221
Commentaires

Le gendarme, la prof, le journaliste, le député et la ligne j@une

Quatre invités qui ont franchi la ligne j@une.

Derniers commentaires

je suis surprise que personne ne parle d'abus de pouvoir. tout le monde,ou presque, est toujours d'accord pour dire que la democratie c'est bien et que bien sur la liberte d'expression en est une condition sine quanone. personne ne conteste publiquement la liberte d'expression et certainement pas Sarkosy. il y a en effet des lois pour eviter des derives et renforcer l'esprit democratique et personne n'est au dessus des lois,tout le monde en convient aussi.
le probleme me semble plutot etre que doit on faire en tant que citoyen si l'on percoit des abus de pouvoir par un ou plusieurs dirigeants.
le devoir de citoyen c'est aussi de denoncer tout abus de pouvoirs et tentatives de soudoyer ou d'intimider.
la question pour les francais est tres importante: ont-ils elu un president manipulateur qui ne leur dit pas vraiment ce qu'il pense et qui en train de modifier la societe francaise selon son bon plaisir dans une direction qu'ils n'ont pas voulue???
Bonne émission, mais trop courte par son contenu trop dense. Je vais devoir la revisionner pour tout suivre.
Merci pour les infos.

Hors Sujet sans intérêt : M. Birenbaum, c'est quoi cette rolex, le modèle UMP ? L'avez-vous subtilisée à l'interlocuteur situé vers votre droite ?Et, l'ex-gendarme Matelly, il a le modèle GIGN ?
http://www.dailymotion.com/video/xb29uf_isabeau-de-r-lecole_fun
mal placé.
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3579

À Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale

Les Arrêtés du 28 décembre 2009 réformant les concours de recrutement des enseignants du premier et du second degrés (J.O. du 6 janvier 2010) prévoient à compter de la session 2011, dans les épreuves orales, une évaluation de la compétence dite « Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable », dont la définition est donnée dans l’annexe de l’Arrêté du 19 décembre 2006 (point 3 « les compétences professionnelles des maîtres »). Cette évaluation occupe en apparence une place mineure dans l’oral de l’Agrégation (4 points sur 20 de l’épreuve orale où elle s’insère), ou même dans l’oral du Capes (6 points sur 20), mais il est aussi prévu par les Arrêtés que lorsqu’une épreuve comporte plusieurs parties, la note zéro obtenue à l’une ou l’autre des parties est éliminatoire. Et il est par ailleurs annoncé que les jurys des concours pourraient, outre les membres (issus du corps de l’Inspection ou des corps enseignants) proposés par le Président du jury, « comprendre des personnes choisies en fonction de leurs compétences particulières ». En somme, les futurs candidats seraient supposés faire la preuve, au cours d’un entretien d’une vingtaine de minutes avec le jury (« exposé du candidat à partir d’un document fourni par le jury (dix minutes) et entretien avec le jury (dix minutes) »), de leur bonne moralité, cette évaluation pourrait être confiée à des personnes aux « compétences particulières », et une prestation insatisfaisante pourrait leur valoir une note éliminatoire.

Nous ne pouvons accepter qu’un certificat de bonne moralité – en vertu de quels principes, de quels critères ? - soit désormais requis pour accéder aux fonctions d’enseignant ; nous ne pouvons admettre qu’un jury puisse éliminer des candidats, en supputant dans le cadre d’une épreuve orale aux contours opaques leur incompétence en matière d’éthique et de responsabilité ; nous ne pouvons comprendre comment pourrait être suspecté le désir d’être un enseignant compétent et dévoué, s’agissant de personnes qui, au terme de plusieurs années d’étude exigeantes, et d’une ou plusieurs années de préparation spécifique, se présentent aux concours de recrutement de l’enseignement.

Enfin, cette disposition nous paraît des plus dangereuses car elle suggère une volonté de contrôle des consciences, étrangère à notre tradition républicaine. Les concours de recrutement ne sauraient évaluer que les compétences disciplinaires et les aptitudes pédagogiques des candidats. C’est pourquoi nous demandons solennellement à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale que l’évaluation de la compétence « Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable » soit retirée au plus vite de l’ensemble des concours de recrutement de l’Education Nationale, pour lesquels elle est actuellement programmée.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Bonjour

A mon avis la présence du député ne correspondait pas au sujet ; quel rapport entre des personnes qui s'opposent, "résistent", désobéissent risquent, à qui ça coute et ce député qui fait tout simplement du buzz

Comment cette phrase aussi bateau, aussi prétentieuse :"Mais quand vient, à la fin, son tour à lui, se découvre une personnalité bien plus étonnante qu'on ne pouvait le croire. Et, au-delà des clivages politiques, des tempéraments qui se ressemblent. Décidément, toutes lignes bougent, à grande vitesse. Et notre émission n'a jamais si bien porté son nom " peut elle se trouver sur le site d"ASI
Le gendarme dit bien que cela fait 10 ans qu'il est chercheur, qu'il a passé sa thèse avec la bénédiction de la Gendarmerie. La différence, il a pris position sur un sujet sensible (sans doute l'avait-il déjà fait par le passé), mais là ,il a été sur "une grande radio" et là tout le monde l'a su.
En gros, tant qu'il franchissait la ligne jaune mais que cela restait dans le cercle (très) restreint des lecteurs de "pouvoirs locaux", c'était ok, mais dès qu'il dit la même chose dans un média de grande audience, alors là ,panpan culcul !!!
Donc, si je comprends bien, on peut dire et faire tout ce qu'on veut, du moment que cela ne se voit pas (trop). En clair, pas vu pas pris.
Vous pensez que c'est trop simpliste comme analyse (allez, même un peu trop vulgaire) !
Alors prenons de la hauteur et allons voir les sociologues de l'école de l'interaction de Chicago (Goffman, Becker) à qui l'on doit la théorie de la déviance. Et que disent ces éminences sociologiques ? Que le déviant n'est pas celui qui franchit la ligne jaune, non. Le déviant est celui qui est perçu comme franchissant la ligne jaune par le groupe (qui édicte la norme). Cela signifie que celui qui a un comportement de déviant mais n'est pas perçu comme tel peut continuer en toute tranquillité à dévier alors que celui qui est perçu comme déviant (même s'il n'en a pas le comportement) sera traité comme un déviant (donc éjecté par le groupe qu'il a remis en cause par sa "supposée" déviance). Donc le plus important n'est pas d'avoir un comportement de déviant mais d'être perçu comme tel (on comprend pourquoi nos élites veulent contrôler les média ...)
Vous n'êtes pas encore convaincu !
Si vous avez été voir l'excellent film "la rafle" sorti il y a quelque mois. A un moment, Pétain s'inquiète devant Laval d'une lettre de l'archevêque de Paris concernant la déportation des enfants. réaction de Laval : "la lettre n'a pas été rendue publique, donc elle n'existe pas".
On peut donc, à l'instar de l'institutrice, être inquiet sur l'importance de la communication dans notre société et de son contrôle. Car nos gouvernants peuvent tout se permettre (grand écart entre le dire et le faire, comportements pas en adéquation avec les valeurs prônés) tant que la grande masse qui se délecte du 20 heures quotidien ne le sait pas. Nos politiques sont peut-être ceux qui franchissent le plus la ligne jaune mais si la majorité des électeurs ne le sait pas (évidemment les asinautes le savent, mais combien de divisions par rapport à la grande masse ?), à côté il suffit d'envoyer les média sur un groupe de jeune (voir Coupat et cie) qui ne vit pas comme la majorité, qui ne défent pas les mêmes valeurs, et zou, c'est parti pour être étiqueté comme déviant (même si ce n'est pas le cas, mais là n'est pas le plus important).
Quel être abject, le député machin !! "moi je, moi je, moi je" .
C'était vachement bien.

