83
Commentaires

Quelques étranglements du matin

Commentaires préférés des abonnés

"la police française est, depuis les Gilets jaunes, hors de tout contrôle politique. Ce qui d'ailleurs, n'est pas totalement une nouveauté."

Je suis bien obligé de vous croire sur le fond puisque je n'ai en fait pas d'accès direct à cette information.


(...)

Merci de votre article, je le lirai entièrement plus tard car à peine les premières lignes je retrouve l'étranglement que m'ont fait les actualités du matin

Castournesaveste vingt fois par jour n'a même pas tenu quelques heures

et comme par hasard, "Mo(...)

L'idéal serait d'étrangler le présumé innocent à l'aide de menottes, en lui appliquant le taser, et de  lui donner un bon coup de pied dans  les parties génitales, pendant que le collègue le frappe avec une pince monseigneur( en acier norma(...)

Derniers commentaires

Il semble que le syndicat "Alliance" soit l'équivalent de la FNSEA :"si on n'a pas ça -les pesticides  l'étranglement" on ne peut plus travailler.

1- comment font les policiers dans les pays où ce type de procédé est interdit? Ils ne peuvent rien faire?

2- Il me semble qu'il existe des arts martiaux qui permettent de neutraliser quelqu'un (même plus costaud) sans le blesser -voire plus. Pourquoi ne pas former les FDO à ces techniques?

"L'étranglement respiratoire, donc, se pratique avec le bras de l'étrangleur sur la trachée de l'étranglé. L'étranglement sanguin, lui, suppose une pression de l'avant-bras de l'étrangleur, sur la carotide de l'étranglé. C'est technique

mais heu, mr Scneidermann vous ne savie donc pas que les policiers sont des gens très instruits et assoiffés de connaissances; ils ont des cours d'ANATOMIE dignes de ceux des kinésithérapeutes et/ou des chirurgiens! ....tout cela avec un "niveau" BEPC ! I'paraîtrait même que i'en a qui savent lire!!!

tout le monde a peur de la Police. Surtout Castaner.

Un bain d'horreurs ce matin ?

Je trouve qu'on est loin des distances sanitaires de sécurité et des regroupement de moins de 10 personnes ! Il y a des amendes à 135€ qui se perdent.

"Oui je plaisante sur un sujet grave, mais que faire d'autre ? "

 

Bonne question. Ben par exemple, rejoindre les gilets à la première occasion. 

Un certain nombre ont été mis hors de combat donc il va falloir des troupes fraîches. 

Partant DS ? L'inconvénient c'est qu'on risque de rencontrer des gens de tous bords et ça quand on est protégé dans un petit cocon douillet ou tout le monde pense la même chose, c'est juste insupportable. 

Sans parler du risque : le matin ceux qui partent ne savent pas dans quel état ils reviendront. C'est cette dernière raison qui me fait hésiter, être estropiée  jusqu'à la fin de mes jours par quelqu'un dont c'est le boulot, c'est ça qui m'est insupportable.


Alors que reste-t-il ? Rejoindre un troupeau, prendre exemple sur les tendres brebis. Elles sont gardées par des chiens et tant qu'elles obtempèrent aux aboiements de leurs gardiens bienveillants elles sont en sécurité. 

Par contre si elles ont des velléités d'indépendance elles risquent d'être mangées par les loups. La plupart reste sagement dans le troupeau.


Et puis, la plaisanterie aussi ; ah ah comme c'est drôle ;  on évoque le problème avec des délicatesses de cannibales qui hésitent entre les rognons et la cervelle. Fi les vilains !

J'ai lu l'article dans son entier passé l'étranglement sur les subtilités et les oxymores du ministre et l'incroyable fronderie du syndicat. Vous voyez un corps de fonctionnaires faire plier un ministre en moins de temps qu'il ne le faut à BFM TV pour l'annoncer ?


