61
Commentaires

La deuxième vague emportera-t-elle les "rassuristes"?

Alors que la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 semble inéluctable, les "rassuristes" réussissaient encore à se faire entendre, ces dernières semaines, sur les plateaux de télévision. Certains médecins appellent à des sanctions.

Commentaires préférés des abonnés

Ecrit il y a 11 jours je ne retire pas un mot de la conclusion:




Environ 1000 personnes sont mortes en septembre. Environ 1000 autres depuis début octobre. Combien vont encore mourir d'ici la fin octobre ? 1500 ? 2000 ?  Et encore, on ne compte q(...)

Je suis un pauvre ignare en ce domaine ( comme dans bien d'autres).


Néanmoins, j'avoue que l'arrogance, la fatuité, et la morgue du Très Très Grand  Professeur Poilu ne m'ont jamais rassuré .


Certaines mauvaises langues pourraient penser  qu'(...)

Bien entendu qu’il n’y a pas de deuxième vague, c’est certain ! Mais, la boulette ! le tort qu’on a eu : on a oublié de prévenir le virus ! qui, concon comme il est (il est bien moins futé que nous), se promène tranquille, et que je te va à gauche, à(...)

Derniers commentaires

Je ne sais pas qui de ces "médecins" ou des médias qui les invitent sont les pires.

Pour les médias, c'est juste pour faire de l'audience car cela change des médecins qui inquiètent (et cela sert aussi le monde des affaires souvent propriétaire de ces mêmes médias).

Quant à ses médecins, leur ego est sûrement surdimensionné... J'imagine qu'ils ont choisi un propos rassuriste pour passer à la télé car, vu que c'est rare parmi les médecins, c'est plus facile d'être invité.

C'est assez cynique mais j'espère que c'est malgré tout la vérité car, quand on voit les énormités proférées par exemple par Toussaint, j'en viens à espérer qu'il est seulement cynique et qu'il ne croit pas ce qu'il dit. Il a beau n'être ni épidémiologiste ni virologue, la bêtise de ses propos n'est pas digne d'un médecin dont on peut espérer un peu de "sens" scientifique...

Concernant Raoult, certes il est régulièrement invité sur LCI et consorts mais rien ne l'oblige à y aller ce qui prouve la taille de son ego.



Je me demande s'il ne faudrait pas mettre dans la même catégorie un certain Jean-Michel Blanquer.

Parce que sa méthode ressemble aussi à "j'ai décidé qu'il n'y aurait pas de 2e vague, donc il n'y en a pas" quitte à tricher avec la réalité


Les faits:

1. La rentrée est normale: la preuve, il n'y a pas d'instruction spécifique pour sa laver les mains régulièrement, aérer les pièces régulièrement, pas d'armée d'infirmière scolaire venue faire de la prévention en classe, pas d'instruction pour dire que ce n'est pas une bonne idée que les profs mangent entre eux dans la promiscuité de la salle des profs, pas d'aménagement pour éviter que les classes ne se croisent, éviter que tout le monde s'entasse à la cantine. Rentrée NORMALE, tout va très bien madame la marquise


2.  Je découvre début septembre avec stupeur qu'il faut penser à un dispositif légal pour que les parents puissent garder les enfants dont les classes ferment à cause du covid. Ca alors, il y a encore du covid à l'école ! Ca nous tombe du ciel, c'était imprévisible !


3. J'allège le protocole sanitaire fin septembre, parceque vous savez-bien madame la marquise, on ne va pas fermer une classe s'il n'y a qu'un seul enfant positif. Il faut au moins trois positifs  (sachant qu'à se moment là, se faire tester  prends souvent plus d'une semaine).


4. Omerta dans le milieu scolaire.  L'information des contaminations de circule pas. Pas de vagues (donc pas de 2e vague). C'est très bien décrit dans la chronique de C. Lehman https://www.liberation.fr/france/2020/10/26/covid-a-l-ecole-l-omerta-et-le-deni_1803450



Bref pour lui aussi il faut préparer le goudron et les plumes.


"Pourquoi leur avoir sans cesse tendu le micro ? Je n’ai pas de réponse, à part peut-être la recherche du buzz. Quand on invite de nouveau Didier Raoult sur LCI, on donne le bâton pour se faire battre." 

