98
Commentaires

"Non, je n'ai subi aucune pression de l'Armée"

Depuis l'embuscade du 18 août qui a coûté la vie à 10 soldats français en Afghanistan, le débat public s'est ouvert aux familles des militaires. Les proches des victimes de l'embuscade ou des soldats présents sur place interviennent régulièrement dans les médias pour commenter la situation militaire et les maladresses de l'Etat-major. Ils disent aussi ce que les soldats doivent taire.

Derniers commentaires

Juste pour corriger une erreur d'Alain Korkos, ce n'est pas l'opération "Enduring Force" mais "Enduring Freedom" http://en.wikipedia.org/wiki/Operation_Enduring_Freedom
NOS SOLDATS DOIVENT RENTRER
Bonjour,

Depuis un an que je suis abonné à votre site, je n'ai jamais écrit, répondu, dit mon avis.

Mais aujourd'hui je me bat contre mon clavier pour vous écrire ce court message : Dans mon passé, disons que j'ai connu de très près la réalité de la guerre ou si vous préféré, un légionnaire des plus féroce au combat.

Je connais également tout à fait précisement les lieux dans lesquels ce sont déroulés les combats qui ont tués ces jeunes militaires français en Afghanistan.

Bref, ceci est est assassinat politique, pour des raisons qui m'échappent mais là où ils se sont fait déssoudés ils n'avaient rien à faire, une route couverte par l'aérien et donc archi protégée existe juste à côté et ils se sont fait avoir dans une gorge de montagne digne des meilleurs westerns. Ils devaient mourrir pour la cause masi cette caus en'est plus la mienne et ne devrait plus jamais être celle d'aucun être humain. Il n'y a pas d'axe du mal, les millitaires français et les autres ne défendent que deux choses : le gazoduc et la CIA qui fait poussé l'opium dont ils se servent pour gagner l'argent de la guerre qu'ils provoquent ou font partout dans le monde (y compris chez nous !)

Adieu.
Et si tout le discours centré sur la vie quotidienne militaire et sur le matériel obsolète et vétuste de l'armée française, engagée en Afghanistan et perdant des hommes, n'était là que pour émouvoir sans cesse — toujours l'émotion ! — l'opinion publique et faire ainsi passer la pilule d'une nouvelle politique militaire extérieure et, par dessus tout, d'un nouveau budget militaire toujours plus conséquent, rattrapant ainsi — modèle sarkozyste oblige ! — la politique américaine en matière de défense ?

En ce sens je rejoindrais David Abiker dans son souci de nous faire comprendre que les média ne font que renforcer cette thèse auprès de l'opinion, ne lui parlant de cette guerre constamment que par le registre de l'émotion.

Et encore bravo pour la nouvelle formule de l'émission en plateau. Continuez !
J'ai pris le train ce week end, en compartiment, comme d'habitude autant que c'est possible pour créer ce petit microcosme de gens qui ne se connaissent pas comme dans un ascenceur mais a l'horizontale et en beaucoup plus long.
Dans ce train il y avait un militaire qui rentrait en "perm de ses classes" de la brigade franco allemande dont le campement se situe nullepart au milieu de la forêt noire (en allemagne donc). Il etait avec son ami, qui venait de la même cité que lui mais qui lui tenait un point internet et carte prépayée téléphonique. C'était génial cette conversation qu'ils ont eu, ou plutôt le monologue qu'à eu ce bidasse en tenue kaki : tout y est passé, le fait que dans sa cité on lui reprochait d'être la nouvelle génération de Harki, que d'aller se battre en Afghanistan plus tard peut etre contre des musulmans, ça serait pas facile... en passant par comment faire le ramadam dans un régiment...la façon de nouer se slacets façon commando...
Et puis est venu la question de l'équipement : et ben, figurez vous que l'armée française est la mieux équipée du monde : rien que les Rangers française, elle devancent deloin les autres européennes et américaines qui essaient de les piquer des que c'est possible. Meme les combattants étrangers (comprendre les talibans) reconnaissent cette empreinte caractéristique dans le sable tellement elles sont les mieux,( tellement elle est belle sa femme au chef des armée.....!!!). Idem pour la bouffe et ces fameuses rations qui n'ont rien a voir avec les autres armées. Bref pendant 10 minutes, j'ai eu l'impression d'ouvrir ma machine a laver et d'en sortir un beau cerveau bien lisse, tout propre grâce a la grande muette.
Conclusion : Il n'existe pas de problème d'équipements. Une seule solution et peu couteuse, un bon lavage de cerveau des troupes pour les persuader qu'ils ont le nec plus ultra qui lavent plus blanc que le M16 d'à côté.
A bientôt.
Acheter son matériel est une constante dans les troupes servant en OPEX . Ces achats tendent à combler " un vide " de la dotation réglementaire ou à amener son équipement perso en adéquation avec les mission , cependant monté sur une OPEX uniquement équipé du matos réglementaire est possible . Certains l'ont fait et le font encore .
Le débat autour des gilets pare balles, Stérile ! .. La seule chose réellement intéressante est le mot " polycriblés " utilisé par Mr Le Pahun au cours de cette discussion , j'y reviendrais plus loin.


Autre domaine , la jeunesse des soldats et leur manque d'expérience .
Ces gars étaient entrainés, mais trouver moi dans l'armée de terre un nombre d'hommes suffisant , ayant déjà connu le feu , pour constituer un détachement aussi conséquent que celui se trouvant en Afgha actuellement , vous ne trouverez pas, , hormis les F.S , il n'y à quasiment plus d'hommes ayant l'expérience du combat réel
Depuis des décennies nous avons envoyés des soldats en OPEX ; mais en force d'interposition , pas en situation de combat . Entre ces 2 types de mission il y a une énorme différence.
Réinjecter des cadres des F.S , ayant été au feu , au sein des unités engagés , pour rappeler a celle ci " l'esprit " d'un engagement armé , aurait été judicieux.

L'omerta , les pressions .
Cela n'est pas nouveau , la grande muette a toujours refuser de communiquer , dans ce cas cela tombe très bien car ce gouvernement ne semble pas plus enclin à le faire . Par contre " lacher " le Général Henri PONCET ne semble n'avoir gêné ni l'armée ni le gouvernement de l ' époque .
Jusqu'a maintenant il était rare que l'armée intervienne pour "recadrer " ses personnels ou leurs familles , le silence était une règle , non dictée par la hiérarchie , observées par tous .
Seulement voila les temps et les mentalités ont changés .

" Polycriblés ", mot utilisé par Mr Le Pahun dans la discussion sur les pare balles .
" Un homme tué par arme blanche " , reconnu par le ministre de la défense après un article de presse canadien .
une video montrant des talibans en possession de l'équipement des hommes tombés au combat , Idem pour paris match .
Les morts ; 90% de la chaine de commandement de la section plus le radio , mais 10% des hommes constituant la section.
Tous ces éléments , directement ou indirectement , amène des questions auxquelles la version officiel est bien loin de répondre .
Comment faire une bonne omelette sans casser des oeufs ? chirac réorganisait le rapatriement de nos troupes, avait-il des renseignements, qu'il n'a pas donnés à notre nain de jardin ? ou bien Tintin au non de la rupture n'en fait-il qu'à sa tête ?

