58
Commentaires

Sport sans frontières, une utopie  ?

Ainsi va la vie, que le radionaute matinal s'habitue, à la longue, à beaucoup de choses.

Derniers commentaires

je suis d'accord avec vous Daniel mais au moins les Français ont-ils quelques chances de médaille. Ici en Espagne, on montre les espagnols...
Etrange votre raisonnement méprisant concernant les "petits" sports, notamment le biathlon !!!... J'ai beaucoup de plaisir à retrouver ce sport quand il passe à la télé. Et au moins les JO mettent tous les sports sur un pied d'égalité, pas que ceux qui rapportent un max de fric ; c'est rafraichissant.

Et pour revenir au biathlon, l'exemple est décidément mal choisi, puisque pour ce sport, le chauvinisme a davantage de raison d'être étant donné que Martin Fourcade domine effectivement ce sport. Ce que je trouve horripilant, c'est plutôt quand les journalistes sportifs nous "survendent" un Français qui n'a pas vraiment de chance de podium en oubliant de nous parler de ceux qui remportent la compétition !

Camarlette
Tellement d'accord!! Peu importe le drapeau, pourvu que l'effort soit beau...
Quelqu'un a-t-il regardée le patinage ? Il y a des commentateurs qui disent leur admiration pour des patineurs etrangers... Et qui se désespèrent sincèrement d'une chute ou d'un geste technique raté. Ben voui
Quelqu'un a-t-il regardée le patinage ? Il y a des commentateurs qui disent leur admiration pour des patineurs etrangers... Et qui se désespèrent sincèrement d'une chute ou d'un geste technique raté. Ben voui
Une nouvelle médaille d'or pour Martin Fourcade !
Le deuxième, Erik je sais plus comment, on s'en cogne c'est un Allemand, est relégué à plus de 12 s.
Le troisième, Evgueni Machinoviev, ou quelque chose dans le genre, est dans les choux à 34 s 5. Hu-mi-lié, le Russkof ! Sur sa neige à lui.
Merkel et Poutine sont verts de rage, tandis qu'à San Francisco, Hollande, euphorique, fait péter le champagne californien.
« Même moi qui, je vous supplie de me croire, n'ai rien contre le sport en tant que tel
(j'ai de très bons amis qui pratiquent le vélo) j'arriverais alors [à] me passionner
pour des résumés qui aujourd'hui me font hystériquement zapper. Je suis le seul ? »

L'a accent grave a été zappé! Viva Zapata!
Bof. Je trouve ça plutôt sympa moi les petits sports des olympiades, le biathlon, les trucs complètement improbables comme le curling, une fois tous les 4 ans on peut bien en avaler un peu. Et comme je ne connais ni les participants ni même le sport, s'il m'arrive de tomber sur une retransmission, je veux bien supporter dans un coin de ma tête le gars de chez nous, après tout pourquoi pas... ? Dans l'idée olympique, ce petit gars pourrait être moi (hem), c'est encore sensé être le rendez vous des sportifs amateurs. Et regarder un sport sans supporter un joueur ou une équipe, c'est encore plus chiant (reste l'option de sortir et de faire du sport soi même, c'est en général l'effet tour de France, mais là il fait trop froid).
Je trouve ce chauvinisme qui m'est imposé bien plus supportable que celui qui m'est imposé pour les grands sports, où je connais les règles et les styles de jeu et suis à même de choisir le joueur/l'équipe qui correspond au jeu qui me plaît. Et pas de chance, quand c'est pas la France, je me retrouve dans l'opposition vis à vis de ma télé. Frustrant.

