392
Commentaires

Pour sauver la planète, voyez ma secrétaire !

"La dernière fois que vous êtes venu ici, vous étiez candidat. Vous ne l'êtes plus."

Derniers commentaires

Si j'ai bien compris, pour éviter le pire, il faudrait voter...quoi au fait?
Le banquier pompidolo giscardien ? Bayrou ? Fillon ? Et pourquoi pas Chirac ?( Là, je crains que ce ne soit plus trop d'actualité...)
Plus sérieusement, j'attends une analyse "arrêt sur image" de la crapuleuse mise en scène organisée par M. Pujadas (et le service public !) pour humilier le candidat Jean Luc Mélanchon, mis dans l'impossibilité de convaincre ses interlocuteurs fantoches; cela serait plus "utile" ...
Jeanbat dit:
si j'ai bien compris le votre c'est :
il a dit qu'il ferait un truc de gauche dans son programme, c'est la preuve qu'il n'y a pas de conflit d’intérêt entre lui et sa femme, lobbyiste pour LVMH?

Je n'avance aucune preuve; je dis juste que, pour l'instant, le conflit d'intérêt n'est pas prouvé. Et je vous rappelle qu'en matière que c'est à l'accusateur qu'incombe la charge de la preuve.
Et l'annonce, peut-être mensongère, de Hamon de limiter l'actionnariat des grands groupes de presse aurait tendance à prouver que LVMH et Jamet ont mal placé leur pion.

Pour l'instant, ce n'est pas probant...Vous me parlez de vos convictions, qui sont tout à fait respectables, et d'un article du Canard que j'avais lu. Mais effectivement, pour me convaincre de changer mon vote, il me faut plus que ça.

Après tout, on a bien dit que Mélenchon a été pote avec Dassault et Zemmour. Je crois néanmoins le monsieur sincère. Mais il est vrai qu'il ne couchait pas avec.
Tiens, je lis sur dans les Vite-dits que Hamon veut interdire à des actionnaires de détenir plus de 40% d'un journal.
Est-ce que l'accusation d'insincérité et de traitre (ou de manipulé par le patron de sa femme) va s'écrouler ? Je ne suis pas sûre...
Reçu cette blague hilarante aujourd'hui dans mes mails :

"Bonjour,
Dans moins de deux mois, l'élection présidentielle. C'est peu dire qu'elle sera particulière, cette année. Tout, absolument tout, peut arriver. On a commencé à le voir. On va le voir encore.
Jamais les éditocrates n'avaient aussi insolemment choisi leur candidat. Jamais les propagandes ne s'étaient à ce point déchaînées. Jamais les disparités de traitement n'avaient été plus évidentes.
Pour vous permettre de suivre la campagne avec la distance nécessaire, je souhaite vous proposer aujourd'hui une offre spéciale : 1€ pour 3 mois (sans engagement). Et vous voterez (ou vous vous abstiendrez) en toute connaissance de cause."

Merci, j'ai bien ri... "avec la distance nécessaire"... Excellent!!!
Cette frénésie de vouloir une candidature unique "à gauche" repose sur une erreur basique: l'électorat (et pas seulement l'électorat, hein!) ne répond pas aux lois arithmétiques.

En cas de désistement de Hamon, ceux qui s'apprêtaient à voter pour lui renforceraient le vote Macron. Pas tous sans doute, mais une proportion notable, l'aversion pour Mélenchon est forte chez eux. En cas de désistement de Mélenchon, nombre de ses soutiens l'abandonneraient, ulcérés qu'on puisse ainsi "trahir", car ce serait vécu, en effet, comme une trahison. Même chez les écolos, on va avoir ce partage des voix, entre ceux qui acceptent le désistement de Jadot ou s'y résignent, et ceux qui n'accepteront pas et porteront leurs suffrages ailleurs.

Séchons nos larmes, et acceptons la triste réalité: la construction d'une "vraie" gauche va encore attendre un peu. Le sauvetage de la planète aussi, mais un peu moins, car les poumons de droite et de gauche respirent les mêmes fumées mâtinées de perturbateurs endocriniens (ils sont partout), et les cancers n'ont pas d'étiquette politique. Les fervents de la croissance non discriminée vont bien essayer de nous fabriquer encore quelques rémunératrices saloperies peintes en vert, mais même eux vont finir par craquer, quand ils verront mourir du cancer non pas leurs parents, mais leurs enfants et petits enfants. Parce que ça a commencé. Regardez autour de vous.
Emission Salamé-Pujadas crapuleuse ...
Article DS complice de cette grossière manip ?

On a un peu de mal, là, j'avoue...
Et cette Ségolène tellement écolo qui avec bravitude rejoint le camp Macron? C'est aussi à l'intérieur même du PS que des voix vont manquer à Hamon.
"Consternant, navrant, immature" : n'en jetez plus. Au vu de la douche froide qui a accueilli cette chronique, je vous dois une sorte de coming out politique.

Ces explications, c'est le citoyen, et l'électeur, qui va vous les donner. Pas le chroniqueur-matinaute. Mais les choix du premier orientant plus ou moins consciemment la production matinale du second, essayons d'en résumer l'essentiel.

Certes pas avec plaisir. Le consternant électeur qui parle ici ne revendique aucune clairvoyance politique particulière. Et pas davantage de cohérence. Plus d'une fois, il m'est arrivé, dans l'isoloir, d'hésiter encore entre deux bulletins de vote. Moquez donc autant que vous le voudrez mon immaturité, mon inconsistance, tout ce que vous voudrez, vous serez encore au-dessous de la réalité. Comme le dit (en substance) sur notre plateau de cette semaine le délicieux Gilles Boyer "un système qui permet à un type comme moi d'avoir une expression publique est un système qui ne tourne pas rond".

Ô forumeurs trop facilement consternables, passez donc votre chemin. Mais pour les courageux, voici.

Autant le journaliste aborde cette élection avec curiosité et gourmandise, pour toutes ses innovations, autant le citoyen l'aborde avec consternation, et un souci majeur logiquement consternant : éviter l'élection de Marine Le Pen. Cette élection, je la crois possible, tout étant désormais possible (cf Brexit et Trump). Et je veux l'éviter, parce qu'indépendamment du programme de MLP, elle serait susceptible de déclencher en France, notamment dans l'Armée et les forces de l'ordre, une dynamique imprévisible pouvant conduire à une sorte de guerre civile, que je souhaite éviter à mon pays. Je ne veux pas jouer à la roulette russe avec les vies des milliers d'Adama ou de Théo.

Ca, c'est mon objectif personnel principal. Au-dessus de tous les autres. Mon objectif secondaire (assez loin au-dessous) est l'élection d'un président de gauche, qu'il s'appelle Hachon. ou Mélenmon.

Entendons-nous : je n'ai une foi aveugle dans aucun des deux. Hamon n'est manifestement pas préparé. S'il devait être élu, les frondeurs de la droite du PS à l'Assemblée en feraient sans doute un président-chrysanthèmes. Quant à Mélenchon, le gouffre que j'observe depuis longtemps entre sa délicate modestie VIe République (je réunis une constituante et je me retire ensuite comme Cincinnatus planter mes choux bio) et sa pratique personnelle d'Homme Providentiel implacable avec ses opposants (dont nombre de militants et de dirigeants du PG, parfois proches de moi, pourraient parler s'ils ne tremblaient de trahir la cause) m'interdit de lui accorder, non plus, la moindre confiance personnelle. C'est dit.

Merci de ne pas me ramener les programmes, les merveilleux programmes. J'ai assez vécu pour ne plus investir aucun espoir dans l'application de son programme par un président de la République française, dans une France membre de l'UE et de la zone Euro (et ce n'est pas le seul obstacle). Si un président Hamon ou Mélenchon appliquait un centième -disons un dixième- de son programme, on pourrait s'estimer heureux. Sortir de l'UE et de l'Euro serait la seule méthode qui n'a pas encore été tentée. Malheureusement, seule Le Pen le propose vraiment, et mon objectif principal est qu'elle ne soit pas élue (voir plus haut). C'est idiot, hein ? Mais c'est comme ça, dans le monde réel.

