295
Commentaires

Natacha Polony, reine des medias, ex-coincée

Commentaires préférés des abonnés

C'est tellement méprisant de sa part de se cataloguer là-dedans. De un, parce que si elle a été gênée par son physique, effectivement la pression sociale, médiatique, les attentes masculines et machos prennent toute leur place.

Mais surtout, parce que(...)

Excellente chronique ! Du grand DS !!!  :-D

Je trouve étrange cette propension (ici de Polony) à entamer une démarche volontaire de taper sur quelqu'un qui dénonce les violences faites aux femmes.

Je veux dire, elle a le droit mais pourquoi faire ce choix plutôt qu'un autre ?


A mon avis il y a u(...)

Derniers commentaires

Donc être à gauche, selon vous, Daniel, c'est ressasser jusqu'à plus soif tous les clichés à la mode du néo-féminisme à deux balles ?

Mince, Daniel, vous venez de m'apprendre que j'étais finalement de droite.


J'avais tout d'abord souscris largement au texte de Despentes en le lisant et notamment cette force de frappe sur les pouvoirs et la domination. mais aussi, aprés avoir quand même je l'avoue, ressenti une certaine gène lors de cette cérémonie des césars où j'avais eu l'impression que tout devenait excès. 


Et donc oui, effectivement, quand on lit ce texte, tout se tient, on résume le tout dans un tout, ça marche, ça colle parfaitement, on désigne ainsi le mal(^e) et les puissants. Tous d'un coup, on fait un "black bloc" de tout ce qui est sombre, on résout le problème en un seul et même texte ! 

Cette fameuse bannière que l'on cherchait, et derrière laquelle on pourra défiler, poser comme base révolutionnaire, comme texte initiateur et qui va nous permettre de déclencher le grand basculement , celui après lequel, plus rien ne sera pareil, tout change.


Et pourtant, ce texte me laisse un goût amer... serais-je coupable ? qu'ai-je donc bien pu faire de mal(^e) ?

Ne suis-je pas finalement désigné dans ce texte ? Homme, blanc, hétéro, cadre moyen. J'ai forcément dû frotter une fesse à un moment de ma vie dans une file d'attente. J'ai forcément un truc à me reprocher si je cherche bien puisqu'il en va de ma nature et de 300 000 ans de patriarcat... malaise donc, car je ne crois pas avoir fauté et pourtant me voilà suspect.


Et puis j'ai lu celui de Polony et là, d'un coup, je me suis senti mieux. Un texte qui ne se laisse pas aller à la facilité ni à nos réflexes primaires et qui donne du sens aux choses complexes sans les nier d'un simple revers de main comme le fait Despentes.  Bref un texte qui ne hurle pas avec les autres loups. Alors, il gène forcément puisque tempérant du même coup, cette soif révolutionnaire et de grand chamboulement tant souhaité. Le passage que je préfère, celui où elle parle de ses enfants, de ses deux fils et de sa fille... moi, j'en ai un de chaque, alors ça me parle...


En tous cas, pour ma part, à la lecture des deux textes, mon sentiment, en tant que personnage principal (homme, blanc, hétéro, non-violent, non-violeur) , est que l'un à nourri ma rage (des puissants et des pouvoirs) en me laissant un goût amer sur ce que j'étais avec un terrible sentiment de culpabilité et l'autre m'a plutôt apaisé en me donnant l'impression qu'on avait mieux cherché à me comprendre. (Désolé mais si je parle de mon ressentiment, c'est pour mieux donner à voir)


Et donc, ce que je ne comprend pas, c'est que vous même, allez jusqu'à nier la raison en nous expliquant que Polony a forcément tort puisqu'elle est de droite... Aurait-elle donc, elle aussi, forcément quelque chose à se reprocher, à guérir ? Pourquoi donc ? N'en est-elle pas moins femme alors que précisément, c'est par cette face qu'elle s'exprime ?


Et donc si je vous suis, en préférant le texte de Polony à celui de Despentes, je dois être de droite également... mince alors... 

