163
Commentaires

Responsables, jusqu'au bout...

Attention, chronique garantie responsable.

Derniers commentaires

Tant qu'à être responsables, il eût été juste que la même "émotion" accompagne jusqu'au bout les assassinés, mais "médias" (dont @si) et politiques ne se préoccupent que de ceux qui sont d'avance reconnus comme "victimes" injustement assassinées : journalistes (catégorie qui englobe tous ceux qui publient dans le journal, mais exclut le "petit personnel" des agents d'entretien du-dit journal), policiers , et juifs.
Ainsi, alors que les obsèques de tous les autres "assassinés" ont été annoncées par la presse, celles, qui auront lieu aujourd'hui 20 janvier, de Frédéric Boisseau, qui n'est ni caricaturiste, ni policier, ni juif, mais simple employé de la Sodexo, ne sont pas annoncées sur Libé par exemple qui s'est fait le relais de Charlie.

Autre symbole du mépris pour les "sans grades" : le gouvernement ne sera pas représenté par ses poids lourds (Valls, Cazeneuve, Pélerin) mais par le ministre du travail, Rebsamen, grand responsable du recul de l'égalité sociale en ayant validé la convention UNEDIC du 22 mars et en ayant eu des déclarations particulièrement outrageantes pour chômeurs et travailleurs.
Comme l'écrit Pascale Fautrier sur son blog médiapart : "la « France balkanisée » n’a pas réalisé dans les faits ses « vieux principes fanés » d’égalité, liberté, fraternité["
Pari presque gagné, les émissions et les infos à la télé ont repris leur couleur habituelle, des mots échappent même aux commentateurs, retour à la normale, mauvais rêve, pari et crainte sur la vitesse à laquelle les français vont oublier ces évènements "exceptionnels"....les commentateurs et les experts habituels eux sont déjà revenus aux bonnes vieilles habitudes, haussement de sourcils ou sourire narquois quand s'aventure le politiquement incorrect. Il faut avouer quelques points positifs, les témoignages de rue montrent et donnent la parole à de "vrais" musulmans, les chaines locales résistent au phénomène. Il n'a fallu que 10 jours aux médias télé pour reprendre l'éducation des français comme avant. "La société bloquée" avait écrit un sociologue. "Les médias bloqués", c'est donc logique. C'est aussi de notre faute, on achète plus la presse papier, qui curieusement semble plus libre de penser. Et difficile pour tout le monde de ne pas regarder la télé. Au Liban, un feuilleton passe tous les soirs qui affirme que les juifs mangent les petits arabes...j'espère pour eux qu'ils peuvent zapper.
Sur le site de Sortir du nucléaire douze dessins de Charb Tignous Cabu Honoré...
Mal placé.
Je ne voudrais pas faire ma paranoïaque, mais le Niger, ce n'est pas le pays où il y a Areva ? Le mines d'uranium d'Areva, qui fournissent aux belles centrales nucléaires françaises du bien bon combustible ?

Et le fait que ce soit les Français qui ont tapé au Mali n'est-il pas dû au fait qu'il fallait contrôler le Sahara pour les raisons stratégiques autour d'Areva ?
Et c'est justement là qu'il y a des émeutes ?
Qui joue à la guerre, et pour quels intérêts ?

Moi je dirais que c'est un coup de semonce à la France pour quelque chose de pas net ! Hollande et Valls doivent savoir ce qu'il en est.

Charlie a payé pour quelque chose qui n'a peut-être rien à voir avec les caricatures de Mahomet.
Et toutes ces disputes autour de la liberté d'expression, c'est sans doute peanuts. Rien à voir véritablement avec le schmilblic.
Je sais pas, il me semblait qu'à la base, Charlie Hebdo n'était pas fait pour être lu par tout le monde. Quand Choron et Cavanna ont lancé le truc dans les années 60, ça n'avait pas vocation à être lu par des dizaines de millions de personnes. C'était pas fait pour les croyants, les prudes, ceux qui aiment les bonnes manières et le langage châtié... C'était fait pour une minorité minoritaire, des anars, des gauchistes, des marginaux, c'était contre la norme, c'était la contre-culture, un pavé lancé par des fouteurs de merde ultra-minoritaires.

Pourquoi vouloir en faire une revue consensuelle faisant l'unanimité ? Il faut que certains soient contre Charlie Hebdo. Il faut même qu'une majorité soient choqués, outrés. Où est le plaisir de la satire et de la vulgarité si ça plait autant à la grenouille de bénitier qu'au punk à chien ? Si le fait de montrer Jésus se faisant sodomiser par Mahomet pendant que Moise fait caca, ça devient normal pour tout le monde, quel intérêt de le faire ? Que voulez-vous ? Un Charlie Hebdo qui ne choque plus personne ? Mais il n'aurait plus de raison d'être !