OK, ils sont Docteurs mais comment peut-on être aussi ignorant sur le "pourquoi leur avoir tendu le micro ?" Puissent ces interventions à répétition de tous ces "rassuristes" posent non des questions mais des réponses sur l'existence, le rôle de ces Medias (leurs Rédactions, leurs animateurs/trices), Medias détenus par nos grands Capitaines d'Industrie (tous amis et financiers de campagne de notre Président).

Ils disent ce qu'ils pensent être correct, ils ont le droit de s'exprimer! Les cas positifs et mort "avec Covid" augmentent au fur et à mesure que la population a été en contact avec, c'est logique. C'est grave ce qui se passe, vouloir interdire à des professionnels (dont certains reconnus comme référence) de donner leur avis parce que ça vient contredire le système de pensée majoritaire de la doxa hygiéniste. Navrant.

Comme dit le Docteur Berenbaum "Les attaquer frontalement risque de les transformer en martyrs. On en ferait des objets politiques. "

Alors on peut s'en remettre à leur sens de l'honneur

mais eux préfèrent le torticolis verbal pour se tirer d'affaire... mais qui croient-ils berner ?


Reste qu'il doit falloir avoir un esprit vachement sinueux pour se sentir dans ses bottes après avoir mis en avant un médicament comme solution à cette terrible épidémie, avoir servi de blanc-seing à des gens comme Trump ou Bolsonaro, avec les résultats qu'on sait dans les cimetières des USA et les fosses communes Brésiliennes, et accepter encore de venir incruster sa face sur les petits écrans

Allez, faites un peu de journalisme utile !


52.000 testés positifs avec un taux de positivité de 17%, ça fait 302.000 tests en un seul jour, soit 2,1 millions de tests par semaine.


Voilà 2 semaines, la France était incapable d'effectuer 1,2 million de tests.


Pourriez-vous vérifier la réalité de ce doublement de tests, alors qu'il manquait de personnes pour effectuer les prélèvement et que l'approvisionnement en réactifs posait problème ?

C'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses.

Attention à la désinformation . Au printemps les malades étaient invités à rester chez eux avec du doliprane, et à ne pas appeler le 15 ni aller encombrer les urgences. Beaucoup sont morts chez eux, notamment les vieux. On ne testait que les malades hospitalisés. Aujourd'hui c'est quasiment la France entière. Le nombre de réas et de morts n'a rien à voir ce qu'on a connu en mars/avril. Heureusement. Quant à donner l'avis d'un directeur de labo de Novartis ... Votre prochain sujet pourrait-être le conflit d'intérêt chez les " scientifiques alarmistes". Le problème est que le personnel médical est exsangue . Pourquoi? Comment ? C'est le vrai sujet.

Le titre semble exact, ce forum est bien calme pour un article qui parle de deuxième vague, les défenseurs de Raoult et Toubiana de septembre semblent bien avoir été emportés.

regardez en Nouvelle-Zélande comment on leur parle à ce genre d'escroc (dans ce cas un responsable politique). à comparer avec la France.

Je suis un pauvre ignare en ce domaine ( comme dans bien d'autres).


Néanmoins, j'avoue que l'arrogance, la fatuité, et la morgue du Très Très Grand  Professeur Poilu ne m'ont jamais rassuré .


Certaines mauvaises langues pourraient penser  qu'il se croit nécessaire alors qu'il n'est que suffisant.

Quand on consulte plusieurs médecins pour un  cas un peu difficile, il est fréquent d'obtenir des diagnostics et des recommandations différents, voire opposés. Un de mes enfants, par exemple, a été déclaré malentendant par un oto-rhino, alors qu'un de ses confrères m'a affirmé qu'il entendait parfaitement (c'est lui qui avait raison).


Alors quoi de plus normal que le monde de la médecine (actuellement au bord du surmenage) soit divisé sur une épidémie nouvelle. D'autant plus que les statistiques sont au mieux simplistes et approximatives. Il y a 5 jours Véran a confessé qu'on ne savait pas grand chose sur les lieux de contamination (*) et qu'une étude venait d'être lancée sur un échantillon de 1500 personnes.


