201
Commentaires

Trump président : dépasser le vertige

Derniers commentaires

Cher Daniel,

Vous avez raison de citer Michael Moore, né à Flint, dans le Michigan, ville dont les électeurs, à majorité ouvriers, se sont laissés séduire par Trump. Dans son dernier film, encore inédit en France, "Michael Moore in TrumpLand," Moore nous expliquait déjà pourquoi Trump pouvait gagner.
La troisième vidéo sur ce lien est impressionnante: alors qu'Hillary Clinton devrait être révoltée du traitement que Trump lui fait subir, devrait se mettre dans une colère noire, se lever, quitter la salle, eh bien non: elle rit, bouche grande ouverte, dents bien alignées. Et ça dure longtemps. Impossible de croire que ce rire est sincère. Même remarque quand Trump envoie des vannes à un prélat, qui rit, on se demande bien pourquoi. C'est aussi toute cette hypocrisie qui est dégoutante.
https://www.les-crises.fr/pourquoi-il-a-gagne-trump-comme-on-ne-vous-la-jamais-montre/
Chers P"""" et S""""
Pardonnez par avance mes vaticinations ci-dessous qui n'engage que moi mais je ne pouvais pas faire autrement que de vous écrire à vous mes amis américains à propos de votre élection présidentielle car d'une certaine façon elle concerne le monde entier. Les USA ce ne sont pas la principauté de Monaco, c'est encore (pour combien de temps ?) la première puissance du monde.
J'étais déjà au courant de cette prédiction de possibilité de la victoire de Trump (qui trompe énormément) annoncé par Mikaël Moore personnage lui aussi contradictoire .De mon voyage aux states en 2005 j'ai confirmé une énorme tendresse pour le peuple américain qui est un peuple jeune,très vital et généreux sur le fond mais ces qualités sont mélangées contradictoirement avec un individualisme forcené dont Clint Estwood est le représentant (que j'aime beaucoup bien qu'en désaccord avec ses positions politiques personnelles ).
Le raisonnement politique du peuple américain est je crois embrumé par l'idéologie libérale (partagée par les républicains comme par les démocrates) on sait que cette idéologie est devenue majoritaire dans le monde contemporain Le pragmatisme anglo-saxon appuyé sur le ressentiment de difficultés sociales non résolues a poussé le peuple américain (celui qui vote !! que pense les autres? mystère!) à prendre des positions brutales et simplistes pour une partie importante de ses membres
Pour moi tout cela n'est que la conséquence lointaine et logique des espoirs déçu du 20ème siècle qui s'est conclu par la bombe nucléaire politique qu'a été l'écroulement du mur de Berlin qui a validé tous les discours réactionnaires de l'entre deux guerre et qui remontent à la surface, chauvinisme, racisme etc que les démagogues du monde entier utilisent avec profit .. Depuis 89 nous vivons dans les radiations de cet explosion, on en a pour longtemps avant qu'un espoir social généreux et crédible refasse surface.
Avec Thatcher une logique politique c'est mise en place en occident et elle a contaminé le monde entier. Aujourd'hui le modèle politique qui fait baver ceux qui détiennent le vrai pouvoir en occident c'est la Chine qui démontre concrètement que ultra libéralisme économique et autoritarisme se complètent très bien contrairement à ce que nos théoriciens occidentaux Hayek en tête prétendaient L'affirmation.libéralisme égal démocratie se révélé fausse avec le temps .Il suffit de lire attentivement Tocqueville pour comprendre cela , Tocqueville était conservateur et nullement un dangereux partageux. Selon lui la démocratie est le fruit de l"équilibre de forces économiques productives égales et concurrentes qui se neutralisent pour partager le pouvoir politique sous la forme de la démocratie. Pour lui le danger pour la démocratie serait la concentration des forces économique dans quelques mains (les américains qui avaient certainement lu Tocqueville avait voté des lois anti trust en leur temps), nous sommes aujourd'hui en plein dedans et sa crainte s'avère justifiée; La sphère financière est devenu folle et étouffe les forces économiques réelles (cf la crise des surprimes qui ne manquera pas de se reproduire sous une forme ou une autre dans l'avenir).
. Donc pour mon compte je suis paradoxalement serein devant cette élection très controversée.Je n'ai jamais mélangé temps individuel et temps du monde et politiquement j'ai toujours tenté de garder mon nez propre au cours de ma vie sans renoncer à mes idéaux fantasques de justice et de fraternité humaine. Très tôt j'ai abandonné l'idéologie binaire et partidaire de mon adolescence. Le sentiment de la complexité ne fait pas bon ménage avec l'action politique concrète quand on veut le pouvoir. Je suis du coté de Camus et on sait que politiquement il était inaudible par ses contemporains qui lui préféraient Sartre plus simpliste et accessible à la masse des gens par ses formules à l'emporte pièce du genre " tout anticommuniste (stalinien bien sur à l'époque !!!) est un chien.".
Le danger de l'alternative binaire en politique c'est que les deux parties peuvent avoir tord toutes les deux et être aussi condamnables l'une que l'autre.Refuser les deux alternatives est suicidaire on est sur d'être broyé dans l'affrontement des deux blocs majoritaires Pour ceux qui résistent et dénoncent les erreurs des deux camps Hemingway a écrit leur épitaphe.

"Lorsque des hommes attaquent le monde avec tant de courage le monde ne peut se débarrasser d'eux qu'en les tuant et naturellement le monde les tuent. Il tue indifféremment les très bons, les très doux, et les très braves, et si vous n'êtes pas parmi ceux-ci alors le monde vous tuera aussi mais il y mettra le temps."