Moi, par exemple, les bites, les foufounes et les curés à poil, ça ne me choque pas plus que Mahomet en tête de bite. C'est cet esprit Charlie qui a permis Coluche, les Nuls, Groland. Ce qui me dérange, c'est qu'on présente toujours Charlie Hebdo comme une grosse farce trash, bête et méchante, réalisée par des grands gamins qui veulent juste s'amuser. Comme s'il n'y avait pas d'idéologie dans Charlie Hebdo, comme s'il n'y avait pas de politique, comme s'il n'y avait absolument rien de politiquement critiquable, contestable. Les balles des terroristes n'ont pas tué Charlie Hebdo, mais la guimauve et le consensus mou pourrait bien y parvenir.
Merci pour avoir ressorti ces dessins de Gotlib, datant d'une époque où l'on pouvait dessiner sur tout sans générer une ire internationale.

Il est aussi des voix qui s'élèvent, et disent que le plasphème n'existe pas dans le Coran. Il est des croyants qui se lèvent chaque matin, comme vous dites, sans se préoccuper de ce qu'on dit de leur religion, simplement parce que leur foi est plus forte. Mais le système du sexymédia ignore ces gens-là.

Quand fera-t-on la critique (le procès) de ce journalisme à la minute -double sens ? Quand entendra-t-on davantage les magazines, et moins les flashs d'info sans recul ?
"Et alors ? Même s’ils l’ont fait exprès (cf:de glisser des bites dans les caricatures de Mahommet), au nom de quoi leur demanderions-nous de se l’interdire ? Ils sont morts pour ça. Morts pour garder le droit dérisoire, le droit scandaleux, d’être irresponsables."

J'approuve, oui j'approuve, tout en me disant que notre époque est une époque de décadence.
Décadence des intellectuels par exemple: songez que dans les années 1960, Sartre montait sur un tonneau pour vendre La voix du Peuple, et qu'en 2014, Alain Soral de Bonnet montre sa bite sur les réseaux sociaux. En 2015, le Prophète de nos meilleurs caricaturistes n'est plus qu'une bite géante ....terrible convergence des obsessions.
Bon, en admettant qu'arrêter les caricatures calmerait les terroristes ... et que dans ce cas, ils cessraient de tuer les dessinateurs.
Bon admettons mais qu'est-ce qu'on fait pour qu'ils ne tuent plus les jeunes flics? et les gens de confession juive?
Donc, si j'ai bien suivi, Apathie annonce par ce tweet qu'il arrête sa carrière ?

Et accessoirement, pas de Jésus sur l'image, il s'agit de Jupiter et de Jéovah
Est-il bien nécessaire de citer ce monsieur qui croit être journaliste, sauf à en faire le symbole de la fourberie.
Je me demande si, entre voir des complots partour, et voir des dessins cachés partout, y aurait pas comme l'esquisse d'une cohérence...
Si être responsable c'est éviter d'ofenser les cons alors autant baisser sons froc ...et montrer sa bite.

Il ne faut pas confondre responsabilité et prétexte. Ceux qui tuent au nom d'Allah ne sont pas des musulmans. Ce sont des dérives sectaires qui ne sont en rien repréntatif d'une communauté. Quand un prédicateur américain homophobe vomit sa haine, on ne remet pas en cause les chrétiens? Le KluKluxKlan utilisait bien la croix comme symbole, en a-t-on déduit pour autant que les chrétiens avaient vocation à lyncher des noirs. Les juifs ortodoxes sont-ils représentatif d'autre chose qu'eux-même?

