38
Commentaires

Présidentielle : de l'absurdité du sondage précoce

Publiée dimanche 3 novembre, une étude IFOP pour le JDD montre que l'écart se réduit entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen en cas de duel au second tour de la présidentielle de...2022. Un sondage deux ans et demi avant l'élection présidentielle a-t-il un sens? Le Pen et Royal au deuxième tour, DSK et Juppé plombés : flashback sur des épisodes que les sondages n'avaient pas anticipés.

Commentaires préférés des abonnés

Que dire de plus ?


Peut-être ceci. Pour l'essentiel, les sondages pré-électoraux sont faits pour manipuler les électeurs et pas du tout pour les éclairer.

(...)

Ce qui intéresse les médias qui avaient appelé à voter Macron au 2e tour à coups de propos méprisants à l égard de ceux qui refusaient de se laisser embarquer dans l entourloupe, c était le côté emotionnel de l affaire. On souffre, C cornélien, mais (...)

À ceux qui continuent obstinément de vilipender ceux qui ont voté Macron au second tour, je ferai observer qu'au second tour c'était plié. C'était au premier qu'il fallait se mobiliser pour ne pas mettre ces deux-là face à face. D'autant qu'on avait (...)

Derniers commentaires

Chère Laura (et autres commentateurs), vous commenter l’histoire à rebours sans chercher à vérifier : quand vous reprenez l’historique des sondages de l’époque,  vous voyez clairement l’évolution (baisse de Jospin, montée de Le Pen) et l’erreur finale n’est que de 2 points ce qui est la précision de ces sondages. Le problème de ceux qui disent qu’ils se trompent forcément en prenant cet exemple c’est qu’ils oublient l’essentiel à savoir que ces outils se lisent en dynamique et non comme une photo du réel. Vous nous faites le coup de cette histoire réécrite comme nuage de Tchernobyl arrêté à la frontière.

Pour les sondages sur les primaires, ils sont obligatoirement faux vu que la base est floue, ils n’ont qu’une vocation d’actualité médiatique.

On peut aussi s'interroger sur le sens de l'élection présidentielle. Celui qui semble le mieux placé pour gagner la prochaine est jugé autoritaire, injuste, déconnecté des préoccupations des Français et incapable de rassembler (IFOP et Guillaume Duval‏).

A quoi servent les sondages ? A tellement d'autre chose que prédire l'avenir !

Justifer une politique, des prises de position, des décisions contestables...

"Mais puisque le sondage vous dit que ...", "Comme les Français le pensent ..."

A inviter toujours les mêmes pontes qui vont expliquer le pourquoi et le comment.

Rien de neuf sous le soleil ...


La statistique est une science plutôt bonne, quand on connait :

Le demandeur du sondage, les questions exactes posées (toutes les questions et dans quel ordre), la technique utilisée et le public visé, les résultats détaillés, ...

et pas seulement un pourcentage sur une réponse.


La science est malheureusement trop souvent détournée, pour justifier nos propres opinions et décisions (et oui, nous aussi nous sommes touchés)

Très utile au contraire, le bourdieusien sait que le sondage fait l'opinion... Il faut bien préparer les masses en amont pour leur faire comprendre qu'il n'y a pas d'alternatives. Merci Maggy !

Très belles photos de deux repris de justice...


Existe-t-il dans ce pays des présidentiables qui n'aient pas été condamnés  ou qui ne soient pas sous le coup d'une procédure pénale ?

Ceci étant dit, ce n'est pas le 1er sondage qu'IFOP organise sur la  présidentielle de 2022 .


Wikipédia a ouvert une page consacrée aux sondages de l'élection à venir . 


IFOP teste différents scénarios avec :


Hamon - Cazeneuve -  Faure -  pour le PS


Pécresse - Baroin - Bertrand - Fillon - Wauquiez -  pour LR


Enième tentative pour travailler l'opinion, on peut remonter même plus loin, rappelez-vous de Balladur qui était vu à l'élysée par tout le monde.

A propos du journal "La Montagne"  qui publie  les engagements de son groupe de presse pour les élections municipales , voici la citation in extenso :


"Nous nous engageons à ne commander aucun sondage local. Nous considérons que ces enquêtes d’opinion à l’échelle de nos communes sont susceptibles d’influencer les résultats, et qu’ils ne sont pas suffisamment fiables. En revanche, nous ne nous interdisons pas de publier des tendances au niveau national."  ( engagement n°6)

" Supposez un sondage sur Munich, en 1938 ; sur l'armistice , en 1940 ; sur Pétain, en novembre 1942 ; et supposez le résultat probable "  ( F.Mitterrand )

Absurde si on considère que leur but est d'informer.

