159
Commentaires

Le racisme, oui, mais sans ricanements !

Commentaires préférés des abonnés

Il y a déjà un moment que l'extrême-droite a gagné la bataille des médias télévisés. Son idéologie est invitée partout à s'exprimer sans barrières, parce qu'elle flatte nos plus bas instincts et donc contribue à "faire du chiffre". Ceux qui tentent d(...)

Approuvé 30 fois

Bravo Rémy, vous cochez toutes les cases de la Zemmourisation, vous gagnez une interview témoignage sur CNews.
"Eh bien oui, je suis de ceux qui pensent que la colonisation n'a pas eu que de mauvais aspects."

Donc une entreprise d'accaparement par la v(...)

Approuvé 17 fois

"pourquoi ces chaînes d’info engagent-elles ces suppôts de l’extrême droite?"


Parce que ces chaînes appartiennent à des multinationales pour qui l'extrême droite est un joker très intéressant au cas où...? Pas oublier qu'on nous a présenté l'alternati(...)

Derniers commentaires

"On serait curieux d'entendre Natacha Polony développer, en longueur, avec la subtilité qu'on lui connaît, ce qui la sépare réellement de Valeurs Actuelles. "

Cette fois-ci, ça y est, c'est sûr, Audiard avait raison, Daniel: il fallait tout oser...et on vous a enfin reconnu! 

Bingo!

Je vous invite a regarder cette vidéos. J'invite la grande majorité de ceux qui ont posté des commentaires a vous remettre en question.

Il me deviens de plus en plus difficile de défendre un point de vue équilibré nuancé des choses : choisi ton camp et défend le envers et contre tout.  Insulte tous ceux qui ne suive pas. Reste dans ton entre_soi et ne dialogue surtout pas avec des gens qui ne sont pas d'accord avec toi.


Sur les masques : soit pour ou contre ! 

Ben non. Je voudrai juste bien comprendre où et quand ils sont utile et procure une certaine protection. Je voudrai que toute la population le comprenne. Et je suis sur qu'a ce moment-là, la majorité des gens le mettrai là ou il est utile.


Sur le racisme malheureusement aussi. Perso je renvoi dos a dos Obono et VA comme étant tous les deux racistes. (Bon d'accord, y en a peut être une qui pratique son racisme d'une manière plus subtil que le torchon, mais raciste quand même).


Et oui ! l'amalgame entre VA, Marianne et Charlie et nul ! Le seul point commun c'est d'être des journaux avec lesquelles je n'ai que peut d'accord. 

Même s'il est plus facile de garder son calme et d'argumenter face a un raciste « civilisé », ça reste la seule façon d’espéré en ramener quelque uns. Posez vous la question : Combien de fois avez changé d'avis lorsqu'un inconnu vous insulte pour vos opinions ?



Quand @ASI caricature @ASI, ca devient pathétique.
Toute la gauche regressive a l'air de s'y sentir si bien.
Il est loin le @ASI équilibré et pertinent...

Marianne et Charlie H sont ils de gauche ? leur  gauche  a t elle été soluble dans l' islamophobie ?  Leur laïcité   -  qui n' est pas pas la mienne- est intolerante , meprisante ..

La différence entre Làchetés Passées et les autres medias cités est une différence de degré et non pas de nature. Et cela va s'affirmant.

Eh ben alors DS, il manque Charlie dans la reprise de l'analyse mélenchonienne! Qu'est-ce qui se passe, on touche à un tabou? Ou on se rend compte que pousser la comparaison est intenable? Dommage que Marianne n'ait pas eu droit à tant de retenue...
Quand aux thématiques traitées, effectivement, il y a des échos...Peut-être parce qu'ils se posent dans l'espace publique, qu'on le veuille ou non, et malgré le fait que les sujets ne soient pas "de gauche", ils doivent traités par le personnel politique de toute manière. 

Le fait que vous soyez mal à l'aise avec le fait que Marianne en parle montre bien un mécanisme: certains sujets sont estimés "problématiques", peu porteur pour les idées de gauche, donc récupérés par l’extrême droite, donc deviennent intouchables, et la seule parade qu'a trouvé le personnel politique de gauche, c'est de vilipender ceux qui les abordes. Magnifique! De la politique niveau Usul, qui a l'avantage majeur de se dédouaner de la charge de devoir développer une analyse et des pro-actions sur le sujet...parce que rassurez-moi, faire de la politique, c'est bien dans l'objectif d'aboutir une évolution concrète de la société par l'exercice du pouvoir? Pas juste de faire du débat d'idée entre personne de bonne compagnie? Non?

Je vais être un peu dur, mais pour moi cette chronique illustre plutôt une tentative d'exploitation maladroite par les gens souhaitant défendre cette fameuse idéologie "décoloniale"  (ou pour un autre le mouvement dont fait partie Obono) d'un coup (très) en dessous de la ceinture, tombant clairement dans la catégorie raciste, qui ne justifie pas pour autant leurs idées. Ce qui porte un nom : de la victimisation pour marquer un point.


Exactement comme le fait que des membres du PIR aient traité quelque ennemi de leurs idées issu de l'immigration de collabeur ne donne pas raison à Finkielkraut sur les débats qui les divisent, que VA fasse d'Obono une esclave ne rend pas les idées que porte, je ne sais pas, Maboula Soumahoro plus valides (ni moins valides non plus).


A mon avis vouloir profiter de ce genre de truc pour faire du "vous êtes avec nous ou contre nous", en y associant des gens n'étant que les détracteurs d'idées "anti-universalistes" auxquelles ils associent Obono, n'honore personne, et ne contribue pas vraiment à la lutte contre le droit que s'arroge un hebdomadaire d'extrême-droite de représenter une élue du peuple français enchainée car elle est Noire dans un texte plein de fantasmes racistes, pas seulement sur elle (les attaques perso contre Obono faisant un peu terriblement oublier le reste, comme le cliché des touaregs pédophiles, qui pour qui connait un peu les discours d'extrême-droite vise en fait l'ensemble des musulmans soupçonnés de suivre l'exemple de leur prophète - et pour qui connait l'histoire du racisme est à mettre en relation avec les plus vieux stéréotypes européens sur les peuples d'Afrique du Nord, ceux sur les barbaresques datant de 4+ siècles).


C'est faire justement exactement ce qu'ils font quand ils vont, justement, reprocher à Obono tel propos antisémite de Boutedjah, ou la diaboliser pour ne pas les avoir condamnés assez vite, ou ne pas vouloir en faire un prétexte d'essentialisation définitive de cette dernière en antisémite et nier en conséquence toute validité à toutes ses autres idées, dont celles partagées avec des gens ne l'étant pas.


Après ce qu'on peut reconnaitre par contre, c'est justement que cette mouvance (Charlie-Marianne), y va fort dans les procès par association, et la mauvaise foi quand il s'agit d'amalgamer toutes les personnes soutenant à quelque degré que ce soit des idées venues de "l'antiracisme décolonial" et de les associer aux pires propos possibles que cette mouvance ait pu émettre, ou à leur obsession de "l'islamo-gauchisme". Mais est ce vraiment une raison pour s'abaisser à leur niveau en les associant eux au racisme pathologique qu'exprime Valeurs Actuelles ?



A part ça, hier (sujet, désolé POJ, nettement plus important que cette histoire franco-française, pour l'impact qu'il pourrait avoir sur des élections affectant le monde entier, et pouvant aboutir à un triomphe du suprémacisme poussant tout l'occident vers le conflit de civilisation, ou une seconde guerre civile US qui bouleverserait complètement les équilibres mondiaux) un supporter de Trump (ou milicien plus ou moins fasciste, ce qui est un peu la même chose de nos jours) a été tué par balles à Portland lors d'une contre-manifestation (violente "mais juste à coups de lacrymos et de paintball" diront Carlson et compagnie) contre BLM, offrant enfin au camp raciste américain un 'vrai' martyr à brandir (enfin en plus de la quasi "victime" selon lui ayant... tué 2 personnes à Kenosha) pour décrire les antiracistes comme des meurtriers (en plus de la tradition éternelle de les représenter en émeutiers/pillards en ne retenant que les pires débordements de leurs manifestations). 