Je ne crois pas qu'être responsable c'est éviter de fâcher ceux qui sont prêt a tuer pour imposer leur idées.
Un dessin a circulé représentant Cabu glissant un crayon dans le canon de son meurtrier, l'irresponsable serait celui qui tient le crayon?
Ça devient assez lamentable cette défense de tout et n'importe quoi pour "Charlie".
On attendrait de l'esprit "Charlie" (le vrai, celui d'avant Val et Fourest) qu'il s'insurge contre la folie des accusations (après délation comme en 40) d'apologie du terrorisme à propos de tout et n'importe quoi, même quand ce ne sont que des "dessins" comme pour un lycéen nantais, ou quand ça émane de personnes déficientes mentales légères..
En ce temps-là (avant Val et Fourest) Cabu et ses potes stigmatisaient la Justice et l'Intérieur obsédés par "l'enemi intérieur"
En ce moment Valls, Cazeneuve, sont sur la même ligne que Marcelin, Pasqua, voir le "Papon" de Charonne, et aucun des organes satiriques ou "de gauche", qui protestaient naguère contre cette politique de chasse aux sorcières, ne proteste.
Libé ne cesse de publier et republier les caricatures anti-islamiques (enfin anti musulmanes) de Charlie. (mais pas un mot sur le CPI qui ouvre une enquête sur les crimes de guerre d'Israël en Palestine), et Charlie ne s'obsède que contre les religions (surtout une) mais se tait sur les abus du pouvoir politique contre tout ce qu'il (le pouvoir) assimile à de l'apologie de terrorisme, et sur le développement (très encouragé) de la délation, (les propos du délateur sont forcément "vrais", et le malheureux "dénoncé" est forcément un terroriste ou un ami, ou un fan des terroristes : seuls à y échapper les "hommes politiques" qui serrent la main du roi d'Arabie saoudite - grand hébergeur de terroristes- , ou ceux qui ont accueilli en grande pompe Khadafi : je ne les dénonce pas, tout le monde a été témoin de ces "signes d'amitié" avec eux).
Ce serait peut-être là des "thèmes de carricature" autrement mieux venus en ce moment que le sempiternel matraquage des mêmes, que vous encouragez par votre "pseudo-ironie".
"Sachez bien qu'en les sommant d'être responsables, vous les tuez une deuxième fois."

Cet effet de style ("patati patata, vous les tuez une deuxième fois.") est à mon goût, le comble du mauvais. Non, on ne peut pas tuer deux fois une personne, ni trois, ni quatre. Dire cela, c'est ne pas accorder sa juste valeur, sacrée, à la vie humaine.

Mais sur la responsabilité, je trouve étonnant que beaucoup s'offusquent du fait qu'une proportion non-négligeable des jeunes ne soient pas Charlie ou ne se sentent pas solidaires de Charlie, et se posent des questions sur comment "traiter" cette masse de proto-délinquants, et qu'en même temps, on glorifie un journal qui se revendique irresponsable (et qui l'est). Schyzophrènie.
SOS. Il faut une accalmie. Apaiser les esprits. Tous ces morts partout. Ce redéploiement de guerres à venir. C'est l'horreur ! Cauchemardesque.
Ce n'est pas se soumettre. C'est être sage.
Quand Daniel écrit:

"Et c’est l'obligation de l'Etat, de défendre le droit des dessinateurs à dessiner ce qu'ils veulent, y compris le cul de Jehovah, d'Allah ou de Vichnou, si ça leur chante."

Je me demande s'il y croit lui-même. Doublepensée et tes mystères.
A suivre la voie dévoyée (!) de Berruyer que faudrait-il donc penser des intentions cachées des créateurs de montagnes de dessins, peintures, sculptures, gravures ou photos où il n'est pas bien compliqué de trouver puis tracer le contour imaginaire d'un(des) phallus ..? à commencer peut être par Arcimboldo
Tout à fait d'accord avec la notion selon laquelle il est ontologiquement aberrant de demander à des caricaturistes d'être responsables.

Mais de là à verser dans la naïveté.

On a posé un système de valeurs dans lequel, c'est nous les gentils. On a inventé une sorte de jeu pierre-feuille-ciseau, dans lequel on n'est jamais perdant.

Les autres doivent supporter d'être blessés dans leurs convictions , en vertu de notre principe de liberté d'expression.

Et puis, voici des collégiens ou lycéens qui refusent de s'associer à une minute de silence. Dira-t-on que c'est leur liberté d'expression ?
Non, dans leurs cas , c'est devenu l'apologie du terrorisme. Ils sont identifiés, sermonnés ou poursuivis.

Pensant ainsi rendre hommage aux martyrs de la liberté, l'Education Nationale, avec ce pavé de l'ours, les a , peut-être,, agressés à son tour.
Pas de soucis, le sens des responsabilités va revenir au galop: entendu ce matin à la radio qu'après les manifestations indignées, après les incendies et les morts, certains appelaient désormais au boycott des produits français.
Alors là, on rigole plus. La liberté d'expression, ouais bon, mais ya des limites. On ne met pas en danger l'économie tout entière pour de vagues gribouillis irresponsables.
Que Charlie Hebdo soit "masos" (je cite Cohn-Bendit en 2012), c'était leur affaire, mais depuis qu'une proportion substantielle des français a affiché fièrement son "Je suis Charlie" — qu'on ne me dise pas qu'il n'y avait strictement aucune identification symbolique avec la culture du journal, aurait-on dit "Je suis Minute" ou même "Je suis Figaro" s'ils avaient été agressés?—, l'enjeu dépasse la rédaction et devient géo-politique. Le jour où un salafiste va pénétrer dans un lycée français à l'étranger et massacrer des mômes, on aura l'air fin, drapés dans notre bonne conscience libertaire. Et là, j'ai envie de citer l'écrivain anglais Will Self, interrogé dernièrement sur le sujet :

