78
Commentaires

Retraites : "Macron a pensé qu'il pouvait repartir comme en 40"

Autant le dire tout de suite : à quelques heures de la grande grève reconductible de la prochaine réforme des retraites, cette réforme est encore noyée dans le brouillard, d'autant plus que les intox volent dans tous les sens. Le gouvernement maintient-il ce brouillard à dessein, ou ne sait-il lui-même quelle réforme il souhaite faire ? Éléments de réponse avec Régis, membre du collectif Nos Retraites ; et Guillaume Duval, membre du Conseil économique, social et environnemental (Cese) et éditorialiste pour Alternatives Economiques.

Commentaires préférés des abonnés

"Je pense qu'ils ne savent pas vraiment où ils veulent aller, et comment".


Plus exactement, ils ne savent plus quoi nous dire. Souvenez vous de ce passage de Laurel et Hardy "Il te plaît pas mon mensonge? Je vais t'en raconter un autre". 


Qui a le(...)

Après l'Assurance chômage universelle (si tu y as droit…), tu passeras au Revenu universel d'activité, puis, si tu es encore vivant, à la Retraite universelle. L'entubage universel.


Dommage que vous n'ayez pas abordé les sujets du chômage des jeunes e(...)

Il y'a un point qui n'est pas assez discuté dans cette émission : la course à la retraite par capitalisation (enjeu majeur pour les fonds d'investissements, voir par exemple le docu sur Blackrock d'Arte). Car en effet si il y'en a bien qui profitent (...)

Derniers commentaires

Bruno Bonnell député en marche ne connait pas la réforme qu'il défend ! il soutient aujourd'hui sur LCI devant Gerard Miller que les salariés ayant des salaires supérieurs à 10000€ continuent au delà de ces 10000€ à payer 28% de cotisation plus 2,56 % de   taxe de solidarité  

La semaine de travail de quatre jours ouvrables, de six heures chacun. Ce pourrait être la prochaine étape.

Ne rêvez pas, ça se passe en Finlande, où la nouvelle Première Ministre déclare :

Je pense que les gens méritent de passer plus de temps avec leur famille, avec leurs proches, en se consacrant à des passe-temps et à d’autres aspects de la vie, comme la culture.

Nous, nous vivons dans la France du "nouveau monde" macronien, où on travaillera toujours plus, et plus longtemps pour gagner moins.

Dans l'Huma, les Pinçon-Charlot qualifient la réforme des retraites de "crime contre l'humanité".

C'est ce qu'on appelle tendre le bâton pour se faire battre, non ?

Bonne émission cependant deux choses me chagrinent.

La première c'est que, comme l'a déploré Daniel en début d'émission, il n'y a sur le plateau aucun.e. défenseu.se.r de la réforme des retraites ce qui limite le débat.

La deuxième et la plus importante à mes yeux, c'est que personne ne souligne cette tache aveugle dans la communication gouvernementale qui est de prétendre vouloir instaurer un régime universel (par opposition aux "régimes spéciaux" comprendre régime des privilégié.e.s, des nanti.e.s et des fainéant.e.s) sans remettre en cause ni même évoquer le système de retraite des haut.e.s fonctionnaires pourtant comble des privilèges aux relans d'Ancien régime ...

Rien de nouveaux du côté des dirigeant.e.s, toujours le même mépris (de classe) pour les populations qu'ils continuent de traité comme des enfants incapable de prendre des décisions seul.e.s.

Déçu par le parti manifeste pris de G. Duval, les partenaires sociaux auront un rôle à jouer dans la future réforme, ne serait-ce que cela. Je ne saurais fournir davantage de détails à ce sujet, mais cela a été évoqué.

La prochaine fois, invitez Bernard Friot ! Les opposants à la réforme des retraites invités sur les différents plateaux ne sont que rarement à la hauteur.


Il me semble difficile de faire une émission de qualité sans inviter Bernard, tant son travail de recherche et les solutions qu'il propose sont remarquables.


Conclusion, invitez Bernard !

Excellente émission. Les questions sont précises et les interlocuteurs très clairs avec une mention particulière à Guillaume Duval.
Vous devriez mettre cette émission en accès libre pour favoriser le mouvement de grève. Cette réforme, c'est de l'arnaque de bout en bout et seuls les bons bourgeois largement macronistes (avec une bonne proportion de fillonistes) vont y gagner. Comme d'hab.

"Réforme de classe", ayé j'ai tout pigé.

Changer de paradigme...* (enfin c'est un peu ce que j'ai compris)

Bernard Friot sur Le Média

(* pas facile, même pour Théo Kouamouo le journaliste, j'ai l'impression)

Pour résoudre le problème des trous dans la carrière dans un système à points, on pourrait imaginer que chacun démarre sa carrière avec un certain capital de points et pas à 0. Ca aurait le bénéfice de donner un coup de pouce surtout aux petits salaires et ne pas avantager proportionnellement un salarié qui passerait de 15000 à 5000 € (alors que quand on prend les 25 meilleures années, ça vaut aussi pour le gars qui fait 25 ans à 15 K€, ce qui me parait un peu injuste).

