Pour sauver la planète, voyez ma secrétaire !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Pour sauver la planète, voyez ma secrétaire !

"La dernière fois que vous êtes venu ici, vous étiez candidat. Vous ne l'êtes plus."

Quel spectacle incroyable, un candidat qui renonce à être candidat. Elle n'en revient pas, Elizabeth Martichoux, qui sur RTL reçoit Yannick Jadot, lequel vient de se rallier à Benoit Hamon. Décidément, ces écolos, ils ne font rien comme les autres. "Pour la première fois depuis 1974, il n'y aura pas d'écologiste à la présidentielle. Vous prenez une responsabilité historique. Vous mesurez la gravité du geste ? C'est un sacrifice pour votre famille". C'est beau, une médiacrate de RTL si charnellement attachée à la présence d'un écolo à la présidentielle. Elle souffre pour la planète, Elizabeth Martichoux.

Elle n'est pas la seule. Ah comme il vibre, Philippe Torreton. Le comédien est "l'invité inattendu" de l'émission de Pujadas et Salamé sur France 2, face à Mélenchon. Lui aussi, il vibre pour la planète : pour la première fois, voilà que les deux candidats de gauche, Hamon et Mélenchon, ont installé la planète au premier rang du programme. Quelle fête ! Elle en a de la chance, la planète. D'ailleurs, Torreton a apporté à Mélenchon un livre de Giono, L'homme qui plantait des arbres. Justement, Mélenchon adore Giono ("vous avez lu Le hussard sur le toit ?"). Comme ça tombe bien !

Mais on n'est pas là pour parler littérature. Torreton a été invité, finit par dévoiler l'impatient Pujadas, pour pousser Mélenchon à se retirer en faveur de Hamon (que vient, donc, de rallier Jadot). Seulement voilà, face au Grand Homme Qui Aime Tant Giono, Torreton cale : "je tremble des genoux" dit-il drôlement. Rires soulagés de la brochette mélenchonienne (Généreux, Autain, Corbière) devant le grand plouf de l'opération. Pourquoi cale-t-il ? Parce qu'il a vu, dans sa loge, le début de l'émission. Et il a entendu Mélenchon assurer que "la porte n'est pas fermée" à des discussions avec Hamon. Alors, si "la porte n'est pas fermée"...

Quand donc, les discussions ? Pas plus tard que dimanche prochain. Plus tôt, Mélenchon ne pouvait pas -il relisait Giono ? D'ailleurs, Hamon ne l'a pas appelé (évidemment, peuchère ! Il causait circonscriptions avec Jadot). Vendredi et samedi, Mélenchon a des obligations. Donc dès dimanche. Ah comme ils vibrent. Ah l'horizon radieux de la fermeture des centrales nucléaires en 2050. De l'abandon de Notre-Dame-des-Landes. De la fin des perturbateurs endocriniens. Hamon, Jadot, Mélenchon : comme ils vibrent tous devant la magnifique perspective. Catastrophe. Urgence. Biodiversité. Ecosystèmes. Intérêt général humain. Les grands mots se bousculent. Mais voilà : leurs agendas n'ont que vingt-quatre heures. Et ces messageries, qui mangent les messages ! Et les électeurs, que va-t-on dire aux électeurs ? Pour sauver la planète, voyez ma secrétaire, elle devrait trouver un petit créneau la semaine prochaine.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.