20
Commentaires

Les 8 questions "écologie" qu'il fallait poser à Macron et Le Pen

Non, la question qui fait l'objet de notre sous-titre n'a pas été posée mercredi soir lors du débat Macron-Le Pen. Tant les (rares) questions de Léa Salamé et de Gilles Bouleau que les réponses des candidats ont consterné par leur indigence les journalistes spécialisés, les chercheurs, les militants. Nous avons demandé à trois journalistes spécialisés et au directeur général de Greenpeace France de formuler les questions qu'ils auraient voulu poser à chaque candidat.

Commentaires préférés des abonnés

Moi,  je n'aurais posé qu'une question aux deux candidats : que comptez-vous faire pour sortir du système néolibéral , mortifère pour la planète et ses habitants ?

Pour que ces questions soient posées, il aurait fallu que ce débat soit animé par des journalistes, pas par des carpettes.

S'il n'y avait que sur la question de l'écologie que les questions ne sont pas posées...
Pourquoi les journalistes, qui décrivaient hier la châtelaine de Montretout comme une gentille dame aux chats, découvrent aujourd’hui, au lendemain du 1er tour qu(...)

Derniers commentaires

100% d'accord avec l'article, en particulier sur les énergies fossiles. c'est le truc le plus urgent à traiter, et le fait de ne pas en parler est dramatique.

une discussion très lucide (à mon humble avis) :


L'écologie c'est la mort de notre système et réciproquement...

Alors une question de plus ou de moins, on est pas à ça près.

Mais, c'est toujours bien de parler de l'écologie

Ce qui m'inquiète : voir que cet article qui aborde une question essentielle n'a suscité qu'une dizaine de commentaires alors que d'autres qui  parlent de sujets plus "anecdotiques" entrainent plus d'une centaine de commentaires.... Il ne faut donc pas s'étonner si ces questions à propos du "climat" ne sont pas posées : il faut croire qu'elles n'intéressent pas grand monde même des "Asinautes" pourtant "public (un peu?) averti". Personnellement, je suis toujours révoltée quand je constate que la question "climatique" n'est pas abordée ou uniquement par des biais susceptibles d'affrontement (comme le nucléaire, mais là pas de chance les deux sont d'accord pour nous emmener dans le mur ! ) alors que ça aurait dû être LE SUJET de la campagne....

Merci beaucoup !


Dans les questions écologiques, il y a aussi le nucléaire, dont il et elle sont de fervents partisan.es. Pas vu en entier encore (et peut-être rien de nouveau), mais je conseille ce documentaire sur Arte : https://www.arte.tv/fr/videos/098818-000-A/nucleaire-une-solution-pour-la-planete/

MERCI!

C'est un curieux métier que de poser des questions et d'avaler tout cru les réponses sans jamais apporter une ombre de critique aux mensonges du questionné comme s'il s'agissait seulement au questionné d'exprimer un point de vue. Je ne suis pas sûr que les journalistes aient toujours agis comme cela. Ils sont devenus analphabètes ou quoi ?

Emmanuelle, bravo pour ces réflexions à propos des questions posées (ou pas). "On refait les questions" est un exercice obligeant à être critique sur les réponses qu'on n'a pas trouvées assez satisfaisantes,, en cherchant à notre tour quelle question on aurait pu poser pour obtenir une réponse précise (positive ou négative, mais argumentée). Savant exercice d'ouverture d'esprit, de choix d'angle de vue, de tolérance. Merci. A poursuivre dans tous les domaines.

Adrien Pittion-Rossillon

Question supplémentaire : Quand serez-vous enfin emportés par un tsunami ( climatique ou électoral ) ?

S'il n'y avait que sur la question de l'écologie que les questions ne sont pas posées...
Pourquoi les journalistes, qui décrivaient hier la châtelaine de Montretout comme une gentille dame aux chats, découvrent aujourd’hui, au lendemain du 1er tour qui a éliminé celui qui pouvait l’empêcher d’arriver au second, que finalement elle est toujours d’extrême droite et qu’il faut donc lui faire barrage ? Pourquoi ces mêmes journalistes, qui ont avalé la fable d’une Marine Le Pen qui a changé, une Marine Le Pen candidate du pouvoir d’achat du bon peuple, n’ont-ils pas regardé de près ce qu'elle faisait à l'Assemblée nationale et ce que votaient les députés européens FN au Parlement européen ? Ç’aurait été éclairant de voir qu’ils votaient toutes les propositions antisociales mises en avant par les libéraux et s’opposaient aux propositions progressistes ? Un journaliste vient de faire ce travail, Michel Soudais, de Politis.

Moi,  je n'aurais posé qu'une question aux deux candidats : que comptez-vous faire pour sortir du système néolibéral , mortifère pour la planète et ses habitants ?

Pour que ces questions soient posées, il aurait fallu que ce débat soit animé par des journalistes, pas par des carpettes.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.