23
Commentaires

Mutinerie anti-clichés sexistes à "Nice-Matin"

Un homme accusé de viols décrit comme "séducteur" en Une, accompagné d'une illustration douteuse : choqués, les journalistes de Nice-Matin demandent une "révolution des mentalités" et une évolution du processus éditorial. Retour sur un "cas d'école de ce qu'il ne faut pas faire".

Commentaires préférés des abonnés

Prédateur  ou séducteur : ah!  ce doute, toujours ce doute ?


( sauf, éventuellement  pour la victime )


Journaliste ou vendeur de papier : ah! ce doute , toujours ce doute ?


( sauf, éventuellement pour le lecteur )

(...)
Approuvé 13 fois

S'il y a viol, il y aussi délit de crétinisme


Ben voyons. Et tous les gens qui se font arnaquer par des escrocs sont des crétins qui auraient dû réfléchir avant de signer ? Votre monde idéal où les "crétins" sont responsables de leurs déboires, où les(...)

Le féminisme c'est de dire aux filles d'arrêter de chercher un mec riche et célèbre ! Sérieusement c'est quoi cette histoire à dormir debout !
L'homme est mauvais et profite des faiblesses (POINT). C'est pour ça que l'on a créé l'Etat pour diminuer ce(...)

Derniers commentaires

C'est un bel exemple de ce qu'on appelle aussi "la culture du viol", ou quand on considère que la femme est de fait responsable de ce qui lui arrive. Ici parce que les victimes sont prétendument stupides.


Je note que votre article attire moins de commentaires que d'autres, malgré un sujet majeur. Est-ce là aussi une illustration de ce que produit le patriarcat?


Ce serait intéressant d'en savoir un peu plus sur ce que pense l'auteur de l'article que vous citez, dans le sens où sa vision de la femme semble influencer clairement son travail de journaliste... D'où parle-t-il?


J'ai lu une article sur le traitement des violences faites aux femmes dans la presse écrite il y a un moment de ça, où ce titre était cité: "un viol qui tourne mal" à propos d'un féminicide. Comme si un viol pouvait "bien tourner"... Maladresse, recherche de vues/lecteurs ou intériorisation du patriarcat????


Oui une évolution des mentalités est indispensable, et une refondation de la structure hiérarchique des organes de presse l'est tout autant (tout comme le changement de modèle économique). Mais c'est un travail de longue haleine, qui concerne l'ensemble de la société et qui doit commencer dès le plus jeune âge. Ce n'est pas seulement la presse qui doit évoluer, c'est d'abord toute la société, pour que la presse elle aussi puisse évoluer.


Pourquoi ma fille aînée se demande comment ça se fait qu'elle soit entourée de garçons lorsqu'elle est en cours de sciences, et de filles lorsqu'elle est en français ou en anglais (elle s'assoit en général devant en classe)? 

Pourquoi tant de parents pensent que c'est un problème qu’un garçon joue à la poupée? 

Pourquoi entend-on encore si souvent dire d'une fillette un peu trop active (selon les stéréotypes à l’œuvre) qu'elle est un "garçon manqué"?

Pourquoi dans mon métier pourtant à 80% féminin (l'enseignement), une majorité des postes d'inspection, rectorat ou autre sont occupés par des hommes?

Comment est-il possible qu'on demande en entretien d'embauche à mon conjoint si "c'est un problème que sa supérieure hiérarchique soit une femme"? 

Pourquoi, alors que j'étais enceinte de ma troisième fille, me disait-on si souvent "et le garçon alors", ou bien "bah c'est pas grave y en aura bien une qui sera un garçon manqué!"? (cette dernière remarque me donnait une furieuse envie de foutre des baffes)

Pourquoi un journaliste peut encore écrire que des femmes violées se sont retrouvées là parce qu'elles étaient stupides? 


A quand une émission sur les stéréotypes de genre et le modèle patriarcal??? Une petite analyse de ce que les médias véhiculent de stéréoptypes et de violences, de caricatures d'hommes et de femmes?  De ce  qui infuse partout, parfois même sans qu'on s'en rende compte, à travers des modèles, des idéaux, des petites phrases, des séries/films, jeux, émissions de téléréalité, émissions politiques, programmes pour enfants, attitudes, lexique, postes et rôles des uns et des autres? ....etc.


Indépendamment de la lecture de Nice-Matin, le procès de Sion semble avoir également posé pas mal de problèmes à Pascale Robert-Diard dans Le Monde : un président de cour d'assises qui qualifie de victimes [sic] des plaignantes avant le prononcé du jugement, qui parlent de plaignantes pour désigner des femmes qui, justement, n'ont pas porté plainte, ou un avocat général qui paraît s'être complètement perdu dans cette affaire.

