66
Commentaires

Les fantassins d'Oscar

Un an ferme ! Si le lanceur de chat de Marseille est en état de réfléchir à ce qui vient de lui arriver

Derniers commentaires

Combien risquent ceux qui organisent les élevages industriels où on coupe à vif la queue des cochons, le bec des poulets, où on fait vivre des animaux dans une cage à la Louis XI, où on les trimballe dans des conditions honteuses, où on les abat de manière lamentable? Si on a un an de prison ferme pour un chat, alors....

Je précise que je ne suis en rien une "amie des animaux". Simplement, je crois que notre espèce se déshonore en mettant en place des procédures aussi ignobles.
Si me filme en train d'écrabouiller des cafards, je risque aussi un an de taule..?
... et pendant ce temps, les personnes qui l'ont menacé de mort avec insultes racistes à la clé ne risquent, en pratique, rien ... Dégueulasse.
Pendant ce temps, les prisonniers s'entassent dans les prisons.
En période de restriction budgétaire, j'ai une super idée (depuis longtemps) : ne mettre en prison que les gens qui sont dangereux pour la société. Pour le reste, des amendes, ou je ne sais quoi. Arrêtons de mettre des gens en prison, ça sert à rien et ça coûte cher !
[...] Il place tous les combats sur la même ligne de départ. Dans la grande compétition des causes dignes d'être défendues, il donne toutes leurs chances aux outsiders. S'il hisse la souffrance au travail au même niveau que la revendication sociale, il place la souffrance animale au même niveau que ces deux-là. Il nivelle. [...]

Pas d'accord avec cette inteprétation. Je crois que le point commun entre pratiquement toutes les "causes" défendues sur internet avec succès (c'est-à-dire faisant réagir un nombre de personnes suffisamment grand), c'est l'exacerbation de l'émotion : l'internaute est appelé à réagir "avec ses tripes" face à un fait (un fait divers le plus souvent) révoltant, scandaleux. De même qu'avec la publicité, l'internaute n'est pas censé réfléchir, prendre le temps, vérifier... sa colère (voire même son sentiment de culpabilité) le pousse à cliquer comme on pousse un cri, sans réfléchir.

Essayez donc de mobiliser les foules sur un problème qui fait appel à l'intelligence, la séparation des banques par exemple : si vous réussissez à mobiliser les masses avec ça, je m'engage à m'abonner à tous les facebooks et cie ;-)
En fait ces mouvements de masse ne mettent pas tous les combats au même niveau, ils favorisent le réflexe émotionnel au détriment de la réflexion... je ne trouve pas ça rassurant, c'est le même principe que le lynchage (d'ailleurs ce crétin a sans doute de la chance d'avoir été arrêté par la police et pas découvert par une foule en colère).
Si j'agresse quelqu'un avec cruauté et que lui fait une fracture au bras, quelle est la peine encourue? Un an, vraiment ?

Pendant ce temps, le meurtrier présumé de Said Bourrarach est toujours en liberté.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Saïd_Bourarach

Ce monde est fou. Deux poids deux mesures, à ce point ?
Passons sur le fait que les personnes se livrant à la torture animale ludique révèlent un fort potentiel de devenir des criminels violents et sadiques comme je l'avais déjà signalé (et malheureusement 1 an ou 10 ans de prison n'y changeront rien...).

Du point de vue judiciaire (et d'autres), cela montre qu'internet a un vrai pouvoir d'influence, et quoi qu'on puisse en penser, je trouve cela excellent. Pourquoi ?
Parce que rappelons que la justice n'existe pas. La définition des peines est une institution purement arbitraire, établie selon des critères culturels, et toujours par des personnes "supérieures" (élus, magistrats...). Après tout eussions-nous été en dans l'Egypte antique, peut-être que torturer un chat, animal sacré, eu valu à Farid d'être directement jeté aux crocodiles du Nil.

