y a bien d'autres idées pour récupérer des fonds, mais on risquerait de me taxer de gauchiste.
Moi qui suis Bayrouiste pur jus.

EDIT - Bon, un petit lien pour la route sur le Mali, l'uranium, bref la raison qui n'a rien à voir avec la guerre en cours.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.