184
Commentaires

Trévidic : "Facebook doit supprimer les comptes djihadistes"

Pas un jour, pas un journal télévisé sans un récit d’un jeune français adulte ou adolescent, d’une famille entière qui part faire le djihad en Syrie. Pour combattre ce phénomène, la loi Cazeneuve de lutte contre le terrorisme, adoptée fin septembre par l'Assemblée nationale. On l'évoquait ici.

Derniers commentaires

Après ce qu'il s'est passé cette semaine, il est sans doute nécessaire de réécouter cet entretien avec Trévidic...
Excellente émission comme (presque) toujours. Un débat de haute tenue, éclairant, hors des clous et qui permet ainsi d'échapper aux caricatures habituelles.
@guyome: et cet article du Point nous montre contre qui, contre quoi, la justice française a déballé le grand arsenal antiterroriste: http://www.lepoint.fr/societe/strasbourg-ils-s-entrainent-au-djihad-avec-des-armes-factices-dans-un-parc-15-10-2014-1872558_23.php .....Quatre barbus dans un parc de Strasbourg :) qui s’entraînaient au djihad :) en djellaba :).......apparemment ce ne serait pas une blague......J'imagine qu'étant 4, ils tomberont pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste....WTF !
PS: l'article du Point ajoute: "À leur arrivée, les policiers auraient été accueillis aux cris de "mécréants"....tout est dit. :)
J'ai l'étrange impréssion que le juge antiterroriste est devenu la dernière assitante sociale française. Le problème Daesh en France, c'est des "gamins" paumés qui partent faire "le jihad" pour des raisons délirantes. Cela étant pausé, Il serait peut-être judicieux de penser en d'autre terme que "terroriste". Que Trévédic fasse de son mieux pour lutter contre les départs en Syrie, très bien, mais est-ce vraiment le rôle du juge anti-terrorisme ? N'y a-t-il personne d'autre pour prendre l'appel de parents dont l'enfant s'enferme dans des délires sectaires? C'est d'autant plus inquiétant que Trévedic tord la loi ou pousse au vote de loi d'exceptions.
1 - On peut faire l’apologie du terrorisme, c’est la loi sur la presse qui couvre, on a pas le droit d’évoquer la loi antiterrorisme
2 - Daniel conteste que l’image ait plus d’impact que l’écrit !!
3 - "Ca vous dérange pas d’être en accord avec le gouvernement ?" c’est moi qui les ait conseillé !!
En filigrane, léger malaise quand même à la fin de l'émisison:
2 - L'image des enfants de Gaza en boucle ou de Marine Le pen avant les élections, les résultats à bruxelles et dans les rues de Paris. Paris-Match, le poids des mots, le choc des photos.
3- Cà vient du gouvernement donc c'est pas bon. Le juge a dit plus haut: le djihad ne menace pas la France...sauf si on se tape dessus.
1- c'est la liberté de la presse que l'on défend, mais on pourrait pas faire une exception pour l'appel au crime religieux? même si la Belgique va récupérer les sites et si le Quatar va faire les gros yeux...
Daniel Schneidermann est le seul qui ose des émissions comme çà, alors même s'il y a malaise, bravo à lui.
Je suis assez d'accord avec le Juge sur la fin de l'émission, ils (les jihadistes et leur "fans") exploitent une faille ouverte depuis lgt. le laxisme des politiques concernant les lois, et le laxisme des sites (google en tête) à faire la chasse au contenus illicites.

Sur youtube, en moins de 2 min il est possible de trouver la dernière vidéo de Daesh. Pourquoi il a fallut l'affaire Luka Magnotta pour mettre en lumiere le site goregrish (le propriétaire a été condamné mais le site est tjrs en ligne) alors que ce site, lui-même digne descendant de feu ogrish (devenu liveleak) est un précurseur en matière de diffusion de vidéos jihadistes.

A une époque, pour trouver des vidéos jihadites, il y'avait ogrish, kravkazcenter (la tchétchénie) et pour le web anglais, c'était à peu près tout. Maintenant comme dit plus haut, sur Youtube c'est visible, sur twitter on voit des cadavres, c'est devenu n'importe quoi.

Je sais une chose, çà fait + de 10 ans que j'ai vu Ofex (je reste vague,, mais ceux qui connaissent me comprendront) et je m'en rappelle encore. Alors je n'ose imaginer la génération de dépressifs/cyniques qui se profile, à l'heure où pour voir de l'ultragore, il suffit d'un hashtag.

C'est aux responsables politiques, ET aux responsables de ces sites de s'assurer que ces contenus ne soit pas diffusés.
Qu'un juge d'instruction nous alerte sur des menaces de radicalisation et souhaite pouvoir avoir des lois à disposition pour lutter contre, c'est normal, c'est son job, et heureusement qu'il le fait.

Mais à notre niveau, celui de citoyens, d'acteurs de la vie publique, il convient aussi de réagir de la meilleure manière possible, c'est-à-dire en refusant catégoriquement tout amalgame, toute peur irraisonnée, toute construction d'un ennemi imaginaire. Car malheureusement, ces radicalisations islamistes, dans un contexte d'extrême-orient dévasté (avec le concours actifs des politiques occidentales), sont le prétexte à un regain de suspicion vis-à-vis de l'islam et des musulmans, de droite (parce qu'"ils" menacent notre civilisation chrétienne) comme de gauche (parce qu'"ils" menacent notre civilisation des Lumières). Cette suspicion contre toute une partie de la société française est mortifère et ne peut amener que davantage de rancœur de toute part et diviser davantage cette même société.

Heureusement, certaines figures médiatiques commencent à porter le combat contre l'islamophobie au devant de la scène (le dernier en date et non des moindres étant Edwy Plenel), et la reconnaissance progessive du concept d'islamophobie (construit par des anthropologues français du début du XIXe siècle, qui notaient et déploraient, déjà, comment les critères culturels liés à l'islam étaient amalgamés à un statut radicalisant d'"arabe" menaçant) semble pouvoir faire avancer les choses.
Il est frappant de constater, dans l'émission, comment des français "pure souche", fils ou fille d'athée, tombe dans l'absurdité sectaire des radicaux islamistes, via des sites ou Facebook. On est bien loin des idées reçues de mosquée tenues par des imams "prêchant la haine dans les banlieues".
Il est également frappant de constater combien les têtes de cochon ou les croix nazies trouvées dans les mosquées, ou les agressions de femmes voilées, suscitent bien moins d'indignation que, mettons, au hasard, des phrases de J.Bricmont.


Pour tenter de résister au pouvoir de la peur.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Intéressant d'entendre, de la bouche d'un juge d'instruction, l'existence d'une perpétuelle compétition entre les services de police, avec les nuisances que cela implique sur la qualité du travail.

Mais qu'à donc fait le premier flic de France de 2002 à 2012 ?

Au fait, qu'est il devenu ?
A chaque apparition, que ce soit sur un plateau de télé ou une commission parlementaire, Marc Trévidic détonne, dans sa manière de s'exprimer, les expressions qu'il emploie pour parler de ses apprentis jihadistes (de drôles de loulous), ses éclats de rire... Comme s'il ne fallait pas rajouter de pathos à ce sujet déjà bien lourd, entre tout ce qu'on imagine de l'angoisse des familles, des pressions de la hiérarchie, du politique, des milieux terroristes, et ce terreau de toutes les haines...

La notoriété comme seul rempart? Mais cela en fait aussi une figure emblématique, à présent que les djihadistes ont bien appris de l'occident à quel point la guerre était médiatique, flacon d'anthrax contre décapitation facebook. On apprend que le petit méchant juge est parti aujourd'hui déterrer les moines de Tibéhirine, le corps ou les têtes, ça dépend des articles. Pas moyen de dormir sur place et une heure de trajet nous apprend Europe 1.

Bordel que les gardes du corps fassent bien leur boulot...
Je suis étonnée par le contenu du forum, peu d'intervenants, toujours ou presque les mêmes, avec des contenus dont je me sens très éloignée. Je dois devenir parano mais pour moi l'ennemi a de nombreux visages, je peux aussi bien me retrouver dans des propos de Mélenchon que dans certains de Finki.
Et au risque de déclencher la colère des asinautes (ceux présents sur le forum) je me lance dans le politiquement incorrect :
- que ceux qui veulent partir partent mais qu'ils ne puissent pas revenir et qu'ils perdent la nationalité française, ils ne manqueront pas. Ils font un choix qu'ils doivent assumer jusqu'au bout. Tant pis pour eux.
Je pense que les musulmans de France devraient penser à faire le ménage, c'est bien de dénoncer les dérives mais il est important de les combattre.
Si l'ennemi a un pied dans la porte, il vaut mieux la refermer avec conviction.
En visionnant les images de M6, je trouve incroyable toutes ces nanas qui portent le voile intégral, ça se multiplie et c'est bien inquiétant.
Attention à un mouvement qui enfle dans un pays en crise, la réaction est là, elle porte un nom : Marine Le Pen et je n'ai pas envie de la voir arriver au pouvoir mais elle y arrivera si on persiste à trouver des excuses à certains et à nier les problèmes.
c'est pas si simple que ça, ceux qui n'ont qu'une nationalité ne pourront pas devenir apatride.

