215
Commentaires

le choeur tragique des antigones

Elles s'appellent les Antigones, elles sont anti-Femen. Le 25 mai dernier, ces jeunes femmes en blanc allèrent manifester devant le local parisien des féministes ukrainiennes. Puis elles postèrent sur leur site

Derniers commentaires

http://www.jetetroll.com/2012/01/experience-trollante.html

juste pour la blague...
Le choeur tragique des forumeurs trollés...
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:DoNotFeedTroll.svg
Les Antigones,« filles de nos pères, épouses de nos maris, mères de nos fils », s'inscriraient donc dans une tradition catholique un tantinet paroxystique.

Dans le site les inrock l'interprétation est différente (voir même contraire),mais toujours aussi amusante :

""Autre similitude : les Antigones semblent adhérer, comme les identitaires, à une idéologie néo-païenne (non-chrétienne) qui consiste à idéaliser la Grèce antique et plus précisément Sparte. “Pour eux, la Grèce antique, c’est la société élitiste idéale, où les métèques n’avaient pas le droit de vote ; c’était un peuple fort”, avance André Dechot.""

On est quand même loin de la rigueur de Pastoureau.
bla bla bla..... bla bla bla... extrême-droite !!!

J'ai l'impression d'entendre Manuel Valls quand en 2 minutes il passe d'une question sur le mondialisme au négationnisme...
[http://www.dailymotion.com/video/xll1s0_manuel-valls-face-a-we-are-change-paris_news&start=368]

Vous avez peut-être raison, mais je trouve cela tout de même un peu rapide comme raccourci. J'ai l'impression de lire un de ces médias traditionnels qui accolent l'étiquette d'extrême-droite, voire de fasciste, à tout ce qui ne relève pas du "néo-post-pornocratique", c'est à dire à tout ce qui se réclame d'un morale une peu moins "moderne" - allez ! 20 ans en arrière.

Peut-être pourriez-vous laisser votre conclusion à un journaliste qui essaierait de savoir ce qu'il y a derrière le mouvement des Antigones, au lieu de le supposer par une analyse douteuse de la couleur - je dis douteuse pour votre conclusion, car l'analyse est intéressante et très bien documentée ; journaliste qui, au passage, pourrait regarder ce qui se cache derrière les Femens ; leur histoire, leur évolution, leurs connexions...

Voilà qui pourrait faire un joli récit : celui de comment s'affrontent deux extrêmes ; si extrêmes il y a... des deux côtés.

En fait, c'est un peu ce que j'attends de la part d'@si, une certaine recherche de vérité, d'équilibre...
...et pas une conclusion aussi - excusez-moi le mot... extrême.

Merci.
Un catholicisme exacerbé d'une part et un goût prononcé pour l'antiquité grecque d'autre part, deux grands thèmes [s]de l'extrême-droite[/s], de tous les régimes de l'époque



L'architecture des régimes totalitaires a notamment pour vocation d'exprimer la volonté de ces régimes d'imposer la supériorité du collectif sur l'individu. Ce qui s'exprime par une architecture monumentale et la reprise des valeurs architecturales classiques gréco-romaines


L'architecte nazi Albert Speer le reconnait lui-même dans ses mémoires : « On a plus tard affirmé que ce style (néoclassique) était la marque de l'architecture d'État des régimes totalitaires. Cela est totalement inexact. C'est plutôt la marque d'une époque, reconnaissable à Washington, à Londres ou Paris, tout comme à Rome, Moscou ou dans nos projets de Berlin. »

. En peinture, le néoclassicisme se situe dans un mouvement de retour à l'antique.

wikipedia

Que nous dit le blanc des Antigones ?

Pas grand-chose je le crains

La robe de mariée blanche apparait en Europe à la fin du XVIIIe siècle. Rien à voir avec une décision d'Église, la raison c'est que le blanc était la couleur tendance à cette époque! Pour plusieurs raisons:

- l'antiquité gréco-romaine était à la mode, avec l'idée (erronée en réalité) que les tuniques et toges antiques étaient blanches

- Marie-Antoinette a largement contribué à l'engouement pour le blanc, y compris en robe de tous les jours

- techniquement, les progrès de la chimie ont permis d'obtenir des jolis blancs sur les tissus...


Avant les robes de mariées étaient de couleur vive, souvent rouge au Moyen âge. Sous l'empire, le blanc était toujours top tendance, donc logiquement pour les mariages aussi! L'habitude est restée pour les mariages.

C'est à la fin du XIX siècle que la robe de mariée blanche a été associée à la virginité (supposée!) de la jeune mariée. Culture bourgeoise oblige...


Je mets le lien d'une très bonne interview de ce pauvre Pastoureau qui sert d'alibi à Alain Korkos qui est comme trop souvent délirant...



Pastoureau: "On vit mieux sous Saint Louis que sous Louis XIV"
http://www.lexpress.fr/culture/livre/michel-pastoureau-on-vit-mieux-sous-saint-louis-que-sous-louis-xiv_1116861.html
.
Encore une fois, comme de plus en plus souvent sur @si, les forumeurs, parfois acharnés, se prennent les pieds dans le tapis du fond et de la forme.
Car, comme d'habitude, A. Korkos, en habile sémiologue, analyse avant tout les signes (i.e. les images) en ce qu'ils révèlent du fond de l'air du temps. Le fameux rapport Sa/Sé, cher à Saussure (exercice pratique: prononcez 10 fois à toute vitesse "Sa/Sé cher à Saussure"; normalement ça doit se terminer par "chair à saucisse"; fin de l'exercice pratique). En gros il cherche (et à mon sens réussit) à voir ce à quoi le signe Antigone renvoie réellement en termes de Sa/Sé. Et le Mythe d'Antigone, qui associe le couple Sa/Sé "j'enfreins la loi/je suis légitime à le faire", invite tout naturellement à poser la question du sens, du fond, de tout cela. Et que ce fond renvoie inévitablement à des valeurs d’extrême droite me semble bien (dé)montré. Non?
Juste peut-être Alain auriez-vous peut-être pu inverser les deux grandes parties de votre démo, en mettant à la fin seulement les liens montrant les liens, comme "preuves" de la démo? Mais bon, les mal comprenant, auraient de toutes manières mal compris.
Mais pour en finir une bonne fois pour toutes avec le confusianisme ambiant sur la forme et le fond, je vous invite à déguster cette petite vidéo très pédagogique (attention: contient de gros morceaux de vulgarité assumée).
Le courage, ça serait de faire le même cinoche en Egypte. Non, mieux, en Arabie Saoudite. Là, ça serait vraiment risqué et subversif ! Bien plus que d'insulter le pape, les nichons à l'air, en plein Paris, en 2013 !!

Ou le faire aux USA dans un rassemblement de Chrétiens évangélistes... Tiens, pourquoi pas dans une colonie Israélienne de Cisjordanie ? Ça en jetterait, ça !!
dommage qu'elles n'utilisent pas leur énergie à défendre la cause de leurs sœurs emprisonnées, humiliées, malmenées de par le monde !
qu'elles prennent exemple sur les FEMEN...

ce lien vers A Tunisian Girl, qui défend Amina emprisonnée pour avoir voulu lutter contre un régime payé par le Qatar qui cherche à imposer les Frères Musulmans dans la plupart des contrées arabes....
les Frères, qui eux, ont déclaré la guerre aux femmes de cette planète !
FREE AMINA

merci m'sieur Korkos pour ce petit topo très instructif sur les Antigones, j'allais démarrer mes recherches sur ces femmes en blanc ...
grace à cette chro, je vais m'épargner une perte de temps et je vais laisser les Antigones à leur credo !
Je n'ai pas lu tous les commentaires de ce forum, la moitié à peine. J'en ai lus cependant qui me reprochent d'aller vite en besogne voire qui brandissent le fameux point Godwin.

À ceux-là je rappellerai qu'avant de critiquer un travail il convient de le lire en son entier. C'est un minimum. Lire en entier un article publié sur le ouèbe signifie qu'il faut cliquer sur les liens le parsemant, et lire les pages ainsi ouvertes. Les liens hypertextes sont la caractéristique première du ouèbe, c'est à la fois magique et compliqué mais il faudra s'y faire, se plier à cette logique moderne qui peut en dérouter certains, c'est le progrès !

