102
Commentaires

"Son offre est canon, mais Free n'est pas transparente"

Un grand événement a réussi, cette semaine, à chasser des Unes de la presse l'actualité de la présidentielle : l'arrivée de Free dans la téléphonie mobile, et le lancement, à prix cassé, des forfaits Free mobile. L'événement méritait-il une telle médiatisation ? Comment s'est-elle construite ? Et l'immense couverture du show de lancement de Xavier Niel n'a-t-il pas occulté les points faibles de l'offre de Free ?

Derniers commentaires

Je suis un grand fan d'arrêt sur image mais c'est la première fois que je vois une émission aussi décevante et remplie d'imprécisions, d'erreurs d'analyses, qui manque cruellement d'information, pas assez documentée. Edouard Barreirro relève à peine le niveau, heureusement qu'il est là, c'est lui qui apporte toutes les informations intéressantes. C'est le seul invité valable. Une émission préparée trop rapidement.

J'avais fait une liste des imprécisions des différents invités mais j'abandonne devant la liste trop grande.

Je ne vais retenir deux choses de cette émission :

- Daniel qui dit à la geek de écrans (qui ne connait pas ce qu'est MD5 à la base) qu'elle a fait des papiers sur du rien. Libération l'avait même mis à côté de sa une la veille du lancement de Free.
- Daniel qui dit à Barreirro : "mais on les avait prévenu [les concurrents de Free] pourquoi n'ont-ils rien fait ?"

étrangement ces remarques n'ont pas beaucoup de réponse.

Il était un peu près évident que Free allait choisir le réseau Orange, on ne voit pas bien pourquoi Orange avec le meilleur réseau aurait fait le meilleur/un bon prix à Free (c'est ce que dit Barreirro).
DS parle de Niel comme de l'actionnaire de référence du Monde. Du coup, je me souviens d'un temps très lointain où on parlait du Monde comme d'un quotidien de référence.

D'une sorte de référence à une autre, que de chemin parcouru....
Le 11 janvier sortait le film-documentaire "Les Nouveaux Chiens de Garde" de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat...



"... Les médias se proclament "contre-pouvoir". Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations pré-mâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur.


En 1932, l’écrivain Paul Nizan publiait Les chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en véritables gardiens de l’ordre établi.


Aujourd’hui, les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques, ouvertement devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE dénonce cette presse qui, se revendiquant indépendante, objective et pluraliste, se prétend contre-pouvoir démocratique. Avec force et précision, le film pointe la menace croissante d'une information produite par des grands groupes industriels du Cac40 et pervertie en marchandise..."




Aujourd'hui 13 janvier, vous nous proposez une émission-relais de l'offre d'une entreprise privée de téléphonie.

Dites...


Vous avez trop d'abonnés, vous souhaitez qu'on ne renouvelle pas notre abonnement, c'est ça ?????
le message sur la fusée ne voulait finalement pas dire "jesaispas" enfin du moins pas que cela
En traduisant le code en language 1337 (Leet) on y trouve NIEL JOIN RACE >>START

et oué ma grande :] faut suivre l'actu jusqu'au bout ! surtout qu'elle donne des conclusions hatives "Il a fait monté la mayonnaise pour finalement RIEN" -_-"
A la 40ème minute Edouard Barreiro évoque un "prix d'interconnexion" entre opérateurs de 2,85 centimes par SMS... J'ai bondi car ce point de détail, repris quasiment nulle part jusqu'ici, représente des facturations entre opérateurs de plusieurs (dizaines de?) millions d'euros par mois !

Si mes recherches sont bonnes, la source qu'il évoque serait http://blogs.lexpress.fr/tic-et-net/2012/01/09/free-mobile-bataille-sur-le-prix-des-sms/
Maja Neskovic(dite MN), DS (dit DS), DI (Dan Israel), GK (Gilles Klein), Laure Daussy (LD), Alain Korkos (AK47) et toute l'équipe, merci à vous tous car ca y est je suis passé à freemobile!

Je crois que les zones d'ombre de l'offre ne suffisent pas à rendre un forfait moitié prix inintéressant ou piégeux!

T'aurais-je choisi, freemobile (oui c'est à toi que je m'adresse), sans cette émission? Peut-être pas, mais maintenant je suis certain de pas avoir d'énorme mauvaise surprise.

Aime la culture geek qui veut, moi j'ai toujours rêvé de faire partie de l'3l33t ! Ca y est je suis un freenaute et un freephoneur. Le nom est pas génial, mais j'ai trouvé mon crew.

PS: un message codé est caché dans ce message, sauras-tu le découvrir aspirant geek?
la veille de cette annonce.

vers 20 h, je reçois un appel, chance mon portable est allumé...
je réponds un monsieur de Orange!
pour me proposer 30 minutes en plus "gratuit" de mon 1 heure que je n'utilise même pas, et je n'ai pas le report de minutes (je me fais roulée, euh non tondre car je lui un mouton cf Mélenchon!) enfin...
c'est surtout que depuis deux ans je cherche à être désengager donc je paye plus cher pour me libérer avec un forfait merdique!
et il m'offre 30 minutes certes mais avec 24 mois d'engagement! le monsieur lui n'a rien dit quand je lui ai parlé d'engagement...
alors c'est non !
le monsieur est surpris me demande ma connection internet, la télévision que nous n'avons pas!!!!
il me demande vers qui je vais me tourner : personne !

après mon absence d'utilisation du portable pour des dicussions "t'es ou?", " je prends quoi là je suis devant le rayon de pates..." et j'en passe, j'attend de voir les personnes pour leur parler et j'improvise quand je n'ai pas tout sous la main pour la liste des courses!), la lecture du "Le téléphone portable, gadget de destruction massive"...
et le fait qu'une grande majorité se plaint de ne pas avoir de sou, et possède tous un téléphonne... vive l'homme de XXI siécles qui avant de manger à sa faim, posséde un téléphone portable.... quelle évolution!

