103
Commentaires

Trump, Mélenchon, Kempf, et les Arts et Lettres

Comprendre, encore. Sans approuver, bien sûr. Mais comprendre l'élection de Trump.

Derniers commentaires

Et si on parlait de nos élections en France.
Si on est de gauche, alors:
Peut-on être de gauche tendance non-abstention?
Peut-on être de gauche tendance Trump?
Peut-on être de gauche tendance Philippot?
Peut-on être de gauche tendance protectionniste?
Peut-on être de gauche tendance Bachar?

C'est un problème,non?
Et si, en fait, on analysait cette élection de façon normale et posée ? Et si au lieu d'y projeter tous nos fantasmes comme le fait Mélenchon pour promouvoir sa vision du monde, on prenait du recul ? On pourrait faire de l'histoire.

D'abord, on pourrait se poser la question en terme de partis. Hors temps de guerre, combien de temps un parti américain arrive-t-il à se maintenir à la présidence ? Depuis 1945, seul les républicains ont réussi à tenir 12 ans, de 1981 à 1993, Bush Sr succédant à Nixon. Il est à noter que depuis la même date, Bush Sr est le seul à avoir été battu lors d'une candidature à sa réélection. Il y a, par deux fois, eu deux présidents qui n'ont pas réussi à se faire réélire : Carter et Ford, Carter étant le seul cas pour lequel un parti est resté moins de 8 ans au pouvoir. Hormis ces exceptions, on observe 8 ans de présidence républicaine/ 8 ans de présidence démocrates depuis 71 ans. Bref, les américains aiment l'alternance, et ont voté pour l'alternance encore une fois.

Qu'est-ce que cela signifie ? Qu'en général, un candidat du même parti que le président part avec un sérieux handicap. Faire aussi bien qu'Obama aurait été un exploit, et rien n'autorise à penser que Sanders l'aurait réussi. Un président sortant bénéficie de son aura présidentielle lorsqu'il se réprésente, pas son successeur, qui par contre hérite de toutes les erreurs et sources d'impopularité accumulées pendant 8 ans.

Alors, la présidence d'Obama est-elle entâchée d'autant d'erreurs et de sources d'impopularité que ça ? Après tout, on n'est loin des délires des deux présidence Bush. Et en effet, Obama conserve une vraie popularité. Comme Clinton. Et que s'est-il passé après la présidence Clinton (B.) ? Pour la première fois durant le XXème siècle, le système des grands électeurs a nié le vote populaire, exactement ce qui arrive à Clinton (H.). Mais Obama a fait l'Obamacare, a eu la politique étrangère qu'il a eu, s'est montré volontaire pour limiter le commerce des armes, etc. Bref, autant de petites choses qui peuvent aliéner une partie de l'électorat démocrate.

Il manquerait 6 millions de vote à Clinton par rapport à Obama selon les cons comme Mélenchon qui ne savent pas qu'il faut des semaines pour compter les votes dans certains états. En réalité, aujourd'hui, il lui en manque 3,5. Notons bien que Trump fait pareil que le dernier candidat républicain (aujourd'hui également). Où sont-ils donc ces millions d'électeurs manquant ? Ne se seraient-ils pas déplacé ?

En fait si. Il y a eu PLUS de votants en 2016 qu'en 2012. La participation est en légère baisse (car la population augmente). Voilà les chiffres : http://www.electproject.org/2012g , http://www.electproject.org/2016g . Donc non, Clinton n'est pas non plus victime d'une abstention qu'elle aurait créé en étant tellement la candidate de l'Establishment, démédia et de je ne sais quoi. Les américains sont allés voter comme d'habitude, mais ne se sont pas tournés vers elle. Alors vers qui ?

Eh bien on peut aussi regarder les autres partis. Quoi, d'autres partis ? Ne le dîtes pas à Mélenchon, ça pourrait le cultiver. Le parti vert a plus que doublé son score, dépassant le million d'électeurs. Je doute que ceux-ci aient pu partir de chez les républicains. Et je doute que Clinton ait eu beaucoup de moyens d'action dans ce domaine : c'est l'héritage de l'ère Obama. Quel autre parti explose ? Les libertariens, qui passent d'un million à quatre millions de voix.