En cliquant sur deux des liens signalés en début de chronique (dans cette phrase : « Les Antigones affirment cependant - qui en douterait à part quelques esprits chagrins ? - qu'elles n’ont aucune affiliation politique ou confessionnelle. ») , vous tomberez sur deux articles comportant des faits précis relatifs à ce qui unit les Antigones et l'extrême-droite. Vous remballerez alors votre fumeux point Godwin pour une autre occasion.

Les liens en question :

http://www.lesinrocks.com/2013/05/30/actualite/antigones-qui-sont-ces-anti-femen-11399243/
http://lespapiersanthumes.wordpress.com/2013/05/27/ni-a-vendre-ni-a-louer-les-antigones-les-militantes-de-la-mouvance-identitaire-passent-a-laction/
bon résumé Fan
gamma
faire référence aux grecs pour, entre autre, faire connaître sa position contre le mariage homosexuel...
"remise en question de la complémentarité homme-femme, il nous semble primordial de rappeler ce principe d'équilibre"

Complémentarité, c'est pour remplacer égalité ?
https://www.youtube.com/watch?v=taMVSanRqmw
Argh ! j'ai beaucoup de mal à lire ce type d'article. Vous savez, ou vous devriez le savoir, énoncer "les Antigones sont affiliées à l'extrême droite DONC les Antigones c'est mal !" c'est le niveau zéro de l'argumentation. Au-delà de vos PREJUGES, pouvez-vous plutôt nous expliquer en quoi ce qu'elles font ne seraient pas sincère, pertinent, etc. ? en quoi cela mérite de les dévaloriser ??? Pourquoi alors ne pas avoir pris le même biais idéologique pour les anti-femen ? Et ça non, apparemment il n'en est pas question ici... Pour moi, ça s'appelle du dénigrement gratuit ! Dommage !
Merci pour cet article pédagogique, historique, voire mythologique qui nous éclaire sur les réels objectifs de ce mouvement et sur son idéologie cachée : il s'agit bien d'un groupe "tradi-catho" qui flirte avec les idées d'extrême-droite, comme le dit, presque pudiquement Alain Korkos à la toute fin de sa démonstration.
C'est une tentative, comme il s'en développe pas mal en ce moment sous l'influence du "Printemps français" et de ses inspirateurs ultra-droitiers, d'investir le champ médiatique avec des groupes pseudo modernes, portés par les jeunes, pour mieux diffuser des idées réactionnaires, maurrassiennes (comme le souligne à un moment de son texte Alain Korkos).

En avril, j'avais écrit à ce sujet un "décryptage" du mouvement des Homen à son apparition en marge des "Manifs pour tous" : vous pouvez le lire ici : http://lemigoblog.blogspot.fr/2013/04/homen-tombez-les-masques-la-photo.html.
C'est le même principe que pour ces "Antigones". Une réplique aux Femen (ce mouvement décidément inspire et/ou dérange !), et le même fonds idéologique : l'enracinement dans les valeurs éternelles (un homme-une femme ; la condamnation des "mélanges" ; la revendication d'un pseudo apolitisme, etc.). Et au bout du compte, des idées d'extrême droite très réactionnaires, limite fascisantes, sûrement pétainistes.

Il faut continuer à démasquer ces mouvements insidieux pour ne pas retomber dans l'intolérance à laquelle ils conduisent !
Un petit tour à Antigone.
J'attends avec impatience que face aux anti-gone s'élèvent les pro-méthée
C'est ce que j'appellerais un article bien tiré par les cheveux, bien écrit dans une idée bien précise à réussir à démontrer...on appelle ça une thèse, non? Et on essaie pas de mettre en perspective "fond" des Femens contre "fond" des Antigones... mais forme contre forme... Seins nus = liberté d'expression et libération (émancipation) du corps des femmes; contre esthétique classique = extrême droite, vous auriez pu nous le sortir dés intro plutôt qu'en conclusion, genre "j'ai réfléchi à fond pour en arriver là"...
Donc si je comprends bien, les blanches colombes sont en fait du côté obscur, alors que les autoproclamées "sextrémistes" sont les les porteuses de lumière... ?
[quote=Alain Korkos]Voilà, le ton est donné : Iseul, membre des Antigones pour qui « la femme a sa dignité, celle-ci ne passe pas par l’exhibitionnisme et l’hystérie », est une militante catholique ayant peut-être quelque vague sympathie pour Civitas

"ayant peut-être quelque vague"

Sauf erreur de ma part, j'ai beau relire l'article en question, je ne vois aucun lien de causalité entre ce qu'elle évoque et votre conclusion.
Ce passage dans votre texte me fait -malheureusement- beaucoup penser au principe de l’association dégradante.
Ca ressemble à un procès d'intention de la part d'A.Korkos: si vous n'aimez pas la manière de faire des Femen alors vous êtes d'extrême-droite, ça me paraît être un raisonnement digne des plus beaux sophismes de G 'dabeuliou' Bush.

Etre pacifiste (contre la violence) ça me semble pas un truc d'extrême-droite. Désirer l'équité plus que l'égalité, ça me paraît pas un truc d'extrême-droite. Prôner qu'il existe des complémentarités entre les hommes et les femmes, ça me paraît pas un truc d'extrême-droite.

Par contre, je suis d'accord qu'il y a comme des "larsens" dans leurs discours et écrits: en premier lieu duquel on ne comprend pas très bien pourquoi elles s'opposent aux Femen alors que la logique serait, en gros, non pas de s'opposer aux Femen, mais d'apporter une certaine complémentarité avec leur manière de faire qui leur est propre.
C'est à dire une voie alternative et féconde répondant aux stéréotypes féminins et non une brute opposition frontale qui est l'expression d'un stéréoptype masculin...

Sûr que des jeunes femmes souriantes, en petite robe blanche et printanière avec un vague message politique, ça va faire le tour de toutes les rédactions, des plateaux télé, et des cafés du commerce.
Par contre, elles l'écrivent elles-mêmes: "l’ampleur qu’ont pris Les Antigones nous a surpris". J'ai envie de dire que j'ai envie de croire à la cause d'une société équitable défendue dans la douceur et le calme... Cela dit je suis loin d'être convaincu par leur première et fondatrice revendication: faire taire les Femen.

Ca ressemble à un procès d'intention de la part d'A.Korkos: si vous n'aimez pas la manière de faire des Femen alors vous êtes d'extrême-droite, ça me paraît être un raisonnement digne des plus beaux sophismes de G 'dabeuliou' Bush.



Etre pacifiste (contre la violence) ça me semble pas un truc d'extrême-droite. Désirer l'équité plus que l'égalité, ça me paraît pas un truc d'extrême-droite. Prôner qu'il existe des complémentarités entre les hommes et les femmes, ça me paraît pas un truc d'extrême-droite.



A l'inverse il y aurait beaucoup à dire sur le comportement des femens, qui me parait personnellement bien plus proche de l'extrême droite, dans les actes et les méthodes en tout cas (un peu militaire, un peu autoritaire, et un peu violent).
Pour dédouaner un peu A. Korkos il se "tâtait" si je me souviens bien de ce qu'il devait penser des femens dans une précédente chronique, à la vue d'une de leur bannière ou une femen coupait des testicules à la faucille, un peu violent un peu extrême (c'était revendiqué et appelé "sextremisme").

Cela dit, s'il se tâtait d'en penser du bien ou du mal dans un cas où le symbole était tout sauf équivoque, il se tâte moins face aux antigones en les qualifiant d'extrême droite (donc fascisant, violent, et autoritaire) à partir de symboles bien moins explicites.
Il y a là une incohérence dans le raisonnement en rapport aux faits qui sont devant nous, que je ne m'explique pas.

Une manie aussi de plus facilement juger les paroles, les symboles etc, ou ce que celles-ci peuvent laisser supposer, plutôt que les actes et souvent en plus bien plus durement.
Au vu des sujets qu'elles défendent, je pencherais plutôt pour l'extrême gauche, s'il fallait leur coller une étiquette féministe et la radicalité sur leurs emblèmes.
Au demeurant, elles se baladent sans armes, n'agressent pas les gens, et vu les combats qu'elles ont choisis, notamment les plus récents, je n'ai aucun doute quant à la justesse de leurs actions jusqu'à présent.