Évidemment il est à prévoir une vaste récupération politique par tous les médias "conservateurs" américains (ou d'extrême-droite en général, pour ceux étrangers s'intéressant à autre chose que représenter une élue d'un parti minoritaire d'un pays secondaire en esclave), une victimisation et une association de tous ceux qui soutiennent BLM à ce crime. Évidemment en particulier de tous les antifas ayant un jour ont défendu le choix de la violence contre les nazis, mais aussi les Démocrates ne les ayant pas condamnés (ou ne le faisant que trop mollement après coup), ou continuant à appeler à des manifestations pour que ne soit pas oublié le vrai meurtre de George Floyd, la tentative contre Jacob Blake et tant d'autres.

Et évidemment ce sera totalement immérité et condamnable, mais qui sait si ce n'est pas ce qui décidera le vote de l'électeur de l'Ohio ou du Wisconsin qui fera pencher la balance, ou celui qui prendra les armes quand Trump contestera les résultats de l'élection.

Sur quelle base, à part "faites ce que je dis pas ce que je fais", verra-t-on ceux qui adoptent la même tactique face à leurs propres adversaires (et dans des débats aussi secondaires que l'affrontement médiatique de camps intellectuels politico-universitaires dont se fout dans une très large mesure le grand public, et qui divisent la gauche bien plus que la société française) condamner tout cela ? 


(je finis juste d'écrire ça, et j'apprends que Trump sur cette affaire a eu la brillante idée de re-twitter un représentant de la milice en fait carrément néo-nazie dont faisait partie ce "martyr patriote", ce qui devrait rendre l'exploitation inefficace dans ce cas particulier, sa source s'étant postée avec des swatiskas etc..., voire permettre de la retourner contre lui, par ce même élégant procédé de culpabilité par association mais ouf tout de même ; mais il n’empêche que sur le fond ça ne peut qu'affaiblir la condamnation de ce genre de manœuvres, et faire sombrer d'avantage le débat public dans les jets de merde si la gauche se met à s'y livrer elle même à longueur de temps)


Après, je peux voir la faille de ma propre réaction, je peux être victime du You go low we go high, à m'inquiéter de cette tendance, peut être qu'il conviendrait plutôt d'exploiter tout prétexte de diaboliser le camp "adverse" par association, tels JLM et DS bondissant sur l'occasion que cette affaire leur avait offerte de taper sur Marianne et Charlie.

La question devenant alors s'agit il vraiment d'un camp adverse et à quoi ? Ou dans un pays qui promet 45% de ses voix à la candidate RN selon les derniers sondages (et le reste contraint et forcé à un ultralibéral autoritaire défenseur des pires violences policières), est il vraiment urgent de faire un "camp adverse" des lectorats de Charlie et Marianne, journaux qui me semblent plutôt globalement critiques de ces deux forces, le seraient ils autant des décoloniaux, ou d'autres choses qu'ils considèrent comme des dérives d'une partie de gauche ? 

Personnellement je ne le pense pas, mais on va dire chacun son analyse des priorités. C'est vrai qu'il peut y avoir une facilitation des discours de l'ED quand des journaux s'obstinent à taper autant sur d'autres tendances de la gauche que Charlie qui s'en réclame, ou Marianne qui s'en prétend proche, ou exploitent (là avec bien d'autres) les peurs liées à l'islamisme, ou autre, pour vendre du papier avec des unes anxiogènes, quitte à souvent faire écho aux arguments de cette première. Je n'irai pas nier qu'il y a une dérive problématique de la presse française (je la jugerais même encore plus globale que DS semble le faire), si ça peut être accorder trop d'importance à ce triste personnage d'appeler 'zemmourisation' ce qui relève plus à mon avis de la prostitution (et découle de ce qu'internet a permis d'apprendre sur les sujets et traitements générant le plus d'intérêt, la double viralité de discours qui renforcent les biais d'un coté et qui choquent de l'autre).

Reste à déterminer ce qui a le pire impact, entre leurs discours/unes et prendre le risque de repousser vers elle ceux n'étant pas d'accord avec la vision du monde que promeut la mouvance "décoloniale" (ou toute autre composante de la vaste galaxie de la gauche se disant "inclusive") en plaçant le débat au niveau des thèses de cette dernière (en se plaignant du "discours multiforme de réhabilitation de la colonisation" plutôt que d'une tendance générale à exploiter diverses phobies pour vendre du papier).  

Ne nommer que Charlie et Marianne, c'est généreux...

Cela fait un bail que le canard enchainé ne rate plus une occasion de railler le "racialisme" de Danièle Obono. La derniere occasion, de mémoire, fut le portrait de Castex. Danièle Obono y était qualifié de "racialiste" parce qu'elle l'avait qualifié de "vieil homme blanc de droite"...

Ah, mais le canard c'est plus fin, ça vous pond pas une merde romancée de 7 ou 8 pages où la député noire est l'esclave de noirs, sauvée par des chrétiens (chrétiens dont j'espere que la couleur est laissée a l'imagination du lecteur, VA n'est pas "racialiste" au moins j'espere).

Au canard, quand on fait la leçon aux racisés, c'est subtil...

Après le discours de politique général, de jean Castex, une décoloniale (sic  - racisée, homosexuelle, indigène, etc etc ) a commenté: " discours d'un mâle blanc hétérosexuel"


Tout .est dit. La race (!) le genre et le sexe, sont devenus les critères d'analyse pertinents.

 N.B. l'hétérosexualité est devenue quasiment une tare.


Je vous assure que les français se moquent carrément de ces débats aussi hors sol que ridicules.

Est-ce des couvertures similaires implique que les articles à l'intérieur disent la même chose ? Je ne crois pas. Ne vaudrait-il pas mieux comparer les articles et les idées qu'ils défendent plutôt que les couvertures qui annoncent ces articles ?

Les propos d’extrême droite d'où qu'ils viennent ne sont que des déjections avec la particularité de ne venir d'aucun "système  digestif" qui montrerait un minimum de transformation de "nutriments" culturels et historiques.. Une puanteur émanant d'un corps inexistant. !!

Oui, merci à Daniel Schneidermann

"Une soupe aux herbes sauvages" d’Émilie Carles

Au détour d'un chapitre, voilà qu'elle rappelle un fait inconnu de moi : De Gaulle avait interdit aux soldats d'Afrique noire de défiler lors de la Libération

A la lecture de cet article, on voit que les historiens font se passer la patate chaude entre Américains et Français

Ailleurs j'ai lu que De Gaulle avait fait rapatrier dans leur pays d'origine les soldats noirs avant la fin des combats


Lorsque je passe devant le cimetière militaire de Koenigshoffen, il suffit de voir les tombes pour connaître l'origine de ceux qui sont tombés

Et place de la République les noms sont là


Et pourtant, leur absence est flagrante dans les livres d'histoire

Voilà ce qu'on s'est interdit de dire sur la colonisation et la Libération de notre pays


Et empêcher que cela soit dit, c'est ce que ces torchons de l'extrême droite et la droite associées réclament en brandissant la liberté de vomir

Il y a déjà un moment que l'extrême-droite a gagné la bataille des médias télévisés. Son idéologie est invitée partout à s'exprimer sans barrières, parce qu'elle flatte nos plus bas instincts et donc contribue à "faire du chiffre". Ceux qui tentent de développer des analyses plus fines, plus complexes, ont pratiquement disparu des écrans. Quand on en invite, rarement, c'est seuls au milieu d'un groupe de furies parlant le plus fort, le plus vite, et le plus basiquement possible. Voir les émissions fascisantes genre "l'heure des pros" ou "Les grandes gueules". On donne au spectateur ce qu'il veut entendre, et qui le rassure. La colonisation a quand même eu des effets positifs. Sans nous, où en seraient leurs "civilisations" ? Les émigrés, c'est statistique, forment la majorité des délinquants. Les noirs qu'on assassine aux Etats-Unis, oui, bon, mais ils étaient quand même un peu "connus des services de police" et ils battaient leurs femmes. Les jeunes des banlieues, ce qui leur faudrait, c'est une bonne guerre. La compétition, c'est ce qui permet de progresser. Etc.

Les voix de la solidarité, de la convivialité, de l'empathie envers les plus faibles ont cessé d'émettre. Silence. La gauche à la télé, c'est Macron. Maximum. Si on invite un "gauchiste", c'est pour l'engueuler, et lui signifier que si tout va mal, c'est de sa faute à lui. 