et merde free, le téléphonne moins cher, pour les enfants comme si il en avait besoin, du n'importe quoi.
si on associait le téléphone au micro onde (qui sont quand même similaire), j'en viens à me demander si devenir communiste est le seul moyen de s'en débarasser!
Un aspect que vous n'avez pas abordé sur les conséquences possibles de cette entrée sur le marché. Les autres fournisseurs en téléphonie mobile ne risquent t-ils pas de faire de larges plans sociaux pour réduire drastiquement leurs coûts et s'aligner sur Free ?
Bonjour,

Les contrôleurs de la navette Rhône Express -ticket à 13€- ne sont pas (encore) assermentés. Ils ne peuvent donc pas dresser de PV.
Profitez-en pendant qu'il est encore tps...
Merci à Mercier . J'en ai bien profité, LOL. hihihi
Donc, comme toujours : 1ers arrivés, 1ers servis...

A bon entendeur, Salut!

PS : Comme dit le poète, "Comprenne qui voudra"...ou pourra. Mais c'est d'abord une question de volonté, même si elle ne suffit pas, seule.
pour les bons plans, contre le foutage de gueule de plus en plus apparant, pour se créer un réseau, un comité, une commune interactive, retrouvons-nous sur twitter : akfak69.

Bien à nous.

PS : Une pensée à Guy B., qui me manque sur ce site.
*apparent

Bye.
J'aimerais juste ajouter une hypothese au débat que lance UFC Que Choisir. Les prix qui sont fixé par le roaming doivent, d'une certaine manière, dépendre des négociations faites avec les operateurs de chaque pays. Il faut savoir que Orange, par exemple et parmi d'autres, sont présents sur de nombreux terrains. Je doute que l'ARCEP ait son mot a dire sur les tarifs fixés par Orange Egypte. Par contre, X. Niel se dit peut etre qu'il est intéressant de faire pression en france sur le "droit de passage d'un SMS" pour négocier des tarifs peut etre abusifs a l'etranger. Dans tous les cas, lorsque l'on compare les grilles tarifaires de Free ADSL chronologiquement, c'est souvent revu a la baisse. J'espere pouvoir faire confiance a Free mobile pour faire de meme avec sa grille...

Cela reste, évidemment, une hypothese.

PS: Gab, si tu me lis, j'ai craqué pour l'abonnement ASI. :)
Plutôt intéressant dans l'ensemble même s'il est évident que d'autres sujets méritait peut être plus d'attention (mais bon, il y en a quand même une par semaine des émissions, ça ira).

Mais ce qui est assez drôle, c'est l'absence dans l'émission d'une dimension pourtant intéressante et que je ne pense pas si marginale : l'exemplarité de Free en tant qu'entreprise 3.0 (c'est pour la formule ; on pourrait dire "d'avenir", "du XXIe siècle", " progressiste", mais je dirais d'avantage "participant à l'évolution vers une société plus intelligente"...)
Plutôt critique en général (sensible aux positions "intelligentes" et argumentés, très ASI) j'ai tendance à être pragmatique tendance méfiant mais s'il est une entreprise avec laquelle je suis prosélyte c'est Free.

Depuis ma première Freebox (il y a bien longtemps!), j'ai entendu des tombereaux de critiques (reprises en partie sur le plateau) sans qu'aucune n'arrive jamais à me convaincre.

Ou plutôt, si certaines sont parfaitement fondées, les pratiques de Free vis à vis de ses clients, du public et de la société en général semblent toujours faire pencher la balance en sa faveur.

En vrac : Les frais de résiliation ? C'est justement pour favoriser la fidélité. Plus on reste, moins ça coute et c'est plutôt clair depuis le début, tous ceux qui parlaient Freebox au début des années 2000 le mentionnait. Les réponses SAV ? Quel intérêt pour le client de se voir répondre par un téléacteur incompétent autre que de faire monter cet absurde taux de "réponse" ? J'ai déjà eu de nombreux soucis au cours de mes multiples déménagements (généralement du fait d'un autre opérateur...), et Free y a toujours répondu avec bonne volonté, dans des délais raisonnables et surtout, même en cas de complications, sans jamais lâcher l'affaire !

Et qui peux se vanter d'avoir fait profiter l'ensemble de ses clients de toutes les innovations sans jamais augmenter ses tarifs ? Sans option incompréhensible ? Sans injoignabilité organisée ? Sans relances publicitaires permanentes ? Sans opacité sur les tarifs ?

C'est vrai que dans ces conditions, que trois grincheux papivores attaque Free pour ne pas avoir voulu répondre à leur souhait si capital, ça me laisse un peu froid. Les invités semblaient d'ailleurs incroyablement formatés dans leur argumentation (mention spéciale UFC) en considérant Free selon les seuls critères du "marché" ou de la "com' ".

A cette échelle d'entreprise, je pense que c'est unique : Je n'ai jamais été trahi par Free. Alors j'attendais l'offre de téléphonie avec impatience et, pour l'instant, je suis assez satisfait de la tournure que prennent les choses.

Bon, pas trop le temps de poursuivre mais je pense que cette dimension "entreprise citoyenne" (je peux rajouter des guillemets?) est un peu passé à la trappe derrière les fans de free et autre geeks technophiles idolâtrant le nouveau messie.
Pourtant, beaucoup de gens sont sensibles à cet aspect, et ce sont souvent ceux qui réfléchissent. Alors ça m'interpelle un tant soit peu...
Bonjour, j'ai regardé votre émission hier soir.
Aujourd'hui, je suis allé sur votre site afin de consulter les vites-dits quand je me suis rendu compte qu'elle avait disparu de la une.
Je me suis donc demandé ce qui avait motivé ce choix.

