176
Commentaires

Karachi : "Sarkozy est forcément impliqué"

Après des années de silence et des mois de discrétion, l'affaire de l'attentat de Karachi ébranle aujourd'hui le sommet de l'Etat. Révélations médiatiques et judiciaires se succèdent. Comment évaluer leur fiabilité, notamment autour des deux questions centrales de ce lourd dossier : la campagne présidentielle de 1995 d'Edouard Balladur a-t-elle été financée par de l'argent lié à des ventes d'armes, notamment au Pakistan ? Et ces affaires de financement, de commissions et de rétrocommissions sont-elles à l'origine de l'attentat du 8 mai 2002 à Karachi, qui a tué quatorze personnes, dont onze Français, employés de la Direction des constructions navales (DCN) ?

Derniers commentaires

Eric Decouty vs Christophe Barbier : ce matin chez Libé c'est à qui mieux-mieux par vidéo interposé sur le "Scoop Karachi" (Libé du 2 janvier 2012) :http://www.liberation.fr/politiques/06014609-sarkozy-savait-liberation-repond-a-l-express
Comment se fait-ce donc que la vidéo en un morceau n'est pas regardable ???

Depuis quelques semaines c'est pas très facile non plus d'arriver à trouver les six parties du documentaire "Manipulations, une histoire française" sur dailymotion ou youtube.

Sans vouloir faire l'adepte des théories du complot, c'estquand même curieux, non?
A la lecture du Canard enchaîné de cette semaine (témoignage d'Alain Juillet), on peut ne plus comprendre l'info de Libération (http://www.liberation.fr/societe/01012304119-karachi-8-millions-pour-l-intermediaire-occulte)!

Versés ou pas versés les 8 M€?

Si je lis http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9943 la réponse est non, mais si je lis le Canard, je comprends que Boivin n'a rien obtenu?
Avertissement : la personne qui a écrit les mots-clés devait avoir un cheveu sur la langue. Au Pakistan, c'est bien Karachi (et non Karafi).
Alors là bravo!
Du journalisme comme l'on aimerait en voir bien plus souvent.
Vraiment ces 20 dernières minutes sont de l'or.
Ouf ce troisième acte sauve l'émission qui tournait un peu en rond.

Grace à vous , je vais pouvoir argumenter contre tout ceux qui affirme que Sarkozy n'est pas mouillé dans l'affaire.

Merci. J'aime quand je me sens mieux informé après une émission.
La preuve ultime sur la possibilité d'une caisse noir utiliser pour financer une campagne politique. Vous ne trouverez rien ultime!
Merci aux journalistes!
(putain c'est moi qu'ai dit ça?...)

très bonne émission.
J'ai eu un gros pb pour voir l'émission, pourtant en plusieurs actes et en résolution standard - c'était très lent pour passer d'un acte à l'autre,l'écran s'est déconnecté à un moment- alors que je n'ai eu aucune difficulté à voir lignes jaunes sur la police, par exemple. Avez-vous une explication ? Merci
J'ai rarement trouvé une émission d'@si aussi excellente que celle-ci. Et j'ai rarement été impressionné par des journalistes. C'est chose faite !

Merci à vous !
faut expliquer à Joffrin qu' un reporter n' est pas un mouchard. Un plan de carrière sur france inter, l' acquisition d' un champ de course en Normandie, un bouclier fiscal, une campagne électorale ? Qu' est ce qui motive le directeur ?
un bien beau moment qui passe très vite pendant lequel tout s'éclaire, où le complexe se décomplexifie avec le beau sourire d'Anne-Sophie mais oui! mais vraiment pas celui de Magali Drouet mais ouai, pour laisser apparaître un univers bien crade où Hercule va devoir intervenir pour nettoyer tout ça: sarkosistan, chiraquistan, socialistan et autres écuries pestilencielles. Qu'ils soient tous emportés par les deux fleuves Alphée et Pénée et qu'ils s'en aillent tous pour laisser la place à une 6ème république citoyenne.
Ce qui est triste c'est que de telles explications certes complexes mais parfaitement compréhensibles, n'apparaissent nulle part sur les grandes chaînes à heure de grande écoute. Personne pour remettre en cause les affirmations péremptoires de Sarkozy. Les preuves irréfutables existent pourtant, on l'a vu dans l'émission.
Personne pour évoquer - comme ça a été très bien fait (point fort de l'émission à mon sens) - les faits d'abord, puis les hypothèses, de la plus sérieuse à la moins sérieuse. Personne ne dit que trucmuche ou bidule sont coupables, on nous expose les éléments et les pistes d'enquête avec les éventuelles implications.
Bonjour,
DU fait d'une connexion internet limitée, je ne peux pas regarder cette émission sur l'affaire Karachi. DOnc je ne vais pas commenter l'émission mais l'affaire elle-même, et comment elle est traitée. Car je suis un peu énervé...