Mais je vais me faire l'avocat du diable Tardy 2 minutes sur un point précis : le respect de la loi. Peut-on, parce qu'une loi ne nous paraît pas juste, y désobéir ? Et je ne parle pas de lois discriminatoires du type de celles de Vichy mais de lois plus "techniques" (impôts, 35h, etc.).

Je trouve que mes impôts sont mal utilisés ! Je refuse de les payer :-)
Sur ce coup, Tardy était confondant de mauvaise foi. A l'entendre, seuls les élus auraient le droit de parler ? Pour les autres, c'est "vote et tais-toi" ?

C'est faire rapidement l'impasse sur la non-représentativité des élus (souvenez-vous d'un certain référendum) et sur toutes les perversion du système (médias aux ordres notamment). En plus, ça légitime Sarko dans son rôle de super-élu de TOUS les français, alors que ces cons de députés ne sont finalement élus que par des poignées de pedzouilles locaux (j'imagine en tout cas que Sarko doit le voir comme ça).

La réflexion de Véronique Decker m'a frappé : les députés gazouillent, tout à leur politique politicienne, alors que les citoyens voient se détricoter en direct et sur le terrain le contrat social. Pour sur, les politiques ont le cul bien posé sur leurs avantages (indemnités, retraites, appartements, etc).

Sinon, j'ai retrouvé l'obsession de Birenbaum : Non, nous ne sommes pas en face d'un fascisme, même pas montant, ni émergent, ni frémissant, ni quoi que ce soit ; La démocratie se porte bien, les résistants en sont la preuve. Admettons ! Rendez-vous en 2012 !

Excellente émission au demeurant !
Là Guy vous êtes dur !

Belle brochette de vermines quand même !

Quoi ! Des gens qui osent résister au pouvoir ?

Qui osent ouvrir leur gueule… Incroyable !

Surtout qu’il y a quand même deux zozos sur le plateau dont la fonction est pour le moins suspecte (je me retiens, là !) : Le poulet et le [s]député[/s] dépité UMP !

Et un ennui c’est qu’on n’aborde pas un instant le fond du sujet (le bien fondé du baîllonnage général) pour se perdre dans un factuel très largement dépourvu d’intérêt (il l’a dit à machin qui l’a répété à untel qui l’a lui-même laissé entendre à trucmuche je ne sais plus si c’était lundi soir, ou mardi matin… à moins que ce ne soit un autre jour !)

Et là, Guy, je vous promets qu’on s’en fout à un point incroyable, du moment. C’est un truc qui nous intéresse uniquement dans un crime quand il s’agit de savoir si l’annonce d’un décès a été faite avant ou après la mort de la victime (je vous laisse deviner pourquoi)

Mais revenons donc sur nos zozos :

Le poulet tout d’abord. Ce brave garçon, avec son accent du midi inséparable de tout flic qui se respecte, qui s’étonne de se faire maltraiter, lui qui maltraite ses concitoyens depuis des années ! N’y a-t-il pas de quoi rire (jaune comme la ligne) ? Il se garde bien de dire le moindre mot des inconvénients qu’il voit dans le rapprochement (ou la fusion ?) entre gendarmerie et police, ni même des méthodes qui président à son éviction…

Mon regret est qu’il soit le seul à être viré, j’attends avec impatience la révocation de l’ensemble des gendarmes, suivie de celle de l’ensemble des policiers : ces gens-là ne sont bons à rien sauf à être nuisibles, à emmerder le bon peuple et à lui piquer son oseille sous les prétextes les plus fallacieux. Probablement pour prêter main forte à l’écroulement du pouvoir d’achat.

Le dépité est simplement pathétique (qu’attendre d’autre d’un sarkoziste, UMP de surcroît ?). Il se fait une vague pub en utilisant un iPhone et Twitter dans un milieu de demeurés préhistoriques qui en sont encore à la Remington voire à la plume d’oie. Pas difficile d’impressionner avec des audaces qui n’en sont pas dans ces conditions ! Il a révélé quoi sur Twitter [s]la dame[/s] le dépité de Haute Savoie ? Que les élus parasitaires de l’UMP commençaient à se faire sérieusement du souci pour leur avenir… Voilà qui n’est pas une découverte ni une nouvelle bouleversifiante ! Qu’ils soient rassurés au demeurant : ils se sont voté par avance des retraites incroyablement favorables, même pour un seul mandat. Pas de souci : le contribuable paiera, trop content d’apporter un remerciement au niveau des services rendus !

Restent la directrice d’école syndicaliste (pardon pour le pléonasme) et le journaliste-du-service-public-délégué-du-personnel (veuillez excuser ce deuxième pléonasme).

J’avoue avoir mal compris ce que souhaite cette aimable directrice (elle s’explique très mal à vrai dire et commet la faute la plus grave en pédagogie : partir du principe que son auditeur connaît le sujet !) Elle veut travailler plus pour gagner moins ?

Voilà une excellente idée, les enseignants ont des horaires pour le moins pas épuisants et coûtent globalement beaucoup trop cher à des contribuables déjà saignés à blanc. Je découvre donc un espoir dans les revendications de cette dame. Naturellement si on fait des ennuis à tous ceux qui ont de louables intentions on va casser le mouvement, c’est bête !

Reste notre bon journaliste qui poignarde dans le dos ce pauvre Nico ! C’est vraiment pas la peine, il se fait assez de tort tout seul… Et puis c’est dangereux : il est très méchant comme tous les faibles !

Finalement la seule question, la vraie question, n’a pas été posée – ce qui induit qu’on y a pas répondu…

Et cette question est : parviendra-t-on à museler plus de 60.000.000 de Français, comment, dans quel délai et faudra-t-il les tuer tous ou pourra-t-on en laisser certains vivants après traitement chirurgical visant à éliminer les neurones réfractaires ?