Ce qui pose problème, c'est qu'on dirait que le pire de la "justice" des rézosocios est train de prendre pied dans les tribunaux, ce qui n'est pas forcément rassurant.


Somme toute , c'est une belle fable , une ode a la connerie !

J'ai rien compris, 

les nanas ont accepte d'avoir une relation sexuelle avec lui sans le voir physiquement et en le connaissant que par internet ?

Si c'est ca, on depasse tous les scams que j'ai pu entendre.


Le type est connard mais a ce stade il faut surtout déconstruire les femmes. Le mythe du prince charmant est un probleme systemique.

Prédateur  ou séducteur : ah!  ce doute, toujours ce doute ?


( sauf, éventuellement  pour la victime )


Journaliste ou vendeur de papier : ah! ce doute , toujours ce doute ?


( sauf, éventuellement pour le lecteur )

L'artifice mis en œuvre par cet homme est un moyen non-chimique de tromper la perception de la victime mais l'effet est similaire à la prise d'une drogue au final.


Ca me rappelle ces œuvres graphiques, dans une ambiance fantasy/sf/horrifique, où une scène en 2 plans montre d'abord un homme en plein ébats avec une belle femme. Le plan est dessiné tel que l'homme se représente la scène, puis un plan "objectif" montre la même scène avec la vraie apparence de la femme (en général un démon).

Le féminisme c'est de dire aux filles d'arrêter de chercher un mec riche et célèbre ! Sérieusement c'est quoi cette histoire à dormir debout !
L'homme est mauvais et profite des faiblesses (POINT). C'est pour ça que l'on a créé l'Etat pour diminuer ce problème.
"Elles pensaient s'offrir à un beau jeune homme. Elles ont été dupées par le retraité. Séducteur ou prédateur ?" 

" jeune designer monégasque, et de leur avoir donné rendez-vous dans son appartement à Nice, rencontre durant laquelle elles devaient demeurer masquées."

S'il y a viol, il y aussi délit de crétinisme. Hormis période covid, depuis quand accepte-t-on d'aller chez un inconnu au premier rdv ?????? et masqué je n'en parle pas... 

On croirait le gorafi, la France est tombé bien bas...

S'il y a viol, il y aussi délit de crétinisme


Ben voyons. Et tous les gens qui se font arnaquer par des escrocs sont des crétins qui auraient dû réfléchir avant de signer ? Votre monde idéal où les "crétins" sont responsables de leurs déboires, où les personnes fragiles ne méritent ni protection ni compassion lorsqu'elles sont abusées, ne me tente pas. Je préfère un monde où la collectivité s'efforce de protéger les plus fragiles, y compris contre les conséquences de leurs failles. J'ai impression, peut-être naïve, que c'est ce qui différencie la civilisation de la barbarie.

Ce type est un salopard, un prédateur et un violeur, et ont peut aussi, sans les rendre responsable de leur "naïveté", souligner que le comportement des victimes qu'il a abusé n'est pas le signe d'une intelligence fulgurante.

le comportement des victimes qu'il a abusé n'est pas le signe d'une intelligence fulgurante


Oui, mais ce n'est pas le sujet. Le sujet c'est que des personnes ont peut-être été violées (la justice le dira). Je ne vois pas bien l'intérêt de souligner les faiblesses des victimes, à part peut-être comme circonstance aggravante lorsqu'on juge le délinquant ou le criminel.


Lorsqu'un crime est commis on ne le fait d'ordinaire pas. Par exemple on ne souligne habituellement pas le fait que la victime d'un meurtre était d'intelligence limitée. On imagine mal reprocher à une des victimes des attentats de 2015 d'avoir manqué de discernement dans ses actions.


Il n'y a guère que lors d'un viol qu'on le fait. C'est une particularité intéressante. Jadis on insistait sur la tenue vestimentaire (jupe trop courte) ou sur la moralité supposée ("Marie-couche-toi-là") pour atténuer la gravité du crime et, souvent, le requalifier en agression sexuelle, voire pire, en "drague appuyée". Comme ce discours est devenu inaudible depuis "me too" on trouve autre chose : les victimes étaient idiotes. Pour moi c'est du même ordre. Ce n'est pas une information pertinente ou intéressante, c'est plutôt une tentative de minimiser la gravité du crime ou la responsabilité du criminel, ou les deux. Et je préférerais donc qu'on ne parle pas des faiblesses des victimes. Jamais. Sauf, encore une fois, si c'est une circonstance aggravante et que l'information est utilisée uniquement dans ce but et uniquement au tribunal.

J'ai du mal  à vous suivre ,,l'acte sexué était consentis , la seule tromperie résidait dans la qualité du partenaire .... pour moi c'est un escroc pas un violeur.....