Tiens, on vient de trouver un nombre d'électeurs correspondant à ces électeurs manquant. Peut-on affirmer que ces électeurs sont bien les manquants ? Eh bien regardons le programme de ce parti sur wikipedia :

"The party generally promotes a classical liberal platform, in contrast to the Democrats' modern liberalism and progressivism and the Republicans' conservatism. Gary Johnson, the party's presidential nominee in 2012 and 2016, states that the LP is more culturally liberal than Democrats, but more fiscally conservative than Republicans.[10] Current fiscal policy positions include lowering taxes,[11] abolishing the IRS,[12] decreasing the national debt,[12] allowing people to opt out of Social Security,[13] and eliminating the welfare state, in part by utilizing private charities;[14] current cultural policy positions include ending the prohibition of illegal drugs,[15] supporting same-sex marriage,[16] ending capital punishment,[17] and supporting gun ownership rights.[18] Many libertarians believe in lowering the drinking age to 18.[19]"

Je me demande combien de républicains qui se sont reconnus dans Romney auraient pu subitement se dire qu'ils n'allaient pas voter Trump mais libertarien pour qu'on légalise la ganja, le mariage homosexuel et qu'on interdise la peine de mort. Mitt Romney et John Mac Cain auparavant n'étaient pas connu pour être de grands libertaires, et leurs "errements" progressistes n'avaient rien de différents de ceux d'un Donald Trump remarié 4 fois, pour faire court.

Par contre, si j'étais un démocrate parce que je suis ouvert d'esprit niveau sexualité, cannabis et que j'aimerais bien qu'on interdise la peine de mort, mais que je ne suis pas un grand fan de l'Obamacare et que j'aime pas payer des impôts, vers qui je pourrais me tourner ? Dans une amérique ou la culture libéraliste économique reste forte, ça n'a rien d'improbable.

Je ne dis pas que ces gens auraient votés Clinton s'ils n'avaient pas eu leur candidat. Ce qui apparaît, c'est qu'il est difficile de dire qu'un autre candidat que Clinton aurait eu leur vote. Les verts auraient peut-être choisi Sanders, mais pas les libertariens !

Oui mais bon, c'était Trump en face non ? Oui, c'était Trump. Mais nous sommes aux États-Unis. Relisez les discours de Bush Jr et Bush Sr (les derniers présidents républicains). On était loin d'être face à un tendre. Et il a tenu 8 ans au pouvoir. Il a même gagné largement sa réélection AVEC le vote populaire.

Finalement, on le voit, on est loin du cacalysme que les médias nous ont vendu. Nous sommes toujours dans l'excitation suscité par ces élections. Nous sommes sous le choc comme nous l'avons été quand Bush a été élu. Mais vu de plus loin, on observe une alternance classique dans la vie politique américaine. Trump a su remobiliser l'électorat républicain blanc et xénophobe là où ça comptait.