Le plus grave est le constat que cette police est "hors de tout contrôle politique"

Déjà que ce n'est pas très beau sous Macron, le président du en même temps et de la transparence.. imaginez avec la fille du père de la fille de Le Pen, celle qui soutient les Gilets Jaunes et au premier ronflement de l'actualité rejoint la droite et appelle à voter pour elle


Quand le pouvoir s'est retranché derrière les forces de l'ordre (?) ce sont les forces de l'ordre(?) qui commandent.

Les contorsions ridicules de Castagneur le montrent à l'évidence.

M'enfin, il faut les comprendre ces policiers. Tout ce qu'ils veulent c'est pouvoir tuer tranquillement, être entre racistes et tout ça sans se retrouver sur une vidéo. 

Qu'ils se rassurent, le gouvernement y travaille.

C'est là que l'on constate que l'épuration a été mal faite après la Libération. Certaines traditions ont perduré dans la maison poulaga.

En tant que judoka, je peux témoigner de la difficulté technique de réussir un étranglement sanguin ou respiratoire.

Les étranglements uniquement respiratoires sont assez rares puisqu'ils ne sont pas efficaces, bien souvent c'est un étranglement respiratoire et sanguin.

Avec un vrai étranglement sanguin, on perd conscience en moins de dix secondes alors qu'un respiratoire peut durer plusieurs minutes pour arriver au même résultat (en étant beaucoup plus désagréable).

Faire un étranglement n'est pas compliqué en soi, il suffit de faire le bourrin. En revanche réussir à utiliser, dans le feu de l'action, un étranglement sanguin ou respiratoire demande un qualité technique que j'imagine mal le flic de base posséder.

J‘ai manqué de m’étrangler ce matin en lisant que les policiers balançaient leurs menottes en réplique aux mesures contre le racisme et la pratique de la clef de bras. 


Ils ont longtemps gardé le silence alors qu’ils éborgnaient et cassaient des bras de manifestants. Maintenant qu’on leur interdit une pratique à risque et un délit, ils se rebiffent. Ces gens déshonorent vraiment leur fonction. 

Une bonne analyse sémantique sur les violences policières par Clément Viktorovitch

Bon, finalement, qu'est ce qui diffèrencie la police française de celle made in USA ? Aux USA, on défouraille plus vite. Les français manquent d'exercice ? Non, mais il ya une sorte de plafond de verre qui les contraint...


Revenons à Castaner ( qui vient de la Gôche, je le rappelle). Quel est son bilan ? On ne tue pas (encore) mais on éborgne. C'est vrai qu'un oeil en moins à 20 ans, ça n'empêche pas de vivre, mais "on vit moins bien, forcément" comme dirait  Bourvil.


Il a ressuscité les fameux voltigeurs, de triste réputation. Il a imposé les caméras/flics ( qui ne marchent plus au bout de 3 heures...) Il  excuse toutes les bavures: " Vous comprenez, le métier est difficile; au bout de quelques heures ils se lâchent, faut comprendre " Ah bon ?


Mais il ya d'autres métiers difficiles. Prenez les profs ( bon, ils ne se font pas taper dessus. Encore que...) En fin de journée, ils ont le droit de taper les élèves ? Un prof d'Eps a, un jour, botté les fesses d'un élève. Au tribunal, fissa !


Il y a un déni systématique des excès de la police? De la violence? Mais elle est légitime. (sic). D'où tient on ça ? Savent ils ce qu'est la violence ? On parle des "FORCES de l'ordre" pas des violences de l'ordre.
La violence est un  déchaînement de la force, qui déchoit l'autre de son humanité. (Alquié).  Elle n'est jamais légitime, même en cas de guerre.


Le contrôle au faciès ? ça n'existe pas ( re-sic). Je cite Olivier  Duhamel ( qui n'est pas un suppôt de LFI). Il a un fils d'origine asiatique. Il se fait régulièrement contrôle. Olivier jamais.Un hasard ?








Bizarre comme les enseignants n'ont quant à eux pas droit aux excuses de leur ministre lorsqu'ils se font insulter...

Un ami argentin exilé m'avait expliqué ceci:


En Argentine, l'armée était très puissante politiquement et qu'elle était un État dans l’État.


