150
Commentaires

Pierre Le Corf, "l'humanitaire" français qui chronique Alep sur Facebook...

Ses posts sont partagés et "likés" des centaines voire des milliers de fois sur Facebook. Il est passé au journal télévisé de France 2, a été interviewé par France 3 ou France 24. Mais qui est Pierre Le Corf, 27 ans, qui habite depuis avril dernier en Syrie, à Alep, et "célèbre" les victoires de l'armée de Bachar al-Assad ?

Derniers commentaires

"La petite Bana-al-abed et de nombreux enfants ont pu être évacués".
En 44 les survivants des bombardements du Havre, de Lorient, de Caen et tant d'autres avaient des mines plus hagardes et des regards plus hallucinés. Ces enfants ont bonne mine, ne semblent pas avoir souffert de la faim, et ont l'air heureux. Ceux qui les accompagnent aussi.
http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/12/19/bana-al-abed-et-de-nombreux-autres-enfants-ont-pu-etre-evacues-d-alep_5051183_4832693.html

Au Nigéria: la famine; dans le silence des médias et l'inaction des gouvernements.https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.theguardian.com/world/2016/nov/16/75000-children-in-nigeria-could-starve-to-death-within-months-says-un&prev=search
Nouvelle idée d'article passionnant et impartial pour Vincent Coquaz :

Qui est Brassam Tahhan ?

"Deux millions d'obus et de missiles" dans les sous-terrains d'Alep, appartenant aux "rebelles".

Pour le coup je serais intéressé par une recherche sur les sources de cette info, mais une vraie recherche, et pas propagande contre propagande.
Un petit rappel:
Quatre millions de musulmans tués dans les guerres occidentales depuis 1990

1ere Guerre du golfe (1991) : 200 000 morts en Irak
Sanctions brutales contre l’Irak (1993-2001) : 1 700 000 morts en Irak
“Guerre contre le terrorisme” (2001-2014) : 1 300 000 morts : 1 000 000 de morts en Irak , 220 000 en Afghanistan (estimation basse, d’autres sont bien plus importantes), 80 000 au Pakistan ; Yémen et autres pays non étudiés.
Pierre Le Corf gagne en crédibilité avec cette nouvelle vidéo :
https://www.facebook.com/pierrelecorf/posts/10154989219614925

La guerre médiatique prend de l'ampleur! J'ai l'impression que les grands médias sont en train de perdre, ça se voit dans les commentaires.
Et Arrêt Sur Images se place du mauvais côté : au lieu d'analyser les biais de ces grands médias qui pensent détenir la vérité (grosso-modo en lisant Twitter depuis Paris ), ASI s'attaque à ceux qui les défient depuis la Syrie, sans réussir à démonter leurs arguments.
Et réponse de Dominique Fernandez.
http://www.academie-francaise.fr/reponse-au-discours-de-reception-de-m-andrei-makine
Discours de réception de Andreï Makine à l'Académie française:
http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-de-m-andrei-makine
Extrait:
Comme tous les livres engagés, les romans d’Assia Djebar éveillent une large gamme d’échos dans notre époque. Ces livres parlent des massacres des années cinquante et soixante, mais le lecteur ne peut s’empêcher de penser au drame qui s’est joué en Algérie, tout au long des années quatre-vingt-dix. Nous partageons la peine des Algériens d’il y a soixante ans mais notre mémoire refuse d’ignorer le destin cruel des harkis et le bannissement des pieds-noirs. Et même les mots les plus courants de la langue arabe, les mots innocents (le dictionnaire n’est jamais coupable, seul l’usage peut le devenir), oui, l’exclamation qu’on entend dans la bouche des personnages romanesques d’Assia Djebar, ce presque machinal Allahou akbar, prononcé par les fidèles avec espoir et ferveur, se trouve détourné, à présent, par une minorité agressive – j’insiste, une minorité ! – et sonne à nos oreilles avec un retentissement désormais profondément douloureux, évoquant des villes frappées par la terreur qui n’a épargné ni les petits écoliers toulousains ni le vieux prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Il serait injuste de priver du droit de réponse celle qui ne peut plus nous rejoindre et nous parler. À la longue liste des villes et des victimes, la romancière algérienne aurait sans doute eu le courage d’opposer sa liste à elle en évoquant le demi-million d’enfants irakiens massacrés, la monstrueuse destruction de la Libye, la catastrophe syrienne, le pilonnage barbare du Yémen. Qui aurait, aujourd’hui, l’impudence de contester le martyre de tant de peuples, musulmans ou non, sacrifiés sur l’autel du nouvel ordre mondial globalitaire ?

Assia Djebar ne pouvait ne pas noter cette résonance soudaine que suscitaient ses œuvres. Ainsi, dans son discours de réception à l’Académie, se référait-elle à... Tertullien qui, d’après elle, n’avait rien à envier, en matière de misogynie, aux fanatiques d’aujourd’hui. Que peut-on répondre à cet argument ? Juste rappeler peut-être que nous vivons au vingt et unième siècle, dans un pays laïc, et que presque deux millénaires nous séparent de Tertullien et de sa bigote misogynie. Est-ce suffisant pour que certains pays réexaminent la place de la femme dans la cité et dans nos cités ? Et que les grandes puissances cessent de jouer avec le feu, en livrant des armes aux intégristes, en les poussant dans la stratégie du chaos, au Moyen-Orient ?
Et ce que faites-vous de ce témoignage d'une journaliste britannique Vanessa Beeley, vous allez la décrédibiliser elle aussi? Après Eva Bartlett et P. le Corff, elle non plus ne chante pas la même chanson que nos médias bien informés!
https://m.youtube.com/watch?v=R87yEY_s2xk
"Mais toi, « camarade », tu te pares de vertus « progressistes », « anti-impérialistes », voire « socialistes », « communistes » ou même « révolutionnaires ». Et c’est au nom de ces vertus que tu tentes de nous convaincre aujourd’hui qu’il ne faut pas se tenir résolument aux côtés de la population d’Alep assiégée et massacrée, et qu’il ne faudra pas se tenir demain aux côtés des populations des autres villes syriennes déjà assiégées et bientôt massacrées."

http://resisteralairdutemps.blogspot.fr/2016/12/massacres-alep-lettre-un-camarade-qui.html par Julien Salingue (Acrimed)
Assad n'est pas Moubarak. Pas de chance, notre diplomatie s'est trompé. Pourtant le scénario syrien semblait magnifique, sur le papier, comme il l'a été en Egypte : on vire le méchant dictateur, on organise des élections qui portent au pouvoir des religieux, et on termine par soutenir un général qui organise un coup d'état et nous achète des armes, beaucoup d'armes, et ainsi notre balance commerciale s'améliore.