Reste que, notamment sur l'écologie, qui les réunit, ce centième, ou ce dixième, m'apparaissent préférables à un centième, ou à un dixième, du programme des candidats de la droite, Ficron ou Maillon (qui, ne nous y trompons pas, n'appliqueront sans doute pas davantage les leurs). Donc oui, je préférerais voir Mélenchon ou Hamon à l'Elysée, plutôt que les deux autres.

Mais pour appliquer son programme, encore faut-il vouloir être élu. Le vouloir vraiment. Le vouloir par dessus tout. C'est le ressort indispensable de toute campagne réussie. Si l'on croit vraiment, tripalement, que la catastrophe menace la planète, on ne s'arrête pas aux détails. Fou qui songe à ses querelles, au coeur du commun combat : ce vers d'Aragon ne me quitte jamais.

Or, pardon pour cette immature évidence, si Mélenchon et Hamon se présentent séparément, aucun des deux n'a de chances sérieuses d'accéder au second tour (je ne dis pas qu'une candidature unique garantirait le second tour. Je dis que les chances en seraient augmentées). De leurs actuelles palinodies, de leurs évidentes et savantes tentatives de refiler à l'autre le mistigri de la désunion, je tire la consternante conclusion qu'aucun des deux ne souhaite vraiment, ne souhaite par-dessus tout, accéder à l'Elysée. Je ne discute pas leurs raisons. Je le constate. Et le matinaute, au risque de la douche froide, en tire les conclusions. Mais sans en faire non plus un fromage : des raisons de vivre, de militer, de s'engager, et d'espérer, on peut en trouver, et en construire bien ailleurs que dans un pouvoir politique national, devenu largement symbolique. Bon dimanche à tous.
https://www.youtube.com/watch?v=1y5oVRTYOlU
EN DIRECT - JOURNÉE DE L'ÉCOLOGIE DE LA FRANCE INSOUMISE - #EcologieFi

Alors, Daniel, pour que vous soyez au courant, faut en parler à votre secrétaire ?
... pour sauver l'agriculture , voyez hollande

qui ose parler d'un grand chagrin au Salon de l'Agriculture : le suicide des agriculteurs et des éleveurs ?
Que nenni !!! ... il pleure ce grand homme président de la fnsea , syndicat paysan ;-)) ... ;-(( ,
paysan virtuel mais vrai maquignon [s]véreux[/s] malin , hommes d'affaires richissime après engagement "syndicaliste".
Très décue par le ton sarcastique de cet article.
Billet navrant, intellectuellement s'entend. Pas besoin d'être "mélenchonnien", appellation que JLM appelle à bannir (Daniel, je vous remercie de réfléchir aussi à cela) pour comprendre que vous plaisantez au ras des pâquerettes sur un sujet (le mandat qui débutera en 2017) dont vous connaissez l'importance vitale, du moins je vous en accorde le crédit. Dans une telle chronique, ce n'est pas seulement Mélenchon que vous désavouez, mais Hamon également, les candidats dans leur ensemble et la campagne présidentielle de 2017, dont les enjeux sont d'une gravité très particulière. Alors les ricanements sur l'agenda des candidats est saumâtre : j'aimerais presque voir votre agenda pour me moquer de ce que vous considérez comme des rendez-vous importants, qui vous empêcheraient de répondre à la minute à l'injonction de vos adversaires médiatiques (par exemple). Bien sûr que la posture de Mélenchon fait partie de sa stratégie de communication. Mais votre manière de la déprécier m'apparaît comme allant exactement à l'encontre des causes supérieures que vous semblez considérer comme mal défendues par le candidat. Il est facile et ridicule de ramener toujours les affrontements et stratégies à une question d'ego, ce qui témoigne d'une défaillance intellectuelle préoccupante.
Je n'ai pas tellement le temps de lire le forum, mais j'ai une seule chose à dire :

Il y a un proverbe turc qui dit : "tu m'as trompé une fois, honte à toi ! Tu m'as trompé deux fois, honte à moi !"

Les écolos se sont déjà fait avoir par le PS et Hollande une fois, et ils remettent ça. Ce n'est pas Hamon qui risque de se dresser contre l'Union et avoir une politique écolo.

Quelle bande de zozos ! Ils méritent le score qu'ils ne feront pas !
Ne plus jamais voter PS. Ce parti doit mourir.
Le sauvetage de la planete ne se décidera pas lors d'une présidentielle en France, rassurez-vous Daniel...
Je ne sais pas s'il faut classer cette chronique dans les bonnes ou les mauvaises.
Par contre, elle aura eu un mérite, celui de révéler dans le forum que pour les partisans de Mélenchon (et donc probablement aussi pour Mélenchon lui-même), le but premier est politicien, à savoir la destruction du PS. L'usage répété du qualificatif "solférinien" est du reste révélateur. Je comprends parfaitement les rancoeurs et je les partage aussi.
Mais personnellement (et je ne pense pas être le seul) je faisais pourtant un autre pari: si l'union autour d'une candidature unique se fait (et il m'importe assez peu de savoir qui parmi les trois), le PS tel qu'il était serait fatalement conduit à éclater, à cause de l'attracteur Macron, à cause des échecs Vallso-Hollandiens, à cause des conflits d'investiture aux législatives, etc... Et le résultat de cette recomposition, ça devrait être une gauche plus authentique et cohérente, intégrant ENFIN l'écologie et le social comme axes prioritaires.
Visiblement, chez les insoumis, on ne veut pas croire à cette possibilité et on préfère attendre d'avoir fait échouer le PS (et toute la gauche avec), ce qui est très facile, avant d'essayer de prendre du pouvoir pour (expression consacrée, mais au fond assez idiote) "sauver la planète". Elle pourra bien attendre encore cinq ans, ou même encore plus si à la fois prochaine, les planètes politiciennes sont mal alignées.
Ce qui est dommage c'est que depuis quelques mois, ce qui se passe dans cette présidentielle contredit bien des pronostics, entre autres ceux sur lesquels Mélenchon avait construit sa stratégie: Refus d'une primaire large à gauche pour ne pas avoir à être loyal avec Hollande ou Valls, absence de bienveillance à priori sur tout ce qui pourrait sortir de la primaire socialiste, et maintenant chantage à la défaite collective pour être le candidat, sans considération pour les votants de la primaire qui ont glissé un bulletin Hamon.
Mélenchon a du mérite, du talent et du charisme, et il propose un programme qui a bien des vertus (mais il n'est pas le seul), mais en ce moment je trouve qu'il joue un jeu bien misérable. On verra ce qui se passe, mais je ne suis pas près de l'oublier.
Cette nuit sur radio-courtoisie un peu après 4h: appel à la guerre civile; les manifs pour tous ça ne suffit pas; il faut entrer dans des luttes plus violentes quitte à ce qu'il y ait des morts aussi dans nos rangs;.

Pas évident à retrouver, leur site n'est pas clair.
Des Pinochet et Franco piaffant de passer à l'action violente, telle est l'impression que j'ai eue.
https://reporterre.net/L-accord-PS-Ecolos-le-texte-original-complet

2011

On nous la refera plus
Ils ont peut-être un autre deal à mettre au point: "Comment peut-on épargner aux démocrates de ce pays la cruelle alternative qui pointe plus que son nez à l'horizon : LE-PEN contre FILLON ou FILLON contre LE PEN "
Moi, pour éviter ça, je suis prête à voter pour la gauche, et la gauche, ce n'est pas seulement Mélenchon, c'est aussi lui...
Ras le bol de ces socialeux et de ces journalistes qui ont HARCELÉ Melenchon sur "allez-vous discuter avec Benoit Hamon"...