Au demeurant, elles se baladent sans armes, n'agressent pas les gens, et vu les combats qu'elles ont choisis, notamment les plus récents, je n'ai aucun doute quant à la justesse de leurs actions jusqu'à présent.

Si je viens vous voir, en disant "fuck" à vos idéaux, et en vous aspergeant un liquide à la tronche, vous considérez que je vous agresse ou pas?
Vous faites allusion à quel événement en particulier ?
La manif contre Civitas au mois de novembre. Tout le monde a trouvé ça formidable parce qu'en face c'était l'extrême droite.
Personnellement qui que ce soit en face la façon de faire reste et restera pour moi malhonnête et perverse.
vidéo : http://www.francetvinfo.fr/video-la-manif-anti-mariage-des-homos-de-civitas-tourne-a-la-bagarre-de-rue_172131.html
C'était quoi au fait, ce liquide qu'elles trimbalaient ? j'ai lu ici et là que c'était du "gaz", de "l'eau", de "poudre d'extincteur" d'après ce que j'ai lu le plus souvent depuis tout à l'heure.
Cela dit, oui, je considère ça comme une agression si quelqu'un m'asperge de ce truc en pleine rue, mais les réactions de civitas, où l'on voit des coups de poings et des coups de pieds fuser, sont un chouïa disproportionnées.
Un "fuck" à mes idéaux n'est pas une agression sous cette forme, sinon.
Peu importe finalement la nature du liquide, ça reste relativement agressif. Ce n'est pas tant le fuck, qui est agressif, c'est l'ensemble, pour le reste nous sommes d'accord. Les mecs qui répondent à coup de poing sont stupides, maintenant ça ne doit pas faire oublier la provocation des femens au départ qui n'est pas géniale non plus (avec des gosses en poussettes à côté parfois).
Personnellement contrairement à beaucoup je renvoie dos à dos les militants.
Les mecs qui s'acharnent à coup de pied sont des crétins.

Mais pour en revenir à ce que je disais au départ, les femens sont agressives, je rajouterai donc malhonnête personnellement, et ça me suffit à ne pas en penser du bien, quand bien même je serais d'accord avec certaines de leurs revendications.
Ah puis il y avait le sextremisme avec la faucille (symbole d'extrême gauche?) qui coupe les testicules qui m'avait fait tiquer aussi.
Je n'ai pas les mêmes conclusions, mais je comprends ce point de vue.

J'édite moi aussi, je viens de voir votre modification expresse: cette image est lourde, mais cela reste selon moi surtout de la provoc, dans la mesure où je le répète, elle ne se trimballent pas avec des battes et autre armes. Cela viendrait d'un site auxquels elles se sont frottés aux sympathisants qui prônent la violence, je serais bien plus inquiet.

Re - edit - désolé pour la tournure grammaticale improbable, je laisse en l'état :)
Oui c'est bien entendu de la provoc' mais ça ne me rend pas leurs méthodes plus sympathiques.
D'autant que les rares fois où j'ai entendu des interview de ces activistes, c'est flou conceptuellement, on sait pas trop ce qu'elles veulent si ce n'est qu'elles se battent pour plus d'égalité mais sans plus de précision. On n'interview manifestement pas les têtes pensantes, ce qui m'amène à me poser des questions sur l'origine et l'idéologie générale du groupe. Bref si je recolle avec les méthodes irrespectueuses et manipulatrice selon moi, ça sent pas bon.
Extrême gauche... pas sûr.
Et les femen n'ont pas grand-chose de féministe ; le vernis de l'image ne fait pas illusion : le fond est fort curieux.
--> Clic ! ;)
Ben non, pas sûr en effet, je suis embarrassé quant à leur coller une étiquette en fait. Dans leur genre, elles sont radicales sans l'ombre d'un doute, mais contrairement à ce que dit lullushu, il ne s'agit certainement pas d'extrême-droite, comme je disais, au vu de leurs récents combats.
À ce que j'en sais, elles s'en sont pris à l'extrême-droite quelle que fut sa forme (civitas, identitaires ou néo-nazis comme récemment) et militent pour la libération d'Amina en Tunisie. Ce n'est pas le féminisme habituel, mais je ne crois pas qu'il ne s'agisse que d'une image.
Merci pour le lien, mais dans les écrits de Mona Collet, je trouve que le fond est parfois "fort curieux", lui aussi ^^.
Merci pour le lien, mais dans les écrits de Mona Collet, je trouve que le fond est parfois "fort curieux", lui aussi ^^.
Puis-je vous demander en quoi ? (c'est mon côté curieux - lui aussi ;) )
Ben dans le billet de votre clic ci-dessus par exemple, elle oppose d'emblée les femen aux réelles représentantes, selon ce qu'elle suggère, du féminisme. Sur des critères esthétiques, de jeunesse, etc, mais en écrivant en substance que le fait que les féministes de ces dernières décennies sont loin d'être représentées dans les médias (ce que j'approuve totalement, elle a malheureusement raison), invaliderait de facto la cause et les actions des femen. Et le paragraphe intitulé "Contre les vieilles femmes qui lisent des livres " développe en entier cette présentation en discréditant les femen, sur la base des seins nus. "Négation de compétences intellectuelles - réduction permanente des femmes à leur corps et à leur sexualité... >> patriarcat. "
Après quelques concessions, elle en remet une louche, je passe les détails.
Je ne pense pas que cette virulence que je trouve un brin surjouée, serve la cause des féministes, en s'attaquant à ces femmes qui ont tenu tête à des fachos de tous ordres et défendu Amina Sboui.
D'ailleurs, que pense Mona Chollet, ou même le Monde Diplomatique plus globalement, sur ce que subit cette femme en Tunisie ?
Si vous avez un ou deux "clics" là-dessus, je suis preneur :-)
Ah, bien vous voyez, je n'ai pas du tout la même lecture que vous.

Ce que Chollet reproche aux Femen (enfin, c'est ce que j'en lis et c'est aussi ce que je pense, donc ma lecture peut être biaisée), c'est :
- de mépriser les féminismes historiques et de ne porter aucune réflexion politique,
- de penser que montrer leurs seins est un acte de liberté, et qu'elles maîtrisent leur image,
- de croire qu'elles se servent des médias pour porter un message émancipateur alors qu'elles sont baladées par un espace médiatique qui ne retient de leurs happenings que ce qu'il veut bien en retenir (et c'est souvent tout sauf féministe) - quant à leur message émancipateur, il est inaudible quand il n'est pas inexistant.

Finalement, leur action est contreproductive aujourd'hui en France, parce que :
- [côté positif] soit elles sont présentées comme des femmes qui mettent leur beauté physique au service d'une noble cause : lutter contre les derniers rebuts du patriarcat, et comme ceux qu'elles visent sont en général les plus caricaturaux de ces pouvoirs (donc les moins puissants et les moins dangereux puisqu'ils sont bien identifiés), leurs actions renforcent par conséquent les structures les plus solides de la domination masculine (l'hétérosexisme hégémonique, pour faire court), qui en profitent pour se faire un bon féministe-washing à peu de frais ;
- [côté négatif] soit elles sont présentées comme des furies hystériques, exhibitionnistes et coupeuses de couilles, une représentation antiféministe traditionnelle qu'elles reprennent à leur compte, stigmatisant ainsi un mouvement féministe qui s'échine à répéter que le féminisme n'est pas la "guerre des sexes", une invention antiféministe.
Bref, d'être une fausse bonne idée, et c'est un euphémisme de le dire ainsi.

