56
Commentaires

Polanski parle : un plan com' signé BHL

Publiée hier en primeur sur le site de Bernard-Henry Lévy, la "règle du jeu", une lettre de Roman Polanski titrée «je ne peux plus me taire», fait aussitôt l'objet d'une dépêche AFP, et dès le lendemain la

Derniers commentaires

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Vous êtes passée au mode ouvertement satirique, Laure, et c'est un plaisir de lire ces gouttes de vitriol savamment administrées.
En relevant la phrase de Polanski:
"demande à «être traité comme tout le monde». "
En effet, il a raison.
Qui n'a pas, dans sa folle jeunesse, violé une gamine de 13 ans, avec alcools, drogue et compagnie, puis, après quelques palabres, pris un avion (tout ménage qui se respecte ayant bien évidemment les moyens de refaire sa vie séance tenante en employant les gros, de moyens) après avoir trouvé que l'air lointain était soudainement plus facile à respirer ?
Certains Romans ne devraient pas dépasser le stade de la fiction...
Dans le people, la politique spectacle et le n'importe quoi...

Heureusement il reste le Canard, Charlie (y compris pour ses enquêtes) et même le Monde des fois (sans parler d'@si)
Sans revenir sur le fond de l'affaire, il nous paraît intéressant de se pencher sur l'opération de comm' menée par BHL et la Règle du Jeu. Comme vous l'avez mentionné dans le papier, la lettre ouverte de Polanski est disponible dans toutes les langues nationales de la Suisse. La partition semble finement bouclée à un bémol près : Penser pouvoir toucher l'opinion publique suisse à travers le site qui a hébergé les chroniques haineuses de Yann Moix est une erreur tactique d'importance. Il y a quelques mois, cet auteur publiait deux violents billets dans lesquels il pointait notamment l'existence d'un antisémitisme génétique qui toucherait les citoyens helvétiques... Si de nombreux lecteurs ont déjà oublié l'existence de la Règle du Jeu - mais pas les chroniques de Moix -, gageons que ce n'est pas le cas des journalistes chargés de couvrir l'affaire. Le Journal le Temps s'épanche en effet sur les propos du réalisateur, mais le titre et l'angle de l'article ne sont pas anodins : "La lettre ouverte de Roman Polanski laisse de marbre les autorités fédérales"

A lire également un billet rédigé par la seconde entité de notre avatar sur Chacaille

C&G
La "ligne éditoriale" d'@si commence sérieusement à me les briser !
Polanski, BHL, Ménard, Zahia et les frasques des fouteux, Domenech, Zemmour ....
Vous ne pensez pas que lémédias nous bassinent suffisamment avec tous ces inutiles, ces nuisibles, ces malfaisants sans que vous veniez encore en rajouter une couche ?
La seule chose qu'ils méritent tous, c'est l'OUBLI.
Et on s'en fout de savoir de quelle façon on a parlé d'EUX dans lémédias car c'est encore parler d'EUX.
ASSEZ !!!!
Non, dans l'affaire Polanski, ce n'est pas une chasse à l'homme.
Oui, Polanski est un citoyen comme les autres, raison pour laquelle il doit se présenter devant la justice américaine et non être jugé par contumace comme il le souhaite.
Pour ceux que cela intéresse, je les invite à aller sur le site de maitre-eolas.fr
et lire l'article intitulé : "Quelques mots sur l'affaire Polanski". Tout y est décortiqué depuis le début. C'est limpide.
Si avec ça Arielle Dombasle n'a pas un petit rôle dans le prochain Polanski, ce sera à désespérer des ascenseurs.
Bon article, je saurai comment préparer un bon plan com' en cas de besoin. Juste un détail mineur, le Tessin est la partie italophone de la Suisse, pas la partie italienne...
Soit ce qu'il dit est vrai : il y a eu accord dans le cadre du plaider-coupable sur une peine, qui a été purgée. Dans ce cas, même si l'on juge que la peine est étonament minime, et que vu la gravité du crime, il aurait dû faire une peine plus lourde, il n'y a pas de raison de le poursuivre davantage. Dans ce cas, il a sans doute raison de faire connaitre la vérité, sans chercher à nous apitoyer ni à minimiser sa faute. (comme tout un chacun, condamné, qui a purgé la peine que la justice à decidé, n'a pas à s'excuser si la peine est trop faible).

Soit ce qu'il dit est faux : il n'y a pas eu d'accord, ou il n'a purgé qu'une partie de la peine, et dans ce cas, il doit y retourner pour être jugé selon la loi (et non sa notorioté). Et dans ce cas, il devrait se taire.

Son talent, son argent, sa célébrité, le fait qu'on aime ou pas ses films, qu'il soit soutenu par des génies (qui parfois se trompent, par amitié), ou par des cons (qui parfois ont raison, par amitié), n'y change rien.

Je suis étonné qu'il ne soit pas possible de savoir la vérité, de façon neutre et dépassionnée. Il doit bien y avoir des enregistrements de la décision de justice de l'époque, ou c'était juste un accord verbal "bon 42 jours, 50 000£, top là, tu sors de prison dans 1 mois et demi et on en parle plus"
Cette histoire à épisodes a quelque chose de dérangeant :et ça revient,encore et encore ,ce qui n'entraîne pas une once de compassion pour le personnage. Qu'on ait aimé ou pas ses films...Le seul fait qu'il explique qu'un peu plus d'un mois de prison et du fric suffisent à laver ce genre d'ignominie le dessert gravement et BHL ne s'honore pas en relayant cela,même si c'est par amitié.
"Voilà un crime pour lequel la justice américaine avait passé un accord, comme elle le fait souvent, accord qu’elle a brusquement dénoncé pour des motifs troubles, causant ainsi la fuite en Europe de Roman Polanski." L.Joffrin
Certes les raisons sont troubles ce n'est pas joli joli, mais face à ça Roman Polanski est mal placé pour crier à l'injustice.

"Roman Polanski a déjà payé pour son acte, par la prison et par l’exil" Toujours L.Joffrin
Très mauvais argument.
Je veux bien faire autant de prison et d'exil que lui, avec tous les avantages que sa position sociale lui a garantis.
À noter l'extrême pudeur de Joffrin dans son édito quant aux détails relatifs à "l'acte" incriminé.
http://www.liberation.fr/cinema/0101633223-gibier
BHL est un nul patenté, une tête à tarte, un gibier d'attentat pâtissier,

Ce qui ne l'empêche pas d'avoir, par le plus grand des hasards, raison sur ce coup :

Les américains sont répugnants (dès qu'il est question de sexe plus particulièrement)

Et les Suisses sont de parfaits faux-culs (à propos que fait l'opinion publique ici ? Serait-elle chargée de faire la justice ?)

Faire chier ainsi Polanski qui est un cinéaste merveilleux est non seulement stupide mais répugnant !

Et les pères-la-morale qui bavent des conneries plus haut sont de simples crétins...

***

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Il y a quand même une indécence incroyable dans cette affaire. Peut-être qu'un juge réchauffe l'affaire sur la célébrité de Polanski, peut-être qu'à l'époque ils avaient fait un deal pour conclure l'affaire sur lequel la justice est revenue. Mais à la base Polanski n'est pas innocent. A sa place je la fermerais, ne serait-ce que par dignité.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.