Le racisme, oui, mais sans ricanements !
chronique

Le racisme, oui, mais sans ricanements !

Tous ensemble, détestons donc Valeurs Actuelles ! Je ne fais pas la fine bouche. Elle est certes réconfortante, l'unanimité dans la condamnation de la fiction raciste publiée dans le dernier numéro de l'hebdomadaire, et ayant pour but d'humilier la députée insoumise Danielle Obono. Sur la mécanique perverse de cette humiliation par le texte, on lira la fine analyse, dans notre enquête, de la chercheuse en littérature Amina Damerdji, ou encore celle de notre chroniqueur André Gunthert. Mais ce réconfort une fois savouré, reste à regarder en face le terreau qui a produit la plante vénéneuse. Et nous le connaissons bien. A travers l'humiliation pseudo-fictionnelle imposée à une élue "décoloniale", ce terreau, c'est le discours multiforme de réhabilitation de la colonisation.

Ce discours, Valeurs Actuelles n'en a pas le monopole dans le champ médiatique. Plusieurs médias chantent chaque matin la même ritournelle. Et il se superpose -sans toujours se confondre- avec le thème cousin de l'islamophobie, dans un continuum que l'on pourrait désigner sous le nom générique de zemmourisation. Ce qui a amené Jean-Luc Mélenchon, dans son premier tweet de condamnation, à mêler Marianne et Charlie à l'opprobre déversée sur Valeurs Actuelles. La directrice de Marianne, Natacha Polony, est aussitôt montée au créneau, pour défendre son magazine -normal !- sans un mot pour exprimer la répulsion qu'auraient pu lui inspirer le texte et l'image de Valeurs Actuelles -"oubli" significatif, à mes yeuxAussitôt resurgie sur Twitter, la superposition de quelques couvertures de l'un et de l'autre hebdomadaires est pourtant cruelle pour ces dénégations.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.