150
Commentaires

Quatremer, Ruffin, Guetta : les arguments des européennes s'affûtent

Où va l'Europe ? Manifestement dans le mur. Face à ce constat, des bastions s'organisent. D’un côté, des collectifs d'intellectuels publient des manifestes : il faut plus d’Europe, plus de démocratie, plus de solidarité financière. Une poussée fédéraliste partagée par Bernard Guetta, chroniqueur sur France inter et à Libération, dans son dernier essai Intime conviction. De l’autre, François Ruffin. Ce journaliste s’est baladé au cœur de l’Euroland. Et dans son ouvrage Faut-il faire sauter Bruxelles ? il rappelle que Jacques Delors, socialiste et ancien président de la Commission européenne, n’a jamais œuvré pour cette Europe du progrès social que les collectifs appellent aujourd’hui de leurs vœux. Des vœux pieux ?

Derniers commentaires

Le lecteur peine à cerner les coupables, tour à tour les gouvernements qui, in fine, décident des politiques à mener, ou bien les peuples, qui "ont les gouvernements qu'ils méritent", ou encore les classes moyennes occidentales qui ont aidé au triomphe du néo-libéralisme, "lassées de la pression fiscale demandée par le constant élargissement des protections sociales".

Guetta s'omet évidemment lui-même parmi les "coupables": ce sont lui et ses collègues éditocrates interchangeables qui jouent le rôle d'"idiots utiles" des gouvernements néo-libéraux de gauche et de droite en rabâchant les "réformes nécessaires" et en rabattant toute forme d'opposition réelle au dangers du "populisme".
Quand aux "peuples", Guetta devrait se flatter de participer activement au lavage de cerveau quotidien dont il fait l'objet. Ce "peuple" est pris dans un double étau : un étau institutionnel qui le condamne à une alternance factice entre des partis également libéraux et un étau idéologique qui tente de le convaincre qu'il n'existe pas d'alternative. Que peut vraiment le "peuple" dans cette affaire?
Enfin, cette histoire de "pression fiscale" est typique des plus beaux mensonges des néolibs, puisqu'en réalité on assiste depuis vingt ans à un constant rétrécissement des protections sociales.
C'est avec ce genre de story telling directement inspiré du MEDEF qu'on parvient effectivement au "triomphe du néo-libéralisme".

Comme dirait Lordon, avec ce genre d'éditocrates, on ne sait jamais vraiment si on a affaire à des cyniques ou à des cons.
Merci Anne-Sophie, super article, j'étais passé à côté des ces appels, comme beaucoup je pense.
A propos de la citation de Delors rapportée par Serge Le Quéau : c'est énorme quand même, non ? Ca vaudrait le coup d'enquêter un peu de ce côté là, essayer de recouper la citation, faire monter le truc, cet aveu d'un carrière politique au dessein général purement néolibéral.
Et puis sur le refus de débattre de Guetta : il a dit quoi précisément ?
On en rêve.
Quatremer exposant toutes sa propagande libérale européiste.
Lordon le contrant point par point.
Quatremer s’effondre, la tête entre les mains, reconnait ses fautes, admet l'inconsistance de sa pensée, son rôle abject dans la survivance infâme du système...
Mais rien de cela n'arrivera.
Lordon, ou n'importe quel héros de l’humanisme ne pourra triompher de tout les quatremers qu'il trouvera sur son chemin.

Il ne triomphera pas en 2h de débat avec un présentateur qui veut donner les mêmes chances à chaque interlocuteurs.
Il ne triomphera pas sur un débat qui ne serait qu'économico-politique.

Pour triompher, il faudrait que la vertu de Lordon expose Quatremer. Que l'on comprenne que ce dernier se fiche de la misère, se fiche de l'injustice, est vide de toute réflexion et ne voit pas plus loin que sa carrière d'homme réseau.

Concrètement, il faudrait un dispositif plus long.
Imaginons, une série d’interviews ou chaque interlocuteur exposerait sa pensée.
Imaginons ensuite que ces interlocuteurs se poseraient par journaliste interposé des questions.
Imaginons que des articles, des chroniques, des forums viendraient questionner chacune des pensées.