[large]JE NE VOTERAI JAMAIS POUR DES TRAÎTRES DU PS.

JAMAIS.

ET JE ME VANTE DE N'AVOIR JAMAIS VOTE POUR CETTE CLIQUE DE MA VIE[/large].

Je voterai Melenchon sans problème. Voilà c'est dit mais s'il y a alliance, ils peuvent courir.

SEMIR
Ben 'lors Daniel, un petit coup de mou ce matin?
Ca n'arrive pas si fréquemment que ça, mais ce papier est nul. A coté de la plaque. Out of focus.
Allez, le week end arrive, reposez-vous bien.
C'est quoi cette chronique ? Franchement vous vous prenez pour Pujadas ou quoi ? C'est bien la première fois qu'une de vos chroniques me fait bondir ! .... Bon l'errance intellectuelle est humaine, espérons que ça se passe....
NOUS NE VOTERONS PLUS PS!

Si Mélenchon (pour qui j'ai voté en 2012 et je n'ai pas voté Hollande au 2ème tour) s'allie avec Hamon, je ne vote plus. Tout simplement.
Je serai comme vous, un gouverné. Point.
Une autre chronique qui m'a fait du bien :

Matière à réflexion
Et tandis que Mélenchon repousse aux calendes grecques l'heure des grandes décisions, les glaciers reculent sous l'effet inexorable du réchauffement climatique. Je penserai très fort à cet irresponsable lors de mes prochaines randonnées.
Que disait Jadot candidat à la primaire écolo ?
"Une alliance avec le PS est inenvisageable"

Ils doivent être contents, ceux qui ont voté Jadot pour cette raison !
Cher Lider Maximo,
Je ne vais pas ajouter ma goutte à la pluie de louanges qui vient de s'abattre sur votre chronique.

Quand ressortez vous le scooter ?
Cher Daniel, vous avez tout le week-end pour réfléchir à cette vilaine chronique qui vous a échappé. Profitez-en et expliquez-nous dès lundi ce qui vous est arrivé.
Il y a eu dans l’émission d’hier soir un choix de l’équipe d’animation qui m’a semblé un sommet de la bassesse (et cependant, il n’en a pas manqué dans cette soirée). C’est d’aller chercher un chef de B.A.C noir à la Guadeloupe pour l’opposer à JLM : j’ai eu mal pour cet homme, placé là uniquement pour sa couleur de peau, pour servir d’alibi au même service de Bac dans l’affaire d’Aulnay et à son comportement.
Je m’étonne que Daniel Schneidermann n’en ai pas dit un mot … alors même qu’ASI a fait une émission et des articles sur Théo. Mais l’urgence n’était sans doute pas, ce matin, de parler des bassesses de France 2
Bonjour Daniel,

Je ne serai pas aussi mordant que d'autres car je me retrouve généralement vos chroniques à la virgule près. Mais là...

Si vous ne l'avez pas encore fait, ayez la curiosité d'aller voir le site du Conseil citoyen avec lequel BH espère "enrichir son programme" à 2 mois de l'élection.

Regardez juste la vidéo de présentation et vous comprendrez.

D'une part, il ose appeler innovation le copié-collé de ce que les Insoumis ont lancé et poursuivent depuis maintenant 1 an. 1 an pour construire collectivement le programme, le faire valider par l'ensemble des signataires dont 1000 tirés au sort et symboliquement représentatifs à la convention de Lille et le sortir suffisamment longtemps à l'avance pour pouvoir le présenter, l'expliquer, défendre son chiffrage comme dimanche dernier... par respect pour les électeurs.

D'autre part, écoutez bien la fin de chacune des deux parties de la vidéo.

Celle en vidéo justement, Hamon, les yeux dans les yeux, qui-croit-en-l'intelligence-collective et où il nous promet d'intégrer au programme ce qui pourra l'enrichir. Sans plus de précisions. "Bossez les gens mais c'est moi qui décide à la fin."

Mais surtout, la fin de l'animation qui se termine en expliquant que la synthèse de tout ça sera remise directement à Benoît Hamon en avril (c'est sur qu'en mai, ça ferait vraiment tâche) et "qu'il promet de réagir dessus" (sur fond d'une pseudo signature B Hamon sur une feuille...) Plus flou que ça tu meurs.

Alors elle est où l'arnaque ? Si JLM rejoignait BH dans des conditions floues (mais pourrait-il en être autrement) sachant qu'il faut aussi dégager une majorité à l'assemblée après pour pouvoir appliquer un programme comme le notre, je prends le pari que au moins les 2/3 des insoumis iront à la pêche dès le 1er tour. Et le PS aura juste atteint son but : couler soit mais en faisant couler Mélenchon avec... Car il n'a plus qu'un pouvoir de nuisance... Alors il l'utilise à fond.

Bref, je trouve cette chronique navrante autant qu'inutile pour le débat... Et j'en suis malheureux car je vous tiens en bien plus haute estime. Mais même les meilleurs chevaux chutent parfois...
Quelle tristesse... En effet, Mélenchon n'est pas "disponible" ce week-end ; figurez-vous que la France insoumise et son candidat consacrent toute la journée du samedi 25 février à l'écologie, et non à ne je sais quoi d'autre. Rappelez-vous également que Mélenchon a invité B.Hamon à venir discuter du fond avec lui, et ce depuis que le candidat PS a remporté la primaire du PS. B.Hamon n'a pas contacté JLM, qui a dû le relancer plusieurs fois.
La France insoumise et son candidat travaillent sur le programme depuis des mois, et notamment sur le volet écologique ; écrire que le sujet est secondaire pour Mélenchon relève de la désinformation et d'un manque d'honnêteté intellectuelle qui me déçoit, mais qui reflète bien l'époque.
Étant trop fatigué pour lire et penser, j'ai allumé la machine à broyer le temps et dans un zapping magistral je suis tombé sur le moment ou Torreton balbutiait et parlait de ses genoux qui flagellent, de sa rate qui se dilate etc etc
Alors je suis resté enchaîné à cette chaîne pour la soirée jusqu'après la rencontre avec les trois gugusses plus caricaturaux l'un, l'une que l'autre dans le choix qui avait été fait d'eux.
Et j'ai vu aussi Mélenchon envoyer un revers à Pujadas sur Cuba, et le Pujadas qu'en est resté estomaqué.
Et d'abord la maire de Atomic-city, celle où la centrale de Tricastin se dresse, et si je me souviens bien celle où dans le temps on voyait un gamin jouer à faire un château de sable, comme les gamins de Hiroshima ou Nagazaki autrefois. Et la maire d'Atomic-city qui n'écoute même pas, vu qu'elle n'est pas là pour le débat mais pour faire le buzz, elle qui n'a qu'une équation, l'atome c'est la réaction en chaîne de l'emploi sans envisager les risques
Et ensuite le policier des DOM TOM, le seul policier noir interrogé sur les télés... sur un sujet qui déborderait à n'en pas douter sur l'affaire Theo, celle de cette matraque violeuse en dépit de son bon gré.
Et pour finir (je cite mon commentaire ailleurs) "une dame ayant perdu son commerce du fait de la présence des migrants de Calais. Elle s'est défendu de tout sentiment raciste ou de manquer d'attention aux plus pauvres car elle aussi a fait ça ou ça, et son père communiste, etc mais elle votera pour le FN reprenant mot à mot l'argument qu'on lui sert sur les médias du matin au soir et qu'on s'étonne de trouver ensuite dans sa bouche : je vote FN pour foutre le bordel, pour que ça change
comme ces jeunes qui disaient après avoir fichu le feu à leur cage d'escalier, "y a pas de dialogue" reprenant les analyses des experts aux JT
elle votera FN pour faire tout exploser comme les baleines qui se suicident, bien que les baleines aient peut-être des raisons qui échappent à notre raison, tandis que celles de l'électeur FN lui sont dictées envers et contre ses propres sentiments comme une justification qui d'elle-même éteint tout espoir d'un meilleur avenir"

Le tout sur fond de question d'union de la gauche avec dans le rôle de l'unionneur le PS ou ce qu'il en reste, le rôle du looser consentant Yannick Jadot, le rôle de celui qu'on voudrait voir s’aplatir Merluche qui force est de dire s'est converti comme nous tous à l'écologie vu qu'on commence à voir arriver chez nous les ours polaires et plus réalistes ces pauvres gens qui fuient devant l'arrivée du désert, vu aussi que la Grande Bretagne n'a jamais connu un tel enchaînement de catastrophes.