***
Je viens de recevoir un mail par transfert avec en PJ le texte de la tribune d'un IEN à propos de l'autoritarisme. En voici quelques extraits choisis :

["Une note officielle, « à l’usage exclusif des inspecteurs de l’Education Nationale » présente « les observables pour l’émission de l’avis de titularisation des professeurs ». Sa première partie, relative aux obligations du fonctionnaire, ne manque pas de surprendre au point de laisser penser que le document est un poisson d’avril. Nous vérifions donc son authenticité mais il est évident que les indications données paraissent crédibles tant elles sont conformes à l’air du temps gouvernemental, aux référentiels de compétences récemment publiés et aux injonctions répétées sur l’air « du fonctionnaire qui fonctionne » et des discours publics du ministre sur l’obligation d’obéissance des enseignants. Si les critères présentés concernent les conditions de titularisation des enseignants nouvellement recrutés, il est évident qu’ils s’appliquent à l’ensemble des enseignants.
1) Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable

Répondre aux grandes obligations du fonctionnaire :
- Devoir d’obéissance
l Ponctualité
l Respect des horaires
l Respect des contenus et des programmes
l Enseignement de toutes les disciplines
l Autres obligations de service (assiduité, service de surveillance, entrée, récréation…)
- Discrétion professionnelle
l Respect et confidentialité des informations détenues sur les familles et les élèves
l Réserve et absence de mise en cause des fonctionnements de l’institution et de ses personnels
- Comportements inadaptés
l Contacts physiques avec l’élève, ni coups ni caresses
l Manque de respect aux élèves, par les mots, les gestes, ou même l’humour
l Manquement à l’autorité, dérives ou défauts qui peuvent causer la mise en danger des élèves, bousculades, déplacements désordonnés, défaut de surveillance, manipulation d’objets dangereux…"
]...

...["Après les sanctions contre les désobéisseurs, après la multiplication des contrôles de l’exécution des ordres descendant des tuyaux d’orgue de la hiérarchie, parfois renforcés ou alourdis à chacun des niveaux intermédiaires (base élèves, aide individualisée selon un modèle officiel implicite, évaluationnite oppressante, SMA, exigences locales paperassières…), le ministère s’est donné une période d’observation des réactions avant de jeter ses dés. Le développement de l’autoritarisme analysé dans une tribune précédente se confirme, se formalise, s’impose. Et il faut bien dire que les réactions syndicales et politiques ont été bien molles pour le premier degré sur toutes les questions qualitatives, pédagogiques, morales, la lutte contre les suppressions de postes trustant toute l’énergie militante ou ce qu’il en reste, occultant le plus souvent les questions fondamentales de la conception du système éducatif, du choix de société à construire, d’une vision de « l’honnête homme » du 21ème siècle.
Désormais, il faut obéir. Il est interdit de contester, de critiquer, de proposer. La loyauté, c’est l’obéissance. On le voyait arriver depuis 2007 avec la perspective de la société ultra libérale autoritaire dont la mise en œuvre se poursuit inexorablement..."]...


Encore quelques lignes en guise de conclusion :

...["Mais qui a inscrit la liberté pédagogique dans la loi ? Qui a dit que l’éducation est synonyme de liberté, d’intelligence, de pensée divergente ? Qui a évoqué l’éducation de l’esprit critique, l’éducation à la responsabilité plutôt qu’à la vassalité ? Qui ose encore parler d’une école émancipatrice dans une société démocratique ?
Quand sortira-t-on de la torpeur ?"]
Encore un excellent Fontenelle
"...on n’est pas (du tout) dans la rue, à le prier qu’il s’en aille - ou si vraiment tu veux qu’on fasse péter l’usine ?"
traitant de
" Les jours heureux" Le programme du Conseil national de la Résistance de mars 1944 : comment il a été écrit et mis en œuvre, et comment Sarkozy accélère sa démolition. http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_jours_heureux-9782707160164.html
avec entre autres Emmanuelle Heidsieck et Jean-Luc Porquet.
Après le gendarme radié pour un article, voilà le gendarme radié pour un poéme
Très bien : l'émission portait aujourd'hui vraiment son titre. Je soutiens plutôt les 3 résistants. Le député pourrait aussi quitter l'UMP pour en devenir un vrai aussi. Les internautes sont assez grands pour trier le bon grain de l'ivraie. Devant l'irrespect, l'arrogance de notre cher président, il n'y a malheureusement pas beaucoup d'autres solutions que cette résistance. La directrice d'école aurait pu citer Lucie Aubrac : "Résister se conjugue au présent".

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Copié-collé de mon dernier statut FaceBook :
"Véronique Decker, qui m'a appris tant de choses quand nous nous sommes rencontrées au Sénégal il y a bientôt 4 ans, dit des choses puissantes dans La Ligne Jaune, mon émission préférée !! Bobigny en force, merci Véro !! Putain de bordel ABONNEZ-VOUS tous à arretsurimages.net !! Et pas seulement pour les beaux yeux et le sale caractère de Véronique ! C'est le dernier refuge des journalistes libres."
Merci la Ligne Jaune, au nom de tous les enseignants "résistants" (+ ou -).
Mais où va-t-on mâme Dupont,
manquait plus qu'un gendarme poète tiens !
http://lesdessousdelapolicenationale.blogs.nouvelobs.com/
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gcV4Zvf9yoG4MwP29ROLPylIYD0g
Très bonne émission.

On voit bien et on sent bien le complexe de supériorité de nos politiciens. Ils y en a qui sont plus égaux que d'autres !

Heureusement que certains résistent, et le mouvement va s'amplifier, à force de sortir des arguments comme "une fois que vous avez voté , il faut vous écraser", nul doute que le bas peuple va se précipiter pour élire ceux qui savent.

Bravo aux 3 participants du bas peuple !
Personnellement,j'ai assisté à un atelier organisé par la directrice d'école,cet été à Port Leucate,elle est beaucoup plus désobéisseuse qu'elle ne le laisse entendre,car dans son école,les enseignants appliquent la méthode Freinet.Par contre quand on est plusieurs c'est beaucoup plus facile de résister aux lois stupides que l'état impose.Bravo aux trois participants courageux de l'émission.
Bonjour Guy, encore une Ligne J@une bien menée!! Merci :) Bonne continuation à toute l'équipe !
Guy: il serait appréciable que vous vous absteniez d'interpeller un député par "Lionel", "mon vieux" ou "mon grand".
Quelle tristesse ! Quelle bassesse de vue... vraiment au raz des pâquerettes notre député "rebelle" twitterman... De quoi renforcer une légitime inquiétude sur l'état de notre démocratie quand un député "rebelle" veut, ni plus ni moins, coller un droit de réserve à un journaliste... C'est où la Haute Savoie ?
Ce ****** de l'UMP fait froid dans le dos !

Non seulement - cela pourrait être dérisoire mais au fond c'est affligeant - il ose comparer sa petite "twitterie" à deux balles (Twitter : pfffffffff...) au courage des trois autres, surtout le journaliste et la prof, mais on sent chez lui cette dangereuse discipline bornée qui fait les bons tortionnaires de l'expérience de Milgram.