Les gouvernements successifs devaient composer avec cette situation au risque d'avoir un putsch. 


Ce qui fut le cas avec Videla et sa bande de gangsters.


Alors en France, la police est-elle aussi indépendante du pouvoir politique ?


Les politiques se sont-ils laissés dépasser par la les fdo par aveuglement, par mauvais choix ou choix délibéré ?


Du bon usage de l'étranglement définitif :


Comme pour l'agriculture et les reculs de gouvernements successifs face à la FNSEA, le pouvoir aujourd'hui est ligoté par les plus "corporatifs" syndicats policiers (pour rester..., si possible, objectif!!!) qui lui sont indispensables pour se maintenir.

Il faudrait impérativement redéfinir les mots république et démocratie pour clarifier les discours. Une république n'est pas forcément une démocratie et la nôtre est loin d'être un modèle enviable.

En dictature Castaner aurait fait une merveille de chef.   

Pour ceux qui souhaitent différencier les nuances des permis de tuer accordés à la police, il y a cet article de Reporterre.

"la police française est, depuis les Gilets jaunes, hors de tout contrôle politique. Ce qui d'ailleurs, n'est pas totalement une nouveauté."

Je suis bien obligé de vous croire sur le fond puisque je n'ai en fait pas d'accès direct à cette information.


Extérieurement en tout cas, l'impression qu"on peut avoir est pire car, au minimum, les apparences ne sont cette fois même plus préservées.


Prenons les autres gouvernements de droite. Pas que je les porte dans mon coeur mais pour la simplicité de la comparaison avec l'actuel. Que ce soit sous les présidences Chirac, Sarkozy ou durant les cohabitations Chirac et Balladur, vivait au moins l'impression que la police était contrôlée et que ses excès correspondaient globalement à des choix politiques. Pasqua ou Sarkozy avaient des politiques que je désapprouve à l'Intérieur mais parvenaient au moins à faire croire qu'ils controlaient. Et je ne sais pas si c'était le cas ou non dans la réalité mais a minima, tout le monde jouait le jeu et c'est déjà important.


Avec Macron et Castaner, depuis fin 2018, la situation parait échapper au contrôle politique. C'est visible. Ca, je n'ai personnellement jamais vu en France.


Une politique dure et répressive mise en oeuvre par la police, je désapprouve mais ça reste un choix politique.

Une police hors du contrôle politique et qui ose le montrer au grand jour, c'est extrêmement grave d'un point de vue démocratique.


c'est vague, cette formulation. "hors de contrôle", ça tient à quoi ? est-elle incontrôlable, ou incontrôlée ? Y a-t-il seulement volonté de la contrôler ? ou juste, un peu, de temps en temps, de contrôler l'image qu'elle donne ? 


il me semble qu'aucune des mesures prises ne donne l'impression que le pouvoir politique cherche à limiter les violences (physiques et verbales) de la police, ni par une transformation du système policier, ni même par des sanctions efficaces des individus.

Mais puisqu'on vous dit qu'on a une police RE-PU-BLI-CAINE. C'est quand même la moindre des choses quand on vit dans une république policière.

la police française est, depuis les Gilets jaunes, hors de tout contrôle politique. 


Voilà, tout est dit !  ....  Si ce n'est que ça commence bien avant les Gilets jaunes, à mon sens .


C'est justement la question que je pose dans mon commentaire. Qu'est-ce qui vous fait dire ça en fait ? C'est-à-dire en quoi êtes vous certain qu'avant, ça ne correspondait pas à des choix politiques ?
Pour moi, la situation est quand même tragiquement neuve de ce point de vue dans le sens où cette perte de contrôle, si jamais elle existait avant et je ne'en sais rien, s'affiche désormais au grand jour. Et c'est très grave.

Difficile d'être affirmatif sans preuve tangible, mais il me semble bien que contrairement au 17 octobre 61 ou d'autres dates de triste mémoire du même acabit, ce n'est pas le politique qui est à l'origine des "dérapages" de la police depuis 2016 et les manifs contre la loi travail.

Mais ça ne reste qu'une impression que sociologues et historiens devront investiguer plus en profondeur un jour...