Mais tout cela pour rien
Macron sera élu
et comme je disais ailleurs
fini la Sécurité sociale, bonjour Uber, t'as une bonne mutuelle j'espère

A moins d'un miracle, tout est foutu, c'est Macron ou même Lepen selon le degré de masochisme des Français et l'efficacité des matraques violeuses

Et le miracle n'est pas de voir Mélenchon se ranger sous Hamon car pourquoi pas le contraire
Le miracle serait de les voir ensemble, Mélenchon revenant sur terre avec ses inepties anti-Europe (on combat mieux de l'intérieur, on réforme mieux du dedans), Hamon abjurant totalement la Loi sur le Travail

Macron sera élu
Bon, l'Europe. C'est effectivement le point central.

Je n'ai ni le talent ni le temps de developper, mais je vous incite a lire le plus possible d'articles de l'excellent Romaric Godin, sur la Tribune.

Si vous avez la flemme ou pas le temps, ma version, forcement un peu baclee : Les traites Europeens, parcequ'ils definissent une borne superieure au deficit budgetaire pour empecher le risque (qui tetanise les Allemands) que les dettes souveraines soient in-fine financees par la BCE. Ceci condamne donc les Etats (sauf l'Allemagne qui a une structure economique et une pyramide des ages a nulles autres pareilles) a une austerite sans fin dans un environement economique deprime (On en est a 10 ans de perdus pour la France, 15 pour l'Italie, et la Grece fait maintenant partie du 1/3 Monde).

Or, il n'y a aucun moyen de contraindre l'Allemagne a accepter un changement la dessus. Aucun. L'ordoliberalisme fait consensus total en Allemagne, c'est totalement transpartisant. Pour les Allemands, y renoncer, c'est comme pour nous d'accepter de supprimer tout a la fois la secu (retraites inclues) et l'assurance chomage. C'est culturellement impossible. Donc toutes les tentatives de reformes de "l'interieur" se fracasseront sur ce mur, surtout a un moment ou l'Allemagne a atteint un tel niveau de puissance que plus personne ne peut lui resister (8% du PIB d'excedent commercial l'an dernier !!!!! un truc de malade !). Il s'agit donc d'une divergence irreconciliable. Et dans ce cas, seul le divorce est possible.
d'ou la conclusion qui s'impose pour Mélenchon :

"si vous votez pour moi je sors de l'euro."

ah non pardon...il fera un "référendum".

Moi pas comprendre. Pourquoi cette étape supplémentaire ? Vous avez une explication ?

Non parceque c'est con, j'étais presque à me dire que Mélenchon était le seul homme visionnaire dans cette affaire, et puis là avec cette histoire de referundum, j'ai un tout petit doute tout à coup...
Je vais essayer de vous expliquer la logique, telle du moins que je l'ai comprise :

- le plan A c'est la négociation pour sortir des traités : voilà notre programme, nous laisserez vous l'appliquer ?
L'idée étant "accessoirement", s'il y a une chance même infime d'obtenir gain de cause, de permettre aux autres pays européens de suivre la voix. Sauver les français c'est bien, mais si on peut entraîner les autres ce serait irresponsable de ne pas tenter le coup. Et tout le monde bénéficierait d'un coup du protectionnisme solidaire, etc… à l'échelle européenne.

- Ensuite, un accord pourra être proposé. On ne peut à l'avance en connaître la teneur. Donc on le soumet aux Français, car on considère qu'ils sont souverains, que le choix leur appartient, en toute connaissance de cause.

- SI c'est non, plan B, Frexit.
oui mais je ne comprend pas le principe du référendum.

Pourquoi ne pas dire :

"Si vous votez pour moi, je soumet le plan A aux européens, et s'ils refusent vous me donnez mandat pour sortir de l'Europe". C'eut le mérite de la clarté et de la transparence.

Par ailleurs en cas de référendum, que se passe-t-il si la réponse des français est "On reste dans l'euro."
C'est quoi le plan C ?
Le référendum, c'est plus "démocratique". M'est avis aussi qu'il faudrait sortir et puis c'est tout. Mais bon, la posture du référendum sonne plus égalitaire, tribune. Je suis persuadé que le référendum penchera dans le sens d'une sortie.
Certains vont voter pour Mélenchon sans vouloir sortir de l'euro, il veut peut etre en tenir compte. Quand on vote pour un candidat, ça ne veut pas dire qu'on est 100% d'accord avec tout le programme.

Pour ma part ce qui me botte chez Mélenchon c'est sa vision, son humanisme, le passage à la 6e république et que c'est le seul en qui j'ai confiance dans ceux qui se présentent.
Car pour moi le problème N°1 de la France, devant le chômage, devant la sécurité, etc. c'est la corruption, les conflits d'intérêt et le manque de représentativité des élus.

Mais je préfère rester dans l'euro avec les avantages & désavantages que ça peut avoir. Donc ça me rassure qu'il ne prenne pas la décision tout seul. Et puis sortir de l'euro me paraît nécessiter un débat à lui tout seul, pas noyé autour des autres thèmes.
Très bien, mais vous avez conscience quand meme d'aller à l'encontre, même à l'extrême opposé de pas mal des commentateurs ici, et de l'argumentaire de la FI.

Chaque jour on a le droit à un nouvel obstacle soit-disant insurmontable pour le rapprochement.

Un jour c'est El Khomri, un autre c'est la stratégie sur l'euro justement.

Au fond il faudra bien simplement admettre, et pourquoi pas, que Mélenchon n'a juste pas envie d'un rapprochement. Ca ne colle pas avec ses aspirations, point. Pas la peine d'habiller ça de tout un tas d'arguments fallacieux.

Tiens pour le plaisir je redonne le lien vers ce superbe billet :

A lire absolument !
Le rapprochement, pour quoi faire ? Pour avoir une chance d'arriver au pouvoir. Arriver au pouvoir, pour quoi faire ? Il me semble que c'est là où le bât blesse.
@ bruno 13005 16:44 le 24/02/2017

« Chaque jour on a le droit à un nouvel obstacle soit-disant insurmontable pour le rapprochement. Un jour c'est El Khomri, un autre c'est la stratégie sur l'euro justement. »

Pour El Khomri, Valls et consorts, qui a dit que c'était insurmontable ? Il suffit que Hamon demande à Cambadélis de leur retirer l'investiture aux législatives et le problème est résolu. Comme disait ma grand-mère, quand on veut on peut. Non, ne me remerciez pas.

Pour l'euro (et les traités européens), le seul obstacle est dans l'obstination de ceux qui refusent de voir que si on n'y apporte pas de sérieux changements il sera strictement impossible de changer quoi que ce soit à la façon dont ce pays est actuellement gouverné.

Donc la balle est dans le camp de Hamon. S'il n'accepte pas ces deux conditions il sera rigoureusement incapable, étant au pouvoir, de faire autre chose que du Hollande. Et dans ce cas, il est évidemment inutile qu'il se présente à l'élection.
Oui mais ce que vous demandez est compliqué. Hamon n'est pas dans la stratégie de se détacher du P.S., il compte s'appuyer dessus.

