545
Commentaires

Politique sanitaire : le tour de passe-pass

"Le pass sanitaire étendu est un cauchemar / le pass sanitaire étendu est inévitable. Défendre ces deux propositions à la fois revient à m'administrer une triple fracture de la cohérence idéologique. Et pourtant, m'y voilà, incapable de me prononcer frontalement contre un dispositif qui active toutes mes alarmes à la fois", écrit Thibault Prévost.

Commentaires préférés des abonnés

La France de Damasio se situe en 2040.  


Ce n'est pas si loin, et on y va tout droit, avec l'aval des @sinautes qui nous avaient par le passé habitué à du recul et de la réflexion et qui paralysés par la peur en viennent à accepter n'importe quoi(...)

"Une fois qu'on a passé les bornes, il n'y a plus de limites" (Alphonse Allais).


Depuis longtemps, ce gouvernement et ceux qui le soutiennent (électeurs, journalistes, etc.) ont passé les "bornes"  des grands principes du droit, de la loi, de la (...)

Le truc bien de la situation , c'est que ça met un coup a la doctrine libérale , résumée dans la phrase de Maggie "il n'y a pas de société , il n'y a que des individus " Et puis nos petits profiteurs de guerre , veulent que nous refasions société .Sé(...)

Derniers commentaires

Il n'y a aucune "Politique sanitaire : ..." en France.

Dès le titre, le papier partait mal.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Et puis , on va pas se mentir , quand nous sommes descendus dans la rue pour réclamer le ric , vous étiez où les bobos parisiens ? Vous nous tapiez dessus , on étaient des bêtes , et aujourd'hui vous en appelez a notre raison ? Alors il faudrait qu'on se fasse vacciner pour que vous puissiez retrouver votre petite vie de bobos parisiens , vous savez quoi allez vous ....

La liberté, c'est pouvoir faire ce qui ne nuit pas autrui. La liberté de se mettre dans des situations à haut risque de contaminer les autres, en réalité, ce n'est pas une liberté mais un abus et une oppression. Les personnes qui manifestent contre le passe sanitaire, sont tout simplement des fascistes, qui considèrent qu'ils sont au dessus des autres et qu'ils ont donc le droit de les opprimer. Et ce n'est pas pour rien qu'on y trouve toute l'extrême droite

A tous les Adeptes de la Liberté  de Ne Pas Se Vacciner, je dis : " il faut  convaincre  le virus et non pas le  contraindre 

Mon téléphone n'ayant pas accès à internet je me demandais comment avoir ce fameux pass (sur Améli j'ai rien trouvé et je voulais pas y passer des heures). Finalement en allant chercher ma dose de médicaments j'ai demandé à la pharmacienne qui me l'a imprimé. Ça s'appelle pas "pass" mais certificat de vaccination c'est mieux. Ce qui me gène c'est pas d'avoir un certificat de vaccination (en Guyane il fallait le carnet de vaccination avec le vaccin contre le fièvre jaune) mais tout l'arsenal de contrôle autour, toutes les menaces de sanction. 

Restaurer la confiance qu'ils disent. Foutaise quoi.

LES DIFFICULTÉS D'ACCÈS AU VACCIN EN BANLIEUE.


J'habite en banlieue, dans une "cité", sans train, ni RER, uniquement des bus.
Je n'ai pas de voiture comme beaucoup de monde ici. (une heure de Paris en transport, les bons jours).
Ayant plus de 50 ans, je pouvais prétendre à la vaccination à partir de mi-mai, et ai entrepris mes démarches de suite.

La ville a  ouvert quelques séances de vaccination mi-mai (uniquement le we), vu la faiblesse de l'offre, elles ne sont jamais apparues dans mes recherches sur Doctolib.

Les seuls créneaux avant un mois étaient dans les villages alentours, difficilement accessibles en transport en commun ... (minimum 45 minutes avec des correspondances).


J'ai pris mes rendez-vous et ai posé les jours de congé correspondants à posteriori.

J'ai eu ma deuxième injection le 7 juillet.

IL M'A DONC FALLU PLUS D'UN MOIS 1/2 POUR ÊTRE VACCINÉE EN ÉTANT TRÈS MOTIVÉE.



Comment font les personnes qui ne sont pas familières du web pour trouver un RDV?
Comment font-elles pour trouver les bus et les horaires pour se rendre dans ces centres?
Comment font ceux qui ne peuvent pas poser des congés si aisément? Ou simplement, ceux qui ne veulent pas sacrifier 2 jours de congés pour être vaccinés? ... etc


Mon expérience est-elle vraiment marginale? J'en doute.
A-t-on vraiment cherché les freins à la vaccination? J'en doute.

Bref une politique de santé publique faite d'insultes, de mensonges, d'injonctions (souvent contradictoires), de contrôles, et de coups de matraques... NON MERCI!


Pour ces raisons, je suis allée manifester le 17 juillet et y retournerai le 24 juillet.

ABSOLUMENT RIEN D'ANTIVAX LÀ-DEDANS!

donc suppression de l'obligation du  masque dans les lieux fermés avec pass sanitaire. on est vraiment gouverné par des abrutis.

en ce 20 juillet, une pensée pour Daniel S., que ça doit démanger d'écrire un édito, 


et pour Thibault P., que j'imagine en train de plancher sur son prochain article dont le thème serait : https://www.lemonde.fr/projet-pegasus/ (-> ce nouveau scandale s'annonce énorme ! enfin, jusqu'au prochain...)



Spéciale dédicace à Thibault Prévost


J'ai une pensée pour la serveuse du café d'en face qui bosse dans la cuisine sous 43 degrés pour préparer les snacks. Je ne suis pas un partisan de l'exemple unique qui fait forcément système ; son exeple est loin d'être unique, il n'est qu'a tendre yeux et oreilles.

Voici ses propos : "Je suis vaccinée, pourtant je dois porter le masque. Et les autres collègues, c'est pareil. En cuisine, c'est l'enfer ! Régulièrement, les flics passent pour voir si on respecte les règles. On les connait pourtant, mais il parait qu'ils ont des consignes. Le patron a peur qu'avec le pass, les gens ne viennent plus. Alors, que c'est bête, on impose le masque si les gens se lèvent. Je veux dire, obliger la vaccination dans ce cas-là ? On dirait qu'ils veulent que plus rien ne marche. Il faudrait faire la révolution, mais bon, on sait que ce ne sera pas possible."

Je ne connais pas son prénom, mais je vais lui conseiller d'aller papoter avec Thibault Prévost qui va lui expliquer, après s'être administré une triple fracture de la cohérence idéologique - comme un warmup,  qu'elle est juste une petite égoïste de serveuse. 

Je n'ai pas d'avis médical sur le pass sanitaire

je m'en remets aux experts qui conseillent leur gouvernement, qu'ils soient Danois, Autrichiens, Français, etc...

tout comme je n'ai pas d'avis médical sur le vaccin


Je n'ai que mon expérience personnelle de ces embouteillages d'ambulances et de fourgons funéraires dans les Ehpad

Je n'ai que quelques expériences d'ordre privé :

outre des personnes âgées ou non âgées très proches décédées (4), cette amie qui l'a attrapé, s'en est sortie, a perdu l'odorat au point que l'odeur retrouvée au bout de presque un an a été miraculeuse pour elle, et presque délectable (c'était l'odeur d'urine des chiens ). Elle a aussi des séquelles plus graves de mémoire...

et je ne parle pas de tous ces gens rencontrés, chacun(e) avec un témoignage qui les a touché personnellement


Alors mes avis sur la liberté qui me serait dérobée... il y a d'autres libertés qui me paraissent plus essentielles, comme celle de peser pour la levée des brevets des vaccins anti covid.  

Il faut vous dire, monsieur, madame, que je suis du genre à ne pas répondre aux appels du portable quand je conduis, je suis du genre à attacher ma ceinture de sécurité, etc...


Par contre ce qui m'énerve au plus haut point, c'est que monseigneur Emmanuel, duc du Touquet-Paris Plage, futur Roy de France et de Navarre, prends cette décision au petit matin, en plain mois de juillet, sans vraiment ouvrir de débat, et alors que les autres pays l'ont prise depuis longtemps. 

Sa seigneurie décide cela quand toutes les professions concernées se mettent en préparation pour récupérer l'activité perdue, quand toutes les administrations fonctionnent au ralenti (Oups!!! veuillez faire une nouvelle tentative ultérieurement, nous nous excusons de cette panne momentanée....)

Voilà ce qui m'énerve au plus haut point. Ce roy a tout du roy absolu, c'est pas demain qu'il va se plier aux règles de la démocratie parlementaire


PS : ce qui m'énerve aussi, c'est les symboles de l'étoile de David ou de la Shoah que s'approprient des gens qui doivent certainement les afficher quand ils sont obligés de faire un régime diététique.




Barbara Stiegler mettra-t-elle les asinautes d'accord ? ;)


C'est d'utilité publique.

Grand merci pour le lien (et décidément merci à Barbara Stiegler et aussi François Ruffin).


Il y a beaucoup de choses et de réponses à des arguments donnés dans ce forum : ne pas juste réduire le débat à "pour le vaccin (et les mesures autoritaires) /contre le vaccin", les questions qui se posent encore et ne sont pas réglées (est-ce que même si on vaccine 90% de la population cela suffirait, faut-il vraiment vacciner les jeunes, est-ce que les autres mesures telles que vacciner les plus fragiles ont été essayées), le besoin d'échange et de discussion et non l'idée qu'il y aurait des personnes qui savent et les autres, jusqu'où ira-t-on sur le long terme bien sur, etc. 


J'espère que beaucoup l'écouteront.

ne pas juste réduire le débat à "pour le vaccin (et les mesures autoritaires) /contre le vaccin"


Mais c'est justement ça: il ne devrait tout simplement pas avoir de débat "pour le vaccin/contre le vaccin" , pour la bonne raison que l'on a démontré scientifiquement à la fois l'efficacité des vaccins et leur sûreté (en particulier pour les vaccins ARNm); les antivax n'ont aucun argument rationnel et sont obligés de jouer sur les peurs, d'esquiver les questions ou de simplement mentir pour ne pas reconnaître l'intérêt de la vaccination.


