81
Commentaires

Moebius, une tentative d'autopsie (avec issue fatale)

Derniers commentaires

le pseudo moebius vient de l'anneau, je ne sais pas s'il dit quelque part pourquoi exactement il a pris ce surnom, mais féru de jeux de mots comme il était c'est une bande (dessinée) qui ne va nulle part mais peut etre parcourue à l'infini, le surnom n'a certainement pas été pris au hasard, en tout cas on peut y trouver plein de références dans ses BD: par exemple sur "escale a pharagonescia", le pauvre astronaute est transformé en rubans, même chose avec la princesse dans "arzack l'arpenteur"

pour ce qui est de la vérité ou nom de l'interprétation de l'erreur dans la piste des navajos, si ma mémoire est bonne l'épisode a été dessiné à son retour du mexique, dans cet album il commence a représenter des villages mexicains et des paysages rocheux avec un style qui se personnalise par rapport à jijé, et il prend le surnom de moebius dans hara kiri à peu pres à la même période, donc même si c'est inconscient, pourquoi pas ?
Alain: et l'anneau de Moebius a été repris en choeur, alors que ça tient pas debout, mais ça impressionne les journalistes chargés de la nécro, ça oui!
l'erreur de la piste des navajo a été commentée comme la première manifestation de moebius: quand on a parcouru le ruban du même nom en entier, le haut devient le bas et la gauche devient la droite

n'oublions pas les plus récents albums, notamment "inside moebius" et "major déprime": le dessin est moins fluide qu'auparavant, mais par les dessins quasi abstraits et le découpage, ce sont des variations continuelles entre les personnages et l'auteur, entre l'auteur et sa représentation, entre l'album qu'on a en main et les personnages, etc, ..., le dessin devient le scénario, et inversement bien évidemment (je l'avoue: c'est mieux expliqué dans le catalogue de l'exposition de la fondation cartier sur l'art contemporain mais j'ai rien compris)

et Pétillon a réussi à placer un hommage rigolo dans le canard enchainé cette semaine ...
Je suis tombé sur ça récemment http://www.charentelibre.fr/2012/03/12/la-mort-d-un-vieux-copain-du-festival,1084089.php
et ce n'est pas la première fois que j'entends dire que Moebius était un grand copain du festival.
Mais je n'ai pas trop vu rappeler que ça n'a pas toujours été le cas puisque en 1981 (d'ailleurs la Charente Livre se goure puisqu'il n'a présidé le jury qu'en 1982) Moebius avait reçu le prix de la ville d'Angoulême et n'était pas venu le chercher (tout comme Manoeuvre de Métal Hurlant et les Humanoïdes associés avaient boycotté le festival cette année-là).
Roba aussi d'ailleurs qui avait reçu le prix Alfred.
Il est vrai que jusqu'en 81 le fonctionnement d'Angoulême était assez contesté par le milieu bédé.
RÉVÉLATIONS SUR LA DERNIÈRE ILLUSTRATION DE LA CHRONIQUE,
« Pas de doute !… C'est une bronchite !… »


Ce dessin nous montre le sieur Marcel Gotlib surplombant le corps poignardé du sieur… Jimi Hendrix.
Moebius a souvent représenté Hendrix. Il a, notamment, dessiné la couverture française de l'album Jimi Hendrix /1 Are You Experienced.
Trois autres illustrations moebiusiennes mettant en scène Hendrix sont visibles par là.
ce que vous appelez un bourde de mise en scène , un "faux raccord" dans la piste des navajos est en fait la seule manière habile de raconter cette scène en évitant d'avoir un effet "miroir" entre deux cases qui créerait une interférence visuelle entre deux cases (en créant des masses qui interfèreraient avec la narration) . Parfois pour mieux raconter ils faut oublier le réel et le vraisemblable, même dans les séries réaliste. Giraud l'avait compris. Encore un épreuve de cet immense génie ...
http://www.youtube.com/watch?v=bf0l5eYO4Ww

http://www.youtube.com/watch?v=oWyQPqWbt0k
Merci M. Moebius, vos dessins m'éblouiront toujours. Merci Alain pour ta chronique (et pas de stress, hein !).
Heu, c'est pas McClure hein, là je parlais de celui qui a fait le Vietnam, plus fumeur que buveur ! Ne pas confondre !
Le mec par terre sur l'image de fin, c'est le vieux Jimmy, non ?
Je sais pas qui s'est inspiré de qui (je pencherais pour Giraud comme source) mais l'œuvre de Palacios a beaucoup de ressemblances je trouve. Ce genre de paysage entre autres, tirées de mac coy.
En tout cas c'était vachement intéressant cette petite nécro, parce que je me rends compte que je connaissais pas si bien que ça son œuvre.
Quand on pense qu'ils ont censuré la réédition de l'INCAL...

Requiescat in pace, Moebius.
Hi-Yo c'est l'écho m'sieur le chroniqueur, si vous m'entendez de là assis par terre complètement cerné par les piles de livres ben juste pour vous dire que c'est une chronique épatante.....
je me dis aujourd'hui que je fais partie d'une génération où les filles n'ont pas du voir passer beaucoup de ces dessins puisqu'à l'époque on leur mettait systématiquement AGGIE et LiLY entre les mains ?....
.....mais les adolescentes des années 1970 ont grandi.....humpff.....elles se sont rattrapées depuis..... :)
À signaler que "cauchemar blanc" a été adapté au cinéma. C'est un des premiers court de Mathieu Kassovitz.
Du grand Korkos pour Moebius.
gamma
merci de rappeller la mort de moebius, je ne suis pas trop les actualités, mais je trouve qu'on en parle pas trop, sans plus.
Merci beaucoup pour cette chronique !