L' enthousiasme de masse dans le ressentiment m'a toujours paru suspect.et dangereux et comme je suis sans illusions sur la nature humaine, (qui comme la langue d' Esope est la meilleure et la pire des choses;) le pire ne m'étonne jamais Rien n'est nécessaire et tout est choix pour elle donc comme il est plus facile de mentir, d'être retord, de trahir ( même avec ses proches) beaucoup préfèrent la facilité de la duplicité plutôt que l'inconfort de la lucidité et de l'intégrité personnelle qui ne sont récompensés par rien (pour un athée comme moi) à part supporter son image dans le miroir, faible compensation peut on dire.
Pour ce qui est d’aujourd’hui, je pense que nous nous enfonçons dans une longue période d' obscurantisme et que nous ne sommes pas au bout de nos surprises, tout du moins pour ceux qui ont des espoirs inconsidérés (un con sidéré peut en cacher un autre c'est connu) Lorsque les peuples se trompent ils le payent très cher. Les allemands, les russes, les chinois, en savent quelque chose et les américains vont certainement le découvrir eux aussi et peut être bientôt les français après 2017 et bien sur tutti quanti dans le reste du monde , la liste est longues des possibles mauvaises nouvelles. Les temps qui s'annoncent vont être difficiles pour beaucoup mon interrogation est:,Madame Clinton aurait elle résolu les difficultés du peuple américain ?, la politique du moindre mal n' est elle pas avec le temps une victoire à la Pyrrhus?
Aujourd'hui les choses sont au moins claires présidence et chambre appartiennent aux républicains ils ont l'exécutif et le législatif comme. chez nous après l'élection de notre improbable président Hollande élu dans un concours de circonstance tout lui appartenait, présidence, chambres et régions on a vu le résultat. Donc advienne que pourra car c'est au pied du mur qu'on voit le maçon dit on chez nous et de comme de toutes les façons il parait que ce sont les mexicains qui le paieront nous verrons bien.

En tous les cas personne n'a de leçon à donner à personne surtout pas nous les français qui avons si souvent trahi dans l'imposture notre réputation de patrie des droits de l'homme. En plus avec 2017 qui se profile on n'a plutôt intérêt à faire profil bas on risque pire que le ridicule la démonstration de notre bêtise.

Une blague belge pour illustrer : Interrogation: Savez vous pourquoi le symbole de la France c'est le coq? Réponse :parce que c'est le seul animal qui est capable de chanter les pieds dans la merde

Heureusement il y a les amis et les gens qu'on aime cela aide à tenir le coup devant le spectacle de ce monde qui se défait., Le désespoir c'est la facilité, rien n'est jamais écrit définitivement .Moi qui ne suis pas croyant pour un sous je reprends à mon compte ce que Marie Durand la protestante avait graver avec ses ongles sur les murs en pierre de sa prison du temps des guerre de religion en France Résister

Je pense à vous avec tendresse,
Amitié
Gérard
L'oligarchie financière voulait du Clinton aux ordres quitte à risquer d'avoir du Trump !

Tout sauf un Sanders avec des valeurs de gauche qui avait de fortes chances de gagner !

Que l'oligarchie financière ne vienne pas pleurer s'ils ont fait élire un cinglé incontrôlable !
N'est-pas l'occasion d'inviter Todd à @si?

https://www.youtube.com/watch?v=xZYgUwmWWVw
Raz de Marine à McDoland...La Gauche (Tm) en émoi!?
Bonjour la secousse...L' éléphant républicain a retrouvé sa trompe! Après Nixon, Reagan, la smala Bush, voilà IronSuper(white)Man...Où est Besancenot, quand le Monde sombre dans le "populisme"(Tmtm), et le vertigo...Coco!?
Encore que...Tricky Dicky a stoppé l' hémorragie vietnamienne, lui: la politique, Simone, c' est compliqué...Parfois!
Par delà ce non événement ( Je rassure les pusillanimes: j' ai parlé au Diable - Dieu est en vacance...En Irak -, no stress: l' Apocalypse-le-Retour n' est pas pour tout de suite...Vous pourrez niquer de la dinde, et fêter la venue ( temporaire ) de Jesus-ze-(simili)God(e)...Allez Louya, men!
Je me fais vieux, pinaize, et toutes ces "fin-du-Monde(libre)",(Tmtmtm), à répétition me fatiguent...Rendons-nous en Enfer, Ciao!
Carpe diem...Quand même!
P.S.- Et puis, un soupçon de courtoisie dans ce monde de clowns dérisoires, un bonjour - du Passé - à Daniel Schneidermann...Il a pas vieilli d' un poil, le cher homme!
[large]Discours de Marine Le Pen[/large] (à 4'50" environ)


(…) et maintenant l’élection de Donald Trump. Ce sont autant de choix démocratiques qui enterrent l’ORDRE ANCIEN et autant de pierres qui construisent… le monde de demain.

J'ai vraiment cru qu'elle allait parler d'un ordre nouveau.
On est sur une drôle de pente nous aussi...
très bien ce billet Daniel mais concernant toutes les belles choses relevées dans le programme de Trump par Ignacio Ramonet il va falloir être vigilant... Contrairement à ce que vous écrivez l'obamacare semble avoir du plomb dans l'aile...
Bon, maintenant, on a une règle : quand l'intelligentsia est unanime, alors tous ceux qui ont l'impression d'être pris pour des cons se mobilisent. Et curieusement, tout d'un coup ils deviennent majoritaires. Référendum de 2005 en France, Brexit, Trump. Deux manières d'en tirer les leçons :
- Ou le camp de l'intelligentsia (Terra Nova et compagnie) est atteint d'une crise de conscience soudaine, et change de comportement immédiat.
- Ou ce même camp va multiplier les entraves à la démocratie. Et avec l'Union Européenne, on a une sacrée longueur d'avance.

