74
Commentaires

Les démasqués

Commentaires préférés des abonnés

Ce que les gens demandent, c'est de la cohérence. 

Simplement de la cohérence, aussi bien dans les mots que dans les images.


Quand on dit aux Français que tout va bien et que l'on a un masque sur le visage, les gens ne comprennent pas. Quand on mo(...)

Je cite le matinaute : "Sentiment d'invulnérabilité des dominants ? Sûrement.

Et plus loin parlant de courage, genre "même pas peur"


Non : ÉGOÏSME. Rien à foutre des autres.


Mais bon sang combien de temps va-t-il falloir encore avant que ça (...)

pour ma part je leur demande pas d'être "exemplaires", j'ai pas besoin "d'exemple" !!! 

en revanche, je ricane devant leurs multiples incohérence, qui jette un fort doute sur leurs motivations à nous imposer toutes sortes de contraintes. 



(...)

Derniers commentaires

Macron a, parait-il, contacté Bigard par l'intermédiaire de Patrick Sébastien, pour l'entretenir de la réouverture des bars que l'humoriste avait réclamée. On ignore ce qu'il en est ressorti, mais il serait bon que ces lieux de convivialité redeviennent rapidement accessibles.

Le bar, l'endroit idéal pour raconter les dernières blagues de Jean Marie. Celle-ci par exemple :

- Chérie, tu vas pas me voir pendant cinq minutes.

- Tu vas t'acheter des clopes ?

- Non, je vais t'enculer.

Je peux vous assurer qu'entre potes rassemblés autour d'une bonne binouze, elle fait son effet.

Aujourd'hui, changement d'itinéraire pédestre. Nous avons effectué notre balade en duo sur une des rives du plus grand lac naturel de France. Moins de promeneurs que nous ne l'imaginions, avec ce temps superbe, mais le plus étonnant est qu'aucun d'entre eux, quel que soit son âge, ne portait de masque. Nous étions les seuls à nous être couvert le visage.

Nous avons probablement chuté dans une faille spatio-temporelle qui nous a ramenés quelques temps avant la pandémie, ou nous a propulsés vers les jours qui ont suivi l'éradication du virus.

Je ne vois pas d'autre explication.



Un peu empirique vote observation Daniel...


Pourriez vous nous préciser sur quels quartiers elle porte ? Lancez vous un regard noir à tous ces "dominants" qui choisissent de na pas porter le masque ?


Personnellement là ou je vis de manière aussi scientifique que vous je dirais que 7 personnes sur 10 le porte sur des échantillons de population mixtes dans les 2 cas, mais ce n'est pas toujours simple de savoir précisément si une personne est "populaire" ou "favorisé" surtout quand on vit dans un endroit plutôt entre les 2.


Petite observation, depuis environ 2 semaines tous les soirs sur le stade en bas de chez moi des jeunes (plutôt "populaires" il me semble ) jouent au foot, mais attention des vrais matchs (pas désagréables à regarder parfois du balcon) avec d'autres équipes qui attendent tous alignés les uns sur les autres. Certains sont masqués d'autres pas, dois en tirer une conclusion ?


Si Castaner vient jouer avec eux sans masque je vous envoie une photo.

Exemplarité et homme politique ne font pas bon ménage. 

Pourquoi leur laisser, nous laisser l'illusion de leur exemplarité? Nous ne sommes plus dans cette période mythologique et ce depuis des décennies. 

Notre défiance envers les politiques est réelle et documentée. 

Castaner est surement pire qu'un autre, car communique sur l'exemplarité, ment et protège sa corporation peu encline à suivre les règles (rappelez vous il y a un an le 1er mai, vous avez tous les cas de figures).

"Ce qu'on leur demande -pour autant qu'on leur demande quelque chose-" peut être est-ce le moment de ne plus rien demander car on sait qu'on en attend plus rien. 

Alors observer leur comportement, le documenter pour les mettre en défaut est le principe pour s'en débarrasser. 

Leur demander quelque chose c'est encore reconnaître qu'ils ont une importance (même symbolique) quelconque...

Conseils aux petits oiseaux que j'ai croisés cet après-midi, lors de ma balade journalière.

