31
Commentaires

Les photographes et Macron à Marseille : un "pool" pas cool

Des photojournalistes dénoncent les dérives d'une gestion toujours plus stricte du "pool" de photographes accrédités pour accompagner le président : à Marseille, les journalistes "hors pool" sont tenus à distance, voire privés d'accréditation. "Soit tu es avec le président, soit tu ne vois rien," résume l'un d'eux.

Commentaires préférés des abonnés

"Une dérive de la communication qui prend le pas sur le journalisme"? C'est le cas depuis le début de ce quinquennat, même avant pendant la campagne électorale qui nous a valu l'élection de ce type! Des journalistes, des vrais, vous n'êtes plus si no(...)

Je me sens en décalage avec ce genre de préoccupations. En tant que photographe j'aurais de gros soucis éthiques à participer.


Quelques questionnements qui me traversent :

Qu'est-ce que ça change que des photographes ne puissent suivre "correctement" l(...)

Rien d'étonnant dans une campagne de communication pour les présidentielles. Parce que j'ai un peu zappé sur les chaines d'infos et je n'ai entendu parlé que de "président"... jamais de "candidat" (ce qui est clairement le cas).

Il y a un moyen très s(...)

Derniers commentaires

Mais qui de sérieux dans ce monde fait encore attention à ce que raconte Macron ? Ce baratineur de vide, d'âne-onces d'annonces. Il n'y a que des obséquieux pour en faire encore un sujet d'actualités. Pauvre journalisme de soumission.

C'est un choix journalistiques intéressant que de montrer l'absence d'accréditation pour des journalistes,  les empêchant ainsi de travailler. Est-ce que le fait qun grand nombre de salariés sans pass sanitaire, qui perdront ainsi leur salaire, pourrait constituer  un sujet d'ASI?

Puisque l'accréditation vient à manquer, il faut pratiquer la dérision par le rappel des moments douloureux :


Selfies avec des jeunes

Café-gâteau avec les habitantes des quartiers nord

etc etc

Je déteste cette expression passe-partout : "nous vous remercions de votre compréhension".

Parce que quel autre choix que "comprendre" nous est-il laissé dans cette formule toute faite ? Et si nous n'avons pas envie de comprendre ou que nous nous y refusons, que nous n'acceptons pas ou que nous ne comprenons pas ce qui nous est imposé ?

J'ai toujours trouvé cette expression violente. Elle impose un fait accompli et l'obligation pour celui qui le subit de l'accepter sans avoir droit à une explication.  De la pure hypocrisie.

"Le passe sanitaire est devenu obligatoire. Nous vous remercions de votre compréhension."

Bah, pour ce genre de cirque y a mieux que la photo :

Peut être un dessin animé de debout

Rien de nouveau effectivement. 

Les journalistes peuvent aussi se dire que ce n'est pas plus mal. Ils pourront occuper leur temps à couvrir des sujets intéressants à la place... 

Couvrir une opération de com, ce n'est pas digne de ce métier. C'est à la limite de la complicité. 

Je me sens en décalage avec ce genre de préoccupations. En tant que photographe j'aurais de gros soucis éthiques à participer.


Quelques questionnements qui me traversent :

Qu'est-ce que ça change que des photographes ne puissent suivre "correctement" le président ?

Pourquoi suivre les déplacements du président pour en faire la publicité, ou même des articles critiques ?!

Qu'est-ce ça apporte vraiment aux citoyens que toute cette cour de journalistes - photographes puisse faire son boulot ?

Qu'est-ce que ces "journalistes de terrains" ont sorti comme info primordiale, révélé comme scandales depuis le début de ce quinquennat ?

Est-ce que ce n'est pas juste un microcosme politico-médiatique qui ne sert que ses intérêts (légitimer, renforcer le pouvoir en place, et remplir les pages de quelques journaux), qui n'alimente qu'un cirque médiatique qui se renouvelle quotidiennement et fait toujours la même chose ?

article important, merci

Rêvons :


Et si les accrédités se mettaient en grève par solidarité pour les non-accrédités ?

Et si les journalistes au fait de ces méthodes, en grands défenseurs de la démocratie refusaient de couvrir l'événement ?

C'est juste une ou deux idées que je leur soumets...

Donc le vilain Croque-mitaine est entouré de petits chefaillons (j'ai pas écrit nazillons) qui appliquent le règlement le doigt sur la couture du pantalon. Ses larbins du gouvernement itou. Étonnant comme le mot communication est ridiculisé dans cette affaire.

Le croque-mitaine ne donne (drôle de mot non ?) jamais de conférence de presse et pourtant il a peu de chance de s'y faire dévorer (encore qu'à l'étranger il est moins à l'aise).

Croque-mitaine : celui qui mange les mains des petits enfants. Là j'exagère vraiment.

Rien d'étonnant dans une campagne de communication pour les présidentielles. Parce que j'ai un peu zappé sur les chaines d'infos et je n'ai entendu parlé que de "président"... jamais de "candidat" (ce qui est clairement le cas).

Il y a un moyen très simple de retrouver sa liberté : ne plus participer à la mascarade et ne plus parler du tout de ce type de déplacement tant que les règles n'auront pas évoluer.

Et un candidat sans l'aide de la communication des journalistes va vite retrouver ses esprits :-)


이 빌어먹을 소위 언론인들이 우리 가이드를 괴롭히지 않기를 바랍니다!

Pas possible de parler aux habitants ? On frise le délire. Même les Talibans n'ont pas une communication aussi verrouillée. Où est-ce pire ? En Corée du nord peut-être ? Et cela dit cela n'a pas empêché les images de Blanquer (seulement lui ?) se faisant huer.

"Une dérive de la communication qui prend le pas sur le journalisme"? C'est le cas depuis le début de ce quinquennat, même avant pendant la campagne électorale qui nous a valu l'élection de ce type! Des journalistes, des vrais, vous n'êtes plus si nombreux, battez vous, engagez vous, ils n'hésitent pas les vendus... Merci à vous de tenir bon, nous serons toujours là pour vous LIRE, sinon votre "métier" (je pense que c'est plus que ça) disparaitra et la démocratie avec.


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.