Et pour le voile je vous invite à lire ce qui suit:

Article 18 de la déclaration des droits de l'Homme de 1948 à l'ONU!

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.
Il est évident que les femmes qui partent bénéficieront de toute la liberté à laquelle elles ont droit:

Trévidic insiste sur un point: "même si certaines jeunes femmes pensent qu’elles vont combattre, sur place, elles ne combattent pas, elles font la cuisine et s’occupent des mômes" . Il n’y a aucun groupe de femmes combattantes en Syrie. Beaucoup de jeunes femmes sont parties, aucune n’est revenue. Quand leur mari se fait tuer elles sont obligées d’épouser un autre homme du groupe, une femme ne peut pas rester seule pour les djihadistes. Elles sont piégées."

Et il y aura toujours un Romain du fond Desbois pour sortir l'article 18 de la déclaration de l'Homme Barbu.

Mais que défendez vous au juste ?
C'est extraordinaire tout de même. est-ce moi qui a écrit la charte des droits de l'Homme? Est-ce moi tout seul qui l'a votée à l'ONU?

Qui je défends?

Je défends la liberté de croire, la liberté de penser, la liberté d'expression, la liberté de choisir, la liberté de vivre comme on l'entend!

Je suis athée et laïc, je me bats contre l’obscurantisme de tous bords et particulièrement contre le spécisme.

Si ces femmes ont fait leur choix, cela me navre mais qui je suis et qui êtes vous pour les en empêcher?

Obliger et interdire sont les deux faces d'une même dictature!

PS: je considère toutes les religions obscurantistes!
"Si ces femmes ont fait leur choix, cela me navre mais qui je suis et qui êtes vous pour les en empêcher?"
Quand ça vous arrange, dirait-on.
Si elles font leur choix d'avorter, quelle est votre position, déjà, concernant la loi leur permettant de faire ce choix ?
Contrairement à vous je suis cohérent. Je suis contre la peine de mort, pour les coupables et encore plus pour les innocents!
Je suis donc contre la guerre et contre l'avortement.

Mais si des gens veulent s'entretuer je trouve ça navrant mais ils sont libres! Ce que je n'admets pas c'est qu'ils ne se contentent pas de s'entretuer ils tuent ou blessent d'autres qui eux n'ont pas envie de s'entretuer.

Je suis contre la corrida mais si vous trouvez un taureau trop con pour être d'accord, ca me navrerait mais tant pis pour lui.

Car l'on oublie toujours un des protagonistes dans ce genre de débat, la victime !

J'ai déjà expliqué ma position X fois sur ces forums, votre façon de me provoquer est pitoyable.
"Je suis contre la peine de mort -> Je suis donc contre l'avortement. "
Je laisse le soin à Kithy ci-dessus, de savourer cette phrase, surtout quand on la met en perspective avec ce que vous avez récemment déclaré:
"Je défends la liberté de choisir, la liberté de vivre comme on l'entend! "
et
"Si ces femmes ont fait leur choix, cela me navre mais qui je suis et qui êtes vous pour les en empêcher? -> interdire = dictature "
Et vous, qui êtes-vous, si elles ont choisi d'avorter et de disposer de leur propre corps, pour les en empêcher ? pour militer pour l'interdiction, donc pour la dictature, si je colle à votre raisonnement spécieux ?

Votre discours ne tient pas debout, Romain.
L'avortement n'est pas "disposer de son corps" mais disposer de la vie que l'on porte. Vous confondez l'avortement et la contraception!

La liberté de vivre, la liberté de choix s'applique aussi à celui dont on veut supprimer la vie!


C'est ça qui embête, vous êtes dans le déni qu'une vie est supprimée!

La novlangue vous sied bien!
"L'avortement n'est pas "disposer de son corps" "
De mieux en mieux. Donc, vous voudriez l'interdire aux femmes ?
oui, je suis contre le meurtre qu'il soit légal ou non.

Ma liberté de tuer s'arrête à votre liberté de vivre !

il existe deux sortes d'assassins ceux que l'on condamne et ceux que l'on décore.
Qualifier "d'assassins" des femmes qui n'avortent pas par plaisir, après avoir fait la leçon à une @sinaute plus haut en lui assénant que des femmes "avaient fait leur choix, qui était-elle pour les empêcher d'accomplir leur choix, que leur interdire serait la deuxième face de médaille d'une dictature" - tout en voulant vous-même interdire (c'est la même face, ou ce n'est pas la même chose ?) les femmes de disposer de leur corps car elles seraient des "meurtrières" de devoir prendre cette décision...

Je m'arrête là, Romain. Votre interlocutrice plus haut, Kithy, ou d'autres femmes, sauront à l'occasion mieux moi, décrire votre dialectique bien particulière, je vais faire comme vous plus haut: je n'ai rien à ajouter dans ce fil.
Votre "philosophie" est de toutes façons, probablement trop puissante face à mes "faibles capacités intellectuelles" vis-à-vis des autres.

Bonne continuation.
Supprimer une vie vous appelez ça comment?

En fait vous êtes contre la pensée unique sauf si c'est la vôtre !

A gauche on vous a dit que l'avortement c'estt bien alors vous pensez que c'est bien.

Vous ne pensez pas par vous même , vous régurgitez ce qu'on vous dit de penser.
Voici l'appréciation d'un adepte du bouddhisme (site web ici : http://www.changesurfer.com/Hughes.html) qui me paraît exprimer parfaitement les tenants et aboutissants (LE tenant et aboutissant) de l'interminable débat sur ce problème :
"That many Buddhists are politically tolerant of abortion despite personal reservations suggests their recognition that their discomfort with abortion is not a fundamental moral objection, as with slavery or torture, but a personal and emotional one."
Je le laisse en anglais par respect pour le texte original et méfiance envers ma maîtrise de cette langue. Toutefois, on peut le traduire ainsi :
"La tolérance envers l'avortement dont font preuve de nombreux bouddhistes laisse supposer qu'ils sont conscients que leur malaise vis à vis de l'avortement ne traduit pas tant une objection morale fondamentale contrairement à ce qui se passe pour l'esclavage ou la torture, mais une objection personnelle et émotionnelle. "
Si nous assassinons à tour de bras et quotidiennement la vie (humains, animaux et plantes) pour survivre nous-mêmes sans que cela dérange plus que cela notre précieuse digestion, en continuant à nous répéter qu'il nous est impossible de faire autrement, il est en effet étonnant de constater la sensiblerie à l'égard du foetus qui n'est pas encore une vie, mais un élément de la vie de la mère, une potentialité de vie. Le malaise provoqué par l'avortement renvoie très probablement, en effet, à une vision de la femme (et non du foetus) bien ancrée chez les deux sexes. Le pouvoir de la femme sur une vie potentielle est... pouvoir et liberté, hautement insupportable donc dans un monde qui s'est, à un moment de l'histoire, érigé sur la servitude féminine. Quand les hommes partent tuer dans des guerres proches ou lointaines, quand, à l'occasion d'une mobilisation ils exaltent l'écrasement - le massacre - de "l'ennemi", cela relève de nécessités auxquelles on ne peut se soustraire. Quand on salue les interventions dans un pays "non démocratique", en fermant pudiquement les yeux non seulement sur les motivations réelles de ces interventions, mais sur leurs conséquences humaines présentes et futures, le malaise disparaît comme par enchantement devant les convictions. Quand une femme décide (et il ne s'agit pas là d'une réaction émotionnelle, mais bien d'une décision) de ne pas laisser un foetus se transformer en vie réelle, on hurle à l'assassinat et on met toutes les ressources de la culpabilisation en route. Franchement, ce serait risible si, derrière ces réactions, on ne percevait pas une lutte pour le pouvoir (de la part des maîtres) et un désir de soumission-pouvoir (de la part des esclaves) qui, à mes yeux féminins, sont hautement nauséabonds.
"à l'égard du foetus qui n'est pas encore une vie, mais un élément de la vie de la mère","de ne pas laisser un foetus se transformer en vie réelle," C'est faux! Bonjour la novlangue!