Moi, qu'en famille, on surnomme volontiers le "gaucho de service"... je tombe des nu


Bien à vous cher Daniel. Je vous aime bien quand même  ;-)

Quand on a atteint un âge certain et qu'on n'était pas si mal, certains disaient même plutôt belle......une sorte de philosophie s'est installée. La beauté d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celle de nos mères et nos grand-mères. Une femme est un tout, l'apparence est souvent trompeuse et il n'y a rien de plus repoussant qu'une autosatisfaction dans ce domaine.

Le même Gilles Deleuze qui avait signé la pétition pro-pédophilie dans le Libé de 1977 ?

    A l'attention de Natacha Polony... mais aussi de D.S. et de toutes les femmes en lutte... (et des hommes qui le sont à leur côté)   https://www.youtube.com/watch?v=lIE9HtFv0fc                          

                                  

                                                         

 Nous qui sommes sans passé, les femmes  Nous qui n'avons pas d'histoire  Depuis la nuit des temps, les femmes  Nous sommes le continent noir.    Debout femmes esclaves Et brisons nos entraves  Debout, debout, debout.   Asservies, humiliées, les femmes  Achetées, vendues, violées  Dans toutes les maisons, les femmes  Hors du monde reléguées.    Debout femmes esclaves  Et brisons nos entraves  Koumou, Imdou, Koumou  Seules dans notre malheur, les femmes  L'une de l'autre ignorée  Ils nous ont divisées, les femmes  Et de nos soeurs séparées.    Debout femmes esclaves  Et brisons nos entraves  Avanti, arriba ahi.    Reconnaissons-nous, les femmes  Parlons-nous, regardons-nous,  Ensemble, on nous opprime, les femmes  Ensemble, Révoltons-nous !   Debout femmes esclaves  Et brisons nos entraves  Avante, haïfou, stand up.    Le temps de la colère, des femmes  Notre temps, est arrivé  Connaissons notre force, les femmes  Découvrons-nous des milliers !   Debout femmes esclaves  Et brisons nos entraves  Debout, debout, debout.  Debout femmes esclaves  Et brisons nos entraves  Debout, debout, debout, debout, debout, debout, debout !    

Je viens de découvrir Natacha Polony.


Pour moi,  Natacha, c'est celle-là . Ce ne sera jamais Polony.

Et merci à François Béranger.

J'aime beaucoup Natacha Polony autant physiquement que intellectuellement. Est ce que je ne suis pas plus sensible à sa parole car sous le charme ?!?

Nathacha Polony, femme mais blanche et un peu conservatrice qui allerte sur le délire de la gogoche qui a perdu le lien avec la rgalité se prend une volée par les @ASI.
Coherent.
Ou est le @ASI de 2007 qui l'aurait invité à un emission au lieu de la basher entre-soi ?

"Il y a des puissants punis." ...j'ai un doute !

 

J'aime beaucoup DS, et @si en général. 

Mais tout ne se vaut pas. Désolé de revenir sur le centre du débat, mais doit on décrocher tous les Picasso au prétexte qu'il était abominable avec les femmes? Doit on sacrifier tout l'art sur l'autel des artistes? Je ne le pense pas. Doit on se revendiquer encore une fois d'un camp? Violeur ou féministe? Dit comme ça, c'est évidemment simple (qui prendrait le parti du violeur?). Je choisis le "camp" de l'oeuvre. J'accuse est un bon film, c'est aussi simple que ça (et le fait qu'il n'ai "meme pas été capable de faire du top 5": Et alors?? un film n'est pas jugé bon que par les scores d'audience, ca se saurait! Et l'insulte du "téléfilm" n'en est pas une: il y en a de très bons!). Je choisis aussi de ne pas renier mon admiration pour "le pianiste". Et ce n'est pas parceque j'ai aimé le film que je trouve Adele Haenel mauvaise non plus. Mince alors voila encore la sommation à prendre un parti contre un autre. Je refuse de me positionner aussi simplement.