Business as usual. Les analyses pseudo-profondes de ceux qui veulent vendre leur soupe anti-système devraient rester au café du commerce.
J'éructerai pour Lui dans l'isoloir.
encore une fois, Mélenchon n'as pas peut-être pas tout à fait tort dans son analyse; mais il y a là une manière de minimiser la réalité raciste du vote Trump, les violences inouïes que subissent les minorités depuis l'éléction, la manière dont, comme jamais, la police se lâche (apparemment 17 morts de violences policières DEPUIS les éléctions); et la nomination d'un proche d'un "white suprematist" notoire en la personne de Steve Bannon (qui tient le site d'extreme-droite Breitbart, en cheville avec le KKK) au poste de "chief strategist", l'éminence grise. Sa nomination a été vivement salué par le parti Nazi americain ("now we now Trump is the real deal").
Eructer dans son fauteuil que c'est la colère du peuple contre l'establishment, que Clinton est corrompu, que Sanders aurait été un meilleur candidat, ok, c'est facile en fait, mais là d'un coup il me semble qu'on est confronté à des problématiques plus urgentes. C'est pas un petit jeu de spéculation intellectuel, c'est des vies qui sont en jeu. Et sinon, si le status quo (ici Clinton) nous offre un glissement certain vers la "post-démocratie" / dictature soft / tout ce que vous voulez; là on se dirige vers une version d'autocratie "en régime capitaliste" qui est très loin d'être soft.
" Geneviève Delaisi de Perceval, diagnostiquant une "identification par défaut" des électeurs de Trump, "électeurs qui savent qu'il ne fera probablement pas ce qu'il dit, que c'est un menteur qui ne paie pas ses impôts, mais qui porte des valeurs auxquelles les gens du Midwest sont très attachés".
W/i]wahou! quelle acuité ! quelle vivacité ! quelle analyse singulière, pertinente et précoce! on a beau dire, une particule ça aide...
Hé, les aminches, vous savez quoi..."ils" m' ont bombardé gauleiter de Seine & Marne...Sans même m' envoyer un SMS, quel culot!
Gauleit...Aah, les salauds! Alors, t' as fait quoi, Bébert...t' as refusé, 'vidam'!?
Ben...C' est à dire...Y a eu les inondations, et puis, Brig' aimait bien la Mercédès blindée...Avec tout ce qui se passe, en ce moment!
Et puis, c' est qui qu' aurait payé Fedex...Y a pas écrit " pigeon ", là...Nan!?
Carpe diem...
N'ayant pas la croix de guerre, ni l'ordre de la jarretelle et encore moins la Victoria Cross, ni le Nkwe ya Selefera, le Silver Leopard, ni l'ordre des comices agricoles, ni comme Mélenchon suis-je Grand officier de l'ordre national du mérite argentin, mais quand je vois un salaud, je sais le reconnaître même s'il se défend de son passé de saisisseur de chatte et s'il dit être la voix du peuple en croulant sous les dorures, et quand je vois un populiste qui veut donner au populisme ses lettres de noblesse, cela me rappelle la même histoire qui se reproduit à quelques décennies

Et d'abord en effet, l'électorat de Trump est essentiellement constitué de ces blancs trouillardisés dans des campagnes lointaines où la peur ravage les esprits, et dans ces états habitués au maniement des armes et qui ont encore aux arbres la trace des cordes
Son électorat est aussi constitué de quelques milliers de pauvres qui ont cru au bréviaire qu'il leur raconte, lui qui fait tout le contraire et conduit des entreprises à la faillite dans ses projets immobiliers personnels, lui qui s'exonère d'impôts et empêche ainsi la construction des infrastructures qu'il promet au détour d'un programme où la haine supplante le reste

Et voilà que Mélenchon à la suite de la fille du cyclope vient attribuer son propre ordre du mérite à Trump

Que Mélenchon écarquille bien les yeux loin de l'écran qui lui sert à placarder ses thèses, et qu'il voit qui s'installent avec Trump, à côté de lui : on croirait voir les ombres les plus funestes d'un autre temps. Oh bien entendu, c'est une nouvelle release, ce n'est pas la même chose, c'est une version édulcorée mais ces gens sont aussi atteints de folie inhumaine.

Que Mélenchon considère, ce qu'il reste quand les propos racistes sont passés, de quoi est fait le monde. La terreur là n'est pas imaginaire. Qu'il sache de quoi est fait le désespoir de ceux qui croyant avoir enfin l'aide attendue et constatent que ce n'était que pour le goût des mots et de la provocation oratoire.
Un peu foireuses les explications de Daniel. J'avais pas d'enveloppe A4, pis il pleuvait ce jour là…

Avouez que vous l'avez gardé parce que ça vous a flatté ! Le fait de ne l'avouer qu'un an après montre que vous n'êtes pas très clair avec ça !

En même temps ça me dit quelque chose cette histoire, je me demande si Anne-Sophie ne vous aurait pas balancé en loucedé dans une de ses chroniques. La preuve que tout le monde s'en fout, ça n'a pas été relevé !
Finalement, vous avez été un peu flatté quand même , n'est ce pas ?
Chevalier des Arts et Lettres !?
Comme Iggy Pop !? Coooool...
Je n'ai trouvé Tardi, ni Sophie Marceau ridicules mais cohérent.
Pour avoir moi-même refusé d'être inscrit dans la moulinette du Mérite que me proposait mon ex-entreprise, je salue H. Kempf lorsqu'il refuse la légion d'honneur électoraliste de Ségolène.

