70
Commentaires

Pourquoi la colère viralise si vite

Commentaires préférés des abonnés

Je suis très en colère virale. Daniel, il faudrait envoyer d'urgence à Jean-Lou un casque-micro de qualité. Ça coûte 20 balles et ce sera considérablement mieux que son casque de téléphone portable tout moisi. En plus il enregistre dans sa buanderie (...)

Est-ce qu'il serait possible d'avoir le texte écrit de la chronique de Jean-Louis? Pour pouvoir y revenir, y réfléchir, ce qui est plus difficile avec une vidéo. Et aussi... parce que le son est deg... de très mauvaise qualité. 


Excellent tr(...)

Bonjour Jean-Lou, toujours aussi intéressantes vos chroniques…

Juste une petite observation.
Vous avez très bien décrit l’exploitation que l’on pouvait faire de la colère et comment en fonctionnaient les mécanismes.
Mais vous n’avez pas vraiment répondu(...)

Derniers commentaires

Comme d'habitude, les chroniques de Jean-lou sont passionnantes! Mais de grâce, achetez-lui un micro digne de ce nom! Merci

Qu'est-ce qui viralise plus vite : la colère ou la connerie ?

Voté , bien sûr ! Ça vous met en colère ? Pas grave ... allez y méditer dans votre chambre , çà passera !


En contrepoint, un article de Reporterre sur le livre "Colère" d'Éric la Blanche. 


Mais peut être y a-t-il colère et colère?

Ce qu'on perçoit intuitivement exprimé clairement par Jean-lou. Ne pas céder à la colère, a la base de la viralité des réseaux sociaux. Merci !

La vidéo de CGP Grey est d'utilité publique, merci d'en avoir parlé. 

Après cela j'avais vu une recommandation d'un YouTuber: il suggérait de bien évaluer l'incitation à la division que génère en nous une vidéo avant de réagir. 

C'est dur (il faut se retenir) mais on voit vite que des chaînes comme RT ne produisent que des contenus dont le but est de diviser les pays afin de les affaiblir.



Bonjour Jean-Lou, toujours aussi intéressantes vos chroniques…

Juste une petite observation.
Vous avez très bien décrit l’exploitation que l’on pouvait faire de la colère et comment en fonctionnaient les mécanismes.
Mais vous n’avez pas vraiment répondu à la question de savoir pourquoi, parmi toutes les émotions disponibles, la colère était celle qui était la plus efficace.

Je pense que la réponse est la suivante :
De toutes les émotions, la colère est de très loin celle qui permet le plus de véritablement agir, tout de suite, avec le maximum de puissance.
Or, si l’on se souvient qu’un cerveau, ça sert d’abord à agir bien plus qu’à penser (Henri Laborit), on comprend facilement pourquoi la colère est à ce point vécue comme formidablement épanouissante, à la manière d’une extraordinaire libération (un shoot, en somme)
Et dans la foulée, on comprend aussi pourquoi la raison est à contrario vécue comme le pire ennemi de notre système psychique, parce qu’elle le contraint à l’inhibition de l’action au nom du principe de réalité.

Et ça, ça ne date pas d’hier, c’est aussi ancien que les premières structures neurologiques du premier sapiens, voire même de tous organismes vivants disposant d’un système nerveux central…

Il y a toujours eu, de tout temps, des polémistes proposant de « libérer » l’action en provoquant la colère au détriment de la raison, parce que c’est agréable, facile et que ça ne coûte pas cher.

Oui, mais en ce cas, comment faire pour y répondre ?
Il suffit juste de se souvenir que les motivations de la colère n’ont aucun intérêt, parce que la colère devient un but en soi.
Il ne faut pas en discuter, c’est inutile, cela ne fait que renforcer le but.
Si l’action est compatible avec les règles sociales, on laisse faire.
Si l’action n’est pas compatible, on sanctionne.
Mais on ne discute pas, on ne débat pas, jamais.

Je n’ai pas compris le « jeu » avec les ronds et les carrés. À un moment, mes ronds et carrés frôlaient la partouze généralisée, puis le jeu m’incitait à foutre la merde. Et effectivement, à la fin, j’avais l’impression d’être dans l’émission de Praud. Et le sang giclait partout.

C’était le but ?