Tout ne se vaut pas non: quand bien même les deux sont détestables, la domination du violeur n'a rien à voir avec la domination de l'exécutif avec le 49-3.

Merci à Wilson de parler à contre courant, faut oser.

Merci aux césars d'avoir choisi de distinguer ce film. Je remarque que tous ceux qui s'y opposent ne l'ont tout simplement pas vu.

Ce genre de féminisme me fait penser que le soft power des USA est nuisible. Et quelle vilgarité en prime...

Bref c'est à contre courant, vu les autres commentaires dithyrambiques, que je donne mon avis. Je vais bien entendu me faire démonter par tout ce joli petit monde, mais DS, s'il te plaît, ca fait 2 jours de suite qu'on se tappe des chroniques de ce type, s'il te plait revient à des sujets plus intéressants...



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Quand le monde médiatico-politique est hystérique la cérémonie des Césars peut-elle se dérouler sereinement, surtout avec un film de Polanski multi nominé ?


D'où mes interrogations : 


Doit-on participer à cette atmosphère délétère en commentant les propos pour le moins excessifs des uns et des autres, des uns sur les autres ?


Ne faudrait-il pas plutôt chercher à échapper à cette ambiance malsaine, à cette chaîne sans fin de tornades médiatiques ? 


Est-ce une mission impossible pour un site de critique des médias ?


Merci DS, ça résume parfaitement ma pensée. Et ça me rappelle pourquoi je suis abonné .

Daniel Schneidermann, merci, vous êtes unique, indispensable...je trouve pas les mots pour vous dire à quel point vous mettez lumière et sens dans ce merdier de la vie. Quand je vous lis, je pense à mon émotion d'ado lisant Camus en terminale ! Pas moins.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'ai lu la chronique et il m'est venu assitôt en tête bien que non approprié pour le début de la vidéo le commentaire final dit par le professeur gynécologue 

Si la jeune Polony,  coincée se sentant moche, n'a jamais "pensé" que c'était le regard masculin, ou les magazines féminins, attrape-pub pour fringues et cosmétiques, qui la faisaient se sentir moche, cela témoigne d'un aveuglement presque touchant, et peu crédible chez cet esprit perspicace.


Et si le vieux Schneidermann, sûr de son fait, n'a jamais "pensé" que c'était de mauvais ton d'expliquer à une femme ce qui la faisait se sentir ci ou ça, ou ce qu'elle devrait penser de ce qu'écrit une autre, ou dénier toute puissance à son analyse, ça témoigne d'un aveuglement presque touchant (et peu crédible chez cet esprit perspicace) quant aux idées mêmes des tendances féministes qu'il défend, qui condamnent habituellement ce genre de mansplaining pontifiant. 


Ceci étant dit, étant personnellement indifférent à celle ci, je trouve que le texte de notre patriarche Daniel a le mérite d'être sincère, reconnaissant les cotés "grossiers" et "simplistes" d'analyses systémiques, une manière de se couler dans les mots de Polony qui fait la valeur de son texte. :)


Si par contre je ne suis pas convaincu que l'absence de distinction entre les "analyses" systémiques en général et des pamphlets prétendant en découler serve vraiment la cause des disciplines qui en produisent. Sortir du culte (viriliste ? :o) de la "puissance" de textes relevant plus de la poésie militante que de l'analyse permettrait peut être de réaliser que leurs excès donnent surtout de bons arguments à tous les Polony voulant y trouver un prétexte pour dénier l'intérêt des analyses systémiques en général.

"Il faut bien une droite, pour que la gauche se souvienne pourquoi elle est la gauche. 


Donc toute la réalité de la gauche est définie en opposition avec "la droite" ? 

La "gauche" a besoin d'un ennemi pour exister? 

Il n'y a pas des valeurs et une perception de la vie spécifique qui pourrait la définir?


Apparemment d'après l'auteur, non... 


Se souvenir de qui ont est parce qu'on a un ennemi: Voilà précisément le problème de la gauche. 

