66
Commentaires

Un Hollandais sans peur et sans zigzags

A quelque chose, les tweets ont du bon, avec leur concision obligatoire.

Derniers commentaires

Appeler « Hollandais » une bicyclette sans garde-boue, sans carter de chaîne... m'étonnerait que Daniel Schneidermann soit pratiquant.
Parfois agir pour son camp c'est le souder, parfois agir pour son camp c'est le faire exploser.

J'aurais bien envie que Taubira se présente aux primaires de la gauche parce qu'elle est la seule candidate potentielle pour qui j'aurais envie de voter. Couleuvres ou non (et bien difficile pour nous de juger en connaissance de cause), elle incarne une des rares (la seule ?) mesures de cette présidence non entachée de revirements et de reniements stupides et, au-delà, le refus de hurler avec les loups sur le sécuritaire et le libéral. La détestation que lui vouent les abrutis lui fait honneur.
Bizarre que personne ne commente le fait que Daniel il croit en Taubira comme au père Noël (et elle va se présenter et elle pourrait battre le pen .... mdr pourquoi pas un 2e tour Hollande Taubira tant qu'on y est )

Faut diminuer les doses de prozac !

Vu toutes les couleuvres qu'elle a avalé avant de démissionner je ne vois pas qui pourrait prendre au sérieux une seule de ses annonces /engagements /promesses

Je sais bien que parfois il faut faire des concessions pour changer les choses de l'intérieur mais jusqu'à hier elle m'a surtout donné l'impression qu'elle avait changé elle même de l'intérieur
A lire : Tapie: «Le départ de Taubira est mauvais pour tout le monde»

Remarque personnelle : demander à quelqu'un qui a été en taule son avis sur le départ d'un ministre de la justice est effectivement on ne peut plus pertinent ...

Putain, on est mal barré :-(

PatriceNoDRM
Urvoas n'est pas que le rempart contre l'ennemi intérieur.

Il est aussi un théologien brillant.

Les caprices de l'histoire font qu'il est né français alors qu'il aurait fait un sacré guide suprême.
Ah je ne savais pas pour cette histoire de vélo hollandais... on pourrait broder sur le symbole...
Comment peut-on faire les louanges d'une femme pareille? Est ce que la gauche a complétement perdu la raison?
Je sais que c'est un peu hors sujet, et que ca n'interesse peut etre finalement pas grand monde, mais ce serait bien de parler du gentil virage que Melenchon est en train d'effectuer vers le camp anti-euro.

Bien tard, certes, mais bon....
Des ennemis, elle en avait, c'est sûr.
Le cynisme du gouvernement & du chef de l'executif n'a d'égale que son absence de scrupule pour indiquer sur tous les médias: "pitié Taubira, ne te présente pas ...", magnifiquement illustré par Mme Touraine ce matin ...

Comme si le fait que Taubira ne se présente pas puisse changer quelque chose a l'image qu'on les français du pseudo vernis de gauche de l'équipe actuelle ...
Modérons notre enthousiasme pour Taubira en lisant sa biographie politique sur Marianne :