Ce qui m'effraie aussi, au fil de l'émission, c'est cette pression, cette menace que l'on sent planer partout, à la télé, sur le plateau de France 3, dans les écoles, dans les gendarmeries : si tu n'es pas d'accord, y compris en conscience, avec la logique politique ou économique en cours, gare à toi ! On consultera le réseau des caméras pour voir si c'est toi qui as donné cette foutue K7 où l'on voit notre Président gronder que "ça va changer, ça va changer", on fera pression sur le pauvre technicien, on sucrera 8 jours de salaire par mois à un prof qui a l'audace de continuer à penser que les séances de soutien scolaire ne viendront pas à bout des troubles "dys"...

Le danger, c'est qu'on s'habitue à cette violence, à cette menace, et on oublie que vivre en démocratie (ce luxe !), c'est résister contre tout cela, c'est supprimer ou en tout cas assouplir ce foutu devoir de réserve (oui, oui, ça sert sûrement à quelque chose, ce truc), c'est passer des sujets sur Ben Barka précisément le jour où Sarko va tenter de fourguer les avions de son ami Dassault à Mohammed VI, c'est discuter et remettre parfois en cause les décisions politiques qu'on maquille en impératifs budgétaires (l'Etat n'a plus d'argent et il n'est pas question d'augmenter les impôts ni de remettre en cause les cadeaux fiscaux aux entreprises, donc la fonction publique va payer) sous couvert d'imparables évaluations.

Les temps sont bien sombres...
Encore une émission très intéressante, avec de vraies personnes. Je vais finir accro à "ligne jaune".
Le plus courageux, celui qui franchit la ligne jaune la plus périlleuse, c'est quand même le député : venir dans une telle émission avec des idées aussi conventionnelles, il fallait oser ! Car son message, finalement, est qu'on ne doit franchir que les lignes blanches discontinues, c'est-à-dire celle que l'on a sans l'ombre d'un doute le droit de franchir...
Néanmoins, il n'est sans doute pas le député ump le plus insupportable et il faut lui reconnaitre une certaine sincérité ainsi que le mérite de ne pas se comporter comme la carpette de base de l'ump.
J'ai la flemme de remonter tout le fil alors je m'excuse par avance pour l'éventuelle redite mais où M. le député Tardy a-t-il vu que les programmes de l'école primaire et surtout l'organisation des apprentissages relevaient d'une loi ? A ma connaissance ces directives sont fixées par arrêté ministériel, publiés au BO. Ce qui est exigé à juste titre des enseignants /fonctionnaires c'est le respect de ces contenus d'enseignement. Pas de ses modalités en terme de pratiques pédagogiques.

En réalité, ce qui est bafoué dans cette histoire c'est la liberté pédagogique des enseignants. Lorsqu'un certain nombre de directeurs d'école et d'enseignants ont saboté l'esprit et la lettre de la loi d'orientation de 1989 sous le ministère Jospin, en ne mettant pas en place le travail des cycles, en maintenant des redoublements de fin de CP, donc à l'intérieur d'un cycle de 3 ans, en niant la pertinence de l'esprit générale de la loi qui affichait la finalité "l'élève au centre" etc... ont-ils été sanctionnés ? les a-t-on désignés à la vindicte publique comme étant de mauvais fonctionnaires ? Non. Par contre, aujourd'hui, les mêmes accusent volontiers ceux qui croyaient à ces orientations et dispositions pédagogiques d'avoir fait sombrer le système dans la médiocrité et l'inefficacité !

Si j'étais encore en exercice aujourd'hui je serais très probablement aux côtés de Véronique et de ses collègues désobéisseurs. Je les trouve courageux et exemplaires ! Je n'en dirai pas autant de tous ceux qui rampent et appliquent aveuglément des consignes aberrantes, inefficaces et dangereuses pour l'image et l'avenir de l'école publique.

Coordonnées pour le livre d'Alain Refalo
C'est surprenant n'est-ce pas, d'autant qu'il est élu ... UMP
Je ne suis pas choqué par les idées défendues par Tardy, elles sont traditionnelle de droite. Je comprends son raisonnement même si je ne suis pas d'accord avec ce qu'il défend. Mais contrairement à l'ensemble des personnes qui ont commenté, cela ne me désespère pas. Je pense qu'effectivement, ce monsieur est apte à avoir un débat qui peut être constructif même si j'ai des oppositions de fond. Par contre, et pour le taquiner, puisqu'il est très à cheval sur le respect des lois, il faudrait l'embéter la prochaine fois avec le non respect par les maires de droite de leurs obligations de logement sociaux... avec un cas particulier à Neuilly.
Chapeau, Guy Birenbaum, pour cette émission!
Elle me donne du courage, à entendre ces résistants --avec une attention particulière à cette directrice d'école, j'ai été prof dans le se condaire, mais je fais bénévolement de l'accompagnement scolaire, et qu'il est difficile d'enseigner en primaire!--, car par les temps qui courent, il n'y a pas d'autres moyens que de résister et de le faire savoir.
En revanche, le député "donneur de leçons", avec sa bonne conscience à toute épreuve, m'a écoeurée.
Quelqu'un pourrait-il me donner les coordonnées du livre sur ces enseignants résistants?
Bolloré dans le capital d'@si, Lefebvre président de l'afp... je ne le lis que maintenant et je commençais à sentir la terre se dérober sous mes pieds.
Rasuré de voir que ces news sont tombées hier...;-)
Belle émission, et chacun des trois invités vraiment intéressants pourrait être à nouveau invité pour une ligne jaune spécifique sur son sujet.
Leurs lignes jaunes sont fondamentales ( elles fondent celles de la société entière).
S'ils lisent ce forum, qu'ils sachent que le simple fait qu'il existent est un appui pour d'autres.
J'aurais bien aimé en savoir un peu plus sur le fond de la critique du gendarme.
Cette question est peut-être étroitement liée avec les possibilités de désobéir à l'avenir dans cette société.
En résumé on a le droit de péter dans la soie même quand le pet est foireux, mais on n'a pas le droit de cracher dans la soupe même quand la soupe est dégueu...

On sait maintenant pourquoi on n'est pas à L'UMP ^^

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Punaise ... j'ai que 26 minutes de visualisation là .. et cette émission me fout carrément les boules sur le niveau de la liberté d'expression en France.

"ligne jaune franchie", "devoir de réserve", tous les termes sont bon pour justifier avec le sourire de ce que les fonctionnaires doivent se plier

La solidarité civique je veux bien, le patriotisme je veux bien ... mais avec en plus la condition éthique de l'auto-amélioration de la société via la liberté d'expression
Puisque l'un des mots mis en avant dans cette émission a clairement été "résistance", une petite anecdote fraiche pondue de ce matin. Je passe la parole à notre envoyé permanent dans le métro parisien, à savoir ma femme : elle me rapporte ce midi que lorsqu'elle était dans le métro ce matin, à l'arrêt station Montparnasse, la voix un peu hésitante du conducteur du métro s'est faite entendre dans la rame... celui-ci disait en substance qu'une opération de police d'envergure avait lieu à la station suivante, Saint-Placide... il a laissé les portes ouvertes une trentaine de secondes, quelques personnes supplémentaires sont sorties, précipitament pour certaines. Les portes se sont refermées puis, arrivée à St-Placide, ma compagne a constaté qu'effectivement des dizaines de membres des forces de l'ordre avaient investi la station...

