243
Commentaires

"Oui, ils fraudent. Mais faut-il empêcher les Grecs de respirer ?"

Voilà presque 3 semaines que le Parlement grec a voté son troisième plan d’austérité dont beaucoup estiment qu'il a toutes les chances de précipiter le pays dans une plus grande récession encore… Comment les Grecs réagissent-ils à ce plan, sont-ils résignés ou au contraire décidés à lutter contre la technocratie européenne, voire à s’inspirer de l’exemple argentin, un pays qui faisait défaut sur sa dette il y a dix ans et qui, aujourd’hui, semble renaître de ses cendres ?

Derniers commentaires

ou trouver des infos sur l'affirmation de Chabalier : ""80% des Grecs ont deux maisons et les Grecs sont pratiquement tous propriétaires" ?
propriétaire de quoi ?
infos-espasces-marx fait circuler un appel initiés par des critiques grecs.
Ces intellectuels adressent cet"Appel à la défense de la société et de la démocratie en Grèce"par lequel,ils veulent attirer l'attention de l'opinion publique européenne:
http://www.koidim.eu/.
je gloubitrucmuche encore un peu, après avoir relu un article (toujours sur okeanews) que vous adorerez lire vous-mêmes, et dont, généreusement, je vous donne un § copié-collé. le reste est aussi bien. et puis quoi de plus jouissif que de péter les mythes, en l'occurrence et hélas beaucoup moins planants que ceux de la mythologie olympienne, non, de vilains petits mythes miteux, genre stéréotypes racistes et préjugés :

alors l'article sur les 10 mythes auxquels on tord le cou est ici
le § :

3. Les Grecs sont des cigales et se sont très fortement endettés

Au milieu du brouillard de la crise, les gens confondent souvent la dette publique et la dette privée. Dans le cas de la Grèce, accuser les citoyens d’avoir été irresponsables avec leur argent au cours des dernières années est peut-être l’une des accusations les plus injustes. Même s’il est vrai que les crédits « bon marché » qui sont devenus disponibles au cours de la dernière décennie ont alimenté le boom de la consommation, il a infligé des dégâts plutôt sur l’économie grecque. La hausse de la demande pour les produits importés a étranglé la production locale et a provoqué une fuite trop importante de monnaie hors du pays. Cependant, cela n’a pas mené les grecs en tant qu’individus à devoir des sommes incroyables à d’autres.

En fait, la Grèce a l’un des plus bas ratios d’endettement des ménages par revenu disponible dans l’Union européenne. En 2009, il s’établissait à 40%. Comparez cela, par exemple, à 122% au Royaume-Uni, 130% en Espagne et un 240% aux Pays-Bas et il est évident de voir que ceux qui se sont indignés des habitudes des Grecs de dépenser sans compter se sont quelque peu égarés.
« Les grecs n'ont aucun sens de l'Etat »
Hervé Chabalier,

« Les Français sont des veaux. »
Charles De Gaulle.

1 point partout.
moi, le titre, qui donne le ton : "Oui, ils fraudent. Mais faut-il empêcher les Grecs de respirer ?", il me fait mal.

à force de lire et d'entendre des contre-vérités, des infos tronquées (avec toujours la partie intéressante qui manque, qui est pour plus tard), des stéréotypes qui plombent totalement le regard qu'on devrait porter sur une réalité que, pour l'instant, seul aguiton est venu humer, je perds les pédales.
bref.

pour les amateurs de bons chiffres, des vrais, des lourds, je vous conseille un petit voyage sur okeanews, qui a fait un tableau comparatif entre fiscalités 2012 grecque et française. évidemment, avec un titre pareil, j'imagine à l'avance les commentaires du genre "mais ils sont tous fraudeurs". ma foi, comment lutter autrement que par le bon sens ?
mais tout au moins, vous saurez reconnaître, j'espère, mon obstination à vous filer de bons liens juteux !
OKEANEWS : comparaison fiscalité actuelle grèce - france

PS : pourquoi toujours ce format d'émission ? une émission 30' avec aguiton et anne-sophie, ça aurait été parfait. des faits, des craintes, de la politique, des perspectives - ou non. pourquoi forcément un format agonistique long, où tout le monde parle en même temps, avec des tempi de téloche, et où personne n'a le temps de développer ?
"Oui ils fraudent" ... Vraiment ? Mais encore faudrait-il nous dire clairement de quels grecs on parle quand on parle de fraude et qui va payer pour ces fraudes ! Certainement pas les mêmes.
Finalement, même le titre de cette émission est intellectuellement douteux et véhicule ce cliché que l'on entend sur toutes les chaines ...
Ha ben moi je l'ai vraiment bien aimé cette émission, Chabalier parle beaucoup mais c'est passionnant (et Aguiton, brillant lui aussi, lui a donné raison à chaque fois, signalé-je à tout hasard), et le gars de Causeur a lancé des problématiques intéressantes (quoique discutables).

Alors, je sais pas, c'est que je dois être un Ennemi du Peuple, un Traître à la Cause, j'imagine.

Bonjour,
Sur le fait que l'émission n'était pas si intéfessante que ça. Vous y allez un peu fort sur le fait que cela ressemblât au bar du coin peut-être...
En tout cas, je trouve que la distribution de la parole est fort mal distribuée (j'en suis à la 44e minute de visionnage) :
1)- un intervenant prend la parole et développe un argumentaire assez structuré (Aguitton et Mihaely)
2) - Daniel fait une digression
3) - Chabalier veut compléter la digression
4) - Anne-sophie ne recadre pas le débat et ne redonne pas la prise de parole à l'intervenant d'origine.
Je trouve que, malheureusement, cela resume la structure générale d'une émission coordonnée par Anne-Sophie...
Ce n'est pas assez rigoureux dans la tenue pour qu'on puisse avoir un débat profitable et de bonne tenue...


A partir de 51m50 je trouve l 'attitude de la présentatrice totalement scandaleuse, j ai rarement vu un tel manque de professionnalisme , elle

ne prend absolument aucun recul sur les propos un peu démago de Chabalier et empêche tout simplement le Causeur de parler pour apporter

de la nuance à la "formule magique argentine".

