67
Commentaires

La France tue ses djihadistes : la photo parfaite

Aux tout premiers jours de l'année, François Hollande s'est rendu en Irak,

Derniers commentaires

La France tue ses djihadistes...mais grâce à la réforme des rythmes scolaires leur ouvre les portes des écoles en tant que gentils animateurs. Hier soir sur France-Inter à 2 min 58s
https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-18h/le-journal-de-18h-07-janvier-2017

Ses djihadistes qui finalement n'ont pas fait le bon boulot que Fabius attendait d'eux en Syrie.
Cela fait partie de la com pour l'augmentation du budget de la défense.
http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-hollande/francois-hollande-souhaite-une-augmentation-du-budget-de-la-defense_2005113.html
Un demi-hors sujet en passant, sur le thème à quoi ça sert tout ça :
il y a eu une réunion à Moscou entre Chine, Russie et Pakistan sur l'Afghanistan, le gouvernement de Kaboul n'était pas invité, et il y a eu un communiqué des Talibans qui se félicitent d'être considéré comme pouvant être des interlocuteurs.
En fait, officiellement, la réunion portait sur la montée de Daech en Afghanistan mais on peut se demander ce qu'ont pu donner les discussions sans le gouvernement ni les Américains qui ont encore 10000 hommes là-bas.

Allez, je parie sur un retour de Talibans au pouvoir et cette fois, promis, ils n'abriteront pas de jihadistes internationaux, chacun ses oignons.
"Hollande : lutter contre l'EI en Irak c'est prévenir le terrorisme en France..."

L'opération Chamal (en Irak) a débuté officiellement le 20 septembre 2014...

Et le berger a répondu à la bergère le 7 janvier 2015... le 13 novembre 2015 ... le 14 juillet 2016...

Mais comme redirait Hollande : c'est la faute à pas de chance...
[quote=William Perrin]jusqu'à quand des M.Pat vont continuer à me sortir que c'est pas encore la Corée du Nord

Avant l'heure, c'est pas l'heure, on ferme sa gueule. Et après l'heure (quand ce sera, enfin! la Corée du Nord) ce sera plus l'heure, et on aura intérêt à fermer sa gueule. À moins d'être déjà mort.
Ah au fait, la guerre contre les terroristes, c'est fini. Maintenant, Valls se demande quelle indécence il peut y avoir à "se battre pour notre économie, pour nos industries".

Alors on synthétise: prochaines élections sous dérogation de la CEDH (Danette, s'il y a une formulation plus précise, je suis preneur), assassinats arbitraires, et guerre pour l'économie et l'industrie (de l'armement, come ça on fait la guerre pour faire tourner les lignes de prod des missiles, donc pour l'emploi).

Je me demande juste jusqu'à quand des M.Pat vont continuer à me sortir que c'est pas encore la Corée du Nord (argument uniquement utilisé par ceux qui appellent cette situation de leurs voeux, puisqu'il est valide tant qu'on n'est pas au même niveau que la Corée du Nord)...
Les assassinats d'opposants au régime (démocratique, rappelons-le) français ne datent pas d'hier.
Par exemple, sur ordre du premier ministre Michel Debré, le leader indépendantiste camerounais Félix-Roland Moumié a été assassiné en 1960 à Genève.
C'est le genre d'évènements que la presse occidentale passe pudiquement sous silence, préférant parler de manière récurrente des assassinats commis par le régime de Poutine (parfois, avouez que c'est balourd, devant chez lui, au pied du Kremlin)
Classique du marketing nous prendre pour des beauf. Ce qui et drôle c'est que meme les Nuls l'avait compris, on peut tromper 1000 personne une fois pas mille fois ... a un moment ça marche plus, mais eux n'ont pas d'autres recettes, les grandes écoles gommant tout ce qui est créatif pour ne garder que les recettes déjà connues.
Je suis surpris que l'on puisse encore s'étonner de la mort ciblée de quelques "responsables " de faits de guerre,au cours de conflits armés.au nom d'une éthique, d'une morale,d'un humanisme ou autre bonne conscience ordinaire.
Les États - "modernes"-ont codifié la GUERRE ,c'est a dire autorisé la -boucherie- universelle et le pillage.Ils ont aussi inventé la Croix Rouge ,l'ONU,l'UNICEF et autres -machins-comme le disait le -Grand Charles-,Général de son état !!!
Les militaires en pros consciencieux ,organisent la conquête des territoires,la mort des combattants adverses et, accessoirement partout ou nécessaire,la tuerie des civils Ceci pour le compte de Gouvernements souverains (?) revendiquant le droit de vie et de morts sur les populations.
Cessons de faire semblant de l'ignorer !
Faut arrêter d'être médisant, hein. Tout comme Valls et le 49.3, Hollande y a été forcé contre son gré.
C'est pas lui, on l'a obligé.
C'est un gouvernement de choupinous qu'on fait rien qu'à embêter à faire des trucs pas sympas.
Au moins en ligne, ils auraient pu choisir une vidéo bien connue pour illustrer : collateral murder : light' em all up ! Come on, fire ! (production américaine 2007, diffusion Wikileaks 2010).
La France tue aussi "ses" canards dans le Sud-Ouest, dans l'indifférence quasi générale.
C'est incompréhensible et je suis terriblement choquée.