Pour le cas d'Amina Sboui, je pense qu'elle explique assez bien sa position dans sa note [1] à propos d'Aliaa El-Mahdy, une Égyptienne qui se trouve dans le même cas. En gros, on a un peu le cul entre deux chaises. D'un côté, il est certain que ces jeunes filles sont traitées d'une façon lamentable et inacceptable. Mais de l'autre, leur action n'a aucun effet bénéfique sur la condition des femmes dans leurs pays, et ne peut en avoir, pour deux raisons. D'abord, on ne peut pas lutter seul et par une provocation si forte contre une domination politique, sociale et culturelle si solide. Ensuite, leur geste a été récupéré et instrumentalisé par des personnes qui n'ont absolument rien à foutre des droits des femmes, afin de stigmatiser certains pays dans un dessein qui n'a rien à voir avec le féminisme, et qui mettent en danger par la même tout mouvement féministe bientôt stigmatisé comme cheval de Troie de l'impérialisme occidental.
Ceci dit, qu'elles soient idiotes, irréfléchies ou naïves ne justifie en rien qu'on les traite de cette façon.
Mais comment condamner la répression dont elles font l'objet sans tomber dans le travers expliqué plus haut, et surtout comment dire quelque chose sans que cela se retourne contre elles comme une ingérence occidentale de plus ?
Je n'ai pas de réponse à cette question...
Et bien justement, de ce que je lis de votre premier paragraphe, il semble que nous ayons une lecture pas tellement différente du billet en question.
Et en effet, les deux hypothèses que vous en tirez sont logiques, même s'il y a plusieurs façons de les appréhender.
Il n'y a pas vraiment de côté positif dans ce que vous écrivez, les deux sont dans l'ensemble négatif, et je ne pense pas qu'il soit démontré, bien au contraire même, que ces "pouvoirs bien identifiés soient les moins puissants puisque bien identifiés". Leurs actions ne renforcent nullement ce que vous décrivez à mes yeux. Et le fait de voir que ceux et celles qui sont le plus acharnés face à elles, sont précisément les franges extrémistes qu'elles dérangent visiblement, renforce ce point de vue selon moi.
Bref, vous l'avez compris, nos avis divergent sur ce sujet.

Voilà pourquoi je prends certains billets de Mona Chollet avec des pincettes.
Concernant Amina Sboui, je trouve dommage que, même si vous condamnez ce qui leur arrive en quelques mots, vous en tiriez ces conclusions qui vous amènent à davantage vous scandaliser de leurs méthodes, et à développer plus ardemment certaines conséquences et retombées de ces actes notamment, en faisant un parallèle avec "l'impérialisme occidental" et "l'ingérence" qui va avec.
Vis-à-vis de ces concepts, ce qui est arrivé physiquement et psychologiquement à ces femmes me choque davantage que la portée potentielle des actes des femen, dont les cas de figures que nous avons évoqués ne sont pas forcément des plus probants.

Du coup, j'ai essayé de rechercher moi-même des écrits de Mona Chollet et du coup, du Monde Diplomatique sur le cas d'Amina Sboui, et déplore que pas une ligne ne lui a été consacrée sous leur plume. J'ai peut-être mal cherché, si des recherches d'@sinautes sont plus fructueuses que les miennes, je suis toujours preneur pour les liens.

Maintenant, sur le sujet de savoir lequel de nos points de vue est le plus raccord avec les événements et la réalité actuelle, je n'ai pas de réponse particulière non plus à cette question.
Le MD appartient à un groupe.
Peut-être qu'il y a eu un choix éditorial, étant donné que Le Monde (plus diffusé et lu ?) a traité du sujet ainsi que Courrier International.
http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2013/06/01/en-tunisie-la-crainte-d-une-condamnation-pour-l-exemple-de-militantes-femen_3422214_1466522.html
http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2013/05/30/tunisie-ouverture-du-proces-d-amina_3421133_1466522.html
Oui, j'avais vu ces billets, c'est pour cela que j'ai bien précisé "Monde diplo", que j'apprécie en général, mais que je déplore (comme certains aspects du Canard d'ailleurs) ici.
Et effectivement, selon moi, il est clair qu'il y a une choix éditorial sur ce silence, on peut écarter la thèse du simple oubli.
Je sais. C'était ma réponse. Cependant, ce ne sont pas les sujets à couvrir qui manquent... mais les moyens entre autres, si. Le directeur du journal avait écrit éditorial en ce sens, il y a quelques temps.

Mais, le mieux serait d'interroger directement le Monde diplomatique.
[quote=Fan de Canard]le fait de voir que ceux et celles qui sont le plus acharnés face à elles, sont précisément les franges extrémistes qu'elles dérangent visiblement, renforce ce point de vue selon moi.

Je ne remets pas en cause leur action quant à ces groupes, qu'en effet elles dérangent - et c'est très bien, lorsque ce sont des emmerdeurs qui veulent imposer à la société entière leurs normes et représentations : aller balader ses seins sous le nez d'un croyant lambda, qui n'est pas nécessairement un intégriste et qui ne souhaite pas nécessairement imposer ses vues à tout le monde, est idiot (c'est aussi un peu ce que je leur reproche : elles ne distinguent aucune cible et mettent tous les croyants et tous les pratiquants dans la même case des "ennemis" alors que la réalité est beaucoup plus complexe. Choquer pour choquer, c'est crétin. Mais mon problème, c'est davantage qu'elles ne vont déranger qu'eux, et qu'elles ne dérangent pas les autres... ceux qui aiment reluquer ou ceux qui s'en foutent, et qui sont tout autant antiféministes, misogynes et conservateurs que les premiers, mais qui sont agents d'une oppression plus insidieuse et plus solide puisque invisibilisée.

[quote=Fan de Canard]je trouve dommage que, même si vous condamnez ce qui leur arrive en quelques mots, vous en tiriez ces conclusions qui vous amènent à davantage vous scandaliser de leurs méthodes, et à développer plus ardemment certaines conséquences et retombées de ces actes notamment, en faisant un parallèle avec "l'impérialisme occidental" et "l'ingérence" qui va avec.

Je ne me scandalise pas de leurs méthodes, j'essaie de réfléchir à la portée de leurs actions. Lorsque celles-ci n'ont aucune conséquence positive sur le mouvement féministe et qu'au contraire elles mettent en danger toute perspective d'émancipation féministe, je trouve légitime de discuter de leurs méthodes et de les mettre en garde contre des actions menées seules qui sont inefficaces, contreproductives, qui les mettent en danger et qui menacent le féminisme en Tunisie ou en Égypte en le faisant passer pour l'allié objectif de l'impérialisme occidental aux yeux des conservateurs (pour ne pas dire pire) qui détiennent le pouvoir réel.

Soyons clairs : je ne remet pas en cause toute action subversive, violente ou choquante (au contraire), je remets en cause celle-ci parce qu'elle ne peut aboutir à rien de bon pour la condition des femmes et pour le mouvement féministe. Les électrons libres, c'est sympa quand ça ne vient pas détruire ou mettre en péril le travail de fond collectif - ce qui encore une fois ne légitime absolument pas la répression qui s'est abattu sur elles.

Ma question est donc toujours de savoir comment on peut en France tenir un discours qui échappe au manichéisme, et qui à la fois condamne toute action de répression contre ces jeunes filles, mais discute également de la pertinence de leur geste, sans passer pour l'allié des uns -qui les répriment- ou des autres -qui les instrumentalisent. Dans les deux cas, c'est le mouvement féministe qui perd la partie.
Ma question est donc toujours de savoir comment on peut en France tenir un discours qui échappe au manichéisme, et qui à la fois condamne toute action de répression contre ces jeunes filles, mais discute également de la pertinence de leur geste, sans passer pour l'allié des uns -qui les répriment- ou des autres -qui les instrumentalisent. Dans les deux cas, c'est le mouvement féministe qui perd la partie.

Une remarque et des interrogations.

Vous, de ce que j'ai lu, le faites très bien... mais cependant, à mon sens, pourquoi faudrait-il toujours avoir cette appréhension et se bloquer nécessairement dans cette posture binaire figée ?

On peut être objectif et donc être sans camp.

Ce n'est que lorsque cette situation (cette critique) se présentera, que cette question se posera. Cet à ce moment-là, que l'on pourra se pencher dessus.

En France, je pense que cela dépend de : qui (acteurs nationaux : institutions, citoyens, médias ; acteurs locaux), quoi (sur quel point particulier), comment (les modalités) etc.