Après, il peut y avoir débat sur le reste (les mesures autoritaires) une fois qu'on se base sur les connaissances scientifiques établies et qu'on s'est débarrassé de toute la désinformation des antivax.


est-ce que même si on vaccine 90% de la population cela suffirait, -> ca dépend pourquoi (comme je l'ai déjà expliqué). Si on vaccine même 100% de la population, mais qu'on laisse tomber toutes les mesures sanitaires, ça ne suffira pas à enrayer la progression de la maladie; en revanche, si les vaccins sont suffisamment efficace contre les formes graves il peut être tentant pour le gouvernement de "laisser filer" la maladie et d'espérer éviter quand même une saturation des hopitaux: c'est le pari de Boris Johnson (et aussi, je pense, celui de Macron).


 faut-il vraiment vacciner les jeunes, -> Je ne sais pas,  commençons par vacciner les adultes, on verra bien ensuite


est-ce que les autres mesures telles que vacciner les plus fragiles ont été essayées -> non seulement ça a déjà été essayé, mais c'est même la stratégie du gouvernement ! Seulement, le taux de vaccination en France reste trop faible, même parmi les plus fragile.


Vous voyez les "questions se posent encore et ne sont pas réglées" sont déjà en grande partie réglées.



l'idée qu'il y aurait des personnes qui savent et les autres


De fait, il y a des personnes qui ont pris le soin de s'informer correctement sur cette maladie et sur les moyens de la combattre, et d'autres qui se contentent de recopier des "informations" qui leurs plaisent sans s'assurer de leur véracité. Est-ce qu'il faut mettre tous les avis sur un pied d'égalité ? Ou privilégier ceux qui ont fait un effort supplémentaire pour aller voir l'état de nos connaissances avant de s'exprimer sur ce forum ?

Avez-vous vu la vidéo ? Ce qui est je trouve intéressant dans son discours n'est pas qu'elle redonne des informations scientifiques, mais qu'elle montre bien que le débat ne se situe pas seulement à ce niveau (même si les connaissances scientifiques sont absolument essentielles bien sûr)


Concernant la vaccination des plus fragiles, le sujet est évoqué par François Ruffin, à 16'30 dans la vidéo (et j'entendais aussi Eric Coquerel en parler ce matin sur France inter). Je ne connaissais pas l'info suivante, c'est cela que je voulais dire : nous serions le 15e pays d'Europe dans la couverture vaccinale des populations à risque et le dernier d'Europe de l'Ouest. Avant le pass sanitaire pour toute la population, il y avait peut-être d'autres choses à faire....

J'ai vu la vidéo a peu près jusqu'à la moitié (faute de temps et car je ne trouve pas que Stiegler dit des choses très originales ou intéressantes), et si je suis globalement d'accord avec Barbara Stiegler (notamment sur le fait que la France n'a plus de politique sanitaire) mais je trouve justement qu'à force de dire que "tout n'est pas qu'une question scientifique", elle oublie que c'est surtout un problème scientifique et d'organisation. Et quand elle explique qu'il faut convaincre les gens plutôt que de les contraindre, si on ne peut qu'approuver en théorie, en pratique il est impossible de convaincre les antivax, et même pour les hésitants, c'est dépenser beaucoup d'énergie pour pas grand chose. Mieux vaut rendre la vaccination obligatoire et bien l'organiser.



Je ne connaissais pas l'info suivante, c'est cela que je voulais dire : nous serions le 15e pays d'Europe dans la couverture vaccinale des populations à risque et le dernier d'Europe de l'Ouest.


Oui, la France est très mauvais là dessus. La faute à l'absence de planification, au discours antivax et à la nullité des messages gouvernementaux, très souvent contradictoires et peu sincères. C'est la principale raison pour laquelle la 4e vague risque de faire plus mal en France que dans des pays voisins.



Avant le pass sanitaire pour toute la population, il y avait peut-être d'autres choses à faire...

Oui: vacciner l'ensemble de la population adulte le plus vite possible.

Le problème se trouve dans le saut qui permet de considérer que puisqu'il est impossible de convaincre alors il faut contraindre. Et ça ce n'est plus de la science. C'est de la politique. 

Les mesures prophylactiques fonctionnent. Elles ont montré leur efficacité. L'intérêt générale, pour vous, passe par la vaccination. Je pense aussi que c'est un élément important. Mais nous ne parlons pas de faire respecter le code de la route, là ce serait simple. Il s'agit de forcer quelqu'un a s'injecter un produit médical contre son gré. A minima cette décision devrait être démocratique, c'est à dire soumise à référendum. Nous avions plus d'un an pour lancer le débat, et ce débat a été soigneusement esquivé ou même nié par le gouvernement qui "ne rendrait jamais la vaccination obligatoire". 

Voilà où nous en sommes. 


La vrai question est donc : 

un système démocratique efficace est-il efficace parce qu'il permet d'obtenir les meilleures résultats selon une étude scientifique ou parce qu'il est démocratique ?


Si des gens ne veulent pas se faire vacciner, alors normalement, nous devrions faire avec. En continuant les règles de distanciation, en laissant se faire vacciner ceux qui le veulent et en adaptant notre société à ces contraintes un peu mieux que ça n'a été fait jusque là. Ce coût fait partie de la démocratie. Dans le cadre des droits de l'homme, mettre une amende a quelqu'un qui ne met pas le masque dans un lieu commun ça a un sens, à quelqu'un qui refuse un traitement médical, ça n'en a plus. Ou alors il faut vraiment arriver avec du sérieux, c'est à dire que la contagion se fait à vue ou dans un rayon de 200 mètres. Là, nous interdisons a des gens de faire des choses qu'ils avaient le droit de faire dans les mêmes conditions il y a six mois. C'est à dire aller dans des lieux publics en respectant quota, masque et distanciation quand ils ne sont pas symptomatiques.

Or, la preuve du fait que le risque sanitaire ne peut être maintenu dans ces conditions et sans obligation vaccinale générale n'est pas démontré. La preuve du fait que la vaccination à 100% résoudrait le problème n'existe pas non plus. Je sais que ce n'est pas ce que vous promettez, mais justement, seule une telle preuve justifierait l'obligation pour ceux qui ne veulent pas du vaccin.


Vous avez tort M. Le Gall. Vraiment. Je comprends votre point de vue mais si vous attachez du prix à la démocratie et aux droits de l'homme, politiquement vous êtes en train de vous égarer. C'est dur de maintenir des principes quand ils sont confrontés à la réalité parce que ça complique tout. On ne peut plus se contenter de prendre la solution la plus valable en fonction des dernières études. Il faut prendre la meilleure en fonction des possibilités que l'on se laisse.

Si votre propos est de dire que la vaccination obligatoire doit être l'objet d'une décision démocratique, ça tombe bien, c'est déjà le cas. 


Toute obligation vaccinale fait l'objet d'une loi, votée par le parlement démocratiquement élu. Ce n'est ni un conseil de médecin, et encore moins moi tout seul qui peut prendre une telle décision. Et vous soulignez fort justement que le parlement peut très bien prendre des décisions scientifiquement absurdes, comme il l'a d'ailleurs fait à plusieurs reprises depuis un an et demi. 


Seulement, j'ai le droit de penser qu'il vaut mieux tenir compte des connaissances scientifiques pour prendre les décisions politiques, et je constate que quand le gouvernement choisit d'ignorer la science, ça ne se passe jamais bien. 


Donc, au risque de vous deplaire, je vais continuer à demander à ce que les hommes politiques arrêtent de prendre des décisions stupides et appliquent la meilleure stratégie que nous connaissons pour en finir avec cette crise sanitaire. Et tant pis si ça froisse les antivax qui seront contraints de recevoir deux petites piqûres. 

Je n'ai pas dit que la vaccination obligatoire doit être l'objet d'une décision légale. J'ai dit qu'elle ne devrait pas être obligatoire mais qui si elle devait être alors il faudrait qu'elle advienne par une décision démocratique, comme un référendum. Cela ne correspond donc pas à un vote de l'assemblée. Quand il s'agit de déterminer la vitesse max sur les routes des représentants de la République élus peuvent faire le job, quand il s'agit de forcer des gens à recevoir un traitement médical alors cela ne devrait plus suffire. Ne confondez pas démocratique et constitutionnellement légal, cela n'a rien à voir.


Bon. Votre attachement à la démocratie s'arrête à ce que vous pensez être le mieux et tout est bon pour que ça se réalise. Au moins c'est clair. C'est sûr que pour les non-démocrates ça passe crème. Vous auriez dû commencer par là, cela aurait été plus franc.


Ah, mais c'est ça votre problème: votre définition très particulière de la démocratie, que vous limitez à l'usage du référendum. Il va falloir que vous m'expliquiez pourquoi les pays les plus démocratiques du monde (les pays scandinaves, l'Allemagne, etc) n'ont tout simplement pas de référendum. De fait, le référendum a souvent été utilisé comme une arme anti-démocratique par des autocrates comme Napoleon, de Gaulle, etc. Ce que vous défendez, ce n'est pas la démocratie, c'est le populisme. 


On peut bien sûr argumenter que la constitution de la 5eme république n'est pas très démocratique, mais c'est justement à cause de la toute puissance de ce président élu au suffrage universel et qui écrase le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. C'est pour ça que ceux qui défendent l'idée d'une 6ème république plus démocratique (comme moi ou encore Jean-Luc Mélenchon) veulent revenir à une démocratie parlementaire et non plus un régime présidentiel.


Donc voila: une loi votée par le parlement est certainement plus démocratique qu'un référendum, et c'est clair que vous ne défendez pas la démocratie.


Et la décision d'imposer la vaccination est une des plus simples à prendre: contrairement à beaucoup de décisions politiques où la bonne décision n'est pas évidente (c'est pour ça qu'il y a des oppositions gauche-droite et des débats d'idées), il n'y a aucun inconvénient à vacciner les gens.




Là où je ne suis pas d'accord avec vous, c'est que pour le pouvoir, pour les autorités, centralisées, locales, pour l'opinion publique - que je définis comme les grands médias et les voix qui portent sur les réseaux, la crise sanitaire ne prendra jamais fin. Parce que c'est trop commode.
 
Non pas que ce monde d'en-haut soit fasciste. Mais dans un monde ou la mondialisation (associée ici à l'autocratie française) voit tout le monde décrocher et les politiques être impuissant.es, le contrôle social est le seul moyen de faire tenir l'édifice.

Il n'y aucune politique de santé, c'est voulu. Macron assume de pondre des décisions autoritaires qui ne rateront pas un seul quidam pour ne pas dépenser un seul euro. Tout le monde le voit, tout le monde le sait.