Doutiez vous de l'à propos de votre sujet d'émission ? ( une offre commerciale de télécommunication, la stratégie de com de free et la bataille en coulisse )

Les asinautes vous ont ils brocardé sur ce choix de sujet ? (la lecture du forum m'informerait sur ce sujet mais je confesse etre une feignasse)

La perte du triple A vous a motivé a remettre en avant l'émission sur les agences de notation ? ( que j'ai plus apprécié que la dernière si je me souviens bien )

Ou bien avez vous souhaité passer à coté des foudres d'un Xavier Niel beaucoup plus procédurier en coulisse que sur une estrade filmée ?

Remettre cette émission en avant n'aurait t'il pas été plus judicieux au sein d'un dossier qui apporterait quelque nouveaux éléments ou du moins dans la clonne de gauche ce qui rendrait plus lisible la temporalité de l'émission ?
Ça commence bien : 13'11 : "Free c'est 400 personnes", c'est faux. Quand on énonce des chiffres, il s'agit d'abord d'avoir les bons. Je sais bien que parler de Free ces derniers temps vous propulse sur le devant de la scène (il suffit de voir le carton d'un obscur podcast sur iTunes pour s'en convaincre), mais quand même ! Surtout de la part du spécialiste du domaine chez UFC-Que choisir...

Et, note pour Daniel : les "internautes", c'est tout le monde. En l'occurence, "les personnes s'intéressant au marché de la téléphonie mobile" ou même, carrément, "le grand public" (vu le public visé et l'émoi généralisé), ça aurait été mieux. Personnellement, je suis fatigué d'être mis dans la case "Internaute" sous prétexte qu'une partie de mon canal d'information vient de sites Web comme celui-ci.
Pour conclure ...

Merci free à 29.99 février 2003 alors que france telecom de l'epoque été à 65 Euro !


Merci free en 2012 !
De faire baisser les prix pour la 2 iem couches.

:)

Enfin du téléphone ! et de l'internet avec des prix réel.

Merci merci.
On apprend pas grand chose de crucial sur ce moment critique mondial :D
Si ce n'est que geek = techniques et méthodes supersophistiquées pour : "je ne sais pas", "rien", "du vide".
Un chose qu'il semble avoir du mal à comprendre, c'est qu'un réseau de télécom, comme un réseau de transport de l'eau, c'est essentiellement des coûts fixes...
Les coûts d'un opérateur :
- Achat, mise en place d'un réseau dimensionné pour un certain volume de débit (compté à la seconde) : Coût fixe
- Entretien du réseau : coût fixe, car fonction du dimensionnement du réseau
- Support : Cout variable, là effectivement, les salaires coutent en fonction du volume d'utilisation, car plus y a d'utilisateur et d'utilisation, plus il y a de demande de support.
- R&D, un cout à peu près variable


Ce que le type de UFC comprend pas, c'est que de la communication vocale sur un réseau moderne comme celui de Free, totalement orienté data, c'est absolument que dalle !

De la vois en GSM, c'est quoi ?
8 Ko/seconde ?
Autrement dit absolument rien !

Donc, à 2 euros pour une heure de communication et 60 sms (environ 10 ko de données, c'est à dire absolument rien ), c'est absolument rien sur un réseau.

Le seul coût réel, c'est le support, qu'on peut valoriser, à 10mn par mois d'un conseiller, payé au smic (et encore, ya nos amis les marocains qui coutent moins cher). 10 mn de conseillé, c'est 1 euros 20.
Je dois avouer que je suis déçu par cette émission... Au final, on n’apprend pas grand-chose.

Et j'avoue avoir du mal à comprendre ce qui y est décrypté ?
Je m'attendais à un décryptage du traitement médiatique du lancement de cette offre (avant et après). C'est quand même ce qui fait votre valeur ajoutée ! Mais, si nous avons eu quelques échanges sur le sujet, globalement c'est resté très superficiel... :-(

Vous avez également survolé le décryptage de l'aspect marketing de l'offre et de la conférence...
Il y avait pourtant un vrai sujet. Mais on ne peut pas décrypter du marketing comme on décrypte les médias. Ça ne fait pas tout à fait appel aux mêmes compétences... :-)

Pour ceux que cela intéresse, voici un décryptage plus précis sur l'approche marketing de la conférence de Xavier Niel.
Le truc qui me chiffonne, c'est que je ne crois pas (mais je peux me tromper) que lorsque ce sont Messieurs Heurtefeux, Pasqua, Sarkosy, Lefebvre, etc ... et Mmes Kosciusko-Morizet, Morano, Dati, Parisot, etc ... qui sont invités à des émissions politiques, la même chose leur soit réservée.
A voir absolument "Les nouveaux chiens de garde" d'après le livre de S.Halimi.
Mélenchon est le meilleur orateur de la campagne et je trouve ses interventions et idées souvent stimulantes. Mais que la chronique de Didier Porte montre le narcissisme du personnage et ses dérapages inutilement agressifs et l'on voit Daniel, aussitôt prendre sa défense, sans le recul nécessaire face a l'attitude limite d'un homme politique quel qu'il soit. Touche pas à mon champion ...
Pourquoi traiter un étudiant de petite cervelle ? Pourquoi invectiver Demorand sur Europe 1? Son propos y gagne t-il en force de conviction, en densité ?
Pourquoi dire de Pujadas " Il me dégoute " dans une séquence du film "Fin de concession" de Pierre Carles et aller comme tous les autres à la soupe médiatique chez ce même Pujadas ?

Que Mélenchon se réclame de Marchais, bateleur d'estrade marrant mais leader politique au bilan contestable que le PCF s'est empressé d'oublier me laisse perplexe.
putain!
vous avez tous une vie passionnante!
Au sujet de la vidéo montrant Stéphane Treppoz en 2002, alors PDG d'AOL France, apprenant l'offre ADSL de Free :
- à l'origine ce sujet est extrait d'un documentaire pour Arte, "Dans la peau d’un patron" de Stéphan Moszkowicz. Ce doc ne visait pas spécifiquement le secteur des telecoms, c'est une chance incroyable pour le réalisateur d'avoir pu saisir au vol cette scène !
- Arte a diffusé le docu en 2003 lors d'une soirée Thema, puis France 5 en 2004 (c'est là que je l'avais vu)
- Le sujet a récemment été repris par Capital sur M6, extrait de son contexte, puis donc maintenant ASI.

