262
Commentaires

"Sale Pute", le brûlot rap qui a enflammé (à retardement) les blogs

Des excuses et une mise au point. Ce vendredi 27 mars, le rappeur Orelsan est revenu sur sa chanson "Sale pute", qui alimente la polémique depuis une semaine. Via son label, il a fait savoir qu'il était "désolé" que le texte ait pu "choquer certaines personnes", et a affirmé qu'il ne se posait en aucun cas en "agresseur de la gent féminine".

Derniers commentaires

En fait ce que je trouve le plus odieux dans cette histoire, c'est que les "bien-pensants" nous présentent la cause d'Orelsan comme celle de la "liberté d'expression". En gros, on réduit toute cette polémique à celle d'un "pauvre artiste censuré".
C'est complétement hypocrite parce que la liberté d'expression n'existe pas à la base dans notre pays, bien heureusement, sinon ce serait la porte ouverte au déversement des pensées les plus abjectes de l'être humain. Ainsi, cette "chanson" (et "l'artiste" qui va avec) aurait obligatoirement été censurée si un Noir ou un Juif en avait été la cible.
Ce qui est particulièrement méprisable chez Orelsan, c'est sa référence "badine" à la mort de Marie-Trintignant et ce à deux reprises (l'une dans Sale Pute : "en écoutant Tostaki" et l'autre dans La Saint Valentin :" Ferme ta gueule où je vais te marie-trintigner"").
Vraiment, je suis écœurée de ne pas voir plus de monde s'insurger contre ce pseudo-artiste et ses chansons (parce qu'il n'y en a pas qu'une, contrairement à ce que les médias semblent dire, "Sale pute" n'étant que la partie immergée de l'iceberg).
La cerise sur le gâteau est bien sûr le nouveau ministre de la culture qui ose défendre et comparer ce pauvre type à Rimbaud, on croit cauchemarder.
ben une fois de plus on constate qu'il y a plusieurs façons de traiter différentes censures. Le chanteur de dance hall Admiral T a été déprogrammé pas une fois mais deux à Toulouse à cause d'une chanson mettant en cause les homosexuels. Sauf que là, pas de vague, pas de défenseurs de la liberté d'expression, comme quoi ................
Porté par le grand vent de liberté que fait souffler notre nouveau ministre de la culture, avec le soutien des anarcho-uhèmepistes Lefebvre et Paillé, j'ai commis ce poème qui vaut ce qu'il vaut. Mais après tout, tout se vaut :

A Villa Médicis, Frédo s'emmerdait ferme,
Avant qu'à son supplice, Nicolas mette un terme :
"J'te propose une aut'rente, la culture. Ca te tente ?"
"Bien sûr que ça me tente, répond le dilettante."


Les choeurs : "Copinage, avantages. Prébendes pour la bande."

"Mais cette pute d'Albanel, qu'est-ce que tu vas faire d'elle ?"
"Cette erreur de castigne ? Elle est pas dans la ligne.
D'ailleurs ton ministère, est depuis des années,
devenu le repaire, des fiottes efféminées.
Et connaissant tes goûts, en matière de sexe,
Tu y feras ton trou. N'oublie pas le latex."


Les choeurs : "Suce ma bite, suce ma bite."

Et voilà le travail. Le mariage finalement très réussi de la crudité d'Orelsan, misogynie et homophobie de bon aloi, et de la musicalité rimbaldienne.
Je ne sais pas si mon texte deviendra un classique, mais en tout cas ce qui est certain, c'est que j'ai le droit tout à fait légitime de le rédiger et de le publier où je veux. Et quand je veux.
...pendant que nous écrivons, comme des grandes gueules de café de commerce, sur des fait de société sans intérêt vital pour notre démocratie, l'omnipotent et omniprésent Président envahit sans vergogne depuis hier soir les écrans de nos TV.
Ca a même débuté sur la fameuse 5, celle qui a viré "notre" émission culte.
On va être obligé de savoir : qu'il n'est plus "bling-bling", qu'il regrette comme une vulgaire... ségolène et que aujourd'hui, c'est la "garden-party des VICTIMES"... notamment des victimes des attentats SAUF des...
...SAUF DES VICTIMES DE L'ATTENTAT DE KARACHI parce que là, c'est peut-être la suite d'une histoire d'argent interne au RPR devenu UMP et que dans ce cas ON peut être déchiqueté par une mine sans avoir même le droit d'espérer que le secret défense soit levé !
Au fait SI il y a eu un problème entre le "président précédent" et le "président actuel qui soutenait alors un ami de 30 ans du président précédent" en quoi ce problème peut résulter du "secret défense" ?!?!?!?!?!
Aux amis @sinautes , en ce lundi et mardi, il s'arrima (comme ARR/IMA) devant sa TV et il découvrit que nous vivions sous une dictature, la dictature des... médias.
Frédéric Mitterrand, réagissant à la sollicitation d'Orelsan ("Je veux que le ministre de la culture se prononce sur le sujet, c'est son job") : "Rimbaud a écrit des choses bien plus violentes qu'Orelsan."
Ah oui ? Et lesquelles, Ducon ?
Quel dommage pour ce Rappeur qui a eu quelques mots d'égarement lorque sa copine là quitter!

Mais la censure, je ne pense pas que cela soit une bonne idée, au moins celle ci on en parle,

On aurait aussi put censuré Audrey Pulvar lors de sa prise de position au Magasine Ripostes, pour les manifestations dans les DOM
Ha Audrey, ces yeux son charme...
Magasine Ripostes réalisé probablement avec des gauchistes mal dégrossit, il faudrait aussi les censurés, a moins que c'est en cours!

La bande à Bonnot et Mermet de france Inter(2008), Arrêt sur Images (2008)
ha là je pense que pour une grande partie c'est déjà fait de la radio et de France inter et de France 5,
il reste un bon discours bien consensuel, Comme sur France 5 hier soir en début de soirée, ha j'ai admiré le reportage sur Sarkosy, Sarko super Star,
Pour réussir un bon conseil restez " consensuel"
Pour Réussir en ce moment à la TV ou Radio il faudra avoir un discour bien con......
Orelsan déprogrammé des Francofolies ???

bof, je sais pas trop quoi en penser....

si les politiques ont le pouvoir de ce chantage aux subventions c'est gravissime (mais il me semble que c'est déjà arrivé par le passé et ailleurs !) et si les programmateurs de festivals choisissent les chansons en fonction des goûts aseptisés de la société rêvée par ces mêmes politiques, alors il ne nous restera effectivement plus que barbelivien et mireille mathieu...

Orelsan a retiré cette chanson de ses albums (de toute façon, mauvaise chanson selon moi, qui n'apportait rien au débat !!!), que doit-il faire pour les organisateurs ?? s'auto-flageller au pied de la Tour de la Lanterne peut-être.....