C'est facile de transformer la vérité pour se donner bonne conscience. Dire que le foetus n'est pas une vie réelle, faut le faire quand même.

Votre discours est sexiste, quid du père qui n'a pas le droit au chapitre?

Quid du fait qu'il a fallu modifier le serment d'Hippocrate pour que les médecins puissent pratiquer des avortements sans le violer?

Quid du fait qu'au de la d'un certain nombre de semaines l'avortement est interdit (quelle cohérence!) avec une tolérance si l'enfant risque d'être handicapé (bonjour l'eugénisme)?

je suis pour l'égalité des sexes et je ne vois pas pourquoi il serait acceptable qu'une femme ait le pouvoir de mort sur la vie qu'elle porte!

Avoir le culot de transformer le droit d'avorter en lutte contre le pouvoir des hommes , c'est formidable!

C'est tout ce que le monde des hommes proposent aux femmes qui ne veulent pas enfanter?! Et vous vous en contentez?

quand on implante plusieurs embryons lors d'une PMA et que l'on supprime les "embryons surnuméraires" sic, c'est quoi?

Quand on avorte des femmes parce qu'elles attendent une fille, c'est quoi?

on est capable de transplanter un utérus et on ne serait pas capable de transplanter un embryon d'une femme qui veut avorter dans le corps d'une femme qui veut enfanter?

Ce peu de respect de la vie est bien répartie entre les hommes et les femmes.

"Si nous assassinons à tour de bras et quotidiennement la vie (humains, animaux et plantes) pour survivre nous-mêmes sans que cela dérange plus que cela notre précieuse digestion, en continuant à nous répéter qu'il nous est impossible de faire autrement, il est en effet étonnant de constater la sensiblerie à l'égard du foetus"

Merci de ne pas me ranger dans ceux là! Car je ne suis pas de ceux là. vous peut-être comme la majorité des gens sur terre.
Je ne vous range pas, et je suis heureuse que vous fassiez de même.
Je n'ai rien contre la transplantation des embryons (même si je suppose qu'il pourrait être plus cohérent de donner une famille à des enfants qui n'en ont pas. Ce désir d'enfanter de sa chair ne m'a jamais convaincu même si... j'ai une fille moi-même).
Obliger les femmes à avorter quand elles vont avoir une fille relève de la violence sur l'autre et non du problème de l'avortement.
D'un point de vue légal le foetus n'est pas une vie.
Le père n'a pas voix au chapitre pas davantage que la mère si le père voulait se faire stériliser (j'ai oublié le terme exact) et c'est très bien ainsi.
Et oui, le foetus est un prolongement de la mère, et oui, il y aurait à redire sur les temps de l'avortement.
Le respect de la vie doit s'adresser à la vie, à la conscience (que personnellement, je reconnais à tous les êtres nés, pas seulement de l'espèce humaine).
[quote=Romain Desbois]Dire que le foetus n'est pas une vie réelle, faut le faire quand même.

Votre discours est sexiste, quid du père qui n'a pas le droit au chapitre?

Quid du fait qu'il a fallu modifier le serment d'Hippocrate pour que les médecins puissent pratiquer des avortements sans le violer?

Quid du fait qu'au de la d'un certain nombre de semaines l'avortement est interdit (quelle cohérence!) avec une tolérance si l'enfant risque d'être handicapé (bonjour l'eugénisme)?

je suis pour l'égalité des sexes et je ne vois pas pourquoi il serait acceptable qu'une femme ait le pouvoir de mort sur la vie qu'elle porte!


D'abord si, l'embryon n'est pas une vie réelle en ce qu'il ne peut vivre en dehors du corps de la mère. Et, il n'est qu'une potentialité de vie, aussi, au sens statistique (env. 20% de fausses couches avant 3 mois de grossesse).
Les embryons se développent dans les corps des femmes, on peut le regretter, mais c'est ainsi. Du coup, effectivement, du fait que les femmes ont le droit de disposer de leur corps, elles ont le droit de disposer de cette potentialité de vie qui se développe en elles. Je ne vois pas quelle autre solution serait légalement et moralement plus acceptable. Mais allez-y, surprenez-moi !
On les ligote pendant 9 mois et on les oblige à remplir leur rôle de gestatrices contre leur gré ?

Pour le reste, les lois encadrant l'avortement en occident sont toujours le fruit de compromis ethico-politiques, comme bien d'autre sujets: il est légal de tuer un animal pour le manger, pas de le torturer par plaisir (la corrida devrait être interdite, elle n'est tolérée que par dérogation et je le déplore), mutiler quelqu'un est interdit mais on peut se faire percer les oreilles, tatouer et on peut pratiquer légalement la circoncision.
Des compromis ethico-politiques, disais-je (dans le désordre):
- l'avortement est interdit au-delà d'un certain terme pour deux raisons principales: le danger pour la santé de la femme elle-même (plus on avance dans le terme plus le risque est élevé) et le fait que l'on trouve beaucoup beaucoup moins de praticien-ne-s qui accepte de pratiquer des avortements au-delà de 12 semaines, en France (d'où le fait que le terme légal ne soit pas le même selon les pays).

- pour les pères je vous renvoie à la réponse qui vous a déjà été faite: quand les femmes auront le droit d'interdire la vasectomie à leurs maris -ce que personne ne revendique, je crois- on en reparlera. Du reste, le droit des pères sur les enfants nés est de plus en plus mis en avant et je pense que c'est une bonne évolution même si cela pose de gros problèmes concrets cf. l'affaire en cours d'un père voulant "récupérer" son enfant né sous X.

- Sur le serment d'Hippocrate, il est incroyablement étonnant, c'est vrai, que l'on doive adapter des principes vieux comme mes robes aux derniers développements techniques... Au hasard: le don d'organe entre vivants (primum non nocere quand on enlève un rein ou un bout de foie à qqn qui est en parfaite santé, ça se discute ?), le don de gamètes etc.

On a le droit d'être répugné par l'avortement, on a le droit, en tant que femme, de ne pas avoir envie de le faire, de le faire et d'en être très triste ou de le faire et de s'en foutre. Mais on n'a pas le droit d'imposer à qui que ce soit de laisser se développer en elle une potentialité qu'elle ne souhaite pas.
Je suis profondément convaincue que le voile islamique est un symbole d'asservissement des femmes, mon souhait est que les musulmanes puissent vivre leur foi sans avoir besoin de cette accessoire avilissant. Mais je considère qu'il est de mon devoir de n'en laisser rien paraître quand j'en croise une dans la rue ou que je dis bonjour à une mère d'élève voilée à la porte de l'école: je ne suis pas d'accord mais c'est strictement son droit.
Comparer la vasectomie et l'avortement c'est n'avoir aucune notion en biologie.

L'ovule est fécondé par les sperme du père, à partir de là c'est une autre vie!

Potentialité, joli mot pour rester dans le déni.

Arguer de la loi pour justifier que ce n'est une vie est audacieux car lorsque la loi interdisait l'avortement vous auriez dit quoi?

Au passage un nouveau né ne peut pas vivre seul non plus.

Comparer les fausses couches à l'avortement (même si elles peuvent être provoquées volontairement et là oui ce sont des avortement) c'est comparer une mort par accident et une mort provoquée.

Tortillez les mots tant que vous voudrez, votre potentialité est vivante, l'IVG la tue!
Vos réponses vous mettent du côté des extrêmistes pro-life avec lesquels il est inutile de discuter.
La vie, pour vous, c'est une forme d'activité biologique ? C'est ça qu'il faut respecter ?

Vous êtes pour ou contre ce qu'on appelle "l'acharnement thérapeutique", l'entretien d'une activité biologique végétative par tous les moyens ?
Et si des cellules de votre corps refusent de mourir, refusent d'arrêter de se reproduire (on appelle ça un cancer...), vous respecterez leur "volonté" de vivre ?

Ou même, disons qu'une créature extraterrestre implante un œuf en vous, que cet œuf se développe dans votre ventre, vous rende malade pendant 9 mois avant de s'expulser et que, sans que vous ne sachiez ce qu'il a fait à votre cerveau, vous vous sentiez obligé de l'entretenir le reste de votre vie alors qu'il devient une créature infâme, petit fasciste bouffeur d'enfant.
Pour ou contre le respect de sa vie ?
Vous comparez la fécondation a une maladie?

Vos réponses ne plaident pas en votre faveur vraiment!

Je ne veut obliger personne à avoir des enfants, la contraception voire la stérilisation sont là pour ça!

Je suis même pour la pilule du lendemain (qui est un moindre mal par rapport à l'avortement).