C'est certainement très intéressant mais le son est tellement désagréable que je n'ai pas voulu m'infliger ça. Quand on connait l'âge moyen des @sinautes.... (je présume...ça rappelle Radio Londres ;-)  )

Très intéressant, mais attention a l'étude comment la colère est elle mesurée? Les logiciels d'analyse sémantique ont énormément de mal à cerner les émotions et on sait qu'ils ne reconnaissent pas ou mal l'humour de même que les effets de style ou de langage  

Comment contenir la colère ? "Les Chinois y arrivent bien". Christophe Barbier

Comme d'habitude, pour éluder la question de fond, d'où vient la source de cette violence permanente qui ombrage la France, cette fois on se persuade que tout est histoire de technique. Il n'y a pas de coupable, donc tout le monde est coupable, donc c'est de la faute aux libertés. Signé:  la gauche.


Est-ce qu'il serait possible d'avoir le texte écrit de la chronique de Jean-Louis? Pour pouvoir y revenir, y réfléchir, ce qui est plus difficile avec une vidéo. Et aussi... parce que le son est deg... de très mauvaise qualité. 


Excellent travail, qui confirme certaines de mes intuitions et surtout répond à plein de questions et d'inquiétudes qui me perturbent en ce moment. Merci.

Je suis très en colère virale. Daniel, il faudrait envoyer d'urgence à Jean-Lou un casque-micro de qualité. Ça coûte 20 balles et ce sera considérablement mieux que son casque de téléphone portable tout moisi. En plus il enregistre dans sa buanderie et c'est pas le petit dessin accroché au mur qui va atténuer la réverbération atroce.


A part ça c'est très intéressant et ma colère est tombée. Trop tard, je l'ai publiée, elle va enfler, gonfler, etc...

Une vidéo que tout le monde devrait regarder effectivement.


Après ses leçons ne peuvent que rencontrer une certaine opposition, même à gauche, qui a depuis longtemps développé un discours légitimant la colère, car souvent juste face aux injustices, et le plus sùr moyen de faire sortir les gens de l'apathie. Discours s'opposant même à ce qu'on s'oppose à ses manifestations, pour peu qu'elle vienne de personnes pouvant se décrire comme opprimées (le refus du "tone policing"), voire parfois étendant ce principe à celles s'encolérant au profit d'autres victimes, ou même dénonçant celles qui ne témoigneraient pas d'assez de colère comme complices des injustices.


Dans cette logique, Alexander Cockburn, intellectuel socialiste irlandais, en arrivait même à dire que les gens de gauche se jugeaient "à la pureté de leur haine", quelqu'un que l'injustice ne rendrait pas furieux contre les puissants ne pouvant qu'être de droite (journaliste il fit passer le test à certaines personnalités politiques comme Ed Millibrand leur demandant de parler de leur haine, et quand celui ci lui répondit horrifié "je n'ai de haine pour personne", il en conclut qu'il était bien un blairiste irrécupérable).


Ce qui m'évoque aussi les réactions que s'était prise, il y a quelques années, une étude qui avait démontré qu'il était en partie possible de "soigner" la bigoterie en adoptant une attitude révolutionnaire, consistant à écouter les gens sans les insulter et leur faire évoquer des expériences personnelles qui pourraient leur faire comprendre celles des groupes victimes de préjugés.  Accusant son infortuné auteur de ne l'avoir écrite que pour faire la leçon aux militants* du haut de son privilège cisnormartif d'homme hétéro blanc, whatever, rendant suspecte sa manière de recommander la calinothérapie avec les nazis, le monde de la social justice en colère l'avait étrillé sur les réseaux, lui préférant les thérapies qui ne marchent qu'avec les déjà convaincus des adeptes de DiAngelo, prônant la culpabilisation agressive et des séances d'auto-critique pour les dominants, ne remettant, elles, pas en cause la valeur, sacrée dans ces cercles, de la juste colère.


Enfin tout ça pour dire que c'est pas gagné. Si gauche comme droite occidentales ont beaucoup piqué au christianisme, l'intérêt de tendre l'autre joue, doit être de tout ce qui en vient le concept le moins populaire.


La grande question étant comment séparer l'indignation, souhaitable face à l'injustice, mobilisatrice, de la colère ou de la haine. Éviter la confusion qui entraine certains à défendre ces dernières, comme le glissement auquel chacun peut succomber de l'une à l'autre au détour d'un message.


Sur ce dernier point la question de la valeur d'attitudes de substition, l'ironie par exemple que défend Daniel comme alternative peut se poser aussi. 