Et voila que cette brute de Poutine, sous l'excuse fallacieuse que cette tanche de Bachar l'appelle au secours, fout tout le business en l'air.

Deux solutions s'offrent alors : reconnaitre la victoire du "régime" (j'aurais préféré qu'on l'appelle "junte" mais bon…), laisser tomber les rebelles et passer pour des salauds et des cons, ou envoyer encore plus d'armes aux rebelles, et du gros calibre cette fois-ci, continuer le combat pour tenter de renverser la situation en passant pour des humanistes.
Alors je pose la question : La paix vaut-elle que nous passions pour des salauds et des cons ?
Je mets ça là.


"La propagande russo-syrienne à propos de la bataille d’Alep bat son plein. Sur YouTube, la seconde vidéo la plus vue en ce moment émane ainsi de Russia Today France, preuve de sa puissance sur internet."


"Oui, il y a à Alep des djihadistes et des salafistes (le tiers du total des combattants environ et souvent extérieurs à la ville) dans les rues d’Alep-Est comme il y avait des salauds dans les rues de Sarajevo. Oui, ces salauds peuvent avoir pris en otage une partie de la population. Oui, la population d’Alep-Ouest a également été frappée aveuglément par les rebelles. Oui, les souffrances d’Alep-Est sont instrumentalisées. Oui, des informations fournies par tous les camps sont fausses (quelques exemples ici). Cela n’empêche pas pour autant des souffrances immenses d’exister… comme ont pu exister les souffrances de Homs, de la Goutha et autres, victimes de ce qui reste, au mieux un emploi maladroit des forces (« C’est la guerre », « Ils n’ont pas de munitions de précision », « Les X font pareil à Y », etc…) au pire, ce que je crois, une politique assumée de terreur. On peut tourner les sources dans tous les sens, Assad reste le plus grand salaud d’une région qui n’en manque pas et il ne sert à rien d’en appeler aux autres pour d’un seul coup l’exonérer. Au passage, son titre autoproclamé de « rempart contre le terrorisme » fait, en étant gentil, rire jaune quand on se rappelle le nombre de victimes, y compris françaises, des organisations soutenues par ce régime."


"Mais si tu veux absolument des preuves, contente-toi d’ouvrir les yeux et pose-toi cette question simple : comment la Syrie a-t-elle pu être détruite ? Quand tu commentes les images des villes rasées en disant qu’il y a « de la violence des deux côtés », tu occultes un détail : qui possède les armes nécessaires pour des destructions d’une telle ampleur ? Pour le dire autrement : qui peut mener des bombardements ? Où sont les avions des forces d’opposition syriennes ? Où sont les hélicoptères des forces d’opposition syriennes ? Où sont leurs tanks ? Cachés sous terre, comme la surpuissante armée de Saddam Hussein qui menaçait le monde entier ? Combien les forces d’opposition syriennes ont-elles détruit d’avions ? [...]
- Avant de me dire que la rébellion syrienne, quand bien même on aurait pu avoir au départ de la sympathie pour elle, est aujourd'hui confisquée par des forces réactionnaires issues de l'islam politique, et que certaines de ces forces n'hésitent pas à s'en prendre violemment à des civils ou, variation sur le même thème, que c'est vraiment tragique de bombarder des civils mais que c'est parce que les terroristes se cachent parmi eux, quand ils ne les utilisent pas comme boucliers humains, souviens-toi que c'est le discours de ceux qui veulent justifier les campagnes de bombardements meurtriers sur Gaza, et demande-toi si c'est un argument.[...]
On ne parle pas ici d'un exercice de rhétorique sur Facebook par commentaires interposés, mais de milliers, de dizaines de milliers de vies. On ne parle pas d’une divergence entre nous sur l’appréciation de tel ou tel événement, mais de ton silence complice ou de tes misérables contorsions face à l’une des plus grandes tragédies de notre temps. On ne parle pas d’un simple désaccord politique, mais d’une véritable rupture."
Entrepreneur à l’âge de 12 ans
homme politique (conseiller régional)
Entrepreneur dans un nouveau concept de boîte de nuit
conseiller en communication
projets scientifiques en partenariat avec la Nasa
startups (avec le projet Civiliseed)
Fondateur de We are superheroes
Fac de droit pendant presque trois ans
Étudiant spécialisé dans le cinéma
Créateur d’une start-up dans le cinéma

Infirmier
humanitaire
enseignant

Et j’en oublie peut-être.

Y serait-y pas légèrement mégalomane, le gars ?