Lien vers la page du site du réalisateur consacrée à ce documentaire (avec le coupures de presse de l'époque) :
http://www.stephanmoszkowicz.com/videos.php?id=74

Pour l'anecdote, Stéphane Treppoz est aujourd'hui Président de Sarenza.com (vente en ligne de chaussure ! France 5 a d'ailleurs récemment diffusé un "C'est notre affaire" sur le marché de la chaussure, tourné chez eux) .

Pour revenir à l'offre ADSL de Free lancée en 2002, c'est vrai qu'elle a tout révolutionné, aussi bien par la mise en oeuvre du dégroupage (à Paris seulement en 2002, puis en province, Toulouse par exemple, à partir de 2003), que par le tarif unique (29.99euros) partout où l'ADSL était déployé par France Telecom. Pour ce même prix, France Telecom proposait un ADSL bridé à 128kb/s ! Free a progressivement débridé les débits sur leurs DSLAM, d'abord officieusement. 8Mb/s, puis plus de 20Mb/s avec l'ADSL2+. La différence avec France Telecom était vertigineuse. Ne parlons pas du téléphone gratuit, arrivé 2003, et bien vite suivi du service TV (fin 2003).

Enfin n'oublions pas que Free avait également révolutionné l'accès internet en 1999, en proposant un abonnement gratuit (seules les frais de connexions au tarif local restaient à payer à France Telecom), là où Wanadoo faisait payer son abonnement 95 Francs par mois ! Là preuve sur cette page du site wanadoo.fr archivée en 1998 par Wayback Machine :
http://web.archive.org/web/19980203124701/http://www.wanadoo.fr/bin/frame.cgi?service=abonnez_vous
(je faisais partie en 1998 de ces 128 000 abonnés à Wanadoo, après avoir essayé Compuserve puis AOL en 1996, Havas On Line en 1997, et avant de partir chez Free en 1999, que je n'ai pas quitté depuis...)

Vincent
-------------------------HORS-SUJET-----------------------

Comment se fait-il que l'on ne parle nulle part du film Les nouveaux chiens de garde sur ce site ?

C'est désagréable cette façon de nier le travail de ceux qui déplaisent à Monsieur Schneidermann.

D'abord Pierre Carles.

Et maintenant Serge Halimi ?
Edouard Barreiro : UFC QUE CHOISIR
Camille Gévaudan : Journaliste-Ecran.fr
Erwan Gaucher : Journaliste et Blogueur

Critique d’une émission décevante.
J’ai trouvé l’émission sur Free, largement décevante. La hiérarchie de l’information sur une émission d’une heure est décisive. Pourtant les points essentiels ont été survolés.

L’accroche du sujet est la suivante: « "SON OFFRE EST CANON, MAIS FREE N'EST PAS TRANSPARENTE" Derrière le buzz, zoom sur la méthode Niel. » Je me suis dit « Chic je vais comprendre comment Free et son patron arrivent à pratiquer des prix pareils et ce qui se cache derrière, dans les méandres des conditions générales de vente ou d’utilisation (CGV, CGU). Je vais avoir des informations sur le réseau, son étendu, son fonctionnement, sa qualité, sa couverture, ses limites. En plus Anne-Sophie Jacques est pédagogue et interroge bien les invités pour comprendre les mécanismes de l’économie. Je vais comprendre le modèle économique de Free, son modèle de gestion, la participation des salariés, la logique de croissance, sa façon d’investir, les hypothèses d’avenir… Je vais comprendre la stratégie de communication, ses fins, ses moyens. »
Confirmation quelques lignes plus tard par l’énonciation de la problématique : « L'événement méritait-il une telle médiatisation ? Comment s'est-elle construite ? Et l'immense couverture du show de lancement de Xavier Niel n'a-t-il pas OCCULTE LES POINTS FAIBLES DE L'OFFRE DE FREE ? » On va donc bien parler des points faibles de l’offre en plus du décryptage média cher à notre @sinaute préféré. Petite correction tout de même, on risque de parler beaucoup de la com’.

Je n’ai pas pu satisfaire ma curiosité. Voici pourquoi, minute par minute.


11ème minute, effet d’annonce :
Schneidermann : « C’est un événement (…) alors peut-être qu’il est pas seulement commercial, peut-être qu’il est aussi politique, ON VA VOIR ? » on ne verra finalement jamais vraiment. Peu de question sur la stratégie commerciale et politique.

13 minutes 30 :
Monsieur Barreiro ne croit pas Monsieur Niel quand il dit que Free gagne de l’argent avec les prix proposés. Des chiffres svp, une question la, vite. C’est combien le cout d’un sms ? d’un appel voix ? de quoi dépendent-ils ? Le monsieur-très-très-documenté mériterait d’être cuisiné. On passe 1 minute la dessus et on revient vite à la stratégie de communication de Monsieur Niel : « vous disiez, tout le monde l’aime bien Niel » dit Daniel Schneidermann.
C’est faux. La community aime sa façon de gérer, et surtout ses prix. Il est urgent de comprendre comment il arrive à proposer ces prix. Mais non, l’analyse média sur laquelle les 3 invités sont d’accord (peu de débat), prime sur le fond. Ce n’est pas ça arrêt sur image.