Je croyais ne pas connaître Moebius ni Giraud, ou si mal, de si loin... alors qu'en fait, il m'a marqué depuis ma plus tendre enfance.
J'ai très longtemps cherché l'auteur d'un dessin animé, plutôt court (voire moyen) métrage, où l'on voyait des guerriers chevauchant des montures du genre plutôt ptérodactyle, exactement comme dans Arzach. Il montrait un chasseur de ptérodactyle, depuis son enfance jusqu'à sa mort : chassant ces animaux, il tombe, et dans sa chute, se transforme lui-même en ptérodactyle.

J'ai un peu fouillé, et cela ne peut pas être Arzak Rhapsody, car je ne suis pas si jeune que ça... je dirais que le dessin animé remonte plutôt aux années 80. Peut-être est-ce ma mémoire qui a animé des planches fixes, mais je serais prêt à jurer que j'ai bien vu ce court-métrage. Je pensais alors impossible de retrouver cette perle... toucherais-je au but ?

Alain, ou bien un @sinaute averti, saura-t-il achever ma quête ? (Auquel cas, il faudrait que je me trouve un autre but dans la vie, mais j'ai déjà un ou deux buts candidats...)
Alain, merci pour les scans magnifiques (je sais que c'est du boulot), vous avez juste "oublié" qu'il signait déjà Moebius dans Hara-Kiri en mai 1963 avant même Blueberry (1ère aventure en octobre 63 ), vous en avez un aperçu ici avec L'Homme du XXème Siècle (Hara-Kiri n°28, mai 63):
Moebius dans Hara-Kiri
merci encore...
En revoyant certaines planches je me demande si elles n'ont pas aussi inspiré le jeu-vidéo "Panzer Dragoon" (pour les connaisseurs) dans les années 90 :
http://media2.vgarchive.org/boxart/31178-500m.jpg
http://2.bp.blogspot.com/-6zjPJGooo-8/Tt5SkVEnFrI/AAAAAAAAAKQ/TWuCgDXLb6E/s1600/Panzer_Dragoon_Art_02pe.jpg
Mais après vérification il est apparemment l'auteur de la pochette. Et a inspiré pas mal la série en question :
http://pdsoasis.thewilloftheancients.com/parallels.html
Moi qui ne connaissait pratiquement pas Moebius, je me demandais pourquoi ses illustrations me rappelaient quelque chose. Je dormirai donc moins bête ce soir, merci !
Merci Alain, c'est un bien bel hommage… Ça me fait comme quand Hugo Pratt est mort… un grand vide.
Vous nous en apprenez de belles, Alain.
Ainsi, Giraud copiait !
Il faut croire qu'il devait être souvent à la bourre.
Tellement à la bourre que, manifestement, il n'a pas trop cherché à rendre son Blueberry ressemblant sur la couverture de L'Homme à l'étoile d'argent, pompée sur une affiche de film.
Je me souviens que j'avais trouvé cette tellement maladroite que je m'étais amusé, il y a bien longtemps, à la retoucher avec Photoshop. J'ai notamment refait le menton et les lèvres de Blueberry et le chapeau (qui ne ressemble vraiment à rien).
La couverture originale.
La retouche.
Pour ceux qui n'ont pas en tête la trogne du vrai Blueberry, le voici (avec son gros menton et ses grosses lèvres, par Giraud, bien sûr).
Mazette, quels dessins! Merci KA.
Très touchant hommage, merci.

Un truc qui me fait sourire, c'est que vous dites « Il est mort et bien mort, ils sont morts tous les deux... », parlant de Gir et de Moebius. Mais le seul mot-clé en bas est apparemment celui d'un presque illustre inconnu : Jean Giraud (piqué là).
Ah ouais les 6 doigts !!
Mince, je croyais avoir trouvé en notant que le bonhomme en rade dans le désert tourne dans le sens des aiguilles dans la première case mais dans le sens trigonométrique à la deuxième.
Superbe.
et R.I.P...
6 doigts à la main gauche...
belle de belle chronique
ps : et merde, je viens de lire les zautres, coiffée par djac !
Quarante ans après, je trouve toujours que Chihuahua Pearl ressemble drôlement à la Brétécher de ces années-là.
Photo Brétécher
Une de vos meilleures chroniques, à la mesure du sujet, ça valait le coup d'attendre.
Rha là là, ce que je me souviens, tout de suite, c'est Blueberry (en particulier de Chihuahua Pearl au Bout de la Piste), et le troisième tome du monde d'Edena (la Déesse), c'est splendidement génial.
Ce qui me fascine, en particulier, c'est cette capacité à rendre la matière, en particulier la roche dans Blueberry : on pourrait croire que si on passe le doigt sur le papier (ou l'écran), ça sera rugueux.
Et les plans ont toujours une présence incroyable, même quand il se plante dans le sens de la falaise, n'empêche, on est happé par le trou béant et on sent le vide.
La grande classe, quoi.

(ha oui, et il y a six doigts à la main gauche)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.