Alors, je ne sais pas pourquoi, je pressens moi aussi des temps sombres... Mais pas forcément dans le sens que l'intelligentsia annonce.
Peut-être lire l'article de Corcuff "Ignacio Romanet trumpisé" sur Mediapart?
A+
L'intelligentsia français est sous le choc . Extraits de l'article de orange.fr :

Cyril Hanouna : "Les chéris, dites-moi que j'ai fait un cauchemar !!"
Laurence Boccolini : "Les USA ce grand pays [...] alors là, pour le coup..."
Michel Denisot [...] a poussé un véritable coup de gueule : "Les instituts de sondages accumulent les défaites et continuent de nous saouler."
Denis Brogniart : "Dites-moi que ce n'est pas vrai."
Sébastien Cauet a quant lui posté une photo d'une tête de mort pour illustrer son état d'esprit...
Enora Malagré : "Je suis debout depuis 1h... Et je reste les yeux dans le vague en pensant à la victoire de Trump..."
Michaël Youn reste à son tour en alerte : "Brexit, Trump... et ensuite ? Marine (Ndlr : Le Pen) ?"

Je commence à prendre conscience de l'importance du séisme.
C'est bizarre, dans la plupart des media en ligne, le tweet d'Araud qui est cité est celui qui est affiché ici. Or la séquence paraît être tronquée.

J'ai pu trouver deux sites qui mentionnent à mon avis une phrase beaucoup plus significative, et qui sonne comme un terrible aveu:

"C'est la fin d'une époque, celle du néolibéralisme. Reste à savoir ce qui lui succèdera"

Sur les crises, Berryuer présente la séquence dans cet ordre:

https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2016/11/araud-2.jpg

Sur FranceTVInfo, on peut lire après la première citation:

"C'est la fin d'une époque, celle du néolibéralisme. Reste à savoir ce qui lui succèdera", a-t-il ajouté, avec de supprimer ses tweets peu de temps après.

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/presidentielle-americaine-un-monde-s-effondre-reagit-l-ambassadeur-de-france-aux-etats-unis-avant-de-supprimer-son-tweet_1912157.html

Pourquoi ce malheureux bout de phrase est-il passé sous les radars du commentariat professionnel, y compris à @si?

Je fais partie de ceux qui pensent que le commentaire de tweets est d'un intérêt limité, mais cette phrase ahurissante de la part d'un ambassadeur résume à elle toute seule à mon avis ce qui "leur" fait VRAIMENT peur, à la fois dans le Brexit et dans l'élection de Trump: non pas la montée d'un "populisme" d'extrême droite raciste et fasciste, mais la fin de l'époque de l'ultralibéralisme triomphant, phase qui a débuté avec les élections de Thatcher et Reagan dans les années 1980, et très bien décrite dans "Le grand bond en arrière" de S Halimi.


C'est d'ailleurs l'analyse qu'avait livré Todd sur France Cul avant les résultats des élections américaines, en développant la thèse d'un basculement idéologique profond du monde anglo-saxon, au moment même où en France, avec 30 ans de retard, Le Point célèbre Thatcher ("Thatcher, le meilleur programme pour 2017 ?") et où la droite de Hollande à Juppé rève d'appliquer son programme antisocial.

A écouter:

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/lamerique-de-trump
Bonjour

Je suis bien moins malin que beaucoup d'autres ici donc je vais m'intéresser un peu au thermomètre et pas à la fièvre.
Je vous conseille d'aller voir la page la page de realclearpolitics sur les sondages, c'est cruel pour les sondeurs.

Dans ce cimetière d'enquêtes presque toutes en faveur de H. Clinton, y compris jusqu'à la dernière minute (ce qui nous épargnera l'argument "c'est une photo, pas une prédiction" parce que la veille, quand même...), une exception émerge : le sondage du LA Times qui, presque seul contre tous a quasi-constamment donné D. Trump vainqueur

Or ce sondage ne posait pas la même question que les autres. Il demandait aux électeurs le pourcentage de chance qu'ils votent pour l'un ou l'autre des candidats. Je ne saurais pas dire ce que ça change, mais en tout cas ça a marché. Il sera peut-être utile d'étudier ça de près un jour.
Les manifestations anti-Trump se multiplient aux USA. On a compté au moins soixante personnes à Oakland (Californie).
Notons que cette information est publiée par ...La Libre Belgique. Après ça, nos amis Belges viendront se plaindre qu'on les charrie.
Au total Clinton a plus de voix que Trump. Drôle de pays quand même!!!!!!!
La présidence, le sénat, la Chambre...Mieux que fromage flasque en 2012 ! Fera-t-il aussi bien ?
Dans quelques mois, l'onde de choc, le vertige seront aussi ressentis en France. Pour le moment, personne ne veut y croire au nom de la défense républicaine comme en 2002. Mais, voilà, la situation de 2016 n'est plus celle de 2002!
Attendons de voir Trump à l'oeuvre. Il est dans la même position que Hollande il y a 5 ans,son opposition est réduite à néant. On verra s'il tient toutes ses promesses de campagne. Pour Hollande on a vu.
Si les journalistes n'avaient pas mis la tête dans le bac à sable de leurs zélites préfèrées , ils auraient vu venir la chose orange : le bonhomme s'est mis en route depuis longtemps .


Surprise ? ^^ !!!
Comment ça , le peuple a choisi un type pas diplômé en politiiiiiiique ? !!!

Tant qu'à essayer de trier parmi une poignée de pourris-corrompus-menteurs-misogynes-violents-cathos et moches , ils ont désigné l'un d'entre eux .
Le pire ?
Ils s'en fichent de toute manière lézétazunis-nord-américains sont dans le mur , comme tous les pays du monde bien propres sur eux , et le peuple qui les regarde gesticuler le sait .

Les journalistes feraient bien , en France , d'aller chercher au diable vauvert la personne qui ne nous fera pas honte la prochaine fois .

Mais non , ils ne le feront pas , et ensuite ils diront que c'est le peuple qui a choisi et que le peuple ne mérite pas la dé-mo-crasse-ie .
[quote=C'est aussi, comme le reconnaissait Michael Moore, ou comme le rappelait voici deux mois l'ancien directeur du Monde Diplomatique Ignacio Ramonet, dans un article que nous avions signalé, et qu'il va être urgent de relire aujourd'hui, un candidat qui souhaite augmenter les droits de douane des produits chinois, augmenter les impôts des traders des hedge funds, renégocier ou sortir de l'OMC, diminuer le prix des médicaments, maintenir les assurances santé et vieillesse instaurées par Obama que les autres candidats républicains souhaitaient supprimer, rétablir le Glass-Steagall Act, voté lors de la crise de 29 et abrogé par Bill Clinton, qui séparait banque traditionnelle et banque d'affaires (nous vous l'expliquons ici). Que sa future majorité républicaine lui laisse les mains libres pour mener à bien ce programme est une autre affaire, mais c'est aussi sur ces promesses qu'il s'est fait élire.]