L'affaire Karachi se doit d'être un scandale. Des politiciens français ont joué avec le feu, des militaires français en paient les pots cassés. Scandaleux, ignoble, affreux, réclamons justice. Mais je prétends ici-même que nous n'aurions jamais ou si peu entendu parler de cette affaire si il n'y avait pas eu ces militaires français assassinés. Et pourtant, l'affaire aurait été tout aussi scandaleuse.

Un monsieur nommé François-Xavier Verschave a écrit un bouquin il y a plus de 10 ans décrivant dans le détail le système mafieux mis en place par la France depuis De Gaulle, avec les anciennes colonies françaises africaines, système dénommé la Françafrique. Le gouvernement français, à l'aide de son armée, de ses services secrets, de ses grandes entreprises, met en place des personnes au pouvoir (Eyadéma, Déby, Biya, Sassou N'Guesso, Bongo), et surtout les maintient dans ce pouvoir. Pouquoi? Entre autres: accès privilégié aux matières premières: pétrole, bois, minerais, cacao, etc. La France donne une Aide Publique au Développement (nos impots), détournée à plus de 90%: pour les dictateurs qui garantissent l'accès aux ressources, et pour financer les campagnes électorales en France. Tous les partis politiques français y ont touché, à l'exception peut-être des Verts. Dommages collatéraux? Pas des militaires français - ou si peu: des millions d'Africains, qui meurent de choléra, d'absence d'eau potable, de soins, car pas de réseau d'eau, pas d'hopitaux, car pas d'argent. Guerres ethniques pour les - très nombreux - journaleux et politicards français, guerres armées par Elf, Total et populations manipulées pour les journalistes et politiciens - rares ceux-là. Certains prétendront que la Françafrique est un concept né dans un esprit mal tourné, parano. Mais c'est étonnant à quel point on accepte les mêmes types de faits lorsque cela est appliqué à un autre pays, comme par exemple les Etats-Unis, et ce qu'ils ont fait en Amérique Centrale et du Sud. Et en plus Verschave a eu des procès en France, intentés par Pasqua et quelques uns des dictateurs africains défendus par Vergès, qu'il a perdu (1F de dommage et intérêt pour Pasqua, " Le tribunal nous a donné raison sur toute la ligne, sauf un point : il m'a reproché un défaut de prudence dans l'expression, lorsque j'ai attribué au seul Charles Pasqua la responsabilité du soutien français au régime soudanais responsable de 2 millions de morts, alors que cette responsabilité était en fait celle de l'ensemble de l'exécutif français.") ou qu'il a gagné (on peut donc dire de ces dictateurs qu'ils sont des génocidaires, des criminels contre l'humanité, etc.).
L'horreur n'est pas seulement derrière nous: nous sommes assez aveugles pour aussi co-exister avec elle sans, parfois, s'en émouvoir.

Dernière chose: Verschave - et d'autres depuis comme Saint-Exupéry - a beaucoup travaillé sur l'implication de la France dans le génocide rwandais de 1994. Immanquablement, les noms du Premier Ministre et du Ministre du Budget de l'époque ressortent. Balladur et Sarkozy. Un juge a enquêté sur l'attentat de l'avion présidentiel ayant déclenché le génocide - planifié, par définition, depuis bien longtemps - et ses conclusions ont été démontées, ainsi que ses méthodes d'enquête. Il s'agit de Bruguière. Qui a aussi enquêté sur les meurtres de Karachi, où il a conclu qu'Al Qeida était le coupable, et il ne voulait pas entendre parler d'autres pistes. Les mêmes noms, des lieux différents, et des scandales de la République à répétition...

Monsieur Schneidermann, à quand une émission sur le fonctionnement occulte de la 5è république? Sur "La Françafrique, le plus long scandale de la République"?
Heliante

Par Il cherchait le stop ( 10:58 le 29/11/2010 )

" Parce qu'en plus d'être corrompus, les politiciens sont dopés ? Sarkozy le cycliste ou Villepin le nageur, ça se conçoit encore, mais Balladur ?"

MAIS CE SONT LES AUTRES QUI MEURENT !!!!!!!!!!!

C'est trop sérieux pour blaguer... N'est-ce pas ?
et oui même dans la pétanque ça arrive ! " je tire où je pointe " demande de la précision ils doivent prendre des bétablocants !
Aucune certitude a ce sujet, tout est possible un exemple que j'ai trouvais concernant le dopage :

" les dimensions du dopage : sont difficiles à cerner et objectivement seuls les contrôles permettent d’en établir l’existence alors que :

- la presse est généralement imprécise.
- rares sont les sportifs qui font des aveux.
- la rumeur est insidieuse.
- le silence et la complicité tacite sont souvent de règle « chez ceux qui savent ».
- les trafics se multiplient avec de nombreuses saisies réalisées par les Douanes, affectant toute sorte de produits : vrais médicaments, faux médicaments, copies, produits illicites, etc…
- les manipulations sanguines, génétiques et biologiques sont désormais connues et utilisées de façon illicite par les sportifs.