Vous avez tout-à-fait raison...

Mais avec les GJ la violence a été utilisée en direct, devant des milliers de spectateurs qui ont peut-être compris que les violences antérieures  (Sirvens, Notre Dame des Landes pour exemples) étaient elles aussi gratuites... 

Images à l'appui, le ministre de l'intérieur s'est efforcé à nous faire croire que la violence venait des manifestants, il aurait pu nous dire avec le même aplomb que la lune est une crêpe !

 Je ne parle pas des téléspectateurs qui ont eu droit aux mêmes mensonges gouvernementaux complaisamment relayés... à un croche-pied près.

Quant à ce pauvre Ch. Jacob... Que dire ? Si c'est une tentative de récup... Trop tard ! Son éventuel électorat s'est déporté encore plus à droite ! 

L'excuse de la poignée de policiers pourris passe assez mal... Que ne sont-ils pas dénoncés par les vrais défenseurs et serviteurs de la République ?

On connaît le sort d'Alexandre Langlois qui a dénoncé les méthodes policières hors des clous...

Merci pour cette réponse, j'ajoute qu'avant, cette violence policière hors de contrôle était cantonnée dans des quartiers dits "sensibles" face à une population de "sauvageons", et donc loin des yeux du citoyens lambda.


Désormais cette violence décomplexée s'exerce sur le tout venant, à chaque rond point, et là, ça se voit  !

Et les circonstances atténuantes que les médias et le peuple non directement concerné voulait bien trouver à sa police tombent de fait ! ( enfin pour ceux qui ne sont pas trop de mauvaise foi )


mais, il se trouve que pour ce pouvoir, les classes moyennes sont devenues elles aussi des "ennemis économiques" et des ennemis politiques. il est donc normal, et pas forcément "hors contrôle", qu'elles soient en butte à la violence policière. 


castaner à beau gesticuler, je ne parviens pas à être certaine qu'il veuille contrôler les exactions policières. Je pense que leur développement est dans l'ordre normal du durcissement et de l'élargissement de la violence économique et sociale. Et ça va pas s'améliorer :(


les polices des dictatures donnent toujours cette impression d'être devenues des états dans l'état, mais il ne faut jamais croire les dictateurs quand ils prétendent qu'ils sont dépassés.

Et ce n'est pas ce que Daniel dit. Il dit qu'elle est "hors de tout contrôle politique". C'est en fait bien plus grave. 

Votre idée c'est qu'il se trompe, que la police est totalement sous contrôle et que c'est une politique assumée ? Mais pourquoi donner l'impression d'être dépassé et empêtré dans les contradictions alors ?

je sais pas... ça ne leur a pas si mal réussi leur image d'incapables dépassés, infichus de trouver des masques, pendant qu'ils mettaient place un contrôle des populations inoui dans une ambiance d'indifférence ou de soumission...

Mais pourquoi donner l'impression d'être dépassé et empêtré dans les contradictions alors ?


Certainement car l'incompétence est politiquement plus facilement pardonnable que la malveillance et l'autoritarisme...

D'accord avec vous :ils n'agiraient pas de la sorte si leur hiérarchie ne les couvrait pas ;la dictature est en marche...

Sauf erreur, on ne parle pas du mode de répression (la violence policière) mais du contrôle que le politique exerce sur la police. Votre commentaire aussi porte sur le contrôle politique. La répression violente dans les quartiers ou sur les gilets jaunes peut être:

* choisie politiquement

* tolérée politiquement

* hors contrôle politique


Et cette plus ou moins grande implication politique peut être visible ou non.


Ce qui fait la nouveauté de la situation actuelle, en référence à la chronique de DS, c'est qu'il apparait au grand que le Gouvernement n'est pas en mesure de contrôler la police. Peut-être que c'était le cas avant, je n'en sais rien mais, à ma connaissance, c'est la première fois depuis un moment que ça tangue à ce point et que c'est visible. Ce n'est pas encore 1958 mais je serais curieux de savoir s'il y a des précédents au cours de la Vème république. Je n'en connais pas.