Excellente émission. Merci.

La retraite c'est simple : départ à 55 ans pour les métiers pénibles et 60 pour les autres. Et dans tous les cas on part avec le meilleur des salaires. L'argent n'est pas un problème : il suffit de cotiser plus (salariés et patrons). Toute autre solution générera des perdant(e)s.

C'est la première émission qui m'a permis de comprendre l'arnaque à laquelle ce gouvernement d'incapables et faux culs nous conduit. Même s'il y a encore du flou et quand c'est flou, disait l'autre, c'est qu'y a un loup. Enfin, là, y'a même une meute !!! Ralala on n'est pas sortis de l'auberge, faut se remuer. Merci ASI d'y contribuer.

Pourrait-on arrêter avec ce terme de "partenaires sociaux", on n'est pas dans un entraînement de tennis social là, on est avec des interlocuteurs qui ont des intérêts contradictoires et dont les interactions sont basées sur le rapport de force;

Le système à points permet de baisser les pensions de manière presque invisible en jouant sur deux paramètres :


- En baissant la valeur du point (pour le calcul des pensions), par exemple 1 centime par an (ou en ne l'augmentant pas en période de forte inflation, ce qui revient au même).


- En augmentant la valeur d'achat du point plus vite que l'inflation. Ex 10 euros pour un point, au départ, puis 11 euros, puis 12, etc. Ainsi, sans augmenter les cotisations (le MEDEF et la CGPME seront toujours contre) on baisse automatiquement le nombre de points accumulés et donc les retraites futures.

en résumé : 1) nos hyper "intelligents complexes" ne sont pas foutus de s'y retrouver dans les divers régimes de retraite, contrairement à tous les politiques et gestionnaires qui les ont précédés.

2) il faut tout changer, pour 3 clampins qui partent à la retraite avant les autres

3) les privilégiés cheminots et traminots vivent scandaleusement au-dessus de mes moyens, pensez-donc : vers les 1200 euros par mois de retraite, les ordures de profiteurs!

et j'en passe...

Un gros merci pour cette émission qui est d'intérêt public ! 

Vraiment gardez là en libre accès le plus longtemps possible svp 


Après plusieurs autres vues sur le sujet ailleurs, c'est la plus dense et la plus complète sur le sujet. 

Tellement intéressante que j'ai grifonné quelques notes pour développer l'argumentaire face à des collègues non grévistes que je croiserai certainement aujourd'hui 

(j'ai résumé ça ici, si ça en intéresse quelques uns

https://twitter.com/Weatherboy_fr/status/1202644491645181953?s=19) 


Un détail : le savoir et le talent de vos invités font certainement beaucoup dans la qualité de l'émission, mais je me demande si le fait de ne pas avoir sur le plateau d'invité du gouvernement n'aide pas justement à aller au fond des choses, dans des cas comme celui là où la manipulation est évidente (je pense notamment au rapport du COR). Avec un des leurs, on aurait eu, non pas un argumentaire, mais une perte de temps : tourner en rond à répondre au 15 même fausses évidences, et aux mots clés du gouvernement répétés une 251ème fois. 

Vraiment quand on voit la qualité de l'émission, c'est à réfléchir parfois. 

je ne comprends l'argument selon lequel quelqu'un qui a travaillé 10 ans de moins que quelqu'un d'autre devrait avoir la même retraite ..  très bizarre ce truc de revanchard.

Vraiment dommage que l'émission n'ait pas parlé de la CADES et des 24+ Milliard d'€ qui vont de débloquer d'ici 2024 justement pour contribuer au financement des retraites. :) 

L'info est ici (entre autre...)

très bonne émission  pour comprendre la réforme.

tant mieux si D. Seux n'est pas venu.


l’émission 22 novembre était également très intéressante, car pour une fois les intervenants n'était pas beaucoup coupés. J'ai pu me faire plus facilement mon opinion, tant sur les idées que sur les personnes.

comment fait-on pour voter pour que cette émission soit mise à disposition gratuitement ?

Les deux intervenants sont d’accord. Donc ça n’éclaire en rien. 


Quand je suis entré dans une entreprise en 1977, la DRH m’a dit. Vous allez travailler 37,5 ans. 150 trimestres. 

J’en ai travaillé 40,5 parce que j’ai accepté qu’un système en déséquilibre n’était pas durable. (Sauf à faire de la dette et donc reporter notre exigence de bien-être sur nos petits enfants et arrières petits enfants. Et faire croire que, pour faire passer ces charges à nos descendants, ils pourront compter sur de la croissance. Mais elle ne reviendra plus)


J’ai cotisé pendant ces années et tous les ans je recevais mon décompte de points (retraites complémentaires). Déjà des points. Rien de nouveau. Ce n’est absolument pas compliqué à suivre: la valeur du point était affiché tous les ans. Effectivement je ne me suis pas intéressé de savoir qui pilotait la valeur du point. Une meilleure transparence et un débat public seront bienvenus, ces points ayant été généralisés. 


La situation déficitaire se poursuit aujourd’hui. Il est temps de remettre à plat un système conçu après la 2ieme guerre mondiale où la retraite était fixé à l’âge de l’espérance de vie d’alors. 