M'est avis qu'on s’apercevrait que ce qui sépare Lordon et Quatremer n'a rien ni de politique, ni d'économique.
M'est avis que ce qui les sépare, une fois mis à jour, empêcherait l'un des deux de se présenter pour un débat.
Mais faute de Quatremer, on pourrait inviter des chiens de garde et leur demander pourquoi l'un est populaire et l'autre non.

Anne-Sophie, pour ces européenne, je rêve d'un ASI qui montre les dents.
Voici la dernière intervention de François Asselineau à la demande du Conseil Economique Social et Environneental (CESE)
http://www.dailymotion.com/video/x1d9af4_audition-de-francois-asselineau-igf-cese_news#from=embediframe
Anne Sophie, vous pourriez aussi inviter François Asselineau.
Je suis déçu que Lordon ait signé un manifeste sur une union politique de l'euro. Il n'a manifestement rien compris, ou alors il s'agit d'une stratégie douteuse de destruction en poussant le système au bout de ses contradictions.

Quant à Piketty, si ses analyses sur l'impôt et le patrimoine sont intéressantes, au final c'est un crétin qui roule pour le PS, qui croit qu'on peut changer les choses et fustige ceux qui n'y croient plus. Il n'a pas l'air d'avoir compris, lui et tous les autres qui veulent "changer l'Europe", qu'il faut l'unanimité de 28 pays pour changer quoi que ce soit.

Invitez plutôt Emmanuel Todd et Jacques Sapir, eux ils sont toujours intéressants à écouter.
Peur de la guerre, Guetta ? Vous plaisantez .

Qui a oublié ses appels à la guerre en Libye, avec des trémolos, au nom, comme BHL du chevaleresque combat pour la "démocratie"? Et finalement, combien de milliers de morts sous nos bombes? Et aujourd'hui, un pays livré aux criminels, et des armes qui servent aileurs, en Afrique.
Et il a recommencé avec la Syrie, les mêmes incantations lyriques,le même aveuglement sur les conséquences.

J'en déduis donc que son amour pour l'Europe telle qu'elle se fait n'a rien à voir avec l'amour de la paix. C'est juste un accord de fond avec l'Europe libérale, celle du TCE, celle du Traité de Lisbonne, celle du Pacte Budgétaire. Il a défendus tous ces traités, sans être géné le moins du monde par le déni de démocratie en 2005.
Sur les appels au fédéralisme, Jean-Claude Werrebrouck :
"Eiffel", "Glienicke", "Union Politique de l'Europe",etc....Quel Avenir?

Ces dernières semaines voient fleurir nombre de groupes de reflexion dont la finalité est le passage à une forme de fédéralisme européen: Groupe "Eiffel", "Glienicker Gruppe", "Union politique de l'euro", etc. Leurs signataires sont souvent de grands spécialistes des questions monétaires et financières:Agnés Banassy-Quéré, Laurence Boone, Daniel Cohen, Thomas Piketty, voire des spécialistes d'autres disciplines comme Pierre Rosanvallon, Laurence Tubiana, Guntram Wolff, ou Enrik Enderlein, ou enfin des politiques comme Sylvie Goulard ou Jean-Louis Bianco. Parce que toujours englués dans des analyses normatives et sans prise de recul suffisamment appuyé sur une démarche cognitive, ces groupes ont peu d'avenir et risquent d'être balayés dans le grand vent de la crise.
Puisqu'on parle de François Ruffin, précipitez vous sur le dernier Fakir, et sa rubrique "bien-être" (j'adore!) sur l'égalothérapie. Sous le titre un brin rigolard "vos hormones sont-elles de gauche ?" se cache un entretien avec l'épidémiologiste Richard Wilkinson, et son ouvrage "Pourquoi l'égalité est meilleure pour tous", aux éditions Les petits matins.
Ce lien, qui nous saute à la gueule comme une évidence, entre inégalités sociales et santé publique (espérance de vie, problèmes sanitaires et sociaux…), ce type l'a mis en abscisses et ordonnées, et n'en revient pas lui-même. Ses graphiques sont une excellente matière première pour argumenter, convaincre tous ceux qui ont besoin de statistiques pour voir ce qui est devant nos yeux. Mais pas seulement, ils révèlent des vérités éclairantes et qui nous confortent dans nos idées de gauche.
Une mine !