à noter : ceux qui tabassent leurs femmes le font dans le silence assourdissant du "doux cocon familial" et non en le hurlant sur des scènes poitevines...
Oh ma Lou il fallait que j'abrège
Ton existence c'est ainsi
Que Marilou s'endort sous la neige
Carbonique de l'extincteur d'incendie

Gainsbourg, Marylou sous la neige...
ET si moi une jeune femme j'écris un morceaux intitulé sale batard de merde je vais te couper les couilles et te les faire bouffer pour les avoir utiliser avec cette salope ça passe?
La haine c'est la haine, le second degré le second degré et il faut pas déconner quand même qui n'a pas envie de te tuer son conjoint quand on est cocu?
Je crois que le débat s'arrète là. Les paroles c'est un éxutoire de la haine mais les gens qui critiquent le rap ne l'ont sans doute pas compris.
Qui a lu les fleurs du mal, Peut-on parler des mêmes choses aujourd'hui?
Je crois que la france n'a pas attendu le rap minable de ce type pour battre ses femmes, ni l'arrivée des immigrés musulmans d'ailleurs.
Regarder les statistiques avant de parler, la femme battue c'est souvent la voisine de palier!
enfin du bon sens et j'aimerais que arrêt sur image publie cette lettre de la ligue des droits de l'homme qui prends position dans cette 'nauséabonde affaire' montée en épingle par quelques personnes ou lobby en mal de reconnaissance? La PRESSE JE NE SUIS PAS ETONNE ....... HELAS

la ligue considère que cette censure relève des droits de l'homme
cette lettre donne parallèlement tort aussi à S.O.S. homophobie qui poussait « des cris d'orfraie »
sous le lien de la LDH

http://www.ldh-france.org/Lettre-ouverte-a-l-attention-de-M?var_recherche=orelsan


Observatoire de la liberté de création
Auteur de l'article : LDH
Lettre ouverte à l’attention de M. Christophe Girard
Le 6 juin dernier, l’Observatoire de la liberté de création apprenait grâce à un communiqué du SUPAP- FSU que Christophe Girard, adjoint au Maire de Parie chargé de la culture, avait discrètement retiré l’album Perdu d’avance, d’Orelsan, des médiathèques municipales.

Cher Monsieur,

Le 6 juin dernier, l’Observatoire de la liberté de création apprenait grâce à un communiqué du SUPAP- FSU que vous aviez discrètement retiré l’album Perdu d’avance, d’Orelsan, des médiathèques municipales.

Le syndicat SUPAP-FSU a demandé à la Mairie de Paris de revenir sur sa décision et de « reconnaître aux professionnels et au public une liberté de choix et d’expression ».

Depuis, la Mairie justifie, par votre voix, la censure de ce CD par une atteinte aux droits de l’Homme. Il y a donc lieu pour l’Observatoire de la liberté de création de vous demander des explications.

Pourquoi le disque a-t-il été sélectionné puis déprogrammé, ce qui caractérise bien un acte de censure ?

Pourquoi utilisez-vous le critère de la protection de l’enfance comme argument, lequel devrait vous conduire à priver les mineurs de nombreux autres livres, disques et films librement disponibles dans les bibliothèques et médiathèques de la Ville de Paris ? Qui apprécie la dangerosité à l’égard des mineurs, et selon quels critères ? Comment définir la bonne et la mauvaise violence ?

Sur quels critères vous fondez-vous pour affirmer que vous n’avez « pas senti le deuxième degré » ?

Comment proposez-vous de respecter la liberté de la création des artistes et auteurs contemporains, dès lors que vous faites vous-même une lecture littérale et univoque des œuvres, ce qui est votre droit le plus strict, mais que vous imposez à tous en prenant ce type de décision ? Comment proposez-vous de résister aux demandes de censure qui viennent des associations de défense de l’enfance (La Mouette contre Présumés Innocents au CAPC de Bordeaux) ou d’associations d’extrême droite (Promouvoir contre Plateforme de Houellebecq), demandes qui sont fondées sur le même type de lectures littérales et univoques des œuvres ?

Face aux œuvres qui choquent, qu’il s’agisse des chansons d’Orelsan, dont la violence misogyne et homophobe doit être interrogée, ou de l’exposition Zucca de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, que, déjà, vous avez voulu interdire, et qui nous semble plus problématique encore, l’Observatoire a toujours promu le débat.

La Ville de Paris jouit d’un prestige culturel qui lui impose d’être exemplaire. Ce CD reçu par la médiathèque n’enfreint aucune loi et aucun juge n’a été saisi de son contenu. Il ne peut donc être retiré : la censure des textes évoque irrésistiblement les pratiques de municipalités d’une toute autre couleur politique. Chacun d’entre nous a ses convictions, ses goûts, et juger pour les autres est toujours particulièrement dangereux.

C’est pourquoi l’Observatoire vous demande de revenir sur cette décision regrettable, et demande à la Ville de mettre sur pied une campagne de sensibilisation aux violences faites aux femmes et aux homosexuels, plutôt que de s’attaquer à leur représentation symbolique.

Vous comprendrez, au vu de l’importance de cette question, que nous rendions cette lettre publique.

Nous vous prions de croire, cher Monsieur, en l’expression de notre considération distinguée.

Agnès Tricoire
Pour l’observatoire de la liberté de création

Paris, le 24 juin 2009

Signataires de la lettre :

- Acid
- Aica France
- FRAAP
- Groupe 25 images
- LDH
- Société des réalisateurs de films
- UGS

Vous pouvez télécharger cette lettre ouverte ici
ségolène royal a confirmée à un grand quotidien régional qu'elle est bien intervenue pour que ce chanteur de rap ne soit pas présent aux francofolies, je suis étonné que @si, n'est pas sauf erreur ou omission de ma part repris l'info!

tout comme christophe girard maire adjoint de paris qui a fait retirer de toutes les bibliothèques de paris le cd d'orelsan


de plus, c'est une création artistique, pas un chef d'oeuvre, certes, mais il a le droit d'être respecté , nous crevons du politiquement correct, de plus cette chanson ne figure pas sur le cd d'orelsan, pas plus qu'il ne la chante sur scène!!!

et enfin,orelsan n''a pas été inquiété par la justice, il n'a pas été condamné non plus, il n'a pas non plus en réel frappé sa femme ou sa petite amie, je n'entends plus les chiennes de garde!!! ou ni putes ni soumises!!! pourquoi ce traitement de l'info ? cette différence dans le traitement de l'info!!!!
il vaut mieux avoir une gueule d'ange , d'être un 'rebelle' bobo pour avoir précipité la fin de marie trintignant!!!
moi même qui suis gay, certains bon penseurs ont pensés à ma place, et ils ont dits de cette chanson qu'elle était homophobe??? quant bien même, bien que perso je ne la trouve pas anti homo, c'est une créations artistique, j'estime avoir assez de recul pour me faire une opinion! mais assez de ce boycotte stérile

les penseurs, politiques, philosophes à 2 € pensent pour nous?

jba
Ce VDMG (j'abrège, j'ai un RDV), nous montre la ploto d'Orelsan illustrant l'article que lui consacre le Guardian.
Avec son chouette cheurte vert SuperMario, il a l'air con, mais con !... Comme un rappeur.

Chais pasque j'ai aujourd'hui, mais j'fais rien qu'à critiquer le physique des gens.
Bon allez, il est temps que je m'arrache...
On dira ce qu'on voudra, mais les rappeurs sont quand même des fillettes pleurnichardes.
Du temps des punks c'était plus rigolo quand même : Sid Vicious, il l'a butée directement sa meuf, il en a pas fait une chanson à la con dont tout le monde se fout.

