84
Commentaires

Maria Schneider nue choque à la Une de Libé

Nue ou pas ? Maria Schneider, l’actrice du film Le Dernier Tango à Paris réalisé en 1972 par Bernardo Bertolucci avec Marlon Brando, est décédée le 3 février, à l'âge de 58 ans. Pour annoncer sa disparition, Libération a choisi de mettre à la Une une photo d'elle seule, seins nus. Le site du journal met aussi en ligne la fameuse scène tirée du film de la sodomie avec motte de beurre, qui traumatisa à vie la comédienne. Un choix qui fait débat, et qui n'a pas été suivi par la presse internationale, de l'Inde au Brésil.

Derniers commentaires

je suis tres peiné de la disparition de Maria schneider ; je suis scandalisé par cette photo ; c'est une insulte a toutes ces actrices qui savaient se mettre en danger dans un film par ailleur magnifique . le redacteur en chef qui a permis cela est une ordure ? oui une ordure .
L'année du Dernier tango est sans doute celle de l'acmé de la révolution sexuelle révélée, sinon initiée, au cours de la décennie précédente. Acmé préludant à la retombée symbolique qui ira s'accentuant jusqu'au moment présent. Il n'est donc pas surprenant que "Libé" qui, naissant de 68, accompagna cette révolution des moeurs nous amène aujourd'hui, fût-ce malgré lui, à distinguer ce que Maria Schneider a pu symboliser dans l'imaginaire et ce qu'elle a réellement souffert.
Libé a raison cette photo est magnifique !
Mon dieu que de Puritanisme .pas de quoi fouetter un sein cette photo
cecile ou la cécité retrouvée
Non, une femme violée est une femme a qui on a volé sa beauté....votre aveuglement confine à une forme de soumission perverse par ignorance à l 'insu de votre plein gré....de même si nous ne pouvions défendre, dénoncer le calvaire de cette femme qui l'a si dignement exprimée, commet pouvez vous le nier vous, de quel droit, au nom de qui, de quoi...
et comme souvent sur les blogs il y a confusion à tous les étages (le film, la femme, l 'actrice, une photo, des violences, hier, aujourd'hui, le sexe, l'art, le droit du spectateur client, le droit de la personne, la victimisation etc etc) le tout dans le chaudron de la toute puissance de bien pensance pseudo artistico liberteux .....
réductible réductible.....
Comment peut-on parler de "belle photo" devant la nudité de cette très jeune femme , qui fut détruite psychiquement et physiquement après ce viol , cette sodomie , en public ! Ses appels au secours étaient si esthètiques pour la pellicule , pour le plaisir d'un public ébloui :-((

Elle a crié sa douleur , sa vie de femme réduite à néant , dans un corps déformé par tous les moyens possibles dans la quête , jamais atteinte , de l'oubli .
Cette si belle jeune fille a dit aussitôt le réveil après ce film que vous trouvez "esthétique " , la descente aux enfers , et on ose encore lui faire violence au moment où elle quitte la vie , épuisée d'une agonie si longue .

Marlon Brando était un prédateur insatiable , mais si charmant n'est-ce-pas , si "esthètique " , que son entourage lui fournissait son lot de jeunes femmes dont peu ont osé dire la crapule sexuelle qu'il était .

Mais l'artiste a toujours raison , n'est-ce-pas , comme l'ignoble fasciste actif , Céline , écrivain de génie , qui a parlé avec génie de sa haîne de l'Autre , et qu'un mitterrand a voulu mettre au panthéon de la fierté française , un miterrand même pas génial mais prédateur reconnu et néanmoins ministre de la République française ,

Journalistes complices , pour faire des sous tout est excusable !!!
Il y a pas mal de personnes qui semblent ne pas savoir ce que viol veut dire.
Un viol, c'est entrer dans le corps d'un autre sans son autorisation.
Donc, on s'en fout que ce soit "seulement" un doigt ...

Et c'est d'autant plus dévastateur que les limites du corps représentent les limites du moi au niveau psychique.
D'où les effets profonds que cela peut avoir.
Dans le cas qui est traité ici, un effet aggravant est que cela a été fait devant des caméras, donc au niveau symbolique, devant tout le monde.
D'où l'impact pour cette actrice.
Et Libé fluctuat nec mergitur. Canard parisien. même en tirant la chasse, regardez France-Soir.

La recette, de belles Une, pleine page, pleine, pleines de signes.

