65
Commentaires

StopCovid : "volontariat", et techniques de persuasion

Dans la perspective du déconfinement, le gouvernement français planche sur une application mobile, StopCovid, pour identifier les malades du Covid-19. Comment fonctionnera-t-elle, et quels enjeux de libertés fondamentales soulève-t-elle ?

Commentaires préférés des abonnés

À propos du consentement :

Ceux qui n'y consentiraient pas seront priés de se déplacer avec une crécelle, 

Crois en moi, ais confiance (le serpent Ka du livre de la jungle). Ies données seront anonymes, provisoires, tout est sous contrôle. Et moi (...)

Quand on pense qu’il suffirait d’installer un antivirus.

Merci pour cet article, qui montre la complexité de la question. J'aurais aimé en lire un équivalent sur les mesures du confinement qui pour moi sont tout aussi délicates, mais qui pourtant semblent ne faire l'objet d'aucune critique. Evidents effet (...)

Derniers commentaires

Je pense qu’il faut rappeler l’enjeu. Nous avons un taux de reproduction R qui s’il est supérieur à 1 entraine une croissance exponentielle de l’épidémie, et une saturation des services de santé sauf renfort des mesure tel que le confinement (qui fait passer R<1 temporairement).


Ansi, l’objectif est de cumuler des mesures qui font baisser le taux R en dessous de 1. J’apprécierais que l’on puisse le faire sans l’application, mais si on ne le peut pas, ce sera toujours préférable qu’un nouveau confinement. 


Avec une approche auditable, il devrait être possible de rassurer les personnes soucieuses de la vie privée, mais honnêtement, je ne pense pas que le fait qu’un serveur qui ne me connaît qu’en tant qu’ID 0007 découvre que je suis contaminé et étais 5’ proche de l’ID 1234 soit une réelle atteinte à ma vie privée. Waze en comparaison sais où j’habite, où je travaille, où je passe, etc. Cela me semble bien pire. Et je ne compte pas Amazon qui connaissant mes lecture a une bonne vision de mes appétences. 

Quand on n’a pas de smartphone et qu’on n’en veut pas, ou qu’on n’a pas de téléphone portable du tout, on ne fait pas forcément partie de la «  fracture numérique « . Cela peut être un choix. Va-t-on nous forcer à en posséder ??

Laissez tomber, les gars. Google et Apple s'en occupent.

https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/tracking-sur-smartphone-apple-et-google-s-allient-pour-le-suivi-des-donnees-844950.html

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Cette application sera surtout bien pratique pour fliquer les manifestant·e·s et foutre en cabane toutes les personnes qui auront été trop proches du jet de pavé ou du feu de poubelle. En ajoutant l'enregistrement audio et la détection automatique d'injures on pourra même coffrer tout le groupe d'où est sorti un "salauds de flics". Castaner en rêvait, start-up-du-fiston.com l'a fait.

Il faut attendre la toute fin de l'article pour lire ça "Autrement dit, StopCovid ne fera aucun miracle sans une distribution massive de masques et une campagne, toute aussi massive, de dépistage"


C'est la seule info intéressante ! Des masques et des tests ! Le tracking c'est la cerise mais sans le gâteau on se fera juste ficher pour rien...

"Contamines-Montjoie" ou dans la joie ? C'est étrange tout de même ces "coïncidences" ...LOL !

« il ne géolocalise pas l'appareil »

C’est inutile dès qu’un mobile est allumé il peut-être géolocalisé.


« Quid de la composition de cette fuligineuse "task force" chargée de développer l'outil ? Cédric O ne souhaite pas donner cette information ».


Allez, je balance ... Palantir  France, Atos, GFI, Orange, Thalès, Hub One,...


« Cédric O affirme que "diverses possibilités d’aide à l’équipement, ou à des alternatives aux smartphones pour ceux qui n’en disposent pas", sont étudiées ».


Un numéro vert ou un site dédié  www. jaipasdesmartphone.gouv.fr ?


« Autre point essentiel de StopCovid : son déploiement se fera sur la base du volontariat ».