Ca mériterait d'inviter Ruffin rien que pour ça !
Anne-Sophie Jacques cite Pierre Mendès-France en janvier 1957 :

"L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes,
soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel,
soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique au sens le plus large du mot, nationale et internationale."

Bein, l'histoire prouve que ça peut prendre les deux formes à la fois, combinées habilement de sorte à ce qu'aucune des deux ne soit totale, donc plus difficilement identifiable, mais avec une efficacité aussi grande :

La constitution de la Vème république française ET l'Union Européenne.
A savoir la création d’une Chambre parlementaire de la zone euro – en lieu et place du Conseil européen des chefs d’Etat et de l’Eurogroupe – composée de députés nationaux ainsi que d’un gouvernement responsable devant la Commission européenne
Mouais...si je comprends bien, on ne change rien...
Quant à la dernière partie de la phrase qui serait, de fait, écartée de la gouvernance., là aussi si je comprends bien, la commission ne gouvernerait pas...elle aurait juste le droit de sanctionner..ou pas les décisions...
Décidemment, rien de neuf...un peu de poudre aux yeux; je comprends mieux pourquoi le quatremer signe.
Je trouve que l'idée de les inviter un par un est intéressante: les duels à coup de formules assassines ont un assez mauvais rapport qualité/ temps passé (perdu). Les débats peuvent être fructueux entre invités qui divergent sans s'opposer, cela permet justement d'approfondir, de mieux comprendre l'ensemble à travers les différences.

Mais avec un type qui commence à parler de "cerveaux malades", le gaspillage de temps en invectives stériles est assuré. Je suis aussi sceptique quant à la capacité de Quatremer, vu son égo, à s'incrire dans un débat fructueux ou simplement compréhensible avec des gens qui ne sont pas de son avis.
Inutile d'organiser une foire d'empoigne d'ou rien ne ressortira ou presque.

Autant plutot les inviter chacun séparément a charge pour @si de donner une coherance en encadrant le tout en posant des questions communes comme fil conducteur et en laissant l'intervieweur poser les objections eventuels (c'est pas comme si on partait de zero et qu'aucune theories, propositions, idees n'avaient deja ete formulé).

L'important est de nous permettre de saisir la coherence des idees de chacun tout en ayant un dialogue d'idee "audible", aux asinautes de se faire une opinion.

J'aimerais aussi qu'un article soit consacré avant (genre une semaine en avance) chaque interview, sur les theories de chacun (+ curriculum vitae), et je suggererais aussi de permettre aux asinautes de soumettre des questions au prealable pour l'interview (selectionner avec un systeme de vote comparable a ce qui est fait pour selectionner les commentaires).
Et par extension j'aimerais que vous laissiez genre une emission tout les deux mois dont le theme pourrait etre choisit par les asinautes a travers le systeme de vote deja existant (par exemple).

@si sous exploite les possibilités d'un media tel qu'internet, et il y'a moyen d'associer un peu plus les @sinaute a certaines etapes de choix/preparations/deroulement des emissions, en evitant l'ecueil de l'instantané qui donne souvent n'importe quoi (sms, livetweet).

Vous savez que le modele ancien doit changer et est de moins en moins apte a assoir la perennité economique d'un media, vous pouvez innover sur certains points, le champs est vaste.
Bon article, comme d'hab. Même s'il en ressort que les euro-sceptiques critiquent quand les europhiles proposent, ce qui n'est pas très encourageant.
Cerveaux malades ! en voilà un argument de poids. Quand cessera t on de se référer aux experts qui savent, de les écouter. Ils nous imposent leur terrorisme intellectuel pour nous chloroformer, nous conduisant à ne pas penser par nous mêmes. M Guetta a t il vu venir la crise. En tant que grand éditorialisme nous a t il mis en garde ? Résistons à cette nouvelle forme de dictature intellectuelle qui ne veut pas dire son nom mais qui veut nous faire croire que seuls ils détiennent la vérité puisque ce sont de experts. Vive les débats d'Arrêt sur images qui nous changent des débats TINA.
Pitié, ne réinvitez pas Quatremer!!!!!

il ne sert à rien.
"Où va l'Europe ? Manifestement dans le mur. Face à ce constat, des bastions s'organisent."

Cela me rappelle furieusement l'incommensurable "Foire aux immortels" d'Enki Bilal.

Allégorie ou métaphore ?
Aha, la peur a changé de camp!