A ces tout petits oiseaux qui son nés il y a quelques semaines, en plein confinement, au cœur d'une nature désertée, paisible et silencieuse, et qui aujourd'hui s'élancent hors de leur nid pour leur vol d'essai :

Quand vous vous posez, choisissez les branches, les toits, ou toute autre aire d'atterrissage à bonne hauteur. Jamais les pelouses où rodent les chats, toujours à l'affût. Et encore moins le bitume sur lequel j'ai surpris certains d'entre vous. Inconscients que vous êtes. Les automobiles ont repris leur incessant va-et-vient et ne vous épargneront pas. 

Lorsque vos ailes auront poussé, montez le plus haut possible, éloignez-vous de tout ce qui rampe, marche ou roule. Ce monde n’est pas le vôtre.

Sans oublier qu'à défaut de Sars-Cov2, chaque fois qu'il ouvre la bouche Castaner, ça pue le mensonge. Alors, pauvre petit!


Des  enfants de l'âge de la maternelle au pouvoir... alors qu'il y a  presque 30 000 morts en France.. ça sent le malaise, le problème de la protection faciale à garder  !!   Ce n'est plus : " je Pense donc je Suis" mais : "Je ne Pense à rien là où je Suis" !! Accrochés à leur "nounours" pognon , peu leur chaut la vie des autres !! 

démasqué ? n'est pas Zorro  qui veut

L'exemplarité, c'est la base de toute adhésion. Si eux le font, alors je le fais. S'ils ne le font pas mais recommandent de le faire, alors je ne le fais pas (puisqu'ils ne le font pas).


Sans parler de diffuser des messages simples et limités (pas les 60 pages sur le déconfinement dans l'Education Nationale) pour qu'ils soient compréhensibles et acceptés.


Pourtant c'est simple. Même si le port du masque est discuté, faisons le jusqu'à ce que les zones rouges soient dignes (!) de passer en vert (en orange en fait). Ainsi le Ro ne remontera pas et on pourra peut-être avoir le droit de faire plus que 100km pour rejoindre sa famille pour les vacances. Faute de quoi, j'ai peur de devoir passser mes vacances à Paris. Et avec une ou deux canicules, bof.


Ah si j'avais pu partir sur l'ile de Ré avant le 16 mars !! 


Nous ne sommes pas tenus de porter le masque dans l'espace public à condition de respecter une distance d'un mètre.C'est  vrai et légal pour celles et ceux qui vivent dans les quartiers populaires comme dans les quartiers bourgeois, et 

pour Macron aussi.

Une des raisons qui nous a amené à nous installer en France, c'est que les règles d'égalité y sont plus développées que dans beaucoup de pays

aussi je suis immensément choqué de voir par exemple qu'il y a deux mesures différentes qui s'appliquent, en tous les cas ici à Strasbourg : les maternelles sont toujours fermées tandis que les jardins d'enfants privés ont rouvert ce matin


Finalement comme en Grande Bretagne, les riches ont droit à des traitements particuliers


Change.org fait circuler une pétition : elle concerne un inspecteur du travail qui voulait que des travailleurs soient masqués, mais nos démasqués l'ont mis à pied

Exemplarité ? Eux ? Ces crétins d'en haut ne se sont jamais préoccupés d'exemplarité... ils préfèrent faire la morale aux invisibles, aux derniers de corvée... et leur demander l'exemplarité, à eux... bien sûr. Quand on est hors sol, on "plâne" dans du faux terreau... et on produit du vent. 


C'est exactement ce qui a été remarqué par un autre journaliste, mais à Stockholm. son hypothèse : les pauvres et précaires ont souvent beaucoup plus à perdre (emplois jetables) s'ils tombent malades et pas de solution pour leur famille. 

"Life is markedly different on the west and east ends of this tram line. On the west end. people have jobs that allow them to work from home. If they lose their jobs, they can rely on the government to help pay their salaries.

On the east end, life is more uncertain. There are more multigenerational families living in small apartments. Many of them staff grocery stores, nursing homes, or public transit—working from home is impossible. People here express more fear of the virus."

https://www.nationalgeographic.com/history/2020/05/sweden-hasnt-locked-down-but-normal-life-is-a-luxury/ 

Le roi est nu

Alors, alors... ce déconfinement ?
Pas si déconfiné que ça non ? bizarre, vous avez dit bizarre ?
Casta est content, c’est déjà ça... Il interdit des manifs de gilets jaunes (ils sont encore là ceux-là ?). Si les commerces pouvaient rouvrir tranquilles, ce serait bien non ? Les Français ont envie de se faire plaisir, de faire des bonnes affaires et d’aller sur les plages rouvertes. Ceux qui pourront, vont même avoir droit à des vacances et sinon on leur donnera quelques chèques-vacances...
Dans les boutiques (pas touche aux vêtements please), les masques en tissu deviennent des accessoires de mode. Formidable cette capacité de l’humain à s’adapter non ? Efficace cette communication de la peur vite intériorisée comme une vérité : Formidable, ces gens masqués, seuls dans leur voiture ou sur les plages... 