Mihaely est d’ailleurs au bout de 5 min de monologues (un vrai tunnel) relancé et sur-relancé par Anne-sophie ,obligé de prendre la parole de force
j'ai trouvé ce débat très mal équilibré. Gil Mihaely a eu beaucoup de mal à intervenir, quant à terminer ce qu'il avait commencé ... d'ailleurs ça finissait par se voir. Dommage.
http://www.bastamag.net/article2185.html
"Le peuple grec peut souverainement écimer que les riches ne payent pas d'impôt, que l'église ne paye pas d'impôts et que la classe moyenne paye tout ..."
Non mais de qui se moque-t-on ? Depuis quand les classes "moyennes" choisissent elles des systèmes aussi inéquitables qui privilégient si honteusement les classes "supérieures"? Pour votre gouverne, cela n'arrive que lorsque les rapports de forces ont été écrasants et ont mis le peuple au pas, ne lui laissant pas d'autre choix que de laisser les classes supérieures structurer le corps social à leur avantage ! Franchement ce genre d propos est simplement honteux !
Ce discours rocambolesque autour des peuples souverains dans certains pays démocratiques qui fait semblant d'oublier les violents rapports de classes, et dan sel cas de la Grèce, les années de répressions des dictatures fascistes, relève de la malhonnêteté intellectuelle ou de l'ignorance de ce que sont justement des rapports de classe.
Quand à ce discours qui consiste à prendre les grecs pour des cons, des gauchistes, des fascistes, des grands enfants, des arrières, on retrouve bien là la connivence de pensée qui existe entre les médias et les élites politiques ! C'est pathétique et honteux !
Et on continue avec cet exemple anecdote vue par le petit bout de la lorgnette rapportant que certains grecs de la classe moyenne commencent,à reconnaitre leur propre responsabilité dans toute l'affaire de la dette. Evidemment que vous finirez par trouver des opprimés qui ont intégrés le discours de ceux qui les oppriment. il y avaient aussi de esclaves noirs qui avaient fini par croire que leur condition était d'une manière ou d'une autre justifiée, et qu'il fallait savoir tenir sa place.

Cette manie de comparer les comptes des états avec les comptes d'une petite famille de la classe moyenne qui s'tes répandu chez les politiques et le journalistes, c'est vraiment prendre les gens pour des imbéciles !
Causeur à contre courant ?! C'est une blague j'espères ?

Ce discours est absolument écoeurant ...
L'émission était intéressante mais il faut changer le nom de l'émission d'arret sur image à arret sur politique...

J'attendais des images du traitement Grec & Argentins (intéressant comme parallèle) sur TF1 ou France2 car il y a beaucoup à dire sur leur mode de traitement etc... Ou encore sur BFM et les chaines thématiques économiques.

Alors qu'on a eu un non arret sur image de la formidable émission (ce que je ne nis pas) de Hervé Chabalier...

J'avoue être du coup resté sur ma faim...
bon alors je voudrais dire un truc secondaire mais qui me tient à coeur.

on apprend dans cette émission que les privatisations contribuent à la ruine d'un état. C'est une évidence mécanique. Pas besoin de l'avoir observée in vivo en Argentine pour s'en convaincre. Ce qui serait vraiment intéressant c'est d'étudier le mécanisme par lequel on arrive à faire croire le contraire à la majorité des populations des pays riches et donc des populations bien éduquées....Des fois on se dit qu'ils arriveraient certainement à faire croire que l'eau ne mouille pas...
encore un truc qui me donne des spasmes : le coup de la guerre civile.
donnée en pâture excitante, rhoo lallallalala, il y a un risque de guerre civile en grèce. exciting isn't it ????? le journaliste fait déjà ses plans, avion ? bateau ? gilet pare-balles ? du sang sur les murs ? des cadavres d'opposants dans la rue ? jonchant le parvis de monastiraki ? so exciting !!!! vous êtes au courant quand même que la guerre civile et la dictature, ils ont déjà donné les grecs ? hein ? mais noooon, l'odeur exquise, tant que ça se passe PAS chez soi, de la poudre, l'odeur métallique du sang, la rebolucionnnnn, quelle folie, juste là, dans l'UE, dans l'espace schengen, une vraie de vraie révolution anti-capitaliste chez ces grecs fraudeurs et menteurs, un vrai scoop, hein ?

ben non, vous l'aurez pas. les grecs se sont farci une guerre civile, une dictature, ça va, merci, ils ont déjà donné. ah, certes, ce qu'ils font, c'est moins bandant, ils font de la résistance à bas voltage, s'organisent en SELs, en réseaux, disent merde à l'état mais discrètement. comme vous aviez toutes les données, UNE minute sur le sujet, vous auriez pu la donner, non ? ben, non, c'est pas assez pictural, pas assez "news". on laisse les points de suspension sur cette guerre civile possible, mais un mot sur ce qui se fait dans la vraie vie des vrais gens, ça vous aurait arraché la gueule, hein ? c'est moins intéressant. certes.

cette émission voulait parler de l'humain, plutôt que de l'économique. en fait, elle n'a parlé que du narcissisme des journalistes, leur autotélisme.