Et nous, on parle de quoi ici ? De savoir s'il faut contraindre ou non. On cause médecine, études. C'est bien, ce n'est pas moi qui voudrait interdire ou traiter d'andouilles les spécialistes du forum,  mais est ce le sujet ?

On peut être élu avec 150 voix et l’abstention de 70% du corps électoral n'est pas considéré comme un acte politique.

Alors, va pour le pass, va pour le plus long couvre-feu de l'histoire (sûrement) va pour un état d'urgence permanent, et va pour "un jour on en sortira, ne vous inquiétez pas"...

Mais on en sortira jamais.

Il ne fait nulle doute que la crise sanitaire arrange bien les affaires des politiciens. Comme les attentats terroristes, qui leur permettent de passer leurs lois de plus en plus répressive.


Mais si on veut s'en sortir, justement, il faut se débarasser de ce virus. Car tant que le virus circulera en raturant les hopitaux et en faisant des milliers de morts, on ne pourra pas avoir une vie normale ou une démocratie apaisée. Et la meilleure arme dont nous disposons en ce moment, c'est les vaccins. Utilisons-la.

Justement Tristan, "Mais si ON veut s'en sortir", c'est qui le "on" ?

C'est une question très sérieuse, pas de la provocation.

Parce que de la réponse, dépend la définition d'"une vie normale", ou d'"une démocratie apaisée".

La démocratie n'est plus apaisée depuis longtemps.


Ce ON, c'est vous, c'est moi, c'est le jeune étudiant comme le vieux retraité, bref c'est tout le monde. 



Tout le monde, sauf le pouvoir, n'est ce pas ?

Vous savez que l'on ne sortira donc pas.

tout le monde, y compris le pouvoir. Le covid19, ça les arrange par certains aspects (contrôle social), mais par d'autres (crise économique) ça les emmerde beaucoup.

Et ben voyez, je ne crois même pas. Parce que depuis 40 ans, les politiques français.es bousillent les industries, privatisent le public, file du fric à des repreneurs qui saquent tout le monde.
Je ne vois pas en quoi la baisse de l'activité due au covid à de quoi les inquiéter. Plein de pognon a été lâché, c'est vrai, mais pas sur la santé (juste des bravo). Je suis aussi convaincu de cela quand je vois que les States et les Brits augmentes l’impôt sur les sociétés quand la France s'u refuse en vomissant.

Le pouvoir français est une autocratie qui vit en autosuffisance. Elle place sa Cours dans quelques grosses boites qui ne peuvent rien lui refuser, car en France, c'est l'Etat qui décide de tout.

Ces gens-là sont des parasites qui ont la main sur tout. Vous pouvez toujours espérer que l'on sorte du covid sans leur aval.

"Ces gens-là sont des parasites qui ont la main sur tout"


Prudence avec ce genre de raisonnement.

C'est-à-dire ?

La crise économique allait de toute façon refaire surface c'est systémique. 

Le covid et le vaccin seront une nouvelle excuse pour se dédouaner. "C'est la faute à pas de chance" diront-ils

" Il ne fait nulle doute que la crise sanitaire arrange bien les affaires des politiciens. Comme les attentats terroristes, qui leur permettent de passer leurs lois de plus en plus répressive.


Mais si on veut s'en sortir"

"Mais" ? Vous arrivez à assumer un "mais" après le constat lucide qui précède ? Chapeau.  

Parce que après le "mais", vous perdez selon moi toute lucidité. Les hôpitaux sont exsangues parce qu'ils sont tués à petit feux depuis 25 ans. Depuis mars 2020, la tendance ne s'est pas inversée. Macron a menti, fait n'importe quoi, on peut même imputer à Macron une responsabilité directe dans la mort de millier de gens pour ne jamais avoir tenté dès mars 2020 une politique d'arrêt de la propagation du virus par un tracage/isolement.
 
Comment croire que l'on PEUT (et pas veut, hein) sortir de ce merdier ?

Et encore une fois : c'est qui, "on" ?



 

"Il ne fait nulle doute que la crise sanitaire arrange bien les affaires des politiciens.  

Du coup, comment éradiquer la maladie si le pouvoir, jacobin, central, qui gouverne par ordonnances, qui a créé un état d'urgence pour l'occasion,  s'en arrange ?
Comment faire sans l'Etat ? CA revient à cela, je pense.

Du coup, comment éradiquer la maladie si le pouvoir, jacobin, central, qui gouverne par ordonnances, qui a créé un état d'urgence pour l'occasion,  s'en arrange ?


Je vous ai dit comment: en vous faisant vacciner, et en incitant les autres à le faire.


Ok, vous êtes aux fraises, quoi.

Je vous ai donné la solution. Vous n'en voulez pas ? 


Qu'est ce que je disais déjà ? ah oui: combien veulent réellement des réponses à ces questions , combien sont prêts à accepter ce que disent les scientifiques quand le discours des scientifiques va à l'encontre de leurs croyances ?


Merci d'avoir illustré cela. J'arrête donc cette conversation qui ne mène à rien.

Je comprends que vous en ayez assez, mais votre solution n'est pas possible,

On ne peut pas individuellement convaincre autrui et espérer une contagion de la bonne parole, tout ça sans l'aide de l'Etat française, machine autocratique omnipotente dont les buts antisociaux s’accommodent du covid à répétition.

Celui qui empêche que l'on sorte du covid, ce n'est pas le septique, c'est Macron, de part sa seule politique. Point barre.

Voilà. Bon weekend Tristan.

Je vous asticote une dernière fois...

Inciter individuellement à la vaccination, en en parlant autour de vous, revient à être perçu comme le gentil flic qui vient adoucir le moment avec de la pédagogie après que le méchant flic Macron l'ait imposé parce que la pédagogie, c'est terminé.

Vous vous retrouvez du côté des affreux.

C'est pour ça que ça marchera pas.

Peut être qu'avec un gouvernement moins autori... Mais alors on aurait, pour un temps, arrêté la propagation du virus sans vaccin, à la Néozélandaise.

La difference essentielle que vous voyez entre la france et la nouvelle zelande pour arreter la propagation d un virus c'est l'autoritarisme du gouvernement ?


Moi qui betement pensais, de tout evidence trop simplement, que cétait a cause de l'isolement de l'ile dans le pacifique, ainsi que la faible densite de population.

Ces gens étaient en fin de contrat déterminé. Il n'existait pas de postes vacants loin du public leur correspondant, selon les autorités kiwies.
Tiré de la lecture de l'article.

Un titre de presse ne dit pas tout. C'est même sa vocation.

La Nouvelle-Zélande a exigé que tous les travailleurs frontaliers de première ligne soient vaccinés contre le coronavirus avant la fin avril. En conséquence, neuf agents des douanes se sont fait licencier pour avoir refusé ce vaccin [...]les douaniers de première ligne ne voulant pas se faire vacciner, seraient transférés dans d'autres fonctions des douanes.[...]Jacinda Funnell, directrice générale adjointe des douanes pour les personnes et les capacités, a expliqué qu'aucun autre travail n'a pu être trouvé pour transférer les neuf travailleurs ayant refusé le vaccin. . Ces derniers avaient un contrat à durée déterminée à la frontière maritime


Pas de bras,pas de chocolat

Pas de vaccin, pas de fifrelins


Et ben non. Il y a eu aussi une volonté politique de tracer et isoler, de confiner pour stopper la contamination.

Confinement discriminatoire (les fragiles confinés, c'est pire que les non-vaccinés confinés non ? vu qu'ils ne peuvent rien contre leur état fragile), obligation de noter son nom pour aller dans les espaces publics, centre d'isolement contrôlé, confinement localisé (ex: confinement d'une ville pour 4cas)....


C'est à peu près ce que je préconisais en début de pandémie donc je ne peux qu'être en accord avec ça. Mais dire que c'est moins autoritaire que la France... ?

L'autoritaire ne sert qu'à protéger les miches d'un système politique.

Là bas, ça été volontariste, il y a avait un but atteindre : la fin de la progression du virus.

Ici, toutes les mesures coercitives n'ont eu pour seul but que d'éviter à Macron de mettre un euro dans la santé. Ça ne s'arrêtera jamais.

Une sacrée différence

Vous parlez d'un pays - de situations -  qui n'existe pas. Sinon, nous serions déjà sortis du covid.

" en vous faisant vacciner, et en incitant les autres à le faire. "

Ca ne peut pas se passer, pas dans un pays qui possède une telle gouvernance autocratique.

Nos somme des êtres, des collectifs, des individualités existentielles : on ne peut pas agir en un large groupe homogène contre ce qui est considéré comme l'autorité, détentrice de la raison. On ne peut pas inciter à la vaccination, même  avec les paroles de la raison, quand Macron s'en sert comme d'un martinet. 

C'est curieux comme vous m'accusez de bonapartisme juste parce que j'ai écrit le mot référendum.


Le sens de démocratique dans cette situation venait juste de son sens d'origine, le peuple décide de cette loi. Pas tout le temps, pas toutes les lois, il a des représentants, mais pour ce genre de décision qui relève de la liberté individuelle de s’inoculer un produit médical je pense que le sens d'origine devient important.

D'ailleurs je parle de décision démocratique, pas de la démocratie en générale qui devrait être référendaire. vous combattez des moulins parce que vous n'avez pas grand chose sur le fond en fait.


Nous parlions d'obligation vaccinale. 

Je soutiens qu'elle n'est pas souhaitable car elle vient secouer les libertés individuelles sans justifier l'absolu nécessité d'y recourir et que les mesures précédentes plus l'accès au vaccin à ceux qui le souhaitent peuvent offrir une solution acceptable.

Vous soutenez que  seule la vaccination de tous, en plus du reste, pourra avoir un résultat significatif et en tout cas meilleurs que toutes les autres solutions sur la base d'études scientifiques qui montrent que, individuellement, les gens vaccinés sont mieux protégés que les non-vaccinés et que globalement, les cas graves sont d'autant moins fréquents que la proportion des vaccinés est élevée.

Je soutiens ensuite que, serait-elle plus efficace, cela ne justifie toujours pas l'abandon de grands principes démocratiques et de liberté individuelle tant que l'impossibilité de faire autrement n'est pas démontrée et que l'insuffisance de la vaccination volontaire en plus des autres précautions n'est pas démontrée non plus. Je précise aussi que le grand principe d'un régime démocratique n'est pas d'être le plus efficace possible mais d'être le plus démocratique possible.