Qu'en penser ? Qu'en penser en ne souhaitant absolument pas qu'un pick-pockett voleur de vieille dame ou qu'un agresseur de fille puisse impunément continuer à faire des conneries ? C'est peut-être la question qui est passée par la tête du conducteur et qui a provoqué cette hésitation décelée dans sa voix lors de son annonce inhabituelle... il a dû conclure, comme je le fais moi-même en dernière analyse, que la raison de ce déploiement n'était certainement pas la sécurité des voyageurs (rien n'indiquait qu'il y avait à cet endroit particulier et à cette heure précise une bande mettant la station en coupe réglée), mais bien plutôt une opération "sauvage" visant à un contrôle d'identité et de papiers sur une grande échelle... avec le but sous-entendu que chacun peut comprendre... après tout, un nouveau centre de rétention ouvre ces jours-ci à Orly, juste sous les couloirs aériens... faut le remplir.

Bref, en entendant celà, j'ai trouvé que ce type faisait un acte de résistance d'une certaine facon... en prenant aussi un risque et sans avoir le temps de vraiment réfléchir aux concéquences pour lui-même : on peut supposer qu'il venait d´être mis au courant dans les minutes précédantes. Voilà, je voulais juste lui rendre hommage.

Ciao ciao.
tu n'as pas peur que grace à ton témoignage ce conducteur puisse être embêté? je te suggère de brouiller les pistes en supprimant la référence de temps et en modifiant le nom des lieux.

tu n'as pas peur que grace à ton témoignage ce conducteur puisse être embêté? je te suggère de brouiller les pistes en supprimant la référence de temps et en modifiant le nom des lieux.


Oui, il y a des détails qu'il n'était pas utile de donner.
On peut malheureusement penser qu'un voyageur zélé aura vraisemblablement interpeler la direction de la RATP...
@ Arnaud Romain :

il serait bien de protéger cette courageuse personne !

merci pour l'info de résistance citoyenne, mais édite ton message pour brouiller les pistes, si ce n'est pas déjà le cas. On vit dans un monde dangereux, n'oublie pas.
Et donc, vous nous indiquez précisément l'heure et le lieu de cet évènement. Très astucieux.
on comprend mieux pourquoi l'abstention atteint des records inédits, on vote "non" peu importe et de plus, à entendre le député Tardy, le citoyen délègue de sa liberté dans son bulletin de vote
Grand moment que la conclusion de Roselyne :" Vous avez choisi avec beaucoup de courage le camp de la liberté d'expression, vous en avez payé le prix !"

Étonnant non ?
Venant d'elle, comment faut il le prendre?
Roselyne une résistante qui s'ignore ? qui s'interroge?
Si on parle de prix, elle c'est plus de 2 milliards son prix (cf grippe et manipulation de santé publique).

Sinon, malgré les positions difficilement tenables de notre député sur l'éducation (instruction) nationale, on ne peut qu'être d'accord sur la faiblesse du syndicalisme. Sujet d'émission : " le syndicalisme face à l'individualisme sociétal, quelles perspectives?"

émission à développer....
Une excellente amie, qui travaille dans le même labo CNRS que Matelly, me charge de vous faire connaître la pétition de soutien relative à sa situation :
C'est là : http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3124
Le devoir de réserve attaché au statut des fonctionnaires concerne la République, pas un gouvernement.
Je trouve très étrange qu'un élu de la République l'ignore.
Il faudrait souligner que cette "résistance" de l'enseignante, du gendarme, du journaliste de France 3 sont des actes de loyauté à l'égard de la République contre les atteintes à ses grands principes.
Le gendarme défend la séparation des pouvoirs, donc la "vraie" liberté, celle qui garantit la liberté de tous, pas celle de certains qui asservit une grande partie de la population.
Le journaliste contribue aussi à la séparation des pouvoirs et défend dans ce reportage sur Ben Barka le principe d'une justice équitable et indépendante.
L'enseignante défend les principes d'égalité et de fraternité : ne pas abandonner les enfants à un "déterminisme social" construit de toute pièce. Comme s'il y avait un ordre naturel à ce que certains réussissent et d'autres échouent du même acabit que le "droit divin" dont se réclamaient les monarques de l'ancien régime.

Les fonctionnaires servent l'intérêt général de la République et des citoyens, pas les intérêts privés, financiers ou politiques du moment (élus ou pas). Ils ne sont pas les petits soldats au service de sarko 1er, ils ne lui doivent aucune marque de déférence et encore moins de soumission. F3 n'a pas à lui dérouler le tapis rouge car F3, comme tout le service public, est au service du peuple, pas à celui du président.
En ce sens, ces "désobéissants" ne désobéissent pas du tout, ils assument au contraire leur responsabilité et leur mission de fonctionnaire. C'est pour cela que le terme de résistance convient mieux.

Je suis consternée qu'un élu de la République considère que les Résistants du CNR ne sont pas de vrais résistants!

Consternée donc qu'un élu de la République confonde l'obéissance à loi d'un chef avec le respect des principes républicains et constitutionnels. C'est inquiétant. Qu'aurait fait ce monsieur si Le Pen était passé en 2002 ? N'aurait-il pas obéi aux nouvelles lois, le petit doigt sur la couture du pantalon ?

Consternée enfin qu'un élu considère qu'étant devenu représentant de la parole du peuple, ce peuple n'ait plus le droit à la parole ("Moi, je n'ai pas manifesté quand on m'a imposé les 35h"). C'est une vision terrifiante de la politique.
Nous étions habitués depuis un certain temps à la montre en Technicolor de Guy mais celle du gendarme est pas mal non plus...
Jaloux, Guy?
Bon, c'est tout à fait exact que pour qqes 'désobéisseurs' déclarés de la Maisonmammouth, il y en a pas mal d'autres qui ne se déclarent pas et tentent dans leur coin de 'résister' à la politique du chiffre qu'on nous impose.
En clair, vu de dehors, on ne voit rien de flagrant, oui on remplit nos paperasses selon la doxa, oui, on effectue nos heures de 'soutien' (la vaste arnaque), etc...
Mais dans la réalité de la pratique, on adapte les âneries technocratiques (enfin, économiques) de façon à faire le moins de dégâts possible pour les élèves qui sont toujours des êtres humains, eux.
Ca nous bouffe pas mal d'énergie, en plus de celle qu'on déploie déjà, juste pour répondre à la demande institutionnelle, afin qu'elle nous laisse un peu en paix bosser.