Le sentiment d'humiliation lié à être moqué, se sentir méprisé, peut arriver pas loin de la colère pour ce qui est de la capacité à en générer en retour. Et c'est sans doute le vecteur de mobilisation qu'ont le mieux appris à exploiter les forces réactionnaires (et identitaires en général pour peu qu'un groupe puisse se sentir attaqué par une moquerie). Même exprimer sa colère autrement que par la colère n'est même pas nécessairement suffisant à éviter sa viralité (ni même ne pas exprimer de colère du tout, en fait, comme peut en témoigner le petit Hugo, qui avait subi à peu près le même sort que Mila pour une blague plus absurde que méchante). 


Enfin, décidément, c'est vraiment pas gagné quoi. :)


* bien qu'il ait reconnu lui même que sa méthode n'était absolument pas destinée à remplacer le militantisme plus classique, réclamant plus d'efforts et qui ne pouvaient être entrepris que par des personnes ayant la vocation de les faire

"Une vidéo que tout le monde devrait regarder effectivement."


J'aimerais bien, mais ce n'est que la six ou septième fois que je demande à Asi porquoi ça ne marche pas avec le changement de lecteur/hébergeur...

Désolé ce n'était pas pour retourner le couteau dans la plaie. :/

Ne pensez vous pas cependant qu'on ne peut pas mettre dans le même panier colère et haine? La colère est une émotion, on est obligé de la prendre en compte, et, comme toute émotion, on ne peut pas la faire disparaître. C'est une réaction de l'organisme. La haine, c'est un sentiment, c'est à dire, une pensée construite, notamment (mais pas que) à partir des émotions. En synthèse, la colère doit être écoutée par l'organisme qui la vit pour ce qu'elle est, à savoir un signal que "quelque chose" ne va pas. Si on veut prendre du recul sur nos émotions, et ne pas construire des sentiments négatifs et néfastes, il FAUT entendre ses émotions. Voilà. 

J'ai le sentiment que votre propos souffre de cette confusion entre colère et haine.

Pour Cockburn à qui ça m'avait fait penser (et d'où j'ai mélangé "haine" avec la sauce) il me semble qu'il justifiait sa formule sur la haine en disant que les injustices devaient rendre les gens "furieux" contre les responsables, donc même si haine est un terme plus froid, il la voyait comme une continuation de la colère.


Après par contre oui j'ai fait peut être un peu mélangé en l'évoquant la question de la colère ressentie et de celle exprimée (enfin il ne recommandait pas par contre aux gens de se montrer furieux).

La question sinon vous avez raison n'est pas d'ignorer ses émotions, c'est de prendre suffisamment du recul pour ne pas les exprimer d'une manière qui génère encore plus de colère en retour.


Après ce qu'illustre bien la vidéo de CGP Grey c'est que dans le cadre d'une controverse sur les réseaux sociaux ça ne suffit même pas si tout le monde ne le fait pas. Entre une expression modérée de colère et sa forme mutante plus radicale c'est la dernière qui dominera car générant le plus de feedback d'en face, générant à son tour plus de colère.


De même un autre point intéressant est l'escalade/addition des arguments dans les bulles qu'ils favorisent, entre gens d'accord pour être en colère contre quelque adversaire, produisant des versions mutantes de plus en plus éloignées de ce qui leur est reproché au départ et diabolisations propres à susciter le plus de colère quand elles sortent de ces cercles (ou quand quelqu'un d'en face va voir ce qui s'y dit).


C'est un truc qui est bien illustré par Contrapoints dans le premier exemple de sa vidéo sur le cancel par exemple : les gens en colère ont tendance à se monter le bourrichon entre eux jusqu'à complètement déformer ce qui était reproché à la cible de cette colère au départ, s'en construisant une image diabolisée. Ce qui rend d'autant plus difficile de s'en défendre, l'argument étant passé d'un tort précis d'une personne à une essentialisation générée par la colère collective de celle ci.

Bonjour ,

Votre commentaire est clairement sous-noté par la communauté :)!