J'ai concédé au fil du débat qu'au moins, si obligation il devait y avoir (car je ne rejette pas l'idée par principe) il faudrait que la décision soit la plus démocratique possible. Vous en profitez pour digresser sur autre chose avec le bonapartisme, le parlementarisme et la sixième république. Ok.

J'aurais du me méfier parce que vous partez dès que vous pouvez ailleurs pour esquiver des arguments. Je n'aurais pas du offrir cette voie de garage. C'est de ma faute. Oublions cette concession et revenons au fond.


Qu'est-ce qui fait que vous n'envisagez même pas la possibilité d'une solution intermédiaire, même moins rapidement concluante mais satisfaisante, en considérant que la volonté des personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner doit être purement et simplement ignorée au risque de gravement destabiliser dans ses principes le régime politique de notre pays ?


Franchement, "les antivax", combien de divisions ? A peu près autant que les persuadé.es que la Terre est plate, non ? Ils ne sont rien à l'échelle d'une nation, comme la notre. Se focaliser sur eux, ce n'est pas très honnête.

La plupart des citoyen.es doute des oukazes de Macron sur la logique vaccinale, ou se posent des questions médicales quant à leur propre vaccination, ça n'a rien à voir du tout.

Quand à la meilleure stratégie contre le vaccin dont vous parler, cela signifie reconstruire une politique de santé. Ça n'interviendra que quand la gauche sociale sera au pouvoir. Sinon, on peut continuer à compter les futurs jours de confinement.

Franchement, "les antivax", combien de divisions ? A peu près autant que les persuadé.es que la Terre est plate, non ? Ils ne sont rien à l'échelle d'une nation, comme la notre. Se focaliser sur eux, ce n'est pas très honnête.


Plus que vous ne le croyez. Il y en a même certains sur ce forum. Sans compter ceux qui disent "je ne suis pas antivax mais ..." pour ensuite parler comme un antivax.



La plupart des citoyen.es doute des oukazes de Macron sur la logique vaccinale, ou se posent des questions médicales quant à leur propre vaccination, ça n'a rien à voir du tout.


Quand ces doutes et ces questions reprennent le discours des antivax, la différence avec les antivax est plus que subtile. Combien veulent réellement des réponses à ces questions , combien sont prêts à accepter ce que disent les scientifiques quand le discours des scientifiques va à l'encontre de leurs croyances ?



Quand à la meilleure stratégie contre le vaccin dont vous parler, cela signifie reconstruire une politique de santé.


La meilleure stratégie contre le vaccin ? :-) 


Mais puisqu'on parle de reconstruire une politique de santé publique, cette crise est justement l'occasion de le faire, par exemple en commençant par organiser la vaccination de tous les adultes.


Je ne sais pas d'où vous tenez toutes ces certitudes sur les déterminismes des individus. Je suppose que quand on tient un ennemi imaginaire si apparemment  réel, on ne le lâche pas facilement.
 
Je l'avoue, on ne peut être davantage en désaccord tous les deux , sur la forme et sur le fond. On ne voit ce qui est devant nous de la même façon.
 
(ah flûte, j'avais seulement repéré l'infinitif à la place de la conjugaison, moi :) ! ).

Vous avez raison, cet ennemi est totalement imaginaire. Les dizaines de messages (rien que sur ce fil) expliquant que la vaccination c'est pas bien, qu'ils n'en veulent pas, etc ont été écrits par des bots ou des fantômes. J'ai eu tort de croire qu'ils ont été écrit par des être humains.



Des dizaines, quand nous sommes des millions. Apaisez votre crainte en lisant des papier sur les difficultés à accéder à la vaccination, même en ce mois de juillet, les doutes médicaux des Français.es avant d'y aller, celles et ceux qui n'y arrivent pas avec le Web, celles et ceux qui n'on pas de réseaux.

Juste des dizaines de gens face à des millions d'autres aux justes préoccupations, ça devrait suffire à retirer vos craintes.

"Toute obligation vaccinale fait l'objet d'une loi, votée par le parlement démocratiquement élu."


Vous ressemblez à une alouette en face d'un miroir.


Le parlement n'a pas élaboré cette "loi". 

Il doit en débattre de façon marathonienne et le seul recours des parlementaires pour faire entendre leurs voix c'est de multiplier les amendements ce qui leur est reproché parce qu'ils "font de l'obstruction"


Désaveuglez vous un peu. 

Cette démocratie si chère à votre cœur n'en n'est plus une depuis longtemps.

Nous sommes dirigé par une caste. La démocratie n'est plus.

Plus leur légitimité va être remis en question par les Français et plus ils vont devenir violents et autoritaires.

Et c'est la même histoire depuis Rome. Ceux qui nous traite de mauvais augure devrait relire l'histoire. 

Cette démocratie si chère à votre cœur n'en n'est plus une depuis longtemps.


Depuis 1958. Vive la 6e république !



Pour le reste, vous êtes un peu hors sujet, le point que défend Francis Clément est que seul le référendum est démocratique, je soutiens au contraire qu'il vaut mieux une démocratie parlementaire.

Soit.

Vive la sixième république.


Et qu faites vous pour qu'elle advienne, sinon dépenser votre énergie à dénigrer le seul mouvement qui réclame qu'elle advienne ?


Je ne dénigre personne. Et il y a heureusement plus d'un mouvement politique qui demande l'instauration d'une 6eme république, c'est une idée assez consensuelle à gauche.


"c'est une idée assez consensuelle à gauche."


Ah bon ?

Oui. la plupart d'EELV, le PCF, une bonne partie du PS, la LFI sont pour, le NPA et LO le sont plus ou moins (eux préfèrent une révolution)

C'est vrai, mais la 6me serait elle-même une sacrée révolution....

Vous avez oublié LREM, le PR, le RN et tous ceux qui espèrent gratter du fric en participant au prochain sweepstake de la république.


C'est un peu facile, mais vous semblez aimer la facilité, d'écrire que tout le monde veut ceci ou cela.


Encore faudrait-il le prouver, sources à l'appui.

Je n'ai jamais écrit cela. C'est ce que vous utilisez pour échapper au débat initial qui parle d’obligation vaccinale. J'ai juste concédé que si une loi d'une telle importance que l'obligation vaccinale devait être décidée, elle devrait l'être avec une décision la plus démocratique possible et que le plus démocratique possible qui existe c'est quand chaque citoyen vote lui-même la loi qui s'impose à lui.

Je n'ai eu de cesse de préciser que pour des lois moins critiques sur le plan des libertés l'Assemblée suffit amplement.


Un champ d'hommes de pailles ne vous suffirait pas.

Moui... L'état de nos connaissance n'existe pas. LES états de nos connaissances plutôt qui sont souvent contradictoires s'agissant d'un sujet très récent et très complexe. Le consensus scientifique est quelque chose de flou, mouvant et qui change avec le temps. Qui le définit vu le caractère brûlant du sujet ? Les médias ? A ce moment là, cela dépend surtout de leurs réseaux qui se sont établis sur des critères subjectifs ("bons clients"...). Je ne dénie pas que beaucoup d'antivax délirent complètement et dérivent vers le séparatisme, d'ailleurs renforcés par la perte de confiance dans les autorités lorsqu'elle se dédisent tous les 2 mois... mais je pourrais aussi inverser le truc : je rencontre beaucoup de gens qui se reposent sur le "consensus" scientifique tel que perçu par les médias par flemme sans réfléchir et qui l'ouvrent fort ("les gens non vaccinés sont des criminels") et d'un autre côté, je connais pas mal de septiques qui se renseignent, ont des compétences et ont des vrais arguments pour se méfier. A moins que vous n'intégriez également dans "ceux qui ont fait un effort supplémentaire" des gens qui ne sont pas du même avis que vous.


Par exemple, la question de la vaccination des enfants sur laquelle nous avons déjà échangé dépasse de loin la question scientifique et se trouve être une question éthique et politique, voire démocratique. Voir à ce sujet le rapport du conseil national d'éthique (https://www.ccne-ethique.fr/fr/actualites/enjeux-ethiques-relatifs-la-vaccination-contre-la-covid-19-des-enfants-et-des-adolescents) qui incite au minimum à la prudence malgré les injonctions et slogans officiels... questions complexes qui ne sont pas vraiment relayées car "nous sommes en guerre", quitte à bannir la réflexion et risquer les erreurs massives (8,4 M de 10-19 ans en France avec un taux d'effets indésirables grave des vaccins de 0,047%, ça fait potentiellement du monde (environ 4 000 enfants qui risquent des affections graves)... Je n'ai pas pour l'instant trouvé d'arguments convaincants pour vacciner les enfants malgré les slogans que j'entends partout.


Bref, la prudence et la modestie s'impose plus que jamais je crois. Et les arguments solides et terre-à-terre doivent selon moi remplacer les solgans pour convaincre les gens à vacciner leurs enfants...

L'état de nos connaissances, à un moment donné, n'est pas multiple ou flou. Il y a des questions auxquelles on a des réponses, d'autres qui sont toujours ouvertes. Les connaissances sont pondérées par une appréciation du niveau de preuves qui ont permis de les établir. 


Évidemment, cet état des connaissances évolue avec les nouvelles données, études etc. Mais, à un instant donné, il est sur quoi nous devons fonder nos décisions. 


Pour prendre l'exemple de la vaccination des adolescents par des vaccins ARNm, l'état des connaissances est le suivant :

1) la vaccination est efficace pour prévenir les formes graves de covid19 et éviter des hospitalisation (niveau de preuve très fort) 

2) la très grande majorité des vaccinations se fait sans effet secondaires graves (niveau de preuve très fort) 

3) il est probable que la vaccination augmente le risque de myocarde dans de rares cas (niveau de preuve moyen) 


L'état des connaissances est susceptible d'évoluer, en particulier sur le point 3, qui sera confirmé (ou infirmé) prochainement. Mais il permet de prendre des décisions en connaissance de cause. En particulier, décider s'il faut vacciner ou non les adolescents. Je suis d'accord avec vous pour dire que cette décision relève aussi de l'éthique et de la politique, et comme je l'ai déjà dit, je n'ai pas de certitude sur la réponse à donner. 


Mais quelle que soit la décision, cela ne change rien au fait qu'il existe un état des connaissances et qu'il vaut mieux le connaître avant de débattre. 