Aucun sport n’est à l’abri et toutes les fédérations sont concernées. Il n’y a pas que les sports classiques tels cyclisme, haltérophilie, athlétisme ou la natation qui sont touchés, des cas de dopage ont été retrouvés à la pétanque, en équitation, en handisport, en tir ou en voile et encore dans bien d’autres sports."



Je crois que se genre de comportement se retrouve partout à tout les niveaux, quelques soi les convictions politiques, proportionnellement aux besoins mais surtout aux moyens.
Je me suis fait la même remarque que JC2. Pourquoi Chirac n'a pas rendu l'affaire des retrocomissions publique?
Peut être qu'il ne disposait pas de preuves flagrantes. Peut être aussi que tous ces hommes politiques se tiennent par la gorge : "si tu sors ce dossier je te sors celui-là". Ils préfèrent faire leur petite cuisine entre eux, de peur que le repas en tête à tête tourne en banquet romain. Autre élément de réponse, en début d'émission, les journalistes expliquent très bien que tout les partis politiques français ont à perdre dans cette histoire. De la négociation des contrats à l'attentat de Karachi, quasiment tous les partis ont été "impliquées" ( mais pas forcément coupable...).
Après revisionnage de cette excellente émission, un détail me fait tiquer. Charles Millon déclare avoir fait arreter le versements de commissions sur la foi d'un rapport oral de la DGSE et sa conviction de l'existence de rétrocommissions illégales. Quelqu'un lui a demandé pourquoi, à l'époque, il n'a pas porté cette affaire devant la justice ? En tout état de cause, ç'aurait été son devoir, si ce n'est une obligation légale. A l'époque, le parquet était soumis de fait au clan des chiraquiens, il n'aurait pas fait obstruction à une affaire qui en théorie ne concerne que les ennemis balladuriens.
Bonne émission encore, je retrouve confiance. Ceci dit le sujet aide un peu. Les échanges et infos complémentaires ont joué à plein.
Bref...Il vient quand Pierre Carles?
Juste une petite question pour Anne-Sophie JACQUES :
Si j'ai bien compris, "impliqué", ça veut dire "dans les plis" ?

PS : Désolé si ce commentaire en duplique un autre, je ne voudrais pas multiplier, mais je vous en supplie :c'est que j'aime que l'on m'explique les choses compliquées.

PPS:
Au temps pour moi, il fallait lire : "Désolé si ce commentaire en duplexe un autre, je ne voudrais pas multiplexer, mais je vous en supplexe, c'est que j'aime que l'on m'explexe les choses complexes."
le 'complexe dit de guillaume dasquié'

tous coupaples, les uns par leur silence, les autres leur cupitude, certains pour leur indifference, d'autre pour féniantise intelectuelle, etc......(moi y compris)

bientot ce sera la faute des comptables................

une question, le sujet karachi est il abordé durant les dejeunérs du 'siecle'
Excellente émission pendant laquelle j'ai appris bien des choses. Bien que n'ayant plus beaucoup d'illusions sur les moeurs financières de nos politiciens (quelque soit leur tendance), je suis "émerveillé" par l'imagination qu'ils sont capables de déployer pour s'assurer un financement. Ce serait vraiment bien si vous passiez cette émission dans le domaine public. En ce qui me concerne, je la conseillerai à mon entourage.
Emission excellente mais consternante. On a beau ne plus se faire aucune illusion sur notre système politique et les hommes/femmes qui en font partie, l'explication par le menu de l'affaire Karachi est tout simplement consternante. On comprend mieux les tentatives de suppression du juge d'instruction dans la réforme de la justice quand on regarde de près cette affaire même si sur le coup le juge Bruguière n'est pas mal dans son genre. Que dire du conseil constitutionnel et des arguments de R. Dumas ? Une absence d'éthique, un déni de démocratie. On peut bien prendre le système par n'importe quel bout, ça vous reste dans la main. Heureusement qu'il nous reste quelques juges et journalistes pugnaces, quelques individus en face d'un système pourri...
Donc si j'ai bien compris, il y a trois affaires KARACHI.

1. Les commissions et rétrocommissions de 96, interrompues par Chirac, finançant a priori le parti républicain et peut-être la campagne de Balladur.

2. D'autres contrats DCSN, dont le versement de commissions a été interrompu début 2000 après la convention internationale interdisant les commissions, et dont le règlement du solde, transitant par une société, n'a pas été loyalement retransmis aux intermédiaires.

3. L'attentat de Karachi et ses possibles causes qui peuvent être : l'arrêt par Chirac des commissions en 1996, puisque les techniciens tués dans l'attentat travaillaient sur ce contrat précis ou bien l'attitude de la société qui début 2000 n'a pas fait suivre le règlement du solde aux intermédiaires concernés, ce qui a provoqué leur légitime ire.

Mais c'est vraiment limpide. Quel pied d'être abonné à Arrêt sur images !

http://anthropia.blogg.org
Meilleure émission depuis longtemps, selon moi ! Les interventions sont toutes très intéressantes, surtout celles les deux journalistes. J'ai appris beaucoup de choses. Merci beaucoup !
On parle aussi de Donnedieu de Vabres. Savez-vous qu'il a été fait Chevalier de la Légion d'Honneur le 12 avril 2009 ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Renaud_Donnedieu_de_Vabres

Pour bons et loyaux services certainement...
Bonjour
Nous avons aussi nos Carl Bernstein et Bob Woodward.
Il ne faut pas désespérer.
Bravo à eux.
on commence à y voir un peu plus clair sur Karachi, merci, et continuez !