Il faut avouer qu'une armée manquant cruellement de moyens, par manque de crédits et ce depuis fort longtemps, ne peut pas comme dit Tintin exporter nos valeurs Républicaines, même si les Peuples des Pays le souhaitent ? chose peu vraisemblable ?

La guerre n'est pas un voyage touristique ! David dans un mauvais rôle mais dont il fallait défendre ce point de vue résume bien ce qu'est la guerre. Tous les points de vue des autres journalistes sont intéressants. Monsieur silence ! a reçu ordre de ne rien dire, la conclusion de Daniel illustre la réalité de la guerre.

Finalement je ne ferai pas mon omelette, j'ai oublié d'acheter des oeufs !
C'était ce soir. C'est dispo pour la semaine sur le site d'Arte

Viêt-nam, la trahison des médias
01/10/2008 à 21:00
Durée: 1h30min

in Les mercredis de l'histoire

chapo sur le site : Jusqu'à quel point les images peuvent-elles décider du sort d'une guerre ? Patrick Barbéris revient sur le tournant de la guerre du Viêt-nam, l'offensive du Têt, et sur son traitement médiatique dans un documentaire choc.

là : http://plus7.arte.tv/fr/detailPage/1697660,CmC=2220718,scheduleId=2214490.html
le thème de l'émission n'était pas et ne pouvait pas être "doit on ou pas être là bas" puisque le sujet était Mr Le Pahun et les éventuelles pressions de l'armée pour faire le silence.

Mr DA aurait mieux fait de ne pas participer à l'émission ou alors informer ses collègues avant qu'il était officier de réserve. Il était totalement en porte à faux (comment ça s'écrit ça ?) et son point de vue ne peut pas être objectif, il fait partie de la grande muette alors bien sûr il ne peut que la défendre. Nous sortir à la fin "savoir si l'on devient pacifiste" une fois que l'on connait sa situation, fait sourire. J'ajoute que le fait qu'il soit officier de réserve aurait dû apparaître plus haut dans le texte de l'émission, je ne lis pas tout le texte de commentaires de l'émission qui reprennent la vidéo alors je trouvais la position de DA totalement sur-réaliste lors du visionnage avec ses "impossible que l'armée envoie des hommes sans munitions" et autres affirmations non argumentées mais juste des "intuitions". j'ai trouvé l'info en lisant les commentaires.

Ce que l'on constate dans ce qui est dit, c'est que "autrefois" (quand ?) un certain nombre de choses "de confort" étaient prises en charge par l'armée comme les communications, il n'y a pas encore si longtemps c'était seulement les courriers et les colis, mais même pour ça aujourd'hui, la famille doit payer son timbre... par contre aujourd'hui, époque de la communication à outrance comment fixer les règles ? Que privilégier, le téléphone, le mèl, avec quelle fréquence.

J'ai l'impression que les "rubans jaunes" vont pallier aux déficiences de l'état comme le "pasteurthon" cherche à financer la recherche de l'institut Pasteur. Comme il n'y a plus de sous (on l'a donné à Tapie et aux patrons avec le bouclier fiscal), il faut que les familles en trouvent pour le confort de leurs petits, c'est lamentable.

Quand on n'a pas les moyens d'une guerre puisque s'en est une, on reste à la maison, et la France n'a apparemment plus les moyens.
1) J'adore ce début en accéléré....Seconde 1, David Abiker entre, nonchalant en lisant, Siné Hebdo il me semble, journal qui lui servira de dessous de verre pendant l'émission, et qui peut nous expliquer plus tard son envolée pacifiste : il est là debout et regarde le "technicien" par dessus ces limites, avec quelquechose comme de la curiosité. Vous ne le saviez pas mais un deuxième technicien lui tire sa chaise pour qu'il puisse s'assoir : c'est ça l'amélioration de l'ordinaire du aux officiers de réserve? ;)
Seconde 2 :Derriere est rentrée Justine, qui révise ses fiches, les met en ordre. Elle tire elle meme sa chaise. D.A. attend droit comme un i, se promettant de ne pas arriver aussi en avance la prochaine fois. On aimerait saisir cette discussion entre les deux techniciens et les 2 "stars du plateau" : c'etait une des promesses de l'an dernier je crois d'avoir les off disponibles.
Seconde 3 : cadrage serré sur D.A. qui fait tout un tas de mimique et puis baille la gueule grande ouverte en s'étirant apres avoir fait craquer ses phalanges : tiens voilà un brin d'humanité moins classe de D.A. qu'on ne connaissait pas.
Seconde 4 : La journaliste Plichon et Korkos arrivent : apparament il ya du grabuge a gauche, tout le monde s'y interesse : DS vient il de renverser son café? Non c'etait peut etre juste son arrivé qui tel un prince captive la cour : On tire la chaise de Mme Plichon, Korkos regarde sa montre, DS verifie ses fiches.
Seconde 5 : Mme Plichon est sur son iphone, vérifiant ses derniers messages, en cadrage serré, troublé par le Dr korkos, agaçé qu'on lui pique "son image", n'hésitant pas à se mettre en plein devant pour laisser admirer sa chemise a carreau. Mme plichon enlève son manteau pendant cette interminable seconde. Tiens et si on montait le chauffage du plateau d'ASI ? ;)
Seconde 6 : Mme P. n'en finit pas de se débattre avec son mateau pendant qu'une main venu de nul part comme sur la chronique de D.A. se permet de prendre son sac a main rouge.
Le teasing continu, Mme P, ayant gagné contre son manteau attaque son Echarpe.
Seconde 7 : Manifestement, Mme P a amené beaucoup de document : ce poids supplémentaire a du lui couté quelques calories de transpiration, elle goutte donc cette delicieuse eau de source qui lui est offerte. Elle boit d'un façon inhabituelle, en portant sa tete à son verre et non l'inverse, le dos vouté, la tete baissée.
Seconde 8 : Cadrage en couple sur Abiker et Plinchon. Quelqu'un parle sur leur gauche, Justine? Mr le Pahun est il arrivé? La caméra se recule, oui Mr le Pahun est arrivé, on le branche. Me korkos fignole son intervention, absent du débat alors que DS a pas mal de chose a dire a la journaliste du parisien sous l'oeil absent de DA, qui la tete lourde necessite l'aide de sa main en soutien.
Seconde 9 : Debat a 5, sans korkos decidement plongé dans ses fiches. Mme Plichon a apprécié la boisson elle en reprend, Dan Isarael passe.
Seconde 10 : DA a manifestement trouvé une perle dans Siné Hebdo : tout le monde l'écoute meme Alain.
Seconde 11 : DA feuillette histoire de., chacun vaque a son propre discours. On apporte quelquechose a DS. Justine me regarde. Ouaiche ouaiche la miss, t'a un 06?
Seconde 12 : Cela fait 1.5 sec que Justine me regarde, mon coeur s'accelere. DA, regarde le ciel, il pense probablement a un monde sans guerre. Laissez le rever, il est encore jeune.
Seconde 13-14 : RAS. DA se frotte les yeux : il faut dormir la nuit mon petit.
Seconde 15 : Tout se précipite : qqun dit quelquechose qui fait sourire DS et le fait regarder a l'extreme droite...puis en un instant, le masque tombe, un rictus de stress avec un coup d'oeil pour regarder le compte a rebours, et puis c'est parti!


