50
Commentaires

La Maison Blanche bannit un journaliste de CNN...

Une fois de trop : le correspondant de CNN, Jim Acosta, habitué des échanges houleux, a annoncé avoir perdu son accréditation presse pour la Maison Blanche. La porte-parole du gouvernement Sarah Sanders évoque un comportement prétendument "inacceptable" du journaliste et avance pour preuve une vidéo... diffusée par un journaliste d'Infowars.

Commentaires préférés des abonnés

Bien d'accord avec Neity et shuppy.


Les journalistes sont souvent décevant et, si nous fréquentons @SI, c'est bien parce que nous sommes sous critique à l''égard des média. Mais être critique ne signifie pas détester les journalistes. Ni être dupes de(...)

Au moins dans ce pays éclairé qu'est la France, on ne risque pas de discourtoisies entre la cour (journalistique) et Potrof (président of the république of France).

Je trouve certains commentaires inquiétants et je comprends mieux depuis quelques semaines comment les choses peuvent vraiment virer mal dans nos pays et comment deux couleurs inconciliables finissent par s'associer.
Courage à ce journaliste. J'aimer(...)

Derniers commentaires

Au Luxembourg c’est le Premier ministre, Xavier Bettel, qui a évoqué un comportement prétendument "inacceptable" à propos d’un micro abaissé par un directeur de musée au cours d’une interview filmée.

Il a eu l’air fin lorsqu’il s’est avéré que le reportage avait été fabriqué par RTL Télé Luxembourg avec la complicité d’un avocat douteux.

Résultat, un scandale d’Etat : convocation du Premier ministre devant la chambre des députés, enquête interne lancée par RTL Group, démission du directeur général de RTL Télé Luxembourg, démission du rédacteur en chef, blâme adressé à la chaîne de télévision par l’Autorité luxembourgeoise indépendante de l’audiovisuel et par le Conseil de presse, plainte pour diffamation du directeur général du musée (instruction en cours).


On peut en savoir plus ici : https://www.lynchage-mediatique-affaire-lunghi-rtl-bettel.lu/


Comme c'est beau tous ces héros et ces asinautes si intelligents ayant le monopole du savoir-être et vivre. Je n'ai rien à attendre de cnn ni d'asinautes qui  condamnent les gens par petit message caché derrière leur téléphone, qui rêvent de voir les gens en prison... la dictature virtuelle c'est non ! Je préfère encore soutenir Trump que de devenir un fascite comme vous. 


C'est facile de dire que 50 % d'américains sont idiots ou pis parce qu'ils votent Trump ! C'est facile de dire que la démocratie américaine est en danger... Elle n'est en danger que dans la tête des personnes qui le pensent par méconnaissance.


C'est facile de soutenir Obama. Mais qu'a-t-il fait sinon de beaux discours ?!? Un monde sans nuclétaire avait-il dit. Un monde sans discrimination avait-il dit. Un monde sans Guantenamo avait-il dit... Ah oui ! Et il n'a aucune responsabilité dans la réussite de Trump. Mais non... 


Oh ! Allez ! Il faut pardonner à ce pauvre Trump qui était persuadé qu'il allait gagner les Midterms et qui a été la proie d'un biais cognitif qui lui a fait croire qu'il avait effectivement gagné (il est si vieux le pauvre), lout cela l'énervant considérablement. 

Bon ! Pour se venger, il s'en est pris à son SE à la Défense et à un journaliste particulièrement pugnace, qu'il a virés. Typique des narcissiques, il a cassé ses jouets, et comme c'est un président de la plus grande puissance mondiale, ça a fait du bruit dans le Landerneau global.

Nos descendants, au coin du feu, avec leurs charrettes à chevaux dans la cour, au milieu du désert, collaposologique, en riront certainement....

A lire les commentaires, et ce n'est pas la première fois, j'ai l'impression qu'on ne peut être que pour ou contre. Pro ou anti. Ne peut on pas s'accorder sur le fait que Trump agit comme un pré-ado et que Acosta va à l'encontre du protocole. On peut évidemment questionner ledit protocole (le journaliste peut-il s'autoriser une seconde question, et peut-il "répondre" à une attaque directe du président)?

