40
Commentaires

"L'Agence" : l'indécence de l'ultra-luxe télévisé

Il faut bien réfléchir avant d'acheter un 1620m². TMC vient d’achever la diffusion de la saison 4 de "L'Agence", une téléréalité mettant en scène une famille d'agents immobiliers spécialisés dans le luxe et l'ultra-luxe. "Villa exceptionnelle", "piscine en pierre de lave", mobiliers aux matériaux improbables (vous allez être hyper calés en essence de bois et en "marbre vert des Alpes") : ce programme du groupe TF1, racheté par Netflix, nous permet d'entrevoir le mode de vie de ceux qui ne s'exposent pas habituellement. Car au-delà du story-telling autour de la saga familiale des agents Kretz, c'est bien l'indécence des ultra-riches que TMC tente de magnifier. Des ultra-riches fort sympathiques et si soucieux de la protection de l'environnement (une fois qu'ils ont posé leur hélico).

Commentaires préférés des abonnés

l'indécence des ultra-riches ou l'illustration de leur prédation sur le monde. Leurs moyens leur permettent de tout acheter, sans même réfléchir. Ils sont convaincus de pouvoir tout faire, et nous le montrent.


Acheter des espaces vierges pour les bét(...)

En d'autres temps, pour reprendre la formule de Davesnes (pardon pour ce chapardage), quand on voulait montrer la vie des très riches, on faisait des séries de fiction, genre Dallas. Cela permettait, parfois, d'en montrer les arrières-cours moins rel(...)

Derniers commentaires

Bah alors. Rien sur les superbunkers de Zuckerberg et des autres , rien sur les stocks de nourritures et les hôpitaux personnels souterrains? Rien sur les citadelles avec canons à eau anti-pauvres, pont-levis et douves inflammables ? 


Mais faites-nous rêver, enfin quoi.




Ce qui pose problème également, c'est le relais médiatique donné à ce type de programmes indécents. J'ai découvert cette émission récemment lorsque la grand-mère accompagnée de deux de ses petits-fils, tout sourire béat du début à la fin, est venue en faire la retape sur France 5 dans C' à vous. Je n'attends pas grand chose de cette émission. Mais, quand même, un peu de décence.

Tous en blanc ... comme chez Raël !

Un incivisme et une violence sociale à ciel ouvert. Et même à vrai dire en temps de destruction climatique, un meurtre ! Manger les riches ! 

L'ultra-luxe ou la démonstration qu'un certain colonialisme n'est pas mort ?

Le plus riche n'est pas celui qui a tout, mais celui qui n'a besoin de rien.

Je ne sais pas ce qui m'attriste le plus, que les "héros" de télé-surréalité existent, ou que l'audience soit au rendez-vous.

En tout cas, encore une chronique terriblement bien écrite et illustrée.

Ces riches sont cependant des sujets intriguants tant ils semblent idiots et dépourvus de sens de l'esthétique, c'est peut-être ça qui fait le succès de cette émission?(J'essaye de trouver une explication)

Le glamour de l'obscénité.

M E R C I pour ce grand moment... 

Dommage que dénoncer avec tant de talent ne suffise pas à faire changer les choses. 

Le recyclage de rituels thérapeutiques par le capitalisme est "hallucinant", merci pour ce détail révélateur.

Notre espèce est décidément mal barrée... et le Costa Rica, très en vogue en effet, aussi :-( ...

Ne vous moquez pas, c'est une mine d'idées de déco/aménagement ! A la prochaine réunion de copro, je propose l'héliport dans mon immeuble en retenant l'idée que ça permet de se rapprocher de la nature comme Mel Gibson...

Sinon, l'instauration d'un salaire maximum pourrait résoudre certains problèmes.