une question, une seule (en fait plusieurs, mais c'est une question, dans le fond) : pourquoi ne pas avoir attendu aguiton ? pourquoi ne pas lui avoir laissé la parole autrement qu'à l'arraché ? pourquoi chabalier ?
Nouvel abonné, je livre ici mes impressions globales sur cette émission et le site de façon générale :
excellente émission, avec son coté (comme d'autres) qui rappelle les débuts de la radio libre (en 82, cela ne rajeuni pas ...) par le coté libre et sans contraintes de format, de rendre compte, le ton ...
mais aussi le coté brouillon des échanges, d'une répartition de la parole savamment dosé par DS dans la ligne éditoriale qui est la sienne
3 invités et beaucoup d'idées, d'éclairages, d'envie de poursuivre et d'aller plus au coeur de ces modèles économiques nouveaux qui vont devoirs naître sous la pression de peuples exsangues, en attente de reprise de souveraineté et de démocratie (je dis bien le peuple), aller plus loin aussi sur les idéologies qui sont en combat à travers les institutions comme le FMI, l'Europe, les anti-euros....
Hervé Chabalier : il parle bien et juste (niveau d'information excellent et rigueur journalistique) mais il a trop la parole et déséquilibre le débat
Gil Mihaely : on ne laisse pas développer (volontairement DS ?) et ses idées bousculent, apporte de la pensée politique non unique, un décentrement absolument nécessaire pour penser par soi m^me - à réinviter
Christophe Aguiton : le fait d'être un peu en retard l'a amené à aller à l'essentiel : vite et bien, précis, argumenté et toujours en perspective, pas trop d'idéologie (ce qui n'est pas toujours le cas chez ATTAC) et un vécu au caractère authentique
DS : j'adore votre démarche, vos propos, votre coté poil à gratter dans le bon sens, votre positionnement journalistique et votre absence d'idéologie partisane, votre aisance orale, vos mots ; mais il faut laisser un peu plus de place à Anne Sophie Jacques dont on ne peut que souhaiter l'emergence de son talent, de son fil éditorial lorsqu'elle arrive à parler ! - En fait, si elle anime, il faut être un peu plus en retrait
m^me si confiance n'exclu pas contrôle parfois, confiance rime avec plaisir de co-animer et parfois renoncement pour l'autre - votre talent est déjà immense - (et je vous suis depuis pas mal de temps pour le dire)
Maja Neskovic : avec ce faut air d'ingénu, un diable plein d'humour à qui on la raconte pas, beaucoup de métier
Pour finir : très bien l'idée de changer les gobelets (on les regarde moins comme cela)
@+ et ;-))
Excellente émission, même si le format ne permet pas d'aller au fond des choses.
Le journaliste de causeur permettait d'éviter le ronron d'un débat consensuel en obligeant à argumenter et / ou à nuancer.
La tragédie grècque ce n'est pas seulement que la troïka l'ait prise pour cible de sa politique de régression sociale, c'est aussi que les alternatives ne sont pas évidentes et comportent toutes des risques extrèmes :
- une sortie de l'euro (et de l'UE) avec un décrochage et la menace d'un cahos social. Les conditions de réussite sont difficles à réunir : restructurer l'appareil productif, mobiliser les énergies, répartir plus justement les revenus, tout en évitant les tentatives de recours à la violence des élites lésées (car les élites abandonnent rarement pacifiquement leurs privilèges et le pouvoir).
- une alliance avec les autres pays du sud (solution suggérée par Aguiton) pour renégocier avec la Troïka, mais cela nécessiterait une accélération brutale de la crise des pays de l'Europe du sud pour faire converger les destins et les intérêts stratégiques. Gageons que les prédateurs veilleront à éviter cela et appliqueront la "politique du salami".
- une prise de conscience progressive des peuples européens, suite à des référendums ou des alternances radicales, mais ce n'est pas le plus probable.
- ... autre possibilité ? Je manque d'imagination.
Bravo, Félicitation vous êtes ÉPATANT arrêt sur Image,
ouf enfin vous revenez à vos vielles habitudes et cela me rassure! mais encore un effort voila quelques semaines que l'on vous sent balbutier, pour tout dire depuis votre émission sur le rapport reiser sur la présence des expertes femmes dans les médias... Je n'ai pas fait le compte mais depuis presque à chaque fois, à l' exception notable de votre émission sur le petit journal 100% masculine (c'est vrai que là cela vous aurez demander un vrai travail d'investigation pour trouver des femmes voir des féministes qui auraient fait les frais de "l'honnêteté journalistique" très spécial de MR YB) Donc je disais presque à chaque fois vous avez trouvé une femme alibi pour venir faire la plante verte sur votre plateau et ce même quand par ailleurs sa compétence n'est pas à remettre en cause (cf l'émission sur la viande égorgées..). Enfin cette fois ci on parle de choses sérieuses "l'économie" une affaire d'homme... Vous avez raison (comme le sous tend votre viril casting) les femmes n'y entendent rien et il est vrai qu'en matière d'économie des expertes femmes ça n'existe pas ou alors elles ont les enfants à garder, un plat sur le feu, du repassage à faire, et quand elles sont libre on les invites et ces greluches ne sont même en capacité à se disputer la parole dans le cadre de vos viriles échanges...
Enfin bref heureusement Mr Schneidermann, dans le temps médiatique frénétique (qui est aussi le votre), nous avons eu le temps d'oublier votre mea-culpa sur l'absence de femmes sur votre plateau, vous êtes revenu à la réalité , et faites comme vos confrères (allez un petit effort et vous coifferez au poteau votre ami de "c'est dans l'air"), bon bah là y'a plus qu'a masculiniser votre staff de journalistes qui amoindrie grandement vos excellentes statistiques, et nous pourrons venir vous féliciter en direct et vous remettre le titre tant convoité de grand défenseur de la cause du grand homme blanc hétérosexuel de plus de 40ans....
J'en profite pour vous signaler une initiative qui va dans se sens La barbe lance un appel à souscription national contre le démantèlement de la suprématie masculine n'hésitez pas à souscrire vous même Mr Schneidermann ( http://labarbe.heroku.com/ ), pour défendre les vôtres, et comme elles sont très consciente de la crise économique (quand elles font le marché bah c'est plus chère)elles ont même créé une monnaie pour l'occasion "l'érectile", du coup même vous du lieu de vos petits moyens vous pourrez aussi soutenir vos copains les Hommes les vrai... Et de mon côté je vais continuer à vous soutenir financièrement en me réabonnant et en diffusant l'info du nécessaire soutien à apporter à la presse, libre, blanche et masculine ( j'en parlerai aux copines au marché, à la crèche et dans touts les autres espaces de sociabilités féminines...) , parce que c'est bien connu les femmes elles aiment ça qu'on les dominent...
Pileusement,
Aby, du lieu de ma profonde admiration pour tous ce que vous faites pour la causes des grand hommes blanc hétéro....
http://www.labarbelabarbe.org/La_Barbe/Accueil.html
http://labarbe.heroku.com/
https://www.facebook.com/events/252589084825054/
alors, COSCO, les chinois au pirée, qu'avait l'air de tellement admirer daniel ("ça marche ça marche" : qu'en savez vous qu'avant ça marchait pas ? et certes l'esclavage a permis tant de belles choses, des pyramides aux champs de coton...), n'était le malheureux lapsus.
je copie colle, ça m'a pris 2' de recherche gougueule, et je suis pas journaliste. un regard un tant soit peu critique (un tant soit peu décrypteur) sur la chose, regard donné par un journaliste, ça aurait donné quoi ?

je copie-colle donc :

Voilà tout juste deux ans que les hommes de la China Ocean Shipping Company(Cosco) ont investi le port du Pirée, et leur présence se ressent déjà à travers toute la Grèce. En décembre 2008, Cosco a acheté pour 3,5milliards d'euros la concession de l'embarcadère numéro2 du Pirée, le grand port d'Athènes, premier centre industriel du pays, pour une durée de trente-cinq ans. Mais les Chinois sont là pour rester et envisagent déjà de construire un troisième embarcadère. Leur ambition? Faire du Pirée le Singapour de la Méditerranée.