Bravo France Télévisions de bien choisir vos sources !
Vous avez reçu Chomsky, vous avez réalisé de superbes émissions sur la propagande (Chaliand/Ourdan par exemple) et vous nous sortez un article aussi peu nuancé. Déçu.
Test de polémique :
Merci à Vincent Coquaz de pointer ces voix du renouveau du "peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne" comme disait De Gaulle qui définiront la juste alliance selon leur goût de croisé.
On y verra plus clair quand Trump aura fini son alliance avec Poutine, quand Marion Maréchal bossera avec Breitbart News, certains seront alors peut-être gênés de s'apercevoir qu'en défendant la "liberté", à dénoncer le "deux poids deux mesures", à vouloir l'avis de "l'autre bord", à s'attaquer à l'impérialisme américano-occidental, ils ont soutenu des pouvoirs "blancs" autoritaires à velléité impérialiste calculant déjà comment ils allaient se partager le gâteau des ressources des basanés.
Finies les conneries des arabes et des iraniens, vos gueules les palestiniens, va falloir faire profil bas les chinois, le pétrole et le gaz pour les hommes, les vrais, les "great again", pas comme ces fiottes européennes et le clown français qui se croit une puissance avec son petit Charles De Gaulle (le porte-avion...) et son business d'armes avec les bédouins du Golfe.
Cet article est, pardonnez cette facilité..."Cocasse"....Sauf que le sujet ne l'est pas du tout....
C'est étrange, la montée en charge des injonctions à prendre parti dans cette guerre à laquelle nous ne comprenons pas grand chose, et de laquelle nous arrivent tant d'informations dont la fiabilité est sans cesse remise en question? Quand nous aurons pris parti, que ferons-nous? Et que font, que peuvent faire ceux qui ont pris parti?

Autant il s'impose moralement à nous de trier le vrai du faux et de conclure quand nous devons (et pouvons) agir, puisque précisément l'action que nous mènerions alors en dépend, autant il n'existe là ni urgence, ni obligation. Sauf celle, en effet, de ne pas nous laisser tromper par une propagande dont nous avons tant d'exemples par le passé. De ne pas nous laisser manipuler par des infos trafiquées. Sans prendre forcément parti. En attrapant les petits bouts de vérité qui nous sont accessibles, en n'oubliant pas la leçon de toutes les manipulations dont nous avons été les dupes (ou pas?) par le passé.

Nous n'avons oublié ni Hiroshima, ni Guantanamo, ni les "frappes chirurgicales", ni les "armes de destruction massive", ça devrait nous mettre à l'abri de trop de crédulité envers les informations qui nous viennent massivement de "notre" camp. Les infos qui les contredisent, venant de "l'autre camp", nous devrions les prendre, certes avec des pincettes, mais les prendre quand même, des fragments de vérité s'y glissent. De temps en temps, parmi tant de doutes, une information surnage, qui semble fiable... jusqu'à preuve du contraire.

Il y a, dans le dernier Diplo, un article intitulé "Qui sont les rebelles syriens?" Pas encore lu. Je vais le lire, bien sûr, mais quelle urgence? L'association, très locale, dans laquelle je milite est en grand danger, et je peux, peut être, y faire quelque chose, en prenant les bonnes décisions sur la base d'informations correctes. Et pourtant sans garantie de ne pas me tromper.

Sur la guerre en Syrie, je peux me tromper, ou voir juste, même en mode colibri, je ne changerai rien à rien.
Il y a bien longtemps, au moment où tombaient les statues de Lénine et que le Pape d'alors se félicitait et que claironnaient les trompettes de l'occident capitaliste sur un air "On vous l'avez bien dit, le capitalisme et la religion sont les deux mamelles de l'humanité", certains avaient pressenti qu'il fallait faire attention à l'honneur perdu de la Russie, qu'on ne pouvait ainsi se réjouir d'une situation qui ramenait une des deux puissances mondiales à un amas de tanks rouillés, de centrales atomiques à ciel ouvert...

Depuis les choses ont changé, la machine russe forte de ses décennies de contrôle de l'information a réussi à reprendre du poil de la bête, en l'instance de l'ours belliqueux.

Ici même à Strasbourg, nous avons la construction d'une église orthodoxe badigeonnée d'or tandis que de l'autre côté du canal qui amène au Parlement européen, la nouvelle ambassade turque s'élève avec son architecture digne de Mussolini et que de l'autre côté de la ville Erdogan édifie le nouveau Centre culturel turc, faisons lui confiance pour mêler adroitement la religion avec une dose de culture. Et nous avons aussi le centre culturel russe qui nous bombarde de petites soirées cinématographiques et concerts fleurant bon la Russie éternelle et Yvan Le Terrible.

On est loin d'Alep mais on sent d'ici la perfection des manipulations et surtout on voit le nouvel aveuglement à l’œuvre où certains dans leur enthousiasme confondent Pierre Le Grand et Poutine.
Bonjour Vincent Coquaz : vos deux dernières chroniques:

1) Sans journaliste sur place d'où viennent les infos sur Alep.

2) Pierre Le Corf " l'humanitaire français".

Je suggère: 3) Quelles sont actuellement les activités de la compagnie de relations publiques Hill&Knowlton. Elle a un siège à Paris, un à Londres.

Elle est à l'origine du témoignage entièrement faux d'une pseudo-infirmière, témoignage qui avait pour but de faire accepter aux opinions publiques occidentales la guerre du Golfe en 1990.

Le 14 octobre 1990, une jeune femme koweïtienne, appelée par les médias « l'infirmière Nayirah », témoigne, les larmes aux yeux, devant une commission du Congrès des États-Unis. L'événement est retransmis rapidement par les télévisions du monde entier :

« Monsieur le président, messieurs les membres de ce comité, je m'appelle Nayirah et je reviens du Koweït. Ma mère et moi étions au Koweït le 2 août pour passer de paisibles vacances. Ma sœur aînée avait accouché le 29 juillet et nous voulions passer quelque temps au Koweït auprès d'elle. […] Pendant que j'étais là, j'ai vu les soldats irakiens entrer dans l'hôpital avec leurs armes. Ils ont tiré les bébés des couveuses, ils ont pris les couveuses et ont laissé mourir les bébés sur le sol froid. J'étais horrifiée. Je ne pouvais rien faire et je pensais à mon neveu qui était né prématuré et aurait pu mourir ce jour-là lui aussi. […] Les Irakiens ont tout détruit au Koweït. Ils ont vidé les supermarchés de nourriture, les pharmacies de médicaments, les usines de matériel médical, ils ont cambriolé les maisons et torturé des voisins et des amis. J'ai vu un de mes amis après qu'il a été torturé par les Irakiens. Il a 22 ans mais on aurait dit un vieillard. Les Irakiens lui avaient plongé la tête dans un bassin, jusqu'à ce qu'il soit presque noyé. Ils lui ont arraché les ongles. Ils lui ont fait subir des chocs électriques sur les parties sensibles de son corps. Il a beaucoup de chance d'avoir survécu. »