Mais que voulez-vous, tout se perd...
Grand gagnant de la page, encore une fois: IAM. Merci à Ali pour la référence à "c'est du rap de droite" et je n'avais pas penser à Deezer pour écouter tout ce qui précède, n'hésitez pas; Quel dommage qu'Akhénaton, ne sache parler qu'en rappant sur de la musique! Des cours de com' et c'est la mairie de Marseille, grande ouverte.
l'anthithese de "Sale Pute", IAM:
Ici ou ailleurs, et les paroles.
Les fruits de la rage les paroles


Pour conclure sur le sujet
De la guerre civile US, a Obama 08, en passant par 1963 et 1989, l'indispensable FIGHT THE POWER
"T'es juste bonne à te faire péter le rectum (...) tu mérites ta place à l'abattoir, (...) on verra comment tu suces quand j'te déboiterai la mâchoire, (...) je rêve de la pénétrer pour lui déchirer l'abdomen, (...) je vais te mettre en cloque, sale pute, Et t'avorter à l'opinel".

Je ne vois pas où se cache la rébellion dans ces propos, ni en quoi ils seraient révolutionnaires. C'est le genre de poésie qu'on peut trouver dans les toilettes publiques, parfois écrite avec la matière appropriée.

Cependant, je note avec satisfaction que le rappeur poète a appris des mots tels que "rectum" et "abdomen", ce qui prouve que l'école sert encore à quelque chose.

Faut-il se gendarmer si ce pauvre garçon s'en prend aux femmes ? Si, à défaut de bien bander, il est obligé de recourir à l'Opinel ? Non, bien sûr. La tradition la plus vénérable nous recommandait déjà " Bats ta femme tous les matins ; si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait". D'ailleurs, les femmes aiment être battues, comme la Martine de Molière.
Admettons-le une fois pour toute, la Beaufitude est un courant artistique de premier plan.

Evidemment, si l'auteur de "Sale pute" s'en prenait à d'autres catégories de la population, il ne serait pas reçu avec la même indulgence.
Au sujet de la référence a TTC a la fin de l'article, il ya une petite erreur...

TTC c'est comme suprême rap, c'est de le l'humour, pas très fin et de bon goût, mais de l'humour quand même ;)

Je pense que la référence a ce groupe est tronqué, mais ça va les faire rire le coup de pub.
Bon bah on va ecouter un peu autre chose alors

C'est tellement plus facile de se pencher sur la mysoginie d'un p'tit gars paume que sur celle de la parole papale. Ca coute moins cher, on est sur de pas se facher avec trop de monde. C'est pas le meme vocabulaire, mais ce ne sont pas les memes responsabilites, la meme histoire, le meme auditoire, et les memes actions au final.
J'ai acheté l'album de Orelsan que voulez-vous les goûts et les couleurs..
Prétendre que cette chanson "sale pute"(qui d'ailleurs n'est par dans l'album) a les pouvoir de faire passer le nombre de femmes qui tombent sous les coups de leur conjoint de 3 à ne serait-ce que 3,5 par jours c'est vraiment donner un crédit de fou aux mots d'un jeune artiste en devenir...

Mais tout ça pue la censure à plein nez toujours sous couvert de bonnes intentions. Comme d'hab...

Et pour tout ceux qui se lâchent négativement sur le Rap sans réelle connaissance de cette musique, continuez car la marginalisation fait plus de bien que de mal à l'art...donc merci.
Pendant que vous y êtes ' messieurs les censeurs'
interdisaient Vian, Brassens et Jim Morrison,
en live, il chante mon père je vais te tuer,
ma mère je vais te.....
et comme de bien entendu, les flics sont arrivés, ( et une sorte de milice )
et de force l'on viré de la scène !
et il a été condamné, et interdit de scène,
dans de nombreuses villes
viva la révolution
gamma
Complètement pompé sur Eminem. Le thème, le ton, la zik, la provoc. Complètement. Imitation, pâle copie. Créativité zéro. Originalité zéro. Sans intérêt. Artistiquement parlant.
Quand on parle de rap, il y a toujours deux catégories de populations :
- Ceux qui rejettent le rap car ils prennent au premier degré les paroles violentes, machistes, ou encore superficielles de la majorité du rap "visible"
- Ceux qui sont dans une posture "ne confondez pas le bon rap et le mauvais rap" et qui défendent des clichés de bien-pensance, le rap "conscient", etc...Et qui vous citent des rappeurs inconnus et fades

On ne parle jamais de la musicalité de la langue, de la force et de l'originalité des images trouvées par certains rappeurs. Bref j'ai l'impression qu'en matière de Rap on s'attache systématiquement au fond (alors qu'il est très souvent second degré ou bien calculé à des fins commerciales) et jamais à la forme.
Nous nous indignons d'un texte violent, ce texte parle de la réaction a chaud d'un jeune homme trompé, amoureux et dépité.
C'est un image qui illustre une réaction humaine que nous connaissons bien, et la vengeance est un sujet qui a été traité depuis toujours avec plus ou moins de talent.

"contre la pulsion de vengeance, autant savoir. Autant connaitre nos refoulements les plus intimes. Autant recenser nos blessures les plus ténues, ..., ces "trous" par lesquels la violence la plus crue peut s'infiltrer un jour, et nous amener à blesser, à violer, à tuer ...
Alors la vengeance théâtralisée, poussée à son paroxysme, ... , croyez moi ça peut aider : a "faire avec" a digérer, a passer outre ...
Catherine SIMON Atelier Sainte-Anne Bruxelles mai-juin 1987"


Ce jeune rappeur a t'il consciemment exprimé ce souhait ou est il directement concerné par cette réaction ? Peut m'importe, il n'est pas le seul a avoir cette réaction.
Beaucoup de ceux qui s'indignent ont eu de violentes réactions dans leur jeunesse en étant déçu par des chagrins d'amours proche de celle ci sans l'exprimer. Est ce un appel au meurtre ou l'expression d'un sentiment humain ?
Est ce aussi un moyen d'expulser la violence par le verbe, mais également de "digérer" pour l'auteur et aussi pour ceux qui l'écoute ?

Ayant écouté d'autre textes de cet artiste, il me semble que les "adultes" ou les générations plus âgées que cet artiste ont beaucoup a apprendre de la vie et des pulsions de la jeunesse actuelle. Nous avons abordé le sujet de l'alcool et des fêtes arrosées a répétition grâce a l'une de ses chansons.

Est on capable de dialoguer entre générations pour comprendre et aider les jeunes a avoir une vision critique de leurs comportements ?
Cette question me semble plus utile que d'hyper médiatiser une chanson qui existe depuis deux ans et n'a eu qu'un modeste succès.

Et le sujet lui même de cette hyper médiatisation n'est il pas lui même plus intéressant que son origine ?
Quel est le journaliste influant qui a eu vent de ce parfum de scandale et a exploité le filon ? peut on retracé le chemin a l'envers et lui demander son avis ?

Suis je le seul a le penser ?
Je n'ai pas écouté cette chanson, je connais un peu le rappeur en question, assez pour le classer dans un courant du rap français qui ne m'intéresse pas.
Le débat sur la censure peut-être intéressant. Ce qui ne l'est pas par contre, et ce qui est assez insupportable, c'est tous ces posts anti rap qui pour des gens qui se sont un minimum intéressés au rap et au hip-hop dans leur vie sentent l'ignorance crasse, ignorance qui peut être pardonnée, contrairement au mépris qui l'accompagne.