15ème minute : Xavier Niel et l’auto-critique, on n’est pas des crétins.
Xavier Niel champion de l’auto-critique, non, c’est « LE » VRP français du moment qui crée des emplois et défend sa boutique. Meilleur que les autres, c’est certain. C’est une évidence, presque pas besoin de le dire. Mais on pourrait affirmer haut et fort, bien clairement que c’est positif, c’est encourageant, c’est nouveau, C’EST BIEN, il faut poursuivre, continuer, aller plus loin, créer les conditions médiatiques pour que cela apparaisse plus souvent (lesquelles ? avec quels moyens ? …). Mais non, ça écorche d’insister sur ce qu’il y a de bon, on préfère pinailler, sur les procès, parler des quelques foyers (infime partie) qui utilisent les services de Free juste pour la télé/téléphone et qui veulent des factures papiers, non mais franchement… Puis on continue, est-ce que Xavier Niel est un chef d’entreprise leader, offensant, requin ? A-t-il une face cachée ? Ne serait-ce que de la com’ ? A votre avis comment a-t-il obtenu la 4ème licence ? C’est trivial d’essayer de décortiquer s’il y a une stratégie de communication, en témoigne le show de l’annonce. Personne n’est naïf, on s’en rend compte tout seul. De même pour la voix chevrotante (signe de sincérité), l’empathie de chacun permet de saisir ces moments sans avoir besoin d’en parler, encore et encore. La question n’est pas de savoir s’il y a effectivement tentative de communication mais bien de comprendre laquelle, comment elle s’organise, à quelles fins, qu’est-ce qu’elle cache (les CGV, le réseau, le SAV, vite on avance s’il vous plait).

26ème minute : Les procès et un peu de CGV
On arrive enfin après 26 minutes d’émission sur le sujet crucial des CGV et Edouard Barreiro aborde l’expression « bon père de famille », sur lequel l’UFC-Que Choisir avait déjà attaqué en justice. Et Daniel Schneidermann de couper, presser de savoir (le sourire impatient) : « Et vous allez attaquer ? », continuant ensuite, pour savoir si Free a un pouvoir de nuisance contre l’UFC-Que choisir… … … C’est déplorable. D’autant plus que cet esprit de savoir s’il va y avoir du spectacle, si ça va saigner, est une des raisons de l’existence du site d’@si. On n’est pas la pour ça, on veut comprendre, avec des arguments factuels. Allez il faut que ça avance.

Bonne nouvelle, on arrive à la 28ème minute : le bon père de famille.
On a quelques précisions sur l’expression « bon père de famille », suite à la question de Daniel Schneidermann sur la jurisprudence, mais on n’a même pas de reportage de l’argumentaire de Xavier Niel sur ce sujet important, les petites lignes des contrats, là où il y a matière à discuter. Pourtant Jean-jacques Bourdin a posé la question au patron de Free. Rapidement on passe à la suite, en feuilletant succinctement le papier de l’UFC-Que choisir, dommage, nous seulement les @sinautes assidus ont pu prendre connaissance du document grâce au lien fournit (ils savent bien de quoi on parle) mais surtout on a Edouard Barreiro en face de nous.

30ème minute : Les fusées pendant 5 minutes
Que dire ? Soit on a 3 heures d’émissions et on détaille ce point la, soit on se tait. Heureusement Erwan Gaucher tente désespérément de revenir à l’essentiel. Mais Daniel Schneidermann revient à nouveau sur « le buzz » et face à Camille Gévaudan utilise l’argument facile du « je contribue au buzz en parlant du buzz ». Et paf ! taclé ! tout content le Daniel, l’invitée abdique gênée, rougissante. Et pourtant quelques minutes plus tard, Daniel Schneidermann se rend compte que (ho surprise), la masse des internautes préfèrent les petites histoires de fusées que lire les petites lignes des CGV. Et puis l’émission de cette semaine, c’est quoi le sujet (certes intéressant) ? Le buzz non ? Et paf Daniel ! taclé ! vous n’êtes pas plus malin qu’un autre.

Ouf Erwan Gaucher revient sur l’absence de critique de la part des médias pendant les 48-72 dernières heures, beaucoup plus condamnable.

Entre la 43ème et la 48ème minute : Enfin un peu de complexité
Edouard Barreiro continue avec une explication intéressante sur les trocs entre opérateurs et le coup stratégique de Free sur les droits de passage, le rôle de Stéphane Richard et le contexte « géopolitique ». Il y a fort à creuser. Pourtant Monsieur Schneidermann ne pose qu’une seule question, celle sur Stéphane Richard. (Les autres remarques permettent seulement aux invités de préciser leurs propos mais ne sont pas des questions de fond). Cette question ne semble même pas avoir été préparée car elle vient sous l’impulsion de Camille Gévaudan. Pourtant Stéphane Richard est un personnage important.

Au total, l’émission n’aborde pas ou trop peu les questions de fond évoquées dans mon chapeau, spécialement celle du réseau. C’est dommage pour l’intérêt du sujet mais surtout ceci laisse entrevoir une critique de fond. J’ai la sensation que Daniel Schneidermann se trompe de prisme. Il semble suspecter de manière récurrente l’immoralité, l’esprit de profit, d’entourloupe et de mensonge des systèmes et des personnes. Avec cet à priori, on cherche des poux à tout le monde. Mais ce qui est gênant ici c’est qu’il le fait mal. Dans cette émission, il n’y a pas d’analyse de fond à la Médiapart (et paf, ;-)), on reste dans le mirage de la com’. Ce n’est pas en démontrant que Monsieur Niel ne dit pas tout (ce qui est vrai) qu’on critique objectivement l’offre de Free. Il n’y a pas assez de réponses, d’enquête sur le fonctionnement de Free, son mode de gestion… L’émission est-elle peut-être prématurée ? Malheureusement on ne trouve bien souvent que ce qu’on cherche, et on ne cherche trop fréquemment que ce qu’on connaît. Et on se transforme « en "boites à buzz" sans recul. »

Aux @sinautes et à Daniel : Qu’en pensez-vous ?