Pas de quoi !

Pour avoir fréquenter les ronds-points, je me suis aperçue au départ que la plupart des références politiques, économiques et sociétales étaient télévisuelles...

Il n'a pas fallu longtemps pour que les yeux s'ouvrent (pardon pour les éborgnés...) et pour que des citoyens lambdas, pas forcément habitués des manifs, se retrouvent gazés alors qu'ils se reposaient sur une bordure de trottoir, sous un porche...

Beaucoup se sont aperçus qu'ils avaient été pris pour des cons depuis de nombreuses années !

"Si ce n'est que ça commence bien avant les Gilets jaunes, à mon sens ."


"C'est-à-dire en quoi êtes vous certain qu'avant, ça ne correspondait pas à des choix politiques ?" (de 1+1=3). 


Les historiens trancheront peut être, et encore, probable qu'ils ne seront pas tous d'accord sur "quand ça a commencé". Indépendamment d'une date précise, on voit bien dans quel sens ça va, tout ça... 


Une date précise, ce serait par exemple une tentative de coup d'état*. Mais ça, ça voudrait dire que c'est commencé depuis longtemps. Depuis quand? Hé hé, nous voilà revenus à notre point de départ. 


une tentative de coup d'état*: j'osais pas l'écrire, mais je le pensais tellement fort...

Sans compter que ça peut bien être un choix politique de certains de laisser glisser...

A mon avis cela commence avec Sarko et l'admonestation qu'il   avait réservée à la police Toulousaine à l'époque en leur reprochant d'organiser des tournois de rugby avec les jeunes de quartiers défavorisés. 

Sarko fait la peau de la police de proximité 

A lire dans libe de l'époque : 

https://www.liberation.fr/societe/2003/02/27/sarko-fait-la-peau-d-un-policier-de-proximite_432230


Oui, cette intervention de Sarko m'avait marqué ! au moins autant que le gradé à ses coté qui blêmi en entendant Sarko lui passer indirectement un savon devant tout le monde !


ceci dit on a eu les voltigeurs sous PASQUA ( et le triste épisode de Malik Oussekine qui augurait déjà que certains éléments donnaient libre cours à leurs plus bas instincts . Ils sont maintenant plus nombreux, car leurs syndicats sont plus puissants peut-être et les politiques plus couards encore...

car leurs syndicats sont plus puissants peut-être et les politiques plus couards encore...


Mais aussi et surtout car, désormais, il n'y a plus que la police et l'armée entre les politiques et leurs maîtres grands-bourgeois et le peuple !

me trompe-je ou , en fait, les flics étaient d'accord avec les revendications de G.J. (ceux du début) et pouvaient faire partie de G.Jaunes les week-ends où  ils ne "travaillaient" pas à leur casser la figure et les yeux?

Merci de votre article, je le lirai entièrement plus tard car à peine les premières lignes je retrouve l'étranglement que m'ont fait les actualités du matin

Castournesaveste vingt fois par jour n'a même pas tenu quelques heures

et comme par hasard, "Mort de Zineb Redouane : le rapport d’expertise balistique disculpe la police"


Bon  en France, la Police est plus forte que celle des Américains qui se mettent à genoux à peine une vidéo lancée

Ici, la police reste droite dans ses bottes de miliciens


Pour le reste, jeter Castaner en l'air, il retombe toujours du bon côté que ce soit pile ou face, je le suspecte d'en avoir un troisième

et la Police a gardé cette assurance qui fait que toute idée d'introspection est aussi ridicule que de croire au monde d'après

L'idéal serait d'étrangler le présumé innocent à l'aide de menottes, en lui appliquant le taser, et de  lui donner un bon coup de pied dans  les parties génitales, pendant que le collègue le frappe avec une pince monseigneur( en acier normalisé français ).


A ce stade, il est cependant impensable d'utiliser la guillotine. Le Ministre sera ferme  sur ce point.

aujourd'hui c'est Daniel qui régale !!! 

Merci pour le "il y a le bon étranglement et le mauvais étranglement".



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.