Il me suscite plein de réflexions :
- Globalement, je suis très d'accord avec ce que vous dites (de ce que j'en comprends en tous les cas). Effectivement, je pense que tout le discours qui tend à légitimer la colère, même si individuellement compréhensible, me semble collectivement périlleux.
- Peut-être qu'il y un compromis à chercher vers la position de Simone Weil dont je parlais plus haut : indexer les sanctions/jugements (qu'ils soient moraux ou légaux) au pouvoir de la personne  jugée ? Question subsidiairement essentielle: comment évaluer précisément le pouvoir de quelqu'un?
- J'ai découvert Contrapoints, il y a quelques mois, son positionnement est vraiment vraiment intéressant et ses vidéos sont incroyables d'intelligence et de complexité.
- Dans cette lutte entre émotions et raison, ça pose plein de questions auxquelles une partie de la gauche a des réponses simples. Pour ma part, je ne sais pas si j'ai jamais su mais en tous les cas je ne sais plus. Cette ligne de démarcation est illustrée notamment par la levée de bouclier que suscite #debattonsMieux ou bien l'altruisme efficace. Sur ça, je pense que mon avis n'arrête pas d'évoluer mais à une époque j'en étais là :  "Greta Thunberg, un des chainons manquants entre Homo Sapiens et Homo Conscientus ?"

En tous les cas oui, on a pas le cul sorti des ronces :).

En même temps : "il faut imaginer sisyphe heureux"

Bien à vous,

Merci pour tout, mais notamment pour la référence à la chaine contrapoints. Je sais pas comment j'ai fait pour ne pas encore connaître, alors qu'elle a plus d'1md d'abonnés et que c'est exactement le genre de contenu que je recherche... L'Internet en général et l’algorithme Youtube en particulier m'ont carrément failli. Pour l'algo Youtube je ne suis pas surpris, je le trouve complètement à la ramasse pour me conseiller. Je n'imagine tous les contenus "faits" pour moi qui passent en dessous de mon radar.


Je suis curieux d'avoir vos conseils sur d'autres chaines intéressantes, notamment en english (proposition ouverte à tout le monde).

Philosophy Tube est très bien aussi dans la même mouvance de youtubeurs de gauche, sinon il y a les vidéos d'animation d'Innuendo Studios que tu connais surement (le alt-right playbook souvent cité ici etc...). 


Bonjour  , (et qui pourrait être intéressé également)

Sur ma consommation youtube en anglais (contenus en anglais finalement), je regarde assez activement les chaînes suivantes:
- La chaîne Contrapoints (je répète mais c'est pour centraliser)
- La chaîne CGP Grey
- Le podcast de Sam Harris "Making sense", je trouve son point de vue intéressant la plupart du temps et il invite des gens très intéressants.
- Un site qui me fait découvrir beaucoup de choses, c'est l'incroyable blog "kottke.org". Ce blog ne fait que relayer des infos, des vidéos et des articles intéressants, sa seule ligne éditoriale semble être celle d' "élargir les horizons possibles" (voir sa section about)
- Le podcast de Tristan Harris, your undivided attention : https://www.humanetech.com/podcast
- TOUT le blog de Nicky Case : https://ncase.me/ (les jeux, les nouvelles, les conférences)
- TOUT le blog de Waitbutwhy
- La chaîne youtube Crash Course pour n'importe quel sujet auquel je connais rien, c'est toujours un point d'entrée :)
- La chaîne youtube Kurzgesagt pour 2 raisons :
   * Il y'a des vidéos que je trouve poétiques et belles (The egg par ex)
   * Des vidéos quasiment ridiculement technophiles mais qui ont le mérite de me faire comprendre dans quel avenir technique certains se projettent (Le minage d'astéroïdes par exemple: https://youtu.be/y8XvQNt26KI)

Ma consommation youtube anglophone est plutôt technophile comme kurzgesagt, c'est quelque chose qui me prend un peu à rebrousse poil et c'est ça que je trouve intéressant :). 


Je vais regarder Philosophy Tube de Carnéade :)

J'hallucine, comment vous faites ? 

Vos journées font 72h ?

Je vous envie

D’une part, Jean-Lou avait dit - lors de sa première chronique - qu’il regardait les vidéos en accéléré.

D’autre part, oui, comment fait-il ? :)

Merci d'avoir pris la peine de partager tout ça, c'est impressionnant.

Apparemment je connaissais déjà la plupart des chaines gauchistes américaines les plus mainsteam, mais je suis passé à côté de Contrapoints, pourtant la plus populaire... reste les blogs et podcast à découvrir ! :))


J'appuie le conseil de Philosophy Tube, très qualitative et beaucoup de points communs avec Contrapoints. Je rajoute Folding Ideas, plus culturelle (ciné - jv), mais cette récente vidéo m'a beaucoup plu : https://www.youtube.com/watch?v=JTfhYyTuT44 (sur les conspirations).