En revanche lorsqu'il évoque "l'état déplorable de la liberté de la presse " je trouve qu'il est mal placé pour en parler. car je me souviens de toutes les fadaises qu'il a pu débiter dans le Monde au sujet du projet de Notre-Dame-des-Landes, sans être censuré ( un sujet presque obsessionnel chez lui !) avant de se faire virer du même journal. Car, en plus, lorsqu'on lui signalait des erreurs grossières sur le sujet, il se gardait bien de les corriger. "La liberté de la presse" a également besoin de journalistes qui savent reconnaître leurs erreurs, sinon ils sont aussi critiquables que les employeurs qui les contraignent.
Il est commun d'affirmer que les USA sont un pays plus jeune que la France. On peut néanmoins soutenir le contraire : Le lourd passé de la France l'a en effet contrainte à de violentes ruptures, quand les USA ont conservé le XVIIème siècle dans le formol de l'Histoire. Les USA sont le plus vieux pays du monde.
Je reconnais que l'effet de sidération est grand, et qu'on reste sur notre faim sur ce qui est des explications sur la victoire de Trump. Mais c'est arrivé, et c'est un pays qui n'a rien à voir avec le nôtre, même si nous en sommes très proches en bien des aspects.
D'autre part, l'effet traumatisme peut disparaître si on en parle, et reparle, jusqu'à n'y plus rien comprendre.
Pour moi, je le répète, les électeurs républicains se sont déplacés davantage que les électeurs démocrates, certains ont voté pour l'autre camp, et ce concours de circonstances a provoqué la victoire du grossier, du raciste et du narcissique Trump.
C'est une explication assez prosaïque, mais ça s'explique ainsi, tout simplement.
Mais si les causes sont "anodines", les conséquences ne le seront pas.
A l'intérieur comme à l'extérieur, ça va swinguer. Un tel enfant gâté, pour qui tout a été plus facile qu'aux autres, et dont des témoignages indiquent qu'il ne se maîtrise pas, et un mec qui se dédit aussitôt après l'élection, il est imprévisible dans le sens où tout peut arriver, y compris et surtout le pire.
Dès la première crise, d'où qu'elle vienne, ses réactions vont sans doute envenimer les choses...
Une des raisons de l'invasion de l'Irak après le 11 septembre a été le fait que Bush Junior avait terminé ce qu'avait négligé son père après l'attaque du Koweit. Ce rapport limite oedipien à la géostratégie prouve s'il en est besoin que la psychologie du dirigeant n'est pas un détail dans un mandat.
Et que tout peut arriver avec Trump.
Daniel, quand vous dites "j'ai encore un peu le sens du ridicule", vous parlez de la déclaration de Tardi, ou d'une éventuelle déclaration de votre part sur le sujet ? Au contraire, je trouve que la déclaration de Tardi a de la gueule. Quand on connaît Tardi, il faut être sacrément irrespectueux pour oser lui décerner la légion d'honneur... sans même lui poser la question, discrètement, avant !
Il en est de même pour vous ! Bel exercice de style que de trouver la formule qui vous sauverait du ridicule tout en mettant en lumière la mesquinerie du ministre, non ? ;)
et dire qu en France ce sont les psychanalistes qui analysent les gens, eux qui sont dans une bulle d assistanat complet et tres protégé, ils sont des oligarques de la psyché, heureusement il ne reste que la France, a continuer sur cette theorie, machiste, qui amene les gens a la stagnation, a la crispation, a la fermeture. Tout ce que la science a pu verifer de cette theorie s avère faux, les rêves 3% seulement sur le sexe, alors que le type afirmait qu on ne revait que de ca, nos reves nous servent a gèrer notre present pas une porte vers un inconscient tres bizarré pour ce mecs' peupl? de sexe, de desir pour nos parents .... tres valorisant et rassurant, non, comme theorie, exactement comme les capitalistes ont besoin qu ont sois, coupable et terr?, Sur les femmes et leurs orgasmes differents , encore un type qui se permet de dire aux femmes qui elles sont et evidement de se tromper, y qu un organe qui jouie chez la femme et c est le clitoris, et les orgasmes n arrive qu avec les hormones, pas d orgasme possible a 5 ans. Leurs méthodes et theoire sur l autisme, faute de la mere et psycho, alors que c est biologique ... Avec des analystes de cet acabit pas etonnant qu on bouffe autant de psychotrope et qu on est champion des drogues douce... Mais seul les psychanalyste ou celle adoub? par la F2P peuvent etre salairié dans les dispensaires (super pour se faire sa clientele, sans bouger le petit doigt), dans les hopitaux, qui donnent leur avis sur la societe , sur les gens.
leur derniere trouvaille aux psychanalistes "la meditation", ben oui faut bien de nouveau soumettre les gens, le truc du desir de ses parents, les gens on compris que non, mais la mediatation qui nous viens de societe hyper hierarchise c est pain benis,. Linde, le Japon, la Chine, des societe machiste (tres machiste), aurait une pratique d ouverture , et depuis l aube des temps ? connerie, cette pratique veut detruire l action revendicative pour la soumission a l ordre etabli, comme dans ses 3 pays ... bravo a JLM de son analyse.
Il serait intéressant de rappeler que Clinton a en fait gagné le vote populaire de temps en temps.