Insupportable parce que personnellement sans le rap, je serais probablement une autre personne... Si je n'avais pas grandi en écoutant Assassin, je ne me serais peut-être jamais intéressé à la politique, à l'information, aux médias. Si je n'avais pas écouté IAM ou Oxmo Puccino, je n'aurais peut-être jamais ouvert un livre autre part qu'à l'école. Si je ne connaissais pas les textes d'NTM par coeur, je ne connaitrais peut-être pas aussi bien l'état d'esprit des banlieues. Si je n'avais pas découvert Rapaces, je ne me serais peut-être jamais questionné sur la religion et j'aurais peut-être suivi le troupeau. Si je n'écoutais pas Rocé, La Rumeur, Kabal ou des dizaines d'autres groupes de rap, je ne pense pas que je me serais posé autant de questions sur des sujets dont j'ignorais même l'existence.

Bref, à toutes ces personnes qui sont apparemment convaincues que le rap c'est du "bling bling à la petite semaine", de la "sous culture", du "sarkozysme en puissance" ou encore du discours islamiste, vous avez absolument le droit de ne pas en écouter, je peux tout à fait le comprendre, par contre, si vous voulez en discuter, faites nous l'honneur d'en écouter un peu...
Je n'ai pas encore eu le temps de lire les posts mais voici ce que j'ai trouvé au fil de l'article ... pour alimenter certaines discussions peut-être

... Emission de Channel 9 - Paris Dauphine : Miss France & TTC
[large]Des paroles des paroles........ mais de là à passer à l'acte, beaucoup de mecs pensent à la même chose (peut être un peu moins radical), suite à une rupture et puis..... tant qu' il y a de la haine il y a de l'amour (demandez à Nicolas lorsque Cécilia s'est barrée). Allez nous vous aimons mesdames et encore pardonnez nous pour nos vilains mots.[/large]
LES DURS AUX COEURS TENDRES......
Ah, c'est dommage, juste avant la fin c'était encore exempt de préjugé à deux balles.

Parce que TTC, y'a en effet 3 chansons un peu hardcore... je devrais dire, que 3, car toutes les autres sont "normales" si j'ose dire. Ce sont donc des chansons très clairement cynique, ironique, comme vous voulez, par rapport à la production globale de TTC.
Quel mec n'a pas voulu "défoncer" sa femme ou sa copine lorsqu'elle l'a trompé ?? Il faut faire la part des choses dans ce genre d'affaire. Il s'agit d'une chanson, aussi mauvaise soit elle. Je n'aurai jamais entendu parler d'elle si les médias n'en avaient pas parlé et c'est sans doute celà le but recherché par le chanteur. Intervenir pour dire à un (pseudo) artiste ce qu'il doit chanter ou pas n'est pas la solution. Cela va certainement faire parler certaines association en manque de publicité et d'actualité comme Ni Putes Ni Soumises, mais ça ne fera pas avancer le chwimblik. Un peu de liberté voyons ! Paris, rappeur américains sur diplômé, ne chantaient il pas : Georges Bush'killa ? où commence et où s'arrête la censure ? Gainsbourg lui même n'aurait pas pu chanter une partie de son répertoire aujourd'hui.
Je ne comprends pas bien les indignations = le fait que cette chanson ne soit disponible qu'en clip montre bien qu'il s'agit d'une narration, d'une fiction. Elle doit donc être évaluée comme n'importe quelle narration. Alors certes cette chanson est nulle, le clip ridicule, mais elle raconte une histoire qui a visiblement un lien avec l'histoire perso de son auteur mais qui est transformée en fiction, racontant l'histoire d'un mec trompé qui pète les plombs et utilise un langage en lien avec cette colère.

Bref pour moi le débat tourne à une injonction à la censure. Allez relire du Houllebeck, il y a des passages tout aussi abjects.
La censure est la pire des mauvaises solutions cependant il faut reconnaître que son titre il est carrément mauvais.
Sur le même thème et avec beaucoup plus de talent Le klub des loosers
http://www.youtube.com/watch?v=TY1zwuFzoSw&feature=related
hé bah....

J'ai rarement vu les forums d'@SI d'un aussi faible niveau....
On pourrais se croire sur les forums yahoo....

c'est désolant....

A ceux qui réduisent tout un mouvement musical a quelques mauvais éxemples, documentez vous un peu, écoutez la diversitée... menfin vu le niveau des préjugés ça va pas etre simple....

Réalisez vous seulement que les memes éxemples seraient valables avec le Rock?

Réalisez vous que vous etes un copié-collé des gens qui diabolisaient le rock a ses débuts?

Faudrait il dénigrer le mouvement rock de la meme façon sous prétexte que les pires spécimen d'extreme droite choisissent ce genre musical pour exprimer leurs idées?

Arf, tres déçus de ce que j'ai lu sur ce forum aujourd'hui... Comme quoi ya pas de miracles....
En tout cas, la liberté d'expression des journalistes va donner une publicité retentissante à ce connard à pois chiche.

Et ça, c'est bravo messieurs les journalistes.
Mais j'oubliais, [Frédéric Lefebvre] la délation est un devoir républicain.[Frédéric Lefebvre]
Interessant tout ça,

j'avais effectivement entendu parler d'une chanson rap qui faisait débat.
Mais n'écoutant pas la radio en ce moment , je ne pensais pas la connaitre

Quelle surprise en écoutant la chanson!
C'est donc cette vieille chanson qui fait débat?!!? Pour info, elle date d'au moins 7 mois !
Pourquoi sortir des placards une chanson qui ne marchait probablement plus depusi déja longtemps(logique de durée vie d'une chanson) et lui faire un aussi jolie coup de pub tellement énorme qu'on risque de l'écouter encore 10 ans. On se demande si ça n'est pas fait exprés.

En tout cas, ce jeune rappeur doit se frotter les mains... et il a bien raison!
ça m'enerve!
je ne supporte pas les gens qui, parce qu'ils entendent de la bouse commerciale à la radio appelée "rap", pensens qu'ils savent ce qu'est le rap, et se permettent de le réduire à des paroles sexistes, violentes et bling bling...
ou alors, on tombe ds l'excès inverse, si c engagé et pacifique, c chiant...faudrait accorder vos violons!!
ça n'est pas parce que musicalement et personnellement je n'apprécie pas le metal et compagnie, que je méconnais grandement d'ailleurs, à part qu groupes connus comme ac/dc ou ce genre de chanteurs qui braillent avec des bruits bizarres avec leur guitare (ça n'est pas ce que je pense, mais je caricature pour que vous vous reconnaissiez, "critiqueurs" ignares du VRAI rap) que je vais me permettre de dire que c'est nul, c con, etc, etc.
IAM, NTM, Mc Solaar, Disiz la peste, AbdelMalik, on aime ou pas, les goûts et les couleurs...mais on ne peut pas, à moins de n'y connaître rien en musique, ne pas être capable de reconnaître le talent et l'intelligence de ces artistes!!!!
après, les comparer à ce nouveau rappeur (toutes ses autres chansons peuvent être très bien, ms celle que je viens d'entendre, "sale pute", déjà, je n'ai même pas pu l'écouter en entier, quel intérêt????, me suffit amplement, merci, ça ira.
bref, arrêtez les amalgames, le rap, ça n'est pas pour les gamines de 12 ans, la soupe, oui, ms le rap, le vrai, c comme n'importe quel autre style de musique, avec son histoire, ses artistes de qualité, et ses bouses, comme partout.
une prof, qui aime la littérature, la poésie, Lorca, Rimbaud, Akhenaton, et Joey Starr, et qui ne supporte pas les clichés ringards et simplificateurs .
ps : par contre, Etienne, je ne suis pas d'accord non plus, cette chanson ne mentionne pas "seulement" le mot pute, c une chanson horrible, violente, laide, qui ne défend aucun message, ne dénonce rien, dc vraiment aucun aucun intérêt...
Bonjour,