Vous prenez ça vraiment avec beaucoup de légèreté!

Novlangue encore ! Quand on défend la vie on est classé extrémiste!
"je ne veux obliger personne à avoir des enfants"...
merci!
Depuis quand la vie est identifiée à une activité biologique ? Le matérialisme/positivisme/scientisme du XIXe ? C'était quoi la vie pour un Cannibale qui communiait/communiquait avec l'esprit jaguar, arbre, humain, qui respectait l'esprit mais mangeait le corps parce que ce n'est pas si grave, ce n'est qu'une enveloppe, un vêtement, pas une essence ? Mangez car ceci est mon corps...

Il est finalement assez intéressant de voir comment se rencontrent les naturalismes religieux de nos monothéismes et celui d'"écolos" dans une même idée de norme théologico-naturelle s'imposant à l'homme. On pèche contre la Nature comme on pèche contre l'ordre naturel défini par Dieu.
On ne peut pas comparer un cancer à une fécondation parce que l'un c'est le Mal, la Maladie alors que l'autre c'est le Bien, le Bon Ordre, l'ordre naturel.

Mais comme pouvait le dire des naturalistes radicaux à la Spinoza : faut arrêter de se moquer du monde, on ne désire pas le Bien, on appelle Bien ce que l'on désire, et l'ordre "naturel", le "bon" ordre est surtout l'ordre des désirs.
On désire la santé, la petite santé, un corps qui dure, un développement harmonieux, pas de bobos, une mort comme un endormissement etc. et on projette l'image d'un ange blond courant dans la prairie sur un bout de viande qu'on appelle "embryon". L'enfant rêvé, l'enfant chéri, l'angelot, la joie de tout parent. Dans un esprit un rien leibnizien, on identifie le germe à un individu développé, comme si manger une pomme c'était manger un pommier.

Dans les faits, dans la nature en tant que réalité plutôt qu'idée d'un monde charmant et bucolique, il arrive qu'une échographie montre une créature destinée à mourir après quelques jours d'activité végétative ou que la mère du Petit Poucet en vienne à perdre ses enfants dans la forêt pour ne pas les voir mourir de faim devant elle. Il arrive aussi que des femmes ne veuillent pas aimer le fruit amer d'un viol, craignent de ne pas être une bonne mère, projette non pas le bonheur mais le malheur sur un embryon.
Embryon peut-être, mais embryon de quoi ? Bonheur ou malheur ?

En tout cas, ce qui sera naturel, c'est que des femmes s'opposent à vous si vous appelez "promesse de bonheur" ce qu'elles voient comme "promesse de malheur", si elles vous voient comme souhaitant leur malheur.
Faab .et Romain ...Pour la petite histoire étrange et drôle le Vatican par le biais de ces affaires bancaires possédait des actions dans des labos pharmaceutiques qui à l'époque fabriquait "la pilule" progestative, pour les femmes, tout en étant contre celle ci et bien sur l'avortement ...

Je l'ai appris sur un livre traitant du Vatican, la Loge P2 et la mafia, avec la CIA ! de David Yallop ..
Faab je me fiche de ce que pense intel ou intel, je pense par moi même ce qui ne semble pas être votre cas!
Qui a parlé de "promesse de bonheur"?

"et on projette l'image d'un ange blond courant dans la prairie sur un bout de viande qu'on appelle "embryon""
Quel mépris!

A partir de quand ne n'est plus "un bout de viande"? Par quel enchantement cela devient un humain, un être vivant?

Vous êtes d'une incohérence qui ressemble beaucoup à de la mauvaise foi (sans jeu de mots)

Vous vous octroyez le droit de tuer et vous cherchez de bonnes raisons voire d'excuses pour vous donner bonne conscience. C'est votre problème par le mien.

vous me faites penser à ces obscurantistes qui décrétaient que les femmes n'avaient pas d'âme, que les noirs n'étaient pas humains!

"Il est finalement assez intéressant de voir comment se rencontrent les naturalismes religieux de nos monothéismes et celui d'"écolos" dans une même idée de norme théologico-naturelle s'imposant à l'homme. On pèche contre la Nature comme on pèche contre l'ordre naturel défini par Dieu."

En fait vous leur ressemblez bien plus.

C'est plus fort que vous il vous faut mettre les gens dans des cases. Vous généralisez: "les naturalistes religieux", "d'écolos". C'est le début du racisme!



Quand ai-je parlé de nature? Quand ai-je parlé de péché?

On ne peut justifier ses turpitudes par les turpitudes des autres!
Le pire c'est que vous êtes convaincue que vous défendez les femmes. Piètre secours on leur octroie. "Avorte et nous fait plus chier!"

Ca arrange tout le monde à commencer par les patrons (certains proposent même à leurs employées de congeler leurs ovules pour qu'elles n'aient pas envie d'être enceintes pendant leur carrière).

Syndrome de Stockholm ou victimes consentantes ?

Vous êtes libre d'être pour mais assumez que c'est un meurtre!


PS:

Yéza, je ne suis pas surpris, le Vatican est aussi mouillé dans l'histoire de l'empoisonneur Peter Basson qui a œuvré en Afrique du Sud du temps de l’apartheid . Ca et la protection des prêtres pédophiles...

Mais comment s'étonner de personnes qui vénèrent un dieu qui selon eux aurait exterminé la plupart de humains et des autres animaux de la terre. Leur dieu, si on les croit est le plus grand criminel de l'histoire de l'Humanité. Et pourtant ils sont considérés comme des gens respectables par la plupart d'entre nous.

Faab je me fiche de ce que pense intel ou intel, je pense par moi même ce qui ne semble pas être votre cas!


Oui, j'espère ne pas trop penser par moi-même, "moi-même" n'est pas grand chose à l'échelle de la histoire de la pensée ou même de sa diversité actuelle. Autant essayer de penser de plusieurs manières pour voir, de penser avec d'autres. Penser en femme avortant, en cannibale, en anti-avortement, en philosophe mort, en imbécile vivant etc.

Qui a parlé de "promesse de bonheur"?

Vous diriez quoi à une femme qui verrait une grossesse et une naissance comme un mal à éviter par l'avortement ? Que la maternité sera un bonheur ? Ou peut-être qu'elle doit endurer ce mal pour ne pas être une meurtrière ?

"et on projette l'image d'un ange blond courant dans la prairie sur un bout de viande qu'on appelle "embryon"" Quel mépris!

Vu la gueule d'une fausse couche...

A partir de quand ne n'est plus "un bout de viande"? Par quel enchantement cela devient un humain, un être vivant?

Dans l'Islam, de mémoire, on reçoit le souffle, l'esprit vital, l'âme vers la fin du 4e mois de grossesse.
Il se raconte aussi que Diogène de Sinope se promena en ville en tenant un coq déplumé et criant "Voici l'homme de Platon !".
Mais si on suit Sartre, l'homme existe d'abord et se définit après, c'est-à-dire qu'il est toujours problématique de se dire "humain" ou bien, comme dirait Simone, de se dire "femme" : "on ne nait pas femme on le devient".

Est-il très humain de dire à une femme qui avorte : "assumez que c'est un meurtre !" ?

Vous vous octroyez le droit de tuer et vous cherchez de bonnes raisons voire d'excuses pour vous donner bonne conscience. C'est votre problème par le mien.

Vous raisonnez en terme de droit ? Selon quelle loi ?
Apparemment pas la loi française.

Personnellement, j'ai plutôt tendance à raisonner en terme d'utilité réciproque, de plus grand bien et de moindre mal, d'intérêt partagé, d'action commune, de paix civile. Essayer de trouver un équilibre entre les désirs des uns et des autres, les attentes individuelles et l'accord social. Je veux bien me battre avec quelqu'un pour protéger un gamin mais pas un poulet ou un embryon, et si quelqu'un agresse une femme qui veut avorter, ne serait-ce que verbalement, je risque de mal réagir.

Quand ai-je parlé de nature? Quand ai-je parlé de péché?
On ne peut justifier ses turpitudes par les turpitudes des autres!

Vous savez que vous pouvez juste dire que je me trompe et expliquer votre position ?
Mais bon, vu que vous dénoncez le Dieu du Vatican, je suppose que vous n'êtes pas un religieux.
Vu que vous dénoncez le "spécisme" et que vous défendez la cause animale, je crois qu'on peut vous rapprocher des "écolos".
Et vu que vous parlez de "droit", de "meurtre" et de "turpitudes", ça me fait spontanément penser à du jugement moral, une dénonciation de "péché".
Supprimer une vie vous appelez ça comment?