Crème de canard
”Le moteur de la résistance , c’est l’indignation. Je vous conseille à tous d’avoir votre motif d’indignation”.
Stéphane Hessel.
Merci de cette émission assez complète sur ce sujet très important!

Il aurait été néanmoins important de vous attarder sur les 2 ans de censure des travaux de médiapart ( le livre est de juin mais les articles ont commencé il a une éternité et n'ont fait AUCUN bruit (cf les témoignage de pression politique sur ce sujet dérangeant


Pourquoi le Karachigate ne perce pas plus dans les médias mainstream ? Un journaliste d'un quotidien national m'a répondu en juin dernier :
« On a des consignes de la rédaction : pas de Karachi.>>

http://sebmusset.blogspot.com/2010/11/on-les-appelle-les-karachi.html


Car comme Bettencourt, affaire enterrée par les armes de diversion massives de l'état, cette sensation d'amnésie est très désagréable.
Donc rappeler que cette affaire est muselée par le pouvoir (nombreuses obstructions à la justice) depuis plus d'un an et le montrer par un zapping est important pour comprendre l'actu et les stratégie d'enfumage des éventuels coupables!!



A de nombreuses reprises les explications de Dasquié sont compliquées!

Celles de Arfi restent claires même sur les parties complexes!

Et le tirage d'oreille de la fin est assez comique!


Comme beaucoup sur ce forum, les révélations des coulisses de notre démocratie peuvent sévèrement désespérer!
Et comme dit très justement sur ce topic Dasquié demande au Pakistan de livrer des documents d'enquête alors même qu'il fut le direct bénéficiaire des commissions!

C'est un peu comme si on demandait à Sarkozy d'aider à l'enquête qui risque de lui coûter son second manda! :))))

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai peu d'espoir!


PS: Si vous pouviez encoder la vidéo en un peu meilleure qualité se serait super car en plein écran ( pour 1h30 il faut ca) l'image est limite et presque fatigante...
Et on se met à évoquer..Sa courtoise suffisance,pas vraiment recommandable.....l'avocat pas clair droit dans ses Berluttis qui recevra la monnaie de sa pièce un peu plus tard....le président de la république irréprochable au milieu de casseroles tonitrantes...les lois abondamment pondues détournées par leurs auteurs...le referendum foutu à la poubelle...les magouilles commencées au Fouquet's.En repensant à Cantona,je me demande s'il n'aurait pas mieux fait de nous engager à ne plus voter...Je sais je sais...ce n'est pas la solution.
Document passionnant qui m'a permis,pour la première fois de réellement comprendre -enfin- ce KARACHIGATE . Je regrette que Guillaume Dasquié,brillant tout au long de l'émission,se soit fourvoyé à défendre les propos de Joffrin à la fin. Quand je les avais découverts dans Libé,je les avais trouvés inacceptables. Mais,tout compte fait pas tellement surprenants.Ne pas trop se mouiller,dans l'intérêt du journal ?C'est dommage quand on a par ailleurs des enquêteurs aussi pugnaces!
Emission très intéressante.

Merci !
Pourquoi avoir invité Magali Drouet si on ne la laisse pas parler,si un des deux journalistes lui coupe la parole et l'empeche de s'exprimer?J'espère que si Daniel S. n'avait pas eu mal à la gorge,il l'aurait vraiment interviewée.
Autrement,émission très intéressante,qui nous apprend beaucoup!
Anne-Sophie parait plus compliquée que complexée.
qu'est devenu le Grand Chambellan d'Arabie???

on veut savoir!



Trés grande émission.
Vive la démocratie!
par Heliante

Après les révélations fracassantes sur les décisions du Conseil Constitutionnel de décembre 1995, je serais très curieux de connaître l' ètat
d' âme actuel des candidats du premier tour de l' élection présidentielle de 23 avril 1995 et surtout celui Monsieur Lionel Jospin qui se présentait au second tour le 7 mai contre Monsieur Jacques Chirac.
Rappel:
Jacques Chirac (RPR) 52,64% 15 763 027
Lionel Jospin (PS) 47,36% 14 180 644

Laurent Joffrin...................... une certaine ambiguité
La meilleure émission depuis le début ! Une affaire passionnante (et complexe) traitée de façon claire et complète.