Idem pour les verts, gracieusement surnommés "Khmers" quand ils osent envisager un monde moins "croissant". 

Et c'est ainsi que, peu à peu, le débat politique s'est circonscrit de l'extrême-droite au centre, et que les prochains deuxièmes tours de présidentielles devraient naturellement se jouer strictement à l'intérieur de l'auto-proclamé "cercle de la raison". 

C'est ainsi également que des fusillades entre manifestants aux Etats-Unis commencent à se banaliser sur nos écrans, et n'y font plus l'objet d'analyse d'une société complètement malade, et à laquelle la nôtre ne devrait pas tarder à ressembler, selon un principe bien établi qui veut qu'on "s'américanise" toujours plus vite. 

En route vers le chaos total. Décadence ?

Il y a bien longtemps que j'apprécie la justesse des analyses de DS. Mais il m'est arrivé aussi de regretter certaines sophistications ( de sophisme, je suppose... ) qui, paradoxalement,  étaient des obstacles à de réelles et nécessaires nuances. 


Cette phrase: "A travers l'humiliation pseudo-fictionnelle imposée à une élue "décoloniale", ce terreau, c'est le discours multiforme de réhabilitation de la colonisation."


Eh bien oui, je suis de ceux qui pensent que la colonisation n'a pas eu que de mauvais aspects. Et que les "décoloniaux," comme on dit, ont peut-être  des intentions qui parfois m'inquiètent. Et même que Zemmour ne dit pas que des choses fausses ou stupides. 


Le traitement graphique de Valeurs Actuelles me révulse. Instinctivement. Mais ce qui est dit  dans l'article sur la traite des noirs par d'autres noirs me semble utile à dire. Comme il me semble utile de répéter que les "blancs" ne sont pas responsables de toutes les inhumanités  qui courent la terre.


Ce n'est ni du racisme, avec ou sans ricanements. Ni de l'islamophobie. Juste la volonté de ne pas me laisser culpabiliser pour mieux me faire disparaître. 

" La colonisation n'a pas eu que de mauvais aspects ... "


Pour qui ?

Pour les pays colonialistes

Bravo Rémy, vous cochez toutes les cases de la Zemmourisation, vous gagnez une interview témoignage sur CNews.
"Eh bien oui, je suis de ceux qui pensent que la colonisation n'a pas eu que de mauvais aspects."

Donc une entreprise d'accaparement par la violence extrême du territoire, des richesses et des personnes d'un autre pays peut avoir un aspect positif ? Je débarque donc demain chez vous, je prends possession des lieux,  je vous tabasse, je viole votre femme et met vos enfants en esclavage, mais je vais rénover votre appartement de fond en comble. Et après je vais dire "mais quand même, son appartement a pris 30% de plus sur le marché ! Il devrait me remercier, son électricité n'était plus aux normes en plus".


"Mais ce qui est dit  dans l'article sur la traite des noirs par d'autres noirs me semble utile à dire. "

Oui on a p'têt élevé l'esclavage au niveau industriel, mais les autres aussi ils ont "esclavagisé", alors camembert d'abord.  

Citons André Gunthert "A tous ceux qui, comme l’a illustré la polémique sur le retitrage du roman d’Agatha Christie, n’ont pas les idées claires sur la nature du racisme, une synthèse récemment publiée apporte heureusement un éclairage saisissant, et permet de faire la part entre une histoire générale de l’esclavage, mise en avant par l’extrême-droite pour mieux diluer la responsabilité blanche, et la spécificité du «commerce triangulaire». Inventée par le Portugal au XVe siècle et développée au cours des siècles suivants, la traite atlantique change fondamentalement la nature du trafic d’êtres humains, industrialisé et rationalisé par le capitalisme naissant, soutenu par les Etats et les banques européennes, au point de devenir un facteur essentiel de la richesse et du développement de l’Occident. En cinq siècles, près de 35000 expéditions négrières traversent l’Atlantique, déportant aux Amériques plus de 12 millions d’hommes, de femmes et d’enfants africains, dans des conditions atroces. "

Sur les aspects positifs de la colonisation, j'aurais des choses personnelles à dire mais je n'en ai ni le temps ni le désir actuel. Je laisserai donc de côté vos allégations caricaturales.


Sur la question de la traite, je me bornerai à vous dire ceci. Culpabilité des Blancs, d'accord, mais croyez-vous vraiment que les paysans misérables du Grand Siècle aient quelque chose à voir avec le Code Noir ? Et que les mineurs de fond de l'ère industrielle aient eu quelque responsabilité dans les conquêtes de la IIIe République ? 


Et puis aussi, je vous félicite de cette introspection si perspicace sur notre passé commun. Mais aujourd'hui, où sont et qui sont les esclavagistes ? Et pourquoi vous en préoccupez-vous si peu au lieu de vouloir toujours faire battre leur coulpe aux Français d'aujourd'hui qui n'y sont pour rien ? 

Je n'ai pas l'impression qu'il ait parlé de blancs ni des français d'aujourd'hui

Personnellement je ne me sens pas du tout visé ou coupable que l'on dénonce la colonisation par la France (et autres pays occidentaux) qui a toujours eu pour but d'aller chercher des matières premières sans avoir à les payer en massacrant ou en mettant les colonisés dans un statut inférieur à celui du colonisateur.

Quand on dénonce la colonisation , on dénonce les agissements d'un pays, d'un Etat dont tous les habitants ne sont pas responsables (cf les paysans misérables ou les mineurs), bref on dénonce une politique.


"Sur les aspects positifs de la colonisation, j'aurais des choses personnelles à dire mais je n'en ai ni le temps ni le désir actuel"

C'est bien dommage car j'aimearis bien savoir quels aspects positifs (donc faits pour le bien des peuples colonisés) il y a dans la colonisation.


Ah mais en fait vous êtes pas en Zemmourisation, vous êtes Zemmour ! Sortir la carte de la culpabilisation et de la repentance grand classique !

Personne ne vous demande de "battre votre coulpe", ça c'est votre excuse pour ne pas remettre en cause les conséquences actuelles de l'histoire colonisatrice de la France sur les Français originaires des anciennes colonies.
Il suffit juste que ce paramètre soit pris en compte, accepté, et traité à sa juste place dans l'histoire de France. Et de combattre ce racisme qui se perpétue.


Mais je note votre excuse dans un coin, je vais la conseiller aux Allemands. "Qu'est-ce qu'avait à voir le petit paysan de Sarre ou l'ouvrier de la Ruhr  avec le nazisme et l'extermination des Juifs hein ? Alors c'est bon la culpabilisation sur le nazisme, Hitler a fait de grandes choses (des autoroutes entre autres)".


Et j'attends avec gourmandise vos exemples concrets de bienfaits de la colonisation. Prenez le temps, s'il vous plaît ! Je vous implore !

Votre enthousiasme et votre indignation ne m'étonnent pas. Ils vous valent d'ailleurs un franc succès à l'audimat des réactions.  Je n'en suis pas pour autant convaincu.


Voyez, ce qui m'étonne dans tout cela, c'est l''énergie que vous mettez à dénoncer la France et son passé colonial. 


Mais le présent esclavagiste, il existe. Les scandales sont bien réels à travers la planète et des millions d'êtres en souffrent en Afrique, en Arabie, dans les émirats  et ailleurs. 


Et même, il me semble que la Palestine pourrait être une préoccupation dans votre souci justicier. Et la Turquie, alors!... Et la Chine...


Mais non, c'est la France qui est le mal. Elle a pourtant fait plus pour la liberté des peuples que la plupart, sinon la totalité des pays du globe, c'est le Code Noir et la colonisation que l'on retient. 


Eh bien, voyez-vous, j'assume et je ne suis pas mécontent de dire que sur ces thèmes-là je suis en phase avec Zemmour, le juif berbère qui dit les vérités qui fâchent.


"Voyez, ce qui m'étonne dans tout cela, c'est l''énergie que vous mettez à dénoncer la France et son passé colonial. "


Ah non,  non seulement vous êtes à côté de la plaque, mais en plus vous renversez les responsabilités. Je réagissais à votre commentaire qui promouvait cette invention que sont "les bienfaits de la colonisation", pour ne pas vous laisser réviser l'histoire et propager des concepts fallacieux d'extrême-droite.