Depuis leur arrivée, les dockers grecs du port ont vu leur charge de travail diminuer de façon spectaculaire. «Mon père travaillait sur ce port, et moi, j'y suis depuis vingt-cinq ans, s'émeut Giorgos Gogos. On ne peut pas être aussi efficace et rapide que Cosco. Mais les Chinois ne veulent plus employer des gens comme moi. Ils préfèrent prendre des personnes en intérim et les payer au rabais: 40euros brut par jour sans aucune protection sociale et sans garantie de travailler tous les jours. Evidemment, les seuls qui acceptent, ce sont les immigrés. Ils sont payés moins de 1000 euros par mois et n'ont pas le droit de faire grève.»

pour la référence et le reste : le figaro, 01/11, sur COSCO au pirée
j'ai raté le moment où les intervenants rappellent en choeur que les deux premiers pays à ne pas respecter les fameux critères sont l'Allemagne puis la France.
juste une remarque : exigeons que l'allemagne vertueuse règle à la grèce ce qu'elle lui doit depuis la fin de la guerre !
Je pense que vous auriez du inviter l'auteur de ce blog:
http://www.les-crises.fr/retour-sur-le-plan-grec/
Ses graphiques sur l'effet du plan encours sont excellents, a voir absolument!
Plus sérieusement,
Dans le bouquin "la dette ou la vie", page 93 :" Les dépenses militaires grecques représentent 4% du PIB contre 2,4% pour la France...1,4% pour l'Allemagne, etc ..." Pourquoi?
"...en pleine crise au début 2010...le premier ministre de la Turquie, pays qui entretient des relations tendues avec son voisin grec, s'est rendu à Athènes et a proposé une réduction de 20% du budget militaire des deux pays.Le gouvernement grec n'a pas saisi la perche qui lui était tendue." Pourquoi ?

" Il a été mis sous pression par les autorités françaises et allemandes qui voulaient garantir leurs exportations d'armes"
Pour la suite lire: " Eric Toussaint- "Grèce: tout un symbole de dette illégitime" Chapitre 5 du livre cité.

Livre où l'on apprend entre autre que le FMI se porte mieux ces temps derniers...et oui, ils ont trouvé d'autre pigeons à tondre.

Pour ceux qui préfèrent écouter plutôt que lire, il y a les 2 émissions de "La-bas si j'y suis" - 14 et 15 décembre 2011-, à récupérer sur le site :
"la-bas.org" ; où les mêmes ( CADTM ), à Liège, racontent comment les pays du sud ont passé le relais, dans la course à l’échalote de la troïka .

Présentation de l'émission dans le site cité: " Il faut rassurer les marchés ! La dette qui écrase le tiers monde depuis des années arrive au Nord. A Liège, le CADTM propose des alternatives et milite pour un audit citoyen de la dette publique. Un reportage d’Antoine Chao et de Daniel Mermet "

vous lisez dans mes pensées la sardine.

Il me semble qu'il y a anguille sous roche...si vous avez l'intention d'inviter François Ruffin, proposez lui de
faire l'émission sans micro et vous le verrez mourir de rire...D'ici, de Nîmes, nous pourrons quand même
l'entendre, car il a la voix qui porte.Un bonjour de la part de Christine & Gérard au Picard.
Arrêtons de comparer des états à des ménages, c'est juste ridicule. S'il-vous-plaît.

Un état définit ses moyens, en votant un budget.
Il a des moyens de se donner plus de moyens.
La richesse d'une nation n'est pas celle de l'Etat.

Quel montant de la dette grecque actuelle est le résultat des intérêts des prêts depuis deux ans?
Au nom d'enjeux économiques, on pourrait priver un peuple de sa souveraineté?
Comme on prive les plus démunis de leurs droits fondamentaux.


Une question de répartition, puisque la Grèce c'est l'Europe, que nous européens nous payions pour les grecs.
Solidarité.
On aurait pu commencer par là au lieu d'engraisser encore plus les spéculacations.
Des prêts à des taux d'usurier aux conditions répugnantes.
Notre époque est d'un cynisme sans borne ou d'un aveuglement total.
Peut-être les deux.

Pour arrêter l'effet "père-noël", faudrait quitter le pays des bisounours et prendre la pillule matrixienne.
Accepter ses responsabilités.
C'est-à-dire, arrêter de placer le profit au pinacle des valeurs de notre civilisation.
Eduquer les paysans pour qu'ils arrêtent d'assassiner les sols.
Reconnaître ses erreurs.
L'entrée de la Grèce dans l'union était un symbole. L'attaque qu'elle subit en est-il un?
La réponse qu'on y donne?

Faisons venir des paysanes chinoises faire de l'agriculture écologique plutôt que de les envoyer se tuer à la tâche dans les polluantes usines qui manufacturent tous nos produits poisons.

Refaire de la monnaie un outil.
Outil d'échange et de coopération.

La souveraineté des citoyens leur échappe...
Démocraties où êtes-vous?



Pourquoi je suis énervé?
Ca doit être le foie.

Pendant que l'exploitation des sables bitumineux canadiens, détruisant le forêt boréale, est la plus grande catastrophe écologique industrielle jamais humainement conçue.
Emission intéressante, dynamique bien qu'un intervenant ait eu un espace de parole trop important de mon point de vue. Plusieurs observations :

1) La Grèce « pays extrèmement arriéré » : je pense qu'on peut manquer d'éducation, on peut être naïf sans être arriéré - terme péjoratif.

2) Les grecs fraudeurs, « Les grecs n'ont aucun sens de l'Etat » parce qu'ils ne finissent pas leurs maisons afin de payer moins d'impôts !?! De mon point de vue cet exemple n'est pas un exemple valable d'une fraude grecque.

3) "L'optimisation fiscale" se pratique aussi en France. Les français sont-ils également fraudeurs ?

4) « L'Europe malheureusement de mon point de vue n'est pas assez politique » : L'organisation de l'Union européenne est une organisation politique oligarchique - sans séparation des pouvoirs - composée d'élus de chaque Etat. L'Europe est "plus que politique", même si l'Europe ne décide pas de tout. L'Europe fait des choix (pas tous, fort heureusement) au nom des Etats (et des peuples) qui la composent.