"Ma valeur est la liberté d'expression, incontestablement. Mais tout droit s'accompage d'une responsabilité. (…) Toute cette notion que la liberté d'expression devrait être un droit absolu, ce qui de façon intéressante est similaire à une position religieuse, place l'éthique en dehors de la société humaine, et la renvoie dans le cosmos, alors que ce n'est pas le cas : tout droit doit s'accompagner d'une responsabilité. Il faut toujours se demander quand il s'agit de satire, qui attaquons nous? Sont-ils des gens en position de pouvoir? Et si cela attaque des gens puissants, est-ce que cela réconforte ceux qui ne l'ont pas et sont dominés par ces gens puissants?"
Onfray était à "on n'est pas couché" et le débat était fort intéressant, je partageais une bonne partie de sa vision du problème. Je viens d'acheter Charlie. il y a un problème, il y a trois jours les gens agressaient les buralistes qui ne l'avaient plus et aujourd'hui ils ne seraient pas d'accord avec la publication des caricatures, vraiment curieux ?
D.S. : "Et c’est l'obligation de l'Etat, de défendre le droit des dessinateurs à dessiner ce qu'ils veulent, y compris le cul de Jehovah, d'Allah ou de Vichnou, si ça leur chante"

Mais, surtout pas ça, ni ça et encore moins ça ?

La liberté d'expression serait donc à géométrie variable ?

Et c'est si compliqué de comprendre que ce qui amuse les uns peut être considéré comme insultant par d'autres, et vice-versa ?

D.S. : "comment les appeler ? Des jeunes ? Des croyants offensés ? Des paumés manipulés ? Ou simplement des cons obtus ?

Quand on en est à les qualifier de "cons" c'est peut-être parce qu'on ne comprend plus ce qui se passe ?

Pensez-vous qu'on puisse détruire des Etats, les transformer en zones Mad Max et demander au gens qui y survivent de raisonner comme des professeurs du Collège de France ?

Et nous mêmes, ne sommes nous pas un peu "obtus" en débattant pour savoir s'ils faut les qualifier de "jeunes" ? de "croyants offensés" ? de "paumés manipulés" ? sans nous interroger sur les causes profondes de tout ce désordre planétaire ?
Car si on écarte le retour de l'Antéchrist, il doit bien y avoir des responsables de tout ce foutoir sanglant ?

Et la question que pose votre article est-elle vraiment la bonne ?
S'agit-il d'exiger des dessinateurs de Charlie d'être "responsables" ?
Où plutôt aux hommes politiques ? et surtout à la presse, qui en fait des tonnes sur le sujet ? en en occultant forcément plein d'autres : exit, l'offensive en ukraine, la guerre civile en Irak, en Libye, la crise économique et politique en europe, les chômeurs, les sans-abri, etc.

A chacun son métier.
A tous les individus monadiques interconnectés qui pensent que twitter en rafale "Liberté d'expression" constitue le summum de l'acte "citoyen", et ne voient pas que cette revendication infantile est fondée sur une conception tronquée de l'homme, qui sépare au lieu d'unir.
Un cours de philo de Terminable remarquable sur les "Droits de l'homme" à partir d'un texte de Marx:

http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-bac-philo-2015-1ere-session-14-explication-de-texte

Ce que des lycéens sont en mesure de comprendre, on ne voit pas pourquoi des journalistes et de façon étendue l'ensemble des citoyens adultes ne seraient pas en mesure de le faire.
Faudrait peut-être cesser de se dispenser de penser une fois le Bac en poche...

A FAIRE CIRCULER!
En général je suis plutôt d'accord avec Daniel. Des fois je suis peu d'accord. Aujourd'hui je suis totalement d'accord, c'est sympa!

Une remarque quand même :

"Ecoutez bien ce que rappelle notre invité, Fethi Benslama, sur le droit à l’irresponsabilité pour les artistes, cette conquête des Lumières"