C'est vrai, j'ai toujours pensé que la France participait à la guerre et aux bombardements alliés pour larguer des cupcakes sur les terroristes ! Même que du coup, on largue aussi des cupcakes sur les pas-terroristes.
Alors...le flinguage ciblé devient moins dangereux que les cupcakes?

Moui...l'image est parlante mais elle ne me choque pas et je ne comprends pas ceux qui se montrent scandalisés comme si ils venaient d'apprendre que la Terre est ronde.

Ce qui me scandalise, c'est cette manie d'aller faire la guerre partout. J'ai lu ce matin que pour Mélenchon on a rien à faire dans l'OTAN. Je suis bien d'accord avec lui et j'en ai plein de dos de la rhétorique de guerre qu'on nous sert du matin au soir.
Cette photo, cette info...
Ou comment faire peur en disant "vouloir rassurer" !!
Une occasion de s'interroger : not' bon maître n'aurait-il pas avoué - dans l'indifférence générale - avoir commandité des assassinats?
La fonction présidentielle en France autorise-t-elle de genre de décision solitaire?
Je suis abasourdi de cette absence de réaction.
Je pensais "naïvement" que la peine de mort avait été aboli par ici et je découvre que personne ne s'offusque que l'on commandite des assassinats ... qui plus est sans aucun procès.
Il y a des odeurs nauséabondes de royauté : les pleins pouvoirs de vie et de mort dans les mains d'un seul homme.
Je ne pense pas que l'abolition de la peine de mort ait un rapport avec ce qu'on peut faire en cas de guerre et en territoire "ennemi". Du reste, j'ai écrit plus bas ce que j'en pense. En gros.
s'agissant de citoyens français exécutés à l’étranger par des militaires français, actes commandité depuis la France : si, pour ma part je fais le lien avec la "peine de mort" ... d'autant plus que les mêmes commanditaires se vantent souvent de cette abolition.
Juste pour rappel : aux Etats-Unis, où existe toujours la peine de mort, il est (officiellement) interdit au gouvernement - y compris le président - d'assassiner ou de commanditer l'assassinat de citoyens américains, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays.
Je ne suis pas fana des institutions états-uniennes, mais je dois reconnaître que sur des bien des points elles sont plus démocratiques que celles de la Patrie des Droits de l'Homme (rires jaunes).
Sauf qu'ils ont tué des américains au Yémen par des tirs de drones, dont Anwar el Aulaki, imam suspecté fondamentaliste et inspirateur du 11/09 (Jeremy Scahill a démonté la théorie dans son super bouquin Dirty Wars). le fils d'Al Aulaki a aussi été tué, un gamin de 16 ou 17 ans, qui en quittant le domicile de sa mère aux USA, a laissé un mot lui disant qu'il l'aimait, qu'il lui demandait pardon de lui avoir volé 40 dollars pour le car le conduisant à l'aéroport, mais qu'il devait partir pour le Yémen pour y voir son père une dernière fois. Bon il n'a jamais revu sa mère. Ils ne respectent plus leur propre constitution...
De fait, il y a des djihadistes américains engagés en Irak et en Syrie dans les rangs de Daesh.
En 2015, la Chambre des représentants a voté une mesure pour révoquer le passeport de ces djihadistes américains.
Si les forces armées US ont l'opportunité de les flinguer, eux comme les autres, je ne vois pas bien pourquoi ils hésiteraient.
Je suis contre la peine de mort, mais ces assassinats ne me choquent pas si c'est bien contrôlé et/ou si le président peut être amené à rendre des comptes. Dans un cadre de guerre avec un ennemi bien identifié et une "nécessité absolue".
Sinon en cas de guerre, il suffirait pour l'adversaire de faire intervenir les français qu'ils ont recruté et on ne pourra rien faire.
La procédure dans un cadre de guerre et la procédure judiciaire sont deux choses très différentes à mon avis.