C'est vous qui ramenez tout à la culpabilité blanche, au grand remplacement, aux bienfaits de la colonisation, alors qu'à la base, la chronique de DS parle d'un article que tout un chacun (du moins les républicains) devrait condamner sans réserves. Mais rien d'étonnant, à l'instar de votre mentor, vous ramenez tout à vos marottes.

Le grand remplacement ? J'ai écrit ça ? Cela a dû m'échapper.


Ce que je vois en tout cas, c'est que vous ne répondez à aucune de mes questions.


Peu importe, vous êtes majoritaire. Je le reconnais bien volontiers.  J'ai toujours préféré être minoritaire. Cela me rassure. Je connais bien la bêtise des masses. 


Bonne journée quand même.

Vous avez écrit ça, ce qui est une variante policée du grand remplacement : "Juste la volonté de ne pas me laisser culpabiliser pour mieux me faire disparaître."


Qui veut vous faire disparaître ? C'est de la paranoïa pure et simple.


Et je ne réponds à aucune de vos questions tout simplement parce qu'elles n'ont rien à voir avec le sujet. On ne disserte pas sur quelle civilisation a le plus promu l'esclavage, c'est un autre débat, mais sur ce qu'il faut penser de cet article de VA.


Et vous, vous arrivez avec les marottes de l'extrême-droite : les bienfaits de la colonisation, l'homme blanc auquel on demanderait de la repentance. VA dit les bonnes choses mais pas de la bonne façon.


On serait taquin, on pourrait croire que vous partagez totalement le fond du discours de VA, juste pas la forme. La normalisation quoi.


Bonne journée quand même aussi.

Peu importe, vous êtes majoritaire.


Ici peut-être (et encore !). Mais rassurez-vous, vous faîtes bien partie de cette majorité de moins en moins silencieuse de crétins d'extrême-droite qui pullule en Occident...

Pourquoi sentez vous le besoin de preciser ''en occident''?

Boslonaro est il un occidental ?

Erdogan est il un occidental ?

Modi est il un occidental ?

Al Sissi est il un occidental ?


Et la je parle que des dirigenats democratiquement elus, mais je suis sur que dans la majorite des pays du globe non occidental, les valeurs de l'extreme droite (nationalisme, conservatisme, supremacisme et ordre) sont bien plus presentent qu'en occident.

On pourrait en discuter longtemps, mais je pense que le Brésil fait bien partie de l'Occident (et la frange de la population qui l'a soutenu présente toutes les caractéristiques des peuples occidentaux). De même que la Turquie sur bien des aspects.

Mais pour Modi, je vous l'accorde bien volontiers (on pourrait également citer ce taré de Duterte)...


Quant à al-Sissi, on est loin d'un "dirigeant démocratiquement élu", ou alors vous avez loupé quelque chose.

«Elle a pourtant fait plus pour la liberté des peuples que la plupart, sinon la totalité des pays du globe»


Comme par exemple?

Cherchez un peu. Vous finirez par trouver.

Ok, une affirmation péremptoire et gratuite, mais qui fait du bien à l'égo.

Personne ne retient de la France "QUE" la colonisation.
On est juste suffisamment en paix avec notre Histoire pour en reconnaître les côtés sombres.

Bien dit, Rémy

"Sur les aspects positifs de la colonisation, j'aurais des choses personnelles à dire mais je n'en ai ni le temps ni le désir actuel. Je laisserai donc de côté vos allégations caricaturales."
C'est vrai ça, on oublie un peu trop vite que les nazis ont développé les autoroutes, que la médecine a fait de grands progrés grâçe aux expérimentations de Mengele et que bon quand même sans Messerchmitt et Von Braun pas de V1 ni de V2 et donc pas de fusées, ni de satellites.
Si vous pouvez prononcer cette phrase toute honte bue, si vous pouvez penser ces phrases sans comprendre que leur causalité est biaisé, bravo vous êtes prêts pour un ptit régime autoritaire et raciste.

Votre petit laius sur les mineurs et paysans est très touchant, fleure bon son zemmour essentialisant. Si vous voulez dissocier le peuple des puissants décideurs des "vraies" saloperies, si vous voulez associer dans la pauvreté l'enfant mineur et l'esclave africain, faites attention, vous allez glisser vers le marxiste. une petite lecture de l'Histoire qui propose une lecture du monde selon la classe sociale où vous appartenez.
Et vous verrez peut être que le problème n'est pas l'arabe mais le PDG ou les institutions politiques. Chut ca va être violent!!!

Les paysans auraient ils eu quelque chose à voir avec le Code Noir, je ne vois pas trop où serait le problème. Il consistait en grande partie à limiter les excès déjà existants des colons envers leurs esclaves et leur reconnaitre divers droits, si limités étaient ils. Jamais rien lu d'aussi ridicule que les articles y voyant la grande faute des français, quand s'il y en avait une elle le précédait largement.


Par contre indéniablement celle ci, en tant que nation, qui bien avant le Code Noir tolérait cet esclavage, qui bien après l'avoir aboli continuait à traiter les indigènes en sous-citoyens dans ses colonies, et bien après ses colonies à traiter à peine mieux si moins officiellement ceux en étant issus, me semble avoir tout de même quelques choses à se reprocher.


Après la question éternelle de la responsabilité de ceux n'étant pas des élites dans cette succession de décisions ou ce qui en survit mécaniquement peut se poser, et évidemment les discours racialistes parlant d'une responsabilité "des Blancs" en général sont relativement fumeux, mais d'un autre coté on ne peut pas nier que le peuple, dans sa moyenne (dont l'immense majorité de ceux n'étant pas au plus bas échelon de la société), ait été plutôt lent à condamner les crimes faits en son nom (et soit encore loin d'une prise de conscience complète sur les tendances héritées du colonialisme telles certaines pratiques policières).

"Jamais rien lu d'aussi ridicule que les articles y voyant la grande faute des français, quand s'il y en avait une elle le précédait largement."


L'intérêt du Code Noir, c'est qu'en tentant, timidement, d'encadrer la férocité de la violence esclavagiste, il la met en évidence, lui donne une existence écrite qu'elle n'aurait pas sans lui. Et la timidité de ses remontrances témoigne également de la puissance de cette férocité et de sa propre acceptation su système esclavagiste, à condition qu'il soit "humain".


Vous trouvez ça ridicule, que certains n'aient pas saisi cette volonté d'humanisation et se soient concentrés, indignés, sur ce qui restait autorisé?

Ce que je trouve ridicule c'est qu'il différenciait plutôt positivement la France des puissances coloniales rivales. Il n'y a jamais eu sauf erreur de ma part de loi portugaise, espagnole ou néérlandaise sur l'esclavage. La France et l'Angleterre (et cette dernière uniquement par des lois de Virginie et Caroline du Sud, pas dans le reste de ses colonies) ont été les deux seuls pays à lui donner une forme juridique restreignant un petit peu les droits des maîtres durant la période où l'esclavage se pratiquait dans les colonies de tous ces pays. Et le Code Noir étant la moins sévère et la seule à les restreindre dans toutes les colonies d'un pays (tandis que l'esclavage n'était pas toléré en métropole, contrairement à ce qui se faisait au Portugal), il pourrait presque faire passer la France pour progressiste pour l'époque.


Enfin donc, à mon avis, la vraie horreur est plutôt d'avoir autorisé l'esclavage (pratiqué dès le XVIème siècle dans les Antilles, plus d'un siècle avant le code noir) que d'en avoir écrit les règles sur un bout de papier, même si le peu de limites qui lui fut donné l'était plus probablement pour que la cruauté stupide des colons n'entraine pas de révoltes, c'était toujours un peu mieux que ce qui se faisait ailleurs.

ps : enfin ça ne change pas grand chose si ce n'est qu'il me semblerait plus logique de démonter les statues de Louis XIII ou de Richelieu que de se concentrer sur celles de Colbert :)

Etre moins pire/mieux que ces voisins, n'est ce pas la definition du progressisme ?

Le progres est une continuite historique.


Si pour la peine de mort la guillotine est utilise plutot que le buchet, c'est une amelioration il me semble.


"une amelioration il me semble."