Ce témoignage était entièrement faux. La jeune fille était la fille de l'ambassadeur du Koweït à Washington Le gouvernement du Koweït exilé avait commandé cette campagne de manipulation des opinions publiques à Hill-Knowlton pour la modeste somme de 10 millions de dollars.
Le gouvernement américain aurait payé 14 millions de dollars à cette compagnie pour l'avoir aidé à présenter aux opinions publiques l'intervention occidentale sous un jour favorable.

Liens donnés plus haut.
Citation: "Gaveriaux s’interroge elle aussi sur les motivations de Le Corf, notant surtout qu’il est "[large]absolument impossible de vivre à Alep Ouest sans la protection du régime[/large]".

Ah bon? C'est nouveau?
Je croyais qu'au contraire ce régime honni passait son temps à "massacrer sa population"...
Faudrait savoir!

Parfois je me demande si on n'est pas, très tranquillement, en train de nous préparer une troisième Guerre Mondiale...
Je souhaiterais un peu de recul et une analyse objective de la part de @si, sinon je ne vois pas l'intérêt de rester abonné.
Comme toujours par temps de guerre : impossible de démêler les propagandes, car il est bien certaine que la syrienne ou la pro-russe n'ont rien à envier à l'occidentale.... La vérité? Dans 5 ou 10 ans, peut-être.
Ce que j'ai beaucoup de mal à comprendre par rapport à la situation actuelle en Syrie, et aux messages médiatiques et politiques venant du gouvernement français et d'autres gouvernements occidentaux, au delà des faits difficiles à vérifier compte tenu du manque d'observateurs et du climat général de propagande, ce sont les intérêts qu'auraient le pouvoir Syrien et leurs alliés russes à massacrer systématiquement et délibérément en masse des civils, si tel était effectivement le cas.

Je ne sais pas si l'on peut qualifier Al Nosra ou les autres d'armée de résistance "modérée" en Syrie, mais si Alep Est est en passe d'être "libérée" par les forces pro-gouvernementales, c'est bien qu'elles sont en guerre contre une RESISTANCE ARMEE, à tel point que le secrétaire de l'ONU leur demande de se barrer: c'est bien eux en effet que Assad veut détruire, pas les civils.

En tout cas je ne vois pas en quoi un "génocide" à grande échelle à Alep ou ailleurs servirait les buts de guerre du régime - ni la stratégie russe de reconquête d'un statut de premier plan sur le plan international.

Assad balançait des bombes meurtrières bien avant l'intervention des russes: il veut écraser la résistance et utilise tous les moyens, mais il veut terroriser les combattants ennemis.
Perpétrer un génocide n'aiderait en rien à reprendre le contrôle du territoire.

Et encore une fois où sont les morts? C'est terrible de dire ça, mais un "génocide", un massacre à grande échelle, ça laisse des charniers, des quantités innombrables de gens tués, de corps etc...
Peut-être qu'on en trouvera, mais pour l'instant, on a d'un côté les victimes civiles des terribles bombardements des villes, la répétition de situation humanitaires désastreuses, le déplacement de 4 millions de réfugiés à l'étranger, de 7.6 millions à l'intérieur du pays, un décompte très important de combattants tués au combat depuis le début du conflit, et effectivement, on n'a que des témoignages d'exactions.

C'est une guerre civile impliquant massivement des combattants étrangers, avec son lot horrible d'exactions.

Où est le génocide, où sont les crimes contre l'humanité? Des crimes de guerre certainement, mais ce n'est pas la même chose.

C'est une guerre qui a surtout tué un très grand nombre de combattants, mêmes si les victimes civiles sont aussi très nombreuses: pourquoi en faire autre chose? C'est déjà pas assez?
J'invite tout le monde à écouter cette conférence, d'une dame scientifique ouvertement pro-Bachar El Assad (premier obstacle), sur la chaîne ERTV (deuxième obstacle, et pas des moindres, moi-même j'ai hésité) :

https://www.youtube.com/watch?v=pkvvJ81nXgc

Formidable !

Qu'enfin on discute point par point, ce qui est faux, ce qui est discutable… et qu'on sorte de cette merde journalistique dans laquelle @si s'est malheureusement engluée.

Une pensée pour les Syriens, quand elle parle des espoirs pour ce pays, cette conférence date d'un an. On sait ce que sont devenus ces espoirs.

Vraiment il faut faire l'effort de regarder cette conférence, c'est la plus importante que j'ai pu voir sur le sujet.
Ils commencent légèrement à me les briser les petites vierges effarouchés !

Pour ma part Poutine fait du bon boulot pour s'éviter un second "lybie" !
Suis allé voir le texte in extenso de Rouvray... je passe sur la violence incroyable de cette fille. J'ai fait comme ici : je suis allé voir les commentaires du forum. Payez-vous ça les copains. Et c'est comme ici. Pour elle comme pour vous Vincent, tout le monde se fout de votre gueule, la sienne et la vôtre et, je n'exagère pas, il ne se trouve pas UNE VOIX pour adhérer à l'analyse proposée....