Ce matin je suis guoguenard. Je m'attendais à ce type de réaction de Daniel Schneiderman et je me doutais que Trump avait de sérieuses chances de gagner en raison des précédents du TCE de 2005 ou du Brexit.

Daniel Schneiderman fait partie de ces catégories sociales vainqueurs de la mondialisation.
Daniel Schneiderman fait partie de ces catégories sociales qui ont construit leur succès sur l'humiliation, la précarisation de l'autre moitié de la population
Daniel Schneiderman fait partie de cette gauche qui a le cœur à gauche et le porte-feuilles bien à droite.
Daniel Schneiderman est un ancien du Monde, ce journal germanopratin qui au nom du progrès, de l'ouverture, a justifié toutes les régressions sociales.
Pour toutes ces raisons je peux comprendre son désarroi.

Lorsque les Rougon Macquart essaient de se la jouer cools, ouverts et votent à gauche, il y a de quoi s'interroger sur le côté prétendument progressiste de cette gauche.

Il est dommage que le PCF se soit laisser phagocyter par des militants issus des classes moyennes vainqueurs de la mondialisation, s'il avait conservé son discours anti-UE, anti-Euro et du produire français, il serait aujourd'hui aux portes du pouvoir. Il avait la bonne analyse, il fallait supporter la traversée du désert et résister aux attaques et au McCarthysme de la gauche mitterandienne, mélenchonnienne et trotskyste.

L'alliance historique démarrée dans les années 70 de la grande bourgeoisie et de certaines classes moyennes (artistes, cadres dirigeants, intellectuels, haute fonction publique, journalistes, enseignants) ) est-elle en train de se fissurer.?
Les Américains avaient à choisir entre la peste et le choléra. Ils ont choisi.
[quote=Le matinaute](...) l'amère satisfaction de voir que l'appareil médiatico-sondagier, de ses grands patrons à ses soutiers, refusant jusqu'à hier soir d'envisager l'inimaginable, s'est une fois encore auto-persuadé que le monde était à son image.

J'espère que ce point va être creuser et qu'on ne va pas se contenter de ces jolis formules aussi bien écrites soit elles.

Cette défaite historique de la grrrrande presse ne sera pas sans conséquences, si j'étais investisseur il y a désormais mieux et moins cher comme placard publicitaire.

C'était mignon ce matin les éditocrates (à qui je ne donne pas 15 jours pour se rallier à Trump) qui tentaient péniblement de comprendre ce qui avait pu leur échapper tout en continuant à interrompre l'invité qui parlait en dehors des clous de Sanders, Wikileaks etc...

Au pays du que-faut-il-en-penser? malgré la sidération et le vertige on savait encore ce qu'il ne fallait pas penser.
interessant découpage sociologique du vote:
http://www.nytimes.com/interactive/2016/11/08/us/politics/election-exit-polls.html
sans grande surprise l’électeur moyen de trump est un homme blanc (mais alors très blanc); peu eduqué, qui a la quarantaine bien tassé ou plus, et qui habite à la campagne (Il est aussi chrétien, hétéro, marié).
Plus surprenant ce n'est pas forcement un pauvre; c'est plutot quelqu'un avec un niveau de vie confortable (> 50000$ on vote plus pour trump, en dessous plus pour hillary).
Un peu surprenant aussi 20% des electeurs de Trump pensent qu'il fera pas un president fiable, 20% qui 'il n'est pas honnête et digne de confiance (donc un vote contre Clinton).
A part ça si on a écouté le bonhomme ne serait-ce que 10 secondes je vois pas comment on peut accorder le moindre crédit à se parole ou à la possibilité de réaliser quoi que ce soit de son programme, même si c'était positif. Ses premières félicitations viennent de Poutine et Orban. En attendant les millions d'immigrés et de minorités des USA se préparent au pire, et ils ont des bonnes raisons de le faire. tout est possible. Et ici la victoire de l'extreme-droite devient une probabilité plus que tangible.
Demande atypique sur un forum d'@si : est-ce que quelqu'un se sentirait capable d'expliquer simplement et en quelques lignes en quoi l'élection de Trump est vertigineuse, ou au moins plus vertigineuse que ne l'aurait été celle de Clinton ?
Faites comme si j'avais entre 8 et 12 ans, et ne présupposez aucune connaissance de l'histoire des USA et de contexte géopolitique ( ce n'est pas mon âge mais c'est mon ignorance véritable).
Merci.
J'avais imaginé comme impossible la victoire de ce guignol. Je m'ai trumpée. Pour gagner des élections capitales dans nos "pseudo-démocraties", il faut montrer sa gueule à la télé tous les jours et prononcer les pires inepties. Chez nous , il y a le roi des frites qui ne pense qu'à ça.
Ben moi, un libéral qui veut abattre les obstacles entre les capitaux, les marchandises, mais pas la viande humaine, j'ai des doutes. Ah lala, on ne lit jamais assez . Vivent les intellos !
"un candidat qui souhaite augmenter les droits de douane des produits chinois, augmenter les impôts des traders des hedge funds, renégocier ou sortir de l'OMC, diminuer le prix des médicaments, maintenir les assurances santé et vieillesse instaurées par Obama que les autres candidats républicains souhaitaient supprimer, rétablir le Glass-Steagall Act, voté lors de la crise de 29 et abrogé par Bill Clinton, qui séparait banque traditionnelle et banque d'affaires"

Bon, qu'on soit déçu du PS en France parce qu'on a été assez naïfs pour s'imaginer qu'il ne plierait pas totalement sous la doctrine libérale, je peux concevoir. Aussi perspicaces et sensés que des lapereaux de 3 jours qu'on a été pour ne pas le voir venir mais, bon, il y avait le mot socialiste dans l'intitulé, ça nous a induit en l'erreur, ça arrive même aux meilleurs (on va dire).