Bien sur que ma condamnation d'un meurtre , de la suppression volontaire d'une vie est morale! Comme l'est ma condamnation du viol, de la pédophilie, du meurtre d'un être né humain ou pas etc...

Expliquer ma position? Je ne cesse d'essayer de le faire. Certainement imparfaitement. Je ne me fie pas à ce que peut penser un philosophe ou une religion. il ya un fait, cela vie! Que l'on considère cela comme humain ou pas est secondaire pour moi!

Je suis tellement intégriste que je considère positivement la contraception voire même la pilule du lendemain.

Je sais que la plupart des avortements ne sont pas la cause d'un viol, ni d'une incapacité physique de supporter une grossesse. Que la plupart du temps c'est lié à un défaut de contraception (les hommes et les femmes en sont responsables). Que beaucoup prennent le risque et n'assument pas les conséquences. Combien de fois ai-je entendu "avorte, tu en feras un plus tard" comme si un enfant était interchangeable.

Je suis effaré alors que le SIDA continue de sévir de temps de légèreté avec la contraception.

Et j'espère juste que l'on ira vers un remplacement de l'IVG par des transplantations d'une femme qui ne veut pas enfanter vers une femme qui veut enfanter.

Me montrer un cadavre d'embryon, la belle affaire, je peux vous montrer le cadavre d'une femme morte ce serait pareil! Une femme, un homme, un enfant, un autre animal mort n'est plus que de la viande! parce que la viande est du cadavre!

Mais je pense que vous savez pertinemment que l'embryon puis le foetus n'est pas qu'un bout de viande, que la législation qui a permis d'allonger le temps pour faire un IVG a obligé de changer de pratiques de l'aspiration car le squelette encore cartilagineux est formé.

Mais si ca vous rassure de penser comme des obscurantistes qu'ils soient religieux ou philosophes.

je vais résumer ma pensée donc:

Ce qui vit est vivant, ce qui est vivant a le droit de vivre!

Et je ne fais pas l'amalgame entre l'homicide volontaire et l'homicide pour se défendre voire l'euthanasie!

Je suis de tous les combats féministes mais je ne serais jamais de celui là car je ne crois pas que ce soit une avancée pour les femmes bien au contraire!

Je rappelle que Simone Veil était contre l'avortement et qu'elle a fait une loi pour éviter " de rajouter un drame à un autre drame" sic c'est à dire la mort et les souffrances des femmes qui se faisaient avorter.
C'était très courageux de sa part et très intelligent. Mais sa loi a été dévoyée puisque l'IVG était réservée à des cas exceptionnels. Que les mœurs et la contraception ont évolué dans le bon sens et que les lois sur l'avortement n'ont pas pas évolué parallèlement bien au contraire.

On est tellement mal avec ça que le législateur a refusé de faire une loi condamnant quelqu'un qui tuerait volontairement ou non un enfant dans le ventre de sa mère (en la tabassant ou en causant un accident de voiture). Par ce que cela serait contradictoire avec L'IVG!

Mais on pourrait s'entendre pour dire qu'il n'y a pas assez de formation à la contraception qui devrait être gratuite (même pour les hommes).

Combien d'avortements évités? N'est-ce pas ce qu'on peut souhaiter à une femme?

200 000 avortements rien qu'en France par an (hors IVG suite à une PMA), peut-on se satisfaire de cela?
Vous avez le droit d'être, vous personnellement, choqué/dérangé par l'avortement. Mais si vous pouviez éviter de dire des contre-vérités, ce serait bien, aussi.
Faites-nous une faveur, laissez tomber votre "féminisme", le féminisme sans l'avortement c'est comme la pêche melba sans pêche: une escroquerie.

"Je sais que la plupart des avortements ne sont pas la cause d'un viol, ni d'une incapacité physique de supporter une grossesse. Que la plupart du temps c'est lié à un défaut de contraception (les hommes et les femmes en sont responsables). Que beaucoup prennent le risque et n'assument pas les conséquences."
Un échec de contraception, ce n'est pas qu'une prise de risque: il y a des femmes qui tombent enceintes alors qu'elle prenne la pilule, alors qu'elles portent un DIU, il y a des préservatifs qui se rompent... Ces personnes ont fait ce qu'il fallait pour éviter une conception, mais les gamètes sont facétieuses... Et quand bien même une personne tomberait enceinte pour n'avoir pas usé de moyen de contraception sans pourtant désirer un enfant -hé oui, la psyché humaine c'est compliqué, nous ne sommes pas que des êtres de raison froide, ni vous, ni moi- et bien, selon vous, leur "punition" c'est d'endurer la grossesse jusqu'au bout ? Vous pensez réellement que c'est une solution moralement souhaitable pour l'enfant qui naîtra dans ces conditions ?
Je vous repose la question: qu'est-ce qu'on fait quand une femme dit qu'elle ne veut pas porter un enfant ? On sait, par notre Histoire et par ce que l'on voit dans les pays barbares qui n'ont pas légalisé l'avortement, qu'une femme qui ne veut pas porter un enfant ne le fait pas: elle prend le risque de se perforer l'utérus à l'aiguille à tricoter, de se jeter dans les escaliers, d'avaler n'importe quelle poison censément abortif, bref, elle préfère pratiquement mourir plutôt que porter cette fameuse "vie" (avec double guillemets) que vous sacralisez. Alors, je me répète, devant ce principe de réalité: on fait quoi ?

"On est tellement mal avec ça que le législateur a refusé de faire une loi condamnant quelqu'un qui tuerait volontairement ou non un enfant dans le ventre de sa mère (en la tabassant ou en causant un accident de voiture). Par ce que cela serait contradictoire avec L'IVG!"
Remarque non pertinente: vous parlez de législateur alors que le cas auquel vous faites référence relève de la jurisprudence. Le législateur a décidé qu'un humain n'avait une existence légale (droit à une sépulture, un état civil) qu'à partir d'un certain terme, ça n'a rien à voir avec l'avortement.
Du reste, la jurisprudence a aussi décidé qu'on pouvait indemniser un enfant pour le fait d'être né (autrement dit pour n'avoir pas été avorté) -arrêt Perruche de la Cour de Cassation- ce qui va résolument à l'encontre de votre "on est mal avec ça". Personnellement, je trouve que cet arrêt est très criticable, mais il contredit votre argument.

"Je rappelle que Simone Veil était contre l'avortement et qu'elle a fait une loi pour éviter " de rajouter un drame à un autre drame" sic c'est à dire la mort et les souffrances des femmes qui se faisaient avorter.
C'était très courageux de sa part et très intelligent. Mais sa loi a été dévoyée puisque l'IVG était réservée à des cas exceptionnels. Que les mœurs et la contraception ont évolué dans le bon sens et que les lois sur l'avortement n'ont pas pas évolué parallèlement bien au contraire."

Sources ?
Que certains à droite aient concédé l'IVG en pensant qu'on permettait "la bagatelle" ou l'avilissement moral, grand bien leur fasse, mais les vrai-e-s défenseur-e-s de l'avortement de l'époque étaient déjà parfaitement clair-e-s à ce sujet: il s'agissait de défendre le droit inaliénable des femmes à décider de ce qui se passe ou pas dans leur corps. Quant à rajouter "un drame à un autre drame", on peut faire l'exégèse tant que vous voulez, on n'est pas dans le secret de l'âme de Veil. Et si elle voulait seulement éviter de rajouter la mort ou la mutilation d'une femme au "drame" de la conception non désirée ? (A une époque où la légalisation de la contraception n'était pas passé dans les décrets d'application.)

Je sais que je pisse dans un violon en reexpliquant tout ça. Mais votre verbiage pseudo-philosophique est proprement insupportable. Comme déjà dit, je peux très bien admettre que l'avortement rebute profondément certaines personnes au plan moral, je ne suis pas d'accord, mais je peux l'entendre. En revanche, soutenir l'interdiction ou combattre la légalisation, ça, c'est criminel. Et je pèse mes mots.
je l'ai entendu de mes oreilles ce que disait Simone Veil, j'aurais aimé retrouver le reportage pour vous le prouver. je ne suis pas dans le secret de son âme, c'est elle même qui l'a dit! Et je cite sa phrase!

Vous pesez vos mots ? vous êtes dans la novlangue! Criminel aussi alors d'interdire les infanticides par des femmes qui ne supportent pas de garder leurs gosses déjà nés? (ca existe aussi n'est ce pas?).

Quand à décider de ce qui se passe dans leur corps, il y a des méthodes préventives. Trop facile de déresponsabiliser les gens. les cas que vous décrivez sont une minorité des avortements, cessez votre hypocrisie!