Y'a un moment ou il va falloir se poser des questions. On tient aux médias tels que @si, j'y contribue depuis les premières semaines, ainsi qu'à Mediapart, à Là-bas, à Acrimed, au Diplo, à Bastamag... mais je vois venir le moment ou la décrédibilisation d'@si sera telle que la déperdition d'abonnés suivra la pente qu'a suivie celle des lecteurs de Libé ou de l'Obs et de tant d'autres... sans le filet de sécurité des fonds publics derrière. Vous lisez vos propres fora ou pas ? Il n'est pas question ici d'imposer qu'une rédaction suive les inflexions des désirs de ces lecteurs (et encore : de quelques-uns de ses lecteurs) Certainement pas ! Le problème c'est la qualité du travail : c'est pas du travail là : cette photo de Le Corf alors qu'il est sous les balles, que vous le vouliez ou non, depuis 6 ou 8 mois (et ça c'est pas discutable), rien que ça, c'est un choix tellement facile, lâche, trait manifeste d'une volonté de propagande et PAS d'information... et en 1998, tiens, dans une émission de télé sur la cinquième titrée "Arrêt sur Images", j'en connais un qui aurait fait une brève saignante si TF1 s'était permis une grosse manip pareille. Où est @si, merde ! Tout l'article est à l'avenant, avec tout l'appareil lexical langue de bois que nous détestons tous ici ! Rien n'y manque ! Vous pigez qu'entre Pujadas et ce papier, il n'y a presque plus la moindre séparation ? Que désormais, tout le monde le voit ?... J'ai assez peur pour vous, et j'espère que vous mesurez bien qu'au delà du raz-le-bol général que m'inspire le traitement de l'info (et dont vous n'êtes pas, heureusement et loin s'en faut, la principale motivation) c'est un appel confraternel que je vous lance, et une marque de profond attachement. Pas une bête incrimination aigre. Mais je vais poursuivre...

On peut pas descendre ainsi ce mec, choisir de façon dégueulasse la photo d'illustration que vous avez choisie, mettre "humanitaire" entre guillemets dans le titre (il est peut-être un corne-cul, je le connais pas, mais au moins ne lui ôtez pas la nature même des raisons de sa présence là-bas, et n'inférez pas avec aussi peu d'éléments étayés une duplicité qui serait lamentable ! !).. aller colporter des appels à son enfermement pour délit d'opinion (car c'est ce que vous faites !) et passer sous silence par exemple (entre mille autres) cette pauvre femme que j'ai entendue dégoiser sur Arte, affirmant que "des centaines de milliers de civils mourraient à Alep Est" !!! Pourquoi pas des millions ??? On marche sur la tête...

Je reproduis ici le simple chapô d'un papier d'Amélie Poinssot paru aujourd'hui dans Médiapart : "L’assaut final sur Alep s’est accompagné d’innombrables informations contradictoires. En l’absence de journalistes sur place et face aux bilans très variables des organismes de défense des droits de l’homme, une grande inconnue entoure aujourd’hui le conflit : combien de victimes ?"
Infos contradictoires... Bilans très variables... grande inconnue... et au final ABSENCE DE JOURNALISTES SUR PLACE ! Alors de quoi parle-t-on ?

C'est quoi ces chiffres de cadavres et ces éditoriaux de journalistes qui s'auto-alimentent sans l'ombre d'infos recoupées, estampillant d'éléments de propagande toute image ou tout travail de témoignage qui ne confirmerait pas ce qui est devenu dans leur esprit un dogme... c'est tellement facile : des dizaines de vidéos prises au portable de colonnes de pauvres gens fuyant Alep Est et qui saluent les soldats de l'armée syrienne ? Propagande ! DONC : on en tient pas compte... forcément propagande puisque les soldats TUENT les gens, tout le monde le dit !!!... Minute. Moi je veux bien. Qualifions ces images comme vous voudrez, mais puisqu'on est sur Arrêt sur IMAGES, expliquez-nous ce qu'elles montrent, qui les a tournées, dans quel but caché... qui a payé les figurants (et la costumière, et le décorateur... parce que c'est chiadé).

Et puisque vous êtes journalistes Vincent, je veux UN éclairage, un seul, d'un pro de l'info : vous. C'est une question simple mais dont la teneur n'est jamais abordée, alors que c'est la seule qui vaille : alors que l'armée régulière syrienne est engagée dans la "libération" (de son point de vue, que j'adopte ici pour la logique du propos) d'une ville tenue par des forces antagonistes retenant des civils, quel est le but que poursuivent les officiers de ladite armée (ou des politiques les dirigeant) en ordonnant le "massacre" de ces civils après la "libération" qu'on s'est échiné à réaliser ?... Ceux-là même qu'on déclare être venu... libérer en somme. On imagine Leclerc arriver en août 44 à la tête de sa glorieuse 2e DB et flinguer à tout va les parisiens... toutes choses égales par ailleurs, bien entendu, mais on n'est pas si loin... dans la démarche en tout cas. La seule question qui vaille aujourd'hui c'est... pourquoi ? J'attends des suggestions autres que "Poutine est très très méchant" et "Assad est un tyran"... parce que j'entends que ça depuis 6 et 2 ans, et c'est court.
Nos médias ont-ils tous perdus la tête ? La désinformation est devenue effrayante en France !!!
Vincent Coquaz mûr pour rallier Le Monde ou Libération ou l'Express.
Ca me parait tout à fait normal pour quelqu'un qui habite Alep Ouest et qui reçoit les tirs des rebelles, d'avoir un autre point de vue qu'un autre qui habite Alep Est et reçoit les tirs du gouvernement. Ce n'est pas le même point de vue, tout simplement.
Comme quand on interroge un Israelien sur le conflit Israelo-Palestinien, il nous parlera toujours de ces Palestiniens qui mettent des bombes, font des attaques à la voiture bélier ou attaque des soldats au couteau. De la peur des familles quand ils prennent le bus... Si on lui demande son avis sur les exactions Israeliennes et l'occupation, il va immédiatement nous accuser de partialité, de ne voir que les morts d'un côté et pas les souffrances des autres.
C'est exactement pareil ici, de son lieu de résidence, et les gens qu'il fréquente, Le Corf a forcément un point de vue très particulier, différent du notre, différent de l'habitant d'Alep Est. Ce point de vue peut être utilisé comme propagande, mais ce n'est pas pour ça qu'il n'est pas sincère.
https://www.youtube.com/watch?v=0DZSPy5KkWg
Quant on prétend décrypter la propagande, il vaut mieux éviter d'utiliser les éléments de langage de la propagande.
Exemples ici :
en prenant le parti de Bachar Al Assad, pas le parti du gouvernement syrien.
les victoires de l'armée de Bachar al-Assad, pas les victoires des forces gouvernementales ou - pourquoi pas - les forces loyalistes.
zone contrôlée par l’armée de Bachar al-Assad,.