C'était d'ailleurs la motivation du professeur Guillotin: les méthodes de mise à mort de l'Ancien Régime lui étaient insupportables (reconnaissons qu'elles l'étaient vraiment, dans leur ingénieuse variété), il a voulu mettre au point une manière rapide et sans souffrance d'exécuter un condamné. L'idée de supprimer la peine de mort ne pouvait l'effleurer, elle a d'ailleurs attendu presque 200 ans. 


C'était donc (comme le Code Noir?) un réel progrès. Ce qui n'a pas empêché les tenants de l'Ancien Régime de considérer la guillotine comme un symbole de la barbarie des révolutionnaires. Oubliant les estrapades, écartèlements, bûchers et autres joyeusetés qui ne les avaient jamais choqués. Encore un "effacement".

Ben disons que quand le mieux est du style "tu as le droit de lui couper la main mais pas le bras" c'est tout même un progressisme limité (d'où mon presque).


Mais il demeure que le simple fait de considérer les esclaves comme sujets de droits était un précédent plutôt appréciable pour l'époque (après certains y verront au contraire une France encore plus cynique que les autres puisque leur en accorder, et les affranchir en métropole, signifiait qu'on les reconnaissait un peu humains quand même, mais que ça ne nous faisait pas pour autant envisager de renoncer à l'esclavage ; si c'est l'argument je le comprend, c'est plus les comparaisons du style Code noir = le Mein Kampf français, que je trouve ridicule).

Raisonnement limpide, merci !


C'est vrai qu'en y réfléchissant bien, les fours crématoires étaient bien plus "progressistes" que la Shoah par balles des Einsatzgruppen. On ne remerciera donc jamais assez ce gauchiste d'Himmler !  ;-)

Il consistait en grande partie à limiter les excès déjà existants des colons envers leurs esclaves et leur reconnaitre divers droits, si limités étaient ils.


En toute petite partie. 


En suivant les cours d'Erick Noël en Master 2 à l'UAG  de fort de france (Université des Antilles Guyane) j'ai appris que le code Noir était en grande partie une volonté de réaffirmation de la justice royale sur des terres outre mer convoitées par les anglais et les espagnols.


Les colons avait trop tendance à oublier d'en référer au gouverneur quand ils châtiaient  leurs esclaves. 


Y voir une intention humanitaire ou humaniste est un quasi anachronisme. 


Les Antilles français sont marquée jusqu'à aujourd'hui par le chantage des planteurs : si vous m'emmerder trop je ne vous ferait plus allégeance. 


La menace a été encore plus prise au sérieux après les indépendances nord américaine,  haïtienne et bolivarienne.


Ce que cherchait la monarchie, c'était à affirmer sa souverainté comme toujours.


 Jamais rien lu d'aussi ridicule que les articles y voyant la grande faute des français, quand s'il y en avait une elle le précédait largement. 


Jamais lu un article y voyant la grand faute de français tout court. Un lien?

Voir par exemple le discours de Louis Sala-Molins (un professeur de philosophie se présentant comme le quasi découvreur de ce code dans les années 80 que les historiens français auraient tout fait pour passer sous silence, au grand damn de ceux ci qui avaient déjà produit je ne sais combien de dizaines de travaux dessus) et de ses fans, où des comparaisons avec Mein Kampf reviennent souvent.


Voir par exemple le discours de Louis Sala-Molins (un professeur de philosophie se présentant comme le quasi découvreur de ce code dans les années 80 que les historiens français auraient tout fait pour passer sous silence, au grand damn de ceux ci qui avaient déjà produit je ne sais combien de dizaines de travaux dessus) et de ses fans, où des comparaisons avec Mein Kampf reviennent souvent. 



Je viens de lire sa fiche wikipedia je ne le connaissait pas. 


Le sérieux de certaines de ses recherches semble sujet à caution effectivement.


Toutefois il n'a jamais écrit ni essayé de démontrer que l'esclavage, la traite étaient "une grande faute des Français"


Son créneau c'est la dénonciation de l'humanisme a géométrie variable des Lumières cette critique est légitime si elle est honnête.


Je n'adhère pas aux discours qui laissent entendre qu'il y aurait une unité de pensée chez "Les Lumières" alors que les grandes figures de ce mouvement intellectuel était très divisée sur ce sujet et leur avis sur la question a pu évoluer.


Vous conviendrez qu'il n'y a aucun intellectuel qui a écrit ou publié des propos rendant responsable "tous les Français" ou tous les blancs ou les paysans et les mineurs de fonds cette argument de l'homme de paille est pourtant très répandu (notamment dans les commentaires anti Obono)


Ce genre de propos est aussi stupide et essentialisant que celui qui prétend que " Les Africains" ont vendus leurs frères, des propos qu'on lis souvent d'ailleurs.


Ce discours caricatural je l'entend dans la bouche de quidam mais il n'est pas à ma connaissance tenu par des figures connues du "camp décolonial" ceux qui prétendent le contraire versent dans la falsification et la calomnie. 


Et sinon, la comparaison avec Mein Kampf n'est pas qu'une provocation chère âme sensible. On peut interroger le rapport entre l'écrit et la perpétuation d'un crime contre l'humanité sans forcément verser dans l'outrance anti blanche ou antifrançaise. C'est plus utile de comparer lois de Nuremberg et Code Noir deux productions juridiques définissant un statut de sous-homme.


Et je ne trouve pas cela idiot de comparer les réactions de violence et d'agacement qu'entraine la l'évocation d'un crime contre l'humanité (la traite et l'esclavage) avec les réaction beaucoup moins susceptible et émotive des Allemands vis à vis de leur passé sombre. 


Au contraire.





N'ayant pas lu toute la production de tous les intellectuels susceptibles de l'avoir fait, je ne saurais le dire avec certitude (enfin je ne saurais être totalement affirmatif, vu toutes les conneries que des intellectuels ont pu écrire à un moment où un autre), mais effectivement je n'ai pas le moindre souvenir d'une personne connue ayant dit ça dans un cadre sérieux (j'en ai quelques vagues de twittos, forumeurs, youtubeurs, ou vidéos style AJ+ donnant dans ce discours, mais ça n'entre pas dans cette catégorie).


Et surtout je pense on ne peut plus probable que ce soit avant tout des déformations de propos qui fassent penser à des gens que ce soit un bon résumé de la pensée générale des décoloniaux, certains auraient ils commis ce raccourci.


Enfin comme on pourrait dire, pastichant je ne sais qui*, entre les propos précis d'universitaires, leur reprise par des intellectuels plus généralistes ou la presse, leur traduction militante par des organisations politiques, la manière dont leurs militants les reformulent, ce qu'ils peuvent en arriver à dire dans le cadre des débats publics "de haute tenue" que favorisent les réseaux sociaux, ce que les gens en retiennent, ce qu'ils en déduisent, les associations qu'ils font entre ce qu'ils pensent que ça veut dire et d'autres trucs...


* sérieux je cherche de qui est la formule  d'origine (j'aurais dit Paul Valéry mais pas trouvé de confirmation) et même les memes qui la reprennent l'appellent je ne sais qui :)


A part ça de manière amusante j'ai fait une recherche sur "esclavage responsabilité des blancs", à tout hasard, et la moitié des résultats sur les deux premières pages de google, dont les 3 premiers, insistent sur celle des Noirs ou la complicité des monarques africains, tandis que 2 ou 3 de plus se plaignent qu'on en fasse celle des blancs et le reste c'est les pages wikipedia sur la traite et l'esclavage ou autre trucs historiques neutres (à part un article sur "le racisme anti-blanc n'existe pas" où les 3 termes sont présents mais pas associés). De quoi soupçonner l'IA de ce moteur de recherche d'être un peu fragile. ;)

Vous semblez défendre la position du «code noir humaniste», mais celle-ci est une forfaiture, que beaucoup n'ont eu de cesse de répéter (dès sa promulgation) sans réalité concrète pour s'appuyer dessus. Or la plupart des historiens sérieux sur le sujet vous contrediront.


Tout d'abord le code noir, s'il a bien été demandé par Versailles, a été mis au point par les gouverneurs des colonies, l'administration centrale n'y ayant fait que quelques retouches de juristes pointilleux. Et il a été mis au point en se basant sur les pratiques ayant cours à ce moment là. De fait, il n'a eu que peu, voir pas, d'influence concrète sur la situation des esclaves.