5) De plus, on pourrait développer le thème de la « Troïka » grecque et le thème du manque de contrôle de l'utilisation des subventions de l'Union européenne.
------Hors-sujet-------

Je voudrais pas avoir l'air de la ramener, mais l'émission sur les Nouveaux chiens de garde, c'est pour bientôt ?
Avant de lire les interventions des @sinautes,je me permets de jeter quelques idées qui me sont venues lors de l'émission et ceci tout en vrac.
Je ne vois en quoi,il est scandaleux que les grecs aient tous 2 maisons,une principale et une secondaire!En fait,je n'y crois pas trop,ça voudrait dire qu'il n'y a pas de SDF,mais ça serait formidable et il faudrait prendre la Grèce comme modèle économique!
En quoi le peuple grec est-il responsable de l'état calamiteux qui existe dans ce pays?Les riches ne paient pas d'impots,mais a-t-on demander l'avis du peuple?Les grecs fraudent,parce qu'en France les gens eux n'essaient pas de frauder!Quelques exemples pris par hasard:Aznavour,Halliday qui vient se faire soigner au frais de la princesse quand il est malade etc...
Ne dites pas que nous sommes en démocratie,c'est faux:la démocratie,c'est le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple!Nous choisissons des gens qui décident pour nous pendant plusieurs années sans que nous puissions les remettre en question,des gens qui peuvent eux remettre en question nos décisions au nom de je ne sais quel droit ex:le traité de Lisbonne!Ces gens font-ils partie du peuple?Non,ils sont issus,ou sont les laquais de la classe dirigeante;ceux qui dirigent vraiment sont les banquiers et ont pour acolytes les hommes(ou femmes)politiques,les dirigeants d'entreprise et certains journalistes du moins ceux qui travaillent pour les médias les plus en vue.
Biensur qu'il faut un changement:"qu'ils dégagent tous!"Les gueux(dont je fais partie)votent et se révoltent.(ça arrive l'histoire et l"actualité nous montrent quelques exemples)
La société est divisée en 2 camps:les dominants peu nombreux,énumérés avant,et les autres les dominés que l'on divise pour leur faire croire qu'ils ne sont pas du même monde:possesseurs du RSA et ceux qu'on appelle la classe moyenne;les habitants des ghettos et ceux des centre-ville,étrangers et français;chrétiens et musulmans etc...etc...Tant que nous n'aurons pas compris cela(c'est le diviser pour mieux régner!)L'économie restera ce qu'elle est celle des riches qui diront aux pauvres:"Vous avez vécu au-dessus de vos moyens,vous devez vous serrer la ceinture!"
Ouf ! une émission passionnante. Mais pourquoi si courte alors qu'ils n'ont pas arrêté de se couper la parole, c'était un peu frustrant. Il y avait encore plein de choses à dire ?
époustouflant les relations de mr Chabalier !
un journaliste qui a de la bouteille et ... des réseaux !
en fait, je pensais à la France et je me disais que la France et les français ont un peu le comportement
des grecs sauf qu'ils ont + le sens de l'état;
bref, dans quelle spirale est la France ? celle de la Grèce ou celle de l'Argentine ?
ou une autre spirale ?
j'aurais aimé et j'aimerais que l'on parle de la situation en France ...
je vois que les Grecs ont bien assimilé le sentiment de culpabilité.
cela dit , ça a été la fête au village. 2 maisons chacun, ouarf...
mais les banques... les banques qui prêtaient et prêtaient et prêtaient....elles n'ont rien vu arriver ??????
Mais bon notre cher ami Daniel tient-il encore ses rubriques à Libé ?
Je l'avais souvent trouvé mou, puis j'avais été étonné de sa nouvelle verve. Maintenant je le retrouve entre chien et chat. Rien à voir avec le site d'Acrimed.

Pour plus d'infos sur ce qui se passe réellement en Grèce il y a aussi un site libertaire ( recherche google à Jura libertaire). Pour les plus pauvres, je ne parle pas des classes moyennes, c'est la guerre, ce sont des milliers d'arrestations arbitraires, l'intervention de la force de police européenne crée il y a peu ( pour le flicage et le matraquage, ca fonctionne toujourd très bien). Beaucoup fuient, se suicide ou se battent. Ils n'ont plus rien à perdre. Nous sommes très très loin des images doucereuses du reportage. C'est de la démagogie de "grands reporters" qui se disent de "gôche", comme notre cher PS.
Mentir sur l'inflation n'est pas une spécialité argentine : quand on est passé à l'euro, on a tous vu le prix des biens de consommation courante s'envoler. Ce à quoi on nous rétorquait alors qu'il fallait penser en termes de "moyenne", l'achat de biens d'équipement étant rendu moins cher. Mais au quotidien, je mange plus souvent une baguette qu'un ordinateur. Bref, la manipulation n'est pas une spécialité sud-américaine.


Emission super même si la distribution du temps de parole était totalement déséquilibrée, comme relevé par de nombreux asinautes.
Merci, cette émission m'a beaucoup appris.
T'as raison Aurélio, rien ne vaut le bon temps du colonialisme comme dirait ce brave Nicolas et toute sa clique qui sont les serviteurs et complices de l'oligarchie en place grâce à la complicité des classes moyennes. Heureusement aujourd'hui certains commencent à comprendre que la lutte des classes est plus que jamais d'actualité (et c'est un très très riche qui l'a dit.) et qu'il faut vraiment changer les choses.
Pour revenir sur l'émission, moi aussi j'aurai souhaité entendre plus le représentant d'Attac qui avait l'air de très bien connaître le terrain et TOUS ses acteurs (dont la vraie gauche qui est exclue du pouvoir) et pas seulement de ces "bons journalistes" de cette bonne presse de "gôche" comme libé qui ont oubliés ce que cela signifie réellement...
Comparée à la fièvre anti-austérité, anti-troïka, pro-gens-qui-souffrent du site et de ses forums, l'émission paraît bien tempérée. C'est bien de savoir se remettre en question.
A propos de protectionnisme...
N'oublions pas que les empires Français, GB, et Allemand ont pu se développer, industriellement, économiquement, parce qu'ils ont été prautectionniste et ont ruinés les secteurs des pays conquis qui pouvaient entrer en concurrence (ex : le textile en Inde par la GB)...
Bonjour,

Sur le fait que l'émission n'était pas si intéfessante que ça. Vous y allez un peu fort sur le fait que cela ressemblât au bar du coin peut-être...
En tout cas, je trouve que la distribution de la parole est fort mal distribuée (j'en suis à la 44e minute de visionnage) :

1)- un intervenant prend la parole et développe un argumentaire assez structuré (Aguitton et Mihaely)
2) - Daniel fait une digression
3) - Chabalier veut compléter la digression
4) - Anne-sophie ne recadre pas le débat et ne redonne pas la prise de parole à l'intervenant d'origine.