Vous êtes affligeant de certitudes...


"la vaccination est efficace pour prévenir les formes graves de covid19 et éviter des hospitalisation (niveau de preuve très fort) "

Ah ??? Elles sont où les preuves ??? Il s'agit tout au plus d'observations comparatives et statistiques.


"la très grande majorité des vaccinations se fait sans effet secondaires graves (niveau de preuve très fort)"

Super ! les minoritaires ne comptent pas.  J'imagine que vous êtes persuadé que cela ne vous arrivera donc jamais.  Vous jouez à la roulette russe ? Et vous gagnez à chaque fois ???

Juste pour info, au cas où leur sort vous intéresserait un petit peu quand même : les minoritaires qui ont déjà fait gravement les frais d'une vaccination se revaccinent rarement. Quand ils le font, ils ont le sentiment de monter sur l'échafaud. 


Quant à votre blabla sur l'état des connaissances qui est à la fois "une référence qu'on doit suivre" et "susceptible d'évoluer", ça ressemble à des décisions politiques prises à la va vite et continuellement sans aucune réflexion. Ca me rappelle vraiment quelque chose.

Le chiffre de 0.047 % sort d'ou ?

Je cherche les effets secondaires et leurs gravites mais impossibled emettre la main sur des chiffres fiable.

Rapport ANSM Suivi de cas d'effets indésirables des vaccins - point hebdomadaire au 24/06/2021 : p.3 : 55 349 cas d'effets indésirables tous vaccins confondus, dont 28% de cas graves (donc environ 15 500 cas graves sur 33 300 000 personnes vaccinées à cette date. Ca fait 15 500 / 33 300 000 = 0,047%.




Ok merci beaucoup les chiffres sont solides et c'est exactement ce que je voulais.

 On peut noter que les vaccins a ARNm donnent bien moins d'effets secondaires et notamment les graves, j'aurai donc tendance a diminuer le chiffre que vous donnez en prediction. 

Ca tombe bien car pfizer est celui qui est le plus utilise actuellement.


J'ai regarde le dernier rapport (Jusqu'au 8 juillet 2021) et cette phrase est presente dans la partie Pfizer : 

Depuis le 15 juin 2021, la vaccination chez les sujets les plus jeunes (12-18 ans) est possible avec le vaccin Comirnaty et, à ce jour près de 1.000.000 ont reçu au moins une injection. Au total, 75 cas d’événements indésirables dont 28 graves ont été observés après la vaccination. Au vu de ces données, le profil des effets indésirables chez les patients de 12-18 ans est globalement semblable à celui des patients adultes. 


28/1.00.000 = 0.0028%


donc si on extrapole de facon optimiste aux 8.4 M de 10-19ans ca fait 235 cas grave.


Apres il manque comme information 

-a quelle moment apparaissent ces effets secondaires grave plutot premiere ou seconde dose ?

-Quelle est le profil des personnes qui ont developpes des effets secondaires graves.


Merci pour cette précision... J'avoue ne plus trop comprendre, d'après ce dernier rapport, les jeunes seraient 20 fois moins atteints par les effets graves du vaccin ! Or j'ai lu dans une étude du service de santé US que les cas de myocardites sont plus fréquents chez eux...  Et quel serait le mécanisme qui leur ferait échapper aux effets graves plus que le reste de la population ? Bizarre quand même...

Oui ca semble etre le cas pour les myocardites (mais peut etre pas pour les autres effets graves ?)qui visent principalement les hommes et semblent etre tres bien soignees.


ici

Using myocarditis cases reported to VAERS with onset within 7 days after dose 2 of an mRNA vaccine, crude reporting rates (i.e., using confirmed and unconfirmed cases) per million second dose recipients were calculated using national COVID-19 vaccine administration data as of June 11, 2021. Myocarditis reporting rates were 40.6 cases per million second doses of mRNA COVID-19 vaccines administered to males aged 12−29 years and 2.4 per million second doses administered to males aged ≥30 years; reporting rates among females in these age groups were 4.2 and 1.0 per million second doses, respectively.*** The highest reporting rates were among males aged 12−17 years and those aged 18−24 years (62.8 and 50.5 reported myocarditis cases per million second doses of mRNA COVID-19 vaccine administered, respectively).  


Merci pour cet article. Donc 63 myocardites par million pour les 12-19 ans, ça fait 0,0063%, affection qui serait donc à elle seule deux fois plus fréquente que tous les effets graves indiqués par l'ANSM pour les 12-18 ans (0,0028%) dans le rapport de du 8 juillet. Ce dernier chiffre semble donc erroné. Par précaution, je reste sur mes 0,047% d'effets secondaires graves calculé pour l'ensemble des classes d'âges vaccinées...

On peut aussi partir du principe qu'on ne  maitrise pas assez le sujet pour prendre les bonnes carottes pour le calcul de choux. :)

Moi ça m'intéresse de comprendre quand on voit que les institutions de référence ne concluent pas dans le même sens (Comité National d'Ethique et Conseil Scientifique)... Et quand le problème n'admet pas une solution simple, c'est à chacun d'aller à la pêche aux infos et de se cultiver en même temps. Après, je suis d'accord il ne faut pas oublier ses propres limites....

A partir d moment où il y a encore plusieurs incertitudes sur le sujet et que cela n'empêche pas des mesures telles que le passe sanitaire d'être prises, je peux comprendre que l'on essaie de calculer le chou, même si on n'a pas les bonnes carottes, car le gouvernement ne les a malheureusement pas non plus sans doute, mais pourtant il fait comme si et il nous les impose.

Oh les chiffres commencent a etre present et donc les gouvernements peuvent y avoir acces. A partir de 1 millions de "cobayes" jeunes on commence a avoir des resultats assez fiables sur les calculs du choux.

Ca me parait etre de la mauvaise fois de dire que l'on a pas les chiffres.


Regardez le liens que j'ai mis du CDC ici, regardez le tableau final pour la tranche d'age 12-17 garcon comme fille.

Les benefices de la vaccination surpassent les risques avec les vaccins a ARNm.

Très intéressant encore une fois. Selon votre lien, pour les garçons de 12-17 ans, par million de vaccinés : cas de réanimation covid évités par le vaccin : 71, myocardites attendues : 56-69 cas. Donc même ordre de grandeur, bénéfice au minimum très discutable pour les enfants... Mais qu'en est-il des autres affections graves provoquées par le vaccin ? Les myocardites n'en sont qu'une petite partie selon les chiffres de l'ANSM... Pourquoi ce choix de ne prendre en compte que les myocardites ? Sans doute parceque le lien de cause à effet est le seul prouvé, mais dans le doute permettez moi de ne pas être aussi optimiste pour ce qui est du bénéfice risque positif pour les enfants

Je ne sais pas ce que vaut cet article, mais il me semble fiable. Il reprend notamment les chiffres du CDC que vous donnez et plusieurs éléments sont intéressants, par exemple :


Au vu de ces chiffres, on ne peut donc pas exclure complètement pour l’instant que chez des adolescents en bonne santé, le risque de myocardite ajouté à celui d’autres effets secondaires très rares des vaccins, comme des allergies, puisse être supérieur, ou du moins du même ordre de grandeur, que les risques de la COVID. 

Aux États-Unis, cinq cardiologues, pédiatres et épidémiologistes ont d’ailleurs publié une lettre ouverte dans la revue MedPageToday, dans laquelle ils critiquent vertement la décision des CDC. Ils leur reprochent de ne pas avoir examiné la possibilité que, par exemple, les adolescents ne reçoivent qu’une dose du vaccin, puisque les risques de myocardite sont associés à la seconde dose, ou encore que les deux doses soient données seulement aux ados ayant des facteurs de risque de COVID grave. De fait, pour l’instant, les autorités de santé n’ont pas exploré cette voie, pas plus aux États-Unis qu’ailleurs. 


Merci pour ce lien qui illustre bien que non les choses ne sont pas si simple que les slogans que l'on nous assène, certes de bonne foi le plus souvent, mais sans tenir compte de la réalité des choses. Pour moi les chiffres ne justifient pas pour l'instant de prendre le risque de vacciner collectivement les enfants contre le Covid...

Pour les garcons uniquement.

Pour les filles, le risque est 10 fois moins present.

Je ne sais pas aussi si toutes les myocardites sont consideres comme effets secondaire grave.

En tout cas le CDC considere que la balance benefice/risque pour les enfants est en faveur de la vaccination.

Je complète mon message précédent : 


Vous voyez les "questions se posent encore et ne sont pas réglées" sont déjà en grande partie réglées. 


Je ne trouve pas qu'elle soient réglées et c'est justement un des problèmes. Passe sanitaire étendu (ou vaccination obligatoire) alors que ces points (et sans doute d'autres) ne sont pas réglés et surtout pas discutés, pas transparents, le gouvernement fait comme s'il savait... : 


est-ce que même si on vaccine 90% de la population cela suffirait, -> ca dépend pourquoi (comme je l'ai déjà expliqué). Si on vaccine même 100% de la population, mais qu'on laisse tomber toutes les mesures sanitaires, ça ne suffira pas à enrayer la progression de la maladie; en revanche, si les vaccins sont suffisamment efficace contre les formes graves il peut être tentant pour le gouvernement de "laisser filer" la maladie et d'espérer éviter quand même une saturation des hopitaux: c'est le pari de Boris Johnson (et aussi, je pense, celui de Macron).

> donc on ne sait pas encore si ce sera suffisant, ce n'est pas réglé


 faut-il vraiment vacciner les jeunes, -> Je ne sais pas,  commençons par vacciner les adultes, on verra bien ensuite 

> comme vous le redites, on ne sait pas, ce n'est pas réglé


est-ce que les autres mesures telles que vacciner les plus fragiles ont été essayées -> non seulement ça a déjà été essayé, mais c'est même la stratégie du gouvernement ! Seulement, le taux de vaccination en France reste trop faible, même parmi les plus fragile. 

> comme je vous le disais dnas mon message précédent, a priori (mais je n'ai certes pas vérifié l'info), tout n'a pas été essayé, donc ce n'est pas réglé...


Le contexte de tout cela, c'est que la France n'a volontairement AUCUNE politique de santé. Et que le mantra de Macron est : tout, pass sanitaire, contrôle, couvre-feu, état d'urgence, interdiction de circuler, amendes à tout va...
 
