"Non, je n'ai subi aucune pression de l'Armée"

Arrêt sur images

J. Le Pahun, père de soldat, invité d'@si, avec O. Plichon (Le Parisien)

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Depuis l'embuscade du 18 août qui a coûté la vie à 10 soldats français en Afghanistan, le débat public s'est ouvert aux familles des militaires. Les proches des victimes de l'embuscade ou des soldats présents sur place interviennent régulièrement dans les médias pour commenter la situation militaire et les maladresses de l'Etat-major. Ils disent aussi ce que les soldats doivent taire.

Depuis l'embuscade du 18 août qui a coûté la vie à 10 soldats français en Afghanistan, le débat public s'est ouvert aux familles des militaires. Les proches des victimes de l'embuscade ou des soldats présents sur place interviennent régulièrement dans les médias pour commenter la situation militaire et les maladresses de l'Etat-major. Ils disent aussi ce que les soldats doivent taire.

Cette parole libre commence à gêner les autorités militaires. Comment s'exprime-t-elle ? Les médias la relayent-ils trop largement ? L'émotion qu'elle véhicule brouille-t-elle le débat ?


Joël Le Pahun, père de Julien, tombé da...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.