Je trouve que, malheureusement, cela resume la structure générale d'une émission coordonnée par Anne-Sophie...
Ce n'est pas assez rigoureux dans la tenue pour qu'on puisse avoir un débat profitable et de bonne tenue...

A la fin de mon message, j'ai repris la 44e minute de visionnage et je viens de m'apercevoir que Chabalier a monopolisé la parole et le début d'amorce d'argumentaire développé par Mihaely est parti en fumée....

Je pense que j'aurai pu faire la même démonstration avec Aguitton...

Quel dommage....

Cyril.
Eh bien, pour ma part, je n'ai pas trouvé l'émission intéressante. Pourtant, le sujet m'intéresse mais j'ai eu l'impression d'assister à une discussion au bar du coin.
J'ai habité en Grèce deux années il y a 13 ans maintenant et il me semble (il faudrait vérifier) que la loi concernant "les maisons non terminés" a été modifiée à cette époque. L'émission parle des politiques, des moeurs grecques, des grecs en générales mais pas des banques. Les banques ne savaient-elles pas qu'elles prêtaient à une population qui payait peu d'impôts etc?
En bref, l'émission me laisse un gout d'inachevé. A quand la suite???
J aurais aimé une presentatrice qui ne soit pas en extase devant le beau-parleur et laisse s exprimmer les autres invités.
les exportations comme but pour "sortir de la crise", donc enrichir le pays au détriment d'autres (puisque les balances commerciales ne peuvent être toutes positives) ;
la croissance comme indicateur pertinent ;
le protectionnisme comme fléau ;
...

(Eternels soupirs)

Vous n'arrivez pas à trouver des spécialistes économiques qui soient au "mieux" (simplement) "atterré·e·s" ?
Vous n'en trouvez pas qui critiquent aussi CES vieilles (et dangereuses) recettes ?
L'inflation a été mentionné brièvement en parlant de l'Argentine. Elle mériterait une émission, tant elle apparait comme la solution la plus probable pour effacer les dettes. Au dela des mécanismes économiques qui la favorisent (et qui sont deja à l'oeuvre), un defit de démocratie s'opère dans de nombreus pays à travers la manipulation des chiffres de l'inflation, ce qui a été mentionné rapidement par Gil Mihaely.

Une inflation forte affectera en particulier les classes populaires et moyennes par la baisse du pouvoir d'achat et la diminution de la valeur relative de l'épargne.

Un sujet brulant par les temps qui court.
Je rêve ou les émissions sont de plus en plus courtes! 1 heure seulement parceque celui qui a monopolisé l'émission pour ne rien dire sauf des poncifs doit s'en aller!
Les deux autres invités auraient pu continuer , ils avaient bien des choses à dire et certainement très intéressantes.

J'aurais d'ailleurs aimé voir débattre avec Aguiton le gars de Causeur sur le fait que lorsque l'on est endetté, on n'est plus souverain.

De plus en plus décevant @si, déjà que l'on n'a plus "ligne jaune".
On oublie aussi que beaucoup d'entrepreneurs français et allemands se sont bien servis de l'argent grec.

Qui parle encore des 50 milliards qu'ont coûté le JO d'Athènes?

Qui parle encore de l'armement que la France et l'Allemagne ont vendu à la Grèce, il y a à peine trois ans?
Super émission, les intervenants sont tous très captivants. Impossible de dire que tout est blanc ou noir pour résoudre une crise financière...
plutôt dithyrambique sur ce site et signataire de la pétition contre l'arrêt de l'émission sur la 5,le doute s'installe avec cette émission tant je retrouve les méthodes des media traditionnels dans la manière de minimiser ou écarter les propos tenus par le 3ème larron du Causeur (Gil Mihaely) ; présence leitmotiv ? nous ne sommes pas au pouvoir car sans ambition mais il ne faut pas nous prendre pour des imbéciles comme le font les autres media, politiques et banquiers, vis à vis des grecs, des français ou de tout autre peuple du monde "d'en bas" ; ce monsieur disait ou aurait voulu dire des choses très intéressantes sur l'analyse, la compréhension et une projection de ce qui se passe en Grèce ou ailleurs mais n'en a pas eu l'opportunité ou l'impact car son discours ne rentre pas dans le cadre ambiant des contestataires du neolibéralisme ; je vous propose de le réinviter ou de lui faire une tribune spéciale (je ne le connais pas ni le causeur dont j'ai appris là l'existence) ; par ailleurs, si on fait une analyse comparative de ce qui se passe en France, je pense que ns ne sommes pas différents des grecs car les régles et lois sont aussi contournées quand c'est possible sauf que les contraintes et carcans administratifs pour le bas peuple ont été mis en place bien avant mais les actualités nous montrent que bien des niches subsistent pour ceux qui savent et peuvent en profiter (voir Total, Bettencourt, CAC40, etc).
un spécial bravo à Maia.
Bonne émission.
Le cas de l'Equateur, qui a effacé 70% de sa dette en la déclarant odieuse et inconstitutionnelle, aurait pu être ajouté au débat, tout comme aurait pu être développé le projet Mercosur auquel est associé le Vénézuela par exemple.
Le débat sur les gains apportés par la privatisation des services est par contre superflu, tout le monde sait que ça ne marche pas, et quand le boss de CAPA explique que ça marche mais qu'en contrepartie il y n'y a pas de droit social, c'est que ça ne marche pas !
La présence de Christophe Aguiton, qui connait la réalité du terrain, a donc été comme souvent pour les acteurs d'ATTAC, éclairante. Ces gens ne sont pas des touristes, ils connaissent le terrain, les acteurs sociaux...
Quant à Gil Mihaely, cet idéologue à peine plus fréquentable que l'hystérique Elisabeth Levy n'a comme souvent rien dit d'intéressant ou de fondamental pour apporter une pierre constructive au débat mais fallait il en attendre autre chose de la part d'un émissaire du triste site Causeur qui cause, à défaut de penser juste...
Reste que les grecs se font empapaouter en version panoramique, pour rien, et qu'il est intéressant de constater que dans les pays arabes, on entend parler de résistants ou de rebelles, mais que les médias français traitent les grecs, quand ils ne sont pas fainéants (alors qu'ils ont le record d'Europe d'heures travaillées), de casseurs et d'émeutiers.
La palme revient au vice 1er ministre grec qui traite les indignés de fascistes, de communistes et de cons...à l'abri derrière son bureau cossu et non devant ceux qui tirent la langue pour survivre. Il a de la chance que, pour le moment, toute résistance violente ait été ôtée de l'esprit des peuples mais le jour où les pauvres n'auront plus que des piques et des fourches pour se faire entendre, ils sauront se rappeler du mépris que leur ont témoigné ceux qui sont censés les représenter et rendront coup pour coup.
L'argument du type de causeur sur le protectionnisme est idiot. "Si tout le monde fait du protectionnisme, tout le monde est perdant." Non seulement c'est historiquement faux, mais c'est même exactement le contraire.
Faire du protectionnisme, c'est avant tout permettre a son marché intérieur de se developper, chose impossible s'il y a une trop forte asymétrie des niveaux de productivité. L'exemple des patates cité plus haut de le forum en est un exemple. Or le developpement du marché intérieur est la condition nécessaire pour qu'il puisse y avoir developpement d'un marché extérieur (en dehors d'une situation de rente, pétrolière ou autre).
Au final, il aurait été bien plus bénéfique pour la zone euro de protéger l'agriculture grecque (qui pour des raisons à la fois purement géographiques et techniques ne peut être aussi productive que l'agriculture française) que d'imposer des règles libérales qui n'ont produit (pas plus qu'ailleurs) d'effet bénéfiques durables.