Articles connexes :
- http://www.atlantico.fr/decryptage/free-mobile-faillite-morale-capitalisme-francais-socialisme-pascal-emmanuel-gobry-266070.html

- http://www.bfmtv.com/bourdin-2012-xavier-niel-actu21744.html
"En bon père de famille"...

L'UFC a peut être tort de vouloir que les contrats soient rédigés autrement qu'en employant cette vieille formule du Code Civil. Certes, elle manque de précision. Et alors ? Dans le cas de la location d'un appartement, cette expression au parfum suranné (1) permet tout de même d'interdire la prostitution hôtelière, la sous-location vénale, l'exercice d'une profession ou d'un loisir qui pourraient déranger le voisinage, l'installation d'ateliers clandestins, l'élevage de dindonneaux en ville, ou quelque autre activité mercantile plus ou moins dérangeante et plus ou moins malhonnête à l'égard du bailleur ou du voisinage.

Certes, on ne voit pas tout de suite ce que pourrait être précisément l'envoi de SMS qui contreviendraient à une telle clause. Mais ce n'est pas non plus si difficile de comprendre de quoi il pourrait être question, par exemple, d'envois en nombre à des fins publicitaires ou de racolage.

Quand l'UFC demande à Free Mobile de s'aligner sur ses concurrents, qui établissent une limite chiffrée, elle exige en fait l'application d'une contrainte qui pourrait se révéler bien mesquine à l'usage. Par exemple, un "bon père de famille" peut utiliser plus de cent SMS pour annoncer un mariage ou une naissance dans sa famille, alors que si on lui impose un quota, il risque de ne pas pouvoir prévenir tout le monde.

Cette revendication relève donc du procès d'intention : l'UFC insinue que Free emploierait une expression volontairement floue pour, ensuite, passer son temps à emm... ses clients en leur reprochant l'usage qu'ils font des SMS "illimités". C'est quand même un peu stupide de ne pas attendre que des clients se plaignent pour se plaindre à leur place avant qu'aucun tort ne leur ait été fait !

Plus généralement, la société dans laquelle nous vivons tend à faire trop grand cas des "associations de défense", et ces "associations" plus ou moins autoproclamées, tendent à voir des "vides juridiques" même là où il n'y en a pas, et à transformer la législation en un amas pléthorique de textes, dans lequel s'accumulent les détails inutiles et les clauses tellement alambiquées que les juges ne peuvent même pas les appliquer. Tout ça pour le profit des avocats, seuls bénéficiaires de ces chicaneries abstraites.

(1) chacun sait qu'il n'y a plus de "bons" pères de famille, seulement des violeurs incestueux, des irresponsables toujours absents quand on a besoin d'eux, des divorcés qui ne paient pas leur pension alimentaire, des brutes violentes émules de Bertrand Cantat, etc...
Ah oui tiens ça marche :
$ echo -n "jesaispas" | md5sum
efb7929e6a5b7dcc6ebb79aa3c45af13 -

Pour cracker le md5 pas besoin d'être un geek :
http://md5hashcracker.appspot.com/
Précision sur un détail : Daniel Schneiderman s'étonne que certains demandent une facture papier.
Ma freebox a été 2 fois grillée par la foudre et la MAIF a, les 2 fois, refusé de me rembourser car je ne pouvais pas produire de facture papier.
Bonjour
Je commence à en avoir assez de lire des idioties sur ce sujet.
Messieurs qui allez chez Free, allez-y et restez-y, mais surtout je souhaiterai que vous ne puissiez plus revenir du tout chez l'un des 3 "voleurs" parce que la suite du désastre est prévisible.
Etre opérateur mobile ne s'improvise pas.
En effet il faut gérer la rareté de la ressource radio.
L'illimité et le coût bas du service créent automatiquement une augmentation de la charge radio… et quand il n'y a plus de place, et bien ça sature et plus aucun appel ne passe. C'est physique.
Plusieurs opérateurs par le passé et de par le monde ont eu "l'idée géniale" de Free. En France même, SFR a lancé il y a 10 ans le forfait Millénium et Orange l'opérateur virtuel M6 mobile. Tout c'est passé comme prévu : le réseau a été saturé et les offres ont été stoppées.
Pour limiter l'usage au besoin strictement nécessaire, il faut contrôler la charge en augmentant le coût d'usage.
Ce qui est rare est cher et ce n'est pas parce qu'ils voulaient voler leur client et faire des bénéfices faramineux. Le prix du marché résulte aussi d'autres paramètres.
Il n'y a pas entente directe entre les 3 opérateurs pour avoir des prix élevés mais simplement le résultat évident d'une gestion de l'équilibre entre la qualité de service et l'offre de service propre aux réseaux radio.
Je ne dis pas que les 3 anciens sont des anges, il n'y en a pas dans ce monde capitaliste, mais un prix est aussi le résultat d'un équilibre qui n'est pas uniquement philanthropique.
Alors voleurs !!!… l'avenir nous le dira.
J'vais partager ma perception de l'arrivée de free sur le marché.
Jusqu'au jour de l'annonce j'ai pas vu la moindre trace de buzz outrancier. Ni dans les medias traditionnels, ni dans la presse, ni sur les sites que je fréquente (forums de geeks).
Pourtant j'attendais cette offre, sagement, libre de tout engagement chez mon opérateur actuel. Mais à part les sites entièrement dédiés à la spéculation sur l'arrivée de l'offre, et les quelques pages dans les blogs pseudo geeks des sites d'infos, j'ai rien vu d'extraordinaire.

Sincèrement, à mes yeux pour voir une opération de comm ultra hype il fallait quand même se pencher dessus (à part le jour de l'annonce évidemment). En compaison avec une annonce d'apple j'ai trouvé ça franchement calme. A chaque nouvel ipad/iphone, j'en entends parler toute la journée, que ce soit mes clients qui m'annoncent qu'il vont acheter l'ipad 12, ou des amis qui s'acharnent à démonter le produit, ça dégouline de partout, je dois m'éxiler à la montagne pour avoir la paix.