Si on laisse l'association locale, mettre en place les modalités de ses actions et s'investir sur le terrain, il n'y aucune raison que cela puisse empêcher de débattre du sujet en France (en ayant davantage d'informations, sur la situation locale, celle rencontrées sur le terrain).

Je ne perçois pas la différence qu'il y aurait entre cette association qui s'implante dans différents pays et une autre organisation internationale (à ses débuts). De ce que j'observe, elles passent par certaines étapes rencontrées initialement par leurs "aînées" (organisations internationales).

La majorité des personnes n'ont pas vécu l'émergence/la naissance et suivi le développement de ces actions. Ou alors, cela fait d'une histoire non-écrite, qui a été oubliée.

C'est pour cela que ce mouvement représente en soi, un phénomène contemporain (de notre époque) qui nous interroge.
Merci pour l'article.

En se conformant aux codes véhiculés par notre société (et l'histoire de ces rapports sociaux), de par la forme et fond de leurs messages communiqués, le mouvement des Femen laisse dubitatif.
C'est ce qui expliquerait que leur message semble seulement être universel dans la forme (en se conformant aux codes établis et clichés entretenus à travers le moyen par lequel elles communiquent : l'image... mais qu'est-il du contenu de ce message ?).

Dans le fond, je doute qu'il puisse devenir véritablement universel dans la mesure où je doute que toutes les femmes (peu importe la société à laquelle elles appartiennent ; peu importe les difficultés auxquelles elles sont individuellement confrontées) peuvent s'approprier ce message.

Je pense également, si elles s'implantent dans différents pays, les actions pour les droits des femmes ne sont pas les mêmes. Et par conséquent, elles devraient adapter leurs actions et cibler les véritables préoccupations ainsi qu'attentes des femmes appartenant à une société déterminée.

Dommage.

Ce qui a retenu mon attention dans cet article (car ce sont des positions que je partage) :

Un féminisme qui s’incline devant la domination masculine : il fallait l’inventer.


« (...) Le même effet que le terrorisme publicitaire et machiste que le féminisme ne cesse de dénoncer. Cette photo est pire qu’une maladresse, c’est un contresens politique. »


En France, les organisations féministes « se voient désormais plus souvent interpellées sur ce qu’elles pensent du mouvement d’origine ukrainienne que sur leurs propres actions » (3).

"L’intérêt pour les Femen s’avère parfaitement compatible avec l’antiféminisme le plus grossier."

On peut seulement déplorer que l’attente de toutes celles — et ceux — qui rêvent de se repaître des petites fesses de Jean-Paul Sartre dure toujours. Que fait Le Nouvel Observateur ? Les grands intellectuels n’auraient-ils pas, eux aussi, un corps, une sensualité, une vie sexuelle ? Pourquoi ne pas nous en faire profiter ? Pourquoi ne sont-ils pas, eux aussi, une denrée publique, que l’on peut exposer et commercialiser indépendamment de la volonté des intéressés ?
Pour vous, violence = extrême-droite ? Ça c'est de l'analyse politique de haut vol.

Et puis bon, la violence des Femens... ben... y en a pas vraiment. Ce sont elles qui se font tabasser par les catho, les Civitas, par tout le monde, quand elles se contentent d'être là et de crier leurs slogans. Leur "violence" est symbolique et portée vers les symboles et non vers les personnes : les croix, les cloches de Notre-Dame, etc. (à l'exception des extincteurs de "Holy sperm", mais bon, ça va quoi)
Et leur entraînement n'est pas "militaire", c'est un entraînement physique pour leur militantisme physique.

Et vous parlez d'oppression plus haut (sans donner plus d'argument parce que ça sert à rien n'est-ce pas), mais où est l'oppression quand elles se contentent de dire aux femmes : "faites ce que vous voulez" ? Elles n'incitent pas les femmes à avoir tel ou tel comportement (contrairement aux Antigone qui sont contre l'homosexualité, l'avortement, le dénudement, tout ça), mais à s'émanciper.

Pour vous, violence = extrême-droite ? Ça c'est de l'analyse politique de haut vol.

Je me met au niveau, quand on dit que blanc catholique et grec c'est extrême droite, je me dois de jouer des étiquettes.
Vu que personne n'est foutu aujourd'hui de définir les étiquettes, il conviendrait peut-être un moment de parler des choses pour ce qu'elles sont. On juge pas les étiquettes on juge les propositions, on juge pas les pensées ou les intentions qu'on suppose cachées des gens mais leurs actes et ensuite leurs paroles (et pas dans le sens inverse).


Et puis bon, la violence des Femens... ben... y en a pas vraiment. Ce sont elles qui se font tabasser par les catho, les Civitas, par tout le monde, quand elles se contentent d'être là et de crier leurs slogans. Leur "violence" est symbolique et portée vers les symboles et non vers les personnes : les croix, les cloches de Notre-Dame, etc. (à l'exception des extincteurs de "Holy sperm", mais bon, ça va quoi)

Ok Bon allez dans une manif mettons pour la journée des femmes, je prend cet exemple parce que j'y suis déjà allé il y a un ou deux ans. Vous allez avoir différents partis notamment de gauche et d'extrême gauche, des associations féministes, et avec un service d'ordre, comme dans toute bonne manif bien organisée.
Or n'importe qui venant dire "fuck ta manif" en vous aspergeant un liquide sur la gueule va se faire dérouiller par le s.o.
Qu'on soit d'accord ou pas avec ce qui est défendu par les femens n'est pas le problème, que ça nous rende aveugle, sur des manipulations perverses et malhonnêtes c'est plus inquiétant.
Qu'on les prenne pour victime après coup c'est encore plus inquiétant.


Et vous parlez d'oppression plus haut (sans donner plus d'argument parce que ça sert à rien n'est-ce pas), mais où est l'oppression quand elles se contentent de dire aux femmes : "faites ce que vous voulez" ? Elles n'incitent pas les femmes à avoir tel ou tel comportement (contrairement aux Antigone qui sont contre l'homosexualité, l'avortement, le dénudement, tout ça), mais à s'émanciper.

Je vois des activistes agressives, malhonnêtes, peu respectueuses des croyances des autres (même si comme elles je suis pas très porté sur la religion), elles peuvent être pour toutes les bonnes idées que vous voulez dans les faits, et dans les actes pour moi elles sont intolérantes.
Mais bon comme toujours il ne faut pas juger les gens sur leurs actes mais sur leurs paroles, ou leurs intentions, j'ai du mal à m'y faire.
Or n'importe qui venant dire "fuck ta manif" en vous aspergeant un liquide sur la gueule va se faire dérouiller par le s.o.
Qu'on soit d'accord ou pas avec ce qui est défendu par les femens n'est pas le problème, que ça nous rende aveugle, sur des manipulations perverses et malhonnêtes c'est plus inquiétant.
Qu'on les prenne pour victime après coup c'est encore plus inquiétant.

Je suis particulièrement choqué par ceci. Oui, ce sont des victimes.
D'abord parce que se faire tabasser (mais vraiment, elles se font littéralement courser et tabasser par des jeunes encagoulées, une des Femens a perdu une dent au passage) est complètement disproportionné par rapport à un peu de fumée. (et se faire traiter de chiennes et de putes aussi, recevoir des menaces de viol ou des menaces de mort, tout ça)
Ensuite parce que la violence elle est d'abord dans le discours des homophobes d'en face. Que des chrétiens se sentent maltraités dans leur religion, franchement, je pense qu'ils s'en remettront. Eux il n'ont pas peur de se faire tabasser à chaque fois qu'ils vont à l'église par des connards qui vont leur dire que leurs croyances sont une abomination de la nature : http://tempsreel.nouvelobs.com/mariage-gay-lesbienne/20130418.OBS6040/3-blesses-legers-dans-une-agression-contre-un-bar-gay-a-lille.html
Les Femens pourraient être plus subtiles et faire des actions un peu mieux ciblées (cf. leur action un peu bête devant la Mosquée de Paris qui représente justement un Islam plutôt progressiste), mais j'apprécie ce féminisme de guérilla qui est une réaction proportionnée, sans dépasser certaines limites (atteintes à la personne), à la violence abjecte qui défile dans les rues et qui se déroule dans les foyers (contre les femmes, les homos...)