Ce que vous oubliez de relever dans le passage sur le port du Pirée. Aujourd'hui, la zone euro est un partenaire commercial majeur pour la Chine, certes. Mais les recessions successives ajoutées aux plans de rigueur vont (c'est déjà le cas) impacter la consommation des ménages. Dont une partie non négligeable alimente la croissance chinoise. Donc en vendant la Grèce aux chinois pour qu'ils fassent de la déflation salariale compétitive sur le continent (et bouffent des parts de marché aux autres ports méditerranéens) au final on alimente un mécanisme général de dépression de la demande à l'échelle mondiale.
Et le seul moyen (déjà expérimenté avec succès dans le passé) de casser ce mécanisme, ce sont des politiques protectionnistes...

Bref : si tout le monde fait de la déflation salariale compétitive, tout le monde est perdant.

P.S. Ce qui ne veut pas dire que la solution technique (que je ne maitrise pas) choisie par l'Argentine soit la bonne.
Avez-vous pensé à François Ruffin pour votre émission sur le protectionnisme ? Journaliste à France Inter, au Monde diplo et à Fakir, il a écrit un livre "Leur grande trouille : journal intime de mes pulsions protectionnistes" qui explique bien le mécanisme des délocalisations et montre comment les barrières douanières ne sont plus utilisées que contre l'immigration et la contrefaçon des grandes marques du luxe.

Pour en revenir au sujet de votre émission de ce jour, j'attends avec impatience le vote irlandais..
vous lisez dans mes pensées la sardine.
Une très bonne émission en perspective.
Nous l'avons reçu la semaine dernière dans une soirée bistro à Lyon dans une salle pleine à craquer... Il dépotte !
Vivement l'émission, vous lui donnerez le bonjour de Marie et Céline :-) il comprendra.
Je vote pour, et j'aplaudis des deux mains l'idée!

(dur de tapper avec le menton, par contre!)
Il ya pierre larouturrou qui est aussi tres intéressant voir le site www.roosevelt2012.fr il y a une video conference sur youtube ou il explique quelle est lasittuation et parle des deux bombes que sont la chine (20% de chômage) et les usa 350% du pib
La video que je conseille a tout le monde
http://m.youtube.com/#/watch?v=AxaHidNSNXk

http://www.roosevelt2012.fr/
Ca serait un bonheurque d avoir ce gars nous expliquer hartz4 et les emplois que creerait les 32 heures ca vaut le coup sincerement
Oui pour une vraie émission contradictoire sur les effets de la réduction du temps de travail.

Mais une bonne idée peut être sabotée si elle est mal appliquée. Les 35 h ont eu des réactions de leurs adversaires non prévues par la gauche:
- Le blocage des salaires
- la productivité (en 35H beaucoup ont du faire le même boulot qu'en 40)
- les subventions.
- la non embauche qui a grippé les 35H (journées de RTT accumulées, pénurie de personnel)

Du coup , on arrive en France aujourd'hui à ce que l'état paie pour que les gens travaillent moins (exonérations des charges patronales en dessous de 1,6 smic compensées par l'état) et l'on paie pour que les gens travaillent plus (exonération des heures supp.)

L'avantage des 32 h est que c'est un multiple de 8. Ainsi tout de suite on permet aux gens d'avoir 4j de travail et de 3j de repos par semaine (3J de travail et 4j de repos si on travaille le dimanche).
Les syndicats allemands
sont allés voir Angela Merkel pour exiger que le
licenciement devienne un dernier recours et que la règle
générale soit de garder le maximum de salarié(e)s, le
maximum de compétences, dans l’entreprise en développant
le KurzArbeit.
Le Kurzarbeit ? Le principe est très simple : au lieu de
licencier 20 % des effectifs, une entreprise qui voit baisser
son chiffre d’affaires de 20 % va baisser son temps de travail
de 20 % et garder tous les salariés. Le salaire baisse
mais l’Etat maintient le revenu. Et cela revient moins cher
de maintenir le revenu d’un salarié qui baisse son temps
de travail que de financer un chômeur si l’on tient compte
de tous les coûts induits et les pertes de rentrées fiscales
et sociales.
Le 23 janvier 2011, le Ministère du travail allemand
a rendu public un bilan assez complet du Kurzarbeit : il a
concerné 1.500.000 salariés qui, en moyenne, ont baissé
de 31 % leur temps de travail.


c'est sur le site www.roosevelt2012.fr
c'est pas theorique c'est pratique et nous pendant ce temps on augmente le temps de travail
Sur les paradis fiscaux, lui la fait en ce qui concerne sa circonscription :

Plutôt que d’imposer aux
peuples des plans d’austérité qui aggravent la crise, l’Etat
doit déclarer la guerre aux paradis fiscaux :
- en rendant obligatoire la transparence des
comptes des entreprises : toutes les entreprises doivent
rendre des comptes sur leur activité pays par pays et déclarer
l’existence de filiales dans des paradis fiscaux ou
des centres off shore.
- en boycottant les entreprises ayant des filiales
dans ces paradis fiscaux : l’État et l’ensemble des collectivités
locales (régions, départements, communes et communautés
de communes…) ne doivent plus accorder aucun
marché public à une entreprise (banques, entreprise
de travaux publics, fournisseurs de systèmes informatiques…)
qui a des filiales dans des paradis fiscaux et qui
échappe ainsi aux impôts qui financent l’école, la santé, la
police ou les retraites.
Pas de place pour Ruffin.