Voilà je tiens à dire que sur internet il n'y'a pas que des pseudo geeks "fanboys" légèrement bobos accros à facebook, y'a quand même un paquet de gens qui voient l'arrivée de free comme l'arrivée d'une nouvelle danette au chocolat ... simplement moins chère. Et qui s'y interesse de façon tout à fait normale et lisent eux même les CGV (surtout quand ils ne font qu'une page)

Sinon si Daniel trouve le temps il peut jeter un oeil à Valve un studio de jeux-video qui avait créé un vrai "jeu de piste" en réalité augmenté et tout le tsoin tsoin simplement pour annoncer l'arrivée de leur nouveau jeu (Portal 2). A des années lumières des trucs de comm de Free ou Apple ou encore des pubs virales sur youtube. C'est sacrément geek mais c'est assez impressionant (autant la qualité du jeu de piste que les réactions des fans qui scrutent tout pour trouver le nouvel indice)
Merci pour cette émission qui recadre les événements avec plus de raisonnements - et moins de sensiblerie-spectacle - que dans d'autres médias.
Tout à fait d'accord avec Olo et Vincent !
Hum.
Les marges étaient grosses des opérateurs? Nan vraiment?
Ils ont bénéficié de tarifs spéciaux au départ qui devaient servir à financer les réseaux, les infrastructures, et puis, les prix n'ont pas baissé ou à peine; et les gens achètent et payent sans broncher.
Les prix des appareils éléctroniques, des jeux vidéos... en France sont exorbitants.
Comme disait Coluche: "Quand on pense qui suffirait que les gens arrêtent de l'acheter pour que ça se vende plus..."
Les DVD à 60€! Quelques centimes de coût... chercher l'erreur.
Merci Free pour l'ADSL à 30€;, on doit leur doit une bonne partie du bon niveau d'équipement dans les foyers français, je pense.
Oui, Free révise les prix à un niveau raisonnable(ou presque?) et aussi ils parlent à leurs clients comme à des gens normaux.
Enfin, les voilà sur la téléphonie mobile!
Et m..., plus qu'à attendre la fin de mon engagement...
Erwann Gaucher est choqué par "la médiatisation avant qu'on connaisse les offres car on ne pouvait pas connaître ces offres"...
C'est bien mal connaître l'histoire de free Erwann Gaucher :
Qui a lancé l'internet gratuit via la connexion bas débit ?
Qui a lancé l'offre ADSL haut débit à 29,99 euros ?
Qui a lancé les appels illimités vers les portables depuis le fixe?
Il est vrai qu'avec un tel passif, on ne pouvait absolument pas se douter que free allait provoquer le monde de la téléphonie mobile.

Quant à regretter la médiatisation, d'accord, mais beaucoup de personnes, dont moi-même, attendions depuis 2011 les offres mobiles de free avec impatience. Pourquoi les médias, conscients de cette attente, auraient-ils dû ne rien retranscrire de cela ? Est-ce une faute journalistique ?
Erwann Gaucher....
Je voulais j'uste r'apeler ( dsl d'avance pour les fautes de francais)
Que l'orsque free et aparue, alors que france t'elecom d'alors avais des prix de 65 euro pour l'internet.
free est arriver avec son offre 29.99 !

ils ce sont alors tous alinnée ...

Nous somme en 2012 et jespere que les 3 opérateur "c'est 3 operateurs qui ce sont entendu depuis des années ..)
J'espere qu'il vont morflé... pour la 2 ieme tournée.

Au plaisir !

et a bon entendeur ...
free pas transparent ?!? le comble pour un ancien du porno.
Il y a une chose dont vous ne parlez pas dans cette histoire du "buzz" de Free, et qui rejoint une réflexion que je me faisais en 2005, quand on commençait des réseaux P2P avec la DADSVI, sur le coût de la publicité.

Dans la société de consommation "classique", on vous matraque de pub pour vous faire acheter des produits, en répercutant bien sûr le coût faramineux de la pub sur le prix des produits. Il s'agit d'une promotion pré-achat, dans lequel les consommateurs n'ont rien à dire.

Avec le développement d'internet, le bouche-à-oreille, le "buzz", devient un moyen de promotion très efficace. Il s'agit d'une promotion post-achat, qui ne coûte rien mais que l'on ne contrôle pas. C'est gratuit, mais pour que ça marche, il faut qu'il y que le produit en question soit réellement bon. Ou du moins suffisamment singulier pour faire la différence avec ses concurrents.

Dans les deux cas, il s'agit de faire de la promotion pour son produit. Mais dans le premier, on vous vend quelque chose qui n'est pas forcément bon, et on vous fait payer le coût de la pub. Dans le second, le consommateur ne paie pas la pub, et on a une obligation de résultat.

Quel est le rapport avec le P2P ? Car les échanges de films sur les réseaux P2P permettent aux auteurs de se faire un pub gratuite pour peu qu'ils soient bons. Même si on ne paie rien pour un film téléchargé, si on l'aime, on va plus facilement acheté le DVD des films de ce réalisateur, voire acheter le DVD du film téléchargé.
- Daniel : Ben vous voyez qu'il faut poser des questions, on vous met pas à la porte !
- Maja : C'était soit elle soit vous !

Énorme !!! ;-D

(heu, Daniel, fait pas le con, hein !)


Ca me rappelle, du temps où je bossais, un petit moment savoureux :
- le directeur, très en colère : On est vraiment gouvernés par des cons !!!
- mon pote Gérard : Oui, chef !

Y'a des gens comme ça qu'ont un sens de la répartie, c'est magique !
Emission intéressante pour un non geek je crois avoir tout compris du buzz autour de l'offre canon...!
une émission sur Free? -____________________-

Il se passe des trucs quand même en ce moment...
Je trouve dommage le manque de comparaison aux autres opérateurs dans les critiques négatives qui sont adressées à Free Mobile.