Ce qui m'inquièterait c'est que devant tant d'incertitudes la profession soit unanime.



(*) Le seul suivi statistique porte sur les "clusters", soit 10 % des cas positifs.


 

Bien entendu qu’il n’y a pas de deuxième vague, c’est certain ! Mais, la boulette ! le tort qu’on a eu : on a oublié de prévenir le virus ! qui, concon comme il est (il est bien moins futé que nous), se promène tranquille, et que je te va à gauche, à droite, je visite les pays, les départements, les entreprises, les écoles,  les transports et les foyers. Il est tarte, celui-là !

Ecrit il y a 11 jours je ne retire pas un mot de la conclusion:




Environ 1000 personnes sont mortes en septembre. Environ 1000 autres depuis début octobre. Combien vont encore mourir d'ici la fin octobre ? 1500 ? 2000 ?  Et encore, on ne compte que les morts à l’hôpital. Pas ceux en EPHAD ou à domicile... On attend quoi pour se dire que c'est déjà trop ?



Il n'y a pas de seconde vague.


A ce niveau là, ce n'est pas des "lunettes roses" qu'ont tous ces désinformateurs, mais un bandeau devant les yeux et de la merde à la place du cerveau. Punaise, mais comment font-ils pour ne pas avoir la décence de reconnaître qu'ils se sont trompés ? Ou simplement se taire ? Ils ne savent pas faire une simple multiplication pour calculer le nombre de gens qui vont bientôt mourir ? Ils s'imaginent quoi, que l'épidémie va décroître toute seule ? Que c'est un phénomène aléatoire ? Qu'il suffit de fermer les yeux pour la faire disparaître ? Même un bébé de 8 mois a quelques notions de la permanence des objets. Eux non.


Ce ne sont pas des experts, ce sont des sous-merdes qui étalent leur ignorance crasse dans tous les micros qu'on leur tend. Et tout le monde politico-médiatique continue son cirque habituel comme si de rien n'était. Macron prend des mesurettes absurdes et inefficaces, et les journalistes, comme le gouvernement, n'anticipent rien. Ils n'ont aucune mémoire, ne se projettent pas dans l'avenir, sont incapables de penser à autre chose qu'au présent. Et encore, ils pensent tellement mal...



Il n'y a pas de seconde vague.


Taisez-vous. Taisez-vous, bande d'indécents. Vous n'aimez pas les masques et le confinement ? Et bien on va y avoir droit à nouveau (au moins localement). On va l'avoir, le sang et les larmes. Les mois de novembre-décembre ne vont pas être une partie de plaisir. Bon courage à tous. Prenez soin de vous, prenez soin de vos proches, prenez soin les uns des autres.

Il me semble dangereux de poursuivre des scientifiques sous prétexte qu'ils se sont trompés.

On peut penser que certain.e.s ont menti délibérément, mais ça n'est pas facile à prouver.


En tout cas la science et le droit ne font pas bon ménage.

La science donne des hypothèses et le droit des vérités.


Ce que peuvent faire les médias est d’arrêter de donner la paroles à des « expert.e.s » qui se trompent trop souvent.

Par contre, il me semble impératif de poursuivre les scientifiques qui ont fait passer dans le grand public leur opinions personnelles (fortement biaisées) pour des données scientifiques fiables. C'est surtout ça qu'on peut leur reprocher.
La construction de données fiables passent d'abord par la discussion entre les scientifiques eux-même, puis ça arrive ensuite (ou pas) vers un consensus, qu'on peut alors faire passer dans le grand public (c'est là alors qu'est censé se trouver le 'travail' du journaliste). Bref, les 'scientifiques' qui ne sont pris pour des messies dans les médias ne méritent plus d'être perçu comme un scientifique.

Tous les scientifiques qui commentent l'épidémie donnent leur opinion personnelle en arguant de données scientifiques fiables... ou pas.


Il n'existe, à ma connaissance, aucune étude sérieuse sur l'efficacité du confinement, du couvre-feu ou du port du masque en extérieur. Et pourtant nombreux sont les avis péremptoires (dans un sens ou dans l'autre) sur ces sujets.