....TOUT sauf créer ne serait-ce qu'un SEUL poste à l'hôpital. Surtout pas, jamais. Plutôt mettre le pays en coupe réglé, et tant pis, on a fait le plein de grenades.

Ce me désole que l'on ne part pas du contexte pour parler de cette pandémie.

Encore une fois, le papier de Thibautt est désolant.

Plutôt que de jeter l'anathème, certains devraient écouter cette remarquable intervention de Mélenchon sur le pass sanitaire:


https://www.youtube.com/watch?v=cRSouzuFvUk

 (sans compter les "apartheid", "Shoah", étoiles jaunes et autres immondices nées avant  la décence)


bizarre que les réactions au port de l'étoile jaune soient aussi controversées, avec bien entendu des sous entendus d'antisémitisme


il s'agit d'un symbole encore parlant pour beaucoup d'un ostracisme autoritaire, auriez vous voulu qu' on utilise la clochette des lépreux du moyen-âge ? dans l'inculture actuelle çà n' aurait rien dit 


quant à l' apartheid c' est pareil, çà dit encore quelquechose, polémiquer sur ces 2 expressions est tomber dans le piège du gouvernement ( attal est atterré ! ) et des médias


inventez un signe symbolisant la situation ( pas de triangle rose ! )

Le niveau d’information devient dramatiquement le même que les autres médias.

La lecture des commentaires est Fastidieuse pour y trouver éventuellement une perle.

Se désabonner ne permet pas d’avoir mymoneyback! Quel dommage, vous devriez aller jusqu’au bout de la doctrine tatcherienne.


Ayant lu les Furtifs il y a moins d'un mois, c'est effectivement un des premiers rapprochements qui m'est venu à l'esprit...

"Vous verrez, ils ne parleront pas de mes méthodes, ils parleront du vaccin alors qu'ils n'y connaissent rien. Car les éduqué.es sont comme ça."

(presque) Macron.

Thibault Prévost , je ne sais pas qui vous êtes, mais votre mise en boîte de "l'autre", "celui qui ne veut pas du "pass sanitaire nouvelle formule", rangé au niveau des ultra-libéraux-salauds-d'individualistes-délétères a quasiment produit que des commentaires dans votre sens.

C'est assez incroyable pour le forum d'ASI.

Malgré, ou peut-être à cause, sa charge sans nuance, à la limite de l'insulte, votre billet est le premier de ce genre sur le site dont la violence continue dans le forum.

Nouvelle ère à ASI ? Celle des sachant.es ? Je verrai ça à la rentrée. Bonne vacances en classe vacciné.


"Comment faire passer le pass sanitaire ?"


"Ya qua dire que ses opposant.es sont des disciples de Rand et de Thatcher."

"C'est-à-dire ?"

"Que c'est des gros connards égoïstes"

"Ah ok... Pas con. T'as lu ça où ?"

"Dans Arrêt Sur Images"

"Sérieux ?"

"...


Aux USA, le Covid se soigne à 85% en ambulatoire, avec une combinaisons de médicaments connus. Le Pr. Peter McCullough (éminent médecin américain) a établi un protocole clair. 

Il est affirmatif : "Aux USA, il y a plus de blessures et de décès dus aux vaccins génétiques qu'au Covid".
C'est loi d'être un "antivaxx", à la fin de la vidéo il loue le vaccin Novovax qui lui paraît prometteur, vaccin "classique", pour les personnes âgées, mais il recommande de stopper absolument tous les vaccins à ARNm qui ont un taux de mortalité absolument irrecevable par rapport à la menace Covid.
Je vous conseille de voir toute cette vidéo Pr. McCullough 


Je regrette qu'on en soit arrive la mais je ne peux pas condamner les choix gouvernementaux a ce stade, A minima la decision du gouvernement va forcer ceux qui avaient l'intention de se faire vacciner sans trouver le temps ou la motivation a le faire un peu plus vite, en espérant que cela suffise pour  ne pas avoir a forcer tous ceux qui n'en ont jamais eu l'intention. 

Si un nombre suffisant de citoyens fait l'effort  de se faire vacciner  on va sauver des vies et idéalement pouvoir lever toutes ces  nouvelles contraintes dont le caractère discriminatoire est evident.

je l'ai déjà dit ici mais on ne sauve pas que des seniors de la maladie  , on limite également les femicides, la précarité estudiantine, les depressions , les suicides et toute la casse sociale qui découle des couvres feux , confinements et de la crise du covid en générale.

Dites vous également qu'on ne sait pas comment va evoluer le virus , plus on le laisse circuler plus le risque de nouveaux variants est fort avec des consequences qu'on ne peut guere anticiper. la vaccination n'est pas une solution miracle mais elle reste le meilleur moyen connu (hors confinement total) de ralentir la propagation du virus et de protéger contre ses formes graves. 





Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Excellent article comme d'habitude. 

Dommage qu'il limite la pensée et les possibilités d'action au passe sanitaire et à la vaccination généralisée (obligatoire?), bref à la techno-dépendance. L'humain et la politique existent au-delà. Essayez-vous à cet exercice de pensée. Vous verrez.

On peut vivre AVEC le covid, avec les maladies, en les soignant (pas quoi qu'il en coûte - tout doit avoir une limite) et/ou en apprenant l'art de souffir.  On peut vivre AVEC en limitant nos libertés individuelles dans un cadre qui ne confine pas à l'apartheid sanitaire ("désolé" mais je trouve ce mot pertinent) et à la défense de la vie nue et de la perpétuation du système économique. La grippe ne sera jamais vaincue; le covid pas plus; les hommes et les femmes continueront à mourir. SAUF à partir en guerre permanente contre le vivant "quoi qu'il en coûte" (et je ne parle pas (que) d'argent). Bref à partir (à poursuivre) dans le délire démiurgique techno-progressiste transhumaniste.

Le passe sanitaire n'est pas nécessaire, il est un choix de société. Dystopique; bienvenuës dans Les furtifs, en effet. Le prix pour ne pas tomber là-dedans? :(Re)penser ce qu'est une vie digne d'être vécue, défendue, protégé. Et il en coûte(ra(it)) des choses.


Avons-nous le choix? OUI.

https://www.youtube.com/watch?v=HH_JWgJXxLM

allez pour vous amuser un peu !

Merci Thibault, superbe article. Très clair et très intéressant.
J'en profite pour aussi souligné la qualité de tous vos articles de votre rubrique "clic-gauche".

Non ce n’est pas d’un passe sanitaire dont nous avons besoin. C’est d’un accès libre au vaccin sans contrepartie, sans rapprochement possible avec nos données de croyances, nos opinions politiques, nos idéologies comme l’une des innombrables lois de surveillance passées l’autorise déjà.


En étendant l’état d’urgence à décembre cet Etat neofasciste (oui n’en déplaise à certains, nous cochons de plus en plus de cases) se dote d’un formidable outil de propagande et de répression des opposants politiques, et en plus il empêche de se vacciner ceux qui ne le souhaitent pas à ce prix.


Par ailleurs, nous allons voir comment s’interprète cette obligation qui n’en est pas une à la rentrée scolaire. Personnellement je ne vaccinerai à aucun prix mon fils de 12 ans avec ces vaccins sur lesquels nous avons si peu de recul et alors même que le risque de la maladie est pour lui quasi nul.

Cela n’a aucun sens.


Ce que personne ne dit c’est que cela constitue une limite d’accès au vaccin. Si on ne veut pas être tracés 16 fois par jour, on n’a pas accès au vaccin en France.

un graphe bien fichu qui compare les cas et la mortalité dans differents pays; certains très vaccinés d'autres très peu.

L'efficacité du vaccin y apparait sans appel.

Une petite question, comme ça : 

Comment se fait-il que sous prétexte de sauver la société française et ses fleurons (secu, retraite, etc), le gouvernement et ses porte-cotons s’évertuent à nous monter les uns contre les autres ?

"  l'intérêt collectif , valeur cardinale des idéologies collectivistes de gauche,  " oui, dans une société débarrassée du capitalisme. Dans une société divisée en classes sociales il n'y a pas d'intérêt collectif, l'intérêt est uniquement celui de la classe dominante. Oui pour le vaccin obligatoire dans une société où on aura muselé la dictature des labos pharmaceutiques, où les brevets auront été levés, où les riches ne s'enrichiront pas grâce à la crise.

Dites moi vous êtes tous bien conscient que le pass-sanitaire ne sera pas que temporaire ?!?

Toutes les mesures temporaires prisent à la suite des attentats sont restées et dures depuis 5 ans.

Je suis surprise que personne ne souligne que ce dilemme pass sanitaire cauchemar ou inévitable est la conséquence directe de la gestion calamiteuse de l'épidémie par les pouvoirs publics.

je (me) pose une question :


est-il possible aujourd'hui, en France, de se faire vacciner sans que soit généré un QR-code ?

peut-on dire oui au vaccin et non au pass sanitaire ?


question subsidiaire : ne devrait-on pas pouvoir choisir le vaccin en fonction de son profil (âge, antécédents médicaux, éventuelles contre-indications, etc.) ? dans certains vaccinodromes, la «marque» est imposée (parmi les 3 ou 4 homologués en France)


par exemple, l'Astrazeneca est déconseillé aux moins de 55 ans...


l'institut Pasteur publie des articles très intéressants sur les recherches et découvertes qui sont faites au fur et à mesure des études sur le Covid et les vaccins : https://www.pasteur.fr/fr/actualites-covid-19


il y en a un récent sur le vaccin Astrazeneca et la balance bénéfice/risque selon la tranche d'âge


il y en a un autre qui explique par quel mécanisme le Covid provoque la perte du goût et de l'odorat, et encore un qui donne un classement des professions des plus exposées (spoiler : les chauffeurs) au moins exposées (spoiler : les agriculteurs)...


allez, un dernier sur la comparaison des anticorps développés par les infectés symptomatiques et asymptomatiques 



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Là je viens de voir le spot publicitaire du gouvernement pour la vaccination et je constate une fois de plus qu'ils n'ont pas de limite dans l'abject. 


On y voit alternativement une image de personne qui se vaccine, puis une image de la récompense, au choix restaurant, théâtre etc...


Du bétail, voilà ce qu'on est.

Cette chronique est d'utilité publique.


Merci !

Et cerise sur le chapeau, vous citez Damazio ce qui est tout à fait pertinent.