Certes, les droits reconnus aux esclaves étaient plus grands que chez les britanniques, mais pas plus que chez les hispaniques. Et surtout, c'était déjà le cas avant le code noir.


Par contre, si on port un regard d'ensemble sur la période, prétendre que le code noir est une amélioration est une aberration. Ce cher Monsieur Soleil (Louis XIV) voulait transitionner l'économie des colonies vers le sucre, très lucratif, mais nécessitant beaucoup d'esclaves. Pour cela il fondera une compagnie (compagnie d Sénégal), subventionnera la traite négrière (en payant pour chaque esclave transporté), liberalisera le marché de la traire et demandera la mise en place d'une législation. Tout cela va dans une même logique vers l'industrialisation de la traite d'esclave et le grand début pour la France du commerce triangulaire (les britanniques font pareil à la même période). Donner des bases légales bien encadrée à une pratique, est une base classique pour développer une pratique, les investisseurs étant plus frileux à investir dans des pratiques avec des vides juridiques.


S'il est vrai que le code noir ne porte pas la responsabilité de l'esclavage, il en est un des exemples poignants de son développement à cette époque, et que Colbert n'y est probablement pas pour grand chose. Sa compagnie, la compagnie des Indes Orientales, privilégiait le tabac, qui ne requierait pas ou peu d'esclaves. Durand sa période d'activité, le nombre d'esclave baissa même dans les colonies. C'est Louis XIV, qui déçu de la faible rentabilité de l'affaire et ne la trouvent pas assez efficace dans la traite négrière, dissout cette compagnie pour en créer une qui s'appuierait sur l'esclavage.

Voir ma réponse à M_.


Enfin comme on pourrait dire, pastichant je ne sais qui*, entre les propos précis d'universitaires, leur reprise par des intellectuels plus généralistes ou la presse, leur traduction militante par des organisations politiques, la manière dont leurs militants les reformulent, ce qu'ils peuvent en arriver à dire dans le cadre des débats publics "de haute tenue" que favorisent les réseaux sociaux, ce que les gens en retiennent, ce qu'ils en déduisent, les associations qu'ils font entre ce qu'ils pensent que ça veut dire et d'autres trucs... 


Oui c'est le problème avec les "diabolisateurs"! 


Ils trouverons toujours quelqu'un pour confirmer qu'ils luttent bel et bien contre le diable. ( exemple récent un propos antisémite isolé dans la manif pour Adama condamné par ses organisateurs est devenu la preuve que certains cherchaient)


Et il existe des milliers de commentateurs du net qui sont sincèrement convaincus qu'Obono  a crié nique la France! (elle ou Rokaya Diallo la haineuse ).


La gauche Marianne charlie ne fait rien contre ces mensonges elle entretient même l'ambiguïté cette malhonnêteté intellectuelle fait mal tous les coups sont donc permis?


A part ça de manière amusante j'ai fait une recherche sur "esclavage responsabilité des blancs", à tout hasard, et la moitié des résultats sur les deux premières pages de google, dont les 3 premiers, insistent sur celle des Noirs ou la complicité des monarques africains, tandis que 2 ou 3 de plus se plaignent qu'on en fasse celle des blancs et le reste c'est les pages wikipedia sur la traite et l'esclavage ou autre trucs historiques neutres (à part un article sur "le racisme anti-blanc n'existe pas" où les 3 termes sont présents mais pas associés). De quoi soupçonner l'IA de ce moteur de recherche d'être un peu fragile. ;) 



Ce qui m'agace le plus avec les pro Charlie à la Ervé Martagon c'est le sentiment qu'ils ont d'être encerclés et minoritaires alors qu'ils sont infiniment plus puissant que les spectres décoloniaux qui les effraient et qu'ils voient comme LA menace de notre époque (parcqu'elle prépare le djihad international des frères musulmans de banlieue c'est Caroline F qui l'a écrit)


Le "camp décolonial" a contre lui toute la droite, toute l'extrême droite (y compris les dieudo soraliens), la grande majorité de la gauche, du PC et et de L.O mais quelle force de frappe dites donc

  

C'est en vrai qui le camp décolonial? Quelques universitaires d'origine africaine méconnus, une certaine bourgeoisie intellectuelle issus des outre mer, quelques sociologue et philosophes issu de la souche et puis plus rien. 


Aucun journal à grand tirage, des journaux en ligne dont médiapart. Ils n'on qu'un seul parti bienveillant à leur égard: le NPA et une toute petite place précaire au sein de la France Insoumise... 


c'est pas  bézef tout de même quand on compare à la gauche qui se dit républicaine et universaliste.


Evidemment pour foutre la merde durablement dans le pays s'en prendre à Charlie hebdo plutôt qu'à Minute ou Valeurs actuelles c'était un choix très judicieux de la part des commanditaire des des attentats 


Quand l'objectif est de précipiter les jeunes de banlieues dans les bras du djihad international rien de tel que de semer le doutes au sein des esprits à gauche ces anciens alliés naturels de descendant d'immigrés.


Dans ce monde ou il n' a plus de repère, L'ex soixante huitard marxiste a vite fait de ce dire: Ces jeunes arabo musulmans sont peut être irrécupérable après tout? 


Y a qu'à voir à quel point ils sont attaché à une religion barbare et rétrograde et comment ils maudissent les grands noms de la France qu'on aime. 



Complètement !!!  ;-)

Je pense que tu noircis un peu le tableau sur leur influence. Déjà il y a Libération comme journal à grand tirage qui relaie assez régulièrement les tribunes de cette mouvance, ensuite et surtout elle a une force de frappe internationale que n'ont absolument pas les Charlie-pas-Martel-mais-presque. C'est pas Fourrest ni même Val qui peuvent écrire un papier dans The Guardian ensuite paraphrasé par la moitié de la presse progressiste anglophone... Ni Zineb Al Razhaoui qui peut compter sur un éditorial du New York Times si on lui fait des misères. C'est pas pour rien que les Rhokaya Diallo ou autre Maboula Soumayoro leur font très peur, à eux et au delà.

Au delà parce que la crainte, pour ceux qui sont attachés au modèle républicain français, ne se limitant pas à nos chers islamophobes, c'est bêtement sa disparition, l'uniformisation dans la culture communautariste anglo-saxonne. Et c'est plus leur rôle de tête de pont de celle ci qui inquiète (les controverses françaises sur la laïcité, etc... servant d'ailleurs à la presse progressiste anglophone à pratiquer sa version du french bashing, oh... mais qui signe cet énième article négatif du Guardian sur le sujet avec France dans son titre ?).

On ne peut pas vraiment comprendre l'antipathie que certaines personnes suscitent sans considérer leur aspect, comment dire, traitresse à la patrie qui pactise avec les rosbifs quoi. M'enfin, on dirait qu'elle ne se rappelle pas de quel coté étaient ses ancêtres dans la guerre de 100 ans celle là, comme dirait Sarkozy. :)

Enfin la pensée particulière des décoloniaux francophones personne ne la connait vraiment et la plupart de leurs détracteurs s'en foutent un peu, j'ai l'impression.

Le Royaume-Uni et les États-Unis par contre on voit leurs sociétés, on connait le discours de leur gauche sociétale, et on n'est pas forcement candidats ni pour les unes ni pour l'autre. En dehors des malentendus (ou en étant un de plus) je pense que c'est l'explication d'une grande partie de la résistance qu'ils rencontrent comme tous ceux qui s'y voient rattachés, Diallo et les autres agents de George Soros, comme dirait [s]Alex Jones[/s] Marianne.  Ils sont vus comme une avant garde de l'immense parti du modèle rival au sein de l'occident (et qui nous écrase de plus en plus).

(je mentionne beaucoup Diallo car elle est connue, et certainement bien plus ciblée que tel obscur universitaire, qui le sera plutôt pour faire partie des signataires des mêmes tribunes dans Libé, dans l'inévitable compagnie de Saïd Bouamama et autres frères Fassin)


Et si je moque les expressions les plus radicales de cette paranoïa sur l'avant-garde des agents de l'estranger et de la dissolution de l'identité française, ou les délires les accompagnant souvent,je suis d'autant mieux placé pour en parler que je ne manque pas de ressentir cette peur de l'uniformisation dans la norme anglo-saxonne à l'occasion.  