L’écrivain sociologue Roger Caillois évoquait autrefois le masque en disant laconiquement de lui qu’il est « ce qui reste du bandit ». Pénicaud, Geoffroy de Medef, Le Maire, Laurent Berger dit « Le Jaune »... Sous bonne escorte, ces bandits détrousseurs n’avancent même pas masqués. Le projet de loi d’urgence va leur permettre (enfin) de recourir plus facilement aux contrats courts, transformant les précaires en variable d’ajustement face à la crise. L’offensive contre les 35 heures précède une attaque généralisée à venir contre le monde du travail. 

Crise sanitaire, économique, sociale, politique... L’enchaînement ne fait guère de doute... Les élites économiques espèrent (une fois encore) préserver leur hégémonie culturelle et amener (une fois encore) les dominés à adopter la vision du monde des dominants, une stratégie politique parfaitement analysée par le théoricien politique italien Gramsci.
Idéologique, économique, juridique, répressif... Les pièces du puzzle s’assemblent en accéléré pour consolider le modèle autoritaire Français. 

La crise sanitaire exacerbe un peu plus le sentiment de déconnexion avec les élites. Né aux États-Unis, le hashtag #guillotine2020 a pris en France une tournure plus politique.
Échafaud numérique, guillotines ou fourches symboliques... Ces références à la Révolution française constituent des signes avant-coureurs d'un tsunami social. Comme la courbe de la pandémie, la colère des gens plongés dans des situations sans issue pourrait dessiner une courbe exponentielle...
Qu’un (re)confinement ne suffira pas à aplanir !


Des perspicaces observations de ceux qui, en ce premier week-end de déconfinement, ont navigué entre quartiers populaires et quartiers bourgeois, il ressort que le masque est davantage porté dans les quartiers populaires. Les beaux quartiers s'en affranchissent volontiers. Sentiment d'invulnérabilité des dominants ? Sûrement. Est-ce aussi parce que les beaux quartiers sont plus aérés, et qu'on s'y croise au large sur les trottoirs ? Aussi. Les deux explications se rejoignant, d'ailleurs. 


J'adore la rigueur de cette étude au doigt mouillé.

On peut aussi émettre l'hypothèse que quand ils vont sur les quais de Seine ou au bois (Boulogne ou Vincennes) pour se promener, les gens portent moins le masque que quand ils sortent faire leur course à proximité de chez eux... Accessoirement, il faut assez peu flâner dans Paris pour penser que les trottoirs soient toujours larges sans les beaux quartiers.

Il est important de se pencher sur l'aspect social de cette épidémie et de réfléchir à l'inégalité des populations face à cette maladie, mais cette ouverture me semble révélatrice d'une vision de plus en plus simpliste. La Seine-Saint-Denis est le département où la surmortalité a été la plus élevée en Ile-de-France et le 2e au niveau national, mais juste derrière, il y a les Hauts-de-Seine qui ne sont pas connus pour être particulièrement populaires. Même s'il y a de grandes disparités entre Nanterre et Neuilly, qui expliquent peut-être ces chiffres, il y a peut-être d'autres explications qui mériteraient d'être examinés pour la gestion de l'épidémie : l'effet petite-couronne avec une population qui prend massivement le métro, densité de population (Levallois est la ville la plus densément peuplée de France par exemple et dans les villes les plus denses de France, toutes sont en région parisienne et 5 dans les Hauts-de-Seine)...

Cela déborde des singeries de Castaner et Macron avec leur (non)-masque, mais je suis un peu lasse de ces jugements au doigt mouillé en regardant par les fenêtres.