Bref. Rien ne justifie la violence physique adressée contre elles.

Merci quand même pour votre réponse plus complète. et nuancée

Bref. Rien ne justifie la violence physique adressée contre elles.

Bien entendu.
Mais vous établissez quand même un raisonnement à deux vitesses et tout à fait subjectif à mon sens.
"La violence est dans le discours des homophobes d'en face" c'est un raccourci. Admettons que tous en face soient effectivement homophobes (qui serait d'ailleurs à redéfinir).
Selon vous on peut exprimer sa haine vis à vis du choix des uns et pour les autres c'est pas grave on s'en remet?

Quoiqu'on pense sur ces sujets je ne comprends pas cette incohérence du raisonnement.
Dire "fuck God" en aspergeant un truc à la gueule, si tant est que ce soit une violence égale à "1 papa, 1 maman" (discutable déjà) je ne vois pas en quoi l'un est inacceptable et l'autre "ils s'en remettront".

C'est soit les deux sont inacceptables, soit pour les deux "ils s'en remettront".

Maintenant quand vous avez deux gamins qui se battent, même s'il y en a un qui terrasse l'autre, en général vous punissez les deux. le premier a agressé le deuxième, le deuxième plus fort à terrasse le premier de manière disproportionné.
Je ne comprend pas cette manie qui est de porter aux nues les femens dans ce cas.
Personnellement si les types qui tabassent des nanas (désagréables certes) sont des connards, les nanas qui viennent cracher à la gueule sont des connasses. Dos à dos, je ne veux plus entendre parler ni de l'un ni de l'autre.

J'ajouterai que vu les images que j'ai vu et le traitement médiatique je soupçonne que l'effet recherché était justement de se faire tabasser devant les caméras, quiconque connait un peu les manif sait très bien que c'est que vous récolterez (il y a toujours un groupe d'excité dans les manif qui adore se fritter, d'autant plus quand c'est l'extrême droite en face).
On peut à la fois condamner les tabasseurs professionnels, et ne pas vouloir tomber dans ce piège là.
On peut à la fois condamner les tabasseurs professionnels (...)
Il n'y avait pas qu'eux...

J'ajouterai que vu les images que j'ai vu et le traitement médiatique je soupçonne que l'effet recherché était justement de se faire tabasser devant les caméras, quiconque connait un peu les manif sait très bien que c'est que vous récolterez (il y a toujours un groupe d'excité dans les manif qui adore se fritter, d'autant plus quand c'est l'extrême droite en face).

C'est aussi un raisonnement qui est souvent utilisé :

Manifester c'est dangereux.
Or, si vous vous y rendez c'est dans l'intention de subir ces violences.
Il faut donc rester chez soi (surtout pour des enfants, lycéens, étudiants etc. qui doivent se concentrer sur d'autres sujets...que ce qui se passe au sein de leur société en tant que citoyens...)

Je ne suis pas d'accord avec cela.
Une manifestation est encadrée (service d'ordre et policiers).
Aucun manifestant (raisonnable), ne part dans l'intention de subir ces violences.
Si vous subissez des violences (celui porte en premier le coup), la société ainsi que les pouvoirs publics ne devraient pas le juger acceptable.

Néanmoins, ce sont des incidents qui arrivent. Il ne faut pas non plus se focaliser là-dessus.
Seuls, ceux qui en charge de veiller à la bonne organisation des manifestations doivent en tirer des leçons afin d'améliorer l'encadrement et parcours des prochaines manifestations.

Maintenant quand vous avez deux gamins qui se battent, même s'il y en a un qui terrasse l'autre, en général vous punissez les deux.

Dans ce cas précis, il ne s'agit pas d'enfants. Donc, l'analogie est inappropriée.
Et puis, l'éducation enseignée au sein de la famille ou à l'école, n'est pas la même pour tous.
Sûr qu'à côté de Marine Le Pen ou de Nadine Morano, elles font franchement nunuche.
"Désirer l'équité plus que l'égalité, ça me paraît pas un truc d'extrême-droite. "
Quand on oppose ces deux idées, si, plutôt.
Le problème sur ces sujets et notamment les clivages, je vais redire un truc que je dis souvent ces derniers temps et que je ressents de plus en plus, c'est que les mots perdent de leurs sens.

L'égalité dont on entend parler à longueur de journée, n'a pas de sens en soi.
Dans notre démocratie, c'est de l'égalité en droit, dont il faut parler sinon cela ne veut rien dire. Je pense que c'est un sujet qui n'est plus discuté par personne (ou presque).
Le problème c'est qu'on y remplace la notion d'égalité tout court, et que ça brouille probablement les esprits et les débats.
Je ne sais pas trop ce que veulent dire les antigones, peut-être tendent-elles à vouloir préciser qu'il s'agit d'établir une égalité en droit dans le sens ou de toute façon nous sommes tous différents pour lutter contre l'égalité tout court floue et ambigue qui tend à l'indifférenciation généralisée.
Si c'est ça me parait être un thème originellement de gauche.

Mais les temps changent et de nouveaux thèmes apparaissent, et leur définition sur l'échiquier politique aussi.
Dès lors ce qui était progressiste hier, devient réac aujourd'hui, et parfois inversement.

Et il y a un truc qui me chiffonne en ce moment c'est que de plus en plus certains discours étiquetés à gauche sont typiquement des anciens discours de droite, visant à uniformiser, à reprimer et à interdire, et de l'autre côté, des discours appelant à la démocratie, à la liberté sont étiquetés à droite voire à l'extrême droite.

Or l'égalité si on ne précise pas "en droit" me parait, compris littéralement, comme un concept uniformisant et fascisant qui me rappelle deux romans britanniques d'anticipation des années 30-40 si vous voyez ce que je veux dire.
"L'égalité en droit ", oui, c'est bien de ça dont on parle. C'est l'opposition "égalité-équité" qui est absurde, ce n'est pas la même chose.
Maintenant, depuis tout à l'heure, j'ai eu le temps de lire un peu ce que veulent les antigones, et notamment comment elles se présentent elles-mêmes; et je pense que ce que rappelle Oblivion ci-dessous est juste, et qu'elles avancent masquées. Quelques phrases bien précises, au milieu d'un océan qui se veut être de pureté, sont de biens beaux concepts chers à la droite extrême.
Ce qui m'amène à ce qui vous "chiffonne": non, c'est faux lullushu, de présenter les choses comme cela, vous retombez dans certains travers qui amplifient et exagèrent ces "certains discours étiquetés à gauche": il y a des interdictions certes, des sanctions (et non pas "répression", n'exagérez pas) prévues également, mais pas spécialement d'uniformisation programmée. Une volonté de certaines normes, bien que le terme est impropre, en termes d'égalité, mais davantage dans le cadre d'un certain nivellement par le haut; ainsi qu'évidemment, l'universalisme.
Quant à ce que vous décrivez de l'extrême-droite, je ne sais pas si vous voulez faire passer un message ou si les formes douces et mielleuses parfois, qu'ont adoptées leurs militants afin d'attirer le chaland ont plus ou moins réussi à vous convaincre, mais soyez certain d'une chose, lullushu: l'extrême-droite, c'est la violence sous de nombreuses formes, physiques et dans les projets de loi, profondément inégalistariste, pas vraiment contre les politiques capitalistes d'austérité qui déferlent sur l'Europe, et surtout, racistes et racialistes depuis toujours. Et d'autant plus dangereuse qu'elle sait s'infiltrer de mieux en mieux, distiller ses idées sur la toile un peu partout mais en utilisant une dialectique visant à endormir le lecteur non attentif, et à faire entrer dans les esprits que l'extrême-droite est devenue une belle chose et un grand projet.
Un ramassis de foutaises.
Le forum d'@si n'a pas été épargné par quelques-uns d'entre eux.
Bref, face à ça, l'égalitarisme en droit, évidemment, autrement ça n'a jamais rien voulu dire d'ailleurs, est tout le contraire d'un "concept uniformisant et fascisant".
Si vous voyez ce que je veux dire, moi aussi.

