171
Commentaires

Non-mixité : nouvel emballement anti-UNEF

D'émissions en campagne Twitter, l'Unef, syndicat étudiant classé à gauche, est aujourd'hui, après une campagne de quelques jours, sommée par certains de s'auto-dissoudre. En cause, l'organisation de réunions non-mixtes pour discuter du racisme et des discriminations.

Commentaires préférés des abonnés

Je ne sais pas si c’est le confinement qui amplifie ma perception des choses, mais j’ai l’impression d’une avalanche d‘attaques violentes comme jamais je n’en ai vu à l’égard de toutes les gauches, à l’initiative du bloc identitaire (du printemps rép(...)

Approuvé 35 fois

voilà t'as tout compris il faut présenter un test ADN et à l'entrée de la réu y a un videur avec un nuancier pantone qui verifie la conformité de ta couleur.


bon plus sérieusement c'est une réunion en interne d'un syndicat réservée aux personnes qui s(...)

la non mixité au sein des organisations progressistes ne date pas d'hier. Elle fut pratiquée au sein du PC américain qui organisait des cellules composées uniquement de travailleurs noirs. C'était parfaitement justifié pour permettre aux travailleurs(...)

Derniers commentaires

Aïe aïe aïe ! Réunions en non-mixité sociale et interdites pour cause de pandémie !


Caviar, champagne, menus de grands chefs et retrait du masque obligatoire...Nos journalistes ont pu pénétrer dans ces fêtes clandestines de haut standing qui se tiennent actuellement à Paris.


Je crains que ça ne fasse un scandale médiatique ! Ça va tourner en boucle sur tous vos journaux !


Ah ben non... l’info de M6 date du 2 avril et toujours pas de réactions scandalisées des politiques et des éditorialistes.

Moi je dis que dans les réunions de SOS femmes battues; il faut absolument qu'il y ai exactement le même nombre de mâle batteur que de femelle battue, au nom de la (Justice, Egalité, Liberté) parité*. Cré vinguiou!!!

Je repart ailleurs préparer ma résistance...


* Sans oublier tous le L. G. B. T. Q. +++ xyz ET Co

La réponse de Vincent Tournier, un des deux professeurs mis en cause à Sciences Po Grenoble, à un de ses collègues qui lui dénie le droit d'intervenir, sous prétexte qu'il est "un homme blanc non musulman" (!!!).

Juste un (petit) truc : Anne Hidalgo, à gauche ? Sérieux ?

Mauvais article de Paul Aveline.

Même si c’est très pénible, il aurait dû écouter en entier cette émission d’Europe 1 dans laquelle Madame Luce est pathétique.

Se présenter comme une héroïne parce que 1ère racisée présidente de l’UNEF en 110 ans en dit long sur les qualités fédératrices de la personne, mais soit, pourquoi pas, après tout ? Mais alors qu’elle assume et affirme directement à son interlocutrice sans tourner trois heures autour du pot :

oui, il y a un racisme structurel social en France,

oui, nous organisons des réunions non mixtes comme c’est le cas depuis des années partout dans le monde, notamment aux USA et contrairement aux cénacles élitistes, nous n’y prenons pas de décision

et oui l’islamophobie tue partout dans le Monde et aussi en France (et de grâce, la prochaine fois, qu’elle fasse travaille ses communicants pour donner des exemples concrets !).

Qu’elle y aille franco de port et ne gaspille son temps d’antenne en faisant des circonvolutions comme si elle était dans son prétoire, en essayant de justifier ces réunions racistes par les réunions anti-sexistes et en tentant d’expliquer des choses dont elle sait qu’elles sont inaudibles pour son interlocutrice.

On peut être d’accord ou ne pas être d’accord avec elle, mais qu’elle se montre franche du collier plutôt que d’essayer de faire croire que tout le monde doit trouver normal ce qu’elle défend.