Désolé les gens, on voit qu'il y a un biais.

Article décevant, comme tout ce qu'ASI a publié sur la Syrie et, plus généralement tous les articles destinés à décrédibiliser les sources alternatives et à légitimer les sources officielles : presse mainstream et gouvernements (occidentaux seulement bien sûr).

On dirait que ces sources officielles (j'inclus la presse mainstream) n'ont jamais menti, ou que vous ne vous en êtes pas aperçus. Remember en vrac les ADM en Irak, les bidonnages sur l'Ukraine, Timisoara, les massacres de la population civile par Khadafi, ... Ca ne vous suffit pas?
Quelqu'un dont vous sembliez ignorer le nom il y a deux jours quand vous vous interrogiez sur la source des informations sur Alep dont certaines provenaient aussi de Alep ouest.
Bon, ça fait un peu mal au cul de prendre la défense d'un mec qui me fait l'effet d'un illuminé religieux, mais désolé Vinent Coquaz, votre texte est de la pure propagande de guerre :

• Le titre, ça commence fort :
"Pierre Le Corf, "l'humanitaire" français qui chronique Alep sur Facebook...
... en prenant le parti de Bachar Al Assad"

Humanitaire entre guillemets, bon ça se discute, mais je voudrais vous y voir, puis on lit qu'en qualifiant les rebelles de terroristes (alors qu'il ne reste quasiment plus de rebelles autres que terroristes), il prend le parti de Bachar El Assad.
Tu dénonces Al Nostra, donc tu es du côté de Bachar. Tout va bien.

• Ensuite, que lis-t'on sur Pierre Le Corf :
il se veut surtout la "voix" des oubliés d’Alep
se définit comme humanitaire
ce "fervent catholique" rabache
Sa "neutralité" est beaucoup moins évidente
Pour Le Corf, il y aurait donc

• Sur Camille de Rouvray ? :
"…un de ces illuminés… , un garçon en mal d’aventure…", analyse de Rouvray. Un constat appuyé par son attitude…

• Laura-Maï Gaveriaux ?
Gaveriaux s’interroge elle aussi sur les motivations de Le Corf, notant surtout qu’il est "absolument impossible de vivre à Alep Ouest sans la protection du régime". "

Heu, rappelez moi sur quel site on est, je me sens un peu perdu…
Ne lisez vous pas également le site http://www.les-crises.fr/ qui présente un autre visage de l'actualité? A chacun, après, de se faire sa propre opinion.

La mienne: Oui il y a de la propagande étatique syrienne mais comme la propagande occidentale à propos de ce conflit.
On parle du régime syrien mais jamais du régime français.
On parle du "dictateur" syrien mais du "président" français
On parle du dictateur Poutine...

Le vocabulaire a de l'importance et nombre des médias has-been le savent
Malheureusement le bourrage de crâne a de l'avenir, des 2 côtés

Exemple: Le dernier hôpital d'Aleph détruit 4 fois en 3 mois. C'est tout de même étonnant la capacité de reconstruction de ce pays en ruines
On parle du "dictateur" syrien mais du "président" français

Sans blague ? Et ça vous étonne ?

Aux dernières nouvelles, le syrien s'accroche à son pouvoir depuis 16 ans comme une moule sur son rocher après 30 ans d'exercice du pouvoir par son papa suite à un coup d'état, tandis que le français renonce à se présenter aux prochaines élections au bout de 4,5 ans.

Si vous n'êtes pas fichu de voir la différence, mon pauvre ami, votre cas est vraiment à désespérer.
Bachar El Assad : 88%
Combien pour Hollande aujourd'hui ?

Si vous n'êtes pas fichu de voir la différence, ……………
88% pour Hassad obtenus lors d'une élection bidon.

C'est à se demander si vous avez une cervelle entre les deux oreilles...
Al1 dit:
Bachar El Assad : 88%
Combien pour Hollande aujourd'hui ?
Si vous n'êtes pas fichu de voir la différence, ……………


Alors, je suis sûre que si la France était en guerre civile depuis 3 ans, que les français émigrés/migrants/réfugiés n'avaient pas le droit e voter, que les adversaires politiques de Hollande partis à l'étrangers n'avaient pas le droit de se présenter, que si la constitution venait d'être remaniée au profit dudit président, que si la famille de François Hollande tenait le pouvoir depuis deux générations, que si c'était l'armée fidèle à Hollande qui tenait les bureaux de vote (et que le scrutin était organisé uniquement dans les zones proche du pouvoir actuel toujours avec l'aide de l'armée), que Hollande gagnerait haut la main...

Oui, oui, je vois bien la différence...............
Cette manie que vous avez, Pythias, de toujours chercher à argumenter...
C'est très énervant.
Je sais, Ervé, je sais...
Cette façon aussi que j'ai de préférer cette putain de sociale-démocratie de merde corrompue et capitaliste face à la beauté d'une dictature que pourtant 88% de ceux qui la vivent plébiscitent; je me dégoûte !