Quelques phrases bien précises, au milieu d'un océan qui se veut être de pureté, sont de biens beaux concepts chers à la droite extrême.

Je me suis pas penché dessus, mais si vous avez le temps de nous décrire ces phrases là je suis client.

Quant à ce que vous décrivez de l'extrême-droite, je ne sais pas si vous voulez faire passer un message ou si les formes douces et mielleuses parfois, qu'ont adoptées leurs militants afin d'attirer le chaland ont plus ou moins réussi à vous convaincre, mais soyez certain d'une chose, lullushu: l'extrême-droite, c'est la violence sous de nombreuses formes, physiques et dans les projets de loi, profondément inégalistariste, pas vraiment contre les politiques capitalistes d'austérité qui déferlent sur l'Europe, et surtout, racistes et racialistes depuis toujours. Et d'autant plus dangereuse qu'elle sait s'infiltrer de mieux en mieux, distiller ses idées sur la toile un peu partout mais en utilisant une dialectique visant à endormir le lecteur non attentif, et à faire entrer dans les esprits que l'extrême-droite est devenue une belle chose et un grand projet.


Je suis totalement d'accord avec vous sur la définition que vous faites de l'extrême droite. Et je suis content qu'on arrive sur ce sujet.

Votre définition est ma définition. Mais voyez-vous je vais regarder un peu parfois ce qui se passe sur la fachosphère et j'observe un truc inquiétant à plusieurs titres :
parmi les gens qui sont étiquetés à l'extrême droite, il y a à boire et à manger. Et beaucoup de gens qui selon moi n'ont rien à voir avec ce que vous venez de décrire.
Or je crois que ce résultat n'est pas que le résultat du discours mielleux qu'a le FN depuis quelques années (ça joue aussi bien entendu), mais il est aussi encouragé par le discours excluant notamment à gauche. Et le sujet des femens est un excellent exemple. Il y a pleins de gens qui comme moi, sont viscéralement opposé à toute violence et tout inégalitarisme, qui finissent par se détacher du discours de gauche par souci de vérité.

Ici on trouve formidable d'aller agresser les catholiques parce qu'on est anticatho.
Mais moi c'est pas ma définition de la gauche. Ce n'est pas parce que les nanas qui vont faire ça sont d'accord avec moi que je vais être d'accord avec ces méthodes. Ce n'est pas parce que les mecs qui réagissent en face, sont violents, que je vais trouver formidable et justifié d'avoir été les agresser en premier lieu. Je les renvoie dos à dos.
Le problème c'est qu'il y a de plus en plus une sorte de haine revancharde à gauche. Encore une fois c'est pas ma définition de la gauche, ni de l'égalité en droit. On justifie ce qu'on fait aux uns parce que ce sont les méchants, et pour les autres c'est moins grave.
Ce raisonnement à deux vitesses ça m'énerve ça pervertit tout à mon sens.
Ce n'est pas juste, ce n'est pas équitable, ce n'est pas logique.

Et les exemples de ce genre sont nombreux. Le problème c'est qu'il y a de plus en plus une mentalité qui se résume à : soit tu es avec moi, soit tu es contre moi.


Bref, face à ça, l'égalitarisme en droit, évidemment, autrement ça n'a jamais rien voulu dire d'ailleurs, est tout le contraire d'un "concept uniformisant et fascisant".


Bien sur, mais brandir l'égalité pour faire taire et réprimer bêtement ça a l'air de se développer.
Je vous prend deux exemples dans l'actualité récente, la condamnation du rappeur Orelsan pour une chanson (aussi débile soit-elle) et les interpellations arbitraires des gamins de la MPT (quoiqu'on en pense on peut pas justifier l'arrestation de qui que ce soit sans aucune raison)

Ce genre de décisions ne sert à rien, vise à côté, et est globalement un abus fait contre la liberté d'expression dans un premier cas, contre la liberté physique dans le second. Pire ça fait, des vrais gens d'extrême droite qui récupèrent ces trucs, des martyrs. Formidable, très intelligent.

Et globalement c'est ce qu'on est en train de faire de plus en plus dans le débat médiatique. On fait des perversions de vérité, ça énerve pas mal de gens très bien. Derrière on leur dit qu'ils sont d'extrême droite si ça les énerve (parce que ça énerve aussi l'extrême droite pour d'autres raisons donc on associe, c'est facile). L'extrême droite récupère tout ça, et se pose en martyr.
Et on continue ce petit jeu là.
C'est vrai que c'est compliqué, après, pour revenir aux antigones, bien qu'ayant eu le temps de réaliser d'où elles s'exprimaient, je n'ai pas grand chose à ajouter à votre analyse. Je pourrai bisbiller sur deux trois points, mais vous vous en souvenez probablement, nous en avons déjà parlé entre nous et avec d'autres interlocuteurs.
Concernant votre première interrogation, voilà la fameuse présentation que les antigones se font d'elles-mêmes.
http://antigones.fr/2013/05/petite-mise-au-point/
J'ai déjà évoqué quelques-uns des concepts-clefs qu'elles ont écrits, concernant la pureté, l'image en elle-même est des plus parlantes:
http://antigones.fr/wp-content/uploads/2013/05/Les-Antigones-640x320.jpg
Enfin, histoire d'achever de vous convaincre tant il est clair que l'extrême-droite s'exprime à travers elles, ze vidéo:
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=4DpzFoTvxC8
Il y a matière à un sacré décryptage d'images, auquel notre ami Maitre Korkos pourrait aisément s'adonner en addendum s'il en a le temps. Le floutage des femen le long de leur discours, la manip du cordon CRS qui, à les croire, était destiné à les empêcher, elles, de s'exprimer, et j'en passe, j'ai décroché la propagande avant la fin, avant de gerber mentalement.
Ah oui, c'est pas bête ! Alain Korkos pourrait faire une chronique à propos des Antigones.
? tu m'as lu un peu rapidement, j'évoquais un addendum sur la vidéo manipulatoire que j'ai mise en dernier lien.
C'est pas "bête" non plus, a priori, non ?
Cette vidéo est le premier lien de la chronique ci-présente. ;-)
Ah oui mais j'avais pas en fait c'est parce-que dans le titre j'étais passé directement à sans parler des liens en couleur là en noir j' vois pas à chaque fois 'même temps soulignés tu m' diras alors que si ça se trouve décryptage malgré tout pas besoin finalement n'empêche que manips tout ça scandaleux par dessus la jambe quilé l'onglet contact t' vas voir que un peu de ma faute quand même cela dit un peu impertinente sur ce coup pas la première fois y'a pas que les petits détails et en définitive j' suis un peu coincé là maintenant

En tout cas tu m'as compris c'est un peu facile je trouve
ah ben voilà : "l’ampleur qu’ont pris Les Antigones nous a surpris"... z'ont un petit problème de genre, les anti-gônes.... si elles étaient tellement raccord avec leur féminitude qu'elles le prétendent, elles auraient écrit "l’ampleur qu’ont pris Les Antigones nous a surpris[large]es[/large]"... si ça se trouve c'est des travestis :D
" Désirer l'équité plus que l'égalité, "
Le "plus" ne vous dérange vraiment pas ? Moi si.
Qui définirait l'équité en termes, un exemple pris au hasard, de droit au mariage ?
J'avoue que j'ai du mal à comprendre cette phrase, sinon qu'égalité est comprise non pas comme égalité en droit, mais comme égalité physique. Mais dans ce cas leur discours est tout sauf clair.
Merci mille fois pour cette analyse riche et décapante.

C’est quand même curieux, ce nom d’Antigone. Parce qu’enfin, si je vous résume, Antigone, c’est tout sauf un idéal féminin. Elle est fille de son père et de sa grand-mère qui est aussi sa mère. Le modèle familial est peu motivant au départ…Et ça va pas s’arranger par la suite. Chaque fois qu’il y a un coup tordu et des gnons à prendre elle est là. Et ça se termine comme c’était parti : très mal.
Bien sûr, il y a le sacrifice, le dévouement à la cause familiale…Faut bien positiver comme on dit dans les supermarchés.