Après je regarde plus de chaines à portée scientifique/vulgarisateur (la galaxie de chaines PBS, Wendover Productions, Veritasium, Ted(-ed)...) ou culturelle (ciné, musique, jv, histoire, philo...), ou sinon c'est en français (fouloscopie, le stagirite, vortex, hygyène mentale, science étonante...).


En vrac : 

Crash course est super, je suis en cours de linguistique ;

Kurzgesagt : je ne peux plus trop regarder après 2 vidéos trop caricaturales sur des sujets que je connaissais un peu, de mémoire il y avait un penchant politique qui m'a rebuté.


J'ai beaucoup de temps, en tant que musicien-chômeur, mais bravo à vous pour avoir réussi à avoir mis à profit votre curiosité transformé pour en faire un boulot, et pour vos chroniques toujours intéressantes.


De rien :),

Oui, clairement d'accord avec vous sur Kurzgesagt, c'est pour ça que je précisais: "ridiculement technophiles mais qui ont le mérite de me faire comprendre dans quel avenir technique certains se projettent"

J'ai oublié de mentionner deux podcast que j'écoute régulièrement:

- radiolab: https://www.wnycstudios.org/podcasts/radiolab

- you're not so smart: https://youarenotsosmart.com/

Merci.


Je pense que la grande question est de différencier indignation et colère.


L'indignation, une colère contre des situations ou actions injustes, et la colère en général qui est plutôt contre des personnes. Il ne peut y avoir de changement social sans indignation, il y a rarement d'indignation sans éprouver mécaniquement des sentiments de colère contre les "responsables", mais il devrait être possible d'oublier cette colère au profit de la seule indignation.


En gros il faudrait favoriser une approche systémique, désindividualisée des choses. "L'ennemi" en général n'est que le produit ou le rouage d'un système. Le bigot est un produit d'une culture bigote. Le télévangéliste zemmourien qui l'influence est celui de la rencontre de la recherche de l'audimat et du divisez pour régner que pratiquent les médias capitalistes, qui s'en trouveraient un autre s'il n'était pas là. Le dirigeant politique même est dirigé en fonction de l'intérêt de sa carrière plus qu'il ne dirige réellement (et n'est qu'un être interchangeable pour les vrais détenteurs du pouvoir économique). Ceux ci même sont dirigés par l'impératif de la recherche du profit, et ne seraient que remplacés par d'autres s'ils n'y souscrivaient pas.


Évidemment on peut reprocher aux individus de souscrire, mais souscrire à ce qui est généralement le sens d'un vent mauvais, relève plus généralement de la faiblesse que de la méchanceté. Les terribles fascistes etc... ne sont généralement que de petits êtres craintifs (la meilleure description qui colle à tous de Trump à Zemmour en passant par les terroristes islamistes terrorisées par le degré de liberté des sociétés occidentales et le beauf de voisin à berger allemand que j'avais il y a quelques décennies, qui avait trouvé le moyen de s'électrocuter lui même en piégeant son auto-radio). Les exploiteurs capitalistes et leurs serviteurs politiques, pour la plupart des obsédés du contrôle, pas tellement autre chose au fond. Tout plein de gens qui devraient faire pitié plus qu'autre chose en tant qu'individus (enfin faudrait essayer d'en éprouver pour montrer moins de colère, pas leur montrer ce qui serait pris pour du mépris, qui est à peu près aussi pire pour ce qui est d'en générer en retour :).


Ça n'interdit pas d'en juger les actions, ou de les juger, au sens de justice, de les tenir froidement responsables d'actes précis qu'ils ont commis (idéalement en poussant la société à les réprimer).


Mais l'indignation a beaucoup plus de vertu. 


Si, je ne sais pas, un industriel pollue une rivière, le résultat de la colère sera de dire de lui autant de mal que possible (allant éventuellement chercher d'autres trucs dont il peut être accusé pour noircir le tableau) ou ptet d'aller crever ses pneus ou lui en faire boire un verre, celui de la justice au mieux qu'il réponde devant elle (ou sinon quelque rétribution populaire organisée comme boycotter ses produits). 


L'indignation qui ne se concentrera pas sur sa personne mais sur la situation "la rivière a été polluée" conduira plutôt à s'interroger sur ce qui a conduit qu'il le puisse, comment se fait il que l'usine polluante était là, débouchant peut être sur un militantisme pour faire en sorte que ça ne se reproduise pas à l'avenir (ou au minimum à remonter plus haut dans la chaine de responsabilité, quitte à ce que ce soit les politiques qui l'ont permis qui soient objet de colère, qui elle même pourrait être sublimée en indignation contre leur corruption, etc...).