Il n'est pas du tout sûr qu'une stratégie de rupture franche avec la majeure partie du P.S. (disons à partir des Peillonistes), soit une stratégie gagnante pour 2017.

Pour 2022 je n'en sais rien, possible que oui, mais rien n'est moins sûr.

Evidemment quand vous êtes dans une stratégie de "on fait ce qu'on peut sans concession et on voit à la fin le score qu'on a mais on reste droit dans ses bottes", ben vous gardez certes votre honneur, mais on connait d'avance la fin malheureusement : la défaite. Libre à vous de penser le contraire.

Maintenant tout ça Mélenchon le sait très bien. Il sait très bien qu'Hamon n'a pas décidé de se couper de la grande majorité du P.S., et il en joue outrageusement, et avec mauvaise foi. Cf l'histoire de sa lettre, soit-disant sensée ouvrir un dialogue (drôle de façon quand meme), mais en fait bien entendu faite pour mettre Hamon en porte à faux et en situation intenable face au reste du P.S.

Mélenchon connaissait parfaitement l'effet qu'aurait sa lettre, et maintenant il peut jouer l'homme outragé.

La réalité, comme l'ont parfaitement révélé plusieurs observateurs, dont certains dans ce forum, c'est que Mélenchon n'a aucune envie de faire d'alliance.

Son unique but est de passer devant le P.S. à cette élection dans l'espoir d'une recomposition à gauche, chose à laquelle il n'arrivera pas. La seule chose vers laquelle on s'achemine, c'est une grosse déroute pour toute la gauche, aux présidentielles et aux législatives.

Pour tous les @sinautes qui n'auraient pas compris la chronique de DS, permettez moi cette interprétation : c'est le jeu dupe grossier et inconséquent de Mélenchon que DS souligne, rien de plus.
(tout autant que les tergiversations agaçantes de Hamon).

L'heure n'est peut-être pas encore passée de faire ces deux là s'entendre, de gré ou de force !
Trop fort !

C'est Hamon qui annonce qu'il va causer à Mélenchon dès le lendemain de la primaire, et ne le fait pas.

C'est donc Hamon qui fait un coup de pute pour tuer l'élan de la France Insoumise, n'ayant lui-même aucune volonté d'union, sauf si Mélenchon se couche devant lui bien sûr.

Tout le monde est venu tanner Mélenchon, à chaque interview, encore et encore …
Il a fait une vidéo et une lettre posant les conditions, il ne peut faire mieux.

Et c'est Mélenchon qui se prend vos remarques à la con.

Bruno 13005, restez au P.S., vous avez le cerveau fait pour !
Al1, je ne parlerais pas ainsi à tes futurs amis et ministres ;-) Ce qui m'intéresse dans le point de vue de Bruno, ce sont les (autres) réponses que l'on peut opposer à ses arguments. Je ne sais pas d'ailleurs s'il est raisonnable de penser convaincre qui que ce soit dans un débat politique... mébon. Tout particulièrement, comment poursuivre dans l'idée que rien n'est dit, écrit ou joué à l'heure qu'il est, tant il peut sembler pertinent de penser que chacune des fractions de la gauche (j'écris gauche "avec des pincettes") est incapable de prendre l'ascendant ! Il est si facile de baisser les bras, de chercher la voie semblant la plus "rationnelle", la seule qui apportera son lot de circonscriptions ; tellement tentant de répéter alliances et trahisons parce que cela fait partie tout simplement de la nature humaine et politique... Comment ne pas entendre sans contre-argumenter (rabâcher parce que quoi faire d'autre qui ne fasse empirer la discorde) l'hommage fait de commisération concernant l'honneur de celui qui, droit dans ses bottes, devrait rendre des comptes face à un nouveau désaveu des électeurs et des abstentionnistes ? Droit dans ses bottes, ça fait tellement Juppé, soit dit en passant :( Que dit-on aux manipulateurs et autres pseudo-pragmatiques, quand on n'a pas perdu espoir de leur faire entendre une voix qui cause au coeur et invoque l'utopie, ah la sottise suprême mon pov'monsieur ?
Bracam, je vous remercie d'avoir pris le temps de me répondre.

J'ai bien conscience du ressort premier du vote Mélenchon : l'espoir. L'espoir d'une vraie rupture, tant attendue, et de gauche, avec le libéralisme outrancier, avec le monde de la finance décomplexée, et sa cohorte d'oligarques.

J'ai d'autant plus conscience, en conséquence, du rôle extrêmement ingrat d'être un porteur de mauvaises nouvelles.

Mais doit on se taire pour autant ?

Du haut de ma position d'anonyme, je peux me le permettre sans trop de risque, je l'avoue (position dans laquelle DS n'est pas, ce qui rend admirable sa courageuse chronique et prise de position).

La réalité c'est qu'aujourd'hui les Insoumis sont représentés par un homme qui se trompe de combat, et qui par là floue tout son électorat. Le combat de la lutte pour une place hégémonique à gauche, est un combat qui dans l'immédiat est voué à l'échec, et ne peut qu'amener défaite sur défaite. Il était légitime quand Hollande et les Vallsistes étaient aux manettes, mais il ne l'est plus avec Hamon (désolé pour ces nuances, les choses sont plus compliquées que prévu je le reconnais...).

Le véritable intérêt (objectif) des Insoumis, eut été d'avoir comme représentant, un homme et une équipe, qui cherche par tous les moyens :

1) une alliance avec Hamon

2) à peser vraiment dans l'alliance en amont (avant élections) et en aval (post élections).

Or cela ne se fait pas à coups de lettres ouvertes. Cela se fait au départ par des discussions
en "secret", en "coulisses" (je ne trouve pas le bon mot ici..), seules permettant les débats apaisés (ce qui ne veut pas dire plats), quitte à rendre publics ces débats par la suite éventuellement, et bien entendu leur résultat. Et bien entendu ce n'est ni la voie la plus simple, ni la plus confortable...

Ma seule différence peut-être avec DS, est que je considère que la réussite de cette alliance eut été qch de vraiment historique, et aujourd'hui je mettrais la victoire d'une vraie gauche à ces élections soit au même niveau, soit juste au-dessus, soit juste en-dessous (maudites hésitations moi aussi...mauvais républicain que je suis...) d'une défaite du FN.

Car nous le savons, quand bien meme le FN perdrait cette fois ci, les désillusions que vont apporter Macron et Fillon seront les plus sûrs des billets gagnants pour 2022 pour le FN.

Pour reprendre un mot de Montebourg, ces élections sont le dernier arrêt avant la victoire du FN...

Vous me direz (et on ne s'est pas privé de me le dire déjà) : pourquoi charger uniquement la barque de Mélenchon, et pas celle de Hamon.

D'une part ce n'est pas un argument. Et puis d'autre part c'est vrai je l'avoue, je charge plus celle de Mélenchon. On pourrait en discuter ici longuement, s'il y en a que ca intéresse, mais c'est une autre histoire.
Il y a en effet une dimension très particulière pour les "Insoumis" dans l'inconnue de mai 2017. Nous voyons bien ceux-là qui connaissent déjà le résultat, du pire au meilleur selon leur point de vue et leurs convictions. C'est vrai que l'on fait de la politique pour gagner ou, beaucoup mieux, pour faire gagner des idées, un programme dans le cas des Insoumis. Je suis comme vous très inquiet des chances du mouvement de Mélenchon mais, n'étant pas sondeur, je peux aussi bien croire que ce ratage de ma vie fait de moi un oracle de qualité en gardant espoir. Je plaisante.