Comme pour la déclaration d’impôt dématérialisée à ses débuts ? On a même attiré le chaland avec une ristourne d’impôt, on connaît la suite.


« certains, comme le chroniqueur de LCI Jean-Michel Aphatie, militent ouvertement pour une application obligatoire ».


Yakafaucon !


« StopCovid ne fera aucun miracle sans une distribution massive de masques et une campagne, toute aussi massive, de dépistage. »


Oui, mais ça permet d’alimenter le bruit médiatique et ça contribue  à noyer le poisson. 


Ça vaut bien un pognon de dingue, non ?

Je vais vous dire, j'ai pas tout lu. Pourquoi?

Parce qu'arrivé à la partie décrivant que la connexion Bluetooth permettrait de déterminer si la distance "dangereuse" entre deux personnes avait été atteinte, j'ai calé. 

Pur délire d'informaticien!

Oh pas de problème, c'est possible. Toutes les techniques informatiques sont possibles et peuvent fonctionner, sans bug. 

Si, si on peut.

Mais socialement ça bugue

Tout ça est basé sur la croyance que tout le monde a un portable, qu'il l'a tout le temps avec lui, qu'il est tout le temps allumé et que tous les types de connexion sont actifs en permanence, tout ceci rien qu'au niveau individuel.

Perso, mon portable n'a que le GSM en fonction en permanence. Tout le reste est coupé: pas besoin ET surtout économie d'énergie.

Cinq conditions individuelles à remplir impérativement par tout le monde! Faites des probas... :-)


Mon sentiment est qu'il y a un peu de pognon à se faire, que des informaticiens bien placés ont vu des opportunités et qu'ils vont essayer de fourguer une usine à gaz au Gouvernement. 

Ça risque fort d'être inexploitable, si ça marche, déjà à cause de l'incohérence intrinsèque, ensuite ça suppose une continuité politique sereine pour la mise en oeuvre. Rien de moins sûr.


D'accord, ils pourront sortir les lois ad hoc, imposant à tous le port du portable pour tous (PPPT), en tout temps, avec distribution "gratuite" du modèle homologué minimal (MHM); mais bon, je pense vraiment qu'ils se passera bien autre chose avant qu'on puisse en arriver là. Et d'autre part le "puçage" serait bien plus efficace... 

Bref des conneries!

Franchement MDR :-)



Et d'autre part le "puçage" serait bien plus efficace...  


Je suis tranquille là-dessus aussi. On n'a déjà pas de tests ni de masques, alors 66 millions de puces...


Je n'avais pas lu votre commentaire avant de rédiger le mien, mais je crois qu'ils se complètent.

Tout a fait d'accord déjà que 3 semaines ont été nécessaires pour avoir une attestation de sortie 'numérique' comme dit sur gouvernement.com, alors une appli stopcovid... cependant plus que le traçage le risque est encore un pognon de dingue dépensé n'importe comment mais pas auprès de n'importe qui et surtout un outil de communication et rien que de communication pour dire que le gouvernement agit et a bien agi

Je rajoute,  déjà qu'avant la crise du coronavirus le gouvernement faisait fi des appels d'offres, avec comme motif l'urgence (ex du grand debat de mémoire 12 millons d'euros) alors maintenant en situation de crise la notion d'appel d'offre va avoir disparu 

L’application n’a pas besoin d’être active (avec Bluetooth) sur tous les portables. Mais sur une proportion suffisante. Le hic est que si 40% en ont un activé, l’efficacité sera de 16% (0,4*0,4)... car si une personne est contaminée, il y a 40% de chance qu’elle ait l’application et 40% qu’un de ses contact l’ai aussi. Il vaut mieux avoir 60% (36% d’efficacité).

Après si le petit pour-cent d’efficacité fait passer le taux de reproduction de 1,1 (progression exponentielle) à 1 (progression linéaire) cela fera la différence entre un échec et une réussite. 