Bravo à vous et merci aux deux journaliste qui ont pris de leur temps pour venir discuter !
Toutes les commissions ne se sont pas arrêtées en 1995? Seules celles du "canal 7" ont été stoppées par Chirac? Les autres ont continué à être versé jusqu'en 2001? non?

a@Dany33: comment les journalistes expliquent le délai entre l'arrêt des (de certaines???) commissions en 1995 et l'attentat? L'émission est tellement dense... je ne me souviens plus des explications....merci!
Bonjour
Je ressors de cette émission abasourdi. Est-il possible que ce qui y est dit se soit passé ?
Entendre qu'un président du Conseil Constitutionnel dise que les règles ne servent à rien (pourquoi annuler une élection pour ça ?) qu'un président de la République dise qu'il n'est pas impliqué (alors que son nom apparaît dans des opérations douteuses)
Sommes nous dans une démocratie ?
Comme le dit Angéli, elle est molle… vraiment très très molle (comme dans les contrées où règne la mafia).
Merci @si de nous en faire prendre conscience.
Vos 2 émissions de cette semaine sont a classer d'intérêt public.
Excellente émission avec des journalistes de haut niveau. En plus expliquer une affaire aussi complexe, cela tient de l'exploit. Je suis cette affaire depuis le debut, surtout sur Médiapart, et il y a un point qui m'interrogeait, celui des sept années écoulées entre l'arrêt des commissions et l'attentat de Karachi, et qui fait dire à certains que le lien entre ces deux évenements est loin d'être prouvé. Les éléments de réponse donnés par M. DASQUIE et M. ARFI donnent plus de poids à ce lien.
Avant cette émission, j'avais connaissance de deux hypothèses pouvant expliquer l'attentat de Karachi :

1. Celle défendue par Nicolas Beau de Backchich : l'attentat est la conséquence d'une affaire purement pakistano-paskistanaise. La frange extrémiste du gouvernement pakistanais a voulu déstabiliser la frange pro-occidental de ce même gouvernement en attaquant une puissance occidentale sans distinction particulière.

2. L'arrêt par Chirac en 1995 de commissions qui par ailleurs engendraient des rétrocomissions.

Mais si j'ai bien suivi l'émission, une troisième hypothèse existe

En effet, d'après DASQUIE, il existait plusieurs canaux de commissions. Jusqu'à 7. Les 6 premiers, plus ou moins limpides et légales. Le 7 ème complètement opaque avec notamment l'apparition d'une société offshore créée avec l'accord de Sarkozy alors ministre du Buget. En 2000-2001 le versement de commissions sur les contrats d'armement devient illégale. La France stoppe alors les versements aux 6 premiers canaux. En 2002 le bus des ingénieurs de la DCN explose.

La 3éme hypothèse est donc la suivante :
3. L'attentat a été perpétré suite à l'arrêt du versements des commissions "légales" en 2001.

Quelqu'un a t-il compris la même chose ou me trompe-je?
Chouette émission qui a bien déroulé les uns après les autres tous les aspects de l'affaire Karachi, à travers leurs tenants et leurs aboutissants, ainsi que les mécaniques à l'oeuvre.

Je pense qu'on rendra justice aux Karachis et à leurs parents victimes, mais certainement pas en matière judiciaire pure.
Parce que le maillon nécessaire qui n'a pas été évoqué, probablement parce qu'il n'existe pas, c'est le lien au Pakistan entre l'arrêt des commissions et l'attentat propement dit.
En effet, puisque quelqu'un au Pakistan a déjà été condamné en fonction de l'attentat attribué à Al Qaïda, c'est que l'enquête s'est arrêtée là. Et ce n'est certainement pas la personne au plus haut niveau de l'état au Pakistan, elle-même plus qu'impliquée, qui va autoriser une nouvelle enquête.
Donc le mécanisme ne semble pas directement prouvable. De plus, le fait de faire arrêter des versements pour stopper des rétrocommissions, comme l'a fait Chirac, n'est pas un délit en soi. Et même si on dégottait un article de loi pour justifier une mise en examen, il faudrait encore prouver qu'on savait que cet attentat allait avoir lieu ou était très probable. Je ne pense pas qu'il faille se focaliser sur cet aspect de l'affaire, car ça ne servirati à rien.

Mais on leur rendra justice sur le plan moral, si la corruption qui préside à ces scandaleuses manigances est mise à jour ...et démantelée.

Je ne pense pas qu'elles puissent en attendre plus, mais il y a un devoir moral à les soutenir dans leurs démarches.
Ce que font excellemment bien @SI, DS et GB.
Bravo !
Excellente émission, les deux journalistes invités connaissent le dossier sur le bout des doigts et sont très pédagogiques... d'utilité publique !
Bien, je dirai même plus : BIEN....!
Tout comme pour le passage de Lordon, cette émission mérite d'être largement diffusée...
Deux super moments cette semaine avec la ligne jaune et cette émission.
J'ai une petite question peut être naïve peut être pas. Mais si Al Qaida a été désigné responsable de l'attentat de Karachi est ce que ce mouvement terroriste a fait des communiqués après cet attentat. Si oui que disaient ces communiqués et comment les analyser maintenant qu'on sait que ce n'était pas eux ? Sinon pourquoi n'y en a t-il pas eu ?
Magali Drouet et les journalistes veulent la vérité, mais pas la même.
Pour elle, l'expression de la vérité appartient uniquement à la justice, pas pour eux qui considèrent que cette expression peut également être médiatique.
Cela semble marquer le iatus entre les intervenants qui sont par ailleurs d'ailleurs sur le fond de l'affaire.
Son avocat (à Magali Drouet ) semble vouloir aussi faire des journalistes ses alliés, et Mme Drouet le lui reproche.