Je trouve ici qu'on est à nouveau dans le discours moral. Il y a eu le confinement et les gens qui sortaient "trop" (même si la majorité respectait sans doute la règle de pas plus d'une heure par jour), qui étaient déjà des égoïstes, voire responsables à eux seuls de la transmission du virus et de la mort des gens. Cf. une des émissions d'arrêt sur images sur les Ehpad, où une femme qui subissait le fait de ne pas pouvoir faire son deuil, disait que si son beau-père était mort, c'était parce que les gens sortaient trop...

Maintenant, ce sont les masques. Au lieu de réfléchir à pourquoi et quand il est utile de porter un masque (essentiel sans doute dans les transports, si on commence à avoir des symptômes douteux, mieux dans les magasins, etc.) et non le porter juste parce que Macron le ferait ou aurait dit de le faire, on regarde si les gens en portent et on juge sans se poser trop de questions.


Un masque est loin d'être la panacée, désagréable et difficile à porter une longue durée, pas écologique, pas "humain". Sans compter les personnes qui veulent bien faire, mais le portent mal. Personnellement je le porte quand je le dois, mais j'espère bien que cela ne deviendra pas la société de demain.

De ce que je comprend de l'apport du masque, peut-être que son port par le président se justifie
- à l'école car c'est un lieu fermé avec de jeunes enfants qui sont de potentiels porteurs asymptomatiques avec un respect partiel des gestes barrières
- et à l'hôpital parce que c'est un lieu fermé et de passage/séjours de personnes infectées,
alors que en extérieur parmi des adultes ne présentant pas de symptômes, respectant les gestes barrières et pour la durée de l'hommage... ce le serait moins voire pas.   

Ils se sont sûrement posés la question avant de sortir. Et à mon avis se ne sont pas les médecins qui ont répondu, ce sont les communicants. Il suffit souvent pour comprendre une situation de se pencher sur les conséquences qu'auraient la situation inverse.

Le masque n'est pas obligatoire. La question qu'il faut se poser est donc : A quoi ressemblerait l'édito de ce matin si nous avions vu tout le gouvernement et ses équipes masqués au milieu du peuple qui ne le serait pas ? 

Ce serait beaucoup plus dangereux pour eux. Ils préfèrent passer pour des inconscients et faire jaser là-dessus que pour ce qu'ils sont, des gens incapables de gérer un pays et de fournir le minimum nécessaire à tous les citoyens pour qu'ils se protègent entre eux.

Cette désinvolture face à l’épidémie pose quand même question.

Rappelons-nous la sortie à Pantin de notre Président la 7 avril dernier, pas plus masqué.

En quelle occasion laisse-t-on un si haut personnage de l’État sans aucune protection pendant une épidémie « catastrophique » ?

Sincèrement, j’en vient à douter de la dangerosité de celle-ci.

Vu et entendu à la tv  des gens qui se regroupaient , banc à Paris près d'un bar "à emporter" ou déjeuner convivial "comme avant" pour fêter la transhumance dans les Alpes: "Ah mais on se connaît tous". Ça veut dire mes copains, collègues, amis, ils peuvent pas être contaminés, ce sont juste les "estrangers" dont il faut se méfier. Ça me rappelle le début des années SIDA... 

Et pendant ce temps la, interdit d'être plus de 10 sur une place de 10000m² pour soutenir le service public hospitalier et les aides soignantes. Même masqué!

https://www.estrepublicain.fr/edition-nancy-et-agglomeration/2020/05/16/premiere-manifestation-post-confinement-sous-ultra-haute-surveillance

Par contre les policiers étaient une trentaine sur la place.... Va comprendre Charles!

Ce qu'on leur demande, c'est juste de fermer leurs gueules et de dégager!!!!

" Rien n'est aussi contagieux que l'exemple "  ( La Rochefoucault )

Quand je pense que des parents ont dit à leurs enfants qui n'avaient rien demandé : approche-toi de Monsieur Castaner pour que je vous prenne en photo...

C'est non seulement mettre leur santé en péril, mais les marquer mentalement lorsqu'ils seront en âge de comprendre ce que signifiait cette promiscuité.


Pas de temps à perdre avec cette chronique sans intérêt...Il fait beau dehors...

Je cite le matinaute : "Sentiment d'invulnérabilité des dominants ? Sûrement.

Et plus loin parlant de courage, genre "même pas peur"


Non : ÉGOÏSME. Rien à foutre des autres.


Mais bon sang combien de temps va-t-il falloir encore avant que ça rentre ??