J'aurais lu tous et n'importe quoi sur ce forum. Le Hip Hop quand on ne le connais pas on n'en parle pas. Et j'ai bien dit Hip Hop et pas Rap.
Le Rap c'est "l'art" de parler en rythme sur une musique. Le Hip Hop c'est une culture, des valeurs : celles par exemple de "laisse pas trainer ton fils" du groupe NTM (dont je précise pour les plus incultes parmis nous ont 40 ans donc pas très jeunes)
En ce qui concerne cette chanson qui fait polémique, elle ne touche que ceux qui l'écoutent, c'est a dire les journalistes, les admirateurs de polémiques, et les fachos. Bref principalement des gens qui n'écouteront jamais de Hip Hop dans leur vie pour la bonne raison.
En ce qui concerne TTC qu'honnetement je ne connais que tres tres peu, il me semble que la perspective de leur chanson est autre. Tout est du second voir 6eme degré. Sommes nous choqués par les paroles de la chanteuse Yelle, hautement sexuelles?? non car elle parle d'un homme. Alors bien évidemment je n'écoute pas TTC car leurs textes ne me correspondent pas du tout, et je les trouvent totalement inutiles. Mais j'insiste sur le fait qu'il ne faut pas les mélanger. Si vous voulez une autre chanson d'un autre groupe pour choquer vos chastes oreille (à croire que vous aimez ça finalement) je vous conseil la femme de fer du club des loosers, mais là le 24eme degré de ce versaillais vous dépassera peut être.
Mais je tiens à préciser que je considère que l'humour ne permet pas de tout dire, ni même tout autre forme de sentiment ou de ressentiment. Pour moi TTC est à la limite du faisable, mais Orelsan a écrit sous couvert d'un sentiment de haine après s'etre fait jeter. Cela je le tolère un peu moins.

Pour vous remettre dans le droit chemin je vous conseil vivement, et là je le fais sérieusement, after L du Rappeur Soklak. A mon avis une perle. Vous verrez que la dévalorisation des femmes n'est pas toujours l'objectif des rappeurs, même dans les moments de peine.

J'aimerais quand meme vous redire une fois encore, que le Hip Hop transmet avant tout des valeurs de respect de l'etre humain (et la haine de l'autoritaire (et non l'autorité ) ), et que si des chansons peuvent vous sembler choquantes sur le plan sexuel dites vous bien qu'elles sont soit un pur délire dans un groupe de potes, soit, et à mon avis c'est bien plus répandu, un pur objet commercial. Quoiqu'il en soit, essayer de le prendre au second degré, et ne pas l'écouter si cela ne vous plait pas. La polémique si elle a réussi à stopper la diffusion de cette chanson aurait pu avoir l'effet inverse. En parler une ou deux fois c'est bien, plus c'est trop.

Pour finir, j'aimerais rappeler ce qu'il s'est passé au parlement européen. L* P** a prononcé un discours honteux et abominable. Doit on voir dans tous les politiciens ce même discours. Doit on faire des généralisation à la classe politique toute entière? A mon sens non, mais c'est ce que vous faites à propos du Hip Hop, et des jeunes. Et juste une remarque en passant, ce charmant député euro que nous admirons tous continu d'etre diffusé en boucle !!! Lui bisarrement semble médiatiquement presque moins inquiété puisque que lémédia et @si font sa pub presque tous les jours. Les rappeurs comme je l'ai dit avant personne n'en parle, sauf d'ailleurs quand on s'en sert pour montrer la violence des jeunes et des cités (2 fois tous les 10 ans : joe starr et orelsan ; si il n'y a que ça alors ça doit pas etre très violent par la-bas)

merci à @si de rester toujours vigilant, mais de ne pas trop en rajouter quand meme!

ciao

PS: Si ca vous interesse de découvrir le Hip Hop à texte, c'est à dire le vrai Hip Hop, pas celui démédia, alors les messages perso sont vos amis.
Bien sûr ce n'est pas nouveau ces discours violents, et la bouse de Orel-insane n'est pas récente: on n'est pas forcément informé-e de tout en temps voulu, il n'empêche qu'on peut à bon droit s'indigner, et je fais partie des bloggeuses qui s'indignent contre ce genre de violence pas symbolique du tout.
A savoir aussi: ce rappeur avait été signé par sa maison de disque parce que cette dernière avait repéré cette bouse qui buzzait (écoutable sur le cd, si si, le titre est juste un peu 'caché').
Comme d'hab on oppose à ces indignations contre ce genre de heu... œuvre(?) les trucs habituels:
vous vous trompez de combat
c'est une libre expression
c'est de l'art
c'est ciblé sur *une* personne et fictive
c'est une fiction
c'est une création
c'est du second degré
c'est un monde inconnu pour vous
c'est juste des mots
et
le point godwin de tout débat entre féministe et mainstream:
vous êtes hystériques/vous haïssez les zhoms.

Sauf que: la fiction c'est valable quand ça on n'en voit pas la réalisation dans la réalité.Or les violences faites aux femmes sont massives et réelles.
La création: ouais le pr0n violent aussi c'est de la création, les pubs aux stéréotypes genrés aussi, tiens.Vachement créatif.
Et ça fait des millénaires qu'on demande aux femmes de comprendre qu'on les violente 'au second degré'.
Et les mots forment des énoncés performatifs, de plus dans un contexte favorable à la réalisation des actes qu'ils décrivent, ils sont clairement une apologie de ce qu'ils disent.
On oublie toujours, volontairement ou non, le contexte social: ici il s'agit du continuum des violences faites aux femmes que certain-e-s prendront fatalement au premier degré, on peut donc parler d'apologie.
Enfin, mettez dans le texte une personne (fictive?) reconnaissable comme juive, black, arabe ou homo à la place de la destinataire des 'pulsions alcoolisées' du narrateur (donc supposément pas l'auteur- je ris) dont parle le comm de la maison de disque du rappeur (mis sur tous les blogs qui s'indignent), en clair changez juste le mot après 'sale' dans le refrain et attendez les réactions qui ne tarderont pas.
Ca donne la mesure de la légitimité du discours sexiste... une permanente catastrophe.