"chaque ID est stockée pendant 14 jours (ce qui correspond à la période de risque de contamination)"


J'ai entendu que c'était plutôt 20-25 jours en réalité : on peut être contagieux avant l'apparition des symptômes pendant quelques jours, et après la guérison pendant quelques jours. Donc l'appli tomberait à côté de la plaque.

De plus, même si c'était 14 jours, il faut toujours prévoir de la marge quand on développe un système. Donc 30 jours me paraît être un temps de stockage minimum.


D'autres trucs rendent cette appli inutile et faussement rassurante d'un point de vue sanitaire : 

- la nécessité d'avoir un smartphone chargé et allumé sur soi (et peut-être pas un truc qui a 10 ans, à vérifier)

- le bluetooth, que beaucoup de gens désactivent car ça pompe la batterie un max.


Au final, ça semble plus être une solution à bas coût (encore qu'il faudrait vérifier combien ça va nous coûter, ils ne perdent jamais une occasion pour détourner de l'argent) pour donner l'impression que le gouvernement gère bien les choses.

Entendre Apathie militer pour le tracking obligatoire avec comme argument que s'il y avait un mort, la famille pourrait se retourner contre l'état qui aurait agi à la légère,  me laisse perplexe...


A Singapour l'épidémie a été enrayée parce qu'on a réagi vite; qu'on a fait des tests systèmatiques sur les gens succeptibles d'être de retour d'un pays à risque; et ensuite des enquêtes poussées pour savoir avec qui ils on été en contact. Aujourd'hui il n'y a pas une personne dont on ne présume pas de l'origine de la contamination. L'application peut à la limite servir à supplementer ça; mais sans tout le reste ce n'est qu'un gadget technologique inutile. En France on est toujours pas capable de tester les patients suspects qui présentent des symptômes. C'est par là qu'il faut commencer.

J'ai une question plus générale sur ce sujet. Quelle est l'intérêt d'un tracking obligatoire si on ne fait pas de dépistage systématique?

Imaginons qu'une personne-contact doive se confiner 14 jours après avoir été alertée par l'appli. Si le système est anonyme et "peer to peer", comment justifie-t-elle son absence auprès de son employeur ? Comment obtient-elle des indemnités journalières pour sa perte de salaire ?

Ou bien c'est RTT obligatoires, là aussi ?

L'anonymat est évidemment bidon.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

L'article m'a semblé bien faire le tour de la question et des problématiques qu'elle soulève. Histoire de chipoter, je dirais que un territoire de 720 km² -à peu près trois fois la superficie de la Seine-Saint-Denis-, ne parle peut-être surtout qu'aux Franciliens.  Avec environ un douzième de la superficie de la Corse, il me semble que le Français lambda (mézigue, par ex) se représenterait mieux la surface en question : quand on regarde n'importe quelle carte de France, on sait situer la Corse et ses limites sont par force clairement délimitées, ce qui n'est pas le cas de la Seine-Saint-Denis, ni d'ailleurs d'aucun département de France métropolitaine.
Mais globalement, très bon article !

Comme d'hab, Apathie a raison. Il faur rendre cette appli ob-li-ga-toi-re ! 


Parce que dans ce domaine, la protection de la vie privée, comme dans celui de la santé, le volontariat repose sur la confiance. 

Et pour la confiance ce merveilleux gouvernement a fait tout ce qu'il fallait pour la réduire à néant.

À propos du consentement :

Ceux qui n'y consentiraient pas seront priés de se déplacer avec une crécelle, 

Crois en moi, ais confiance (le serpent Ka du livre de la jungle). Ies données seront anonymes, provisoires, tout est sous contrôle. Et moi je suis la reine d'Angleterre.

L'état d'urgence a duré 2 ans après les attentats de 2015, puis une part importante de ces dispositions exceptionnelles est passé dans la loi ordinaire. Mais là, promis juré, c'est différent.

Quand le fichier des empreintes génétiques a été instauré, c'était pour lutter contre les viols, c'est toujours le cas. Mais il sert aussi à faire pression sur un gardé à vue s'il refuse de les donner, quelque soit l'objet de la GAV. Pression policière ou judiciaire.