Je vous conseille de regarder ce générique en vitesse normale juste pour saisir le baillement de DA, qui ressemble plus à une hola en solitaire qu'autre chose.



Sinon pour l'émission , arretons de rabrouer Mr Korkos qui fait des remarques pertinentes sur les fusils....merci DS.
A bientot.
Il me revient le souvenir d'une discussion avec un militaire français qui participait aux opérations de "maintien de l'ordre" au Kosovo, il y a quelques années.
Sa description de "l'ordinaire" cadrait assez mal celle de M. Abiker:
Nourriture insuffisante à base de côtes de blettes, "lapin" et divers abats, quotidiennement pendant des mois. Une invitation chez les voisins belges était une fête, l'assurance d'un bon repas.
Récupération des palettes en bois larguées par les américains en exercice pour isoler les lits du sol boueux dans les tentes, alors que les voisins d'autres contingents européens et américains avaient des constructions en dur.
Nécessité absolue d'acheter à ses frais de l'équipement individuel avant le départ (sac de couchage "polaire", chaussures, sous-vêtements gore-tex etc...) pour pallier au paquetage désuet (apparemment toujours en dotation au jour d'aujourd'hui), et des compléments alimentaires.
Cependant, ce concept "spartiate" bon pour endurcir les corps et les esprits ne semblait pas s'appliquer aux officiers supérieurs qui logeaient dans des bungalows chauffés, autour desquels les trouffions étaient souvent de corvée de désherbage.
Evidemment, rien ne permet de comparer cette "anecdote" aux opération de guerre pures et dures qui ont lieu en afghanistan aujourd'hui.
Pour ma part je suis opposé à la guerre.
Egoïstement je pense que nous sommes infiniment plus menacés par les bactéries multirésistantes, les polluants, les suppressions de postes et les "banals" accidents que par les barbares talibans.
Je ne me réjouis pas de celà, mais je ne comprends pas qu'on s'étonne autant de la mort de nos soldats, car jusqu'à présent il m'a toujours semblé que la guerre était une activité à risque.
Ce qui m'étonnera toujours c'est qu'on passe sous silence le fait que les talibans bénéficient aujourd'hui d'un soutien populaire qu'ils n'avaient peut-être pas du temps de Massoud, et que les "dommages collatéraux" et autres "erreurs de tir" des forces occidentales font beaucoup de victimes civiles afghanes.
Sommes-nous censés aider le peuple afghan à se libérer du joug taliban, par pur humanisme désintéressé?
Alors, pourquoi n'aide-t-on pas les réfugiés qui ayant fui ce pays et traversé la moitié du monde au péril de leur vie s'entassent toujours aux abords de Calais?

Maintenant, faisant abstraction de ceci pour retourner dans la polémique qui déplait visiblement si fortement à Mr Abiker, notre armée est à mon sens un vestige napoléonien, voire-même de l'Ancien Régime, dirigé par des aristocrates galonnés semblant issus de la droite traditionnaliste catholique, chapeauté par un n-ième ministre et un chef de l'Etat sans talent ni vue stratégique militaire et inféodés au gouvernement Bush.
Le tout ayant bien entendu le culte du clinquant inutile et couteux (porte-avions nucléaires, rafales et autres chars leclercq hors de prix et plus ou moins inadaptés à ces "nouveaux conflits") alors que le nécessaire n'est pas assuré.
Parents avisés et patriotes, dissuadez vos fils de tenter l'aventure militaire aux réalités sordides si éloignées du joli clip de l'Armée de Terre ("lorsque vous vous engagez, nous nous engageons") qui passe aux heures d'émission pour ados en ce moment.
Dix jeunes gens avaient trouvé un sens à leur vie, et en ce sens, ils étaient grands.
Ils voulaient servir la France, combattre.
Ils sont restés immobiles, les yeux grands ouverts, pendant des heures, dans cette lumière crue, mortifère, la seule richesse réelle d'un pays que toutes les puissances convoitent depuis la nuit des temps. Puis l'OTAN a pu récupérer leurs corps.
Désormais, nous avons la charge, collectivement et individuellement, de trouver un sens à leur mort. Tâche ardue si ce n'est impossible.
Car mourir au bout du monde, dans des djebels arides et torrides, cela nous rappelle quelque chose. « Avoir vingt ans dans les Aurès », cette malédiction est une plaie toujours vive que nous ne pouvons pas refermer.
Nous qui vivons dans des pays où l'herbe est toujours verte, où l'eau, la nourriture et la consommation coulent à flot, il ne nous manque que le sens.

M.Le Palhun n'a jamais rien revendiqué. Revendiquer, c'est bon pour les syndicalistes et les gauchistes.
Il lui faut trouver, plus que tout autre, un sens à la mort de ces dix hommes, parce que parmi eux il y a son fils, et trouver un sens à sa propre vie. Il va donner un an de sa vie à une association, dans une sorte de deuil expiatoire, et pour y trouver un sens.
Parce que quel sens pourrait-il y avoir à envoyer mourir un homme dans une guerre à laquelle personne ne comprend rien, car nous ne savons ni pour qui ni contre qui nous nous battons.
Au moins la guerre d'Algérie permettait à la France de rester grande territorialement, même si elle ne nous grandissait pas. Elle a sonné le glas de l'empire français, et a placé notre pays dans le sens de l'histoire, celui de la décolonisation.

Mais mourir en Afghanistan, snipés par des insurgés qui ont signifié clairement :
"Entre cette vallée aride et cette montagne sèche-là, c'est notre monde à nous, et c'est là que nous vivons, et ça a toujours été ainsi, et vous mourrez si vous passez outre."
Il existe au bout du monde des gens qui sont prêts à mourir pour de la poussière miroitant dans le vent entre des cailloux. Car la vie y est éphémère, mais y a un sens : celui de l'identité liée au territoire et à la religion.

Et sur le plateau d'@SI, dans cette quête effrénée du sens de l'image, nous avons vu dérouler le sens.
M.Le Palhun est bardé de certitudes. Le monde est clair comme l'eau des sources.
Dommage qu'en Afghanistan, il n'y ait que des cailloux, de l'opium, des femmes voilées et un fantôme de pipe-line.
David, Alain et DS déroulent, telles les Parques, un fil de la vie qui ne parvient pas à trouver le sens. Le sens des images, pour Alain Korkos, car la vérité est forcément dans les images, M16 ou famas ? Le sens politique pour DS, car l'armée a peut-être acheté le silence du père. Et le sens des faits pour Dan et Odile Plichon, la journaliste du Parisien.
Et David qui nous fait partager cette faculté intellectuelle hors pairs qui lui permet de passer de champ (bourdieusien) en champs (sémantiques) parce que ça expliquerait tout.
Mais il se perd dans le sens, comme nous tous.

Car nous sommes dans l'obscurité et nous agitons dans tous les sens.
D'ailleurs, nous nous sommes trouvé un président dont c'est la spécialité.

Il suffirait de retrouver du bon sens.
Mais dans le grand empire d'occident, l'empire des sens et du narcissisme, il ne se trouve nulle porte qui nous conduirait à un avenir radieux chargé de sens.
Car si nos mots ont un sens, ils ne donnent pas de sens à la vie.
Ni de sens à ces dix morts.