Allez, pour se refaire une santé, lecture un et lecture deux
C'est vraiment grave heuresement que les gardiens de la bien séance et du bon parler d'ASI sont là pour remettre les jeunes dans le droit chemin.
le rap le rock le punk ca à toujours été la même chose, Orselan en plus de ça c'est pas le rap français c'est le rap de bobo classe moyenne comme TTC donc faire l'amalgame...

et pour tout ceux qui traitent le rap français de sous culture, vous pouvez bruler votre poster Chevenement et rejoindre sarkozy vous gagnerez 10 ans...
A tous ceux qui s'extasient devant le rap, faut-il rappeler le déluge de sexisme machiste, de frime, de vulgarité et d'apologie du degré zéro de culture que véhicule cette "forme d'expression" ?

Que souhaite le rapeur de base ? du fric, plein de fric surtout, des grosses voitures, des belles filles muettes à exhiber dedans, et puis.... rien... degré ultime de l'aculture que produit le capitalisme , mais qui est essentielle à sa survie .

Un crétin de base qui n'a que ces "ambitions " dans la vie, quelle aubaine pour la perpétuation à l'infini du modèle ultra-libéral !

L'engagement du rapeur de base, c'est sa volonté de satisfaire des besoins primitifs , et de trainer sa belle conquête par les cheveux si possible, dans tout le quartier (la tribu)....

Le pire, c'est que des soi-disant intellectuels se soient entichés de tout ça en accréditant la thèse qu'il y avait des messages, voire même du texte, dans cet océan de tape-à l'oeil vulgaire.
Le rap, c'est le bling bling à la petite semaine, celui des sous-doués, c'est aussi le sarkozisme en puissance, sans la rolex ni la top-model, ni la roublardise du bonimenteur doué qui lui, a "réussi" .... mais le degré culturel est à peu près le même... L'ami du Président, Bigard, et son "Lâcher de salopes" est-il loin au-dessus de "Sale pute" ??
Vous débarquez à @si ou quoi, le RAP, c'est souvent, par toujours, de la pornogaphie sans les images. Mais bon ça plait même à quelques gamines de 12 ans !!!!! C'est le plus triste, mais c'est branchouille.
Franchement, la chanson est nulle et la polémique était inexistante jusqu'à ce que vous en parliez.
Si encore ce type de discours avait du succès auprès des jeunes...mais ce n'est pas le cas. Ce chanteur est une bique, au pire un coup de pub de maison de disque, pas besoin d'en rajouter.
Vous voyez, je me demande si vous ne précédez pas un peu le buzz sur ce coup là?
Pas la peine de mettre sur le devant de la scène ceux qui n'y était déjà pas pour mieux soit disant nous montrer leur médiocrité.
Gare à la dérive ASI.
Vous ne vous êtes pas encore racheté à mes yeux de l'attentatoire procès en antisémitisme sur Claude Péant...
De l'air, de l'air!
Les médias ont le chic pour s'emballer sur des questions totalement creuses, pour ne pas en dire plus. Du coup, quand je vois la mayonnaise monter, je me dis que les journalistes vivent dans un autre monde, une bulle dans laquelle éclate de temps en temps l'écho de la vraie vie, à laquelle ils ne prêtent pas attention normalement : réveillez-vous! ces paroles n'existent-elles pas depuis des lustres chez des groupes reconnus?!
Encore du blablatage pour occuper l'espace médiatique: belle pub pour ce rappeur, un instant pesant avant d'enchaîner sur la loi HADOPI peut-être? Ah, on m'informe que non..
L'éternel débat sur la représentation de la violence. Je m'étonne encore que l'on peut être choqué alors que l'on sait éperdument que les bornes sont sans cesse dépassées.
Enfin rien de nouveau
Une chose est sure, cela lui a fait une sacrée publicité. A se demander si tout n'est pas voulu.
Bon, c'est assez mauvais... Aucune distance, aucun recul, c'est bas du front, primaire, assez pauvre niveau "lyrics"... Bref, c'est un peu de la bouse ! Mais que de cris d'orfraies dés que quelqu'un déborde un peu du cadre !

Qui sait que "Hey Joe", popularisé par Hendrix, raconte l'histoire d'un homme qui flingue sa femme ? Qui sait que l'album concept de Gainsbourg "L'homme à la tête de chou" raconte l'histoire d'un type rendu fou par une shampouineuse, et qui la massacre en la tabassant avec un extincteur d'incendie (alors que "Melody Nelson" raconte l'histoire d'amour entre un quadragénaire fortuné et une adolescente de 15 ans !)... On pourrait évoquer "Requiem pour un fou", interprété par le rockeur belgo-suisse Djonialidai... Et je suppose que les exemples sont encore nombreux...
C'est sûr qu'on est très loin d'Abdelmalik...

Pauvre garçon, il a dû avoir des problèmes dans son enfance... Quoi qu'il en soit, ces textes n'ont strictement aucun intérêt, sauf pour les demeurés. Je trouve déjà qu'en parler, c'est lui faire trop d'honneur.
Je rejoins Griffooooo (assez de "o" ?) et en rajoute une couche. C'est étonnant de voir que c'est Orelsan qui pose problème, quand effectivement on a Girlfriend de TTC qui squatte les soirées de jeunes branchouilles ou pas. Etonnant voir dérangeant à mon sens.
Sale P*TE ne me choque qu'à moitié. Je ne suis pas particulièrement friand de ce genre de texte souvent un peu facile et tombant très vite dans une vulgarité redondante et peu originale (quitte à l'être, vulgaire, autant y mettre des formes nouvelles) et de ce côté le titre fustigé n'est pas complètement inintéressant, contrairement à Girlfriend ou Suce moi sale pute qui sont pour le coup complètement dénuées d'intérêt.
D'autre part, la gratuité de ces deux dernières me permet de les vomir allègrement, tandis que celle d'Orelsan sonne différement. Le fait qu'il se fende d'un communiqué de presse pour s'excuser en est la preuve. Comme des livres sortent des affres de l'auteur, Orelsan semblent - de ce que j'en connais - se nourrir essentiellement de son ressenti pour écrire.
Je l'ai découvert avec Changement, et si la langue est loin d'être excellente, ses paroles n'en reste pas moins souvent juste et drôle, avec quelques passes linguistiques remarquables.

Orelsan n'est probablement pas en passe de devenir le nouveau ténor du rap français (et je ne lui souhaite pas) mais n'entre pas complètement dans les clichés qui plombent le genre. C'est dommage que cette mauvaise pub (j'ai peur que ses excuses ne le servent pas) l'assimile à d'autres rappeurs beaucoup plus consensuels et beaucoup moins proche du processus de création qui consiste à mettre ses tripes en lumière avec les moyens qu'on peut.

D'ailleurs, puisqu'on en est au "sale pute" dans le rap, il arrive que ce soit simplement glisser au détour d'un texte... magnifique : De l'amour à la haine - Klub des Losers.
Un relent de censure parvient à mes narines…

Si dès qu’une chanson utilise « pute » et y associe la violence on parle d'"apologie sordide de la brutalité envers les femmes, d'une cruauté inouïe". Je pense que dès que « feuje » (juif en verlan) et « négro » apparaîtront dans une chanson, on pourra parler d’incitation à la haine raciale. Si tel est le cas, le rap a du souci à se faire. Nous aurons droit comme aux US à du rap clairsemé de « bip » pour censurer tous les mots politiquement incorrects.

Ce genre de focalisation médiatique et de rapprochements douteux entre islamisme, violence conjugale et rap sont pour le moins spécieux.