Ça rejoint à la fois la réflexion sur l'homo conscientus et celle sur les degrés de pouvoir, quelque part. Se laisser aller à la colère contre une personne (ou groupe de) c'est une manière de s'accorder un plaisir immédiat typiquement en tapant sur quelqu'un assez bas dans la chaine de responsabilité (celui qui a rendu visible un dérapage dont les vraies causes sont typiquement plus haut). 


L'indignation contre une situation elle va être plus différée, cherchant plus haut ce qui la cause, et plus susceptible en le trouvant de se transformer en quelque chose de positif à long terme.


Après le problème (là j'en reviens à la première vidéo), dans un environnement où il y aura à la fois de l'indignation et de la colère, c'est que cette dernière peut s'avérer plus virale créant plus facilement des formes mutantes diabolisant ses cibles etc...


Là ça me fait penser aux théories du complot genre Bilderberg (ou Rotschild/Rockefeller/10 familles). Elles partent de l'indignation contre la richesse des 0,001%, l'influence des super-riches sur la politique mondiale, etc... et la transforment en colère mutante contre des groupe précis d'individus supposé diriger le monde et avoir des plans diaboliques (avec extra contenus fantaisistes visant à leur diabolisation maximum en bonus). Le nombre de vues des documentaires émettant ce genre de thèses laisse craindre qu'elles soient bien plus virales que celles qui a partir de la même indignation de départ en tireraient une critique du système capitaliste. Et peut être même que ça repose aussi sur la dynamique de la colère : les indignés s'y étant convertis ayant droit à des retours de colère (pas des inatteignables cibles de la leur mais de ceux leur reprochant d'être des complotistes antisémites quand ils en parlent) puis pouvant facilement s'engager dans sa dynamique en répondant aux "moutons" et "complices" s'en étant pris à eux, ils sont bien plus susceptibles de conserver leur émotion. Là où l'indigné du système il dira juste "ouais ça craint" avec d'autres, dans l'indifférence générale, jusqu'à ce que son indignation retombe vu qu'il n'y peut pas grand chose.


Pareil il est probable que la vidéo s'en prenant Samuel Paty ait été plus virale que d'autres parce qu'elle transformait l'indignation contre la culture laïque ou le système éducatif français que certains musulmans peuvent ressentir en colère contre un "voyou" diabolisé particulier.


Donc finalement euh zut...  tout ça pour en revenir à c'est décidément pas gagné. :)

Ah j'y croyais là, mais non juste pendant 9 secondes.

J'aimerais voir vos chroniques (et celles de Mathilde).


Toujours pas de réponse de Asi.

Pourquoi avoir changé de lecteur bon sang ??


J'ai essayé les paramètres, au lieu de auto (480) mis au mini à 144, mais il l'ignore et se remet sur auto, nimportenawak.


Un lecteur qui marche pour tous les terminaux

ou un bouton télécharger c'est si compliqué ??

Un bon exemple ici de belle saloperie. On est sur un réseau social professionnel, LinkedIn. La vidéo est présentée comme le délogement de raveurs par l'agriculteur exploitant le champ, et qui déverse du lisier avec son tracteur. Ce narratif est totalement faux, comme le dit l'un des commentateurs, il s'agit d'une manifestation contre la fracturation hydraulique en Angleterre , par des femmes qui vendaient des gâteaux, et à laquelle participait notamment l'actrice Emma Thompson. C'est d'ailleurs un jeune apprenti ingénieur qui intervient et donne les sources (merci à lui).


La publication de cette vidéo a entraîné une avalanche de commentaires au mieux beauf', au pire raciste, du genre :

" Dur pour les dreadlocks le glyphosate... "

" J'ai du mal à m'arrêter de rire....cela devrait être en dotation pour les force de maintien de l'ordre.? Mais attention, hein.... politiquement correct! Pas de lisier de porc!"

"Ca marche bien aussi sur le manouches qui s'installent sur les propriétés d'autrui... ?" "Oui,ça marche aussi avec les gens du pillage !"


Alors, rien de neuf hein, les commentaires dégueulasse sont légion sur Youtube, Facebook etc... Mais pas de pseudonymat ici. On voit qui les poste, et ce sont pour l'extrême majorité des gens diplômés, en activité, bien placés, etc... Pas la "populace", quoi.



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.