Il est question de journalisme et de journalistes.

Donc, il est commode de mélanger les deux.



Réflexion à la limite du complotisme, mais pas trop : 

Les élections européennes se rapprochent. Il va être important, au nom de la défense du journalisme, de tomber à bras raccourcis sur ceux qui se permettent de critiquer des journalistes peu honnêtes et peu scrupuleux.

C'est pas bien d'interdire l'accès présidentiel à un (des) journaliste(s). C'est pas noootre président qui ferait ça:


Mais... que lis-je?


De son côté, Emmanuel Macron a décidé d'interdire l'accès à son QG de deux médias russes, Sputnik et RT France, pour la soirée du premier tour de la présidentielle. Selon En Marche !, ces deux titres, tous deux financés par Moscou, comme des "agences de propagande d'Etat" et font circuler de "façon méthodique" des "informations mensongères" (source). 


Tiens tiens, l'argument des "informations mensongères" aussi (fake news). 

Pas d'indignation dans ce cas-là. Deux poids deux mesures?

Si le 4ème pilier de la démocratie américaine n'arrive plus à se faire entendre ,s'il est menacé,et si la seule voix de Fox News sert de guide,on peut s'inquiéter.Certains commentaires laissent penser que cela pourrait traverser l'Atlantique sans choquer .Et, que l'on s'habitue à la vulgarité,la brutalité,les mensonges d'un chef d'Etat fait froid dans le dos.

Bien d'accord avec Neity et shuppy.


Les journalistes sont souvent décevant et, si nous fréquentons @SI, c'est bien parce que nous sommes sous critique à l''égard des média. Mais être critique ne signifie pas détester les journalistes. Ni être dupes de la maneuvre de Trump, qui a pris pour prétexte un incident mineur (refuser de rendre le micro pour poser une autre question) pour entraver le travail d'un journaliste sérieux et combatif.


On sent bien que certains ici veulent la peau de CNN et des journalistes "mainstream", et ne sont pas très regardant sur ceux qui, à l'extrême droite, partagent le même but.


Trois commentaires illustrant ce qu'est devenu la critique des médias : la détestation des journalistes en guise d'analyse.



Et pour aller dans le sens de Neity :


"le sujet idéal de la domination totalitaire n’est ni le nazi convaincu, ni le communiste 

convaincu, mais les  gens pour qui la distinction entre fait et fiction  et  la  distinction  entre  vrai  et  faux  

n’existent  plus"


Je trouve certains commentaires inquiétants et je comprends mieux depuis quelques semaines comment les choses peuvent vraiment virer mal dans nos pays et comment deux couleurs inconciliables finissent par s'associer.
Courage à ce journaliste. J'aimerais en voir plus des comme lui parmi les journalistes politiques de grandes chaînes.

Au moins dans ce pays éclairé qu'est la France, on ne risque pas de discourtoisies entre la cour (journalistique) et Potrof (président of the république of France).

On s'en fout des Etats-unis, la France n'est pas un état des Etats-unis, le président Etats-unien n'est pas le maître du monde et on en a marre du corporatisme des journalistes.


A vouloir attaquer Trump tout le temps, on finit par tout excuser. Ce journaliste ne respecte pas les régles du jeu de la conférence de presse.


Ce journaliste veut avoir sa minute de Gloire. En plus, je n'entends rien d'extraordinaire sortant de sa bouche, si ce n'est une forme de condamnation de la polique de Potus... Et bien, il peut toujours faire de la politique avec les démocrates ou ouvrir un #balancetonpresident.


 Enfin, je le trouve plutôt violent avec son coup appuyé pour retenir le micro. Mais bon c'est le méchant Trump et le bon journaliste. 



Merci pour votre article, surtout sur le montage vidéo, cette administration s'enfonce toute seule. Simon

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.