Plus sérieusement, je me demande comment des gens qui s'enflamment (à juste titre) pour la défense d'un homme tué par la police, qui salue la dignité de sa soeur, qui accuse avec les mots les plus durs la mauvaise foi et le mensonge d'une mairie (et des autorités), qui ont applaudi à Nuit Debout, rêvent d'une organisation politique plus libertaire, plus anarchique, peuvent comparer sans rougir la V° république (avec tous ses défauts) avec Al-Assad ! 'comprends pas...
Ah les cadors !

Bon, une fois de plus, je ne suis pas plus pro-Al-Assad que je n'étais pro-Saddam Hussein.
Simplement l'histoire nous donne quelques leçons, vous devriez être un peu plus humbles dans vos convictions préfabriquées.

Concernant les élections en Syrie, étaient elles truquées, je n'en sais rien, vous non plus. Et c'est pas une page wikipédia qui nous donnera les réponses.

Par contre ce que je sais c'est que nos chers dirigeants démocrates d'un pays qu'on-va-quand-même-pas-comparer-aux-régimes-dictatoriaux ont armé et financé Al Nostra. Et pas pour des raisons humanitaires ni pour la résistance à la barbarie. Et quand ces saloperies, qui devront un jour être jugées devant le tribunal international, nous désignent l'ennemi, j'ai l'outrecuidance d'avoir des doutes, et d'écouter ce que les gens qui en viennent nous racontent, davantage que ce qu'en disent les journaux.

C'est permis, il me semble, dans un pays démocratique !!!
Bien sûr A1 que cela vous est permis, vous avez non seulement le droit d'avoir des doutes, de préférer la version de Le Corf à celle de (attendez, qu'ai-je lu dans le forum-je cite de mémoire pardonnez-moi )"des témoignages obscurs de gens qu'on ne sait pas vraiment qui ils sont" alors que ces gens ont quasi tous été identifiés (mais bon, ce sont des journalistes-aux-ordres-qui-ne-pensent-pas-comme-vous qui les ont identifiés), vous avez le droit d'énoncer ces même doutes de toutes vos forces. Loin de moi la moindre volonté de vous réduire au silence (vous savez comment on est, nous les sales démocrates, on se la joue cador et compagnie, mais bon, on aime bien avoir le droit de papoter).

Mais votre réponse m'interroge...
Puisque vous dîtes que ni vous ni moi ne pouvons trancher sur la validité des dernières élections syriennes,il reste donc un doute. S'il n'y a pas de doute, ça veut dire que vous faîtes la même erreur que moi: je valide la thèse présentée par wikipedia (qui envoie à d'autres documents), et vous la thèse des loyalistes syriens (j'ai lu sur le forum qu'il ne fallait pas écrire pro-Bachar, ça énerve; je m'incline). Pourtant, les doutes, c'est votre domaine de prédilection comme vous venez énergiquement de me le rappeler.
Donc, si suivant votre nature, vous refusez de trancher entre ces deux thèses, pourquoi alors avoir comparé Hollande l'impopulaire élu il y a 4 ans dans une élection libre et qui ne se représente pas à Al-Assad dont l'élection est douteuse ?

J'ai l'outrecuidance de trouver votre comparaison douteuse, au moins contradictoire. Je me permets donc d'exprimer mes doutes à ce propos, car c'est permis dans un pays démocratique (ce dont nous ne doutons ni l'un ni l'autre, comme vous l'avez dit dans votre précédent message)
"pourquoi alors avoir comparé Hollande l'impopulaire élu il y a 4 ans dans une élection libre et qui ne se représente pas à Al-Assad dont l'élection est douteuse ? "

Je répondais à Tigi :
"Aux dernières nouvelles, le syrien s'accroche à son pouvoir depuis 16 ans comme une moule sur son rocher après 30 ans d'exercice du pouvoir par son papa suite à un coup d'état, tandis que le français renonce à se présenter aux prochaines élections au bout de 4,5 ans. "

La comparaison n'est donc pas de moi.
Si Al-Assad avait eu 5% d'électeurs, peut-être qu'il se serait retiré, va savoir !
Je sais, c'est une autre réponse par l'absurde, si ma tante en avait…

Plusieurs choses :
- Si il a réellement obtenu 88%, c'est un plébiscite, alors je ne vois pas pourquoi, vu d'ici, on parle de dictature. Être le fils-de ne suffit pas.
- Ce qui m'interroge c'est les 73% de participation. En cantonnant, paraît-il, les élections à la seule région proche du régime, il faut quand même trouver 73% de population proche du régime.

Le doute m'habite !
Je répondais à Tigi :
"Aux dernières nouvelles, le syrien s'accroche à son pouvoir depuis 16 ans comme une moule sur son rocher après 30 ans d'exercice du pouvoir par son papa suite à un coup d'état, tandis que le français renonce à se présenter aux prochaines élections au bout de 4,5 ans. "

La comparaison n'est donc pas de moi.

Et moi je répondais à un Olivier S. qui disait : "On parle du "dictateur" syrien mais du "président" français".
La comparaison n'est donc pas de moi non plus.
Vous m'avez prise de court, Tigi, j'allais justement le rappeler à Al1...
Un plébiscite est généralement la caractéristique d'une dictature.
Etre le fils d'un dictateur sanglant suffit quand il contrôle l'armée et les services secrets, l'économie, les religieux, la police etc…
l'épouvantail pour maintenir "la sociale-démocratie de merde corrompue et capitaliste" a encore fonctionné et a de beaux jours devant lui grâce aux idiots utiles qui savent tout sur tout, sauf d’où viennent les infos dont il tire leurs conclusions qui, in fine, servent la soupe du pouvoir en place: la sociale-démocratie de merde corrompue et capitaliste.
Jeanbat dit:
l'épouvantail pour maintenir "la sociale-démocratie de merde corrompue et capitaliste" a encore fonctionné et a de beaux jours devant lui grâce aux idiots utiles qui savent tout sur tout, sauf d’où viennent les infos dont il tire leurs conclusions qui, in fine, servent la soupe du pouvoir en place: la sociale-démocratie de merde corrompue et capitaliste.