Donc dans cette société où tout ce qui est légal, juste, est défini arbitrairement, il est bon que de temps en temps le souffle populaire remonte aux oreilles des hautes-instances (si hautes qu'il faut crier fort) pour leur rappeler qu'il y a certaines valeurs auquel le peuple tient. Car c'est bien le plus fort (l'Etat) qui détermine le juste. La justice, c'est comme la politique finalement : soit "on" dit que le peuple est imbécile, et le Roi règne, soit le peuple découvre qu'il n'est pas imbécile et il règne.
...au fait ou sont les Cahuzac and Cie ??
Cette affaire me dérange.

Elle révèle, par les mots, un glissement de l'empathie. Que l'on ai de l'empathie pour des animaux domestiques dont l'utilité est prouvée, c'est normal: la place du chat ou du chien ne laisse aucun doute. Par contre ici c'est bien des "animaux" en général dont on parle et le terme de "cruauté" ou "violence" devient de plus en plus vagues et large. Et en arrière plan traine en réalité non pas de la compassion mais un très grand orgueil qui nous fait croire "en dehors" ou "au dessus" de la chaine alimentaire. Un genre de paternalisme exacerbé. on se prend au final pour des divinités qui doivent protéger les animaux.

Est ce que tel animal qui mord un autre et le tue par infection ou tel animal qui pond dans le corps d'un autre se soucis de la violence ou de la cruauté de l'acte? Est-ce violent de tuer un animal pour le manger? Est ce qu'égorger une poule et la regarder courrir, décapité est violent?

Derrière tout cela il y a notre déconnexion à la Nature, au cycle de la vie et de la mort, et de l'acte de donner la mort pour se nourrir. C'est fait loin de nos yeux.

Accessoirement, ce lanceur de chat n'a rien à faire en prison. Comme les drogués, il a surtout besoin d'aide.
Le chaton Oscar n'est pas moins digne de compassion que l'enfant victime d'actes pédophiles, pas moins digne d'attention que la banquise qui fond, la souffrance d'Oscar ne mérite pas moins de temps d'antenne que celle du chômeur de longue durée. Non, la "société civile" ne se limite pas à la photo inconsciente et paresseuse que s'en fait la technostructure médiatique. Jusqu'au vertige, notre champ de vision s'en trouve élargi.

Quand le sage montre la lune...

Je n'ai vraiment pas compris la morale de cette chronique sinon qu'apparemment ASI a eu raison de parler du chat, et que les Asinautes qui réclament des sujets plus sérieux ont tout faux.
C'est le tumulte qui dicte la pensée, ceux qui veulent prendre du recul et tenter de trouver un sens à tout ça sont de pédants technochépakoi.