Mais le fait est, je me répète, qu'ennemis et sans doute plus d'un soutien de Mélenchon n'ont cessé de lui jeter à la figure qu'il était responsable et coupable d'avoir fait élire Hollande qu'il critique tant (- Vous le critiquez, mais c'est vous qui l'avez fait élire, ou comment détourner un beau score électoral en outil d'inquisition). On peut imaginer ce qu'il y a d'un ultime défi politique pour Mélenchon, qui peut l'aveugler et faire craindre en effet l'échec en raison de la crispation des positions qui en résulte de tous côtés. Éliminé, il quitterait la scène, ce qui doit renforcer la hargne de ses adversaires. Je partage dramatiquement ces craintes. Mais on peut espérer aussi bien que le mouvement de le France insoumise grandisse, grandisse parce qu'il serait historique et de nouveaux électeurs en nombre vraiment convaincus, enfin, que ce candidat est différent. Manière de réponse à Cultive ton jardin qui voit une législature perdue de plus : je ne peux croire que cela nous soit permis.

Comme vous, j'apprécie la réponse de D. Schneidermann. Cela fait beaucoup de personnes sincères dont la pensée nourrit ma réflexion, et nous savons qu'en matière politique, cela peut très vite passer pour haute trahison chez des militants "énervés". Je vomis les tièdes, disent-ils alors, trop occupés à excommunier quand il faudrait agréger toutes les forces qu'ils jugent déloyales. Et nous citoyens, nous avons fondamentalement soif de justice et de refondation de nos sociétés, parce que nous n'en pouvons plus.

Simplement (!), la question me semble être, voulons-nous (pouvons-nous cette fois encore, enfin) prendre le risque d'adopter une ligne claire et intransigeante, dans laquelle, s'y étant engagé, Mélenchon promet de bannir la politique politicienne et les trahisons en coulisse, ou cela est-il la certitude de tout perdre ? Je vois comme un problème supplémentaire le fait qu'il mène sans doute sa plus grande cause, la plus aboutie et la plus mémorable, qui a débuté avec 2012. A cette époque, il l'a dit, la souffrance du "vote utile" puis l'échec subi l'ont plongés dans une profonde détresse. Je pense également qu'il ne peut tabler sur aucune vraie volonté de collaboration de la part de socialistes, chez qui il est détesté par certains à la mesure de l'inconsidération qu'il éprouve à leur égard.
En parlant de grandir, extrait de ce billet du blog de Caroline de Haas (13 février) sur une éventuelle candidature de sa part sur le mode "citoyen", dans la circonscription de El Khomri :

"Avec les militant.e.s écolo, les féministes et les syndicalistes, nous sommes tombés d’accord sur deux éléments : d’abord, cette candidature n’a de sens que si elle permet de rassembler les forces progressistes, écologistes, de gauche de l’arrondissement. De créer une dynamique avec toutes celles et ceux qui portent un projet radical de transformation de notre société. Les écologistes sont moteurs. Le Parti communiste soutient dans la perspective de construire une candidature unitaire. J’en discute aussi à La France Insoumise, qui ne veut plutôt pas (pour l’instant) soutenir de candidatures en dehors du mouvement. On garde le contact.

Au delà de la circonscription, des échanges ont lieu avec François Ruffin, candidat en Picardie ou Charlotte Marchandise, candidate aux Présidentielles, qui tente de créer un « archipel citoyen » rassemblant les député.e.s citoyen.ne.s.
(...)
Nous décidons donc d’organiser une rencontre publique et participative pour discuter de l’idée de cette candidature. (...) Cette réunion aura lieu mardi 28 février, à 19h30, à l'Atelier Montmartre, 6 rue Burcq, Paris 18e (Métro Abbesses). (...)
Cette réunion sera une première étape. L’idée est d’inventer ensemble une nouvelle façon de pratiquer la chose politique, pendant la campagne et ensuite, à l’Assemblée.
"

Curieux de savoir si elle va poursuivre, ce que devient les "écologistes sont moteurs" avec Jadot passé chez Hamon, si la France Insoumise sera intéressée comme, éventuellement, par Ruffin.
Sortir de l'euro sera inéluctable pour avoir une indépendance monétaire que nous n'avons pas aujourd'hui, donc un projet comme celui ci emprisonné dans la monnaie de l'Empire ne pourrait pas aboutir à mon avis, nous subirions le sort de la Grèce assez rapidement et on n'entendrait plus jamais parler de Peuple dans cette nouvelle dictature...
Je crois que le referendum est necessaire pour des questions formelles.

Le president malgres tout ses pouvoirs ne peut obtenir une revision constitutionnel sans un referundum ou sans en passer par les chambres reuni en congres (3/5eme des votes, avec un accord au prealable des deux chambres et du PdR), dans le cas d'une victoire du PG> presidentiel et legislative, il y'a peu de chance que M. obtienne ce(s) vote(s).

Ce que je trouve le plus deconnant dans ce plan, c'est de tenter de venir negocier avec les autres europeens avec "son slip et son couteau". 5 ans ca passe vite....
Qu'il fasse d'abord son referendum redonnant la primauté aux parlements francais, puis qu'il aille negocier un changement de l'UE avec ses partenaires, il aura au moins les mains libres pour derouler son programme, et eviter la"tsiprassisation"....
Pour commencer une negociation, il doit tuer l'espoir chez les autres europeens de pouvoir faire renoncer d'une maniere ou d'une autre au changement de cap choisi.
Le plan C c'est le gouvernement du peuple par le peuple non ?

Par contre, la clé de résolution du problème de la France avec l'Europe semble bien être la mise en application de l'article 50 de la "constitution européenne".
Le chef de gouvernement devrait donc déclencher un référendum comme en Grande-Bretagne.
Moi aussi je n'ai ni le talent d'expliquer ni le temps de traduire les souhaits de certains Allemands comme Sahra Wagenknecht à voir se réformer l'Union Européenne.

Je vous remercie de m'indiquer les lectures de Romaric Godin. Il y a une chose néanmoins que je ne comprends pas c'est cette exception "sauf l'Allemagne qui a une structure economique et une pyramide des ages a nulles autres pareilles" car elle me parait plutôt le signe d'une catastrophe pour l'Allemagne dans les années à venir
Oui, c'estveffectivement un probleme a long terme pour l'Allemagne, mais a court terme, ils n'ont pas 300000 jeunes qui arrivent tous les ans sur le marche du travail. En fait, ils ont plutot le probleme inverse et cherchent a attirer la main d'oeuvre qualifiee des pays du sud. Par ailleurs, ils ont besoin de maintenir le pouvoir d'achat de leur personnes a la retraite et la valeur de l'epargne. L'inflation n'est pas franchement leur copine alors que le reste de l'Europe en a besoin. Ensuite, une Europe du sud a genoux favorise des orix bas en Allemagne et un plus grand pouvoir d'achat 1 euro d'epargne.

En fait on est pas tant dans un systeme de monnaie unique (ou l'ensemble de la zone aurait un controle democratique sur la politique monnaitaire) que dans une situation de parites bloquees a leur niveau de 1999. Niveau qui avantage evidement l'Allemagne au detriement des autres dans la mesure ou des parites flottantes auraient depuis longtemps corrige le desequilibre commercial en rehaussant le mark et en abaissant les autres monnaies. L'Allemagne n'a accepte l'Euro qu'a la condition que la politique monnaitaire soit alignee pour toujours sur leur interet. C'etait dement d'accepter ce deal. Et ca ne tiendra de toute facon pas eternellement.
Heureusement, le peuple allemand n'est pas aussi unanime sur le sujet que vous le prétendez. Je pense notamment aux millions d'allemands qui vivent dans la pauvreté grâce aux merveilleuses politiques de la pensée unique.
Vous basez tout votre raisonnement sur quelque chose qui n'a pas vraiment de fondement, une idée reçue en réalité.
Vous ne pouvez pas prédire ce qu'il se passera quand sera engagé le débat et la crise politique qui en découlera, vous ne croyez pas à une issue positive, grand bien vous fasse, mais ayez l'humilité et l'honnêteté de reconnaître que votre croyance n'a rien de certaine.
@ DétecteurdeVérité 12:02 le 24/02/2017

« …Mélenchon revenant sur terre avec ses inepties anti-Europe (on combat mieux de l'intérieur, on réforme mieux du dedans)… »

En fait d'inepties, vous êtes vous-même remarquablement productif. Car enfin, les traités européens verrouillant toute possibilité de changement, il est tout d'abord nécessaire d'en sortir pour pouvoir ensuite changer l'Union européenne. Un gamin de cinq ans comprendrait ça.