Mais s'imaginer qu'un type comme Trump, membre du parti Républicain aux USA (attention des indices subtiles se cachent ici), puissent mener une politique autre qu'ultra libérale et uniquement préoccupée par le fric et le bien être des multinationales...voire, de mener une politique sociale qui viserait à plus d'égalité et de justice...Voyons, soyons sérieux, je vous prie.Nous vivons en pleine féérie, là (pas besoin de légaliser la marijuana)!
"On nous a trop conditionnés à attendre de l'Amérique salut et protection"


Vous êtes sérieux ?

Si elle peut nous débarrasser de ces fables pour enfants, cette élection est une bonne nouvelle.
Je ne peux pas m'empêcher de faire un parrallèle avec les résultats du Brexit, de la victoire de Trump et de ce qui va se passer en France. La gauche démocrate incarnée par une millionnaire Hillary Clinton et du politiquement correct, donneur de leçons. Et de l'autre côté, celle de la vraie gauche sociale, écologique représentée par B. Sanders qui a été étouffé par les médias traditionnels qui ont soutenu plutôt l'Etablishment que la voix du Peuple américain qui souffre et qui comme en France se tourne désormais vers Marine le Pen plutôt que vers Mélenchon. Au final, ce sont les électeurs de gauche eux-mêmes qui se font piéger par tous les récupérateurs de tous bords et c'est la démocratie et ceux qui sont déçus par la politique qui constatent les mêmes désillusions et la colère qui monte. La démocratie et la voix du Peuple étouffe au point que les bruits de bottes se rapprochent.
La question à se poser est celle de l'aveuglement :

- aucune circonstances atténuantes pour ceux qui ont voté pour le Brexit, ils se sont laissés emportés par des populistes comme Boris Johnson et Nigel Farage qui depuis se sont évanouis dans la nature, laissant face à leur vote ces imbéciles qui ont usé de ce vote pour dire leur colère alors qu'ils savaient parfaitement qu'ils partaient dans l'inconnu comme des moutons de Panurge

- aucune circonstances atténuantes pour ceux qui ont voté pour Trump, milliardaire tricheur avec les impôts, saccageurs de femmes et de fortune, une fortune qui est purement illusoire et qui n'a fait que régresser depuis qu'il l'a héritée, lui qui a mis tant de petites entreprises sur la paille.

Il y a une chose qui ne trompe pas ce matin : celui qui se dit vouloir réunir les Américains, tous les Américains, a distillé pendant plus d'un an des ferments de désunion qui ont fait leur travail dans cette population terrorisée qui n'avait besoin que de "black sheep", devenant des moutons de Panurge poursuivant de leur haine leurs "moutons noirs", qu'ils soient musulmans, latinos ou noirs aussi, avec ce relent de racisme d'une Amérique blanche qui n'a jamais accepté vraiment qu'un président noir soit là. Et si on rétorque qu'il y a quelques électeurs non caucasiens parmi les supporters de Trump, il y avait aussi des Juifs en d'autres temps...
Désormais la haine va irrémédiablement continuer son ouvrage dans la population américaine. Il ne va pas faire bon être différent comme il n'y a pas si longtemps.

Certains ici en Europe qui sont aussi des terrorisés et suivent d'autres populistes souhaitent que cette haine puisse librement s'exprimer. Incapables d'imaginer un avenir sans en priver d'autres, ils sont non seulement des imbéciles mais des fainéants. Chez eux la volonté de destruction supplante le désir de créer, d'améliorer, voire d'aimer
… et puis, à la fin, le nouveau président des États-Unis devra quand même appliquer la politique de l’oligarchie.
[quote=Daniel Schneidermann]Trump président : dépasser le vertige

Ne vous inquiétez pas trop, Daniel. Je suis certain que ce vertige est passager. Tout va s'arranger.

Si vous permettez, Daniel, je vais tenter un truc. Ça marche avec le hoquet, parait-il. Ça peut marcher avec la phobie des concombres.
Cliquez ici.
Tweet de David Duke, militant suprémaciste, ex-responsable national du KKK :
GOD BLESS WIKILEAKS - Julian Assange is a hero -> America owes this man one thing -> FREEDOM !!! Thank you, sir - THANK YOU !
S'il fallait un signe, un seul, qu'ils sont irréformables, et ne comprendront jamais, c'est celui-ci : tous les envoyés spéciaux des medias mainstream français qui se sont délocalisés aux Etats-Unis pour couvrir l'élection se sont installés...à New York.

Le système n'est pas réformable parce que les gens qui le composent, le servent, en vivent ... ne le sont pas. Leurs destins sont liés à celui du système. Aussi, pour ceux qui refusent d'être dominé par ce système, il n'existe d'autre option que de le détruire. Quand on vit dans une prison, on pense d'abord à s'echapper, pas à ce qu'il y a dehors ou à ce qu'on fera après en être sorti.

Je ne sais pas si Trump va détruire le système, mais c'est ce que les gens qui ont voté pour lui veulent. Sanders aurait pu représenter une alternative de gauche mais c'est le système qui l'a détruit.
"Trump est bien entendu la caricature misogyne et xénophobe qu'en présentent les medias."
On ne s'interroge plus pour savoir si on peut dire qu'il est raciste.
L'occasion de (re)voir un petit reportage d'arte sur les pro Trump et l'illusion dont on fait preuve les démocrates...
http://www.arte.tv/guide/fr/030273-591-A/arte-reportage
Conclusion : la démocratie c'est dans les urnes et pas sur les réseaux sociaux ou les grands médias
Voir aussi l'analyse prémonitoire de Michael Moore il y a quelques mois (et qui recircule... sur les réseaux sociaux)
[quote=Daniel Schneidermann]On a toutes les raisons de trembler, mais il n'est pas interdit de chercher à comprendre.