Pourquoi cette personne n’est pas représentative des étudiants aujourd’hui ? tout simplement pour la raison suivante : avoir un temps d’antenne de 13 minutes et ne parler que pendant trois minutes de la précarité étudiante, de la situation terrible dans laquelle la crise sanitaire a plongé les jeunes adultes et leur famille et toutes les classes sociales les plus défavorisées pour se laisser embarquer pendant 10 minutes sur les questions de race et de genre démontre son illégitimité à tenir son rôle. Pourquoi n’a-t-elle pas renvoyé la journaliste dans les cordes en lui disant simplement : « arrêtez le débat raciste et parlons de la crise sociale » ? Est-ce parce que, comme tous ses universitaires sociétaux réfugiés dans leur tour d’ivoire à l’américaine, elle-même estime que seules les discriminations autour de la race, du genre, du sexe ou de l’intersectionnalité sont valides et donc bien plus essentielles en 2021 que toute référence aux inégalités sociales et de classes ? En soit, son champ de réflexion et donc d’action est-il fondamentalement différent de celui de Madame Le Pen, Monsieur Zemmour, Monsieur Finkielkraut, Monsieur Blanquer, Madame Vidal ou Monsieur Macron ? Poser la question est y répondre ; elle est du même bois que ces gens, le socio-économique ne l’intéresse pas ; sa guerre, c’est l’identitaire. Elle n’a rien à gagner à s’intéresser aux gueux de basse-extraction, pour elle, seuls comptent ceux qu’on peut classifier dès qu’on les voit : raciste/antiraciste ; sexiste/féministe ; bourreau/victime…  

L’UNEF aurait-elle dû confier la responsabilité de la représenter à cette jeune femme privilégiée, fille de professeur d’université, étudiante en droit à Assas, qui va être avocate. Une étudiante en droit d’Assas qui vient porter des revendications de précarité et de solidarité à la radio, qui prétend se montrer en empathie avec la base !!! Que Madame Luce soit stigmatisée depuis 6 ans que durent ses études juridiques à Assas explique largement qu’elle vende sa couleur de peau comme un élément dont elle doit se glorifier. Mais de faire de sa bataille personnelle pour sa réussite, tout admirable et respectable qu’elle soit, le porte-drapeau des revendications étudiantes en cette période où le combat contre le capitalisme néo-libéral nécessite avant tout une solidarité de toutes les forces vives sociales au-delà des revendications identitaires n’a aucun sens pour les étudiants. Ceci ne sert que son propre intérêt professionnel et/ou politique.

Lepen peut donner une lecon d'antiracisme à la gogoche.
J'adore l'idée.

https://www.marianne.net/politique/le-pen/bien-joue-lunef-maintenant-marine-le-pen-donne-des-lecons-dantiracisme

Avez vous remarqué que ceux qui pensent que les contrôle d'identité au faciès sont une chose parfaitement normale sont, sans aucune exception,  les mêmes qui surjouent l'indignation vertueuse parce que des personnes concernées par ces contrôles d'identités racistes se réunissent entre eux ?

Je serais curieux de savoir si le virage woke/indigéniste/islamo-gauchiste/néo-féministe a fait fuir les abonés de ASI ou bien s'il s'est consolidé dans une niche zinzinclusif et a gagné des abonnés.

J'aimerais savoir aussi si l'embauche de contributeurs de ASI contiennent un filtrage idéologique ou bien s'il c'est tellement entendu qu'il n'est pas necessaire.

S'il ne reste qu'un média adorateur de l'islamisme, ce sera ASI...
Please, la gauche, relisez Christopher Larch... et écoutez aussi Julien Dray...

Osciller en la pitié envers ces pantins idiots utiles ou la colère de voir leur stupidité maladive participer à la destruction de notre civilisation.

Mouais... Le pauvre petit syndicat étudiant  au prise avec la fachosphère et la presse réactionnaire, c'est un beau narratif qu'on nous sert là... En attendant il y a quand même quelques petits points qui m'empêche d'abonder dans le sens de la bien-pensance ASIenne:

- En janvier 2018, aux côtés du syndicat Solidaires étudiant-e-s de l'université Paris VII, le syndicat essaye d'empêcher une représentation de la pièce Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes tirée du livre de Charb au motif que cet événement « participe à ce mouvement de construction raciste d'un ennemi de l'intérieur d'une catégorie racialisée dangereuse le/la musulman-e57. »
- En mars 2019, l'UNEF s'associe aux actions de blocage et aux critiques par des activistes se réclamant de l’antiracisme (Ligue de défense noire africaine, Brigade antinégrophobie, CRAN) de la pièce Les Suppliantes, d’Eschyle présentée à la Sorbonne60. La raison de ces critiques est le fait que les actrices qui interprètent les Danaïdes (des Égyptiennes dans la pièce) ont le visage grimé en sombre et portent des masques cuivrés. Ce maquillage est assimilé à la pratique du blackface par les activistes antiracistes
- Le 15 avril 2019, Édouard Le Bert, membre du bureau national de l’UNEF, et Hafsa Askar, vice-présidente à Lille, moquent l'émotion qui  accompagne l’incendie de Notre-Dame de Paris, la qualifiant de « délire de petits blancs »63. Hafsa Askar s'était déjà fait remarquer en décembre 2017 en estimant qu'il fallait « gazer tous les blancs, cette sous-race »


 Ça plus le placardage des profs "islamophobes" à  Grenoble... Bof.
(Oui, c'est du copier-coller de wikipedia, mais au moins vous n'aurez pas à faire le déplacement)

Sur cette histoire à l'IEP de Grenoble, tribune dans le Nouvel Obs :


https://www.nouvelobs.com/idees/20210317.OBS41527/conseils-aux-etudiants-qui-veulent-lutter-contre-les-discriminations.html


Contrairement à ce qu'on pourrait penser, il ne s'agirait ni d'un fake ni d'un piratage. Hallucinant, sur la forme comme sur le fond !




Ou ça : 

https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/iep-de-lyon-un-syndicat-etudiant-veut-exclure-la-licra-dun-evenement-antiraciste

Je me demande si chez Les républicains ils organisent des réunions non judiciarisées, interdite aux condamnés et aux mis en examen, avec extension aux témoins assistés? ^_^

Cet article ne rend pas compte, ou en rend mal compte,  de ce que l'on peut qualifier de dérive insupportable:

  

-  accords passés avec Etudiants Musulmans de France (proche des Frères Musulmans), l'UNEF n'est plus un syndicat laïque et universaliste, 


-  Mélanie Luce a refusé d'évoquer les 260 morts du terrorisme islamiste depuis 2012,  martelant sa salade "islamophobie" comme principal problème des étudiants aujourd'hui en France (une stratégie  proche de celle des Frères Musulmans qui veulent imposer cette thématique unique pour neutraliser toute critique de l'Islam politique).  


 -participation à la marche du CCIF (proche des Frères Musulmans), 


- appel à la censure à Lille de la pièce de Charb (parlant d'islamisme),


- tweets sur les "délires de petits blancs" concernant l'incendie de Notre-Dame, 


- relai sur les réseaux sociaux des collages jetant en pâture les professeurs de Grenoble


En résumé de l'islamo-gauchisme pris la main dans le sac. Et encore en ne relevant que l'essentiel.

Il est amusant de voir combien l'absence d'hommes blancs cis et hétéro à des réunions auxquelles ils ne souhaitaient de toute façon pas assister les mets en PLS. Des réunions non-mixtes il y en a à toutes les states de la société mais c'est le groupe de paroles réunissant dix personnes qui fait réagir tout le monde.

Vivement la prochaine polémique sur...  Non j'ai beau me creuser la tête pour essayer d'imaginer quelle sera la prochaine polémique débile et stérile je ne trouve pas. Sur ce terrain là je serai toujours battu par tous ces abrutis. 

Eh ben, tant de blancs et blanches qui parlent de racisme, comme si cela les concernés pleinement. Ils s'élèveraient presque en défenseur des minorités, de ces faibles qui ne savent pas ce défendre tout seul. Ces dominés qui n'ont pas compris, qui n'ont pas les bons combats, qui commencent à casser les pieds à se regrouper sans contrôles des dominants, qui tentent de détruire la démocratie... Notre si faible démocratie que de simples réunions sans "blancs" ou sans " hommes" font vaciller...


Et puis niveau mixité, ces défenseurs bien-pensants ont encore du chemin à faire. Il est probable que la proportion de "femmes", de "non-blancs", de "pauvres" (...etc...) dans leurs réunions médiatiques ou politiques restent bien faibles. Un bel entre-soi en haut de l'échelle sociale et économique.