Ces émissions ont un "objectif" structurel : rendre sympathique et humain le riche ; faire de sa vie quelque chose d'enviable pour le commun des mortels, tout en la normalisant ("difficulté" pour se loger, problèmes de garde d'enfants, etc.). Au final, les écarts de richesse ne sont plus vus comme quelque chose d'historiquement fondé et qui peut-être changé, mais comme une chose naturelle, sur laquelle nous n'avons aucune prise.

Ces programmes fabriquent du consentement à l'ordre social. 

"Ce qui frappe dans cette série, c'est de s'imaginer que ces agents ont pensé que c'était une bonne idée de filmer leur séminaire en plein désert, de se filmer avec des coupettes à chaque transaction."


C'est exactement ça. Ils sont contents d'eux-même. Pour eux, réussir sa vie, c'est ça, la richesse, le matérialisme. C'est la Rolex de Séguéla à 50 ans.

Cette crique est indécente : tout le monde sait que ce sont ces premiers de cordée qui vont nous sauver et nous rendre riches, nous les gens de rien qu'on rencontre dans les gares, grâce au jupitérien ruissellement. Il faut au contraire saluer le fait que Macron a décidé de mettre totalement en œuvre cette politique d'intérêt public et a nommé pour conduire cette politique audacieuse, révolutionnaire et disruptive, comme chef d'orchestre Gabriel Attal, un "grand professionnel [...] sans idéologie" comme l'a souligné Ruth Elkrief.

Réflexion d'une petite fille de 8 ans découvrant mon chez-moi, après un regard circulaire et le plus sérieusement du monde " la pièce est petite...mais on s'y sent bien " "t'as tout compris " lui ai-je répondu, toute fondante de plaisir que je fus , et suis restée .

Et il y a des directeurs de chaînes pour imaginer un tel programme ? Ou l'acheter ? Impressionnant !

Quant aux guignols qui acceptent de se faire mettre en scènes, les agents comme les clients, j'espère qu'ils ne laissent pas trop d'indices permettant de les identifier. L'étalage de leur pognon risque d'éveiller des convoitises.  Surtout en temps de crise.

Je préfère la série qui mettait en scène les enquêtes menées par le couple Jonathan Hart et Jennifer Hart, les détectives milliardaires. 

Ils arrêtaient plein de méchants et en plus ils avaient un petit chien-chien. 

Preuve que les riches peuvent être utiles sans parler des brushings impeccables des années 70.

Mon péché mignon: faire des recherches sur le site immobilier Zillow et découvrir les dernières frivolités des super riches américains : piscines en tous genres, terrains de tennis, garages immenses, décoration fantaisiste, terrasses avec cheminée d'extérieur, salle de sport, cave a vin, cinéma perso, cabane de chasse, entrée avec escalier somptueux, piano a queue, colonnes romaines...


Le pire c'est que la bas, ces maisons ne sont pas isolées mais organisées en quartiers voir en grandes villes (suburbs) autour d'un golf ou d'un lac. Un mode de vie a part entière. Extrêmement riches ET très nombreux. Effarant.

Merci Sherlock Com'

Lorsqu'il nous arrive de tomber sur de telles émissions à l'insu de notre plein gré, on se met à rêver de faire un arrêt sur images aussi ironique et précis que celui que vous avez fait ici

Inutile de caricature, ces gens se caricaturent eux-mêmes : il suffit juste de ralentir le tempo pour mettre en évidence leur déficience. Ces winners sont des loosers qui n'existent qu'en maquillant la triste réalité du peu d'épaisseur de leur existence

Comment continuer à se donner des raisons de paraître après une telle mise à nue


Mais il reste la question de la disparité entre ce monde trinquant et le monde réel qui trinque

sans parler des smicards, il suffit juste de penser aux cameramen, aux preneurs de son, etc qui les accompagnent

l'indécence des ultra-riches ou l'illustration de leur prédation sur le monde. Leurs moyens leur permettent de tout acheter, sans même réfléchir. Ils sont convaincus de pouvoir tout faire, et nous le montrent.