Se définir uniquement comme "contre la droite", cela a un effet délétère et cela a probablement causé la "mort de la gauche" dont on nous rabat les oreilles. 


Les logiques de type "la droite parle de ça, alors on n'en parle plus ou on dit exactement le contraire" ne sont pas caractéristiques d'une pensée construite mais plutôt d'un réflexe épidermique; aucune réflexion.

Même chose pour les commentaires "quelqu'un de droite a dit ça, alors je suis contre". 


C'est triste que l'on en soit arrivé là. Et le pire c'est que je perds probablement mon temps avec ce commentaire; il n'y aura pas de remise en question...


Je me sens un peu gêné devant tant de commentaires unanimes sur la chronique de DS.
Si je résume le texte de  Despentes, en oubliant ses outrances et peut-être en le caricaturant, ce serait qu'elle dénonce notre société composée de dominants et de dominés. Et les dominants sont majoritairement des hommes, blancs et riches. 

Quelle découverte!
Natacha Polony reproche à juste titre à V. Despentes sa vision en noir et blanc, son essentialisation des "adversaires": les "hommes", les "riches", les "puissants", les "violeurs". On gomme les zones grises, on n'analyse plus, mais on tri simplement les bons et les méchants. Du texte, il ne reste plus que la colère de Despentes, son émotion somme toute légitime et une belle écriture. Et puis après...?

Je trouve étrange cette propension (ici de Polony) à entamer une démarche volontaire de taper sur quelqu'un qui dénonce les violences faites aux femmes.

Je veux dire, elle a le droit mais pourquoi faire ce choix plutôt qu'un autre ?


A mon avis il y a une raison, parmi d'autres, qui peut jouer dans l'explication : 


C'est purement du business. Polony est devenue une caricature, à l'instar d'un Barbier, elle est avant tout un personnage médiatique qui doit se positionner d'une certaine manière pour continuer d'exister médiatiquement et faire marcher son business. Elle doit intervenir sur les sujets qui font réagir les médias pour pouvoir continuer à être invitée. Elle me semble occuper un créneau/positionnement médiatique de la même manière que certains politiques actuels occupent des créneaux idéologiques sans avoir de vrais convictions.


Je vois pas mal de similaritéé entre des Polony, des Barbiers et autres "directeurs de journaux" invités pour donner leur avis (pourquoi eux ?), et les star de la téléréalité. Les mécaniques médiatiques se ressemblent pas mal, le tout dans un seul but : l'auto-promotion et l'envie d'exister médiatiquement.

Vue la "position sociale" de Polony est-ce qu'on ne pourrait tout simplement pas appeler ça une "argumentation pro domo" ?

Et ça signale surtout son incapacité (plus volontaire qu'involontaire probablement) à  comprendre qu'une communauté n'est pas qu'une juxtaposition de situations individuelles qui n'ont jamais rien à voir, ou si peu, les unes avec les autres.

Bref son petit cas personnel de membre d'une des classes dominantes, aussi intéressant qu'il puisse être à analyser, est loin de pouvoir servir seul à établir une "loi", une "norme", une "sitaution factuelle" et il est même très insuffisant pour contester une "loi", une "norme", une "situation factuelle" établie par des milliers et des millions de cas opposés, ceux des membres des classe dominées.

Oui... si ça n'avait pas déjà été établi à de multiples occasions, il est ici indéniable que Polony est de droite.

Ce qui est bien son droit... comme il est du mien de considérer que la mise en avant de son petit cas personnel dans le cadre du débat qui nous occupe est globalement sans intérêt (si ce n'est donc de nous en révéler un peu plus sur elle et sur son appartenance factuelle et parfaitement assumée à ces classes dominantes dont "on", et Despentes en tête, dénonce la domination, toutes les formes de domination, "décomplexé-es")..