En ce qui concerne la fascination pour les records et les exploits, vous préféreriez donc qu'on mette de côté le chauvinisme pour s'enthousiasmer devant les progrès de la chimie ? :D

Après reste la question de construire des villes spécialement pour les jeux, que deviennent ces infrastructures ensuite, quel est le coût écologique de tout ce béton, tout ça... Les jeux à Albertville, ça a apporté quoi 20 ans après ?
On ne savait pas qu'il y avait chez nous des gens capables de se surpasser, comme Martin Fourcade ou Coline Mattel. N'ayant de passion pour aucun sport mais ayant droit à tellement et tellement de reportages et commentaires (marselllaise comprise) sur le foot,le rugby et même le hand, je trouve ça rafraîchissant (c'est sûr...) de voir et d'entendre parler d'autres sports. Les "héros" du jour n'ont pas démérité et ne sont pas responsables des questions idiotes qui leur sont posées par des gens aussi stupides que suffisants.
Martin Bidule,je trouve ça étonnant de votre part , Daniel.
Et si, bêtement, nous zappions les retransmissions, voire plus ?
Juste pour ne pas alimenter M. Laudimat et sa sœur Mme Lapub.
Juste pour rappeler que le dictateur local est particulièrement odieux.
C'est vrai, je suis peut-être le seul à le faire, et alors ?
C'est le même mécanisme qu'aux scouts. Il y a plusieurs équipes, et des jeux avec différentes équipes. Quand un membre d'une équipe est en lice, ses coéquipiers l'encouragent. Ils sont contents pour lui quand il gagne. Les jeux olympiques pourraient être un peu la même chose, en plus grand. Les équipes sont les pays. La plupart des membres ne font que supporter. Quelques uns sont en lice. Envisagé comme cela il s'agit donc d'un grand jeu à l'échelle du monde, qui est à la fois occasion de rencontres entre les différentes équipes, et de cohésion au sein de chaque équipe. Bref il y a une manière de penser les jeux olympiques, et le fait de supporter "son" équipe, comme des choses positives. Il est vrai que ça peut être perverti en chauvinisme, et que les journalistes et d'autres pervertissent parfois ces choses. Mais c'est aussi une erreur de confondre une chose dans sa forme authentique, c'est à dire conçue comme une bonne chose, et les formes perverties de cette chose. Il faut penser, aussi, aux origines des JO, quand c'était un jeu ou les équipes etaient les cites grecques. A la fois vecteurs de cohesion a l'interieur de chaque cite, et de rencontres entre cites. C'etait a une époque bien lointaine ou l'amour de la patrie n'etait pas un gros mot, et qui fascina, les philosophes lumieres et d'autres... les choses ont changé depuis que l'amour de la patrie a été perverti par les promoteurs de la premiere guerre mondiale. Depuis on confond la chose dans sa forme authentique et sa perversion.
Bonjour,

A mon avis, des commentateurs sportifs d'une intelligence moyenne devraient pouvoir défendre leurs champions tout en donnant les résultats complets des épreuves. Ils pourraient certainement aussi être déçus de l'échec des français tout en étant respectueux du succès des autres.

Ils pourraient surtout être moins sexistes... En un mot, ils pourraient être moins "beaufs".

Quand je pense qu'il y a des débats sur le sexisme dans les jeux vidéos et quand je vois les commentateurs sportifs mis en avant par toutes les chaines de TV, je me marre.... (...un peu tristement...)