Il est aujourd'hui urgent de rappeler que Tocqueville dans cette Bible de la raison politique que constitue Démocratie en Amérique a donné deux définitions de la démocratie: d'une part, institution de "l'égalité de conditions", mais d'autre part régime de "dictature" ou "tyrannie de la majorité". Comment ces deux parts apparemment opposées lui permettent-elles de régir la société, tel est le problème dont l'élection de Trump offre un exemple de la nécessité de se le poser. Un exemple dont la compréhension de l'actualité doit être ordonnée à celle de la logique politique à laquelle il obéit.

Ce qui oblige à passer de Tocqueville à Machiavel qui, dans le De principatibus (le véritable titre du "Prince") notamment définit lui, républiques comme principautés, par le conflit entre les deux "humeurs" opposées de la volonté des "grands" de dominer et commander et celle du "peuple" de ne l'être pas: les deux conduisant à l'impossibilité du vivre ensemble si elles étaient livrées chacune à elle-même. Seul leur conflit incessant permet d'atteindre cet équilibre vivant (instable structurellement) qui assure aux "cités" une certaine durée.

Encore faut-il pour bien saisir cela ne pas surestimer l'humeur du peuple qui, pour être "plus honnête" précise Machiavel, n'est pas pour autant parfaite. Constituant le pôle de la négativité, qui laissée à elle-même conduirait à une autodestruction, elle ne trouve que grâce à l'adversité qui la lie à l'humeur des "grands", par trop positivement opposée quant à elle, ce qui lui permet de ne pas verser dans de définitifs excès. Mais l'équilibre est toujours au bord de l'abîme, comme on ne le voit habituellement pas. La raison en est une positive obnubilation touchant la nature du "pouvoir". Celui-ci n'est pas en effet simplement puissance: pur pouvoir de faire, mais au contraire, et telle est la fonction populaire salutaire, celui de ne pas consentir, et ainsi d'empêcher de méfaire. C'était à Rome le pouvoir tribunicien maître du consentement dont l'abolition de fait à Rome du temps des Gracques ouvrit par guerre civile la voie à l'Empire qui la convertit en guerres de conquêtes... jusqu'à la chute finale.

À la lumière de cet exemple, ce qu'il vient de se passer dans ce qu'il ne faut pas se hâter d'appeler l' empire américain, nous montre que le pouvoir démocratique est essentiellement un pouvoir de désaveu. Désaveu de l'élite par ceux qui en subissent les excès. Excès commis inconsciemment ainsi par "les grands" (en l'occurrence, une "élite éclairée") et dont le désaveu ouvre sur la possibilité d'un plus grand danger comme nous le redoutons. Puisse cette crainte être l'occasion d'une salutaire réflexion...
En tout cas il y en a au moins deux qui avaient vu juste, Michael Moore http://www.huffingtonpost.fr/michael-moore/cinq-raisons-pour-lesquelles-trump-va-gagner/ et moi, qui en avais fait le pari avec mon frangin (qui a vécu en Louisianne), et je suis désolé de l'avoir gagné :(.
edit : ah ben y'a Arnaud Romain aussi ;)
Pour commencer (ou continuer) à comprendre, un article depuis Pleasant Fields... loin de New York : http://www.laviedesidees.fr/Qui-croit-en-Trump.html
Le Brexit ne devait pas arriver. C'est arrivé.
Trump président ne devait pas arriver. C'est arrivé.

Est-ce qu'on va pouvoir continuer à se dire que Le Pen n'arrivera pas ?

Autre question : combien de temps sera nécessaire et jusqu'à quelles absurdités faudra-t-il en arriver pour que la majorité des journalistes cessent de se consacrer aux sondages et aux analyses de comptoir ?
Ne pas oublié qu'il veut détruire l'Obamacare, moins imposer les entreprises et grandes fortunes, poursuivre les femmes qui l'ont accusées, sortir de l'accord sur le climat, relancer Keystone XL. Mais il veut également sortir des négociations sur le TAFTA…
Il y a un mois, Daniel, vous me "débiniez" publiquement lorsque je contrebalançais votre 9h15 sur le premier duel Trump/Clinton, billet où vous prétendiez que "les sondages donnent Clinton vainqueur du duel..." et traitiez de simples 'trolls" ceux qui, dans ces sondages de sites d'organes de presse (qui n'en sont pas MAIS sur lesquels vous vous fondiez en vous trompant totalement d'analyse, soit dit en passant) avaient déclaré considérer Trump comme "vainqueur" du duel...

Pour mémoire, j'ai fort envie de rappeler ici l'essentiel de ma réponse d'il y a un mois, moment où il vous était impossible de voir (et c'était pourtant tellement clair !) que oui, Trump allait gagner, et ou moi, je vous l'annonçais, me basant (entre autre), comme vous le faite (mais, un mois trop tard), sur l'excellent travail du Diplo, pour lequel je travaille, donc, dont je décortique profondément les articles absolument remarquables :

"...(...) Ceux que vous appelez des "trolls" et qui se rueraient sur les sites d'organes d'info américains, eh bien dans quelques semaines, ils porteront un autre nom.... on devra bien les appeler par ce nom : des électeurs. Et j'en reviens à l'analyse fine, et à tout un travail de terrain que le Diplo a faits ces derniers mois, travail d'immersion d'envoyés spéciaux dans les états du Middle ouest ou la région des lacs, ainsi que lors des cérémonies d'investitures des deux candidats . Je vous y renvoie.

Les articles du Diplo n'insultent pas, ils ne filtrent pas dogmatiquement les analyses et les constats, ne prennent même plus parti tellement ces deux candidats à l'élection américaine sont aussi révélateurs l'un que l'autre de la décrépitude de cette "démocratie" américaine.