Pardonnez ma misérable personne, Jeanbat, je n'avais pas compris. Se renseigner d'où vient Le Corf, s'interroger sur lui et sa démarche, ne pas adhérer totalement à ce qu'il énonce, c'est saper les bases de la Révolution ?
Donc, pour être clair, vous me dîtes que sur la Syrie, il faut suspendre son jugement sur les loyalistes mais pas sur les rebelles (parce que ce sont des journalistes occidentaux qui relaient les massacres dudits loyalistes et alliés russes) , Al-Assad est un président démocratiquement élu et qui grâce à la Russie (qui certes est un poil aussi corrompue et capitaliste que notre régime mais au moins elle n'a pas le mauvais goût d'être une sociale démocratie de merde), et que ce bastringue c'est pour mieux maintenir la V°République qui nous opprime ?

Une confidence Jeanbat, quand vous m'insultez, ça me fait rire. Je ne sais pas pourquoi, je déteste être insultée, je ne suis pas indifférente aux insultes, même via un forum, mais quand c'est vous, je n'arrive pas à me vexer. Je trouve que vous avez un côté juvénile et c'est...mignon. D'un autre côté, aussi, ça veut aussi dire que je ne vous prends pas au sérieux. C'est pour cela que j'évite le plus possible de vous répondre, ce n'est pas sympa (ni respectueux) de répondre à quelqu'un qu'on ne prend pas au sérieux.

Se renseigner d'où vient Le Corf


il vient de Syrie, et vos sources, de leurs canapé.



pour le reste, votre mépris et votre condescendance...ça vous regarde , si vous pensez que vous vous valorisez de cette maniere.
Etudier la langue de la guerre, c'est intéressant néanmoins, on peut aussi se servir des cas précédents de fabrication d'ennemis… par exemple, noter qu'on dit Bachar comme on disait Saddam.

Il me semble que l'usage de nommer le méchant par son prénom remonte à loin, jusqu'à Adolph au moins.
Là où ça devient compliqué, c'est qu'il est facile de se dire que puisque Saddam a été au centre d'une intense propagande et de mensonges, il est facile de se méfier de ce qu'on raconte sur Bachar, par analogie. Mais si on doute de la ligne définie par la diplomatie, on prend le risque de devenir complotiste, voire d'agent ennemi intoxiqué par la propagande. Parce que les bons ont des lignes diplomatiques et les méchants des propagandes.

Pour ma part, j'ai un autre problème. C'est que si effectivement il est intolérable de voir un dictateur oppresser son peuple, pourquoi est-ce moins gênant quand le dictateur veut bien racheter des navires de guerre qu'on a décidé de ne pas vendre à son destinataire d'origine parce que c'est un dictateur, et que cette transaction est financée par un dictateur qui coupe des centaines de têtes chaque année ? Et aussi je suis étonné que ce même dictateur coupeur de tête soit notre allié pour réclamer la tête d'un dictateur qui est allié avec le dictateur qui devait acheter nos bateaux.
Et qu'a cause de ça, il y a des centaines de milliers de morts.

Alors Pierre Le Corf, il est bien gentil, la maman de la petite Bana aussi, mais je crois qu'on reste dans l'anecdote au fond.
Je n'ai absolument aucun moyen d'évaluer la crédibilité de ce jeune homme. Mais le tweet de Laura-Maï Gaveriaux me rappelle le 10ème principe de la propagande de guerre :

"Ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres"
.
Et sinon a quel moment vous prouvez que ce qu'il raconte est faux?

A part décrédibiliser le bonhomme, un chrétien, de droite, (Vendée, Manif pour Tous, vous lui faites la totale) donc forcément dans l'erreur et manipulé/manipulant à l'insu de son plein gré... un benêt de chez réac qui comprend rien à la géo-stratégie vivant à Alep, pas comme les journos du XIè arrondissement qui sont venus en fixie et qui ont des sources béton dans les réseaux sociaux.

Une source vachement moins fiable que les obscurs video-selfies qui racontent la bonne histoire et qui sont repris sans faire l'objet de la même méfiance... comme le mec tout seul sur son canapé à Coventry financé par le UK qui nous raconte la vie à Alep et l'héroisme des casques blancs créés par un anglais et financés par les mêmes à hauteur de 100 millions de dollars.

La médiasphère comme la fachosphère comme la cathosphère comme la complosphère n'aime rien mieux que les sources qui disent ce qu'ils ont envie d'entendre.
Choisis ton camp camarade, le camp du bien ou la complicité avec la fange de l'humanité.
C'est noir ou blanc.

"Contactée par @si, Gaveriaux s’interroge elle aussi sur les motivations de Le Corf."
@si ne s'interrogera pas sur les motivations de Gaveriaux, source forcément fiable puisque membre de la corpo.
Et son récit est bien dans le cadre.
Et Camille de Rouvray, on fouille pas dans sa bio pour y trouver des connections compromettantes, ou on prend ce qu'elle dit pour argent comptant?...

Je ne veux pas défendre Le Corf, n'étant pas de droite, ni croyant, ni sur place, mais le niveau de propagande des deux côtés atteint des niveaux post-nauseum, spécialement dans les médias qui, comme vous le dites à propos du petit jeune, sont "accros au storytelling", qui "transforment en plaquette de communication tout ce qu'ils touchent", "propagandistes malgré eux"...
elle se demande si "un Français se livrant à de la propagande pour un régime criminel sera un jour traduit en justice ?"

On commence par ceux qui relaie la propagande des États Unis d'accord ? Après on fait une pause pour construire quelques prisons en plus parce qu'elles seront bien pleines et on s'occupe des autres.
Fascinant et terrifiant.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.