Personnellement,  j'écoute les professionnels de santé et les chercheurs qui travaillent sur l'épidémie. Je pèse leurs arguments et leurs commentaires, je fais des recherches sur leurs travaux, leur éventuel engagement politique ou leurs liens avec le business de la santé... et j'essaie de me faire une opinion... qui peut évoluer d'ailleurs.


Je n'ai pas la martingale pour trouver la "vérité". Je sais juste par expérience qu'il faut se méfier des discours dogmatiques,  des arguments d'autorité et des effets de manche.



Et comment voulez vous faire une etude de l'efficacite du confinement ou du couvre feu ?


Une seule chose est sure c'est que quand un pays lutte contre une epidemie, il faut que la strategie utilise soit respecte partout. Si chacun fait sa soupe personelle en fonction de ses connaissances, non seulement on apprends plus lentement si c'etait une bonne strategie mais en plus le virus s'en donne a coeur joie.


Je suis depuis le début le bilan quotidien de france Info. je le recoupe avec celui hebdomadaire des crises. Le bilan est, pour Olivier Bérurier, noir.

Le dernier édité, au titre empirique
https://www.les-crises.fr/pandemie-covid-19-voici-comment-nous-allons-dans-le-mur/

"Bérurier, noir."


on vous voit :)

Et si c'est une mauvaise stratégie ?


Genre : en mars, on te dit de surtout de rester à la maison jusqu'à ce que tu ne puisses plus respirer. Et là, c'est forcément une bonne stratégie que l'on doit collectivement tous respecter, même si ton bon sens te dit le contraire. En mars on te dit que le port du masque ne sert à rien, maintenant si.


Donc je ne sais même pas de quoi vous parlez quand vous dites "bonne stratégie".

"En mars on te dit que le port du masque ne sert à rien, maintenant si."


Comme si vous ne saviez pas pourquoi en mars "on" vous disait ça

Quand on émet des hypothèses, on évite d'être aussi affirmatif. Le rire narquois de Peronne quand il dit qu'il n'y a pas de deuxième vague me fait crisper les poings.

Ce n'est pas le fait qu'ils se sont trompés le problème, c'est plus le fait qu'ils ont affirmés, assénés, claironnés, insultés leur contradicteurs et mugit leur conviction comme des vérités absolues.


Pour ma part, je "connais" pas mal de médecins et autres, sur Youtube notamment, essayant d'expliquer les futurs possibles, de clarifier ce qui était connu ou non, de tenter, en expliquant jusqu'où ils pouvaient comprendre un article scientifique/ de recherche, ce qui ressortait de la recherche et les failles qu'ils pouvaient y voir (en prenant donc de doubles précautions concernant leur marge d'erreur et les marges d'erreurs des papiers.

Et bien j'ai toujours plus été rassuré de connaitre ces "incertitudes", ces "projections", que de voir les prédictions/affirmations de tant d'autre.


Oui, il est possible que certains des médecins présents sur les plateaux se soient pris au jeu médiatiques, aux présentateurs poussant pour des affirmations et des certitudes ( ces mêmes mécanismes qu'@si tente de déconstruire), mais ceux la ont tenté de nuancer leur discours ou ont refusé de revenir sur des plateaux dans les mêmes conditions. Ceux que l’article décrit (Toussaint, Raoult, Perronne…) sont loin d’avoir tempéré leur affirmation. Et oui, ce devrait au moins, si ce n’est punit à la fin, au moins sujet à débat judiciaire / au minimum débat dans l’ordre des médecins (avec juste une punition d’exemplarité ou de principe)

Il y a très longtemps, j'ai fait une maîtrise de math option proba et stats.

À cette lointaine époque les statistiques médicales servaient d'exemples pour ce qu'il ne faut pas faire.

Le professeur Raoult est à peine plus jeune que moi, et je crois qu'il est vraiment incompétent en statistique.

En fait il en a donné de nombreux exemples.

Mais l'incompétence n'est pas un délit.

Le droit choisi ce qui sera pris comme vérité. Petite nuance.

exemple : un classement sans suite ne signifie pas que les faits n’ont pas eu lieu mais que l’on n’a pas pu les prouver. Du coup, la virite retenue est qu’il n’y a pas eu de fait. Parlez-en aux victimes de violences ( physiques, morale, harcèlement etc...)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.