Vous êtes bien dans cette version orwellienne du meilleur des mondes d'Huxley .

Je n'ai pas une morale à géométrie variable.

"le féminisme sans l'avortement c'est comme la pêche melba sans pêche: une escroquerie. "

Donc c'est vous qui décidez ce qu'est le féminisme et que l'avortement c'est bien pour les femmes!

Je me suis assez expliqué sur le sujet.

Il existe deux sortes d'assassins; ceux que l'on condamne et ceux que l'on décore!

Supprimer une vie vous appelez ça comment?


Ca dépend laquelle et comment...

Se couper les ongles, désherber, faire du bois, aller aux champignons, se débarrasser d'un pou, prendre des antibiotiques, manger, piquer un chien enragé, noyer un chaton, assassiner un tyran, étrangler un enfant etc. ou peut-être, de manière générale, le 2nd principe de la thermodynamique...

Mais bon, dans le droit français, on parle moins de "une vie" que d'une personne, une personnalité juridique, avoir ou pas tel ou tel droit. Pour vous, un embryon est une personne, il a les droits d'une personne, comme une pomme aurait les droits d'un pommier et forcément, vous vous comportez avec l'avortement comme avec un meurtre, comme si manger une pomme c'était couper un arbre.
Mais bon, pour pas mal de gens, une pomme est une pomme, et un avortement n'est pas un meurtre.

Enfin bon, j'arrête le hors-sujet, les positions inconciliables se règlent dans le rapport de force sur le champ politique. Pour l'heure vous êtes minoritaire et bon courage pour apprendre aux femmes ce qu'est leur vrai bien. Faut dire qu'elles n'ont pas dû vraiment y réfléchir avant de militer pour un encadrement de l'avortement, heureusement que 40 ans plus tard un homme est là pour leur indiquer (à nouveau) le droit chemin.
Tout à fait d'accord, avec le dernier paragraphe encore plus. Mansplaining, dit-on, dans ma novlangue, pas du tout si nov que ça.
Incroyable débat en 2014......serait-il possible que l'on nous laisse la fesse tranquille....
Je ne connais personne que l'on force à avorter....
Heureux le corps de la Vierge Marie, qui a porté le fils du père éternel.
Claude, je ne m'étonne plus. ASI est un site reposant à côté de Médiapart où l'engagement politique des journalistes rend très fatiguant la recherche d'information derrière la propagande. Sur Asi, l'islam déclenche quand même des réactions incompréhensibles. Par exemple, derrière le voile , certains pensent "liberté" alors que c'est l'asservissement de la femme, je suppose qu'ils ne portent pas le voile.. Pour m'informer, je ne vais plus sur Médiapart, je reste quand même sur Asi, où l'idéologie est moins ravageuse, mais je complète avec d'autres sites, sinon on tourne en rond. Sur d'autres sites, j'ai compris quelque chose: les élites médiatiques sont coupées de la réalité. Si les partis traditionnels ne prennent pas le courage de débattre des vrais problèmes, par exemple l'islamisation des banlieues de la République, le FN le fera à leur place. J'ai toujours voté socialiste, mais le traitement hémiplégique des évènements en Ukraine, à Gaza, en Irak, par les médias, sans que personne ne s'occupe de ce qui se passe en France, à part les inondations et la météo, je vous assure que celà m'amène à la même conclusion que vous.
" certains pensent "liberté" alors que c'est l'asservissement de la femme, je suppose qu'ils ne portent pas le voile."

Phrase sexiste s'il en est! Pouvez vous pensez que certaines de ces femmes le porte par choix, par conviction personnelle,

Qu'elles se fourvoient je suis le premier à le croire. Que se soit un asservissement de la femme c'est un fait qu'elles ne nient pas elles mêmes!

Alors quoi? On va agir comme eux? Si vous n'êtes pas d'accord , on vous forcera à le faire quand même?

J'aimerais bien qu'on m'explique si il y a un obscurantisme du bien et un obscurantisme du mal. Perso je n'arrive pas à les distinguer!

PS: " par exemple l'islamisation des banlieues de la République". La république française est laïque , cette phrase est étrange. comment doit-on la comprendre?
Bien sûr, mais vous savez bien que la pression de la religion est une réalité. Dans certains pays, la turquie par exemple, un père et son fils peuvent aller finir de tuer la soeur fautive à l'hopital, et le juge les acquitte. Je suppose qu'ils avaient le droit de la tuer. Et dans les banlieues islamisées, cette pression du clan est réelle, banlieues où la police ne met pas les pieds depuis longtemps. Jospin lui-même a choisi le communautarisme pour maintenir l'ordre dans les banlieues parce que la police républicaine n'arrivait pas à y faire respecter la loi, alors qu'avec l'islam tout était calme. Le débat de fond n'est jamais abordé dans les médias. Au détour d'un article on comprend que s'opposent la vision "progressiste" et "l'autre vision". Actuellement le "progressiste" postule que le communautarisme est installé et que c'est positif pour tout le monde. "L'autre" dit que l'intégration est nécessaire, sinon la République est menacée. Cambadelis contre Finkelkraut, il faut choisir son camp, sa vision de l'avenir. "De mon temps, nous allions draguer les filles à la sortie des églises et des mosquées, et ma mère me demandait de retirer ma kippa à la sortie de l'office", J'aime bien ce témoignage, il y a plus d'une façon de vivre ensemble, et français de souche descendant d'arabes et de vikings, j'aime bien cette façon là. Par respect de l'autre, on ne porte pas sa religion comme un drapeau, l'autre aussi a peut-être une religion, et ma coutume religieuse peut le choquer. L'alternative n'a pas fait ses preuves ou plutôt trop bien fait ses preuves. Mais en France, la grande préoccupation médiatique à part les sionnistes génocidaires israéliens et les communistes rebelles ukrainiens, c'est "quel président va sauver la France", à longueur de temps, mais quelle France?, tabou, pas le droit de débattre et surtout pas à la télé. Je suppose qu'on ira voter quand même,mais çà devient pas facile, on nous laisse un peu nous démerder tous seuls. C'est un peu loin du sujet de l'émission, quoique...
yaniz, je ne sous estime pas la pression sociale, étant homo et né et vécu mon enfance à Mantes la Jolie je suis bien placé pour le savoir.

L'article 18 des droits de l'Homme doit s'appliquer et c'est sur celui ci que le juge doit d'adosser.

et je rappelle que les lois françaises ne s'appliquent qu'en France.

Cette affaire a vu se développer un nouveau principe qui voudrait qu'un français devrait appliquer la loi de son pays partout dans le monde!
Je trouve ça très inquiétant.
le forum est encore actif, je voudrais ajouter un malaise, j'ai visionné la scène 3 de l'émisison. Le juge Trévidic pourrait être agacant parce qu'il a toujours raison, il sait de quoi il parle. En réaction, Daniel cherche par ses questions à quel moment la protection des jeunes embrigadés va commencer à restreindre la liberté de tout le monde, voire celle des jeunes de penser ce qu'ils veulent. Et, désolé, il finit par me mettre mal à l'aise: "oui, mais ce n'est que 1000 jeunes". Le juge venait de dire que les candidats au djihad sont passés de 50 à 1000, et que celà témoigne de la radicalisation. Outre le fait que "surveiller" 1000 personnes, c'est autrement plus couteux que 50, que derrière 1000 jeunes, il y a peut-être 10000 copains qui les écoutent, pourquoi Daniel veut il minimiser ce phénomène? Il ne s'agit pas là d'un montage médiatique qu'il faudrait dénoncer, c'est un fait énoncé par un juge qui sait ce que les faits veulent dire: de 50 à 1000, on a changé d'échelle et de phénomène. Je sais bien que la liberté de penser est précieuse, mais pourquoi nier un phénomène qui va retirer la liberté à des tas de gens, même s'ils sont à 2000 km d'içi ? Il y a quand même moyen d'affronter la situation sans la nier comme çà. Peut-être que la suite va expliquer, mais Daniel a quand même eu cette réaction très bizarre.
Citation de Yanis
"Sur Asi, l'islam déclenche quand même des réactions incompréhensibles. Par exemple, derrière le voile , certains pensent "liberté" alors que c'est l'asservissement de la femme, je suppose qu'ils ne portent pas le voile.. Pour m'informer, je ne vais plus sur Médiapart, je reste quand même sur Asi, où l'idéologie est moins ravageuse, mais je complète avec d'autres sites, si..."