Après, au delà de mon ressenti personnel se pose la question du cadre légal. Est-ce qu'on a des textes qui autorisent cette action ?
Je ne parle pas d'être choqué ou pas ... il ne s'agit pas de sentimentalisme.

Seulement :

- il serait bon d'établir (et de communiquer) des règles relativement claires concernant le droit de vie ou de mort d'un homme de moins en moins légitime qui, et fort heureusement, n'a pas "carte blanche" parce qu'il a été "élu" à une présidentielle par une assez petite partie de la population.

- si la peine de mort a été abolie c'est en parti (je dis bien "en parti") en raison du risque d'erreur judiciaire. Imaginez la proportion d'erreurs sur un terrain "étranger" / militaire quand on sait qu'aux USA, par exemple, bon nombre sont morts pour rien.

- quand un pays et ses représentants font la moral aux autres et dictent leurs lois ( tribunaux internationaux etc. ) il serait bon qu'ils obéissent aux règles les plus élémentaires qu'ils ont eux même couché sur le papier.

- si nous comparons avec les droits en matière de légitime défense j'ai beaucoup de mal à croire que ces morts étaient "nécessaires" pour éviter un acte imminent.

Pour finir il me gène de constater que les droits de l'Homme s'amenuisent toujours en période de conflit... comme le fait de vouloir supprimer la sécu dans une période où, justement, elle est encore plus nécessaire. L’ignominie de l'ennemi ne justifie pas d'oublier les raisons pour lesquelles ont a mis en place des règles... notamment pour protéger l'homme d'un l’État trop puissant.
Je suis contre la peine de mort, mais ...
Quels sont les règles que doivent respecter des États en guerre? Les accords de Genève?
J'en ai aucune idée!!
Qui peut faire quelque-chose? Le tribunal international?

On est juste comme des gros cons à voir un connard remplacé par un autre connard dans quelques mois.

Et en maintenant on me demande de m'indigner? Dans quels buts? On peut faire quoi? Regarder luxleaks, panama papers, cahuzac!!! Des têtes tombent, mais le système est toujours en place.

J'essaie de me battre avec mes propres moyens contre toutes ces règles dans ma vie personnelle et professionnelle, mais cela n'amène nulle part. Le système fait toujours les mêmes guerres, augmente les inégalités.

Vous voulez rentrer dans un rapport de force, mais où est votre force d'action!! Et vous voulez qu'on s'indigne encore et encore!!

Mais super!! Je lève ma souris en protestation devant ces rats!!

The Mouse Power
l'indignation on en manque pas ... on baigne dedans jusqu'à la noyade. Mon message visait seulement l'absence de réaction sur ce point. Sinon j'ai parfaitement conscience que les fameux accords qui régissent les guerres ne valent qu'en période de paix ou pour les camp des perdants ou des faibles. Les autres s'assoient dessus.
Il existe en droit international un principe d'interdiction du recours à la force (article 2§4 de la Charte de l'ONU) au profit des modes de règlement pacifique des différends armés (chapitre VI de la Charte ONU). En échange du sacrifice de ce privilège souverain par essence, les etats ont donné le pouvoir à un organe pour décider à leur place, on parle donc de "centralisation du système de sécurité collective", dans les mains du Conseil de sécurité.
Naturellement le Conseil est taillé par des Etats réticents à lui céder leur pouvoir, il est donc relativement étatisé avec cinq membres permanent disposant du droit de veto - on est loin de l'image de fonctionnaires internationaux indépendants décidant seuls du bien être de l'humanité.

trois exceptions : la demande d'aide militaire par un Etat à un autre (genre le mali avec la France en 2010), l'autorisation du Conseil de Sécurité lorsqu'il constate une situatuion d'agression armée par un Etat contre un autre, cas de la guerre du golfe n° 1, ou la légitime défense, qui autorise l'intervention armée sur le territoire de l'Etat agresseur (article 55 de la même charte).