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Pour le coup, Polony tombe un peu à coté. Le texte de Despentes ne discute pas tant du bien fondé de la réalisation et de la distribution du dernier film de Polanski que de l'opportunité de lui décerner un prix, qui plus est un prix très individuel (meilleur réalisateur, plutôt que meilleur film). Ce qui la conduit à considérer la place de dominant du réalisateur, de le comparer au sort des violeurs lambda et d'en tirer une diatribe contre les puissants qui se protègent entre eux. A plusieurs reprises elle insiste d'ailleurs sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une guerre homme / femme mais surtout d'une lutte dominants / dominés ; je n'entends d'ailleurs pas dans son propos le viol dans son acception exclusivement sexuelle, ce qui n'épargne pas complètement les femmes dominantes écrasant les dominés de quelque genre qu'ils soient. Or Polony l'attaque sur le thème de la haine des hommes sous l'angle d'un certain féminisme. Pas fan de Despentes, mais là, la critique est ratée.

Un petit mot pour défendre Natacha Polony que je "n’apprécie" pas du tout pour ses idées réacs.


Natacha droite polie vs Hallucined gauche radicale grossier !


"Si la jeune Polony,  coincée se sentant moche, n'a jamais "pensé" que c'était le regard masculin, ou les magazines féminins, attrape-pub pour fringues et cosmétiques, qui la faisaient se sentir moche, cela témoigne d'un aveuglement presque touchant, et peu crédible chez cet esprit perspicace."


Pour beaucoup, femmes ou hommes jeunes, le complexe du moche existe bel et bien.

Il faut des années pour sortir de ce carcan des pressions sociales et sociétales.

Et l'intelligence ou la perspicacité n'ont rien à faire ici.


Puis un beau jour, ce carcan vole en éclats.


Pas plus beau ou plus moche que hier, on est ce que l'on est et surtout à des années lumières des canons en vigueur.


Pour le reste, l'analyse du jeu des Dominos sado-maso, il y a le pire : l'esclavage inconscient.


 



"Qu'il y aura toujours des avocats retors, des arrangements financiers, une machine à enterrer les enquêtes nommée IGPN, pour que justice ne leur soit pas rendue. "

Et vous auriez pu ajouter a la liste : "et des Polony"

Elle a glissé de " timide coincée " à arrogante, ça fait partie " despentes" fatales.


" A certaines, l'arrogance tient lieu de grandeur, l'inhumanité de fermeté, et la fourberie, d'esprit ".

et peu crédible chez cet esprit perspicace.


J'espère que c'est du second degré. Car pour qualifier Polony de "perspicace", elle qui se fourvoie dans tous les pièges de la pensée, qui annone mécaniquement son refrain réactionnaire, qui suit sans vergogne l'idéologie la plus fade, la plus nulle et la plus insipide, bref elle qui est à la perspicacité ce que Zemmour est à la tolérance, il faut soit avoir beaucoup d'humour, soit beaucoup d'aveuglement.


bravo Daniel Schniedermann, jamais votre critique n'a été aussi pertinente.

Natach Polony en "timide coincée", bizarre, elle dit la même chose que Brétécher. Chez Brétécher, ça m'avait étonnée... et convaincue. C'est trop injuste, chez Polony ça me fait marrer. Mais il y a sans doute quelque chose de juste: Brétécher et elle n'ont simplement pas pris le même chemin.

Bonjour et merci pour la chronique 


Donc Natacha Polony est de droite, fermez le ban.  Dites, comme les Gilets jaunes étaient "intrisèquement un mouvement de droite "  ? Si vous voulez bien, vu ce passif, on va attendre quelque jours pour voir si vous stabilisez la qualification ou non  :)