Et de rappeler également que ce ne sont pas les pauvres ou les petits qui l'ont élus. Les pauvres ont choisi Clinton. Les femmes ont choisi Clinton. Les minorités ont choisi Clinton. Les hommes blancs protestants gagnant plus de 50000$ par an ont voté Trump : http://www.nytimes.com/interactive/2016/11/08/us/politics/election-exit-polls.html?_r=1 .

Voilà la réalité des choses. Voilà les gens qu'on vous propose de satisfaire lorsqu'on vous dit qu'il faut lire dans l'élection de Trump un message pour la France. Le message, c'est que les politiques doivent se focaliser sur la satisfaction des classes blanches aisées qui ont peur de l'immigration et du terrorisme parce qu'un candidat qui a perdu le vote populaire se retrouve président aux États-Unis à cause d'un système éléctoral indirect.
"Ler téléphone sonne" hier sur france inter a donné la parole à ses auditeurs pour avoir leur opinion quant à leur responsabilité des journalistes sur l'élection de Trump. Et les journalistes-maison ont quand même été un peu surpris, m'a-t-il semblé, de la réaction des intervenants dont certains étaient eux-mêmes journalistes et pas vraiment tendres avec la confrérie des médias mainstream...
Quant à DS, on l'appelle désormais le chevalier blanc la la la...
Et Gérard Depardieu affirme :"Non, Trump n'est pas un abruti" ... Parole d'abruti, a-t-on envie d'ajouter . Copain avec Poutine, ça ne lui suffisait pas.
Pour comprendre un vote, encore faut-il avoir toutes les données .

Ce qui n'est pas le cas .

on peut quand même dire sans trop risquer de se tromper :

Trump était le candidat des Républicains : les Républicains ont voté pour lui .

Pas tous .

Certains se sont abstenus , certains ont voté Clinton .

Et Trump a probablement aussi engrangé des voix d'américains qui traditionnellement ne votent pas ,

Et qui sont allés voter pour lui....


Ceci étant dit les résultats officiels tardent à venir ....

Et les effets de cette élection se traduisent par une libération de la parole et des actes :

http://www.france24.com/fr/20161114-etats-unis-actes-racites-antisemites-homophobes-multiplient-depuis-election-trump
à Monsieur le Chevalier des Arts et des Lettres :

On vous le chamarra tambour battant
Et maintenant qu'il porte cette croix
Proférer " Merde " il n'en a plus le droit
Car ça la fout mal de mettre à ses lèvres
De grand commandeur, des termes trop bas
D'chanter l'grand vicaire et les trois orfèvres,
La légion d'honneur, ça pardonne pas " ( Brassens )
Oui, je pense qu'étant donné la certaine personnification d'@si autour de la figure de DS (ce qui désamorce l'argument de la récompense personnelle, qui n'a rien à voir avec @asi), il aurait été judicieux de publier l'information l'an dernier, au moment où la lettre est arrivée.
"Vous recevez ça, que faites-vous ?"
Je le révèle sur mon site.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.