Je fais moi aussi ma petite citation :


"J'aurais voulu vivre et mourir libre, c'est-à-dire tellement soumis aux lois
que ni moi ni personne n'en pût secouer l'honorable joug; ce joug salutaire et
doux, que les têtes les plus fières portent d'autant plus docilement qu'elles sont
faites pour n'en porter aucun autre. 

J'aurais donc voulu que personne dans l'État n'eût pu se dire au-dessus de
la loi, et que personne au-dehors n'en pût imposer que l'État fût obligé de
reconnaître."


Jean-Jacques Rouseau, Dédicace du Discours sur l'origine et les fondements de
l'inégalité parmi les hommes.

Votre article aurait pu se terminer sur la question : Et si le passe sanitaire n'était pas nécessaire ? 


Sérieusement, comment vous croyez qu'on a survécu jusque là ?

Ben moi, c'est NON!

Et je vote avec mes pieds.

Vous n'aurez donc pas mon pognon.

Excellente chronique. C'est bien avec cette mécanique (le en même temps "macronien") qu'on tique ! 

Hier, j'ai été manifester avec les égoïstes, les individualistes. Les vrai, pas ceux qui se font vacciner pour partir en vacances ou qui justifient de mettre en place un laissez-passer pour leur sécurité.

Bon j'ai pas attendu qu'une personnalité de gauche appel à manifester, ils ont bien trop peur des manifs populaires qui viennent de la base (à part Ruffin).
Du coup, il y avait des gens de tout horizon : des UPR, des Debout la France, des anarchistes, des infirmières, des gilets jaunes, des couples, des familles. Et ça, c'est juste ceux à qui j'ai pu mettre une "étiquette" (alors qu'ils ne l'arboraient pas cette fois ci), car ici ou ailleurs on aime les étiquettes : "faut pas mélanger les torchons et les serviettes Madame".
Qu'est ce que cela faisait du bien de manisfester tous ensembles, au son de "virer Macron on garde les infirmiéres", "Pass sanitaire on en veut pas", "Liberté" etc...
J'ai vu que des gens très sympa, il y avait un parfum bon enfant, un parfum de gilet jaunes et... de grenades lacrymogènes (ca va ensemble ;-). Ben oui on a osé s'approcher à moins de 500 métres de la préfecture. Alors parfois les CRS tiennent juste le mur et la manif fait demi-tour mais la ils ont du avoir peur qu'on les contamine...

Merci pour ces réflexions. Mais il y a pour moi une erreur fondamentale dans cette article :


"et pourtant le pass sanitaire est nécessaire "


Faux et archi faux. Ce qui est necessaire c'est la vaccination. Le pass sanitaire n'en est que l'enfant illégitime. Et en fait même la vaccination n'est pas indinspensable. De nombreuse epidemie sont circonsrite sans vaccin. Mais admettons que vu l'empleur de la contamination et les changement que cela imposerai, la vaccination est solution "plus simple" (ou moins compliqué...).



Je tique sur : accès restreint aux établissements de santé ? Vrai de vrai ? Comment cela pourrait il être possible ? 

très chouette texte; merci; c'est bien articulé.


Le problème du covid ça a toujours été que c'est pas assez spectaculaire. Certains docteurs font remarquer que le vaccin contre la polio a été rendu obligatoire après seulement 4000 cas en 1964. La polio c'est spectaculaire; c'est des corps deformés; tout le monde peut comprendre qu'il faut mieux éviter de l'attraper. Le covid; "moi je l'ai eu et c'est juste un mauvais moment à passer"; "ma tata machin elle est vieille et elle a rien eu"; les images de gens qui souffrent (qui restent impressionnantes) en réa sont extremement rares; reste; les frigos de rungis utilisés comme morgue l'année dernière (image suggerée); et ces images venues d'Inde de gens mourrant sur le pas de l'hopital faute d'oxygène; ainsi que cette image frappante de corps enterrés à la va vite dans le sable; sans sépultures; sur les bords du Ganges; contre tous les rites religieux hindous; parce que les crématoriums fonctionnaient à plein régime et ne pouvaient pas prendre en charge tous les morts. Ces images sont passés largement inaperçus. Le covid; pour beaucoup; c'est resté une menace diffuse; même si beaucoup ont au moins eu un proche gravement touché ou decedé; on reste dans l'abstrait; "on en fait trop"; et ce ne sont pas les covid longs invalidants qui vont nous faire changer d'avis. On en arrive à resentir la moindre mesure de mitigation comme un inconvenient; evacuant la réalité morbide par réflexe de survie sans doute; ou par une forme de déni. (voir cet article qui aborde avec intelligence cette question). 

On voudrait à tout prix qu'un remède magique existe ; et on y croit de toutes ces forces. A ce titre le vaccin est ce qu'on a de plus proche d'un "remède magique"; sauf que dans la vraie vie ce n'est pas magique; c'est imparfait malgré une efficacité incontestable; alors pour les mêmes si c'est imparfait "ça ne marche pas".

Et là on ne se represente pas encore très bien la virulence du variant Delta; ce variant qui a provoqué toutes ces situations que je viens de décrire en Inde; deux fois plus contagieux environ; deux fois plus virulent (c'est à dire le pourcentage d'admissions à l'hopital est doublé).


Bref moi aussi j'ai été plongé dans cette contradiction; et dans des abimes de malaises depuis quelques jours à la vue de ces comparaisons ignobles avec le genocide des juifs ou l'appartheid. Le pass sanitaire semble être vaguement une bonne idée sur le papier; une mesure à première vue de mitigation directe (plutôt que de tout fermer on permet à ceux qui sont vaccinés de faire des choses qui de toute façon auraient peu d'impact sur les contaminations). 

Sauf que; aucune autre politique n'est mise en place à coté; on mise tout là dessus; on communique sur le fait que "avec le vaccin je vais pouvoir aller boire des coupes youpi"; mais personne n'exlique comment marche le vaccin; les eventuels effets secondaires; toujours personne n'explique clairement le principe de contamination aerosol et de ventilation des interieurs (je reviens pas là dessus); à vrai dire la doctrine officielle le reconnait à peine (on se contente de dire qu'il faut ouvrir les fenetres); et on investira pas non plus massivement là dedans; ni dans les capteurs de C02; alors que l'inspection du travail exige que la ventilation des TGV soit revue pour la sécurité des salariés.

Et sauf que (ça fait un long "sauf que"); dans la réalité l'application du pass sanitaire c'est transformer les travailleurs des secteurs concernés en flics; avec in fine la grande probabilité que le controle ne soit pas appliqué du tout ou très mal (je rapelle qu'il faut presenter une pièce d'identité avec son qr code).  Pour tout le monde ce sera vécu comme une violence; en particulier ceux qui sont déja soumis à l'arbitraire policier; en particulier les personnes trans qui n'ont pas changé d'identité qui vont être obligés de s'outer à chaque fois. 

Le pass sanitaire sera donc probablement une passoire; également parce que le vaccin ne protège pas d'une contamination à 100%; et qu'un test; non fiable à 100%; n'est plus à jour si il date de 48h (en Allemagne on pense d'ailleurs à demander un test du jour). Les enfants aussi seront admis (et ados) seront admis sans pass; alors qu'il peuvent aussi bien être contagieux.

A cela s'ajoute l'arbitraire total d'imposer la pass sanitaire aussi en terasse; et aussi dans des lieux où on peut continuer à se proteger avec un masque (FFP2 si il le faut); et la longue litanies des exceptions et asterix qui va arriver dans les jours à venir.

Bref l'interet en terme de mitigation du pass sanitaire est tout à fait discutable au vu de tout ça; et on comprend vite que derrière le but c'est plus d'inciter à la vaccination. Sauf que cette incitation n'aura d'effet réél sur l'épidémie que dans minimum 5 semaines; et en fait au moins deux ou trois mois. On en vient à se demander si l'obligation vaccinale n'était pas une meilleure solution; moins hypocrite. Après tout il y a des précedents; et l'aspect invasif est justifié par l'interet general; comme pour tous les autres vaccins (si c'est pas plus).

Dans l'immediat malheureusement; il y a insister sur la ventilation; la contamination aerosol; renforcer le retrotracing; isoler les gens correctement (ce serait mieux avec controle de la sécu que des flics); et quand on a fait tout ça; il va falloir en venir à refermer les boites de nuits; et à repasser à un service exclusivement en terrasse pour bars et restos; c'est la seule alternative efficace au pass sanitaire que je vois. La vaccination ne pourra jamais être une solution unique comme on essaie desesperement de nous vendre depuis le début.

Enfin comme pour tout depuis le début de cette crise; le problème c'est la gestion verticale; autoritaire; policière; sans concertation avec personne de cette épidémie; par le controle social plutot que l'implication de tous; et cette approche reflète bien toutes les politiques menées par Macron depuis le début de son quinquennat.


Commentaire supprimé par un administrateur.

Merci de ne pas copier coller des contenus externes, éventuellement protégés par des droits d'auteur ou soumis à abonnements. 


Les gens de gauche qui regardent de loin la mobilisation contre le passe sanitaire refont la même erreur qu'ils ont faite lors du début du mouvement des Gilets jaunes. REVEILLEZ-VOUS CE N'EST PAS QU'UNE QUESTION DE VACCIN !!! Il s'agit d'une atteinte aux principes d'égalité et de liberté, notre devise. Les précédents historiques n'ont rien à voir (on nous répète assez que les analogies ne sont pas pertinentes dans l'autre camp), et même s'ils existaient, ils ne justifieraient pas ces entorses (pleins de choses ont déjà existé, et c'est bien qu'elles aient disparu)

Les non-vaccinés vont sans doute être obligés de se rabattre sur une doctrine du style "Séparés mais égaux" qui leur garantirait l'accès à des établissements/équipements s'il n'y a pas d'alternatives. S'il persiste dans cette voie, le gouvernement devrait aménager des espaces et l'accès à des équipements/administrations pour les non-vaccinés.

Dans ce cadre et à titre d'exemple, je propose l'amendement suivant par souci humanitaire: mise en place d'une 3ème classe dans les transports (wagons spéciaux ou au fond des cars) pour permettre aux non-vaccinés de se déplacer  

Sinon, postulat de base pour toujours avoir raison : quand l'épidémie régresse, c'est grâce aux vaccinés. Quand elle progresse, c'est la faute aux non-vaccinés.

un dilemme ? et ou ça s.v.p. ? 

si on admet qu'on a pas d'autre choix pour éviter une "catastrophe", bien évidement que la liberté des uns doit s’effacer devant le bien public !

il n'y a pas le moindre dilemme d’ailleurs, c'est évident.