Ils montrent les gens, racontent les substructures historiques, sociales, économiques et politiques de tous ces bassins autrefois prospères des USA, aujourd'hui laissés à l'abandon. Ils tentent d'expliquer comment un duel aussi néfaste et tellement improbable il y a 20 ans d'une Clinton face à un Trump a pu peu à peu devenir l'inéluctable issue pour ce pays malade.

Vos "trolls", Daniel, vont élire Trump. Car, j'en prends le pari, il sera élu. Ne serait que parce que tous les médias, les analystes, les journalistes si éclairés de l'occident nous annoncent qu'il perdra, que Hilary a "gagné le premier duel" (ben voyons !) et que depuis 20 ans, ils se sont planté absolument sur toutes leurs prédictions quand il s'est agi de savoir comment un "peuple" allait se comporter... (du référendum sur le TCE en France et au Pays-Bas... au Brexit... en passant par l'adhésion de la Suède à l'euro en 2003 et on en passe tellement !!!).

Et quand des dizaines de millions de "trolls" s'imposent comme une majorité, je me demande quel qualificatif il faudra alors trouver pour les définir... Je ne m'en réjouis ni le déplore (ça ne me regarde que de loin, je ne vis pas dans ce pays), mais ce qui est palpable quand on s'est penché, comme j'ai tenté de le faire, sur ces élections improbables de 2016 aux USA, c'est que oui, Trump en est, il en est bel et bien, et qu'il y a des raisons à ça.

Ce qui est évident, c'est qu'à force d'adouber des présidents à grands coups de prix Nobel avant même qu'ils aient fait quoi que ce soit, juste en raison du symbole de la couleur de sa peau, on finit par occulter le fait que des politiques délirantes effectivement mises en oeuvre derrière le masque du story telling affectent une part grandissante de ce peuple... et que face au mépris, sa réponse devient violente. La réponse, c'est Trump... et en définitive, ça n'a rien d'étonnant."
... fin de citation.
Du calme camarades, le monde n'a pas encore changé de bases.
Je ne résiste pas au plaisir de reproposer ce que j'écrivais hier:


Par act 10:44 le 08/11/2016
Re: Trump : une roulette américaine
Il nous reste une bouteille de champagne à la cave.On va la boire cette nuit pour la victoire de Trump. Le système va turbuler. Mais surtout le clan hypocrite de la finance mondialisée, de la guerre et de la corruption va se diviser et s'éloigner du pouvoir. La planète pourrait respirer un air meilleur?On ne sait jamais!. Même si ce sont les ploucs et les sans-dents qui pour une fois ont un peu voix au chapitre.
Les lecteurs du site d'Olivier Berruyer ,site tout imparfait soit-il (voir les-crises), auront, de nouveau, un peu moins le vertige que les autres.
Tant sur les probabilités de victoire de Trump que sur son programme.

Avec de l'info disponible à portée de main de tout le monde, et certainement de tous les journalistes.
Je vois deux enseignements....

I- La démocratie américaine ne permet pas la réflexion de fond.
II- Le vote utile n'est pas sans limite..

Pour la France, en 2017 demeure l'illusion du candidat Juppé... Mais je crains pour 2022...
Salauds d'électeurs ! comment osent ils voter autrement que les zélites enracinées dans le rejet de l'avis des "masses populaires"
Il est temps de museler ces gueux! Un test de QI avant d'entrer dans l'isoloir ? les rayer des listes ?
Mieux: Droit de vote assorti aux revenus. Ces salauds de pauvres ne vont quand même pas nous empêcher de gouverner en rond, et pour nous!
Merci aux Américains pour ce vote qui secoue le cocotier..Où est notre Trump made in Europe ?
Cette onde de choc va faire trembler l'Europe et le fossé qui s'est creusé entre les "élites" médiatisés bien pensantes et toutes ceux et celles qui voudraient être écoutés, principalement les jeunes.
Chronique qui commence mal : "image inimaginable". Je me suis dit que DS ne lit pas ses forums. Plusieurs d'entre nous étaient fort réservés devant l'unanimisme de nos medias "main streat". Heureusement, la suite de la chronique n'est pas décevante. (voté)
Toutefois, j'aurais insisté sur l'hystérie et l'effroi - sans doute surjoués - des réactions, Qui peut croire que d'un coup, vient d'émerger un dictateur mondial? Comment peut-on encore croire que le politique, même fou, a du pouvoir sur l'économie? Il y a de plus en plus de distance entre le devrait et l'effectif.
Désolée si je sape le moral de certains; j'ai vraiment quitté le monde des bisounours.
Ce qui est étonnant dans le monde des médias, c'est que pas encore une seule fois on a entendu ou lu, depuis ce matin le mot "sidération".
Ça ne devrait pourtant pas tarder: du vertige à la sidération il n'y a qu'un pas, celui qui va faire basculer les commentateurs, experts et journalistes confondus, dans le précipice de l’incompréhension.
Pourtant l'Amérique, c'est pas compliqué: ce n'est pas un pays, c'est un Empire. Un Empire qui n'en finit pas de finir, qui a eu son Auguste, son Caligula et qui va probablement se terminer avec son Néron.
Mais pendant ce temps, aux confins de l'Empire, en Californie, alors même que le peuple américain plébiscite un Voyou, le peuple californien légalise le cannabis à "usage récréatif"!
Alors, comme l'inoubliable Joe Dassin le disait si justement: "l'Amérique si c'est un rêve, je le ferais".
J'ai simplement une énorme pensée de tristesse pour la famille Obama. Tout les efforts de Barack pour apporter de l'espoir, du lien social, un peu d'humanité au plus haut sommet de l'Etat, que dis-je, de la planète.Quand je parle de la famille Obama, je pense à ceux qui se sont identifiés à lui, sa femme, ses enfants, les Afro-américains, les gays, les femmes et tous ces gens qui se sont sentis opprimés en raison de qui ils sont, de qui ils aiment ou d'où ils viennent.