Mais ce n'est pas pareil bien sûr, rien à voir.

La mixité c'est très important dans certains cas, mais faut pas pousser non plus ein !

L'UNEF devrait appeler ces réunions "Racisés Anonymes". Après tout, personne ne reproche aux alcooliques anonymes de tenir leurs réunions sans aucun non-alcoolique, ni à aucun autre groupe "anonyme" de le faire à l'exclusion de ceux qui n'ont pas leur problème. Donc, "Racisés Anonymes", pour que les racisés puissent discuter ensemble de leurs problèmes.

Qui s'intéresse encore à ce syndicat moribond, et qui a tout fait pour en être là. 


La  prosodie de cet aréopage et  ces réunions souricières est inacceptable.  Encore un effort, Kamarades,  et des réunions secrètes dans les catacombes?  Belle idée de démocratie.


Bientôt un piège genre piège à souris, à l'entrée des portes des réunions pour arraisonner les étudiants qui auraient encore (il y en a) des qualités de discours, de dialectique, de rhétorique?


Et Mélenchon a réussit hier sur la 27 à justifier ces méthodes.. cours cours Jean-Luc le nouveau monde n'est plus pour toi..et loin...loin.

Sur les aires d'autoroute, je constate la non-mixité des toilettes. Est-ce que cela relève du pénal ?

Je vais encore mettre mon grand père à contribution: "Tu baves et tu dis qu'i pleut" 


Variante perso: "Tu craches dans un verre d'eau pour faire croire à une tempête".

Incroyable de voir combien se sentent atteint dans leur anti rascisme par cette pratique. Devrais-je me sentir exclu parceque je ne suis pas invité aux séances que ma compagne a avec sa psy ?

Bon article. Une collection incroyable de dégueulasseries absolues:


"La non-mixité n’est donc pas une discrimination à vos yeux, on l’entend ce matin."  Sonia Mabrouk, qui excelle comme toujours dans l'interprétation personnelle et la distorsion des idées.


"On constate une dérive totale de l'Unef. C'est juridiquement du racisme"  Gilles-William Goldnadel, dont l'interprétation du droit fait référence dans le monde entier.


"Les gens qui se prétendent progressistes et distinguent les gens en fonction de leur couleur de leur peau, nous mènent vers des choses qui ressemblent au fascisme"  Jean-Michel Blanquer, qui brille comme d'habitude par son esprit de synthèse et d'analyse.

Gilles-William Goldnadel, avocat de Génération Identitaire, groupuscule d'extrême-droite dont la dissolution a été prononcée début mars par Gérald Darmanin, juge les réunions non-mixtes de l'Unef "racistes".  


Perso, je soutiens GOLDANEL dans sa lutte contre le "racisme" 


;-)


https://www.liberation.fr/politique/slogans-identitaires-et-salut-nazi-deferlement-de-violence-par-lextreme-droite-a-lyon-20210321_CYM6QGPNBFCJBMFIDVYP4RZNJQ/


L'occasion au passage de (re)découvir cette enquête d'Anne-Sophie Jacques (coucou !) expliquant la réalité émancipatrice de ce genre de réunion : https://www.arretsurimages.net/articles/un-camp-dete-et-un-atelier-de-paris-8-reserves-aux-non-blancs-et-alors

Bien qu'universaliste, le principe des safespace ne me choque ni ne me dérange tant qu'il n'y a pas de dérive. Pour le coup ça me semble moins propice à des dérives si c'est organisé par l'UNEF en pleine lumière que si c'est organisé par une personne obscure dans une cave.


Je prédis une prochaine récupération des safespace d'hommes de la part de l'ED. Voire d'hommes blancs, je ne sais pas si ça existe. Il n'y a pas déjà des sortes de camps pour les hommes en manque de virilité ? Je me rappelle avoir vu passer ça mais je ne me rappelle plus les détails.

mais pourquoi  a t elle été chez Mabrouk? Elle aurait du savoir quelle odeur elle y trouverait , d'ailleurs pourquoi vont ils tous chez BFMerde , cnews, et je ne sais qu'elle autres saloperies ...Ah ouais je sais pour pas laisser le terrain au fachos , courage !