Si on considère que le but final de l'annonce publique de sondages électoraux est de manipuler l'opinion publique, c'est parfaitement logique, en fait.

À ceux qui continuent obstinément de vilipender ceux qui ont voté Macron au second tour, je ferai observer qu'au second tour c'était plié. C'était au premier qu'il fallait se mobiliser pour ne pas mettre ces deux-là face à face. D'autant qu'on avait été échaudés en 2002 par l'arrivée de Jospin en troisième position. 


Sur le fait que "les sondages ne l'ont pas vue venir, celle-là", j'ai une hypothèse, certes un peu complotiste: fallait surtout pas l'évoquer, pour que le piège fonctionne. Mais "vingt ans après" ou presque, on connaissait bien la fin de l'histoire, on avait la clé à molette mais on a pas su s'en servir. 


Peut être (complotiste récidiviste?) les médias ont participé à ça en vilipendant le seul qui avait ses chances, à quelques % près.

       

       

Ce n'est absurde que si cela ne se vend pas... Après, concernant les sondages je pense que c'est dans la logique  d'une façon de gouverner. Tu prends des citoyens, tu les retourne en leur promettant de ne pas aller plus profond que le petit doigt, mais tu leur met le bras entier. Il est important ensuite de sonder tout ça pour voir si TU peux aller plus profond encore, ou si ça doit être un autre qui devra le faire, avec son doigté propre... Le fameux sondage gastrique.

Les sondages prédictifs c'est comme l'horoscope, ça raconte a ceux qui les commandent ce qu'ils veulent entendre.

Ce qui intéresse les médias qui avaient appelé à voter Macron au 2e tour à coups de propos méprisants à l égard de ceux qui refusaient de se laisser embarquer dans l entourloupe, c était le côté emotionnel de l affaire. On souffre, C cornélien, mais on le fait pour vous, les irresponsables. Depuis,  aucune réflexion, aucune analyse de fond pour tenter de comprendre pourquoi cela a si bien fonctionné. Pourquoi Macron  a ainsi capturé si aisément  vos voix. 


Sans ce travail de réflexion,  quoiqu'il se passe,  vous referez les mêmes erreurs. Qu' importeront les candidats, pourvu qu' ils vous donnent votre dose de bonne conscience, quitte à vomir ensuite.


Nous savons que ces sondages visent à préparer les esprits. Alors questionnez vous, ce sera utile, C nécessaire.

Il n'est jamais trop tôt pour mettre le couteau sous la gorge des électeurs et leur faire comprendre qu'ils n'auront qu'un seul choix s'ils ont peur (légitimement) d'une victoire de Le Pen.


Se demander pourquoi le FN continue à avoir une chance ? Pfft !

"Même dans les dernières semaines de campagne, aucun sondeur n'avait envisagé la qualification du candidat d'extrême droite au second tour. A un mois du premier tour, Le Pen était annoncé autour de 10-12%. Alors qu'un journaliste lui demande, le 17 avril 2002,  pour qui il votera s'il n'arrive pas au second tour,  le Premier ministre socialiste éclate de rire : "J'ai une imagination normale, mais tempérée par la raison [...] Ça me paraît assez peu vraisemblable"


Il y en avait au moins un qui y avait pensé, c'est le journaliste qui a posé la question .


Ce qui serait intéressant, ce serait de le retrouver et de lui demander comment il en est venu à cette hypothèse .


Quant à la réponse de Jospin, soit il ne savait pas et sa réponse était sincère, soit il y avait des tendances chiffrées qui circulaient mais que pouvait-il, en pleine campagne électorale, répondre d'autre ?


De même pour la candidature de Royal, c'est Jean-François Kahn  me semble-t-il , qui le premier a demandé à ce que son nom soit introduit dans un sondage : on connait la suite .  Donc , ce qui serait intéressant, c'est de savoir comment il en est venu à proposer son nom pour un sondage .



Royal/Le Pen au second tour? tssstt tsssstt...

Que dire de plus ?


Peut-être ceci. Pour l'essentiel, les sondages pré-électoraux sont faits pour manipuler les électeurs et pas du tout pour les éclairer.

Je sens que René Coty est en bonne position, moi. À condition que Georges Marchais perde du terrain.


Au rythme où nous allons, y aura-t-il seulement des élections ? ^^

Pourquoi les sonégien acceptent-ils de répondre ? 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.