Et pas tout à fait pleine, non, cette égérie soixante-huitarde. L'An Un. Liberté, Egalité, Sexualité. Voilà notre source, où nous sommes nés, voici notre marque, Journal Libération des moeurs, Libération de tous les carcans. 

Orange est orange, eh bien nous, nous sommes une paire de seins offerts sans complexe, les mamelles fières de la France Profonde Révolutionnaire, la fille délurée à Gélin, labourage et pâturage, le beurre du dernier tango et l'argent du beurre des Rothschild (ça marche avec Crésus, Rockfeller, Bill Gates, et non, pas Arnaud, pas Béttencourt, on ne rit plus, on n'a pas la distance).

Oui, et pour bien rentrer l'idée, on va mettre Mitterrand, la Mauvaise Vie, les homos, tout ça. Les deux images racontent une histoire. 
Et puis des otages, Maria otage de son succès et de deux vieux enfoirés (oui) et de son contrat et du téléphone qui ne marche pas (ça, faut acheter le bouzin, coco, c'est dans les pages intérieures, tu auras l'envers du décor, la victime, la totale). 1968 est devenu 2010. Le miracle du temps. Tout se transforme. La métamorphose des cloportes (non, déjà pris) des libertins en libéraux, voilà. Brainstorming de 20 minutes x 20 types surdosés égal ça. 

Remarquons que dans la plupart des autres canards, les photos choisies, neutres, montrent systématiquement Marlon derrière Maria. Il n'y a pas, plus, de hasard. La communication est devenue la Méthode. On aura de la chance si on s'en sort. Pas terrible syntaxe, mais bientôt, on causera télégraphique. Yoghourt. On pensera même en onglet.

Et non Cécile (Clozel), vous n'êtes pas seule à trouver que cette photo est pleine de vie. Et plus encore, la possibilité d'un bel hommage, d'une représentation forte de l'actrice, de l'être humain, paradoxalement un acte d'amour potentiel. 
Paradoxalement, malheureusement, parce que la Une n'est pas que la photo. C'est un tout. C'est du métalangage, dorénavant leur métier. Et encore, je n'ai pas évoqué ses composantes textuelles, ici peu impliquées. 

Le reste, oui, l'article d'@si est, pour une fois, bâclé, il n'y a pas d'autre mot. Il est rarissime que j'éprouve cette sensation (même s'il est vrai qu'il s'agissait d'une brève) d'absence de vue, voire pire, de motivation. D'accord, nous sommes dans l'intention, dans le secret de l'alcôve grise, du neurone, J'arrête donc..
Question : quelle était la valeur informative de cette photo ?
Maria Schneider avait comme unique titre de gloire et de célébrité, d'avoir tourné ce film avec Marlon Brando, LE FILM CULTE de l'époque où explosait la révolution sexuelle. A l'époque, Libération était le chantre de cette émancipation,

Le scandale que le film a provoqué a été doublé par les récriminations de Maria Schneider, après tout peut-être pour des raisons publicitaires.Après tout, il n'y a pas eu de plainte, comme le fait remarquer Fan.
Sa plongée dans la drogue a été aussi le fait de tas de gens célèbres qui n'avaient pas été victimes d'une motte de beurre. Les temps étaient à la libération, mais aussi à la dissolution des moeurs et des êtres. Et elle était un des symboles de cette époque.

Même sa mort est emblématique, parce q'uelle arrive au moment de la chute d'un certain nombre d'idées politiques soixante-huitardes.

Alors, cette une a une grande valeur informative, et représente en plus une Maria Schneider au sommet de sa beauté, magnifiquement belle. Il aurait été dommage de s'en priver
Bel hommage nécro sulfureux. Tout est bon pour causer cul, ici-même, pfffffffffffff, rien d'autre nulle part ???

Site de plus en plus ragots-franchouillards-profonds. De profondis, requiem aeternam, amen !
A relier à la photo de Beauvoir de dos nue du Nouvel ObserMateur.
Où comment réduire les femmes à leur corps/à leur sexualité/à leur utilité ou disponibilité sexuelle.

Quand on verra un homme nu (et pas que son torse, mais bien rappelé à sa sexualité) en une pour commémorer sa mort, on pourra se poser la question autrement.
Oula...c'est rassurant de voir que sur arresurimages, on laisse les gens s'exprimer même avec un langage" fleuri"...sur un autre forum me suis pris 4 avertissements d'un coup pour vulgarité excessive, et non courtoisie, et cela choquait la bien pensance et surout certains messieurs qui n'ont pas l'habitude... ou qui considèrent qu'une femme doit s'exprimer avec des propos féminins et doux...mouarf!!