Je peut comprendre le ressenti des victimes , qui le sont vraiment , mais pas d'un viol.

Rien à voir avec des produits qui alienent le consentement.

Apreste c'est le problème de la rédaction de Nice matin

Désolé pour les mots tronqués .....

J'ai du mal  à vous suivre


En effet, nous ne nous comprenons pas. Vous parlez de la qualification des faits (viol ou pas viol). Pas moi. Je le précise d'ailleurs clairement, je pense, en écrivant que, pour les aspects juridiques, c'est à la justice d'en décider.


Ce que je tente d'expliquer, sans doute maladroitement, c'est que personnellement je n'aime pas qu'on mette en avant les faiblesses des victimes car cela me parait ressembler bigrement à une tentative de dédouanement des accusés. C'est tout. Je ne prétends pas savoir s'il s'agit de viols ou pas. J'espère que c'est plus clair ainsi. Sinon laissons tomber, ce que je pense ou pas n'a pas grande importance et ne mérite pas qu'on use son clavier.

Que l'acte ait été consenti, ça n'est pas évident : ce n'est pas avec ce type que ces femmes avaient consenti à avoir un rapport sexuel. C'est, pour moi, clairement un cas de viol, attendu que la ruse, l'imposture (ce qui est le cas ici) caractérisent aussi bien ce crime que la violence, la menace…

La question à partir de là c'est à partir de quel degré de mensonge sur soi la séduction deviendrait un viol.


Là c'est un cas assez extrême où il y a une claire intention de tromper jusqu'au bout, donc ok, mais ça me semble aussi pousser juste un peu plus loin une pratique pas du tout exceptionnelle sur les sites de rencontre (ou dans les rencontres en général d'ailleurs), que des gens au minimum mentent par omission pour embellir leurs profils, et au maximum s'inventent une histoire, occupation, passions et autres destinés à séduire telle ou telle cible (si pour les mensonges sur le physique c'est normalement dissipé avant l'acte sexuel).


Au passage classer le mensonge même sur celui ci comme constitutif de viol par surprise peut avoir des répercussions inattendues si on considère les débats sur la transidentité (le devoir ou pas de révéler de quels organes une personne dispose et à quel stade d'une relation) par exemple.


Pour en revenir à ce type l'élément bandeau sur les yeux, vouloir maintenir un mensonge sur son âge jusque durant l'acte lui même, rend son cas évidemment condamnable à mon avis. Mais traiter ainsi le mensonge pour objectif de séduction en général à de quoi susciter de gros débats de société vu comme c'est répandu.

Une différence quand même c'est que là c'était dans un contexte de yeux bandés. Dans la plupart des cas que vous avez peut-être à l'esprit, le ou la partenaire pourra dire non avant l'acte.

Pour moi le point clé ce n'est pas tant le mensonge que la forme qu'il a pris : celui de tromper les sens de la personne (comme une drogue). Il serait intéressant de voir la motivation de la condamnation cela dit (j'aimerais un jour que ce soit simple à trouver en passant)

Oui c'est ce que je voulais dire aussi dans le dernier paragraphe et j'espère aussi que le jugement insiste là dessus.


Par contre les articles sur cette affaire, qui mélangent pas mal le fait qu'il mentait sur sa situation etc... pour obtenir des contacts, et la tromperie lors du passage à l'acte lui même, me semblent y méler pas mal l'idée d'un devoir de transparence en matière de séduction, qui mériterait des réflexions un peu plus complexes sur sa délimitation, ou les comportements moyens en la matière, que "le mensonge c'est mal donc c'est un prédateur".

Le sujet c'est que des personnes ont peut-être été violées (la justice le dira).


Pour information, il y a une mise à jour dans l’article de Pauline, Jack Sion est condamné à 8 ans de prison ferme pour viol par surprise.

Vous voulez dire que Total va être condamné pour avoir caché que ses activités on conduit l'humanité a sa fin , que tout veux qui ont profité des plus  values sur les actions Total ,vont restituer l'argent ? Que les industriels vont nous vendre de bon produits ,des produits sain et que ceux qui on vendu le médiator ont été condamné Que Sarkozy qui a provoqué la mort de millions de Lybiens , pour couvrir ses malversations ,va finir sa vie en taule .Ah comme c'est beau la civilisation .Ca vous dérange si on parle plutôt de domestication , vu comment ont été dressé les gilets jaunes ? Parce que civilisation c'est peut être pas le bon terme , ou alors ça dépend si on est socialo ou du peuple ... Mais vous avez peut être raison il faut protéger les gens de leurs conneries !

Je n'ai pas compris, désolé.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.