D’autre part, les rappeurs jouent parfois des rôles (c’est le cas de TTC qui joue sur un registre clairement humoristique et très second degré à l’instar de Gronibard) et une chanson comme un film, un roman ou une œuvre d’art raconte bien souvent une histoire, même si celle-ci est violente et crue. Envisage-t-on d’interdire Le verrou de Fragonard parce qu’il représente un viol, ou d’interdire Taxi driver car le personnage principal est ouvertement raciste ?

Bien sûr que non.
Pourquoi cela serait-il différent avec une chanson de rap ?

La question reste ouverte à tous les bien-pensants…
Des discours islamistes ? Une revirilisation ?
Le problème c'est que lémédias ne se portent que sur ce titre précisément.
Certes, Orelsan est loin d'être un artiste bobo intello, mais comme il le dit lui même dans "la peur de l'échec", il joue un rôle dans ses chansons.
Si on va au delà des titres provoc' (comme "Saint Valentin" par exemple), on se rend compte que c'est un rappeur qui a vraiment une sensibilité à fleur de peau.

Un des rares qui arrive à me toucher. Mais c'est sûr qu'en pointant les projecteurs vers un titre qui fait l'apologie (ou explique ?) la jalousie, c'est tout de suite plus simple de rester dans le message "rap = sexisme".

Ce serait pas mal d'écouter quelques uns de ses autres titres afin de mieux cerner le personnage. Au moins "la peur de l'échec" ( http://www.youtube.com/watch?v=ey_G7v-MDm4 ) ...
Afin d'édifier Mesdames Buffet et Létard quant à la subtilité de certains groupes, je signale également l'existence du groupe Gronibard... Je ne comprends pas les paroles (c'est souvent le problème avec certains morceaux de metal), mais les titres sont des chefs-d'œuvres de romantisme échevelé: Fais moi pas chier connasse (écoutable sur le myspace du groupe), j'te lacère les tétons à coups de brosse à dents, Va faire la vaisselle, et Arrête de boire mets toi au foutre. Amis de la poésie, bonsoir...
C'est sur, c'est pas Jean de la Fontaine... mais bon Hurlu, calme ton anger. Wesh wesh Gros, c'est juste un truc de jeune ;-)
ouai, mais y a aussi çà:


"Demain, C'est Loin"

"L'encre coule, le sang se répand
la feuille buvard
Absorbe l'émotion, sac d'image dans ma mémoire
Je parle de ce que mes proches vivent et de ce que je vois
Des mecs coulés par le désespoir qui partent à la dérive

Des mecs qui pour 20.000 de shit se déchirent
Je parle du quotidien, écoute bien mes phrases font pas rire
Rire, sourire, certains l'ont perdu je pense à Momo
Qui m'a dit à plus jamais, je ne l'ai revu

Tenter le diable pour sortir de la galère, t'as gagné frère
Mais c'est toujours la misère pour ce qui pousse derrière
Pousse pousser au milieu d'un champs de béton
Grandir dans un parking et voir les grands faire rentrer les ronds

La pauvreté, ça fait gamberger en deux temps trois mouvements
On coupe, on compresse, on découpe, on emballe, on vend
A tour de bras, on fait rentrer l'argent du crack
Ouais, c'est ça la vie, et parle pas de rmi ici ici ici

Ici, le rêve des jeunes c'est la Golf gti, survet' Tachini
Tomber les femmes à l'aise comme many
Sur Scarface, je suis comme tout le monde je délire bien
Dieu merci, j'ai grandis, je suis plus malin, lui il crève à la fin

La fin, la faim, la faim justifie les moyens, 4, 5 coups malsains
Et on tient jusqu'à demain, après on verra bien
On marche dans l'ombre du malin du soir au matin
Tapis dans un coin, couteau à la main, bandit de grand chemin

Chemin, chemin, y'en a pas deux pour être un dieu
Frapper comme une enclume, pas tomber les yeux, l'envieux en veut
Une route pour y entrer deux pour s'en sortir, 3/4 cuir
Réussir, s'évanouir, devenir un souvenir

Souvenir être si jeune, avoir plein le répertoire
Des gars rayés de la carte qu'on efface comme un tableau tchpaou!
c'est le noir
Croire en qui, en quoi, les mecs sont tous des mirroirs
Vont dans le même sens, veulent s'en mettre plein les tirroirs

Tirroir, on y passe notre vie, on y finit avant de connaître l'enfer
Sur terre, on construit son paradis
Fiction, désillusion trop forte, sors le chichon
La réalité tape trop dure, besoin d'évasion

Evasion, évasion, effort d'imagination, ici tout est gris
Les murs, les esprits, les rats la nuit
On veut s'échapper de la prison, une aiguille passe, on passe à l'action
Fausse diversion, un jour tu pètes les plombs

Les plombs, certains chanceux en ont dans la cervelle
D'autres se les envoient pour une poignée de biftons, guerre fraternelle
Les armes poussent comme la mauvaise herbe
L'image du gangster se propage comme la gangrène sème ses graines

Graines, graines, graine de délinquant qu'espérez-vous? Tous jeunes
On leur apprend que rien ne fait un homme à part les francs
Au franc tireur discret au groupe organisé, la racine devient champs
Trop grand, impossible a arrêté

Arrêté, poisseux au départ, chanceux à la sortie
On prend trois mois, le bruit court, la réputation grandit
Les barreaux font plus peur, c'est la routine, vulgaire épine
Fine esquisse à l'encre de Chine, figurine qui parfois s'anime

S'anime, anime animé d'une furieuse envie de monnaie
Le noir tombe, qu'importe le temps qu'il fait, on jette les dés, faut flamber
Perdre et gagner, rentrer avec quelques papiers en plus
Ca aidera, personne demandera d'où ils sont tombés

Tomber ou pas, pour tout, pour rien on prend le risque, pas grave cousin
De toute façon dans les deux cas, on s'en sort bien
Vivre comme un chien ou un prince, y'a pas photo
On fait un choix, fait griller le gigot, brillent les joyaux

Joyaux, un rêve, plein les poches mais la cible est loin, la flèche
Ricoche, le diable rajoute une encoche trop moche les mecs cochent
Leur propre case, décoche pour du cash, j'entends les cloches,
les coups de pioche
Creuser un trou, c'est trop fastoche

Fastoche, facile le blouson du bourgeois docile des mêmes la hantise
Et porcelaine dans le pare-brise
Tchac! le rasoir sur le sac à main, par ici les talbins
Ca c'est toute la journée, lendemain, après lendemain

Lendemain? C'est pas le problème, on vit au jour le jour
On n'a pas le temps ou on perd de l'argent, les autres le prennent
Demain, c'est loin, on n'est pas pressé, au fur et à mesure
On avance en surveillant nos fesses pour parler au futur

Futur, le futur ne changera pas grand-chose, les générations prochaines
Seront pires que nous, leur vie sera plus morose
Notre avenir, c'est la minute d'après le but, anticiper
Prévenir avant de se faire clouer

Clouer, clouer sur un banc rien d'autre à faire, on boit de la bière
On siffle les gazières qui n'ont pas de frère
Les murs nous tiennent comme du papier tue-mouches
On est là, jamais on s'en sortira, Satan nous tient avec sa fourche