Je crois bien qu'il n'emploit pas le terme irresponsabilité. De ce que je comprends, la responsabilité arrive par définition dès qu'on est dans le libre arbitre. Maintenant la responsabilité ça peut être "oui, des excités vont mal le prendre et faire des morts, mais je considère qu'il ne faut pas se laisser piloter par ce type de considération". Un choix contestable, mais défendable, qui doit en tous cas être éclaire comme tel puisque c'est sa nature véritable.
c'est lamentable ce retournement, cette frilosité à renoncer à notre filiation d'irrevenrencieux ,les religions sont un accélérateur du pathos des humains et nous devons être cette brêche salutaire qui se donnne tous les droits dés qu'il faut interroger le rapport des hommes au sacré au pouvoir des autres hommes . cette saine insoumission est le creuset du génie français §!!
On a donc sauté à pieds joints dans le piège que nous tendait les terroristes : on a fait corps, on a crié au monde entier que la France = Charlie Hebdo = le droit de pisser sur l'Islam. Nous voilà pris entre le marteau et l'enclume : d'un côté une liberté d'expression qui est surtout utilisée pour dessiner des zizis mais qu'on se trouve obligés de défendre, de l'autre une communauté internationale qui ne comprend pas comment un pays peut à ce point détester ses ressortissants musulmans. Les terroristes ont gagné, et continuent de gagner à chaque fois que nous brandissons les unes de Charlie Hebdo à la face du monde, comme un symbole de la France.

Au final, et si c'était nous, les cons obtus ?

Comme dit Berruyer, #NotInMyName. Que les fous de CH aillent faire leur "djihad" au Moyen-Orient, leur dernier numéro en bandoulière, parce qu'ici ils nous encombrent et ne nous rapprochent ni de la paix sociale, ni d'une meilleure compréhension entre les cultures.
Apathie, pathétique comme d'habitude.
En cette période de gueule de bois carabinée merci pour cette chronique belle synthèse du désordre qui règne dans ma tête... Je dois avouer que moi aussi en tant que petit bobo horrifié par l'horreur terroriste qui arrive au pied de chez lui ( quasi littéralement ) je me la pose cette question... Enfin je me la pose en me demandant si au vu des conséquences de ce WE tout cela vaut le coup ? Mais en même temps jusqu'où devra aller la "responsabilité" ? S'arrêtera t elle à la représentation prophète Mahomet sorte de tabou mondialisé ?
J'ai surtout l'impression que quelque soit l'angle sous lequel on envisage les conséquences et le miroir que nous tendent les horreurs de la semaine dernière eh bien on est mal barré...
Et pendant ce temps : http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/19/les-1-les-plus-riches-possederont-bientot-la-moitie-de-la-richesse-mondiale_4558585_3234.html. Ceci n'est pas un sondage.
Je crois que le mot de la fin, qui n'en finit pas et n'en finira pas pendant un bon moment, serait-ce seulement à cause des rentes de situation des uns et des autres, pourrait être ce qu'un de vos invités à déclaré dans la dernière émission : "on n'impose pas son sacré aux autres". Même si la grivoiserie à la française, on s'en lasse, on ne se lasse pas de refuser des sacralisations sectaires, de quelque côté qu'elles arrivent.
Et si on disait qu'on va défendre non pas le droit à dessiner des bites, mais la liberté au sens le plus noble qui évidemment (puisque vous en êtes aux évidences, chacun la sienne je suppose) n'a rien à voir avec la grivoiserie, fut-elle millénaire, qu'un monde hyper connecté et pas forcément très proche du nôtre commente avec rage ? A force de nous rabâcher que le monde a changé, change et changera, il serait temps de se demander si les vieilles bites au front républicain ne devraient pas se retirer discrètement. Il doit bien y avoir moyen de dénoncer l'intolérable bêtise par le dessin sans crayonner une couille à chaque page, qui plus ets en prétendant qu'il s'agit du prophète. C'est une double faute qui engage nos pays tout entiers, ce qui donne, en démocratie, un poids en principe reconnu au peuple. Je mentionne en passant un récent article dans le journal LeTemps.ch (Quel rire pour la génération self-control? L’humour «bête et méchant» de «Charlie Hebdo» n’est plus celui des jeunes d’aujourd’hui. Chez les humoristes, la dynamique des réseaux sociaux a instauré un climat de prudence...), qui relève que la jeune génération ne rirait pas du tout à la manière de notre esprit post soixante-huitard, mais pratiquerait un humour assez différent, tendance narcissique et "self-control".

Pour ce qui est de prétendre que ce seraient les mêmes, hier dans la rue, qui aujourd'hui contesteraient aux survivants le droit de mettre en danger la paix ici ou là-bas en dessinant de faux prophètes mal habités, c'est vraiment trop gros. Faut-il rappeler que rares sont les commentateurs éclairés qui ont eu l'outrecuidance d'attribuer à chaque individu de la foule une motivation semblable et unique ? Oh certes, la tentation autoritaire de plus d'un va-t-en-guerre n'a pas manqué de se faire entendre, mais nombreux sont ceux qui s'en sont défaits à leur manière. Comment passer à côté de l'évidence que l'immense émotion crée par le drame ait porté des millions de personnes à manifester, sans admettre que cette manifestation cathartique, pacifique ! ne confine pas la raison et la détermination de chacun face aux faits à jamais gravée dans l'Histoire, mais a représenté un rite de passage et devrait marquer le début d'une reconstruction ! Daniel, vous écriviez emphatiquement qu'il y avait un avant et un après. Faire comme avant, comme si rien des causes du drame ne devait pousser à l'introspection ? On dirait les prémices d'un nouvel obscurantisme (supposant que nous sommes pour l'instant la lumière incontestée de ce monde).
C'est avec grand délice et jubilations que nous reprenons dès ce lundi d'après 18 nos habitudes habituellement habituelles.