S'il faut en effet rester clairvoyant sur les limites commerciales (il y en a peu, j'y reviendrai) et légales (il y en a quelques-unes, auxquelles UFC Que Choisir s'intéresse), il ne faut pas oublier que les quelques pièges ou irrégularités des CGV sont encore plus nombreux chez les concurrents. Ca n'excuse rien pour Free Mobile, mais l'utilisateur pourra toujours y gagner.

Quant aux offres commerciales, attention aussi à ne pas tirer à boulet rouge juste pour être à la mode.
Le soit-disant manque d'offre intermédiaire est assez judicieux. Pour une importante part des utilisateurs, l'intérêt d'un mobile reste la voix, voire quelques SMS, voire quelques MMS.
Dans ces 2 cas, le forfait 2€ reste extrêmement intéressant, et toujours mieux que la concurrence (actuelle et celle qui se met en place, en regardant les 1ères réactions commerciales de Virgin Mobile et autres Sosh/Orange) :
- avec le forfait 2€, et un coût voix qui revient à 3€/heure supplémentaire, on arrive à 2h/60SMS pour 5€.
- avec le supplément Data de 20Mo, on couvre là encore les besoins en MMS des gens qui utilisent un forfait/forfait bloqué/carte prépayée surtout pour la voix.
- ceux qui disent "attention aux dépassements Data" n'ont juste pas compris que les potentiels gros utilisateurs de Data auront besoin d'un forfait à 19,99€ pratiqué par le même opérateur.
Se faire soi-même un pseudo forfait entre 5€ et 10€ est toujours plus intéressant chez Free qu'un "vrai" forfait au même prix ailleurs.

Pour finir, sur la politique marketing de M. Niel et de Free Mobile, je note que beaucoup de journalistes et chroniqueurs louent feu M. Jobs quand il fait la même chose, voire pire (vendre une "nouveauté" qui existe chez la concurrence depuis longtemps comme une révolution apportée par Apple, ou encore Siri, qui pourrait exister sur n'importe quelle iPhone 3GS mais était, jusqu'à une fuite, soi-disant reservé aux 4S grâce au matériel de ce dernier).

M. Niel et Free Mobile ne sont pas Jésus, mais si on a assisté à un buzz facilité par beaucoup de média - qui s'en plaint lorsqu'il s'agit de Microsoft comme ce fut le cas pour Seven, ou d'Apple ? - on assiste aujourd'hui à un autre buzz anti-Free du plus mauvais goût.

Free Mobile n'est pas parfait. M. Niel n'intéresse que les gens qui préfèrent regarder l'aspect people aux choses factuelles.
Mais Free Mobile donne un vrai coup de pied dans une fourmillière qui en avait bien besoin. Certains opérateurs répondent déjà avec des offres très intéressante, d'autres restent dans le pathétique en vendant une "qualité" (technique ou humaine) bien en peine depuis longtemps, mais l'utilisateur lambda pourra plus facilement se rendre compte des tarifs exhorbitants pratiqués jusque là par tous.

Curieusement, alors que nos trois opérateurs mobiles maintenant "historiques" s'époumonent, s'indignent, menacent ou se moquent, aucun média ne cherche à analyser leurs mensonges et leurs manipulations.
On peut donc laisser dire qu'une baisse des tarifs coutera 4 milliards à l'Etat en TVA et taxes/impôts professionnels (car bien sûr, les gens qui vont faire ces économies n'achèteront rien d'autres avec, ni n'investiront).
On peut donc laisser dire que ces trois opérateurs offraient des prix très compétitifs et à la limite de la rentabilité (contrairement à ce que dit l'ARCEP et les commission européennes chargées du sujet).

Et j'ai donc hâte de voir la prochaine émission, la prochaine chronique ou le prochain dossier qui saura aborder cette actualité sous tous les angles. Vraiment tous.
[quote=Extrait du mél de ASI]C'est devenu l'habitude des lancements de produits Free : gros buzz préalable avec la complicité des internautes et, dès l'annonce officielle de la commercialisation du produit en question, quand quelques consciencieux entreprennent d'y traquer les surprises en tout petits caractères, lassitude générale. ....

Je ne comprend pas cette opinion, on dirait le reflet des articles les plus ignobles qui ont été généreusement publiés dans toute la presse souvent liée par intérêt aux trois gros opérateurs qui s'engraissent sur notre dos depuis 15 ans.
NON, les articles de la presse ne refletent pas l'opinion générale. Les tarifs de Free sont une vraie révolution que l'on attendait depuis longtemps, on ne remerciera jamais assez Free pour ce forfait à 2 euros qui donne à tout le monde un accès au téléphone mobile pas cher sans gros risque en cas de dépacement de forfait.
Pourquoi faut-il que les journallistes lisent aujourd'hui les petits caractères alors qu'ils sont restés aveugles pendant 15 ans ?
De toute façon, les chiffres parleront d'eux même et les journalistes aux ordres devront manger leur chapeau.
Bonjour,
hier lorsque sur France Culture le mediateur discutait avec un journaliste pour savoir si la radio devait parler de Free et de ses forfaits, je n'ai pas entendu de critiques sur le fait que les forfaits étaient trop élevés jusqu'à maintenant.

Je pars d'un exemple concret : mon neveu autrichien a depuis quelques années un forfait de ... 1000 minutes valables dans toute l'europe pour un montant d'environ 20 euros.
le buzz, enfin la rumeur, a pris d'autant mieux que les tarifs pratiqués jusqu'à maintenant étaient très élevés.
M. Niel n'a fait que s'appuyer sur un mécontentement.
Si il y avait un cas d'école à étudier, c'est la non concurrence sérieuse de la part des 3 opérateurs. D'ailleurs, cela continue car ils ne font que s'aligner.
"Son offre est canon, mais Free n'est pas transparente"
Derrière le buzz, zoom sur la métode Niel


Après l'anode, la cathode, la...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.