Quant au sujet présenter l'actrice "fraichement" décédée les seins nus à la une d'un canard...j'essaye de penser à Maria elle même, quelle aurait été son souhait??

Quelle image aurait elle voulu montrer d'elle au monde ??

Elle était très jeune quand toute cette histoire lui est arrivée, je ne pense pas que tout le staff autour d'elle, lui avait expliqué, que les images et l'aura de ce film, qu'elle allait réaliser, resterait pour toujours , comme gravé ! et qu'elle ne pourrait pas en avoir le contrôle.(à moins d'être très fortuné, genre oligarque jdc jdr...quoique aujourd'hui, eux aussi peuvent maintenant craindre de perdre le contrôle de leurs images...y' a comme une forme d'égalité tout à coup face à ce dilemme qu'est internet et la " violation" de la sphère intime, et le contrôle de son image)

Perso je trouve égoïste et cruel, ce qu'ont fait subir à l'époque, Brando et le réalisateur, à cette jeune fille naïve et inexpérimentée!!

Si j'avais été journaliste, en tout cas je n'aurais pas mis de photo d"elle nue, par respect, ne sachant qu'elle image d'elle, elle aurait voulu montrer pour ses adieux .

J'aurais choisi une photo neutre.
J'ai apprécié , à sa juste valeur ( de merde !) le délicat mélange de la UNE de LIBE associant en gros titres :
JUSQU'OU IRA MOUBARAK ? Et les "seins nus" de Maria Schnieider... Et moi, je me pose la question :
Jusqu'où ira LIBE ???
Pour mon compte , A LA POUBELLE !
C'est insupportable et odieux par rapport à cette personne (Maria Schneider) que de la montrer seins nus, alors qu'elle venait de décéder !
HONTE A LIBE ! Pour finir dans la même veine, je vais acheter une plaquette de beurre pour tous ces journaleux débiles qui se complaisent dans ce genre de "fange" de "trou du cul" !!!
(le rédac chef de Libé) :
"C'était notre choix final, mais tout le monde n'est pas sur cette ligne au sein de la rédaction."
C'est de circonstance.
N'empêche qu'elle est belle cette photo.
Elle n'a rien de malsain, manquerait plus que ça.
Quel bel hommage : je trouve quant à moi que c est le plus bel hommage a rendre a une personne et à une actrice de la montrer dans toute sa splendeur t, toute sa force de vie et de vie
La mort est une chose déjà obscène en elle même pour vouloir rendre hommage en étant toujours dans la vie !!!!
Cela me fait penser aux puritains choques par la photo de Simone de Beauvoir nue de dos pour illustrer cette femme qui n etait pas que le " castor " !!!!
Va t on aussi etre choqués par la nudité affichée dans les musées comme hommage à la beauté et à la vie !!!!
Je trouve la photo racoleuse mais pas à cause du contexte du film.

Sinon cela voudrait dire qu'il faut s'abstenir de montrer toute photo d'elle tirée de ce film, ce qui me semble une position intenable même dans le cas du lendemain de sa mort.

Si tout simplement on disait qu'en général il n'est pas respectueux de montrer la nudité de quelqu'un qui vient de mourir la veille (bon à vrai dire, pour ce qui concerne la presse écrite dite sérieuse, j'ai furieusement envie de généraliser cette phrase mais je suis conscient que des objections peuvent exister).
Ah ! si seulement elle avait porté la burka... Qu'est-ce que c'est que cette bande de sacristains ? C'est cette image d'elle qui demeure au Panthéon (joyeuse et belle). Merci Libé de l'avoir ainsi célébrée. Bien la peine d'avoir "libéré" les moeurs. Pffffffff...
On connait déjà la une de Libération, lorsque Sharon Stone mourra, cela sera la photo de la fameuse scène de l'interrogatoire de Basique Instinct. La différence, c'est que si Sharon Stone a fait mine de s'en offusquer à l'époque, elle a su parfaitement profiter du scandale, a tel point qu'elle n'est resté que pour celle-ci, elle aussi. Le drame de Maria Schneider, c'est que personne ne l'a aidé à dépasser la symbolique de cette scène dans un contexte pudibond.