Pourtant elle vient sur les plateaux télé, répond aux journalistes, publie un livre ...

J'aurais savoir si elle considère que les média peuvent participer directement à l'émergence de la vérité judiciaire qu'elle attend, ou bien dans son esprit ne peuvent être que des moyens de pressions sur l'opinion publique et sur la justice pour s'assurer de la poursuite des investigations.

Bref, qu'elle clarifie son positionnement face aux journalistes, qu'elles semble bien connaître par ailleurs : vision utile, vision utilitariste, vision "faut faire avec ", vision " politicienne nuisible à la justice " ?
Comme on le dit chez moi il n'y a rien de compliqué ce n'est qu'une accumulation de choses simples
Je m'associe à tous ceux qui disent que c'était une excellente émission.
En effet on a pu y entendre exactement ce que l'on désirait y entendre avec des journalistes, des vrais, qui savent exactement quoi dire pour qu'on les écoute, et qui nous donnent juste assez d'informations pour briller au bistrot sans pour autant en donner assez pour être vraiment gênants pour les hommes de pouvoir.
Un grand moment de "spectacle démocratique" façon occidentale.
Scotchée ! J'avoue que cette émission, juste derrière la ligne jaune en plus, a été riche d'enseignements. Je me suis un peu perdue dans les sable du désert avec Daniel à un moment, mais ça a été court, et tout le reste, j'ai bien suivi. Ben j'ai pas de mots à part : waoow !
Bravo pour cette émission passionnante, claire et dense !! (à revoir pour en décrypter toutes les infos)

- ça démarre sur une belle chronique percutante : la mise en perspective du "2 poids 2 mesures", pas inutile !!

- le lancement sur un ton inhabituel, "à l'économie", mais au final l'extinction vocale impose d'aller à l'essentiel
(là où sur d'autres asi, l'énergie de DS nous conduisait un peu du coq à l''âne) - en tout cas quel mérite !

- très important, : le débat est posé d'emblée avec LES 2 AFFAIRES, plan qui se trouve être respecté au cours du débat

- complémentarité des 2 journalistes, dont les interventions permettent de saisir :
1/ les multiples dimensions de l'affaire : financière (les 7 canaux, Heine, l'île de Man), juridique (le champ respectif des 2 juges, PV, saisine des parties civiles), secret (Nautilus, Castellan), politique (validation CSA, existence de fonds occultes dans plusieurs campagnes)
2/ la distinction clairement faite entre hypothèses et faits avérés :
le gap étant rappelé sur chaque volet, la synthèse de ce que les 2 juges doivent prouver apparaît plus clairement

- témoignage très juste de M DROUET, dont l'entrée en matière démontre sa maîtrise (non-instrumentalisation) dans les média !
autant elle intervient peu en 1e partie (commissions / rétro com), ce n'est pas son sujet
autant on sent une accroche forte de sa part en 2e partie (lien entre l'arrêt des com et attentat)
L'impression qui ressort à ce moment, même si le fond est difficile à suivre, est d'avancer en live sur ce point
Il est vrai qu'il aurait pu davantage lui demander : quelles entraves ?(quels responsables se protègent ? comment s'y prennent-ils ?)

- intéressante perspective vers les responsabilités au Pakistan : la corruption amène la corruption

- et éclairages opportuns de Dan et Anne-Sophie, fort à propos pour nous situer les éléments, respectivement par voie de presse et par lexiques interposés (amusant : même à ma réunion de maman d'élève, on a parlé d'un projet sur lequel ne pas se focaliser car il est "compliqué" !)

Voilà, continuez l'investigation sur Karachi, c'est passionnant !
difficile de s'enthousiasmer complètement à cause des victimes, mais l'avancée de ce dossier sert la démocratie à au moins 3 titres : la légitimité du secret défense, le financement occulte des campagnes et le respect dû à la vie des concitoyens

à +
Venant après la ligne jaune, cette émission est bien venue.

J'avais laissé un message sur le forum "ligne j@une", reprenant ce qu'a dit Dasquié ici, a savoir un 2e flux de commissions qui n'aurait été bloqué qu'en 2001.
C'est le point capital, qui pourrait relier directement un arrêt des commissions et l'attentat (et donc c'est Chirac qui serait "involontairement" le responsable de cet attentat).

Cependant, pourquoi ne pas envisager que l'attentat de Karachi pourrait être lié à d'autres affaires qu'Agosta, le but étant de frapper la France, et les salariés français de la DCN à Karachi étant la cible la plus facile à atteindre ?