Je me sens très proche du texte de V. Despentes, et je trouve que N. Polony fait semblant de n'y pas comprendre des éléments de formes (la "grossièreté") et de fond (les "amalgames") : c'est évidemment facile de prendre un scalpel pour délimiter tout ce qui n'est pas "carré" dans le texte de V. Despentes, mais c'est feindre de ne pas voir que c'est évidemment volontaire, que c'est une charge, une harangue. Là dessus, je suis d'accord avec vous. Néanmoins, c'est bien de penser contre soi-même et je trouve que N. Polony donne matière à réfléchir sur plusieurs points, elle a une visée universaliste qu'on peut trouver naïve (ou disons oublieuse que l'universalisme peut être un prétexte à la domination), mais qui me semble éthique et utile. Le paradoxe étant qu'en superposant les luttes, V. Despentes n'est pas si loin de cette visée. La corneriser en "femme de droite" ressemble un peu à une facilité pour éviter l'obstacle. Surtout que si je ne dis pas de bêtise, elle est intellectuellement proche d'E. Todd, vénéré ici, ou de l'anarchisme conservateur  de J.-C. Michéa. A vérifier ou à affiner probablement, mais on est loin de la caricature de la droite libérale avec elle, et quand on l'écoute, on se prend à rêver que si  toute la droite avait sa rigueur et sa subtilité, on aurait de beaux débats. 

Belle chronique en effet.


Et bon rappel du fait que l’existence d’un contre-exemple n’invalide pas une réalité statistique.

Comme on disait il y a quelques années : Boom Headshot !

"cela témoigne d'un aveuglement presque touchant, et peu crédible chez cet esprit perspicace."


Peu crédible? Feriez vous l'hypothèse de la mauvaise foi? Et merci d'avoir si bien résumé le propos de Despentes. Il y a en effet un fil rouge dans son argumentation qui rend cohérents est domaines apparemment dispersés, le 49/3, les éborgnés, les violées dans le même paragraphe, c'est la question de la domination


Et de l'impudence de cette domination, qui me semble monter. "Vous savez, nous savons, tout le monde sait que nos arguments sont faux, mais comme c'est nous qui décidons du vrai et du "fake", vous n'avez pas d'autre choix que de fermer vos gueules."

Oui, c'est petit, c'est mesquin, c'est même de mauvaise foi: au fait, elle est comment au boulot, avec les stagiaires, la dominante (car c'en est une) Polony ?

C'est tellement méprisant de sa part de se cataloguer là-dedans. De un, parce que si elle a été gênée par son physique, effectivement la pression sociale, médiatique, les attentes masculines et machos prennent toute leur place.

Mais surtout, parce que je la trouve belle ....parlons un peu "vraies moches", et je mets dans cet ensemble non pas des femmes que je considère moi, moches, mais celles qui n'entrent vraiment pas dans les cases.

Les trop grosses.

Celles qui perdent leur cheveux.

Celles qui affichent leurs cicatrices.

Celles qui n'ont pas de quoi se vêtir selon les attentes sociales.

Celles dont les traits ne correspondent pas aux schémas de beauté actuels.

Les voûtées, les difformes, les malades, etc etc etc

Qui regardent cette nana à la coupe impeccable, aux traits avantageux, à la silhouette nickel et qui n'a JAMAIS dans sa vie été autrement (regardez les photos d'elle plus jeune) et qui ose l'ouvrir pour dire ce genre d'énormités en écrasant toutes les souffrances qu'elles vivent elle, ces "vraies moches" dans la vie courante, et qui n'arriveront jamais massivement sur les ondes et les écrans parce qu'au premier regard, consciemment ou inconsciemment, elles seront écartées. Et parce qu'elles sont en position de faiblesse, elles casqueront plus.

C'est dégueulasse. 

la série d'été d'@SI commence drôlement tôt cette année !

;-)

Magistral !

Excellente chronique ! Du grand DS !!!  :-D

Un peu plus de grain à moudre:
https://blogs.mediapart.fr/maud-assila/blog/020320/le-scandale-des-cesar-nous-montre-t-il-un-chemin

https://came2016.wordpress.com/2020/03/02/unpopular-opinon-la-tribune-de-despentes-nest-pas-feministe-et-elle-a-oublie-aissa-maiga/?fbclid=IwAR2vVGRgVg_Pub91y5TyHUAQuM9siBouUX0NpsjxHd0eCTwFRnoXjJBPYZc

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.