Ni à toutes celles qui viendront, de civils et de militaires, dans ces montagnes brûlantes, avant que la France ne quitte l'Afghanistan.
Bonjour

Tout d'abord, bravo pour les dernières émissions, le nouveau format avec plus de chroniqueurs et des brèves de 10 minutes au début est très réussi.

Pour cette émission, effectivement comme le souligne Vivien Matisson, nous passons à côté du sujet principal: on plaint les conditions des jeunes envoyés là-bas, on oublie de dire que dans le fond, si on ne faisait pas la guerre, la question ne se poserait pas. Cela revient d'ailleurs dans toutes les guerres, en particulier la guerre d'Algérie: tant qu'on gagne, ou du moins qu'on a l'impression de maîtriser la situation, les critiques se font rares. Mais dès que l'on se rend compte que oui, c'est la guerre, et à la guerre y a des morts, et pas seulement dans le camp d'en face, la question de la légitimité de la guerre revient. Dommage que l'on ne l'entende pas plus, par rapport à cette "polémique" sur les rations et l'eau fraîche.

D'autre part, une chose m'a profondément choquée dans le traitement par les médias de la guerre d'Afghanistan: alors que les médias se faisaient les échos depuis des jours du deuil des familles de nos soldats tués, voilà qu'un matin, écoutant distraitement la radio d'une oreille et buvant mon café de l'autre, j'entends une brève d'environ 45 secondes annonçant que les bombardements américains ont fait 90 morts civils dont une bonne partie de femmes et d'enfants. Ceci dit sans la moindre compassion, avant de passer à la suite des titres... Après toute l'émotion dégoulinante que l'on nous sort sur les morts français! Je suis désolée, je n'arrive pas à éprouver plus de compassion pour des militaires envoyés dans un pays ennemi (ils se font tuer, c'est triste pour les familles mais bon, c'est le principe de la guerre), que pour des civils, femmes et enfants, tués dans des bombardements! Personne ne se pose donc la question du "deux poids deux mesures" dans le traitement de l'information?

C'est vrai, quand on est en guerre, ça fait désordre de faire des titres pour plaindre l'autre camp. Mais officiellement ce n'est pas une guerre n'est-ce pas? On est là pour "aider la population locale"... Pourquoi les médias ne soulèvent-ils pas davantage ce genre de question? Subiraient-ils des pressions, ou est-ce un accord tacite, ou simplement la facilité de verser dans des sujets qui font vendre l'émotion? Parce qu'il est plus facile pour le français moyen de compatir sur le beau jeune homme en photos dans Match avec sa gamine, plutôt que sur des dizaines de civils anonymes d'un pays lointain?
Il m'a tout simplement donné l'impression d'une personne qui a subi des pressions si ce n'est des menaces et il se la ferme.Son association ne servira certainement pas à ce qu'il avait souhaité et mourra peut-etre bien de sa belle mort(sans jeux de mots de ma part).
Je viens d'aller voir le site dont parle Mr Le Pahun sur cette page et ce dernier ne semble pas faire partie du Bureau de l'association qui est aux mains de l'armée.
J'aurais aimé connaître sa fonction dans cette association, d'autant plus qu'il m'a semblé comprendre qu'il était pris en charge financièrement par celle-ci.

Voilà qui ressemble à une récupération par l'armée de quelqu'un qui aurait pu faire trop de bruit, si on le maîtrisait pas à temps, avec le risque de le voir mobiliser d'autres familles dans son sillage.

Le voilà maintenant occupé avec un jouet que l'armée vient de lui lancer, un site Web creux tenu par des militaires (dernière actualité juin 2008 à la date d'aujourd'hui) où les mêmes militaires se congratulent mutuellement.

Enfin quel contraste avec ce site qui, bien que tenu pas des militaires a de vraies choses à dire...
Je suis personnellement questionné par l'attitude de Joël Le Pahun, et je pense qu'un billet de la part de Sébastien Bohler serait utile.

En effet, après une première réaction liée à la souffrance liée à la perte de son fils, il a aujourd'hui une position totalement différente sur la lecture qu'il fait des événements qui ont conduit à la mort des soldats et de l'attitude actuelle de l'armée française.

Pour supporter le chagrin et la douleur, pour ne pas sombrer il faut agir : création d'une association.
Il réaffirme l'engagement de son fils en s'engagent lui même avec l'armée, de façon critique, mais avec avec la même langue de bois que celle de l'armée...

Par exemple ne pas vouloir appeler "revendications" ce qui ne sont que des des revendications.
Il en pense quoi Sébastien Bohler (qui se fait trop rare à mon avis). ?
Je trouve la première interversion de David Abiker vraiment déplacé...

Si "l'arrière" réagit de manière aussi sensible, je ne pense pas que cela soit par manque de connaissance...
L'aventure Afghane a été imposée par l'ancien gouvernement, a t-on demandé à "l'arrière" quel était son avis sur la question.

Il est vrais que ces citoyens moderne aime un peu trop la paix, on ne peu plus jouer à Risk tranquillement... Si le gouvernement avait demandé l'autorisation à "l'arrière" pour jouer à la geguerre à l'autre bout du monde, un "vent" de protestation lui aurai soufflé à la figure...

Alors, "l'arrière" est-il trop sensible? Oui, et je dirais je c'est légitime, son droit et son devoir...
Si les politiques envois de pauvres mecs (même si c'est des militaires, ils reste un peu humains), alors qu'ils prennent leur responsabilités et les équipes de manière à les garder en vie... et publie les couts... histoire de faire régir plus vite la contestation.

Si nous laissons faire, alors quels seront les prochaines aventures dans lesquelles nous seront entrainé?
A quand un ou une forumancier(ere) pour exprimer à DS les mécontentements des @sinautes ???
Je trouve que cette émission est complètement brouillée par l'agacement trop ostensible de D.S et D.A.
David Abiker s'énerve sur Odile Plichon , qui elle reste calme , Daniel Schneidermann s'énerve sur David Abiker et Alain Korkos.
On peut ne pas être d'accord et le dire de façon posée , non? Daniel , vous êtes vraiment soupe au lait : vous plaisantez avec Alain Korkos sur sa surprenante connaissance de l'armement léger américain , et trente secondes plus tard , vous l'envoyez paitre peu aimablement ,sur un sujet qui au demeurant me semblait bien rentrer dans le cadre de l'émission , fixé dans l'introduction écrite sur le site.
On n'est plus sur un campus universitaire que dans une émission qui essaye d'être le reflet de ce que pourrait être les médias plus tard.
Cet homme, Mr Le Pahun, énnonce au moins une chose juste: Ses propos dans la presse ont pu être déformés par des journalistes qui pensent sûrement que leur interprétation est meilleur ( pour eux ! pour leur job? pour leur audience !) .Mais alors " Qu'allait-il faire dans cette galère ?" Pour ma part , si je perdais un de mes garçons ou ma fille, c'est dans la solitude que je ferais mon deuil . Mais bon il ne sont pas soldats, cest déjà ça. Par contre, moi ,je l'ai été en 1968, au 3° RPIMa à Carcassonne.Je ne l'avais pas choisi, disons même que mes convictions étaient anti-militariste...mais je n'ai pas su, à l'époque,les réaliser; qui plus est, j'ai eu un accident de parachute grave (Colonne vertébrale en miette!!) . Ma vie, à partir de là, c'est déroulée sous le signe de la souffrance....De la souffrance "ORDINAIRE". Celle ci on ne l'améliore pas. Non seulement je dois cet accident, aux conditions merdiques du saut de nuit, ce 22/Mai/68 (La FRANCE avait peur!).Mais j'ai appris ,ce jour là ,que l'armée avait DROIT à un pourcentage de perte...ils me l'ont bien fait sentir dans la manière de me soigner. Et aujourd'hui lorsque des médecins experts de l'armée, estiment que mon état nécessite une révision de ma pension (102 euros mensuel ), le Ministre du commerce et de l'industrie refuse au prétexte qu'il n'y a pas d'argent !!! Trouvez l'erreur. Jean Ferrat chantait " le sabre et le goupillon " Ajoutons " les actions en bourse " et le compte y sera . Signé Martinez Gérard ..
Magnifique le dialogue :