Entièrement OK avec vous. La semaine dernière, ce sont deux journalistes, justement peu idéologues d'après moi, qui se sont fait traiter de louches, de passeurs de plats pour le front national et tout le chapelet d'invectives et de procès d'intention.... Toute réflexion ou constat de certains pans de la réalité est immédiatement flingué, disqualifié suspecté ...
Claude
J'adhere à votre message. Moi aussi je me retrouve dans un mélange bizarre de Melenchon et de Finki. C'est pas toujours facile .

Pas d'accord quand même avec le retrait de la nationalité française...
Très bonne émission !
"Trévidic : "Facebook doit supprimer les comptes djihadistes""

pas mal la titraille, ça aurait pu être:

"Trévidic : "il n'est pas question de censurer les textes"

certe, c'est un choix...
Une interview terrifiante ! Et je pèse mes mots. Je n’avais personnellement pas peur des djihadistes avant votre émission (peut-être ai-je des rondelles de saucisson devant les yeux) mais désormais je flippe méchamment : j'ai peur de la justice !

Résumons M. Trevidic : deux adultes et un enfant dans une chambre d’hôtel relèvent de l'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste  ! j'y reviendrai, mais remarquons que le droit commun de la protection de l'enfance suffirait en l'occurrence à protéger le bambin. Nul besoin ici des tribunaux d'exception et de l'arsenal antiterroriste.

Pire encore, M. Trevidic reconnaît tordre les textes pour arriver à ses fins...Un principe fondamental de l’état de droit - et vraiment fondamental car c'est un de ceux qui assurent la sûreté de l'individu face aux empiétements excessifs du corps social - veut qu'à une inculpation corresponde une qualification précise. Le principe de la légalité des délits et des peines signifie qu’on ne peut être condamné pénalement qu’en vertu d’un texte pénal précis et clair et qu’il n’y a pas de crime, qu'il n’y a pas de peine sans une loi qui les prévoit expressément. Nullum crimen, nulla poena sine lege: point final ! Surtout dans une matière aussi sensible que la délinquance politique et le terrorisme
M. Trevidic s'est-il rendu compte de l'énormité de son aveu ? Être déféré devant les tribunaux de l'antiterrorisme n'a rien de commun avec un passage devant un banal TGI ou même une Cour d'assises classique.

Pour mémoire, jusqu'en 1996, le terrorisme était défini comme « une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur ». Une infraction claire et conforme à l'acception commune du terme. Depuis le vote de l'article 421-2-1, tombe sous le coup des tribunaux d'exception « l’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Cette infraction, criminalisée par la loi du 23 janvier 2006, est conçue pour permettre la neutralisation judiciaire préventive des cellules terroristes. Là où le droit pénal commun sanctionne des faits avérés, « l’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste» est essentiellement une infraction d’intention à la limite du principe de légalité des delits et des peines Et il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que lorsqu'une famille dans une chambre d’hôtel tombe sous le coup du 421-2-1 et bien les limites sont franchies. Il n'y a désormais plus de bornes. J'avais survolé le sujet en 2011 dans Nexus, ici page 39 à 41 pour ceux que ça intéresse.

De plus la justice antiterroriste est une justice d'exception, avec ses magistrats professionnels (les crimes sont normalement jugés par des jurés populaires , les barbus le sont pas des juges professionnels); ses juges d'instruction aux pouvoirs exorbitants (usage des blancs anonymes des services, bricolage d'inculpation pour les besoins de la cause ponctuelle: la preuve, l'aveu même ,dans votre émission etc etc); le tout centralisé à Paris sous les ordres du pouvoir politique. Consultez par exemple les câbles wikileaks évoquant une intervention de l’ambassade américaine dans les procédures relatives aux Français détenus sur la base de Guantanamo. Mieux encore, « les juges d’instruction antiterroristes français venaient fréquemment à l’ambassade des États-Unis à Paris pour rendre compte de l’état des procédures ». Dépêche de Reuters 18 mars 2011, consultable là.
Et comment pourrait-il en être autrement le terrorisme étant par définition une infraction politique.

Et il y aurait beaucoup à dire sur les droits de la défense lorsque le infractions relèvent du « terrorisme », comme se trouver dans une chambre d’hôtel Turque avec sa femme et son enfant...: la garde à vue est portée à 72H et parfois 6 jours (6 jours de garde à vue, rendez-vous bien compte de ce que cela représente); l'intervention de l'avocat, avocat responsable bien-sûr selon les critères des juges antiterroristes, peut être repoussée à la 72ème heure « en considération de raisons impérieuses tenant aux circonstances particulières de l’enquête » ; j'en passe et des meilleurs....
Mais hmm voyons voir « des raisons impérieuses tenant aux circonstances particulières de l’enquête » ?...comme détenir une exemplaire de L'insurrection qui vient, dans une chambre d’hôtel en Turquie en relation terroriste avec sa femme et son enfant ? Un cas d’espèce qui relèverait sans doute du pire : les 6 jours, l'avocat responsable et tout et tout. Mes sarcasmes peuvent paraître excessifs et pourtant qui peut nous garantir que dans 5 ans, 10 ans ou 15 ans des affaires de ce tonneau ne feront pas la une de la presse. Après tout on a eu Tarnac, et aujourd'hui un juge antiterroriste nous balance en substance, dans un sourire et la larme à l’œil « La famille là avec son gosse ? et bien allez hop AMT et justice antiterroriste. On peut toujours fabriquer – bricoler - une AMT ». Je ne dis pas qu'il ne faille rien faire pour protéger l'enfant, j'affirme que le droit commun de la protection de l'enfance est amplement suffisant. Le cas d’espèce est exemplaire d'ailleurs !
Félicitations M. Schneidermann pour cette émission, vous nous avez montré le véritable visage de l'antiterrorisme : un juge conduit pas ses émotions, irrespectueux de l’état de droit et imbu de son pouvoir au point d'évoquer ainsi le recours à l'AMT sur votre plateau.

Le point de vue des avocats (responsables) confrontés à ces pratiques serait intéressant: vite une nouvelle émission !

Alexis Kropotkine
Beaucoup de jeunes français cherchent leur voie, plus qu'avant, dans un pays qui ne leur promet rien à part la consommation effrénée. J'en vois autour de moi qui tentent l'aventure en Belgique, en Australie ou aux Etats-Unis.
Dire qu'il y a plus de jeunes qui partent faire le djihad à cause de la professionnalisation de la propagande djihadiste ne dit pas tout. Je pense que dans la tête de beaucoup de ces jeunes, ils vont défendre un projet honorable et plein de bonnes valeurs. Quand il n'y a plus de foi commune chez les habitants d'un pays, faut s'attendre à ça aussi ...
Le Monde avait présenté le portrait d'une jeune femme âgée de 17 ans qui s'était convertie à l'islam, influencé par un jeune Egyptien radical. Il lui interdit de faire la bise à des hommes et de leur serrer la main. Pour Trévidic, ça ne fait pas de doute, la jeune femme, sous emprise, risque un jour de quitter la France pour aller en Syrie.

Sur ce coup, Trevidic vit quand même sur une autre planète, car cette pruderie extrême est très répandue dans ce genre de nouveaux couples fondamentalistes, sans que cela les fasse tous devenir des djihadistes en puissance ! Si l'anti-terrorisme conduit à cette confusion sociologique, alors oui, je comprends que certains commencent à s'inquiéter pour les libertés.

Ça me fait penser à ce gros titre vu dans l'émission, traitant aussi d'une mineure convertie : "De la crise d'adolescence à l'islam radical", ah parce que ce n'est pas une continuation de la crise d'ado de tomber dans ces délires ? Toujours ce ton de terreur, cet essentialisme qui sépare radicalement le phénomène 'religion musulmane' des autres faits sociaux... C'est d'un pénible... En plus c'est zéro pointé en psycho.
"c'est comme si je voulais arrêter plein de proxénètes et je voulais qu'il y ait plein de prostituées"
Je trouve la comparaison un peu bizarre.

J'attendais qu'on parle de l'embrigadement dans les prisons qui semble être bien plus le coeur du problème (par rapport aux réseaux sociaux)!
Laure Daussy est là pour passer les plats mais dès qu'elle essaye d'en placer une, "pardon, pardon!" ça doit passer après Daniel...

très classe le D.S. !
Je plaide ardemment pour l'intégration séance tenante de Sébastien Rochat au Jamel Comedy Club !!! Quel déconneur le Seb ! :-)

C'était bien rigolo... un détail néanmoins... Bedos incriminait, me semble-t-il, le "mélange des genres" entre le pipole et la politique. Ben ouais, pointer qu'il ya du pipole dans une émission pipole, c'est pas un peu un "non événement" ? Donc, y a-t-il un parallèle à faire avec la teneur de son émission et... :
- Sarko "si tu reviens j'annule tout" ?
- C'est qui le papa de la gamine à Rachida ?
- Sarko à Pétra, Sarko dans sa pirogue avec Cécilia, Sarko "Carla c'est du sérieux"...?
- François et sa mobylette devant chez Juju ?
- François et Valérie à l'hosto ?
- Le bouquin de Valoche pour se venger de François ?... arrêtez, je vais vomir...