Rien d’étonnant à ce qu’on allonge la durée du travail, encore étant donné les déficits des systèmes de retraites. Ou alors on baisse les retraites de ces régimes spéciaux déficitaires et on augmente celles de ceux qui sont excédentaires (donc on créée de l’inégalité.) ou on augmente les cotisations..


Penser qu’on peut garantir aujourd’hui la pension que l’on touchera dans 30 ans est juste ridicule. Qui peut savoir ce que le monde sera. Même avec le système actuel. 


Enfin, il aurait été pertinent que le gouvernement mette en avant l’exemplarité de nos gouvernants, et parlementaires. 

merci pour cet entretien qui éclaire bien des points (...!) 


j'ai une question peut-être de néophyte: quand on cotise, qui reçoit le montant de cette somme? d'après les bulletins de salaire (j'étais cadre dans les années 80), une partie était versée à la sécu, une à l'urssaf, une à la caisse complémentaire; 


comment ces divers montant étaient-il gérés, et par qui?


je suppose que la contribution servait à verser les pensions des retraités du moment, mais y avait il une part qui était capitalisée, c'est à dire placée, par exemple par les caisses complémentaires, (actuellement Agirc-Arco) ?


cette question n'est qu'effleurée par M. Duval, il semble qu'un des enjeux de la retraite soit que la totalité des cotisations soit dans les mains  de l'Etat, (il précise: de Bercy, compte tenu de la faible influence du Parlement). 


Alors que jusqu'ici, la sécu d'une part, les caisses complémentaires d'autre part, étaient gérées de façon plus ou moins paritaire , avec les partenaires sociaux, non ?


 Mais cela mériterait peut-être une autre émission...


Quant à la philosophie d'un salaire pour les retraités, vois l'interview de Bernard Friot sur QG: 

https://www.youtube.com/watch?v=16sl2BIbp1I 

L'art de faire passer des vessies pour des lanternes pour ce gouvernement.

Le mensonge et la dissimulation institutionnalisés.

Après l'Assurance chômage universelle (si tu y as droit…), tu passeras au Revenu universel d'activité, puis, si tu es encore vivant, à la Retraite universelle. L'entubage universel.


Dommage que vous n'ayez pas abordé les sujets du chômage des jeunes et de l'inactivité des plus de 50 ans qui sont systématiquement exclus des débats alors qu'ils sont symptomatiques : ce gouvernement vise à rendre sa population corvéable à souhait en forçant à l'emploi au rabais par les trois systèmes zuniversels que j'énonce ci-dessus.

Duval, ou l'éloge décomplexé de la CFDT et de la compromission sociale.

Je ne sais pas si le gouvernement ne sait pas encore où il veut aller mais les journaux de France 3 et France 2 de ce soir eux le savent, si demain il y a quand même des manifestants dans les rues c'est a désespérer les saint cricq,seux,Legrand,calvi etc...Moi  j'y serai quand même !

qu'en est il des retraites des députés , présidents , sénateurs , un truc clair , salaire , retraite avantage etc etc y' a surement du fric a faire là ! ça fait très poujadiste , mais bon j'en entends parler nul part ...

Bon c'est encore flou cette histoire de retraite mais l'émission débroussaille pas mal de points.

Il y'a un point qui n'est pas assez discuté dans cette émission : la course à la retraite par capitalisation (enjeu majeur pour les fonds d'investissements, voir par exemple le docu sur Blackrock d'Arte). Car en effet si il y'en a bien qui profitent de ce climat d'incertitude et d'insécurité autour de la question des retraites ce sont bien les complémentaires privées, déjà bien en vogue grâce au discours bien répandus à base de "toute façon on aura pas de retraites nous" ou autre "autant bosser à fond pour s'offrir la retraite qu'on 'mérite' pas comme ces privilégiés".
De plus, il est nécessaire de noter que le fonctionnement des 'points', bien que très confus, ressemble de plus en plus à celui des produits financiers lambda (on nous parle quand même d'acheter et de vendre des points !), serait-ce une manière de nous y embarquer en aveugle ?

Merci pour cette émission très éclairante... mais y a quand même un truc que je pige pas avec "les points". On les accumule tout au long de sa carrière, ok. Arrivé à la retraite, on "revend" son stock, ok. Mais on reçoit quoi ? Une rente viagère, calculée en fonction de l'espérance de vie qui reste ? Et si on dépasse ?

"Je pense qu'ils ne savent pas vraiment où ils veulent aller, et comment".


Plus exactement, ils ne savent plus quoi nous dire. Souvenez vous de ce passage de Laurel et Hardy "Il te plaît pas mon mensonge? Je vais t'en raconter un autre". 


Qui a le moindre doute que cette réforme soit destinée à faire baisser les dépenses, donc à faire baisser les retraites? Qui a le moindre doute que si certaines classes sociales devaient morfler moins que d'autres, ce seraient les moins précaires?


J'ai pas encore vu l'émission, je me demande si ça en vaut la peine.... 


(Euh, ASI, vous avez décidé de faire le pont après la grève pour sortir l'émission si tôt?)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.