Ce qui est marrant, c'est de considérer que la mobilisation sur fessebouque a une valeur et que la mobilisation sur vos forums n'en a aucune.
On pourrait presque croire que vous tournez les choses à votre sauce...
Oui, on peut effectivement, aujourd'hui, à une époque de cruauté industrielle inimaginable à l'égard du règne animal prendre en compte la cruauté (animale) car elle est reliée comme toute autre cruauté, il n'y a pas de honte à avoir, bien au contraire! Etre sensible à la souffrance animale n'exclut pas de l'être à la souffrance humaine, bien au contraire! Pourquoi avoir encore besoin de dire ça! L'empathie véritable est vaste et commence là. Un barbare est un barbare.
Un taré se fait filmer en train de torturer un chat.
Poste la vidéo sur internet.
Internet se rebelle et part à la chasse au taré.
Le taré est arrêté et prend un an ferme sous la pression populo-interneto-médiatique.
Conclusion de DS: internet élargit notre champ de vision.
Conclusion de moi: chronique débile.
L'article interprète la lourde peine de 1 an ferme par le traitement médiatique, les réseaux sociaux et de la pression populaire, mais je suppose que les multiples condamnations et récidives de Fahrid ont également joué leur rôle pour alourdir la facture.
La grande erreur (si on peut dire) des auteurs de la vidéo, c'est d'avoir offert à la société une pépite de connerie à l'état pur. Du coup, la réaction est rapide et nette.
Il y a d'innombrables autres conneries, mais emballées, arrangées, masquées, et souvent aussi considérées comme telles de façon moins unanime. C'est le cas le plus fréquent, et c'est une des raisons des fluctuations de la justice. Alors après, ça ne sert pas à grand chose de refaire le match.
D'accord par ailleurs avec Ciomani pour la citation de Kundera par Ulysse.
J'ai un doute sur l'efficacité de la peine, comment ce type va-t-il ressortir de prison ? Va-t-il être améliorer par sa réflexion sur la question ?
Sinon je n'ai jamais compris les hiérarchies de l'horreur, quel en est l'intérêt ? Vous trouverez toujours pire, toujours plus abominable ailleurs, cela justifie-t-il qu'on ne s'offusque plus de rien ? Des femme sont violées, oui mais c'est pire quand ce sont des enfants, donc laissez tomber le cas des adultes. Oui mais attendez parce qu'il y a des enfants qui sont en plus d'être violés, torturés, donc les enfants qui ne sont victimes "que d'inceste" sans violence sans être mutiler ça ne mérite plus que l'on fasse quelque chose pour eux, etc. etc.
Et puis en quoi il est moins intolérable de faire souffrir un animal qu'un enfant ? Les deux sont itolérables point. Il n'y a pas à hiérarchiser les victimes innocentes de l'horreur en plus ou moins méritantes, avec plus ou moins de valeurs, dont le cas est plus ou moins urgent etc.
Partout où l'on observe l'horreur, on devrait s'y opposer, le monde serait un bien meilleur endroit. On a un coeur ou on en a pas, et voir souffrir un animal c'est tout aussi pénible que voir souffrir un être humain.
Moi je suis bien aise qu'il y ait des militants des droits des animaux qui récupèrent ce chat, le soignent et fassent pression pour qu'on retrouve le responsable. Là où je ne suis pas d'accord c'est sur la sanction proposée, je trouve qu'on se rapproche fortement du lynchage sans aucune volonté d'éducation ou de réhabilitation.
D'ailleurs je trouve que les lynchages deviennent de plus en plus récurrents montrent tout de même une certaine tension de la société. J'ai quelque fois l'impression qu'il ne se passe rien, mais il me semble tout de même que les politiques sont assis sur un baril de poudre...
Encore une preuve qu'internet est contrôlé par les chats.
Je me demande de quoi cette affaire est le révélateur.

Dans un premier temps, il y a la violence sur animal. En sois, c'est déjà condamnable, comme toute forme de violence.
Ensuite il y a l'hilarité du lanceur face à son acte. C'est presque pire que l'acte, car ça suppose qu'il n'y a aucun sentiment de culpabilité.
Et enfin, le partage de la vidéo, ce qui m'atterre le plus. L'auteur a donc pensé que d'autres partageraient sa vision et sa source d'amusement ?

Alors oui, ce n'est qu'un chat, et il se passe chaque jour beaucoup plus grave dans le monde, avec des conséquences bien plus dramatiques. Et pourtant, dans ce cas précis, ce triptyque est un révélateur. De quoi je ne sais pas, mais l'existence même de cette vidéo est inquiétante.
J'aime la citation d'Ulysse... Elle résume l'essentiel de la morale.
Et quand on voit comment se comportent des élus dans leur circonscription, dérangés par des questions relatives aux "affaires" les concernant, traitées par la justice, qui se re-re-re-présentent (pour le bien de leurs électeurs bien sûr) http://lelab.europe1.fr/t/quand-patrick-balkany-confisque-une-camera-de-bfm-tv-et-oublie-de-l-eteindre-12988,
Et puis les banquiers aussi, tiens... http://www.leparisien.fr/economie/bpce-le-president-francois-perol-bientot-devant-le-juge-04-02-2014-3558423.php
on s'interroge... et on a envie de se réfugier dans sa tannière et de n'en sortir que pour se battre contre des petits cons qui se filment en train de torturer un animal... parce que là au moins, on a de l'influence ;o(...
Les ados qui ont fait subir à un jeune handicapé presque le même sort qu'Oscar ont de la chance d'échapper à du ferme : l'affaire n'a pas fait monter la mayo fessedebouquine. Comme quoi un handicapé vaut moins qu'un chat*.