:-/ comparer un alcoolo qui conduit des 70' a un "antivax" (qui n'est d'ailleurs pas antivax, mais anti "ce vax la" c'est pas abusif, c'est malhonnête, et j’attends des excuses)

non, le problème, c'est que le vaccin, il protège de que-dale, et que le gouvernement (qui le sait bien)  s'en fout comme d'une guigne que vous voyiez vaccinés ou non ! ce qu'ils veulent, c'est que vous ayez un pass ! en clair, ils veulent vous tracer h24 & 7/7 

et oui, on entre en dictature (pas sanitaire, en dictature tout court)

on n'y est pas encore tout a fait ... on y rentre.


Quadrature du cercle : comment eviter d' etre malade  et de transmettre un virus qui  tue , et pas que les nonagenaires, sans  vaccin  et sans masque pour  certains ????

Et puis ce ,qu'on sait tous sans se l'avouer , c'est que le pass sanitaire,il est ad vitam puisque qu'il faudra se vacciner tout les ans .Du coup on entre en chine par la petite porte .Parce que la suite on l'a connait tous , le système du pass sanitaire on peut l'appliquer a tout . C'est dingue cette incapacité de la majorité a ne voir pas plus loin que le bout de son nez . Je peux même vous dire la suite , certaines personnes auront des passes pour éviter le pass , du style des backstages . Un peu comme ces soirées clandestines ou se rendent des ministres lors du confinement .Ils sont en train de nous la rejouer féodale . Ce qui m'impressionne le plus c'est la bêtise des flics qui défendent ce système , c'est peut être parce qu'ils été séléctionné sur la base de 8 , dans ce cas ce serait le chiffre de l'infini bêtise .Après y a des lieux qui me sont interdit , je ne peux pas descendre en dessous d'un certain niveau , je ne peux que faire des hypothèses farfelue s , mais a vrai dire le sont elles vraiment ...D'ailleurs les flics , savez vous que les Bourges  sont en train de developper des robots militaires , en gros ils vont vous remplacer , et y'en a pas pour long , non , même ça  ça vous fait pas réfléchir ? Bon , mais ça va faire son chemin , il est vrai que c'est un probleme de câblage ,certains sont en ligne droite d'autres font des circonvolutions , courage!

J’aime bien vos chroniques et en plus elles sont vraiment régulières. :)

(Juste, je trouve que parfois il y a trop de termes anglais, comme dans l’avant-dernière).


Je cite :

la mise à jour du texte prévoit que les non-vaccinés seront refoulés à l'entrée des cafés, restaurants, centres commerciaux, avions, trains "longues distances" (pardon?), cars "longs trajets" (hein?) et établissements médicaux.


Hier, je songeais que des personnes, en France, qui ne vont jamais dans des cafés, restaurants, cinémas, trains longues distances, etc, et qui sont contrôlés tout le temps, ça existe déjà : les pauvres.

Alors, je me suis réjouie ! Enfin ! Une partie des Français va enfin prendre en compte les inégalités de traitement entre pauvres et autres, ces absences de liberté !


Bon, après, je suis partie me coucher, je commence à trop bien connaître l’esprit philosophique et politique de ces temps présents...

Pardon de me citer, mais voici ce que j'écrivais le 6 juillet sur ce site en commentant un billet de Daniel :


Les menottes vont exister mais dématérialisées. Le passe sanitaire va priver les individus non vaccinés de toute vie sociale. Un confinement par l'extérieur : interdit de musées, interdit de restaurants, de bars, de boîtes, pourquoi pas de magasins ou de train, voire de métro. Et tous les autres, les vaccinés, soumis à un contrôle par délégation par les propriétaires de lieux, transformés en auxiliaires de police.

Rester assis sur un banc avec ses amis. C'est tout ce que les flics en civil qui nous gouvernent autoriseront aux jeunes et aux récalcitrants.


Pas besoin d'être devin pour comprendre que le passe est dans la logique de la société de contrôle et de flicage que mettent en place le roitelet et son gang.

Tous les prétextes sont bons pour se doter des outils qui serviront à bien autre chose quand la bise sera venue.

La durée du passe sera reconduite, j'en fais le pari.

Et en attendant, personne ne se demande pourquoi les soignants refusent de se faire vacciner et dans quelle proportion. Ce serait intéressant de creuser la question.


Merci à Thibault Prévost pour cette remarquable tribune qui expose les mécanismes du consentement extorqué. 


"Qu'il en allait de vies humaines  et que la vie humaine est un absolu non-négociable"

Même ça, ça ne tient pas la route. Ou alors il faut m'expliquer le bien-fondé du pari de Macron fin janvier 2021 qui, pour soutenir l'économie, est à l'origine de 15 000 morts évitables.

Je suis heureux de voir que ASI commence à se réveiller. Et de constater enfin tous les dispositifs de contrôle qui sont mis en place depuis cette crise sanitaire, avec cette nouvelle tentative de contrôle numérique via le pass sanitaire, digne d'un bienvenu à Gataca, des furtifs, de l'oeil de Big brother ou de la caméra de Hal dans l'odyssée de l'espace... Je ne sais pas comment interpréter le mantra : "le pass sanitaire est nécessaire". 

Mais je pense qu'il existe bien d'autres alternatives au pass vaccinal, en opposition au "il n'y a pas d'alternative" de Margaret Thatcher. 


Je pense qu'Asi a mis pas mal de monde depuis un moment dans sa case complotiste, dont peut-être Christian Vélot, dont l'interview très didactique de France soir a été supprimée de YouTube par censure. Et qui montrait les éventuels risques de la piste vaccinale, en terme de recombinaison, les effets possibles toxiques sur le long terme de la protéine spike sur l'organisme , alors que l'on a aucun recul sur le long terme de sa toxicité, et les possibles effets de transcriptase inverse sur l'arn des vaccins.


Je suis donc heureux qu'Asi se réveille, prenne conscience des prétextes de la crise sanitaire pour imposer une nouvelle forme de contrôle numérique. 


L'important est maintenant de bien prendre conscience de cela en diffusant l'information et de s'y opposer de manière non violente, même si les medias mainstream se focaliseront systématiquement sur des catégories qu'ils ont eux même créées et qu'ils stigmatisent: les antivax, ceux qui sont du RN ou les gilets jaunes, et qui sont inconscients car ils préfèrent égoïstement leur liberté personnelle plutôt qu'éviter la propagation de l'épidémie en se faisant vacciner.


Je pense qu'au contraire, il est nécessaire que nous tous restions solidaires, vaccinés comme non vaccinés, car chacun a des raisons valables de faire un choix de vaccination ou non, et que d'autres méthodes existent pour sortir de cette crise sanitaire que celle du pass et de la vaccination. 


A nous de les trouver, plutôt que de laisser notre pouvoir à une minorité politique et celle du conseil scientifique.


Pour rappel, l'association Aide avait bien su tisser un lien entre malades et soignants, lors de l'épidémie du sida, qui était une maladie à 99% mortelle à l'époque, alors que le covid est une maladie où on s'en sort à 99%. On peut rappeler cela sans être taxé e complotisme ou de covid septiscisme. 


Soyons vigilant et restons unis.



"Une fois qu'on a passé les bornes, il n'y a plus de limites" (Alphonse Allais).


Depuis longtemps, ce gouvernement et ceux qui le soutiennent (électeurs, journalistes, etc.) ont passé les "bornes"  des grands principes du droit, de la loi, de la morale et de la décence.


Semer le chaos dans les institutions (justice, école, hôpital, services sociaux, etc.) ou dans les rues (à la moindre velléité de contestation) ; 


diffuser la peur, exciter la haine entre les communautés ou les professions, entre les malades et les bien-portants, les vaccinés et les non vaccinés, affoler ou abrutir les esprits... 


insulter, menacer, recourir au chantage, surveiller, encourager la délation...


et sanctionner, sanctionner, sanctionner...


Tel est  leur mode de gouvernement.


Je suis réfractaire pour de nombreuses raisons. Un type décide seul de l'application de ce pass, des lieux dont l'accès y sera conditionné, de l'échéance d'application et des punitions en cas de désobéissance. Dans une sorte de relation directe et malsaine avec chaque citoyen. 


Le gouvernement passe derrière faire le sàv comme d'hab. Les centres commerciaux mais pas les petits, les supermarchés présents dans les centre commerciaux resteront accessibles, finalement c'est une semaine après la dernière injection et pas deux, finalement pour les ados ce sera le 30 août, etc...


Les ados... Comment peut-on demander à des gamins (pour lesquels on a beaucoup moins de recul que pour les adultes) d'être vaccinés pour pouvoir aller acheter ses fringues mais pas pour le collège, dans lesquels on sait que les gestes de prévention ont leur limite. Je pointe rarement les petites incohérences de détail mais celle-là est de taille.


Mais le pire pour moi n'est pas là. Le principal problème pour moi c'est ce QR code. J'ai un carnet de vaccination et j'ai demandé si on ne pouvait pas juste le remplir et le tamponner, et je le présenterai au besoin. Comme je le fais à chaque passage à l'aéroport dans des pays dans lesquels le vaccin contre la fièvre jaune est requis. Mais non, le QR code sera scanné. On pourra me faire tous les topos de la terre, c'est crypté, anonymisé, sécurisé etc... je ne serai toujours pas en confiance. Cette première sera suivi d'effets, attendez-vous à ce que toute forme de contrôle finisse par adopter cette forme. Et c'est fondamentalement différent de la présentation d'un bout de papier.


Des imbéciles parlent de shoah, de dicature, d'étoile jaune etc... je rejette bien sûr le vocable shoaiste dont l'origine d'XD fait peu de doute. Mais on pourrait se pencher sur le mot dictature, dans ce cas particulier, mais dans un cadre plus large. Pour ma part, j'ai cessé de nous croire en démocratie, car je ne pense pas qu'une démocratie puisse être circonscrite aux seuls intérêts du marché. Les acteurs de ce marché tout puissant sont les transnationales, pour lesquelles 1 dollar = 1 voix remplace le 1 humain = 1 voix. Le pouvoir supranational est détenu par les entités les plus antidémocratiques qui soient.