Cette hypothèse pourrait être validée par la déclaration de Frédéric Bauer, l'homme chargé de stopper les commissions su réseau K, cité par Rue89 : « S'il y avait un lien entre les commissions et l'attentat, ce sont celles de Sawari. » Une piste qu'on retrouve à la page 106 du rapport parlementaire de Bernard Cazeneuve, selon le journal de Pierre Haski, qui est aussi évoquée par Paris Match, de manière plus précise, en citant Cheikh Ali Bin Mussallam (propriétaire du palace parisien Prince de Galles à l'époque) comme victime numéro 1 de ce grand ménage.
D’une part en raison des sommes en jeu, bien plus importantes dans Sawari 2 que dans Agosta. Ensuite parce que le Saoudien n’avait alors reçu qu’une partie de ses « frais commerciaux ». Tandis que Mercor Finance, la ­société panaméenne des intermédiaires du contrat pakistanais, avait déjà encaissé 85 % des commissions prévues. Autre élément à charge, Cheikh Ali est aussi cité par une note de l’administration américaine du Trésor qui le désigne comme l’un des pourvoyeurs de fonds d’Ous­sama Ben Laden quand celui-ci combattait contre les Russes en Afghanistan.

Complexe, disait Anne-Sophie Jacques ?

Mais il y a d'autres affaires de vente d'arme au Pakistan, comme ce projet de vente de mirages 2000 en 1996 (Dasquié y fait allusion à la 25e minutes) dont j'ai parlé sur le forum ligne j@une, et qui aurait été bloqué suite à des pressions Indienne. L'armée Indienne étant équipée de ces même Mirage 2000 a eut un avantage tactique dans la guerre pakistano-indienne de 1999, lui permettant une victoir décisive. Une raison qui me semble tout à fait justifiée pour que l'ISI décide de punir les Français, non ?
C'est à l'issue de cette défaite militaire que Pervez Musharraf prendra le pouvoir, et décidera de punir les bénéficiaires Pakistanais des commissions françaises (proches de son "rival" Zardari)… Là aussi, pourquoi ne pas punir aussi les Français par la même occasion ?

Enfin, je voudrais attirer l'attention sur l'article de la semaine dernière fait par France Inter. Il est terrifiant, et trop détaillé pour en faire un résumé. Mais il recoupe des allégations du livre des 2 Fabrice, "Le Contrat". Il s'attache à montrer la situation à Karachi dans les semaine précédent l'attentat. Le rôle de l'ISI est clairement évoqué : filatures, surveillance du chantier naval, et ce dès le 21 avril, soit après le 1er tour de l'élection présidentielle, quand la réélection de Chirac est devenue évidente. Dès le mois de janvier, des indices pouvaient laisser prévoir des actions contre la DCN : Le 26 janvier 2002, un employé pakistanais de la DCN à Karachi, Mustafa Haroon explique avoir été agressé par huit personnes qui lui dérobent sa mallette contenant la liste des salariés de la DCN au Pakistan, leur badge et leur adresse. Deux jours plus tard, le 28 janvier 2002, une bombe magnétique, prévue pour ne pas exploser, est découverte sous le véhicule d’un diplomate français à Islamabad. Comme un avertissement, sans frais, alors que dans le même temps aucune mesure particulière n'est prise pour la sécurité des hommes de la DCN.
(Ces signes avant-coureurs d'un futur attentat ont aussi été notés par le rapport de la mission parlementaire de B. Cazeneuve).

Un avertissement, qui semblerait justifier l'expression de Chirac lors de la cérémonie officielle pour les victimes de l’attentat de Karachi, à Cherbourg le 13 mai, et qui parle de "chantage". (Quel chantage ? qui peut l'expliquer si ce n'est Chirac lui-même qui a l'air d'en savoir plus que d'autres ?).

Désolé Anne-Sophie, mais pour moi ce n'est plus complexe, mais bien "compliqué".
Tout n'est pas clair dans cette histoire, mais je ne pense pas que l'attentat de Karachi soit une conséquence de l'arrêt du versement des commissions ou alors très indirectement (ce n'est pas mon intime conviction, donc je suis prêt à être convaincu du contraire).

Il me semble que les comptes de campagne de toutes les élections présidentielles depuis 1995 pourraient avoir être rendues invalides, à cause des changements profonds dans la manière de communiquer par média interposés (et les coûts engendrés). Ce qui est urgent, ce n'est pas la transparence (un vain mot lorsque des ministères régaliens sont concernés) ni des aveux de personnes haut placées en France (peut-être davantage au Pakistan, effectivement) mais une réforme du financement des partis politiques parlementaires.

Ainsi, sauf mon respect pour le deuil des familles dont un proche a péri lors de cet attentat, je trouve un peu vain d'agiter la menace de faire comparaitre tel ou tel quand le Pékin de base ne sait même pas ce qu'est une société écran.

Enfin, je pense que l'affaire Woerth - Bettancourt est plus gênante pour le pouvoir, car elle tend à faire assimiler par l'opinion publique l'UMP à une pompe à fric, se mettant en branle en deux temps, pour pour collecter les dons, puis après l'élection, pour redistribuer aux nantis en dévoyant le poumon même de la raison d'être du contribuable : La Fiscalité.