Que les syndicats ne fassent pas vraiment leur taf, c'est ce que nous déplorons depuis allez... longtemps.
Ils nous envoient faire une grève tout en ayant déjà signé des accords avec les gouvernants (cf retraites par ex) comment leur faire confiance?
Alors oui c'est déplorable de ne pas pouvoir avoir une action collective pour aider nos élèves cad protéger la MaisonMammouth des imbéciles et des discours à la Tardy (des baffes magistrales- c'est le cas de le dire- qui se perdent, à son sujet, tiens), mais la désobéissance, ou la résistance, ne se voient pas toujours, des milliers de petites mains qui n'accomplissent pas leur tâche selon la doxa mais selon leur conscience, ça ne permet peut-être pas de faire change de cap des technocrates de cabinet, mais pour beaucoup d'entre nous, il s'agit d'avoir le moins possible d'emm.. sur le dos, afin de continuer à bosser à notre gré.
On peut trouver cela petit, sans envergure ... le courage du quotidien, les petits gestes, les petits détournements....
Il en a fallu, des gens comme ça, même à l'époque de l'occupation (j'en parle juste parce uqe c'était une question pendant l'émission), et ceux la (enfin souvent celles la) n'ont certes pas les faveurs des media (pour ou contre s'entend).
Que la MaisonMammouth doive être aidée/réformée/repensée etc, oui, majoritairement les zinstits nous le savons, le demandons, mais la casser dans les règles du libéralisme, non. Et qui écoute les gens de la base? Ha non c'est vrai, faut se syndiquer...lol.

Bon, j'ai pas encore tout visionné, et il est nuit... est-il question qqpart de la disparition de la préélem?(oui l'école dite 'maternelle')
A noter que le gendarme Matelly avait été félicité par sa hierarchie directe, en 2009, après donc l'ouverture de l'enquête disciplinaire.

** Un bon moyen d'exprimer son support par sa hiérarchie directe à ce gendarme
** La décision de Koko laissera des traces indéniables dans la gendarmerie
** Toute la sécurité vue par kokump, virer les meilleurs pour prendre des chomeurs en fin de droit qu'on formera pendant trois mois.. juste le temps de leur apprendre à faire des contrôles au faciès!!!



De plus la question soulevée dans ses recherches, est assez capitale même si bien passée à la trappe de l'autocensure de nos beaux journalistes.. Un principe républicain fondateur, la séparation des pouvoirs au sein des forces de police, afin que cette police ne soit jamais en mesure de s'imposer par rapport au pouvoir politique, ou civil, par son poids ou par les armes, trouvant devant elle, une autre force de l'Etat... Qu'un parti politique fasse main basse sur la Police via ses syndicats ou autres, il restait la gendarmerie ou vis versa, aujourd'hui que les deux forces sont fusionnées, il n'y a plus de contre pouvoir au sein des forces de coercition, qui agissent toutes sous la même idéologie.
Après cela on va avoir droit dans quelques jours au discours des républicains devant par pragmatisme républicain, voter la résolution sur la burqua.... on ne reviendra pas ici sur le sujet, juste pour dire donc, que l'UMP va se présenter comme Le défenseur de La République, lui qui par ses réformes constitutionnelles, dont la possibilité justement de ses résolutions parlementaires entre autre, ou la fusion des forces de coercition, ne fait que détruire cette République.
L'emission complète une longue liste que j'avais inconsciament commencé à établir dans ma petite tête d'administré.
- Le traitement des sans-papiers dans les centres de rétension
- Le traitement des prisonniers dans les prisons
- L'explosion hallucinante des gardes à vue et la facon dont la police juge bon de les mener
- le projet de virer les juges d'instruction
- les directives données au Pole-emploi pour radier le plus possible de chômeurs afin d'améliorer les statistiques (objectif 500 000 par an !)
- Les directives données à la Police pour améliorer les statistiques (culte du résultat chiffré, uniquement chiffré)
- Les descente de police pour arrêter des enfants
- Le resserrement progressif d'un certain étau invisible autour de gens comme Guyon qui ont le "front" d'essayer de faire marrer avec ce qui fait peur ou avec ce qui révolte, et qui mettent ainsi un peu de baume sur les plaies de la société (merci au passage à notre coreligionnaire forumeuse dont le papier a été repris par la rédaction et mis en avant sur le site : éclairant)... participant ainsi à un équilibre général plutôt salutaire
- La question humainement tellement troublante de ces hommes et de ces femmes dont les conditions de travail sont douloureuses au point de constituer un déclic suffisant pour qu'ils mettent fin à leur jour...
...........................
Bref, une liste, un inventaire dont Prévert est cruellement absent.

Puis vient la ligne jeune de ce soir ou j'entend un officier de gendarmerie qui est le premier (le seul) à être viré depuis des décenies, juste pour avoir émis une conclusion de chercheur sur les modalités de rapprochement Police/Gendarmerie... lui, peut-être le mieux placé à ce double titre pour donner un avis éclairé, lui qui est sans doute parmis ceux qu'on devrait écouter : Non. Dehors. Ta gueule.

Puis, une institutrice qui nous explique comment "émergent" sans attention, sans concertation, sans vision ni compétence les programmes qui sont censés permettre à nos mômes d'apprendre à lire et à écrire... une gabegie ! La gestion des personnels ? Du chiffre, encore et toujours... et si t'es pas d'accord, dehors ! Ta gueule ! Et les plus dévoués de ces derniers hussards noirs sont virés ou voient leurs salaires amputés d'un bon tiers...

Et puis le énième journaliste depuis quelques années qui se fait emmerder parce qu'il se mèle de rapporter ce qu'il voit, ce qu'il sait... un journaliste parmis tant d'autres (qu'on devrait, a-t-on dit... dans des milieus de voyous, surement, "passer tous à la kalachnikov") qui a l'audace de faire son métier, un parmis ceux qui nous coûtent si cher lorsqu'une poignée de terroristes les enlèvent lorqu'ils ont le culot, l'inconscience (pas le courage, non) de s'aventurer sur les théâtres de combats...

Et au milieu de tout ca, Monsieur Tardy.... il parvient en quelques phrases, quelques mouvements de la main, deux ou trois sourires, à synthétiser tout ce que soutendent ces constats navrant : on l'écoute, argument après argument construire par petites touches la pensée qui préside à la dérive lente mais sûre que tous les "détails" de cette liste révèle... il faut se taire. Lui a le droit. Lui donc LE seul contrepouvoir toléré, et vous autres, vos gueule ! Dehors !

C'est là la grande vertu de la Ligne Jaune à mon sens : on met des ingrédients bien choisis sur le plateau, on attend que ca précipite et on regarde. A mon sens, pour qui veut voir, Monsieur le député en a plus expliqué sans le vouloir sur le contexte politique /et social surtout) actuel durant cette heure que peuvent nous en apprendre tous les journaux du Monde ! C'est in vivo, c'est du live, c'est du show, c'est un peu en filigrane mais ca marche...