DS ravi en off "et paf"
DA de protester "mais non pas "et paf".
DS "voulez vous bien [vous taire et] laisser parler notre invitée "

En ce qui me concerne l'emission a très bien abordé la problèmatique complexe de la parole libre de famille de militaire en Afghanistan. Sur le fond, le coup de l'eau "fraiche" il faut arreter. Je ne vois pas en quoi on peut reprocher à l'encadrement militaire de n'avoir pas prévu de réfrigérateur pour "l'eau fraiche". Et quoi encore ? de la porcelaine de limoge et un écran plat 42'' par soldat ?.

J'ai noté que ces pauvres chéris parlent environ 50 minutes quotidiennement au téléphone avec maman et papa, ce indique le niveau de maturité de ces "rambos" si bien préparés physiquement.

Celà dit, Monsieur Le Pahun est touchant dans la sincérité de son action. C'est vrai qu'il ressemble à un militaire à la retraite.
Emission plutôt pertinente si on accepte l'absence de débat réel et de remise en question profonde de l'envoi des soldats français en Afghanistan. Il faut en effet attendre les cinq dernières minutes de l'émission pour que soit évoquée cette question centrale. C'est David Abiker qui s'y colle et il a raison, mais son argumentation se voit contrainte par la clôture du débat par Daniel. C'est assez dommage lorque l'on sait que l'intervention occidentale en Afghanistan est un désastre et ne conduit qu'au renforcement des Talibans sur place. Selon moi, cette remise en question de la guerre est légerement plus essentielle que le souci peut-être légitime mais anecdotique d'avoir à disposition de l'eau fraîche ou non. J'ai bien conscience qu'ASI se veut le lieu de la refléxion médiatique et du débat journalistique mais pourquoi ce souci quasi obsessionnel du détail parfois inutile ( Savoir ou non si les militaires français ont un M16, Se renseigner sur le contenu exact de la ration et de l'ordinaire) couplé avec un refus systématique d'entrer dans le débat politique? Cette forme de renoncement m'étonne et conduit parfois à ce que le débat s'attache au superficiel au détriment de l'enjeu central. Car c'est bien en s'interrogeant sur la légitimité de la présence française et internationale en Afghanistan que l'on peut s'apercevoir du traitement partial des médias traditionnels et pas en jouant au détective méticuleux comme l'émission d'aujourd'hui nous en donnait l'exemple. Si TF1 s'attache autant au quotidien des soldats: à leur petite ration, à leur gilet aux normes ou non, à leurs sentiment avant l'embuscade, c'est bien par volonté d'occulter le plus important en offrant au spectateur de quoi s'attendrir, de quoi souffrir avec les soldats. Je compatis pour ces jeunes innocents qui se sacrifient pour la France, qui n'ont même pas de quoi boire alors qu'il fait 45° ; et dans le même temps j'oublie totalement que cette guerre n'a pas lieu d'être et surtout on fait en sorte que je m'en fous. Voilà ce que l'émission rate complètement, voilà ce qui valait d'être analysé. Alors oubliez de temps en temps les détails par pitié, et concentrez vous sur ce qui fait la force d'une émission sur les médias : nous montrer comment les médias nous vendent du fond par la forme, jouent avec nos émotions pour nous empêcher de penser.
Je vous rejoins sur le caractère raté de l'émission qui a éludé les causes centrales de la présence des Français en Afghanistan pour s'attarder sur des choses secondaires. J'ai cependant confiance dans le travail d'ASI et je sais que le forum servira à ce que la prochaine émission soit fouillée et bien ficelée.
Je suis d'accord avec vous, mais je reste confiant en @si. Mais la critique de la critique est porteuse dans ces forums. Souhaitons qu'on en tienne compte.

Cordialement
+1

il y aurait une vraie émission à faire sur le traitement médiatique de la guerre en Afghanistan, sur le thème "comment on vous parle beaucoup de "l'accessoire" pour éviter de poser LA question de fond".
C'est dommage (euphémisme) car cela fait quand même deux émissions que @si consacre à ce sujet. La première fois on peut dire que c'est un oubli, mais à la seconde ?
Merci donc à DA...

D'un point de vue encore plus général, on peut avoir l'impression que c'est une stratégie systématique de lémédia (parler du superflu pour éviter de parler des vrais problèmes).
Et ce n'est pas un débat spécialement politique au sens partisan du terme, donc parfaitement dans la "charte" @si.
je souscris totalement aux commentaires insistant sur la vacuité d'un débat sur les détails. J'attends d'un site comme celui-ci de l'information de qualité et critique, j'attends qu'il démonte le mécanisme qui consiste à noyer le lecteur ou le téléspectateur de faits anodins pour mieux éviter les vraies questions. Surtout que l'équipe en est capable. Pourquoi ne pas faire un dossier approfondi sur les causes possibles de cette médiocrité des grands médias: collusion consciente avec le pouvoir? inconsciente? suivisme généralisé? paresse? manque de formation des journalistes? Je lis ou regarde peu les médias de masse, mais le peu de temps que j'y passe est chaque fois une douche froide: comment est-ce possible d'être aussi mauvais? Je n'ai jamais eu l'occasion de fréquenter ces milieux de près ou de loin (et je ne suis pas pressé), et j'ai donc vraiment envie de comprendre. Je me souviens que dans les années 80, les télévisions occidentales passaient régulièrement des extraits des journaux télévisés soviétiques ou des pays de l'est, et tout le monde rigolait bien de voir des pantins ânonner la pâtée que le régime servait au peuple, pas toujours si dupe d'ailleurs. Aujourd'hui, chez nous, il y a juridiquement une vraie liberté de la presse. Cependant sur TF1 et consorts, on voit des couleurs, du mouvement, une présentatrice sexy...et pourtant ça me fait vraiment penser à cette bonne vieille télévision soviétique, en beaucoup plus habile. Allez-y, décortiquez, disséquez, autopsiez, vous qui avez une vraie liberté, faites-en quelque-chose, et épargnez-nous les débats creux.
Bonjour à tous, désolé de m'immiscer dans des débats passionnés et fournis. je souhaiterais donner un point de vue sur cette présence française en Afghanistan, et notamment sur les récentes critiques. Peut-être suis-je en train de nager dans une quelconque théorie du complot, mais j'aimerais des commentaires.
On a très peu, si on fait le bilan, parlé de la présence de l'armée dans ce pays, sauf pour des événements dramatiques ou moins anecdotiques. Il me semble curieux que, relayée par l'ensemble des médias, de droite comme de gauche, sérieux ou non, l'on se préoccupe soudainement de la légitimité de cette présence... d'un coup, paf, alors qu'il y a deux mois la plupart des Français auraient validé les missions de l'armée... N'est-ce pas une question cachée de budget, ou parce que ça sent trop le roussi, ou parce que le gouvernement souhaite se retirer après trop d'échecs, que l'on parle tout à coup de l'inutilité de la France face aux talibans ? Il me semble que tous ces débats, même sincères et critiques, surtout critiques, jouent le jeu du gouvernement, comme ça, facilement. Je me trompe, je suis à côté de la plaque ? j'aimerais des commentaires...
Je pense qu'on peux dire sans trop se tromper que Monsieur Le Pahun ne sait pas vraiment quel sera son prochain rôle dans l'armée.
ses explications sont plutôt confuses et même contradictoires. sa formule du citoyen et du père réconciliés sonne très marketing je trouve.