Mais la légitime défense, comme en droit interne, est l'exception : elle suppose d'avoir été au préalable été victime d'une agression armée par un ETAT. Vous l'aurez compris, le droit international est un droit entre sujets égaux : Les Etats sont concernés au premier chef. Par conséquent on ne peut intervenir en territoire étranger au prétexte qu'un groupe terroriste qui s'y est entraîné a commis un attentat chez vous. la jurisprudence de la Cour internationale de justice, organe judiciaire de l'ONU, confirme cette approche (voir l'affaire des activités militaires et paramilitaires au Nicaragua et contre celui-ci, arrêt de 1984).

La jurisprudence récente confirme que la légitime défense préventive n'est pas reconnue en droit international (voir l'avis consultatif rendu par la même cour relativement à la légalité de la construction du mur en territoire palestinien occupé, qui date je crois de 2004).

C'est ce qui fait toute la difficulté de la politique de l'Etat d'Israel : il affronte depuis sa création des phénomènes de combattants armés qui ne répondent à aucune définition et ne satisfont aucun critère.

Bref, Israel comme les USA tentent depuis des années d'obtenir des extensions de la notion de légitime défense, sans succès, car la réaction sociale des autres Etats composant l'ONU est critique. Mais ça change, avec le forcing et la disparition des guerres conventionnelles au profit de conflits asymétriques que le chercheur Frédéric Gros définit désormais comme des "états de violence", et non plus des guerres.

Il faut bien justifier nos opérations de police internationale n'est-ce pas ? le nettoyage qui n'est pas fait chez nous doit être fait ailleurs...

En Syrie il n'y a pas d'autorisation armée qui tienne : il y a la Russie qui intervient sur demande de Bachar, donc son action est légale (exception numéro 1 précitée). Et puis il y a les autres interventions, jamais strictement permises (la Russie n'aurait pas été c'accord or elle est membre permanent donc dispose du droit de veto), mais justifiées en dehors du cadre onusien par un principe de "responsabilité de protéger", entendez "intervention humanitaire". Il n'est pas reconnu en droit coutumier, car tous les etats qui en sont les sujets c'est à dire l'intégralité de la périphérie du monde, proteste invariablement, mais l’occident persiste. de ce point de vue c'est typiquement néo colonial, on parlait d'ailleurs au 19è "d'interventions d'humanité", le vocabulaire réinventé par Kouchner et Mario Sassoli dans les années 80 n'est que légèrement différent de celui qui existait auparavant.

Je n'ai pas lu les dernières résolutions du Conseil de sécurité mais je sais qu'à proprement parler aucune intervention armée n'a été autorisée.

Malgré tout le conflit, qui était qualifiable, du point de vue du droit international humanitaire de "conflit armé interne", est devenu "conflit armé international". S'appliquent donc les règles du droit international humanitaire en cas de guerre internationale. Elles supposent qu'on ne peut tuer que des "combattants réguliers", donc relevant d'une armée de métier, ou identifiés comme appartenant à une force équivalente à des armées régulières. Et alors là bonne chance, distinguez moi un civil d'un combattant dans un contexte de guérilla.

Quant à l'Irak, il n'y a plus de conflit armé international depuis que le pouvoir est exercé souverainement. Quoique l’intervention de la coalition à Mossoul vienne rebattre les cartes. Il faudrait, pour tester la légalité, regarder si l'Etat irakien a sollicuté l'occident pour intervenir contre DAESH, ce que je n'ai pas le temps de vérifier. dans le cas contraire, nous sommes dans le cadre d'une opération de police internationale en dehors de toute légalité, et en dehors de l'hypothèse d'un conflit armé interne ou international, c'est la convention européenne des droits de l'homme et le pacte international relatif aux droits civils et politiques, que la France a ratifiés, qui s'appliquent. L'assassinat est interdit. La conclusion est simple : si rien, du point de vue du droit de la sécurité collective, n'a permis une intervention légale de la France en Irak, nous procédons actuellement à des assassinats ciblés dont l'illicéité est patente, point.