Si les commentateurs sportifs et les journalistes politiques sont représentatifs de notre société, alors notre société va très mal.
Interprétation gratuite purement subjective : comme un drogué socialement intégré qui croit pouvoir "garder le contrôle", une société ayant connu une certaine grandeur et dont le déclin s'avère de plus en plus flagrant chaque jour tend à plonger dans le déni. Par conséquent elle se raccroche inconsciemment à tous les signes de "grandeur", y compris les plus superficiels, de façon à maintenir l'illusion de celle-ci, la perspective de sa perte lui étant trop insupportable. CQFD.
Non, vous n'êtes pas seul du tout. Même on est un certain nombre, ou un nombre certain. Je n'allume plus la radio et la télé, je ne l'ai pas, ce qui m'économise des quintes. Je me contente de ce qui se lit, ça évite de lire ce qu'on ne veut pas savoir. Et ce, qu'un sport soit médiatisé ou pas, ça ne change rien. En fait, pour avoir un autre discours (mais c'est le même) il faut passer une frontière; Là on voit que nos sportifs, même les meilleurs, n'existent pas du tout. Chacun n'existe que chez lui, la beauté de la performance n'a aucune importance, il suffit de passer devant les autres. C'est le principe du concours, il ne faut pas être bon, il faut être moins mauvais que les autres, et comme le principe est national, avé drapeaux, hymnes et tout le saint frusquin, c'est l'exact contraire de l'adage qui dit qu'on n'est jamais prophète en son pays: On n'est jamais champion qu'en son pays. Et c'est gonflant.
"Je veux bien admettre que le raisonnement vaille pour des sports ultra-médiatisés, foot, tennis, vélo, dont les vedettes jouissent d'une vraie notoriété nationale"
rien que pour cette phrase, votre raisonnement est d'une bêtise confondante.
J'oubliais aussi
"j'ai de très bons amis qui font du vélo"
vous avez de très bons amis arabes aussi?
Je ne suis pas sportophobe, mon meilleur ami fait du vélo.
Je ne sais pas si c'est un très bon procès à faire à la télé, pour une fois. Le principe des JO est d'envoyer des représentants nationaux. On ne montre pas seulement le sport pour montrer des exploits sportifs à admirer individuellement, mais les athlètes y vont au titre de "champions", au sens plein (c'et à dire médiéval) du terme : pour nous représenter. Certes ce n'est pas une représentation politique par un suffrage, c'est autre chose, mais ça appartient aux modalités de la représentation tout de même. Une façon de solidifier un "nous" qui a pour périmètre la France... après tout, c'est ça le chauvinisme.
Il me semble difficilement défendable de trouver légitime d'être "chauvin" pour les emplois, fustiger les délocalisations et défendre le made in France, et moquer ceux qui se réjouissent des exploits de leurs champions locaux ou nationaux. On peut toujours se dire citoyen du monde, il n'y a pas de représentant du monde ... ou s'il existe ce n'est pas quelqu'un par qui chacun d'entre nous se sent représenté.
La ligne de fracture se trouve plus, à mon sens, entre le chauvinisme ouvert et le chauvinisme fermé. Le chauvinisme poreux, accueillant, qui coopère avec les autres, content de renouveler son contenu avec ceux du dehors qu'il incorpore, tout en revendiquant sa singularité et son enracinement... celui-là me va bien, et je crois que c'est ça qui plaît aux candidats à vivre en France et/ou être français.
Merci pour ce point de vue "universaliste" qui me fait réaliser que les J.O. sont conçus comme un affrontement de nations et qu' il semble anormal de vouloir les décrire/penser autrement.
Sinon on ferait des jeux sans nationalité.
Et je veux bien croire que les commentateurs français soient les seuls à vouloir traiter tout le monde de la même manière(universalisme typique des bobos français? (dont je suis par ailleurs)).
Pour que les journalistes français échappent au chauvinisme il faut que :
- l'épreuve commentée soit féminine;
- une très belle et charmante fille étrangère la remporte;

Les commentateurs sportifs de France 2 était ravis de voir Tina Maze remporter l'épreuve de descente de ski alpin hier. Le gadin de Marie Marchand-Arvier est du coup passé au second plan.
Bonjour
La lourde (au sens propre et au sens figuré) équipe de FTV aux Jeux d'hiver me fait penser à la horde franchouyarde qui a envahi, selfi à l'appui, le bureau ovale.
En effet ils "déconnent" entre eux en guise de journalisme et ils pensent qu'ils sont dans le vrai.
NB: pour les jeux, je me base sur ce que j'ai vu par le passé et les commentaires des @sinautes car actuellement dès que je vois un cm2 de neige sur mon écran, je zappe, contre l'attitude de ces ados mal élevés mais surtout pour protester contre l'hypocrisie des acteurs vis à vis de la dictature poutinienne qui dilapide les richesses du pays au détriment de sa population.
"les jeux olympiques" chanson d'henri tachan devrait être l'hymne olympique.
Mais un seul media de masse, depuis la création des retransmissions sportives, a-t-il une fois, une seule fois, tenté une hiérarchie de l'information "purement sportive"

Allez y DS, la pensée est ouverte à tous. Quelle est donc l'information purement sportive par excellence?
Et puis dans la foulée, vous pouvez aussi nous expliquer pourquoi ASI n'a jamais tenté de hiérarchiser l'information...
Sur mon fauteuil roulant j'avoue ne pas regarder à la Tv les jeux de sotchi-Poutine.