par contre David Abilker, lui est le candidat inespéré pour l'amiral, sachant monter au front lorsqu'il le faut, toujours prêt a en découdre, sans état d'âme il utilise même des armes sales comme la mauvaise foi pour terrasser l'ennemi.
J'ai voté pour le message de Julien Bezolles , j'aurais aimé voter pour celui de Luz que je viens de lire. Pour moi , la vraie question est :QUE FAISONS NOUS LA-BAS????. Quand on se souvient des déclarations du candidat à la présidentielle sur les interventions militaires, quand on se souvient de l'Algérie , du Viet-Nam. Et pendant ce temps les industriels de la mort se goinfrent et les civils afghans meurent sous les bombes et les femmes afghanes s'immolent car rien ne change pour elles,guerre ou pas.
Merci pour cette émission.
Je l'ai trouvé très instructive, c'est un domaine que je ne connais pas vraiment bien.
Les questions sont posées là, comme il faut, avec envie de comprendre les raisonnement, démarche et logique de l'interviewé.
Bravo pour cette formule.
Petite forme David Abiker sur ce coup, manifestement mal à l'aise ou mal préparé, même si je le rejoins sur bien des points. Ce débat était bien étrange. Je ne vois pas pourquoi on va plaindre les soldats, qui sont bien payés et savaient très bien où ils allaient. Le vrai débat est de savoir si on veut ou non la faire cette guerre. Mais une fois qu'on y est, la guerre c'est sale, inconfortable et dangereux; il y a des morts et je ne vois pas comment il pourrait en être autrement (ah le mythe de la guerre propre). L'armée sous-équipée, tout le monde semble faire consensus pour dire que c'est faux. Alors je ne vois pas où est le souci. C'est sur que c'est plus simple pour les médias de parler du rata que d'analyser les raisons de la guerre, de décrire avec justesse la situation locale et de proposer des arguments justifiant ou condamnant l'intervention. Désolé M.Schneidermann, ce qu'ils font c'est de l'info certes, mais le degré zéro de l'information, du mauvais Michael Moore... (le sort des civils afghans, qui subissent la guerre ou l'oppression de toutes parts depuis 30 ans intéresse moins de monde)
Pas très convaincant ce débat avec un presque muet en fond (le père du soldat tué), aussi muet que la "grande muette" à laquelle il semble très attaché. J'aurais préféré un débat sur le traitement, par les médias, de la présence française en Afghanistan.
Bonne émission même si un brouillon, déphasée parfois... c'est précisemment ce que j'ai trouvé de bien car ainsi des points de vue totalement différents se sont exprimés.

Les journalistes ont le droit d'être de G ou de D ou du C ou de rien... ou officiers de réserve, l'important c'est qu'ils le disent clairement, ce qui permet aux humbles citoyens que nous sommes de mieux comprendre les points de vue, les analyses... Donnez-nous des faits et nous saurons y réfléchir !

Je suis pour le retrait immédiat de l'AFGANISTAN, non seulement des militaires mais aussi des conseillers, des "ONG", des paramilitaires... Et je ne suis pas un pacifiste béât.

Cela dit, tout le monde sait bien que depuis la "professionnalisation" c'est à dire la privatisation de l'armée, tout va mal. L'état Français a vendu les arsenaux et plein d'autres entreprises... juste retour des choses : les prix des matériels ont doublé, triplé et plus... sans la qualité (demandez à quelques officiers). Il a raison cet internaute qui dit "je paye avec mes impôts" je rajouterai : je paye la gabégie et des rentes pour certains.

Quand aux soldats même bien entrainés, ils n'ont pas le mordant pour aller à la recherche de l'ennemi, au corps à corps (on ne les entraîne plus beaucoup à cela) mais ils avancent derrière un feu protecteur et destructeur de civils sous couvert de véhicules blindés... Leur guerre est déjà perdue. Ces jeunes hommes qui meurent c'est du suicide organisé. Il n'y a aucune issue militaire là bas sauf la destruction générale et la terreur.

Qui dirige le pays Afghan ? Un président maffieux qui avec ses chefs de tribus organise le trafic de drogue, maintient l'esclavage, prend les terres, pille le pays des quelques richesses minérales, à son compte et avec l'aide de l'OTAN c'est à dire des militaires américains. Et notre pays, honteusement les aide avec l'aide des béni oui-oui de la gauche !

Mai au fait : pourquoi tous les institutionnels sont-ils pour l'intervention ?
Pour la photo "no blank checks"
ah bien y regarder l'avant bras a été effacer en nuance, et a moins que "l'homme au double menton et chauve" soit un titan il a lui aussi été rajouté sur la photo, ce qui se voit plutot bien au contraste et au niveau de flou par rapport au personne a coté de lui. surement pour ne pas que la main flotte dans les air et reste parfaitement cadré entre les deux personnage du premier plan
Après les pièces jaunes pour nos enfants hospitalisés, les rubans jaunes pour nos enfants militarisés...
Hallucinant.
On va faire appel aux entreprises pour améliorer l'ordinaire des soldats.
L'eau fraîche de nos soldats est offerte par Vittel ou Badoit, Perrier, Evian, etc.
proposition de slogan : "avec l'eau machin, nos pioupious vont déguster"
Le gilet pare-balles est sponsorisé par Bouygues ; "une protection béton" pour nos soldats.
Le dessert de nos militaires est offert par Nestlé ou Mac Donald's
En dessous du blason tricolore, vous aurez, comme pour les cyclistes, les marques des sponsors qui figureront sur l'uniforme du soldat.

Comme pour toutes les fonctions régaliennes ou d'intérêt général (santé, éducation, défense, énergie, etc, l'état ne remplit plus ses responsabilités, au nom de la logique libérale, et les intérêts privés et particuliers son trop heureux d'investir ces marchés, sous couvert de sponsoring, charité, solidarité, etc.