« On combat mieux de l'intérieur, on réforme mieux du dedans » : certainement, surtout d'ailleurs si on aime les combats d'ombres et les réformes qui restent sans effet. Vous êtes sûr que votre batterie n'était pas à plat quand vous avez pondu cette jolie chose ?
Bon DS vote socialiste, c'est son droit. Il le dit, c'est son droit aussi.
Mais je trouve sa chronique dégoûtante de mépris et de mauvaise foi.
déception +++++
En tant qu'observateur depuis longtemps , j'ai remarqué qu'au moment des élections Daniel choisissait son camp. Ce n'est pas mal en soi. Mais néanmoins c'est fort apparent... Son analyse est que sans union des gauches, la France n'échapperait pas à Fillon ou Macron, c'est con mais vraisemblable.. La question reste en quoi son comportement diffère-t-il des Pujadas et autres qui avancent masqués mais néanmoins démasquables.
Une pensée émue pour les militants écologistes, qui se sont déplacés à la primaire pour élire un candidat qui préfère en fait sa carrière propre, le suivant d'une longue série d'arrivistes... ils ont juste donné à Jadot du biscuit pour négocier les postes.
Il est vrai que les écolos comme le FN offrent un parcours plus court et plus rapide à ceux qui lorgnent vers les avantages des boulots faciles et bien rémunérés de la vie politique, les apprentis "pilleurs d'état" à leur échelle.
Ces militants se seraient-ils déplacés pour voter pour Hamon?
Vous auriez pu avoir un peu de compassion pour les militants qui ont choisi Jadot lors de la primaire écolo et qui sont censés ce weekend se prononcer quant à un "éventuel" retrait de la candidature de leur élu, et qui se sont, pour un certain nombre, jurés de ne plus jamais mettre un bulletin PS dans une urne.
Ils ont un peu mal quelque part ce matin.
La soumission dans toute sa splendeur.

L'épithète de "La France insoumise", ce n'est pas pour faire joli.

L'insoumission ça ne se brade pas. En tout cas, qu'on ne compte pas sur moi pour une "victoire" dans le déshonneur.
Comprend pas l'article, méprisant pour tous, pour leur emploi du temps ? a quoi ça sers ce que vous écrivez là Daniel ? Oui ils ont des obligations et alors ? On vote demain ? on a pas le temps ? pourquoi tout dois être fait avant que ça n'arrive, avant que les medias ne regardent. La robotisation de la société ne donne plus le droit de prendre son temps, ça va faire fermer Fessenheim plus vite si Hamon et JLM se voie demain ? non , alors qu'est ce que ce mépris, ce ton condescendant. En plus, peu d'électeur de JLM seront d'accord, ON NE VEUT PLUS DU PS, votre vielle lubie. Les zintello on dit , ont promis, plus de PS, mais la devant la réalité c'est a dire voter JLM, ils reculent , ils préféreraient voter Hamon quand même et avec un ralliement de JLM ça ferait moins lâche, ils pourraient dire , même JLM le fait, alors nous on a pas le choix. N'ayez pas peur JLM va se présenter et va gagner .
je suis désolé. J'avoue qu'aujourd'hui je n'ai pas compris votre billet. Est-ce de la mauvaise foi ? une tentative d'humour très raté ? Je ne comprend pas votre message, ou vos messages. Ils semblent confus et mélangés. Peut être la fatigue du vendredi
Est-ce qu'il y a quelqu'un pour comprendre dans les médias que si Hamon veut sincèrement une candidature de gauche unitaire sur le programme qu'il a porté lors de la primaire, il doit commencer par faire le ménage dans sa propre formation.

Et dans ce domaine là, il est clair que les balais ne sont pas de sortie.
C'est vraiment curieux ce psychodrame de l'union des 2 candidats. Décidément, cette élection présidentielle est extraordinaire à tant d'égard. Elle montre bien qu'en politique comme en économie, en période de crise, les faiseurs d'opinion retournent leur veste en moins de temps qu'il ne faut pour le dire... Il y a quelques mois encore, Mélenchon et tous ceux qui se réclament de la vrai gauche, gauche radicale disent les médias, étaient rejetés dans le monde des irréalistes, des rêveurs, dont le projet certes pavé de bonnes intentions mènerait à la ruine et à la dictature communiste. A côté, on avait les socialistes, "la gauche de gouvernement", "la gauche du réel", celle "qui accepte d'exercer le pouvoir".
Bref, ces 2 pôles, hier encore comme l'eau et l'huile, il serait aujourd'hui bien naturel qu'ils se rejoignent et s'allient. D'ailleurs c'est quasiment la même chose, voyez les programmes. Et les 2 candidats, surtout Mélenchon d'ailleurs, sont sommés depuis 3 semaines de justifier qu'ils ne se fondent pas l'un en l'autre.

Cette pantomime de l'évidente fusion qui donnerait la victoire, et qui ne se fait pas à cause de l'égo des 2 chefs, ce nouvel os que les médiacrates lèchent et relèchent avec délectation tous les matin avec le même bonheur, je me demande pourquoi.

Parce que qui peut croire sérieusement à cette alliance de la carpe et du lapin. Comment un insoumis pourrait accepter de faire alliance avec le PS ? Comment tous les militants, tous les sympathisants qui suivent Mélenchon depuis toutes ces années, qui ont juré que plus jamais ils ne voteraient socialiste, comment pourraient-ils accepter que Mélenchon leur dise "finalement j'y vais pas, c'est le socialiste notre candidat, il m'a fait des promesses". Des promesses de socialiste !!!
Et parallèlement, comment peut-on imaginer que Hamon, après tout le cirque de la primaire, dont il a dit main sur le cœur qu'il en respecterait les règles, dise finalement à tous ses électeur "bah finalement j'y vais pas, en fait c'est un bulletin Mélenchon qu'il va falloir glisser dans l'urne". Il y en aurait un paquet pour crier à l'escroquerie, se disant que si ils avaient su, ils auraient voté Montebourg, ou Peillon, enfin un autre.

Mais outre ces considérations partisanes, venons en au cœur du problème. Parce que dans la fausse équation simpliste posée par les médias, une prémisse est fausse : les programmes seraient quasiment identiques. Pourtant j'ai entendu plus d'un économiste, Todd et Sapir en étant les principaux, dire que la seule question sérieuse, la mère de toutes les questions, c'est la question de l'euro. Et sur cette question essentielle, à laquelle on pourrait dire que toutes les autres sont subordonnées, les 2 candidats ont 2 réponses opposées. L'un est prêt à la rupture, pas l'autre. Une fois ce constat fait, tout est dit. Je ne voterais jamais pour un candidat ou un parti qui ne dit pas "si l'appartenance à l'union européenne et monétaire nous empêche de mettre en œuvre notre programme - tout notre programme - alors nous en sortirons".
D.S. , vous êtes trop sensible aux journalistes embedded (= embedded object : objets embarqués dans les investissements de donneurs d'ordres , auto-censeurs , auto-soumis à tous les pouvoirs ) .