Quelle idée bizarre de vouloir urgemment dissoudre l'UNEF.

Ce syndicat est en pleine décomposition. Il suffit d'être un peu patient.

La grande question est qui voudrait assister à une réunion de l'UNEF sur la manière de vivre un problème sans être d'une identité concernée par ce problème. ( Déjà que les gens qui voudraient assister à des réunions de l'UNEF tout court, ça doit pas courir les vues, au vu de la puissante décroissance de son nombre d'adhérents. :>)


Dans la mesure où la réponse est de l'ordre de pas grand monde, et qui se lasserai(en)t vite, reste celle de pourquoi mettre ces réunions en non mixité en avant demeure, tant de la part de l'UNEF que de ses détracteurs (enfin eux encore on sait c'est pour se payer le reste de la gauche par ricochets).


Enfin imaginons même qu'une réunion en non-mixité soit absolument nécessaire, plutôt que l'expliciter tu remplace ça par une réunion sur invitation (vu que de toutes manières c'est en interne), tu n'invite que les gens d'identités voulues, au pire tu accepte l'égaré d'une autre qui trouverait par hasard la salle (et se lassera vite d'un truc ne le concernant pas), et hop pas d'angle d'attaque.


En conclusion c'est aussi absurde à interdire qu'à revendiquer. La liberté de réunion implique de pouvoir faire des réunions avec qui on veut, c'est juste d'expliciter "interdites aux..." ou "en non mixité" qui choque (et dans ce dernier cas principalement ceux qui cherchent de toutes façons un prétexte de panique morale). 


Après bon, vu qu'ils en trouveraient un autre de toutes manières, c'est sans grande importance. Puis que la grande armada médiatico-politique tombe sur ces pauvres petits wokies amateurs de safe spaces formera les poil aux dents à la violence de la vie politique, ce qui est la vocation éternelle des syndicats étudiants (et plus encore un notoirement aux mains de la gauche se rêvant révolutionnaire). 


Le potentiellement grave, par contre c'est les appels à l'interdire, Blanquer qui parle carrément dissolution. J'ai l'impression que coté extrême-centre ça teste la température de l'eau, y'a eu la vague associations vaguement islamistes, y'a eu le CCIF, y'a eu génération identitaire histoire de taper un peu de l'autre coté, et maintenant ils se demandent jusqu'où ils pourraient aller dans le rabotage des bords. 

Se payer un syndicat de gauche historique, même en grosse perte de vitesse et surtout connu pour son nombre de twitteridos adeptes de hot takes douteux ces dernières années, c'est un test. 

Si le public marche, s'ils allaient au bout et que ça passait sans grosse mobilisation contre, ils peuvent juste tout faire, et tous ceux qui ont un jour été accusés d'islamo-gauchisme ou autre thème de panique morale chère à la droite (soit à peu près tout le monde à gauche de l'aîle droite du PS) ont de quoi trembler.


Je dirais donc en conclusion, qu'ils leur cassent du sucre sur le dos dans les médias ou gesticulent à l'assemblée, grand bien leur fasse à tous, tant que ça en reste là, pas ma chapelle ni ma tasse de thé, qu'irais je faire dans cette galère.

MAIS PAR CONTRE tout ombre de début de mise en œuvre sérieuse d'un processus de dissolution de ce syndicat ou autre organisation historique pour un prétexte aussi léger, même si la "grande cause" des réunions en non-mixité et autres wokeries est à peu près la dernière colline au monde pour laquelle je voudrais mourir, comptez sur moi pour être dans la rue. 

S'ils tentent le coup et qu'on ne leur met pas un gros stop, ils n'auront plus aucune limite.


(ceci étant dit, je crois moyen qu'ils le feront, plus probablement tout ce monde passera à la panique morale suivante dès que l'actualité en offrira une, et les plaintes seront discrètement retirées ou se termineront en non-lieu, mais on sait jamais, vue la période folle actuelle...)