La récré est finie les gars,
place aux sondages sondagièrement sondagiés;
place aux libertés un moment libérées mais libéralement enfermées (ne soyons pas méchants, restreintes)
place aux affinités finalement retrouvées des complaisances entre chiens de garde de lémédias (un Joffrin-Tesson) de derrière des fagots de bouteilles...

Je nous propose un thème:

Et si nous étions Grecs.
SOPHIA, pour bien commencer la semaine.
Sachez bien qu'en les sommant d'être responsables, vous les tuez une deuxième fois.

C'est vrai, quoi, soyons un peu responsables quand on critique les irresponsables (autoproclamés).
Mr Schneiderman ce n'est pas parceque nos ancêtre on conquis ce droit qu'on doit le sauver ,ca on s'en fou , les mineurs, les paysans ont bien changer de métier, ou de façon de l'exercer, la liberté change d'expression , ca n'a pas de sens de se battre au nom de quoi ? qu'entends- je , la tradition Française , le machisme et de tradition , quand dans une salle y des femmes et un homme , ça deviens masculin , c'est la tradition ... Les fou se battent souvent au nom même de cette tradition , on excise des fillettes en son nom .

On defend cette liberté parcequ'elle est bonne, parceque ici on a séparé l'église et l'état, et que rire d'une croyance aussi fachisante est bon pour nous :
la remarque violente du pape sur les coup de poing qu'on pourrait infliger a l'autre si l'autre insulte notre mère ... Deja y'a que les hommes qui pourraient s'en servir et ensuite ça va être vite l'excuse a la mode pour les tueurs ,' c'est de sa faute, MR le juge ; elle a insultée ma mère' .
Je ne suis peut-être pas suffisamment informé, mais il me semble que le génial dessinateur qui a dessiné les cases que vous reproduisez a déjà publié un dessin de soutien à Charlie Hebdo qui évite de représenter, près de 40 ans après les dessins en question, le dieu dont Mahomet est le prophète auto-proclamé. Je me demande, Monsieur le directeur, si vous avez lui demandé son avis, car, au-delà de la liberté journalistique de citation, il vous incombe de vous poser la question de la pertinence de convoquer sans son avis l'œuvre d'un artiste dans un contexte bien différent de celui dans lequel il s'était alors exprimé.

Cordialement,
Un amateur d'@si et de l'artiste susmentionné.
Oh la la... Encore cette histoire de bites. Et non content de la prendre au sérieux, c'est même sur elle que vous vous appuyez pour en appeler au droit à l'irresponsabilité ? C'est de la haute voltige intellectuelle, mazette !

Allez donc prendre un peu l'air en lisant l'histoire du melon dans lequel chacun voulait voir ce qu'il avait envie d'y voir.

Et à l'occasion, relisez Luz, qui se fout bien (et non pas "mollement") de tous les complotistes du zizi caché, en leur rappelant que si testicules il y avait, ils seraient drôlement bien épilés.
Avec mes élèves, nous avons procédé au test de Rorschach ( analyse des taches d'encre ), sur la photo de M. O. BERRUYER, voici les résultats :
-32 -% y ont vu la photo d'un jeune cadre dynamique
- 13 % y ont vu la photo d'un tract électoral
- 12 % une tête de cul
- 2 % le visage de l'inspecteur Bérurier jeune
- 3% un sexe en érection
- 15 % leur avenir
- 5% la tête d'un blogueur distingué
- 18 % ce qu'il ne voudrait pas devenir
Je précise que mes élèves sont tous responsables ( selon la loi ) et que peu considère M. Apathie comme un journaliste
2 % le visage de l'inspecteur Bérurier jeune

S'ils avaient lu les San-A où le camarade de pucier de Berthaga conte ses exploits de jeune branleur (et pas de coqs), ils auraient été 0% !

(Pas mal, les 18%...)
Ils n'ont sans doute pas osé vous le dire, G.Comain-Douthe, mais c'était un peu vous aussi qu'ils ont vu.