Les éditoriaux du Monde sont donc putassiers, mensongers, et criminels.

Nous sommes en train de devenir, en politique étrangère, comme les USA ou Israel - aucune haine de ma part, seulement une détestation de la manière dont ces deux Etats conduisent les conflits et les justifient (quelles que soient leurs raisons, que je comprends mieux pour Israël, vu sa situation géographique, que les USA, qui ne risquent pas leur peau, jamais, mais se comportent en gendarmes et en chefs d'orquestre simplement parce qu'ils le peuvent).
Par conséquent on ne peut intervenir en territoire étranger au prétexte qu'un groupe terroriste qui s'y est entraîné a commis un attentat chez vous. la jurisprudence de la Cour internationale de justice, organe judiciaire de l'ONU, confirme cette approche (voir l'affaire des activités militaires et paramilitaires au Nicaragua et contre celui-ci, arrêt de 1984).

Ah non non mais elle compte pas cette jurisprudence parce que le gouvernement sandiniste du Nicaragua c'était des méchants communistes et les Contras qui attaquaient depuis le Honduras c'était des démocrates.

Par contre l’État islamique c'est des méchants, et c'est nous les démocrates. Donc c'est bon la jurisprudence on s'en fou elle s'applique pas, on est pas des pays communistes.
"Quant à l'Irak, il n'y a plus de conflit armé international depuis que le pouvoir est exercé souverainement. Quoique l’intervention de la coalition à Mossoul vienne rebattre les cartes. Il faudrait, pour tester la légalité, regarder si l'Etat irakien a sollicuté l'occident pour intervenir contre DAESH, ce que je n'ai pas le temps de vérifier.

Si j'en crois cet article des décodeurs du Monde : "En Irak, le gouvernement de Bagdad a sollicité l'aide de la communauté internationale pour lutter contre l'avancée des djihadistes sur son territoire, ce qui confère un cadre légal aux frappes françaises et américaines. "
Dans le cas contraire, nous sommes dans le cadre d'une opération de police internationale en dehors de toute légalité, et en dehors de l'hypothèse d'un conflit armé interne ou international, c'est la convention européenne des droits de l'homme et le pacte international relatif aux droits civils et politiques, que la France a ratifiés, qui s'appliquent. L'assassinat est interdit. La conclusion est simple : si rien, du point de vue du droit de la sécurité collective, n'a permis une intervention légale de la France en Irak, nous procédons actuellement à des assassinats ciblés dont l'illicéité est patente, point.

Il s'agit clairement d'exécutions extrajudiciaires.
Merci pour l'excellent lien, l'ULB fait le meilleur travail d'analyse sur les conflits qui existe au monde, grâce à Olivier Corten et à Pierre Klein. Faudrait qu'enfin, avant d'écrire de la merde, les journalistes interrogent des juristes - mais là je peux rêver, ça n'arrivera jamais.
Des gens sont persuadés que cela les a sauvé d'actes terroristes, que cela a permis de sauver des gens.
On n'a pas de preuves du contraire, alors ils profitent de ça pour mettre une sorte de pression sociale sur les gens qui pourraient être contre ce genre de méthodes.
Ce n'est pas de l'indifférence mais plus les effets d'une pression sociale.

Ce qu'il faudrait c'est des preuves que ces assassinats n'étaient que des assassinats et que cela n'a sauvé personne. Mais on ne les aura sans doute jamais.
Face à un DS qui revient de vacances et, donc, frais et dispos, depuis le début de semaine, on a le droit à des analyses effrayantes de lucidité!!


A quand les 35h à @si?
La gauche libérale produirait-elle de meilleures situations pré-totalitaires ?
"Quand le sage pointe la Lune, l'idiot regarde le doigt."

Ah merde ça ne marche pas ici :(
" avant de pointer du doigt, assurez-vous que vos mains sont propres "
Désigner ainsi des homos du doigt c'est pas très socialiste.
En l'absence d'Alain Korkos, cette photographie clair-obscuresque évoque cette peinture:

<<<<>>>>
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.