http://www.marianne.net/print/vraie-taubira-enquete-icone-gauche-100239726.html
Attention, je vais passer pour un vieux réac ou un vieux con, c'est au choix.
Le problème à gauche, c'est justement la gauche sociétale. C'est quoi, la gauche sociétale? C'est le rêve de Terra Nova, qui largue les questions économiques et sociales et les classes populaires, considérées a priori comme ploucs et racistes et donc irrémédiablement perdues pour la gauche et laissées au front national. La gauche sociétale se dit pour l'égalité: voir au moment de l'annonce du vote pour le mariage pour tous: quand Bartolone proclame les résultats, tous les députés socialistes se lèvent et applaudissent en scandant d'une seule voix "égalité! égalité!" Mais pas l'égalité sociale, c'est plouc ça. L'égalité de droits seulement. Qu'on me comprenne bien: l'égalité des droits, c'est bien, et c'est juste. Mais à ne plus du tout travailler à l'égalité sociale, on désespère la population socialement la plus fragilisée, et on la fait se replier sur elle-même, à la recherche d'une protection. Et quand on n'a plus rien, quand l'Etat vous a délaissé, quand la fracture sociale est devenues tellement béante que l'on déplore 15 millions de gens mal logés (rapport de la fondation de l'abbé Pierre de ce jour), la seule sécurité qui reste, c'est l'identité, cette lancinante question de l'identité, et le repli sur le cadre national pensé comme dernière source de protection. Et ça fait le jeu de qui ça? Voir sur la droite et l'extrème droite de l'échiquier politique. (cf. Yves Lacoste, Vive la Nation, 1997, qui imaginait déjà un Le Pen au 2èem tour et en expliquait les raisons). Alors les postures morales, les grands principes, la pause et les citations, c'est bien beau, mais à délaisser la question sociale et à laisser à l'abandon une école qui correspond de plus en plus au rêve d'une idéologie libérale et qui n'assure plus du tout un minimum de promotion sociale, on fait le jeu à son corps défendant de l'extrême droite et on désespère Billancourt, dont tout le monde se fout par ailleurs.
Cette séquence me laisse perplèxe. Le personnage Taubira est terriblement attachant pour le gauchiste que je suis. Son arrivée à la justice a surpris tout le monde, mais les premiers discours étaient enthousiasmants : une volonté de sortir du simplisme bête et méchant qui a servi de politique judiciaire à la droite depuis 2002 et la conduite volontaire du mariage et de l'adoption pour les homosexuels. Et le plaisir permanent de la voir remettre à leur place les pires réacs de la droite parlementaire, Wauqiez, Ciotti, Estrosi, etc., malgré le torrent d'attaques racistes et sexistes dont elle a été la cible en continu.

Mais bon, derrière le spectacle, la réalité est moins glorieuse. Taubira a été très limitée dans ses moyens d'action, la justice ne va spécialement mieux depuis 2012 (comme l'éducation, comme l'économie, etc.), le mariage homo a été acquis au prix d'une montée dangereuse du climat homophobe en France et ferme la porte à d'autres avancées des droits LGBT pour un paquet d'années, la réforme de la justice des mineurs n'aura jamais eu lieu.

Sa démission passe pour un coup d'éclat, je trouve plutôt qu'elle a été très longue à la détente.
Modeste avis d'électeur, surtout pas d'analyste : elle doit y aller, il y a un gros coup à jouer ! Elle peut fédérer à gauche du PS et jusqu'en son sein, si elle prend le temps d'une campagne habile. Une compétition Taubira-Hollande ou Taubira-Valls aurait du sens, permettrait une clarification à gauche, si Taubira structurait sa campagne sur un programme offensif qu'elle peut tirer vers le haut avec son charisme, ce que d'autres, plus clivants, auraient du mal à faire malgré leur cohérence politique.

Je ne sais pas si Ch. Taubira peut battre la droite au second tour, mais quitte à perdre dans l'honneur, je préfère qu'elle soit celle qui perd face à Juppé que Hollande qui à mon sens est cramé et perdra de toute façon.

Le seul truc qui me fait flipper dans cette histoire, c'est l'hypothèse d'un second tour Le Pen -Taubira. Là, le vieux fond xénpohobe de la France m'inquièterait, surtout quand on pense comment la droite s'est déchaînée contre Ch. Taubira depuis 4 ans.
Il y a cette espérance soulevée de toutes parts depuis hier mais n’est-ce pas un leurre, non, décidément, les temps sont à la victoire des idées lepeniennes et à la sortie de l’idée de gauche dans les affaires publiques. J’aimerai bien me tromper, sauf que...
Bravo ! Comment tant de gens de gauche ont-ils pu se laisser abuser par cette femme ? C'est un mystère pour moi...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.