Pour qu'il n'y ait pas de méprise, je précise que si c'est moi qui leur avais soumis ce test, c'est à moi qu'ils auraient sans doute pensé :-).
moi, j'y ai vu une grosse truie. Grosse Truie aqbar !
Quelle honte mais quelle honte que ce message ! On se croirait dans une cour de récréation où les cadors coursent l'intelllo. Et de voir que ce post a été "liké" ! J'ai honte et pitié (oui pitié malgré mon admiration pour son travail) pour Olivier Berruyer. Putain on se calme les forumers, on se calme !
J'ai vote pour ce message tres drole ( pas le votre Zafol ) Sur un sujet beaucoup moins drole le Berruyer que vous admirerez tant ( quel courage !!) en principe si prompt à reagir ( notamment pour analyser la présence de bites sur des caricatures) n a toujours rien a dire sur un bombardement manifestement exécuté par des pro- russes en Ukraine et particulièrement riche en victimes civiles...
et donc, quand on n'est pas d'accord sur le fond, on s'attaque au physique.
Je ne l ai pas vu comme ça... L'attaque de Berruyer sur le dessin de Luz ( et son contexte ) me semble bien plus degueulasse... Mais bon à présent chacun voit midi à sa porte...
Oui !!

D'ailleurs, un dessinateur peut revendiquer un droit à l'irresponsabilité, mais pas un journaliste. Le journaliste n'a pas de responsabilité devant les pouvoirs temporels ou spirituels, mais il en a, en revanche, devant la déontologie journalistique.
Sinon, disons tout de suite qu'on renonce à une information fiable (et bonjour tous les n'importe quoi).
La seule bonne question à se poser est : A qui le tour ? Qui seront les prochaines victimes des terroristes ?
Et cela, qu'on continue à dessiner des mahomets, ou qu'on baisse son froc face aux menaces de ceux qui assassinent au nom d'Allah.
Les caricatures de Charlie ont constitué un prétexte. Le massacre de ses membres, l'acmé en France de la sauvagerie jihadiste.
Mais il n'y a jamais eu, il n'y aura jamais de trêve de la part de ces tarés.
Je ne demande pas à Hollande, à Valls et aux autres de rire, ou de l’approuver. Ce n’est pas leur métier.

Leur métier, c'est d'agir pour que cesse l'oppression sur les couches les plus fragiles, les plus exposées de la population française. Pour au moins une raison, qu'on déduira de cette observation hélas ancienne: fermez-leur les emplois, les loyers et les boites de nuit, vous leur ouvrirez les mosquées.

Si on s'en tient aux déclarations roulements-de-tambour de SuperManu, plus porté sur la répression que sur la réparation, ce métier-là n'est pas dans le carnet de route à eux confié d'autorité par la Gatazzie.

Dix siècles d'Histoire de France, deux siècles de guerres et de révolutions, et Henri IV, et Molière, et Pasteur, pour en arriver là ?

En France, le dernier à avoir été exécuté pour blasphème est un certain Jean-François Lefebvre de La Barre, torturé, décapité et brûlé en 1745. Les catholiques ont fait des progrès depuis, pourquoi les musulmans, qui ne sont pas plus bêtes (coucou Grégory M) ne feraient -ils pas de même ?

(Sur la différence de capacité à l'auto-dérision entre juifs et musulmans, un rabbin entendu hier à la radio a bien parlé. Rhôôô, MATL, tu vas encore te faire caillasser! Merci à Gotlib, qui ne pourrait plus sortir aujourd'hui cette histoire culte où il tape indifféremment sur Yahvé-Jésus-Mahomet-Bouddha)
On peut aussi se battre pour leur droit de dessiner tout et n'importe quoi ET en même temps, dire qu'on ne s'associe pas aux dessins. Défendre la liberté d'expression des opinions sans les adopter. Et critiquer pour se demander : est-ce que ces dessins sont le combats les plus importants d'aujourd'hui ? Ne faut-il pas plutôt s'en prendre au racisme et lutter contre le sentiment de repli identitaire et communautaire ? Ne faut-il pas, justement, plutôt que de viser les musulmans, viser les causes réelles de l'intégrisme ? Donc oui, on peut défendre leur droit de s'exprimer, et en même temps, leur dire : les gars, vous avez tort.