Ce n'est pas la simulation d'une sodomie qui est ici en cause, c'est le fait que cette représentation puisse blesser quelqu'un à ce point sans qu'on ne l'aide à dépasser les préjugés de son époque encore engoncée dans le puritanisme religieux.

Maria Schneider n'aurait pas souffert psychologiquement, le film serait resté le scandale qu'il a été et un bénéfique coup porté à l'hypocrisie en matière de représentation de la sexualité à l'écran.

Ce n'est donc pas le film en lui-même la cause de ce trauma, juste ceux qui l'ont réalisé, acteur et réalisateur, et qui n'ont pas accompagné Maria Schneider après la sortie du film, puisque la véritable trahison a eu lieu après le tournage.

yG
je suis la seule à ne PAS trouver cette photo racoleuse, juste vivante et joyeuse ?

(je n'en dirai pas autant du film, dont je garde le souvenir d'une tristesse sordide)
J'ai toujours trouvé ça fort les mecs qui arrivent à violer sans virer leur futal ultra ajusté.

Franchement la première question que je me poserais c'est de savoir si cette scène est simulée ou non parce que j'ai toujours entendu que c'était le cas.

Encore un article qui sent vraiment le "va vite pour coller à l'actu", vous allez pas me dire que ça a demandé beaucoup de préparation, on nous avait habitué sur ce site à des choses un peu plus fouillées sur les sujets polémiques. On a juste droit à un copier coller et quelques phrases de jugement sans distanciation.


Enquête ? où ça une Enquête ?
"Et du coup, le quotidien s'est interdit de mettre en Une à côté une photo d'Egypte, car le voisinage entre les deux images "aurait été du plus mauvais effet".

ouai, ça ressemble à une défense à la mam: refuser de mettre une photos d'Égypte mais mettre à la place une photos des deux otages plus la tronche à Mitterrand...?
Un façon de faire du journalisme qui fait vomir.

J'avais aimé ce film, mais j'avais été aussi très marqué par le calvaire que cette actrice si intéressante avait subi lors de ce tournage ( je l'avais appris bien plus tard ) cause de la dépression qui la frappera.
J'ai parfois pensé à elle en me demandant ce qu'elle devenait et à la carrière prometteuse qu'elle aurait eu si à ses débuts elle n'avait pas fait ce film ou alors pas dans ces conditions dévastatrices pour une si jeune actrice.
Cette photos, image faisant appel à ce film dans ce qu'il a de sulfureux, ( pour ceux qui lisent au premier degré ) et non à la femme décédée et à l'actrice, démontre comment dans ce monde le sordide s'acharne avec une vulgarité crasse sur les être les plus fragiles...

Cette actrice m'a toujours émue pour son talent et pour ce destin tragique qu'elle a du affronter bien seule...

Je hais cette presse racoleuse et indigne

Vous méritiez bien mieux que ces charognards.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Petite curiosité de l'article co-signé Dan et Gilles, l'on peut lire la phrase suivante:
"Mais tout en précisant cela, le site met tout de même en ligne la vidéo de la scène ! "
.. juste après avoir précisé à quel point l'actrice était traumatisée du film, etc.
Un bon gros point d'exclamation qui nous invite, m'sieurs dames, à bien penser qu'oh les vilains, shocking !
Une brusque éruption de [s]chavism[/s]... de puritanisme ?

.. et curieusement, nulle précision n'est apportée, mais après avoir signalé combien nombre d'@sinautes ont été choqués (ben d' là, cette bonne vieille éducation judéo-chrétienne, quand elle nous tient, pas facile de s'en démener) et combien les autres Unes ont été sages...

... pas de trace de la déclaration de l'actrice, bien que comme on peut le lire sur un article du Monde d'hier, elle a aussi affirmé plus tard:

"Plus tard, l'actrice ayant enfin pris ses distances avec les rigueurs d'une célébrité trop rapide et trop tapageuse, admettait : "Maintenant cette histoire fait partie de ma vie, ce film m'a apporté une reconnaissance internationale et je ne l'oublierai pas". "

En gros, il semblerait qu'elle s'en fut remise -suffisamment pour le déclarer aux médias en tous cas.

Un petit oubli (?), mais sans lequel l'article aurait peut-être un poil moins "montrage du doigt".

Un peu déçu, en bref, du procédé, que j'espère accidentel, utilisé dans cet article.
Déjà quel intérêt de pratiquer un vrai viol dans un film. ça me choque.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.