En guise de conclusion, il me vient à l'esprit que j'entends une petite musique entretenue depuis longtemps par les "médiacrates" institutionnels : cette théorie qui voudrait que, depuis que la gauche a intégré le capitalisme dans le champs de sa doxa, il n'y a plus de différence entre la gauche francaise et la droite francaise. Je ne suis expert en rien. Je ne vote pas naturellement à gauche. Mais j'aime à croire tout de même que, lorqu'inévitablement une alternance politique s'installera au pouvoir par chez nous, loin d'en espérer grand chose sur les RESULTATS d'une politique, un ESPRIT différent saura tout de même s'infiltrer un peu partout... et rien que ca...!!!

Merci de cette émission Guy... sincèrement, même si, comme vous le voyez, elle m'a achevé ce soir ! Mais là, carrément...
Pour porter de l'au au moulin, et avant d'avoir vu la moitié de l'émission... Tardy estime que l'ORTF n'aurait jamais dû rappeler que Ben Barka a été assassiné par/avec la complicité de la dictature marocaine. C'est déontologiquement Mal.

(Ggggn.)

OK, par TF1 alors ? Bah non, et le bâtiment !

Par M6 ? Qui porte le même nom que le Roi ? Vous n'y pensez pas...

Canal ? Ha ha ha !

Peut-être Public Sén... Oups, sans commentaire... Gulli ?

Paint /me deçu grave des nouveaux politiques
ministres de l'éducation nationale désolé c'est pas dans l'ordre chronologique

Jospin : s'est définitivement retiré de la vie politique (on dit qu'il a perdu sa qualif au second tour à cause du vote des profs qui lui a fait défaut à cause d'Allègre)
Chevènement : a créé son propre mouvement politique game over
Lang :
Allègre : viré par son ami de 30 ans
Fillon
Bayrou : a créé son propre mouvement politique game over
Ferry : remercié gentiment et disparu de la circulation politique
Darcos: d'abord changé de ministère puis viré
Chatel

soit 1/3 qui sont encore "vivants" : c'est quand même un portefeuille qui porte malheur. Se sont-ils seulement demandé pourquoi?
j'ai pas trop compris le point de vue du député UMP
il faut respecter la diplomatie
il faut respecter le devoir de réserve parce que c'est une règle
il faut appliquer les lois pour l'école parce que c'est la loi.

mais quand est-ce qu'on désobéit au juste si il faut respecter toutes les règles, toutes les lois et tous les usages?

ce député UMP ne veut jamais discuter du fond, il faut respecter les lois parce que ce sont des lois....

enfin si vous avez compris merci de m'expliquer.

Monsieur Tardy d'où sortez ce chiffre? 1 sur 2 devant élèves sur 1M de personnes à l'EN, ça fait donc seulement 500 000 profs? Citez vos sources monsieur Tardy

Dans le secondaire (collège et lycée), il y avait, à la rentrée 2007, 5 371 368 élèves et 511 485 enseignants en collège et lycée (chiffres du ministère).
http://www.politique.net/2008041102-bataille-de-chiffres-nombre-d-eleves-par-classe.htm

il n'y a donc pas d'écoles primaires en France, ni d'universités, Bravo monsieur le député.

sinon là où tout le monde semble d'accord. C'est que si tu fais péter ta bouche tu montes pas dans la hiérarchie, et par conséquent, si tu es monté dans la hiérarchie c'est que t'as pas fait péter ta bouche et que donc t'es pas un insoumis.
Bonne et très intéressante émission.

Malgré les temps difficiles, je suis engagé dans la future voie de l'enseignement, j'ai donc été particulièrement intéressé par le débat autour du primaire et des nouveaux programmes. France Inter avait consacré il y a quelques mois un très bon numéro d'"Interception" sur cette question.

Plus généralement, et je n'apprendrais rien à personne, il y a matière à faire largement une émission entière consacrée aux lignes jaunes franchies et refranchies dans l'éducation nationale en ce moment, dans le primaire (on l'a vu avec cette émission), mais aussi le secondaire et le supérieur. Le gouvernement actuel a quand même réussi l'année dernière (et cette année encore bien que les débats ne soient plus aussi médiatiques) le tour de force jamais vu depuis 1968 de mettre tout le monde contre lui, gauche et droite comprises (et la droite universitaire est vraiment à droite, pour sûr) - je parle ici du corps des enseignants, car l'UNI était pour la réforme hein, forcément.

Le problème est que la réforme actuelle - la "mastérisation" en tête - est tellement complexe qu'il faut ou avoir le nez dedans ou prendre le temps de s'y arrêter pour bien en comprendre tous les aboutissants. Un temps que les "médiatradiotionnels" ne peuvent pas prendre, permettant ainsi à toute la communication de nos deux ministres d'échapper au débat contradictoire.
Mais la mastérisation fait franchir bon nombre de lignes jaunes, on le constate au quotidien.

Merci donc à @SI et à la Ligne Jaune de s'arrêter un peu sur ces questions. Et si elle devait se faire, j'attends avec impatience une possible émission complète à ce sujet.

Mais il serait temps que je retourne travailler à mon concours :-)
J'ai bien aimé la dernière phrase de la directrice d'école !
"je suis fatiguée de ce pilotage par des chiffres qui sont donnés par ceux que ça intéresse"
J'ai applaudi devant mon écran !
Emission très interessante avec 4 invités venant d'horizons différent
pour un même sujet , la résistance . Tardy est tout de même bien langue
de bois et n'est pas un politique pour rien . Il n'avait pas d'oreillette pourtant
on aurait pu croire qu'ils avaient les ordres direct du "Bling Bling Desk" !!
A moins que ce ne soit un répliquant comme dans "Blade Runner" !!
Mon préféré C'est Joseph Tual car faut être gonflé pour balancer le scud
Ben Barka en pleine rencontre Bling Bling VS Mohammed 6 !!! Ahahahahah
Ca serait raffraichissant de voir tout les jours des actions d'éclats de la sorte
dans les médias traditionnels !!
La Directrice du NPA et le Commandant de Gendarmerie un peu en retrait
et avec une terminologie usée jusqu'a l'os concernant le corps enseignant .
Mais l'ensemble tiens bien la route . Alors à réediter Guy !!
Laquelle de ces professions n'est pas épargnée par une appellation très familière dans le titre de cette émission ?...

Bref, est-ce qu'on pourrait, UNE BONNE FOIS POUR TOUTES, arrêter de parler de "PROFS" dans les médias (ou au moins sur @SI) ?

Merci beaucoup.

Un abonné qui souffre.
Walter retour en résistance de Gilles Peret


A travers l’histoire de Walter, ancien résistant, ancien déporté haut-savoyard et sur fond de politique actuelle, deux questions se posent tout au long du film :

* « Qu’avons-nous fait des idéaux du Conseil National de la Résistance ? »
* « Résister se conjugue-t-il au présent ? »


A voir et à partager sans modération
il m'a soulé le tardy...
Je suis sidéré par la prestation de Lionel Tardy. Je le croyais ouvert et compréhensif sur les questions de liberté d'expression, notamment sur Internet, et vlan ! la déception.