Bon , je retourne sur le forum où les @sinautes ont bien décrypté le sujet traité et le traitement du sujet , comme d'habitude , comme souvent .
Si Hamon était sincère il aurait depuis longtemps quitté le PS; pour protester par exemple contre la destruction du système éducatif. Mais il a voulu continuer sa petite carrière dans ce parti.
Quel jour a choisi Mélenchon pour sa réunion de travail ? Un dimanche !
Bravo. Bel exemple pour un candidat qui s'oppose au travail dominical !
Oui, moi aussi, je peux trouver des arguments bidons pour un Mélenchon bashing.
Mauvaise pioche, je trouve, cet angle d'approche de la chronique, Daniel!
Franchement assez de vouloir sauver les meubles du PS avec ce petit Hamon sorti du panier de crabes en dernière minute pour sauver le camp de la social-démocratie! Si sympa soit-il ce petit Hamon avec ses perturbateurs endocriniens qui lui ont ouvert les yeux de l'écologie boboiste, on n'en veut pas!
On n'en veut plus! On n'y croit pas!
On est déjà assez marris d'être tombés dans le panneau et de l'avoir fait émerger aux primaires comme des couillons!
Tout ça pour le plaisir fugace de dégager cet insupportable Valls!
Faut dire que dans le clan des haineux,des traîtres, des vils, des rampants, des corrompus, des pervers, on a que l'embarras du choix, au sommet de la pyramide!
Non, franchement, on aurait grandement préféré que vous centriez votre chronique sur le démontage de cette chasse au fauve mélenchonien soigneusement orchestrée, de ces pauvres invités manipulés, instrumentalisés, baisés jusqu'à l'os, de cette perversité à l'égard des pauvres en général, cette insupportable curée SALOME-PUJADAS destinée à rendre inaudible le seul candidat un peu différent!
Immonde de bout en bout! Nauséeux!
On est sortis sales et blessés de ce spectacle.

Jusqu'à Charline de france inter, ( sympa elle aussi comme Hamon! Décidément, c'est fou comme au PS, ils sont sympas !) venue porter l'estocade finale!
Elle qui nage avec grâce dans la dictature financière imposée par les medias, est venue donner des leçons devant l'image de Castro, ( on l'attendait!) hologramme mélenchonien parfait bien sûr, dictateur mort, se dévaluant ainsi définitivement elle-même!

Non décidément,faut éteindre la TV.
Qu'on aime Mélenchon ou pas.
Il a été superbe d'intelligence, de retenue, de force intérieure, hier soir.
Top class.
Hier soir on était forcément de son côté.
Bah, c'est une comédie, et tout le monde fait semblant d'y jouer. Les injonctions pleuvent, il faut y répondre, évidemment toujours dans le même sens. Et maintenant que Y. Jadot a fait son annonce officielle, ils vont demander l'avis des militants d'EELV ! Franchement, j'aimerais pas être à leur place, et je suis triste pour les amis qui se sentent actuellement humiliés par une telle pratique. Mais bon, comprenez, il fallait savonner la planche de JLM une demi-heure avant son émission sur France 2 : c'était plus urgent, ce genre de petites gue-guerre médiatique, c'était plus urgent de provoquer JLM pour pouvoir jouer l'unité, et pouvoir dire après : voyez, c'est lui qui veut pas jouer ! Ces gens là, ils me révulsent. Je déteste ces politiciens d'appareil, ces socialistes et leurs combines, leurs magouilles, leurs jeux de pouvoir. Je jure que si Benoît Hamon était le seul candidat de la gauche, je brûlerai ma carte électorale. Jamais, c'est jamais ! Et ce petit mouvement de dernière minute vient de me convaincre de garder ma position même au second tour. Ja-mais.
Quel billet médiocre ! Consternant d'arrogance.

Quand donc, les discussions ? Pas plus tard que dimanche prochain. Plus tôt, Mélenchon ne pouvait pas -il relisait Giono ?

Oui, bien entendu, c'est vrai que Mélenchon n'en branle pas une en ce moment, quel feignant.

Pathétique !
Un article formidable sur dix. C'est pas celui-là.

C'est curieux, cette mémoire de poisson rouge chez les chroniqueurs. Si Hamon avait réellement voulu cette union, il aurait pris rdv avec Mélenchon dès le début, comme il l'avait dit. Une astuce de plus pour désigner le diviseur, celui qui fait échouer la gôôôche, j'ai nommé Mélenchon, qui lit Giono et relègue à sa secrétaire l'avenir de la France !

Quant à Jadot, quelle blague ! Oh, quelle abnégation, il met sur la table son retrait de la Présidence de la République, vous vous rendez compte ? La Présidence !!! Il aurait fait quoi ? 2% ?
Et quand on voit à quel niveau se déroulent les négos, on sait ce qu'on peut attendre d'un Hamon.

Je suis vert de rage et rouge de colère. Faut que je négocie avec moi-même pour poser mon cul.
S'il devait y avoir un accord entre ces deux éminents hommes politiques, on sent que ce sera sur la base d' une réelle camaraderie, d' une grande sincérité, et des relations confiantes ...
Certains pourraient dire ; " Bande de cons ! "
La maire de la commune de Tricastin était là, très sûre d'elle; tout va bien à Tricastin,même qu'on cultive bio aux alentours! C'est-y pas beau! Et y'a plein d'emplois grâce à la centrale, c'est merveilleux, les horribles écolos ne doivent pas briser cet avenir radieux avec leurs foutaises sur Tchernobyl et Fukushima.
Bon appétit pour le bio du département de la Drôme! Car il y a eu des fuites d'uranium au Tricastin et l'eau a été polluée, Areva condamné. A quand la prochaine? Et la radioactivité ne se dissipe pas d'un coup de baguette magique, quand la pollution radioactive est là c'est pour très longtemps, des siècles pour certains éléments.
Ah comme il était radieux le sourire de la maire
http://www.sortirdunucleaire.org/Fuite-d-uranium-au-Tricastin-AREVA

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

[quote=Daniel Schneidermann]Catastrope

Entre le lapsus, en l'occurrence lapsus calami, au trait d'esprit (der Witz), Freud* a permis d'établir la généalogie. En m'y confiant, je vous - et nous - souhaite par conséquent d'échapper dans les jours, les semaines, les années qui viennent à la désolante politique politic(h)ienne qui tellement nuit à la France aujourd'hui.


*Cf. Der Witz und seine Beziehung zum Unbewussten longtemps traduit par Le mot d'esprit et sa (ses) relation(s) à l'inconscient : trait adopté en remplacement de mot plus récemment est sémiologiquement beaucoup plus parlant.
Après le vote utile, le "vote utile pour la planète".
Cette dernière doit frétiller d'impatience à l'idée de tant de bouts de papier de "gôôôche sôôôciale et ecôôôlogique" tombés dans nos urnes républicaines.

Je pense même que la Planète, si elle avait le droit de vote (mais bon elle reste étrangère donc elle l'a toujours pas) voterait sans hésiter pour Monsieur Hamon, maintenant que son intègre chevalier Jadot a rejoint "les forces du changement dans la continuité" (ou le mouvement perpétuel enfin à portée de main, si ca c'est pas éco-responsable).
On a envie de dire "rira bien qui rira le dernier".

ps: je n'ai pas vu l'émission
Bravo Daniel,
Magnifique chronique, quelle hauteur de vue! Je n'en attendais pas moins de vous.
Un candidat se fait taper dessus pendant 2h30 dans la principale émission politique de la télé française, on lui fait le coup de la comparaison de son programme avec Le Pen (ben oui, tout le monde sait que les extrêmes se rejoignent), on lui fait rencontrer trois "français de la vraie vie" plus caricaturaux que ça tu meurs, et qui n'en avaient visiblement rien à faire ce qu'il aurait pu leur répondre, on lui fait le coup de la Syrie, de Poutine (Pujadas expert en opposants russes, un régal!), et j'en passe.
Et tout ce que vous retenez de cette scandaleuse émission, c'est qu'il ne s'est pas précipité chez Hamon pour lui faire allégeance sur base de sondages bidonnés...
Hamon qui n'a pas trouvé le temps de l'appeler en trois semaines depuis sa désignation...
Vous avez quelle marque de boules quiès pour vous empêcher de comprendre ce qui est en train de se passer?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.