Entre tout ça et le papa Bedos et la petite soeur Bedos qui chantent les louanges du petit Nico... franchement, je vois pas le rapport...

Seb, Didier va te filer deux ou trois tuyaux, et tu reviens en janvier au Point-Virgule avec un vrai one man qui déchire... on sera là à la première et tu vas tout déchirer !
et puis si les terroristes n'existaient pas il faudrait les inventer, d'ailleurs c'est ce que fait l'"occident", il les fabrique à jets continus.

Maintenant, des crétins fanatiques, 'faudra des dizaines d'années pour s'en débarrasser, mais il faut dire que ça occupera nos crétins à nous (il faut bien en faire quelque chose, et y'a plus de boulot qui est parti en Chine).
dans un article de robin a d'il y a quelques mois:"qui arrêtera la loi cazeneuve contre le ciber djiad",certains acteurs du net en parlaient comme une "menace antidémocratique".quand on entend celui qui en est à l'origine,m trévidic,la réponse est limpide:la menace antidémocratique,c'est,entre autres,le fanatisme religieux.

"est-ce si compliqué de savoir distinguer,ce qui est de l'ordre de l'idéalisme juvénile et ce qui relève de la menace terroriste au lieu de tout criminaliser en bloc en désignant indistinctement les djihadistes?"
apparement le juge m trévidic,répond par l'affirmative à cette question qu'e plenel pose à f hollande dans sa lettre au président après "l'interdiction" des manifs pro-palestiniennes de cette été.extrait de la faute n°6,faute sociale...

quant à la dangereusité sectaire de certains sites djihadistes ,on se doit de rendre hommage à la lucidité d'un intelectuel talentueux et valeureux qui en parlait déjà il y a 5 ans dans une émission d'@si face à guy b et daniel s,plutôt dubitatifs,pardonnez lui ses fautes,il s'appelle a finkielkraut.
DS pipote : l'émission avec le type du monde et celui de F24 a eu lieu *après* l'assassinat de James Foley vu qu'ils en parlent durant l'émission.
Intéressante interview qui rend très bien compte des problèmes que rencontrent des juges pour combattre le jihadisme.

J'ai noté qu'on n'attaque en justice que les personnes dont on peut prouver qu'ils vont oeuvrer pour des organisations terroristes genre EI.
Globalement, émission bien informante.

Et je remarque que le jihadisme attire les complotistes en tout genre dans les forums.
Hummm, on est mal partis.
Impeccable Trevidic dans son domaine, bien qu'à certains moments, sur certains exemples, quelque chose commençait à devenir gênant : l'absence de dimensions sociologiques et psychologiques dans la réflexion sur l'embrigadement djihadiste, car du coup on restait dans la déploration fascinée et générale, comme si on ne parlait pas d'individus avec un vécu, un milieu, etc. Mais bon, cela aurait mérité une autre émission, certes.
Une franche impression de malaise à la vision de cet interview d'une personne qui est estimable (et que moi même je place en haute estime).

Mais malheureusement l'aspect "enfer pavé de bonnes intentions" de cette loi n'a pas été assez creusé par l'équipe.
Oui certes Marc Trévidic est parfaitement dans son rôle de conseiller technique en demandant de nouveaux outils pour lutter contre une dérive importante (le Jihad à 200 euros sans passeport, très bonne formule) Mais l'aspect exceptionnel des atteintes aux libertés individuelles que confère(rait) ce nouveau projet de loi me laisse pantoi.

Certes entre les mains de personnes équilibrées et "justes", comme M. Trévidic, annimées des meilleures intentions du monde de telles lois ne seront utilisées qu'à bon escient. Mais il me semble que la précédente mandature et le quinquénat de N. Sarkozy avait permis de mettre en lumière le dévoiement des lois anti-terroristes (et des services associés) qui ont permis de mettre en examen (et en prison) de simples anarchistes un peu réveur dont la justice ne sait toujours pas (avec certitude) s'ils ont bien commis des actes terroristes.

Je trouve qu'une telle émission manque d'un quart d'heure d'analyse plus critique sur le fait que l'on va bientôt juger des intentions uniquement parce que c'est plus simple (et beaucoup plus subjectif) pour écrire une prévention qui va tenir la route jusqu'à un procès en correctionnelle.
En cas de basculement politique important et avec la mise au pas de la section anti-terroriste par le pouvoir exécutif un dictateur en herbe a l'intégralité des moyens nécessaires à museler et embastiller tout oposant politique.
Pas d'accord pour supprimer les comptes djihadistes, ce sont les plus rigolos, avec ceux des cochonnes à forte poitrine.
Défendons les extrémistes musulmans et les cochonnes!!
Marc Trevidic Patata, je suis fan.
Dans les débats sur ce sujet il arrive souvent un moment (59’ dans cette emission) ou quelqu’un va essayer de relativiser l’ampleur de ce problème de radicalisation en disant que 1000 personnes qui partent ça fait pas tant que ça sur un pays de 65 millions de personnes…et là je voudrais remercier le juge pour sa réponse qui me parait fondée sur du simple bon sens: s’il y en a 1000 qui partent on peut facilement imaginer qu’ils forment le sommet émergé d’un iceberg et qu’il y en beaucoup plus qui sont proches de cette mouvance mais qui ne vont pas jusqu’à franchir le pas.

Trévidic n’a pas de chiffres de l’INSEE pour appuyer son affirmation (ça serait dur d’en avoir) mais parfois le bon sens ça peut aussi servir à appréhender la réalité…just saying...
Peut-on condamner quelqu'un pour un crime qu'il n'a pas encore commis?

Quand j'entends ce juge dire "on tortille un peu les lois mais comment faire quand on n'a pas les outils ?" .

Heu ca ne vous chatouille pas les @sinoreilles?
Je suis assez d'accord avec ce Trévidic. Les fanatiques de Syrie et d'Irak se comportent comme une secte. Ils s'attaquent aux gens en état de faiblesse ou manipulables (ados, jeunes adultes). Il faut au moins appliquer la même prévention que pour les sectes.

@Yeza:
Dans le numéro de Guerre et Histoire de ce mois ci, ils évoquent les jihadistes qui vinrent combattre en Bosnie. Pour résumer: ils rencontraient certains succès, mais c'était plus à cause de leur méthode de combat suicidaire que parce qu'ils étaient bien entraînés. Et en pratique, ils gênaient les bosniaques: tendance à tirer sur tout ce qui n'était pas musulman fanatique (y compris dans leur propre camp), prosélytisme à outrance, manque de discipline, pratique de torture sur les prisonniers, etc. Bref, des têtes brûlées inefficaces et dangereuses.
Le "djihadisme", enfant monstrueux du Prix Nobel de la [s]paix[/s] guerre Obama. John Pilger rappelle l'exemple cambodgien. Comment l'Oncle Sam a alimenté la folie de Pol Pot. Et comment il récidive aujourd'hui. Avec la complicité enthousiaste de Hollande. Not in my name!
Extrait : (...) L’EI est la progéniture de ceux à Washington et à Londres qui, en détruisant à la fois l’Etat et la société irakiens, ont conspiré pour commettre un crime historique contre l’humanité. Comme Pol Pot et les Khmers rouges, l’EI est le mutant d’un terrorisme d’Etat occidental dispensé par une élite vénale et impériale, insensible aux conséquences des actions décidées hors de toute considération de distance ou de culture. Leur culpabilité est inavouable dans « nos » sociétés (...)
Captivant... et effrayant... dans tous les sens.
"Pour combattre ce phénomène, un nouvel arsenal législatif avec la loi Cazeneuve et pour les appliquer des juges d'instruction antiterroriste"

étrange, je n'ai pas entendu que l'on s'était préoccupé de cela pour ceux qui allaient guerroyer en Serbie, en Palestine, en Israël ou aujourd'hui en Ukraine!

Il parait même qu'un de ceux là fait partie du Conseil Constitutionnel aujourd'hui.

Quand c'est Rimbaud, c'est romantique.

Victimes du syndrome de Frankeinstein, nous montrons les monstres du doigt en oubliant que c'est nous qui les avons créés!
une justice préventive ....
tiens c une bonne idée cette émission....
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.