Mais au delà j'ai l'impression plein de gens y compris des qui font tout pour ne pas afficher l'espèce de chauvinisme républicain dont peut être accusée la "gauche Marianne", et ne sont pas islamophobes ou racistes pour un sou, n'en mettront que d'avantage tous les bâtons dans les roues qu'ils peuvent à ceux qu'ils voient comme de potentiels agents de la fin de l'exceptionnalité française. Après reste à déterminer si c'est un malentendu de plus qui fait voir ainsi cette mouvance. 


Mais il y a quelque chose qui dépasse un peu la question de l'islamophobie dans le rejet qu'elle subit, une question de défense de notre modèle que les accusations de "racisme d'état" etc... ou la volonté de diviser les français en racisés ou pas sont perçues comme attaquant.

perdu les liens après avoir arrété la rédaction de mon message à mi chemin la nuit dernière et l'avoir enregistré en texte


cet énième article

Marianne Rhokaya et Soros


Marianne qui par contre à l'occasion donne quand même un peu la parole aux défenseurs d'Obono, on peut lui reconnaitre ça (mais par contre n'en trouve pas moins l'occasion de mentionner son nom à chaque nouveau dossier sur le "péril" indigéniste ou islamo-gauchiste, un marronier digne des franc-maçons pour L'Obs)

Marianne qui par contre à l'occasion donne quand même un peu la parole aux défenseurs d'Obono, on peut lui reconnaitre ça (mais par contre n'en trouve pas moins l'occasion de mentionner son nom à chaque nouveau dossier sur le "péril" indigéniste ou islamo-gauchiste, un marronier digne des franc-maçons pour L'Obs) 


Ce que font tout les médias lorsqu'ils sont malhonnêtes ils pourront ensuite dire "on vous a donné la parole".

Je pense que tu noircis un peu le tableau sur leur influence. Déjà il y a Libération comme journal à grand tirage qui relaie assez régulièrement les tribunes de cette mouvance, ensuite et surtout elle a une force de frappe internationale que n'ont absolument pas les Charlie-pas-Martel-mais-presque. C'est pas Fourrest ni même Val qui peuvent écrire un papier dans The Guardian ensuite paraphrasé par la moitié de la presse progressiste anglophone... Ni Zineb Al Razhaoui qui peut compter sur un éditorial du New York Times si on lui fait des misères. C'est pas pour rien que les Rhokaya Diallo ou autre Maboula Soumayoro leur font très peur, à eux et au delà.

 

Oui j'avais oublié Libération dans lequel cette mouvance est effectivement publiée mais sans le soutien de la direction (voir à ce propos les déclaration calomnieuse de Joffrin sur Obono, Joffrin qui incarne bien cette fausse gauche au service des milliardaires).


Pour le reste je parlait de la situation toute particulière de la France pays dans lequel les "élites" intellectuelles médiatiques de gauche ont dans leur grande majorité diabolisé et stigmatisé cette mouvance avec l'appui très marqué de médias et des oligarques du PS et de l'UMP ( la bourgeoisie aux manettes du pays tout de même).


Et ou c'est bien une singularité française!

En Angleterre Corbyn a aussi droit à ces calomnies mais il me semble que l'intelligentsia de gauche y est beaucoup moins dogmatique et braquée qu'en France. ( vu de loin ce pays a quand même été thatchérisé 30 ans avant Macron)


Et si je moque les expressions les plus radicales de cette paranoïa sur l'avant-garde des agents de l'estranger et de la dissolution de l'identité française, ou les délires les accompagnant souvent,je suis d'autant mieux placé pour en parler que je ne manque pas de ressentir cette peur de l'uniformisation dans la norme anglo-saxonne à l'occasion.   


Le paradoxe de cette soit disant gauche qui exige que les "décoloniaux" soient Charlie c'est son Atlantisme chevronnée et sa défense d'Israël.  


Je ne suis pas Charlie je ne l'ai jamais été depuis que Philippe Val a détourné l'humour anar bête et méchant au profit d'un conflit de civilisation qui dépasse les frontières de l'hexagone.


La déferlante islamiste et son lot d'actes violent qui endeuillent le monde arabe (nos attentats sont des épiphénomène comparé à ce qu'on traversé les musulmans du monde entier) est incompréhensible hors d'une réflexion géopolitique sur le rôle de l'action des US au Moyen Orient et comme par hasard les cerbères anti coloniaux sont aussi les vigies de la domination US.


L'oncle Sam a injecté des sommes colossales dans le financement du djihad, son hégémonie culturelle et son soft power inonde les quartier populaires avec le modèle d'une société éclatée et individualiste qui atomise les solidarités dans grandes métropoles mais mais mais le problème c'est le grand frère, le délinquant, le barbu.... 


On leur montre le doigt ils regardent la lune. Cette bêtise ou cette duplicité sont très dangereuses pour la paix civile. 


Mais au delà j'ai l'impression plein de gens y compris des qui font tout pour ne pas afficher l'espèce de chauvinisme républicain dont peut être accusée la "gauche Marianne", et ne sont pas islamophobes ou racistes pour un sou, n'en mettront que d'avantage tous les bâtons dans les roues qu'ils peuvent à ceux qu'ils voient comme de potentiels agents de la fin de l'exceptionnalité française. Après reste à déterminer si c'est un malentendu de plus qui fait voir ainsi cette mouvance. 


Mais il y a quelque chose qui dépasse un peu la question de l'islamophobie dans le rejet qu'elle subit, une question de défense de notre modèle que les accusations de "racisme d'état" etc... ou la volonté de diviser les français en racisés ou pas sont perçues comme attaquant.


Les aspectes les plus problématique de la pensée décoloniale méritent d'être critiqué avec intelligence. 


Vivant aux Antilles depuis 13 ans je ne suis pas en phase avec les militants qui abordent toutes les injustices contemporaine par le prisme colonial et racial en oubliant un peu trop les rapport de classe. 


Mais ils ont exactement les même défaut que n'importe quel autre militant!

L'écolo qui pense que tout s'explique par l'écologie, le religieux qui pense que tout est transcendance, le marxiste qui pense que tout est rapport de classe, la féministe qui pense que tout est patriarcat. 


Obono a assez d'ouverture d'esprit pour intégrer la France insoumise, rédiger le projet sur la laïcité, cotoyer un stéréotype de mâle blanc biberonné au roman national tel que Mélenchon mais non non il faut quand même qu'elle soit attaquée sur des tout petit poux qu'on ne cherche que dans la tête des noirs et des arabes c'est proprement dégueulasse et c'est banalement raciste.




Sur la question de la traite, je me bornerai à vous dire ceci. Culpabilité des Blancs, d'accord, mais croyez-vous vraiment que les paysans misérables du Grand Siècle aient quelque chose à voir avec le Code Noir ? Et que les mineurs de fond de l'ère industrielle aient eu quelque responsabilité dans les conquêtes de la IIIe République ? 


Pourriez vous m'indiquer quels acteurs du débat public dénoncent la responsabilité des paysans misérables et des mineurs de fonds dans la traite et l'esclavage? 


La diabolisation du "discours décolonial" passe par ce genre de falsification! Beaucoup de gens sont persuadés que Daniel Obono ou Rokhaya Diallo sont des suprémacistes noires sans que rien ne puisse l'étayer les échanges sur les réseaux sociaux  sont très éclairant à ce sujet.


Vous faites comme ceux qui entendent "only black lives matters" quand des gens scandent "black lives matters"


Renseignez vous.



Ce que j'essaie de dire - sans doute maladroitement, je ne suis pas philosophe... - c'est que tous les discours  globalisants et négatifs sur le rôle de la France dans toutes ces questions me semblent faux et tendancieux.


Cela ne me semble pas erroné de dire que les souffrances ont été partagées. Le peuple de France dans son ensemble ne me semble guère avoir été bénéficiaire de l'esclavage, comme d'ailleurs de la colonisation. C'est ce que j'essaie d'évoquer en parlant des paysans et des mineurs. Leurs souffrances valaient souvent celles des esclaves et leurs libertés n'étaient guère supérieures.