Pauvre Monsieur Le Pahun, qui pense que l'amiral LANXADE, nouvelle Bernadette Chirac des armées, va l'aider à rentrer dans les ministères, alors qu'il est totalement instrumentalisé pour servir de voix de son maître ou plutôt de voix de la Muette.
Pauvre Monsieur le Pahun qui se voit en David Douillet des pièces jaunes, et qui se fait le défenseur des intérêts privés qui voient dans la guerre un marché supplémentaire à investir.

Ma solidarité avec les militaires, c'est mes impôts, c'est pas d'acheter un riuban jaune pour leur offrir ce que l'état refuse de leur apporter pour remplir leur mission.

Quant à David Abiker... Misère. Il s'est discrédité en cachant qu'il était un officier de réserve ( quel grade et dans quelle armée ?), il n'était plus dans cette émission chroniqueur indépendant, mais porte-parole de l'armée.
La loi sur la déclaration de liens d'intérêts qui s'applique aux professions de santé, devrait aussi s'appliquer aux journalistes et chroniqueurs, avant qu'ils s'expriment. Il a apparemment menti lorsque DS lui demandait comment il pouvait aussi bien savoir que l'armée se préoccupait de fournir le meilleur équipement à ses soldats, et qu'il a répondu qu'il n'en savait rien.

C'était vraiment une émission "pénible" cette semaine, d'autant plus quand on se rappelle qu'elle s'apuie sur la mort (peut-être inutile, vaine et évitable) d'êtres humains.
DS a été mauvais sur ce coup; il parle de volteface gouvernementale sur la note rapport du canadien alors que dans un cas c'est l'OTAN qui s'exprime dans l'autre le ministre français; ce n'est pas le miniistre qui dit une chose et son contraire; et il a aussi été mauvais comme son chroniqueur quand il s'est gaussé de la différence entre une note et un rapport: qu'un témoin expose son analyse partielle des faits dans un document pour contribuer à la nécessaire analyse de l'incident est un processusnormal de découverte de la vérité; cette analse doit être confrontée à d'autre ce qui donne lieu à un rapport contradictoire et. prendre un des éléments et prétendre qu'on a caché qqch c'est e type même du procédéjournalistique irritant. DA en étant juste sur le fond n'a pas eu son rendement habituel et c'est dommage parcequ'il aurait fallu claqué la drôlesse du parisien. Quelques vérités: 10 morts sur un théâtre d'opérations cest quand même un évènement minime; mourrir à la guerre cela fat partie des risques du métier de soldat; l'ordinaire de la troupe n'est pas celui des officiers qu'il s'agisse de repas ou de douches; l'ordianaire des soldats US est bien meilleur que celui des soldats français mais pour qu'il en soit autrement il faudrait non seulement que nous consacrions à la défense une part de notre budget très supériuere à la part actuelle mais que notre niveau de vie soit très augmenté pour pouvoir le supporter; les soldats en opérations touchent des primes conséquentes; méler à ces problèmes techniques la terrible douleur des familles et obscène et ne peut qu'alimenter le sensationnalisme en divertissant des vraiesn questions (what do we do in Afghanistan?)
Est ce que les rumeurs, les vrais faux rapports , ne sont pas des fuites organisées par l'OTAN pour minimiser la capacité de nuisances des Talibans .En effet en disant que les troupes pris en embuscade n'étaient assez équipés évite de mettre en lumière le fait que les Talibans sont très très bien entrainés et équipés.Ce qui mettrait en doute la capacité réelle des alliées à sortir du bourbier et que 7 ans de guerre n'ont servi à rien ?
Il y a environ un an et demi, les soldats americains bases en Irak se sont egalement plaints de ne pas pouvoir profiter du dernier cri des gilets pare-balles. Ce type de probleme me semble donc partage. La question est plutot de savoir si la mediatisation d'un tel manque d'equipement peut ou non faire avancer les choses.

Ce qui me preoccupe plus, a propos de cette emission, est le fait que David s'abstienne d'annoncer a l'antenne qu'il fait partie de l'Armee de reserve. Pendant tout l'enregistrement, il a l'air de se lancer sur des sujets qu'il ne connait pas par simple principe. Enfin, s'il avait dormi la veille, le resultat aurait peut-etre ete meilleur ? Pendant tout le debut de l'emission, on le voit retirer ses lunettes et se frotter energiquement les yeux a plusieurs reprises comme s'il etait totalement epuise. Ca n'aide pas a la concentration.

Laure
Emission devevante et brouillone. Invites de qualite mais Mr. Schneidermann, un effort pour ecouter d'autres relfexions que celles qui vont dans le sens de ce que vous voulez demontrer. Et svp, arretez de promouvoir le site Internet toutes les deux minutes. A titre d'exemple, dans la premiere partie de l'emission, l'@sinaute peut entendre votre leitmotiv "consulter le dossier sur le site de l'emission" a la fin de chaque chronique, avec en arriere plan sur la camera qui vous filme l'adresse du site et comme si cela ne suffisait pas, on a le droit en plus a une incrustation de URL pendant toute l'emission en haut de l'ecran.

Dois je vous rappeler que la plupart (tous?) des internautes regardent votre emission (Habituellement de grande qualite) depuis votre site internet!! Inutile donc de nous en faire la promotion toutes les deux min! Je comprends le besoin de l'emission d'utiliser le site web comme vecteur de promotion...mais faites un effort svp.

Un grand fan de l'emission, d'habitude...
Bonjoir,
Pour mr Schneidermann,
ce n'est pas parce que vous etes sur internet que cela vous autorise à rabrouer mr Korkos!
que vous soyez le patron c'est une chose, mais le prouver en public c'en est une autre! surtout que la remarque de mr Korkos était tout à fait judicieuse.
Vous avez plus de tact avec les aneries de mr Abiker.
De quel coté aurait il été à Craonne?
.
....Sur votre dos, les Joffre et les Nivelle
Faisaient carrièr' dans les états-majors,
Leur humeur décidait de votre sort :
Aujourd'hui qui se le rappelle ?
Au lieu de s'emmerder en garnison,
Au lieu de piétiner au même grade,
C'était le temps béni de l'empoignade,
Vous parlez d'un' belle occasion...

Vous aviez fait tant d'assauts inutiles,
Juste pour corser le communiqué,
Vous vous sentiez tellement cocufiés,
Telle'ment pris pour des imbéciles,
Que vous avez voulu que ça s'arrête,
Cet abattoir tenu par la patrie,
Cette nationale charcuterie,
Mutins de mil neuf cent dix-sept
....
.
http://www.paroles.net/chanson/38099.1
.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mutineries_de_1917
.
Ca y est le masque est tombé !! David Abiker roule pour l'état . C'est ce qu'il
a dit !! Ca ne m'étonne pas du tout . bien sur il faut garder ses petites fesses
en sécurité sur France Inter et autre donc on ferme se gueule et on se fait
l'avocat du diable . Non D. Abiker le service militaire n'est pas un camp de vacance !!
J'y était et je peux même vous dire que certains ont subi les pires humiliations, brimades
et certains même ont perdu la vie (par suicide ou par accident lors de manoeuvre) .
Donc stopper vos affirmations de fils de riche hautain et travailler vos dossiers !!
Non un M16 ce n'est pas Russe !! Incroyable d'entendre une pareille connerie !!
Quand a Mr Le Pahun je respecte sa douleur mais je le trouve bien obsédé de
toujours vouloir le mot juste et pas un autre . D'ailleurs Daniel a très bien flairer
la chose en fin d'émission . Moi j'ai vraiment l'impression que l'on veut le faire
taire en le mettant dans une mission . Excuser moi mais Mr Le Pahun n'est pas un ancien
militaire ?? Il en a la caractéristique en tout cas .
Je terminerai par Alain Korkos . Concernant la pochette de disque de V.Paradis (Mme Johny Depp) ,
que je ne considère pas comme une chanteuse , elle ressemble à une pochette de Joséphine
Baker (très ancien donc) ou peut être plus recemment à une pochette des Beatles (mais là
je suis moins sur) . J'ai déjà vu une pochette semblable en tout cas .
A bientôt vous tous mais j'aimerai ne plus voir "Môssieur" Abiker sur votre plateau !!
J'ai rarement eu envie de critiquer sévèrement un de vos contenus, mais là...