Perso, j'anime des réunions de personnes vivant avec le VIH. Qui sont des groupes de paroles réservé aux porteurs de ce virus qui ont permis de libérer la parole que bien des choses, dont les discriminations. Chaque fois qu'une personne non séropo est venue, c'était avec l'aval du groupe et personne ne voit ca comme étant anormal. c'est d'ailleurs de ce groupe qu'à émergé l'idée de faire une action contre toutes les formes de discriminations.

Mais d’où est parti cette info de réunions racisés à l'unef?

Il y a un étudiant qui s'est plein d'être exclu d'une réunion?

Non parce que à la paroisse de mon église y a que des catholiques qui se réunissent, ca doit être de l'exclusion.

J'ai pas compris pourquoi on parle de non mixité plutôt que de discrimination raciale. C'est la même chose pourtant. Et on définit comment un blanc et un non blanc ? C'est un système en fonction du nombre de grands parents comme les lois de Nuremberg ?

Je ne sais pas si c’est le confinement qui amplifie ma perception des choses, mais j’ai l’impression d’une avalanche d‘attaques violentes comme jamais je n’en ai vu à l’égard de toutes les gauches, à l’initiative du bloc identitaire (du printemps républicain au RN). 


Menus sans viande, islamo-gauchisme, réunions non-mixtes, Rachel Kahn qui veut vendre un livre sur le dos de la gauche, ce camp identitaire semble concourir en ignominie pour salir la gauche faute de pouvoir lui répondre qui sur les enjeux écologiques alors que la loi climat est en débat, qui sur le social alors que la gauche se mobilise pour mettre en place a minima des mesures temporaires pour venir en aide aux étudiants. 


Le pire c’est de voir la mayonnaise prendre à ce point dans les médias, et de voir les journalistes se transformer en juges sommant leurs invités de gauche EELV ou LFI de s’expliquer et de montrer patte blanche :

Prouvez que vous ne voulez pas retirer la viande à la bouche des pauvres! 

Prouvez que vous n’êtes pas un ennemi intérieur!

Prouvez que vous n’êtes pas raciste!


La fachosphère emploie cette rhétorique en permanence qui consiste à retourner ce qu’on lui oppose, ou dévoyer le lexique progressiste : L’anti-racisme est du racisme. La critique du passé colonial un nouveau colonialisme. Les pistes cyclables l’incarnation d’un nouveau totalitarisme. Quand on lit ces horreurs sur Twitter, on passe son chemin. Mais désormais on ne peut plus passer son chemin car quelques heures plus tard, c’est devenu dans la bouche du ministre Blanquer l’opportunité de lancer des poursuites, de dissoudre, de réfléchir à un projet de loi contre de nouvelles dérives fascistes... 


Je n’ai jamais vu se mettre en place pareille machine de destruction d’une partie des forces politiques (Partis ou syndicats) avec autant de relais médiatiques. Mais peut-être me trompe-je? Lagasnerie (il faudrait que je lise enfin son livre) expliquait, il me semble chez ASI, la nécessité d‘ignorer l’agenda dicté par les opposants de la gauche. Il a peut-être raison, la gauche ne gagne rien à intervenir sur les sujets identitaires, mais la gauche ne maîtrise absolument pas l’agenda. Donc j’ai dû mal à voir dans quelle mesure cette stratégie est réaliste. Se murer dans le silence n’est possible que pour des ermites.


Comment vous prenez tout ça, vous autres? :-) 

la non mixité au sein des organisations progressistes ne date pas d'hier. Elle fut pratiquée au sein du PC américain qui organisait des cellules composées uniquement de travailleurs noirs. C'était parfaitement justifié pour permettre aux travailleurs noirs de s'organiser à l'abri des préjugés racistes de bien des travailleurs blancs. Cette non mixité n'était pas reproduite au sein des instances dirigeantes. Le mouvement féministe organise depuis longtemps des groupes non mixtes pour des raisons évidentes. . L'UNEF a parfaitement le droit de s'organiser comme elle l'entend et cela ne tombe pas sous le coup de la loi, ou alors il faudrait dissoudre toutes les instances maçonniques qui pour la majorité pratiquent la non mixité depuis la nuit des temps. Dans le cas précis des syndicats ou des partis politiques de gauche la non mixité ne vient pas en opposition à la mixité mais en complément.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.