Acheter des espaces vierges pour les bétonner, posséder tout ce qui peut s'acheter, y compris des êtres humains (des enfants scolarisés par des professeurs qui déménagent en même temps que les meubles!). 


Le tout en étant convaincu d’œuvrer pour le bien: "protéger" la nature en y créant un complexe d’hôtellerie de luxe (ben oui faut quand même pas imaginer que c'est Bidochon et Cie qui vont aller mettre les doigts de pieds en éventail sur la plage privatisée du Costa Rica... pardon "se ressourcer en pleine nature"), refuser l'héliport mais envisager sans trembler de faire sortir de terre ex nihilo un village vacances pour riches, chercher le contact avec la nature dans une baraque de 1600 m2 avec clim et piscine (mais "en pleine nature")... 


Ca devrait être interdit de gagner autant d'argent. Non pas que je nourrisse quelque jalousie (je ne voudrais de leur vie à aucun prix, ni de ce qu'il leur a fallu sacrifier d'humanité pour en arriver là), mais l'accumulation sans fin de richesses nous mène droit dans le mur, à cause de tout ce qu'elle engendre de pollution et de destruction... Interdisons les riches! Pas de revenus supérieurs à 5 fois le salaire minimum, la planète ne s'en portera que mieux!

Illustration du projet "nature"

Avec les gamins du quartier des domestiques qui viennent voir les riches... "S'ils sont y pas mignon tout plein ces enfants Pierre-Henri... On voit bien qu'ils n'ont rien et pourtant ils sont si heureux ! Demain on ira visiter une favelas, hein !"

Rien d’indécent, juste en rapport avec le niveau de vie.
Autrefois, sur une autre chaîne, s’activait une Valerie auprès de la France des pavillons, genre Gilets jaunes je crois, celle qu’une politique voulait sinon interdire, restreindre et que le nouveau premier ministre et son ministre du logement veut à présent promouvoir.
Un à un, la balle au Centre, non ?

" La tache auguste des chaînes privées est d'assurer à chacun ce qui lui revient, au riche sa richesse, et au pauvre sa pauvreté. "

Vivement la révolution !  ça m'a bien fait rire et un dimanche matin à rien faire, c'est super ! 

Olala, on a fait de sacrés progrès depuis le couronnement d'Élisabeth II... 


Ma mère nous mettait alors, dans le lit glacé, une brique chaude enveloppée de papier journal. Et ma soeur et moi, on imaginait, luxe suprême, la reine entourée de briques chaudes des pieds à la tête. 


On pensait à des vraies briques, bien sûr!

En d'autres temps, pour reprendre la formule de Davesnes (pardon pour ce chapardage), quand on voulait montrer la vie des très riches, on faisait des séries de fiction, genre Dallas. Cela permettait, parfois, d'en montrer les arrières-cours moins reluisantes. Maintenant on ne rigole plus : on fait du documentaire sérieux. On veut "faire rêver" le péquin, selon l'expression usitée, pas le faire sourire, encore moins lui faire prendre du recul. Dans Dallas on lui disait : nan, mais c'est pas vraiment ça, la vie. Dans "L'agence", on lui explique pourquoi il a raté la sienne, puisque lui, il ne pourra jamais se payer du marbre vert des Alpes. 

Heureusement qu'il nous reste Sherlock et Watson pour nous en faire marrer !

En d'autres temps, l'argent ne faisait pas le bonheur et l'on plaignait la pauvre petite fille riche.

En le réécoutant, je m'aperçois que le premier titre est mal choisi puisque, dans la chanson, "l'argent ne fait pas le bonheur" est suivi par "celui qui a dit ça est un sacré menteur". 

La pub avant pour les problèmes de prostate  et  d' impuissance est bidonnante...

L'argent ne fait pas le bonheur de celui qui n'en a pas, voilà la seule certitude !

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Offre spéciale
3 mois pour 3 € puis 5 € par mois

ou 50 € par an (avec 3 mois offerts la première année)

Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.