DS a préféré la donner à Gil Mihaely, à côté duquel le plus rétrograde des journalistes du Figaro apparaît comme un progressiste éclairé.

Non mais sans blague Daniel, oubliez Causeur, par pitié. Ou alors invitez des gens de Rivarol et de Minute, juste pour mettre de l'ambiance.
"Les Grecs n'ont aucun sens de l'Etat" dixit Chabalier. C'est à hurler de rire de la part de ce libéral qui semble s'ignorer, et qui par ailleurs nous explique combien la privatisation est la solution...

La privatisation des services publics grecs n'est pas une cause de la crise soit disant de la dette, c'est un aboutissement pour les financiers qui, non seulement, veulent se faire rembourser plus ieurs fois l'argent virtuel qu'ils ont prêté, tout en faisant main basse sur les activités rémunératrices.
La privatisation des services publics grecs n'est pas une cause de la crise soit disant de la dette, c'est un aboutissement pour les financiers qui, non seulement, veulent se faire rembourser plus ieurs fois l'argent virtuel qu'ils ont prêté, tout en faisant main basse sur les activités rémunératrices.

Et qui leur donne toute latitude pour créer d'autres crises, autant de fois qu'ils en auront besoin pour parachever leur oeuvre :
le retour à une société primitive où on pourra faire adorer n'importe quel dieu, du moment qu'il permettra à se maintenir au pouvoir ceux qui s'y trouvent. une petite guerre par ci un ptit génocide par là pour faire baisser le chômage et hop, le tour est joué pour encore qqs décennies.
ah non, pas n'importe quel dieu, le dieu pognon (et son double, le dieu pouvoir)...

bon, je profite pour renvoyer à un article que je trouve vachement bien fait, avec des faits, des chiffres, des dates, des gens (pas des qui lèchent leurs plaies, mais des qui dénoncent et énoncent des réalités)la grèce sous l'occupation de l'oligarchie financière, d'agnès rousseaux.
Quitte à avoir 3 invités cela aurait eu été peut être intéressant de partager de manière équitable leur temps de parole . J'ai le sentiment d'avoir assisté à un monologue de H. Chabalier .
Sujet super intéressant, merci. Par contre, j ai trouve que l emission partait vraiment dans tous les sens. J ai vraiment eu le sentiment qu'elle etait dirigée par H.Chabalier. Continuer le débat après son départ aurait peut etre permis d approfondir les sujets balayés.
mihaely qui dit une chose qu'il faut garder en mémoire, bien fort : si la grèce a été intégrée à la CE, ce n'était pas pour des raisons économiques - pays pauvre, sous-industrialisé, avec juste le tourisme qui n'a jamais été un élément pour un développement équilibré d'un pays : comment rivaliser avec la ruhr qui produit à elle seule plus du PNB grec ? - mais pour des raisons politiques. je ne pense pas que ce soit pour assurer la "paix" en europe, mais pour des raisons géo-stratégiques : par curiosité, regardez une carte des pays "CE" en 81 : simplement une manière de ne pas laisser tout l'est de l'europe, et donc les balkans, sous l'influence communiste. ça et rien d'autre. on en voit le prix maintenant : la montée de l'eurofascisme dont parle todd.

quel dommage de ne pas avoir entendu plus longtemps aguiton, il avait encore beaucoup de choses à dire sur non pas ce que disent nos grands analystes,mais ce que disent les GRECS de gauche eux-mêmes (qu'on n'entend dans le fond jamais, ou presque) (on comprendra que je ne mette pas dans le panier de la gauche grecque le pasok, qui n'a rien d'un parti de gauche : c'est juste papandréou et donc une des 2 familles qui jouent au ping pong avec le pouvoir depuis la fin de la dictature) de leur situation, et de ce qu'ils entrevoient pour le futur. mais j'ai bien entendu l'idée d'une sorte de solidarité entre pays cigales (même si, au pif, à mon avis, je pense que la crise va se limiter à la grèce et au portugal) que la punition et la thérapie néo-libérales capitalistes et troïkesques (sorte de soin barbare, genre saignée - pour relancer la croissance : hahaha, quel rire ! et quel cynisme...) sont simplement en train de tuer.

autre élément en écho : les patates ici. les patates françaises coûtent 0,43 euro/kg, les patates grecques coûtent 0,79/kg. que croyez-vous que les gens achètent ?

en même temps que j'écris, j'écoute cette effectivement belle émission radio sur daily que signale maxime : le type dit : "il y a une différence entre vivre avec moins, et vivre avec rien. maintenant, on nous demande de vivre avec rien". et on oublie toujours de dire que non seulement les entrées d'argent pour les gens ont diminué de manière folle, mais que les prix ont également augmenté de manière folle. "salaires bulgares, prix londoniens", comme disait une dame dans une interview.

je n'ai pas entendu de paroles d'espoir, et il n'y a aucune commune mesure entre l'argentine et la grèce, pour une raison simple : les potentialités économiques argentines (agriculture, pétrole) existent, indépendamment de leur situation économique réelle. la grèce n'a aucune potentialité : c'était un pays pauvre, qui, après avoir plané comme une cigale le temps d'un été (d'une génération), va retourner à une pauvreté qui est déjà bien pire qu'elle ne l'était en 81... terrifiant.
Très bonne émission, merci! Je râlais pourtant depuis quelques semaines trouvant les émissions trop superficielles. Aujourd'hui, c'était top! Il faut dire que j'avais vu le reportage de Hervé Chabalier qui m'avait bien plu.
à propos, ici en lien un reportage vraiment poignant de la vie au quotidien des Grecs sous l'ère de l'austérité. Réalisé par un jeune Français, totalement indépendant, qui a fait un appel au don pour supporter son projet. On y entend des Grecs de toutes professions raconter la vie qu'ils mènent avec en plus un rappel des événements en filigrane. Le reportage est en anglais mais vous pouvez cliquer en haut de la vidéo pour avoir les sous-titres en Français.
http://www.dailymotion.com/video/xoolh0_chronicles-of-a-european-winter-episode-1_news
j'habite en espagne, j'ai l'impression que vous pourriez faire la même emission sur l'espagne....des nuances mises á part
concernant gaspillage, détournement d'argent et c etc c'est pas mieux ici
Enfin une émission qui fait bien envie, même si le type de Causeur, ça va être bizarre... j'espère qu'il n'est pas comme Babette.
Allez hop, je prends, je regarde ce week-end, alité forcé que je suis.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.