j'attends de lire 2 jours après l'article du Monde avec le recul et la lucidité qui font (faisaient?) l'originalité de ce journal mais on me murmure que je suis en retard et que le célèbre quotidien du soir aurait embauche des journalistes de "l'équipe"... Alors à qui se fier?
Tout à fait d'accord! J'ai la quarantaine et je me souviens du temps où la nationalité du sportif était peu mise en avant! Le sport, cela peut être très beau, mais la récupération nationale est choquante!
Sur la RTBF ils suivent de manière plus sérieuse les épreuves sportives ;) on nous fait bien regarder les chaines françaises en Belgique pourquoi ne pas inverser la tendance pour changer ?
Franchement, je plussoie à votre agacement,

Surtout qu'effectivement, en dehors de ces quelques jours, le sport de neige retombera dans un oubli complet. Sans compter que leurs commentaires, en plus d'être idiots, ne permettent pas vraiment aux non initiés de ces sports (qui pourtant sont nombreux, vu la place de ces sports) de même comprendre les épreuves (c'est quoi une pénalité, quand est-ce qu'on y droit ?)...

Bref, vivement que ça se termine

Surtout qu'en réalité, je suis plus intéressée par les dessous de l'installation à Sotchi, la corruption locale, les troubles à l'environnement et comment on est arrivés à un tel degré de fourvoiement, d'hypocrisie et finalement de complicité ?
Parce qu'en dehors des quelques articles en début de jeux, maintenant, "place au sport"

C'est plus ça qui me dégoûte...
Ancien joueur et amateur de rugby occitan dit champagne ou autre, Je m'enflamme dans mon fauteuil aux avancées des déménageurs de piano (les avants) et aux envolées de ceux qui en jouent (les lignes arrières)...Mais depuis plus de 15 ans, je coupe systématiquement les commentaires de ceux qui s'appellent "journalistes sportifs" tellement leurs niaiseries "tricocolores" m'insupportent.

Pour continuer à aimer, faut partager et donc en catimini, hors déballage médiatique je regarde et écoute le dimanche à 8h05 "Rencontres à XV" magazine de vrai rugby terroir et terreux de mes campagnes lando-béarnaises et Jean Abeilhou me régale de simplicité professionnelle.
Un amoureux aussi. Un vrai.

Les autres, vraiment: des pantins!!
Non, en effet vous n'êtes pas le seul.
Je m'y suis habituée, mais je me souviens de ma surprise lors des jeux Olympiques d'hiver, à Albertville (la première compétition à laquelle j'ai prêtée une oreille distraite, en France) où en guise d'une épreuve, on avait droit à la description détaillée des malheurs de l'athlète français qui était arrivé dixième, avec des longues analyses de cet échec, et la chronique finissait sans que nous sachions qui avait gagné...*
Boyon, Montel, Montfort, Candeloro... la crême du dessus du panier des commentateurs sur France 2.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Cette focalisation a atteind des sommet lors de la Coupe du monde de foot de 1994, où l'a bcp entendu causer, faute de merles abattus en plein vol par Kostadinov, des arbitres français ou, mieux encore, des ballons français de cette compèt'...

Cependant, ce travers ne vaut pas que pour les journalistes sportifs. Lors du Tsunami, on pouvait s'étonner de la place consacrée dans les JT par les cas des qques disparus de notre pays au regard de l'ampleur de la catastrophe.
Et pourquoi pas parler de ça? Il me semble que la place déséquilibrée des jeux sur nos écrans fait écho au quasi silence sur ce Xième incendie et sur cette Nième mort. Y compris chez vous!

On nous parle beaucoup de l'Abbé Pierre ses temps ci. Mais s'il poussait aujourd'hui son cri émouvant de 1954, il ferait chier tout le monde et ça zapperait vite fait bien fait. D'ailleurs, quelle télé, quelle radio lui accorderait la place qu'il a eue en ces années là?
On peut trouver un juste milieu aussi, non ? :p

(C'est mon côté centriste qui ressort, ça n'arrive pas souvent)
"J'ai de très bons amis qui pratiquent le vélo"...
Vous vous êtes réconcilié avec Michel Drucker ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.