Si vous ne voulez pas être volontaire pour "lutter contre le Covid 19", vous pourrez bien évidemment refuser, mais vous devrez rester confiné, avec attestation de sortie et amende en cas de non-respect.

Si vous n'avez pas de smartphone, de couverture réseau, ou si vous ne savez pas télécharger l'application, c'est que vous êtes pauvre, idiot, voire les deux, donc c'est votre faute. Signé S. Ndiaye, E. Macron, Préfet lallement.

Bien, bien, bien...Sans oublier que 8% du territoire est encore en "zone blanche"  

Ca fait beaucoup plus de sacrifiés potentiels, non?

Rien que le mot "tracking" me fait me sentir comme un petit animal traqué dans une chasse à courre. Moyennement enthousiasmant

Quand on pense qu’il suffirait d’installer un antivirus.

Du fantasme de l'informatique. Il manque juste un peu d'intelligence artificielle pour faire avaler la pilule. Mais, bien sûr,  rien ne sera sauvegardé.

Ah cette belle start-eup naillecheune qui pense que tout peut se régler avec une App individuelle plutôt que par des politiques de prévention collectives...


Dans le Code du Travail, la préservation de la santé, du ressort de l'employeur, se fait d'abord par prévention, puis par moyens de protection collective ou structurelles/systémiques (ventilation...), puis en dernier ressort par des moyens de protection individuelles (EPI : gants, blouses, lunettes...) .

Bref comme d'hab on fait tout à l'envers en France.


Tiens, j'ai un peu faim, y a pas une App pour calmer ça et attendre 12h ?

Bises collectives (virtuelles bien sûr)

Merci pour cet article très intéressant ainsi que tous ceux écrits depuis le début du confinement

Continuez!

Attention aux petites fautes de frappes que nous avons le temps de chasser en cette période de confinement

Exemple : "la vie priée en ligne"

Merci pour cet article détaillé, juste un détail complémentaire sur l'équipement en Smartphone et les usages en France, 77% d'équipes oui mais avec des inégalités fortes entre âges. Ainsi seuls 44% des 70 ans et + sont équipés,  une population pourtant très vulnérable au Covid 19, et lorsqu'on regarde les usages internet de ces populations (donc leur capacité à installer une appli) on ne retrouve plus que 36% des 70-74 ans et 14% des 80 ans et plus, le moyen apparaît donc pas réellement adapté à la population française. Par ailleurs, la population volontaire pour télécharger l'application non seulement ne représente qu'une partie de la population totale mais de  plus elle risque d'être atypique, sera-t-elle plus ou moins a risque par rapport au reste de la population ? Sans compter les nombreux trous dans la raquette des contacts n'ayant pas de smartphone ou n'ayant pas téléchargé l'application. 

Merci pour cet article, qui montre la complexité de la question. J'aurais aimé en lire un équivalent sur les mesures du confinement qui pour moi sont tout aussi délicates, mais qui pourtant semblent ne faire l'objet d'aucune critique. Evidents effet bénéfiques pour la saturation des hôpitaux (et malheureusement, est-ce que celle-ci n'a pas surtout été évitée parce que de nombreuses personnes sont décédées en Ehpad ?), mais combien de personnes en très grande détresse psychologique qui pourraient se suicider, combien de personnes qui n'iront pas aux urgences pour ne pas déranger, combien de femmes ou d'enfants maltraités, etc. Impression que ce débat n'a pas eu lieu, qu'il n'y avait forcément pas d'autre mesure plus efficace que le confinement malgré son côté liberticide (qui reste là aussi, grandement accepté).

Ce n'est pas le propriétaire du téléphone qui doit envoyer l'info Covid aux personnes qu'il a croisé, sinon nous risquons d'avoir bcp de messages "bidons".
Il faudrait donc qu'il y ait un code permettant d'envoyer cette info de son téléphone, code qui changerait tous les jours et code donné par un médecin qui recevrait ce code chaque jour en provenance d'une instance nationale.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.