J'ai eu l'impression d'une émission très brouillonne, d'où aucun axe de réflexion clair n'émergeait. Chacun s'empêtre dans ce qui reste des avis, sur fond d'ignorance générale (même dans le cas de la journaliste, qui n'est pas spécialiste de la question, et qui n'a recueilli que des "témoignages"). De plus, j'ai comme Bondurant ressenti un certain malaise à voir M. Le Pahun forcé d'assister au déroulé des brèves qui ne le concernaient d'autant pas qu'il s'est isolé de l'actualité et des médias, ce dont on pouvait se douter. Mais il y a plus dérangeant : l'interroger avec ce détachement journalistique exigeant et efficace qui est le vôtre (grande qualité, dans d'autres circonstances !), suppose l'attente de réponses huilées, percutantes, des réponses de juge en puissance en somme, et non de partie hésitante, or il oscille naturellement entre ces deux statuts ; pointer ensuite ses contradictions confine à l'absurde.

Bref, je n'ai pas appris grand-chose ce soir, et, surtout, j'ai le sentiment désagréable que c'était peine perdue dès le début de l'émission.
Il est dommage qu'aucune oeuvre d'art n'ait jamais pu arrêter aucune guerre, si ce n'est en finir avec elle.
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=500&FP=32769613&E=2K1KTS4MFPDS&SID=2K1KTS4MFPDS&New=T&Pic=494&SubE=2C6NU0VJE9DE
Je comprends la réaction de M. Abiker, je crains qu'@SI ne s'égare en reprenant les réclamation ou revendications de confort sans recul ni réflexion.
Si ça vous intéresse, les américains se plaignent de leurs armes et de leurs gilets pare éclats, les allemands de leurs véhicules, les anglais de leurs chaussures et tout le monde de l'ordinaire. C'est un réflexe militaire ancrée dans l'inconscient collectif.

Les 250 cartouches portée par un fantassin (ce qui plus ou moins la norme dans toutes les armées) suffisent à peine à quelques dizaine de minutes de tir, et c'est normal.
Un fantassin n'est pas supposé se trouver dans l'incapacité d'être ravitaillé au combat, coupé de ses appuis pendant plusieurs heures, comme ce fut le cas le 18 aout.

Enfin sur "Et au fait, saviez-vous que les soldats français utilisent parfois des armes américaines ?", je crains que l'analyse de votre chroniqueur ne soit erronée, Si il y a bien deux opérations distinctes en Afghanistan, ce n'est pas le commandement de la force qui décide de l'équipement des hommes de troupes, surtout et en particulier sur l'armement individuel.
Que ce soldat photographié porte une arme autre que le FAMAS n'a en soit rien d'étrange, Le FAMAS est une arme de dotation générale, il doit appartenir au GCP de son régiment.
Et sauf erreur de ma part, l'opération menée à Uzbeen était effectuée dans le cadre de la FIAS, donc sous commandement OTAN. La France n'ayant plus de troupes en Afghanistan pour l'opération ex"enduring fredom".

Je regrette que votre émission ne se soit pas plus concentrée sur les points que la presse Française à au mieux oublié, comme les victimes civiles des raids de la coalition, par exemple après l'embuscade du 18 aout.
Ou, si vous teniez vraiment à peler-mickey, pourquoi ne pas vous être demandé pour envoyer des paras et pas de la cavalerie lourde pour ces opérations, pour quelle raison les Italiens n'avais pas patrouillé dans ce secteur quand ils en avaient la charge, ou pourquoi contrairement à son habitude la France est déployée là bas en tant qu'élément de la force OTAN et non pas de manière indépendante et autonome.

Mad.
Euuhh, pas encore vu l'émission, mais vous avez oublié "Alain Korkos" dans la liste des intervenants, indiquée juste en dessous du chapô...
C'est pô gentil d'oublier notre Alain Magique. Je suis outré. Ouaip.
Interessant le point qui est fait vers la fin de l emission concernant le double commandemant otan/usa et sur ce qui en decoule pour l equipement des soldats francais.
Dommage que Daniel n ait visiblement pas voulu ouvrir le debat sur ce point.
Des lors la photo de match avec le fameux famas prend un autre interet.
Car si on suit cette hypothese jusqu au bout, et que l on suppose donc que les francais etaient sous commendemant us, alors peut etre que le seul manque d equipement n est pas le point le plus important pour justifier ce drame.
Emission vraiment interessante en tout cas.
émission intéressante mais le et si on redevenait pacifique ? de David Abiker en fin d'émission m'a fait tiquer... Depuis quand diable la France est elle pacifique ? Elle a toujours eu des opérations militaire un peu de partout si ce n'est carrément une guerre sur les bras. Ce n'est pas pour rien que l'on soit classé dans le top 3 des armée du mondes... Pas d'orgueil dans le propos précédent mais juste pour montrer une simple causalité, plus on fait la guerre, meilleur on est, cqfd...
C'est bizarre, aucun rapport n'est fait entre la fermeture des commentaires sur le site du 8 et la fermeture des commentaires sur le blog de libé.
Le titre du journal canadien vaut bien une perle du carnard:
"French soldiers unprepared for ambush", et bien oui, c'est ce qui est recherché dans l'embuscade...
"la guerre est trop importante pour la confier a des civils" dixit un officier de réserve présent sur le plateau.

J'aime ce commentaire tout a fait impartial de D.A...
Il est évident que l'Armée a circonvenu Le Pahun en le cooptant, comme le remarque DS, pour son bien d'ailleurs sans doute.

David a quand même raison, au delà de canette fraîche, c'est du sens de leur présence là bas qu'ils manquent les trouffions.

Et j'ai le sentiment "qu'on" est passé à côté de l'analyse du traitement média, ainsi que pense Le Phaun du cadrage de TF qui cherche uniquement l'émotion ( l'humidit"é ) dans son oeil (acte 5) ?
Je n'ai pas pu regarder la premiere partie car j'ai ressentis un malaise vis a vis de Mr Le Pahun. Bien evidemment, ce qui interesse ASI c'est le traitement des medias et le role joué par les parents des victimes dans les medias, mais j'ai trouvé maladroit de lui faire "subir" la premiere partie de l'emission, somme toute légere. Ce n'est pas un "banal invité", cet homme vient de perdre son fils et ce télescopage m'a géné.

Bon j'y retourne.
Tcheque donc le journal, pas Serbe.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.