Le masque (chirurgical ou tissus) dans l'espace public, c'est pour protéger les autres d'abord, et les autres, en en mettant un, te protègent toi.


Alors rien à voir avec du courage ou de l'invulnérabilité, juste de l'égoïsme. 

on a tellement dit "les masques tombent" au sens figuré, peut-être que ça se transpose aujourd'hui au sens propre (littéral) ? ;-)

Une image de plus qui montre qu'ils ne savent pas ce qu'ils font, à ajouter sur la pile avec le reste. Ca explique de plus en plus comment on en est arrivé là.

D'un côté un qui devrait donner l'exemple en démissionnant

De l'autre, l'autre qui se la joue au grand Zorro 


D'un côté du confinement des applaudissements, de l'autre des médailles

Pas besoin d'être démasqués, leur masque n'arrive jamais à les dissimuler

Pour qu'il redore son image exemplaire, j'attends ( sans impatience excessive ) que Castaner procède à un lavage de ses poumons avec de l'eau de Javel.


On aurait, ainsi, un effet récurrent.

L’exemplarité, oui, ce serait pas mal, mais ils en sont tellement loin ... j’ai du mal à y croire. 


Sur la base de leur comportement actuel on pourrait imaginer un scénario où ils continuent tout pareil mais manque de bol paf, ça déclenche un nouveau cluster et repaf tous positifs et paf paf paf ça se dégrade et on suivrait les directs de BFM avec les ambulances conduites par des héros en blouse blanche qui les conduiraient vers l’hôp...

Quoi ?  C’est trop prévisible mon scénario et c’est pas charitable ce que je suis en train d’imaginer ? 

Non mais attendez peut-être qu’ils en crèveraient pas absolument tous tous tous,  on peut réfléchir à des exceptions...si on rajoute une touche d’exil. 

On pourrait suivre l'exemple de nos amis du Quatar ... tant qu'à faire


https://www.rtbf.be/info/monde/detail_coronavirus-au-qatar-pas-de-masque-dans-l-espace-public-jusqu-a-trois-ans-de-prison?id=10503676


De mon coté, je ne prends plus les transports ( je marche, et heureusement, c'est une distance raisonnable ) non pas parce que j'ai peur des autres, mais parce que je n'ai pas envi de mettre un masque, donc, tant que je peux faire sans, je fais sans ( distances plutôt respectées, et évitement des magasins ou le masque est obligatoire )... 

mais jusqu'à quand ??


Je crois, qu’en vivant à Auteuil, être dans un dit beau quartier, et je peux vous l’affirmer, j’y croise plus de gens masqués que démasqués. Sinon, effectivement, nous ne cessons de constater que nos dirigeants, du moins le croient-ils, sont à l’ouest, question épidémie, ils n’ont certainement pas vécus directement celle du vih, ou alors ils ont la mémoire courtes, car l’un de ses enseignements est de savoir se protéger et protéger l’autre.

pour ma part je leur demande pas d'être "exemplaires", j'ai pas besoin "d'exemple" !!! 

en revanche, je ricane devant leurs multiples incohérence, qui jette un fort doute sur leurs motivations à nous imposer toutes sortes de contraintes. 



On peut se rappeler à ce sujet de Trump, Johnson, Kim Jong Un, etc. Le masque est l'apanage des faibles.

Ce que les gens demandent, c'est de la cohérence. 

Simplement de la cohérence, aussi bien dans les mots que dans les images.


Quand on dit aux Français que tout va bien et que l'on a un masque sur le visage, les gens ne comprennent pas. Quand on montre ce week-end,  des images du ministre de l'intérieur sans masque attrapant presque les enfants par la main, alors que l'on demande des marquages au sol, les gens ne comprennent pas.

Ça ne paraît pas très compliqué. S'il y a danger et risque, on faut montre le danger.

S'il n'y a pas de danger, on montre l'absence de danger.

Il y a une incompréhension de chacun devant l'incompétence de communication de l'état.

On a le sentiment que l'état fabrique en permanence des images déconnectées du temps présent. L'état fabrique des images de communication pour l'histoire. Macron au milieu des militaires à Mulhouse, Macron et les médailles, Macron et De Gaulle…

"l'inégalité des vies "

  Collège de France Leçon inaugurale de Didier Fassin prononcée le 16 janvier 2020. 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.