Mais j’y reviens, c’est quand même curieux, ce nom d’Antigone. Et la porte-parole qui répond au doux prénom d’Iseul (sans t). On se réalise une fois dans la tombe ?

De plus, je trouve que la photo sur leur site, c’est la page un du calendrier des pompiers de mon patelin. Sauf qu’au lieu des casques et des uniformes, elle sont en chemise de nuit.

La première que me dit que je suis macho, je lui réponds que je me soigne.
Ces nanas se réclament d'un femme légendaire qui est le fruit d'un inceste, qui part sur les routes avec son père aveugle, après la révélation de cet inceste, qui a une famille où on s'entretue à qui mieux mieux, et qui a fini par se suicider sur la tombe de son frère.

Et elles n'ont rien d'autre à foutre que d'infiltrer les Femens et de poser en blanc sur une photo....

Reviens, Freud, ils sont tous devenus fous.....
Elle descend dans l'ombre de la falaise et sa froide lumière. Elle voit la barque qui jaillit, très blanche, de l'énorme roche et comment, pendant ces deux jours, ces deux nuits, Œdipe a incarné sa fille Antigone dans la pierre. Autour du front et des longs cheveux que le vent déroule, le mouvement de la pierre a formé une couronne d'écume. C'est donc ainsi qu'Œdipe la pense, qu'il la fait voir, animée d'une beauté qui n'est pas celle de Jocaste ni celle d'Ismène. Une beauté active, résolue, acharnée dans la confiance. Ce visage connaît la menace de la vague, son écrasante pesanteur, mais il ne s'abandonne pas à l'effroi. La pierre l'a voulu éclairée, et solide, comme le corps, qu'elle a sculpté elle-même et retrouve avec étonnement. Ce corps dont Œdipe a accentué la ligne audacieuse qui est à la fois celle d'un garçon vigoureux et d'une jeune fille élancée, plus intrépide que les jeunes filles de Thèbes. Soudé par l'effort aux corps des deux autres rameurs, il soutient avec eux l'entreprise de survivre. Œdipe l'a achevé par le surprenant visage où tout est donné à l'effort, à la respiration juste et dont aucun des traits ne sourit. C'est la tête entière, c'est le corps tout entier qui, comme le petit dieu usé du village, sont animés d'un sourire dont la lumière transparente émane directement de la pierre. Dans ce profil né d'une vision d'Œdipe, ce qui la frappe, ce qui l'émeut surtout c'est la limpidité. C'est donc ainsi, alors qu'elle se sent souvent si troublée, si incertaine, que son esprit et ses mains l'ont aimée. Elle entoure de ses bras le sourire invisible et présent qu'il lui a donné dans la pierre, elle se réconcilie un peu avec elle-même, elle sent qu'elle pourra peut-être, comme le lui a dit Diotine, devenir un jour Antigone.

Oedipe sur la route Henry Bauchau

« Dans sa lutte avec Créon elle ne conteste pas la loi de la cité qui est alors la loi des hommes. Elle affirme seulement qu’il y a une loi plus haute et qu’en tant que femme elle entend la suivre. Elle reste encore aujourd’hui un modèle de ce que pourrait être une pensée, une éthique, une action féminine délivrée des modèles masculins qui pèsent encore tant sur les femmes.
En face d’Antigone un homme peut entrer dans une colère meurtrière comme Créon, il ne peut plus craindre d’être victime de sa séduction ou de sa ruse »

Henry Bauchau, JOURNAL d’Antigone (1989-1997), p. 256
Dans la mesure où elles s'opposent à la loi des hommes au nom de la loi d'un ordre supérieur; même si leurs arguments sont quelque peu tirés par les cheveux, la référence à Antigone est pertinente.

Cela prouve au moins que leur culture est solide et leur symbole pertinent.

Pour rendre hommage à l'attitude d'Anne Saint Clair pendant le procès de son mari: soutien sans faille et public, sourire discret, silence; Yvan Levaï fit preuve d'impertnence en parlant d'elle comme d'une Antigone.

Double impertnence dans la mesure où le criminel offensait les lois humaines et les lois divines, Amen
De fait, les femens sont médiatiques et ont quelque peu monopolisé la question du féminisme en reléguant dans un coin à grand coup de "happenings"des combats menés sur un terrain sans doute plus social. Je ne sais pas qui sont les antigones mais si le fait de s'habiller à la mode grecque et de revendiquer leur foi suffit à les classer dans la catégorie "extrême-droite", la discussion s'annonce difficile.

Je note d'ailleurs que la diversité n'est à mettre au crédit d'aucun des deux camps (puisque c'est ainsi que les choses se posent) qui affichent une pâleur toute caucasienne.
Parler, comme le font les Antigones, de légitimité opposée à la légalité sans aller plus loin dans l'analyse (et rejoindre Maurras sur ce thème) est pour le moins rapide car - et c'est ce qui a généré des tonnes de dissertations en classe de 3e - ces deux ordres juridiques sont complémentaires, également défendables.

Je pense qu'il s'agit davantage de deux logiques ou raisonnements que deux "ordres" juridiques.
A mon sens, c'est à ce niveau que s'effectue la distinction entre : désobéïssance civile et désobéïssance civique.
http://www.lexpress.fr/informations/la-desobeissance-civique-est-elle-legitime_621117.html
http://www.monde-diplomatique.fr/2006/04/ALBALA/13351

Et puis - question subsidiaire - les Femen sont-elles vraiment les représentantes de la légalité ?
Bonne question.

Autre question : pourquoi se disent-elles "révolutionnaires" si l'on tient compte de la logique dans laquelle elle situent leur mouvement ?

Voilà, le ton est donné : Iseul, membre des Antigones pour qui « la femme a sa dignité, celle-ci ne passe pas par l’exhibitionnisme et l’hystérie » (...)

Si l'on regarde l'étymologie (dans l'histoire de la médecine) du mot "hystérie", techniquement ce dernier désigne "l'utérus". C'est la raison pour laquelle, que ce terme connote souvent une femme et souvent été employé pour qualifier une femme... et non pas un homme.
Concernant leurs tenues toutes blanches, elles me font penser aux adeptes des sectes chrétiennes qui pullulent en Afrique et sont aussi de tout de blanc vêtus. Je suis allée visiter le site des Antigones et mise à part leur opposition aux Femen, elles n'ont aucun n'avis sur rien (IVG, mariage, travail des femmes etc) et sont finalement l'arrière-garde de l'émancipation féminine. Elles sont bien « filles de nos pères, épouses de nos maris, mères de nos fils ». Pour elles, une femme ne saurait avoir sa propre identité et se construire en dehors de la famille et des hommes.

Je n’approuve pas toutes les actions des Femen mais je me sens plus proche de ces dernières que des Antigones. Et si les Antigones veulent vivre comme elles le souhaitent, je ne les en empecherai certainement pas, tant qu'elles ne m'empêchent pas de vivre ma vie à l'opposé des leurs.

Une question me turlupine depuis quelques temps; comment se fait-il que les manifestants anti-mariage gay et autres, soient à 99% blancs et catholiques?
On peut effectivement les renvoyer dos à dos femens et antigones.

Entre les premières qui mettent en icône cette femme qui coupe une paire de testicules à la serpe, et les autres qui aiment bien le blanc grec et catholique, si on peut conclure que ces dernières sont d'extrême droite, au delà des étiquettes et très concrètement sur ce qu'on peut en juger, je me demande bien qui seraient les plus violentes en réalité.
Les deux sur des aspects différents présentant des caractères fascisants.
Femens ou Antigones, visiblement, c'est interdit aux moches, aux boudins, aux poilues...
Excellent ! Maintenant les Antigones. Les "anti-gones "? A Lyon les gosses se disent gônes mais je sais cela n'a rien à voir. la blancheur étant la couleur de la pureté, le noir étant pour les sorcières et autres femmes de mauvaise vie . Et si je créais un groupe de femmes avec une couleur mais pour quelle cause ? Il y en a tellement. Toujours de belles images ou photos de Mr Korkos et je me demande si j'en pique une si il dira quelque chose ? Mr Korkos ? Les belles statues d'Antigone ? Je peux vous les voler ? Merci et grosses bises; du pays des Ours.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.