Ils ont vu les sondages, ils savent qu'on va les fracasser eux européennes. J'en frémis de plaisir d'avance.
Merci d'avoir eu l'idée de ce débat, qui aurait dû être provoqué dès 2005.
Il n'est jamais trop tard.

A propos de B Guetta, s'il veut savoir qui est responsable de tout ce bordel, il n'a qu'à se regarder dans la glace.
Comme il a tout bloqué avec ses sottises de plombier polonais et autres billevesées au moment du Traité, et surtout après, il a empêché le schmilblick d'avancer.
On n'a pas besoin d'un imbécile heureux de ce type pour discuter. Il a fait un constat, enfin, il reconnaît que ça flanche. On n'a besoin de lui que pour le reconnaître. Si même lui le dit, c'est forcément qu'il y a un gros problème.

Toutes ses étoiles européennes dans ses yeux bleus, ça le rend aveugle .... et sourd.

Espérons qu'il ne soit pas trop tard...
Excellent article !

Damned, nous sommes sur un site "complice des cerveaux malades", on ne me dit rien à moi !
Merci Anne-sophie, j'ajoute que ça fait plaisir de voir que vous mettiez les pieds dans le plat.
Guetta et Quatremer... La dream team....

Encore que Quatremer je me demande s'il n'est pas au second degrès.
C'est pas possible qu'il croit tout ce qu'il écrit.
Ou alors il ne sort jamais des salons dorés bruxellois.
Guetta doit aimer discuter avec ceux qui sont de son avis. Ça commence bien pour la grande mayonnaise qui mettra du gras dans les rouages européens.
De même, les dettes des pays membres de la zone euro seraient mutualisées.

Ahaha, impayables europhiles français. Ils comptent convaincre l'Allemagne de mutualiser la dette des pays de la zone euro (incluses l'Espagne, la Grèce et l'Italie) ?
L'Allemagne, mais aussi l'Autriche, les Pays-Bas... bref.

On se prend à rêver d'une confrontation. D'un débat entre Guetta et Ruffin, Piketty et Lordon, Quatremer et Sapir

Ce serait plus un fight qu'un débat, si l'atroce Quatremer est de la partie. Piketty - Sapir, ce serait intéressant, oui : deux types bien costauds et rationnels.

(merci Anne-Sophie)
Merci ! la citation de PMF est en effet impressionnante de lucidité...
La figure de Mendès France ne cesse en effet de grandir, contrairement à celle, par exemple, de Guy Mollet. De quel côté l'histoire impitoyable fera-t-elle basculer fromage mou ?
Il y a dans la citation de Pierre-Mendès France ("l'abdication d'une démocratie [...] au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique") un caractère prophétique de ce qui s'est passé jusqu'à aujourd'hui. Je la mets en parallèle avec cette phrase de Jacques Ellul :"la technique fait passer le capitalisme à un post-capitalisme, où la dominante est l'organisation technicienne de la société qui reçoit ses caractère et ses possibilités de la technique. De même la société socialiste est elle aussi immanquablement conduite à un post-socialisme, où la technique jouera le même rôle. Les deux modèles ennemis se rapprochant par leur commun dénominateur, la technique." et "la technique implique inévitablement une croissance de la puissance ; elle est toute entière tournée vers cette multiplication, cela fait partie de sa logique intrinsèque".

Contrairement aux poncifs, la technique n'est pas neutre. Soit on la stoppe à un moment et on contrôle démocratiquement toute évolution, soit on la laisse se développer sans fin et alors la société vit par et pour la technique. Toutes les société soumises à cette technique tendront alors à devenir identiques.
Guette ne viendra pas et c'est bien triste, on aurait pu se régaler sur le forum !
"Cousin par sa mère des Rothschild"... Anne-Sophie nous avait habitués à des analyses d'une plus grande finesse.
Pour le reste, merci pour la citation de Mendès-France, d'une clairvoyance assez stupéfiants quand on la lit presque 60 ans plus tard. Et merci pour le débat à venir, dont on se régalera!
merci d'avoir parler de la CES,pire traitrise faîte aux salariés depuis la décénie.