* Et dieu sait si j'aime cet animal, beau, paresseux et indépendant !
pauvre Farid qui est malade, bah oui il y a quand même un sacré manque de compassion pour en arriver la, et comme notre société est elle même malade, au lieu de soigner Farid elle l'enferme il pourra donc se faire des relations en prison pour mettre a profit son manque de compassion...
Je pense que les juges ont pu tenir compte surtout du fait de la volonté de s'afficher, de ce type. Le fait de publier sur la toile une vidéo de lui en train de maltraiter cet animal a sûrement constitué une circonstance aggravante, comme si elle avait pour effet potentiel, cette vidéo, de donner des idées à d'autres. Ça explique à mon avis beaucoup la peine "exceptionnelle", au-delà de la seule question de l'émotion.
Je ne comprends pas trop votre conclusion Daniel. On n'est pas dans la compassion ici, mais dans l'hystérie collective ! Cette histoire me rappelle cette scène de La vie de Brian": She's a which !! Burn ! Burn !"
Plutôt le sentiment qu'à l'ère des fatwah Facebook et de la comparution immédiate, on est revenu à la lapidation en place publique, au panem et circenses romain. Farid a le droit à un an ferme, pas sûr que Jean-Edouard aurait fait une semaine de TIG. Tout le monde devrait avoir le droit au temps de la justice, qui à l'exacerbation des émotions substitue la réflexion. Même un lanceur de chat. Même Farid. Il faudrait plutôt faire condamner les juges qui utilisent ce procédé scélérat et indigne d'un pays démocratique.
C'est dommage que vous ne suiviez pas l'affaire de la pseudo-quenelle du (seul...) buteur belge de l'euro de Futsal en Belgique, Daniel, vous seriez émerveillé.
Après son but, le joueur belge "aurait" effectué une quenelle. Bon, en regardant les images, c'est loin d'être clair et d'ailleurs, difficile de trouver une capture d'écran qui le suggère réellement tant il agite le bras.
Hier, dans l'émission d'analyse "la tribune" genre "Canal football club" sur la rtbf, les animateurs en arrivent à conclure qu'il faut que les joueurs de foot évitent un geste ambigu qui pourrait faire penser à une quenelle.

Bref, état de la question au 3 février 2014, il ne faut pas faire un geste ambigu qui pourrait ressembler à une quenelle car elle-même fait penser à ...
Mouais enfin, selon les spécialistes de l'article 511qqchose sur la maltraitance animale, cela peut aller à 2 ans de prison max.
En plus, ce jeune homme en était à sa 8ème affaire devant la Justice...

Et c'était ça ou se taper encore le déferlement de haine de BB.
Donc chut!
La vraie bonté humaine ne peut se manifester dans toute sa pureté et sa liberté qu’à l’endroit de ceux qui ne possèdent pas de pouvoir. Le véritable test moral de l’humanité – la plus radicale, celle qui existe à un niveau si profond qu’elle échappe à notre attention – réside dans les rapports qu’elle entretient avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Et là se révèle le manquement fondamental de l’homme, si fondamental que tous les autres en découlent (Milan Kundera. L'insoutenable légèreté de l'être).

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je connais un félin qui applaudit. Mais qui me ronronne à l'oreille que le farid ne connaîtra jamais les délices de l'accueil des collègues taulards because seulement 1 année... C'est rancunier, un chat.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.