Ainsi pour ce monsieur la liberté d'expression est réservée aux élus !

Allons donc, on savait que certains citoyens son plus égaux que les autres, maintenant on sai quels sont ces citoyens et quels sont les droits qu'ils ont en plus des autres. Soit vous êtes élu, auquel cas les droits cités dans la Constitution vous concernent, soit vous ne l'êtes, et dans ce cas là, taisez-vous, vous ne pouvez pas parler. Et le journaliste, il a le droit de parler, mais pas quand ça dérange l'élu ! Non, parce que quand même, faut pas que les citoyens de 2ème zone dérangent les chefs... Consternant.

Je commence à mieux comprendre pourquoi les politiques ont peur d'Internet. Quand je lisait Lessig (Free Culture), je pensais qu'il éxagérait quand il disait que le fait que les citoyens puisse s'exprimer, être lus et débattre grace à Internet angoissait les politiques. Je me rends compte qu'il avait parfaitement raison, et que même les députés les moins bêtes sur ce sujet (Tardy s'est opposé à Hadopi) considère que ça n'est pas normal que les citoyens puissent s'exprimer.

Je tombe des nues, encore une fois. Il faudrait que je m'y habitue, surtout pour ce qui concerne la politique...
Ce que je retiendrai de cette émission, c'est le bel aveu implicite du député Tardy concernant l'affaire Ben Barka. Il y a des "codes à respecter", des "façons de se comporter". Effectivement. Et les "façons de se comporter" de l'Etat Français depuis 45 ans sur cette affaire, on les a vues...

C'est emblématique des us de nos politiques ces priorités, l'amitié, le copinage, la diplomatie et le bizness passent avant la justice, loin devant. Les "codes à respecter", c'est plus important que la Loi.

La Loi elle est juste bonne pour le peuple.

...follow the white rabbit...
Je n'ai pas fini de regarder l'émission, mais je me permets de dire que le son est épouvantable, ça a saturé à la prise de son (je peux vous donner les timecode pour avoir une idée) et il y a des clics partout (clics que j'avais déjà signalés, mais apparemment en pure perte)... Et vous avez aussi un sérieux problème de DC Offset.
Ce Tardy ne ressemble pas à celui que j'avais vu dans la ligne j@une sur hadopi, [s]un recadrage[/s] le naturel qui revient au galop sans doute.
Guy, vous avez à plusieurs reprises attiré l'attention sur l'importance du choix du vocabulaire.
Peut-être aurait-il été intéressant, en regard notamment de la position du député face à la désobéissance des trois autres intervenants, qu'émergent les mots obéissance et soumission. La nuance potentielle aurait pu ouvrir des pistes de réflexion.

Le député Tardy : Je parie que le réalisateur le trouvait télégénique avec son faux air de Liam Neeson dans la liste de Schindler.
Il faudrait que M. le Député relise le statut général du fonctionnaire. Il affirme la liberté d'expression et n'évoque jamais le "devoir de réserve" (liberté d'expression dès lors qu'on ne fait pas état de son statut de fonctionnaire).

Comme aussi dans le privé, le fonctionnaire est soumis au secret professionnel.

Il ne doit pas non plus porter atteinte à la considération de l'Etat, ce qui sert d'appui à la jurisprudence pour parler de "devoir de réserve".

Mais celui-ci n'est pas un devoir de silence. Il signifie qu'il ne doit pas, par exemple, insulter publiquement les symboles de la République, qu'il ne faut pas appeler à la sécession de territoire, qu'on ne peut dire à celui qui occupe le poste de président de la république ce qu'il se permet de dire au citoyen de passage au salon de l'agriculture.

Cette obligation s'apprécie en fonction du rang hiérarchique : un chef d'état major, par exemple, a moins de marge de critiques qu'un gendarme de base.

En conséquence, il n'est pas certain du tout que judiciairement, le gendarme présent sur le plateau n'ait pas respecter ses obligations.

Les élus ne sont pas les seuls à avoir la liberté d'expression !
Je vois que l'ascenceur n'est toujours pas réparé.
Je fais allusion au décor de l'émission.
Dommage il m'était (relativement) sympathique jusqu'à ce qu'il sorte son discours formaté UMP sur l'éducation nationale. Enfin comme il le reconnait lui-même, il ne connait pas ce dossier. Pourquoi colporter des mensonges alors?

Lui trouve que nous avons beaucoup trop de profs inefficaces... moi je trouve que nous avons beaucoup trop d'élus qui racontent n'importe quoi au frais du contribuable.
J'aime beaucoup le député UMP et le coté fast food de la démocratie : la prochaine fois vous n'êtes pas obligé de reprendre la même chose !
Si j'ai tout bien compris, ce député UMP estime que tous les autres ont de bonnes raisons de fermer leurs gueules, quelque soit l'importance du sujet, tandis que lui-même a plein de bonnes raisons de l'ouvrir
puisqu'il ne twitte finalement que des secrets de polichinelle.

En conclusion, m'est avis que ce polichinelle peut aller se faire twitter chez les grecs...
Ainsi donc pour le ( ce ) politique ( 52 min 30 sec ) les élections donnent un blanc-seing aux élus ? Il faut attendre les élections suivantes avant de se poser des questions et remettre en cause certaines décisions politiques de ces élus que l'on trouverait injustes ?
Question aux @sinautes : que dit la loi sur la désobéissance ( civile ? ) [fr.wikipedia.org]

EDIT : lien wiki
Tiens, le « Vite dit » titre : « Le gendarme et la prof : deux insoumis parlent » [www.arretsurimages.net] alors que le sur le forum le titre c'est : « Le gendarme, la prof, le journaliste, le député et la ligne j@une » [www.arretsurimages.net]

Pourquoi une telle différence ? Le journaliste n'est pas insoumis, lui ?
32 min 44 sec : qui a laissé son téléphone portable ouvert sur leplateau ? Ça raisonne dans mes écouteurs et c'est très désagréable !
Heu, c'est juste moi ( problème de cache vidéo sur mon explorateur Internet, ou bien chez Dailymotion ? ) ou bien ? Je visionne l'émission par acte et en fin des deux premiers actes ( je viens de passer au 3ème), sur la fenêtre vidéo de l'acte qui vient de se terminer apparaît l'image d'Eric Zemmour sur le plateau de « On n'est pas coucher » ( ? ) avec comme légende : « Immigration - Zemmour dérape ! » ?!? o_0

« Bijour meussieur Vincent ! » [www.youtube.com]
C'est quoi ce polo tout gris ?
Un désobéisseur du sud lointain oublié des médias mais pas du conseil d’état http://uneecolepourvictorethugo.hautetfort.com/.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.