Car non, définitivement, critiquer n'est pas censurer.
[quote=DS]Ces incendies d'églises au Niger, tout de même, quand on y réfléchit. Ces manifestants qui vont, pour répliquer à Charlie Hebdo, incendier des églises, comme si Jésus y était pour quoi que ce soit. Ces quelques milliers de manifestants d’Alger, de Karachi, d’Islamabad, de Lahore, de Peshawar, sur lesquels zoome comme d'habitude l'information mondiale, comment les appeler ? Des jeunes ? Des croyants offensés ? Des paumés manipulés ? Ou simplement des cons obtus ?

bah... on pourrait peut-être les qualifier d'irresponsables, par exemple...
Merci pour cette chronique.
Quand le contenu d'un journal ne vous plait pas, on ne l'achète pas ou on le critique. En aucun cas on ne tue ses journalistes ou déclenche des émeutes sanglantes.
Maintenant, Apathie , Berruyer et consort se sont-ils jamais demandés d'où venaient ces malades de la religion ?
Ci-dessous un petit montage que je m'efforce de faire connaître :

Trois avis identiques de trois personnes différentes :

Kamel Daoud en 2012
http://nadorculturesuite.unblog.fr/2012/04/08/mais-dou-nous-viennent-les-islamistes-par-kamel-daoud/

Boris Cyrulnick en 2015
http://www.tv7.com/point-de-vue-de-boris-cyrulnik-neuropsychiatre_3979593465001.php

Alain Chouet de la DGSE en 2010
http://videos.senat.fr/video/videos/2010/video3893.html

On ne les écoute pas, voici le résultat :
http://www.reporterre.net/L-enfance-miserable-des-freres

Pour finir observez votre propre photo d'identité et focalisez-vous sur les deux yeux et le nez. A quoi cela vous fait-il penser ?
Soyons clair, Daniel, la raison pour laquelle on a protesté dans la section de commentaire de l'autre article, ce n'est pas parce qu'on serait choqués, c'est parce qu'on pense que cette interprétation n'est pas exacte (est une surinterprétation).

Si c'est des défenseurs de Charlie Hebdo qui ont porté cette interprétation, c'est peut-être pas un hasard. C'est peut-être parce qu'on a une petite idée de ce qui est dans leurs habitudes, et de ce qu'ils ne font habituellement pas.

On ne vous empêche pas de relayer une connerie, mais on a le droit de trouver que c'est une connerie et qu'il aurait mieux valu ne pas la relayer, en tant que telle.
"comment les appeler ? Des jeunes ? Des croyants offensés ? Des paumés manipulés ? Ou simplement des cons obtus ?"

Des coincés grave de l'entre-deux la main crispée sur la braguette. Pas fini d'en chier...
Relire "Le nom de la Rose"
Mort aux cons obtus!!!!!
Ca va faire de la place!.....puisque l'on est toujours le con de quelqu'un d'autre......
Ah merci pour cette chronique salvatrice, je craque, j'enrage maus je vois que je ne suis pas le seul, j'ai l'impression qu'ils ont encore perdu le sens des réalités dans "lémedias".. La bonne morale rétrograde de Apathie est insupportable. À les lire, on peut caricaturer une fois, mais deux, là, là c'est trop pour de la liberté d'expression. Quelle fumisterie !
A quand un sondage sur les morts loins de chez nous dans ces dernières émeutes pour savoir s'ils sont heureux de mourir pour notre belle liberté d'expression à la française ?

Nan je plaisante, ils sont morts de toute façon, ' pourront pas répondre.

Que les dessinateurs fassent bien c'qu'ils veulent.. J'ai envie de dire que maintenant il est l'heure de réfléchir à comment on en est arrivé là et comment la démocratie et l'humanité vont se sortir de ses pièges tendus, terriblement efficaces. Beaucoup d'idéologies actuelles marchent dans le même sens, même si elles semblent antagonistes, la fin des libertés, de l'égalité et de la démocratie, quand à la fraternité... pffff. La loi du plus fort économique ou physique semble renverser tout sur son passage... Peut être est il vraiment temps que la majorité silencieuse se fasse entendre ;-)) Si elle existe.
Là, on est mal !
Si en plus des musulmans, on se met les chinois à dos, il ne va rester grand monde avec qui jouer à "plus libre que moi, tu meurs !".
" il vaudrait mieux s'abstenir de ... "

ça fait 60% du populo qui pense qu'il faut absolument caricaturer le prophete de la religion de 7% des Français. C'est beaucoup, non ?
Daniel, moi aussi j'ai été élevé au Gotlib, et à très haute dose en plus, et le pire, c'est que ça continue...tous les dimanches, une petite rasade de Dingodossiers ou de Rubrique à Brac...et je rigole, et mes enfants aussi, qui sont grands, mais qui eux aussi doivent avoir très mauvais esprit!
Je réalise soudain, effaré et honteux que je suis donc un mauvais père, irresponsable et raciste islamophobe par dessus le marché....!
Reviens, Marcel, ils sont devenus fous!
A quand un sondage pour connaitre la part des français estimant que caricaturer Mahomet a un intérêt quelconque ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.