Dans un processus de deuil, il y a bien souvent le déni et j'y suis resté à cet instant. J'attend tranquillement la négociation, la colère, la dépression et l'acceptation.
L'impensable mais tellement probable que l'on n'était pas persuadé de la victoire de Clinton et que l'annonce des résultats vers les 4 heures du matin ici est venue juste comme confirmer le cauchemar qu'on avait entrevu.

La première réaction, c'est celle d'une haine féroce contre la nature humaine qui permet à un gamin de septante années de se payer les USA comme il s'est payé la Trump Tower. Aujourd'hui c'est les Trump USA.

RIP USA, vous verrez comme c'est simple de vivre en autarcie.

La seconde réaction, c'est contre la folie de ces gens qui se sont laissés conduire par un fou avide de pouvoir qui "grab" tout
Ils n'ont aucune circonstances atténuantes, ce sont des c..s, ils devront payer au bout du compte. Honte à eux, ces c..s
Bof, on a bien élu Sarkozy...
Et bientôt Le Pen.
Ça date un peu (beaucoup) mais je pense que ça illustre bien. Y compris la référence à un certain politicien français. lien
La personne la plus triste de l'histoire, c'est Trump lui-même, parce qu'il s'attaque à du fort. Et lors de son discours, il fait quand même une tête d'enterrement ! L'enterrement des USA ?
Et donc, le chômage et la croissance des USA, ce qu'on nous vendait comme merveille à partir du néo-libéralisme triomphant, n'est pas si rose, et même provoque la colère des électeurs ? Au point d'élire n'importe qui qui promet le contraire ? Même un milliardaire ?
Ben alors !
[quote=Discours de Trump relayé par Médiapart]« Merci beaucoup. Désolé de vous avoir fait attendre. Merci beaucoup. J’ai juste reçu un appel de la secrétaire d’Etat Clinton. Elle nous a félicité pour notre victoire et je l’ai félicité pour la campagne qu’elle a faite, elle a combattu très fort. Ce fut une très longue campagne et nous lui devons une grande dette de gratitude pour ce qu’elle a fait. Maintenant il est temps pour les Etats-Unis de soigner les blessures de la division (…). Il est temps de se rassembler en étant une nation. Je promets à chaque citoyen que je veux être le président de tous les Américains, et c’est si important pour moi. Pour ceux qui ont choisi de ne pas me soutenir, je viens vers vous pour que nous puissions unifier notre grand pays. (…) Il y a eu un grand mouvement incroyable (…) Des américains de toutes les races, les religions. Nous allons commencer à reconstruire notre nation et à relancer le rêve américain. » « Chaque Américain aura la possibilité de réaliser son potentiel, aucun homme pou femme de ce pays ne sera plus longtemps oublié. » « Nous allons construire des routes, des autoroutes, nos infrastructures ». « Nous allons embarquer sur un peinte de relance et de renouveau (…) pour le bénéfice de tous ». « Nous allons doubler la croissance et avoir la plus grande économie du monde. » « Nous devons reprendre les rênes de notre pays, être téméraire et audacieux ».

Ben quoi, il est tout ce qu'il y a de politiquement correct, ce discours. Ils ont élu un bisounours dissimulé sous la peau de la bête immonde? Les politiques m'étonneront toujours... Construire des autoroutes (pas des logements, faut pas pousser) doubler la croissance (la croissance de quoi, on s'en fout)... Et ça se prétend "téméraire et audacieux"... J'entends surtout "grands travaux inutiles", gaz de schiste, pétrole à gogo... Est-il vraiment l'ovni qu'on a cru voir? On a les mêmes à la maison (et je me parle pas de MLP!)
Si Clinton et les démocrates n'avaient pas triché pour éliminer Sanders, peut-être que Trump ne connaîtrait pas un tel triomphe ?
Ce qui est plutôt rassurant pour nous c'est que Trump n'est pas va-t-en guerre comme Clinton, que les traités de libre échange ont du plomb dans l'aile et que ça imposera à l'Europe de se remettre en question.
Bonjour
Voilà, à force de tirer sur l'élastique, il craque et vous revient à la figure.
Ce matin sur FCult, un invité US crachait sur le faible niveau d'intelligence des électeurs potentiels de Trump. Le dégoût.
Sauf que lui ne doit pas connaître le pointage au chômage et la quête aux aides sociales. Chacun a son intelligence.
Ce que l'on peut regretter c'est que les instances Démocrates aient préféré Clinton à Sanders pour tenter de répondre au problème social. Trump était en étagère, les électeurs déclassés l'on acheté.
"un candidat qui souhaite ... maintenir les assurances santé et vieillesse instaurées par Obama que les autres candidats républicains souhaitaient supprimer".

Heu... pas vraiment.

Il propose :

1) d'abroger l'Obamacare
2) d'améliorer la couverture santé des américains par des dégrèvements fiscaux et en rendant le marché de l'assurance santé plus concurrentiel.

Il s'agit d'une vision ultralibérale de la question : si le marché est "libre" ( c'est à dire en dérégulant) les prix des assurances "baisseront". Alors que l'Obamacare était une tentative, à dose homéopathique, de re-régulation du marché des assurances santé.
Surréaliste !
Préparez-vous, dans 6 mois, ce sera la surprise Mélenchon, le bolchevik mangeur d'enfants.
Un 2002 à l'américaine ?

Preuve à nouveau que les sondeurs sont aux fraises, comme les médias qui s'accrochent aux sondages comme des moules à leur rocher.

Aux US comme en France, les médias et les sondeurs ne ressemblent pas au peuple, ne pensent pas comme lui.
La preuve : certains propos de Trump présentés comme des outranciers n'ont pas choqué une grande partie de ses électeurs qui en réalité parlent comme lui au quotidien !

Va-t-on en tenir compte en France ?

La France ressemble à Hanouna, pas à Pierre Rabhi. Quant au discours de Zemmour, même si ça me fait chier de dire ça, il n'apparait pas outrancier pour beaucoup ...

Qui vivra verra

PatriceNoDRM
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.