Et je pense aussi que les esclavagistes étaient noirs, arabes et autres, tout autant que blancs. Et que s'obstiner à troubler la conscience des Français d'aujourd'hui sur ces questions, en leur suggérant une culpabilité collective, me paraît faux et dangereux. 


J'ajoute aussi qu'il est commode  de crier et rameuter sur ces questions du passé quand l'esclavage continue de se porter fort bien dans de nombreux pays d'aujourd'hui. Ce qui ne semble guère préoccuper  les "décoloniaux".


J'ai aussi en mémoire ce que la France a fait pour la liberté des peuples même si sur ces forums tout cela semble ne pas avoir existé. Rousseau a écrit: "Les Français, surtout, ce peuple si doux, si poli, si généreux, qui se pique si fort de bienséance et d'égards pour les malheureux..." ( Confessions, livre XII).


Voyez-vous, je persiste à me faire, comme un autre le disait, "une certaine idée de la France". C'est parfaitement démodé, incompréhensible et, je vous l'accorde,  de moins en moins évident dans ce monde cruel. Mais je n'aime pas tous ces discours de démolition, de culpabilisation et de repentance contrainte.  J'essaie de transmettre autre chose à mes enfants.


Je vous l'accorde: je suis assez démodé.



"les esclavagistes étaient noirs, arabes et autres, tout autant que blancs."


Aucun système esclavagiste n'a eu l'ampleur et la férocité de la traite négrière organisée par les occidentaux, avec certes des complicités locales (indispensables...), mais ceux-là étaient de gagne petit. 


Salopards, certes, noirs, certes, mais votre "tout autant" est un mensonge éhonté.

Oui après, connaissant la nature humaine on peut supposer que s'ils en avaient eu les moyens ils auraient fait tout autant.

"connaissant la nature humaine on peut supposer que s'ils en avaient eu les moyens..."


Oulala, une "supposition", un "si", plus un énorme préjugé (bateau) sur "la nature humaine". Ça fait beaucoup d'incertitudes... 



Pas d'incertitude : ce serait étrange de considérer qu'une catégorie d'humains suffisamment salauds pour verser dans l'esclavagisme soit plus à même de verser dans l'esclavage industriel que les autres humains suffisamment salauds pour être esclavagistes.

Certaines races ont probablement le gène du racisme, c'est répugnant.

Essayez d'être un peu moins véhément, je vous en prie. Evitez aussi les affirmations trop hâtives. Croyez-vous vraiment que la traite arabo-musulmane fut moins féroce que l'occidentale ? 


Moins mémorielle, certes. Et pour cause. Les esclaves y étaient systématiquement stérilisés par castration. On parle de 11 millions d'individus, quand même.  Et en effet, il n'y a pas de problème noir en Arabie, dans les Emirats, dans aucun pays arabe. 


Mais peut-être tenez-vous cela aussi pour un mensonge éhonté ?

Systématiquement, ça fait objet de débat il me semble. Plusieurs points de vue s'affrontant sur l'ampleur réelle de cette pratique hors des eunuques de palais, si peu productive du fait de la mortalité liée aux moyens de l'époque qu'elle fait douter de sa généralisation complète, surtout qu'elle était aussi interdite par le Coran. Certains y voient la cause principale de la non persistance de populations noires dans les pays concernés, d'autres la trouvent au contraire plus probablement dans l'émancipation favorisée par une loi religieuse, et des retours au pays, ou la bête absoption de leurs caractéristiques par le métissage sur des générations.


Je pense que l'effet que vous décrivez est inévitable et c'est pour ça qu'il ne faut pas trop s'en émouvoir : comme pour me too, quand la balance penche trop d'un côté, il faut plus de force pour la rééquilibrer.


Ce qui donne cette impression d'insistance sur la responsabilité occidentale, c'est surtout la résistance des idéologues de droite qui tiennent à donner à la France une image impeccable au lieu de la regarder telle qu'elle est réellement.

Quand il y a de la résistance, il faut plus de pression pour briser cette résistance. Le choix après reste complètement ouvert : soit s'arrêter à l'équilibre, soit pousser le bouchon pour renverser la balance. Mais le problème ne vient pas de la pression initiale (la situation où l'on est actuellement), le choix vient ensuite.

Ce n'est qu'après avoir reconnu le passé sombre de la France qu'on pourra décider si on verse dans la repentance ou pas.
Et là je doute qu'il y ait beaucoup de volontaires pour verser dans la repentance. Mais la reconnaissance permet de donner un point de départ pour réconcilier les peuples. 

Mais quel tissu d'âneries, c'est assez pathétique ! 


J'plains vos gosses de recevoir une éducation aussi stupide, croyez-moi...

Voyez-vous, je persiste à me faire, comme un autre le disait, "une certaine idée de la France". C'est parfaitement démodé, incompréhensible et, je vous l'accorde,  de moins en moins évident dans ce monde cruel. Mais je n'aime pas tous ces discours de démolition, de culpabilisation et de repentance contrainte. 


Vous souhaitez continuer à vivre dans la fiction du roman national car c'est une mythologie confortable. 


La violence des réactions et des calomnies envers ceux qui cherchent à déconstruire cette mythologie s'explique par cet arrachement à votre zone de confort.


Les conservateurs et les réactionnaires à d'autres époques et en d'autres lieux n'étaient pas très différents. Ils luttaient contre la destruction d'une mythologie à laquelle ils étaient attachés. 


La monarchie de droit divin et les origines franques de la noblesses étaient un autre mythe qui a été déconstruit dans la douleur.


Pour vous sortir de ce piège identitaire il vous faudra absolument construire une autre mythologie.




Juste la volonté de ne pas me laisser culpabiliser pour mieux me faire disparaître.


Ah tiens, on a des crétins ouvertement d'extrême-droite sur @SI maintenant ?!? On va bien rigoler je sens...

Insulter et mettre des gens dans des cases ne me parait pas être la meilleure chose à faire... 

Libre à vous de perdre du temps avec les crétins. Moi je n'ai pas ce luxe !  ;-)

"maintenant" :D


Abonnement récent ou vous ne lisiez pas ces forums du temps de Merle etc... ?

Leurs discours étaient aussi ouvertement d'extrême-droite ? Ça avait dû m'échapper alors...


Ou disons plutôt qu'il y a dix ans encore, j'en riais. Maintenant qu'ils sont majoritaires et que la police tue et mutile dans la rue en toute impunité, ça me fait beaucoup moins rire ce genre de discours rances !

Ça dépend comment on classe quelqu'un tenant à nous commenter chaque verset problématique du Coran en citant une "islamologue" membre de Riposte Laïque.


Et dans un autre registre on eut aussi une petite équipe de soraliens à une époque, qui sous prétexte de défendre Chouard nous sortaient toutes les thèses antisémites dont son ami l'avait convaincu.


(Je passe sur un défenseur du négationnisme assez célèbre en ces lieux, car c'était plus un troll qu'un néo-nazi.)

Vous avez 100% raison Remy.
Mais, quand on voit le niveau de reflexion des zombi de ASI qui annonent les ponsifs du moment, ce n'est pas ici que vous trouverez d'echos.

ce n'est pas ici que vous trouverez d'echos


C'est bien vrai ! Retournez donc là où sont vos valeurs, à VA ou E&R. La vacuité est telle là-bas que de l'écho, vous en aurez à ne plus savoir qu'en faire...  ^^

Pas une ligne sur l'amalgame fait également par JLM entre Valeurs actuelles et Charlie Hebdo, et la fort juste réponse publié par celui-ci?


La question reste pourquoi ces chaînes d’info engagent-elles ces suppôts de l’extrême droite?Parce que ces derniers ne craignent pas les propos trash, se délectent du buzz, qui fait l’audience.

Tout le monde y trouvent son compte : les intervenants qui soignent leur notoriété en insufflant leur idéologie à la télé (avec en prime l’effet legitimateur « vu à la télé ») et les chaînes qui espèrent l’audience qu’elle qu’en soit le prix

LCI n'est pas une chaine Bolloré, mais c'est une chaine Bouygues, si je ne m'abuse. Le moule est le meme (meme niveau culturel desastreux, meme marchandisation, meme vulgarité, meme JP-Pernau-isation)

Merci, Daniel, c'est exactement ça: un racisme "civilisé".

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.