Fourche, enfourcher les risques seconde après seconde
Chaque occasion est une pierre de plus ajoutée à nos frondes
Contre leurs lasers, certains désespèrent, beaucoup touchent terre
Les obstinés refusent le combat suicidaire

Cidaire, sidérés, les dieux regardent, l'humain se diriger vers le mauvais
Côté de l'éternité d'un pas décidé
Préfèreront rôder en bas en haut, on va s'emmerder
Y'a qu'ici que les anges vendent la fumée

Fumée, encore une bouffée, le voile est tombé
La tête sur l'oreiller, la merde un instant estompée
Par la fenêtre, un cri fait son entrée, un homme se fait braquer
Un enfant se fait serrer, pour une Cartier menotté

Menotté, pieds et poings liés par la fatalité
Prisonnier du donjon, le destin est le geôlier
Le teurf l'arène on a grandi avec les jeux
Gladiateur courageux, mais la vie est coriace, on lutte comme on peut

Dans les constructions élevées
Incompréhension, bandes de gosses soi-disant mal élevés
Frictions, excitation, patrouilles de civils
Trouille inutile, légendes et mythes débiles

Haschich au kilo, poètes armés de stylo
Réserves de créativité, hangars, silos
Ca file au bloc 20, pack de Heineken dans les mains
Oublier en tirant sur un gros joint

Princesses d'Afrique, fille mère, plastique
Plein de colle, raclo à la masse lunatique
Economie parallèle, équipe dure comme un roc
Petits Don qui contrôlent grave leurs spots

On pète la Veuve Cliquot, parqués comme à Mexico
Horizons cimentés, pickpockets, toxicos
Personnes honnêtes ignorées, superflics, Zorros
Politiciens et journalistes en visite au zoo

Musulmans respectueux, pères de famille humbles
Baffles qui blastent la musique de la jungle
Entrées dévastées, carcasses de tires éclatées
Nuée de gosses qui viennent gratter

Lumières oranges qui s'allument, cheminées qui fument
Parties de foot improvisées sur le bitume
Golf, VR6, pneus qui crissent
Silence brisé par les sirènes de police

Polos Façonnable, survêtements minables
Mères aux traits de caractère admirables
Chichon bidon, histoires de prison
Stupides divisions, amas de tisons

Clichés d'Orient, cuisine au piment
Jolis noms d'arbres pour des bâtiments dans la forêt de ciment
Désert du midi, soleil écrasant
Vie la nuit, pendant le mois de Rhamadhan

Pas de distractions, se créer un peu d'action
Jeu de dés, de contrée, paris d'argent, méchante attraction
Rires ininterrompus, arrestations impromptues
Maires d'arrondissement corrompus

Marcher sur les seringues usagées, rêver de voyager
Autoradios en affaire, lot de chaînes arrachées
Bougre sans retour, psychopathe sans pitié
Meilleurs liens d'amitié qu'un type puisse trouver

Génies du sport faisant leurs classes sur les terrains vagues
Nouvelles blagues, terribles techniques de drague
Individualités qui craquent parce que stressées
Personne ne bouge, personne ne sera blessé

Vapeur d'éther, d'eau écarlate, d'alcool
Fourgon de la Brink's maté comme le pactole
C'est pas drôle, le chien mord enfermé dans la cage
Bave de rage, les barreaux grimpent au deuxième étage

Dealer du hashich, c'est sage si tu veux sortir la femme
Si tu plonges, la ferme, pas drame
Mais l'école est pas loin, les ennuis non plus
Ca commence par des tapes au cul, ça finit par des gardes à vues

Regarde la rue, ce qui change? Y'a que les saisons
Tu baves du béton, crache du béton, chie du béton
Te bas pour du laiton, est-ce que ça rapporte
Regrette pas les biftons quand la bac frappe à la porte

Trois couleurs sur les affiches nous traitent comme des bordilles
C'est pas Manille ok, mais les cigarettes se torpillent
Coupable innocent, ça parle cash, de pour cent
Oeil pour oeil, bouche pour dent, c'est stressant

Très tôt, c'est déjà la famille dehors, la bande à Kader
Va niquer ta mère, la merde au cul, ils parlent déjà de travers
Pas facile de parler d'amour, travail à l'usine
Les belles gazelles se brisent l'échine dans les cuisines

Les élus ressassent rénovation ça rassure
Mais c'est toujours la même merde, derrière la dernière couche
De peinture, feu les rêves gisent enterrés dans la cour
A douze ans conduire, mourir, finir comme Tupac Shakur

Mater les photos, majeur aujourd'hui, poto
Pas mal d'amis se sont déjà tués en moto
Une fois tu gagnes, mille fois tu perds, le futur c'est un loto
Pour ce, je dédie mes textes en qualité d'ex-voto, mec

Ici t'es jugé à la réputation forte
Manque-toi et tous les jours les bougres pissent sur ta porte
C'est le tarif minimum et gaffe
Ceux qui pèsent transforment le secteur en oppidum

Gelé, l'ambiance s'électrise, y'a plein de places assises
Béton figé fait office de froide banquise
Les gosses veulent sortir, les "non" tombent comme des massues
Les artistes de mon cul, pompent les subventions dsu

Tant d'énergie perdue pour des préjugés indus
Les décideurs financiers plein de merde dans la vue
En attendant, les espoirs foirent, capotent, certains rappent
Les pierres partent, les caisses volées dérapent

C'est le bordel au lycée, dans les couloirs on ouvre les extincteurs
Le quartier devient le terrain de chasse des inspecteurs
Le dos a un oeil car les eaux sont truffées d'éceuils
Receuille le blé, on joue aux dés dans un sombre cerceuil

C'est trop, les potos chient sur le profil Roméo
Un tchoc de popo, faire les fils et un bon rodéo
La vie est dure, si on veut du rêve
Ils mettent du pneu dans le shit et te vendent ça Ramsellef

Tu me diras "ça va, c'est pas trop"
Mais pour du tcherno, un hamidou quand on a rien, c'est chaud
Je sais de quoi je parle, moi, le bâtard
J'ai dû fêter mes vingt ans avec trois bouteilles de Valstar

Le spot bout ce soir qui est le King
D'entrée, les murs sont réservés comme des places de parking
Mais qui peut comprendre la mène pleine
Qu'un type à bout frappe sec poussé par la haine

Et qu'on ne naît pas programmé pour faire un foin
Je pense pas à demain, parce que demain c'est loin"



çà date un peut mais mais y en a plein d'autre des bon texte dans le rap français.
Beau texte, en définitive, le RAP ça passe mieux sans le son et surtout sans l'image.
là encore Ledzep, je ne pense pas que l'on puisse dire, le rap ceci, le rap celà.

par exemple, en ce qui me concerne, si j'aime la façon dont les Iam disent leur textes, ("le flow", je crois, que çà s'appel), je ne supporte pas celui, (de flow donc), de MC Solar.

mais là, on es dans les goûts et les couleurs et je ne dirais pas que Solar est nul.
Si on va par là je conseille Costes
par exemple "T'AS UN RAT DANS LA CHATTE!" http://costes.org/cd094.htm
T'as un chat dans la rate, encore plus glauque, uh uh
c' est tout le problème de beaucoup de rapeurs qui prétendent valoriser une culture de la "revilirisation", souvent un dénigrement des femmes
assimilées à des putes.Parfois influencés aussi par des discours islamistes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.