(Guetta Cohen même combat..y sont too much tous les deux!!)
Bonjour bonjour,

Est-ce qu'au delà des vœux pieux sur des institutions enfin démocratiques et sociales, nos courageux manifestataires expliquent comment leurs idées pourraient être mises en œuvre ? Quels textes faut-il changer ? Par quel processus ? l'accord de qui faut-il rassembler ?
Bref, au delà du "ce qu'il faudrait faire", y a-t-il un "et comment on peut le faire" ? Parce qu'au sujet des institutions européennes, c'est souvent là que le bas blesse...
On se passera de Guetta, Anne-Sophie... mais pas de Lordon ni de Ruffin en ce qui me concerne...
Quant à Quatremer, en tant qu'allergique, je pourrais m'en passer fort bien aussi... d'autant qu'il a ses entrées à Arte où il participe souvent au "28 minutes"...
Merci en tout cas d'avoir fait cette lecture trans-tous genres-européenne pour nous... et d'avoir déniché les vieilles trahisons de Delors ;o))
>>Où va l'Europe ? Manifestement dans le mur.
Je dirais même plus: en klaxonnant..
Je me demande si Ruffin ne s'inspire des travaux très précis et complets de François Asselineau sur les constructeurs de l'Europe.
Bon article, en tout cas.
Et je suis pas étonné que Guetta refuse le débat. Face à un contradicteur un peu au courant des dessous de Bruxelles, sa propagande aurait la durée de vie d'une boule de neige en Enfer.
J'apprécie particulièrement le fait que vous preniez le soin de faire une analyse circonstanciée de son travail avant de nous dire qu'il est capable de tomber dans la rhétorique pathétique de Patrick Cohen. Je crois que Guetta est en fait bien trop ancré dans le mainstream media system pour avoir le recul nécessaire pour accepter l'inévitable. Et visiblement, la connerie se propage de proche en proche, notamment dans les matinales.

Et je crois que je ne suis pas le seul à attendre impatiemment l'émission ... (je dois l'admettre, Ruffin est un peu mon héros).

Je crois que Guetta est en fait bien trop ancré dans le mainstream media system pour avoir le recul nécessaire pour accepter l'inévitable.


Il ne faut pas accabler ce pauvre Bernard. Moi je suis persuadé qu'il a un bon fond. Et c'est avec un mélange de tendresse et de peine que je l'écoute débiter ses petites litanies tous les jours, un peu comme quand on écoute pépé qui débloque. Lui n'étant pas encore frappé de sénilité, je me demande comment il en est arrivé là. Et je me dis que ça doit forcément avoir à voir avec l'obligation qu'il a depuis des années, que dis-je, des décennies, de pondre sa chronique matinale, tous les jours que dieu fait. Et il peut pas nous sortir un "j'sais pas", ou un "boarf", non non. Il faut de l'entrain, il faut du sens, il faut de la solution, il faut de la lueur d'espoir. Il est condamné à l'optimisme le pauvre Bernard. Ca ressemble quand même sacrément à un supplice grec ça. Tenez par exemple, depuis le temps qu'il voit des signes de rapprochement entre israëliens et palestiniens, ils devraient courir nus main dans la main dans les champs d'olivier à l'heure qu'il est. Mais non. Alors il y a de quoi devenir fou.
L'Europe, c'est pareil, il y croyais tellement fort, et il nous explique depuis si longtemps que, aller, tel signe nous montre que cette fois-ci c'est la bonne, président Français et Chancelière allemande ont compris qu'il fallait injecter plus de démocratie et plus de social. Si vous lui dite "ben non mon pauvre Bernard, tu vois bien que ça fait 20 ans que tu te plantes", vous ébranlez son monde, c'est pas quelque chose qu'il peut entendre.
Finalement, son seul tord, c'est d'être un inébranlable optimiste.
Voté. Magnifique procès nietzschéen de la mièvrerie chrétienne.
pour mémoire, le Christ a chassé les marchands du Temple, il y a quelque chose du temps qui passe mais qui ne vous atteint pas, et les marchands de l'âme sont venus bien plus tard, prévaricateurs, simonites etc... le christianisme ce n'est pas un gloubiboulga qu'on peut réfuter sur un coin de comptoir de bistrot, même si l'on s'appelle Friederich Nietsche.
Dissonance cognitive ?
tiens tiens...L'eurolâtrie tétramarine ne serait plus de mise ? Trop tard pour quitter le navire, mais pas pour modifier le gouvernail ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.