La pilule est amère pour les victimes, j'en convient, mais l'UMP peut continuer à remporter la seule élection qui compte en France, tout en se se mettant à dos juges, journalistes et même une partie de la Communauté Européenne. Hé oui, la sur-représentativité médiatique se traduit souvent par un regain de popularité. De démentis en déclarations tonitruantes, ce sont les mêmes qui occupent la scène, avec cette sollicitude particulière, à double tranchant. A ce titre, Villepin ne s'est jamais montré si hâbleur et rhétoricien hors pair qu'en ces temps de Sarkozysme chancelant.

Je fais référence à la déclaration suivante, un modèle du genre !
"Jacques Chirac, quand il est arrivé comme président de la République en 1995, a souhaité moraliser la vie publique internationale, c'est-à-dire interrompre les contrats qui pouvaient donner lieu à rétro-commissions".
"Ces rétro-commissions "illégales" revenaient vers la France, vers des personnes, des personnalités, politiques ou non politiques"
, a-t-il ajouté.
Décidément après l'exemple d'Eric Woerth, ministre du Budget est un poste à haut risque.

J'ai regardé cette émission dans la foulée de la ligne jaune avec Claude Angelli et j'ai vraiment passé (presque) 3 heures passionnantes. Deux grands moments de Journalisme.

Depuis le début de toutes ces révélations dans "l'affaire Karachi" je me pose une question. Et s'il n'y avait pas eu l'attentat, que saurions-nous de toute cette histoire. Le combat des familles des victimes dans la recherche de la vérité, est certainement la plus forte garantie que cette affaire ne sera pas étouffée.

Enfin, je dois reconnaitre ici que, ce qui me fait le plus froid dans le dos, ce sont les révélations sur la décision du conseil constitutionnel de valider les comptes de campagne de Balladur et Chirac. Cette institution censée être la garante ultime des libertés. Que penser de l'argument de Roland Dumas, ce "grand" avocat qui justifie sa décision par une méconnaissance primaire du droit. L'invalidation des comptes n'entrainant pas l'annulation de l'élection mais simplement le non remboursement des frais de campagne.

Je vous conseille cet excellent article sur le sujet
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quand-le-conseil-constitutionnel-85019
toutes ces histoires me fatiguent ! Joffin toujours dans le même rôle : oui, il est terrible, mais vous y allez trop fort et sans preuve, ("victime" des medias - nouvelle position pour regagner des points de sondage...
Villepin toujours dans le même rôle aussi : va encore se faire piéger (voir clearstream)...
cette affaire va se dégonfler "faute de preuves" ou à trainer si longtemps que les vrais coupables auront un pied dans la tombe, et on aura presque pitié d'eux
les "victimes innocentes" étaient quand même des fabriquants d'armes qui lorsqu'elles sont utilisées font aussi (parfois...) des victimes innocentes, non ?

vous avez abandonné la critique des medias ?
je vous recommande un "journaliste" de C dans l'air interviewant une dame d'une association de défense des femmes violentées.
Quand elle indique que les maris violents sont souvent aussi des pères violents... le voilà qui dit : "ah oui, ceux-là ce sont des monstres"... comme s'il sous-entendait que ceux qui s'en prenne seulement aux femmes... enfin j'ai peut-être mal compris, mais son attitude était vraiment bizarre, et la tristesse de cette femme était visible.
j'aimerais aussi une étude statistique des "experts" de C dans l'air, et une étude appronfondie de leurs CV, et l'étrange répartition "gauche"-"droite" des dits experts.... les prises de position ouverte aussi de l'animateur principal !

La fréquence des reportages sur les actions sur le vif de nos policiers pendant le week-end... et l'horreur des montreurs d'ours... euh, pardon de malades mentaux "dangereux"....
Le seul passage où les propos sont passés de complexes à compliqués, et où j'ai dû ré-écouter pour suivre, c'est le début de l'acte III, à cause de l'arrière-plan: les images muettes de Sarkozy avec toute la palettes des mimiques et haussements d'épaules, je crois que c'est cette fois où il avait répondu: Non mais vraiment, grotesque, etc, ça m'a complètement déconcentrée.

Mais sinon, Arfi s'explique d'une façon particulièrement claire.
20 ans que çà balladure!
Impeccable de bout en bout. Merci
Merci pour cette émission passionnante de bout en bout. Tout le monde est parfait, et il ne manque personne. Les deux journalistes s'apprécient, s'écoutent, se complètent, se respectent, même dans l'ironie sur l'édite de Joffrin à la fin.

Mais quand on y pense, le Conseil Constitutionnel... Roland Dumas n'en sort pas grandi (il avait déjà perdu qqs cm récemment)...
Bonjour, mais dans tout cela rien ne me surprend ..
Par-contre si rétro-commission il y a eu (et il y a eu) et qu'une infime partie soit-elle soit revenue en France pour alimenter et arroser certaines personnes ou groupes, personne (je dis bien personne) ne parle que les contrats ont été gonflés (et sur-gonflés) dont une partie avec l'argent du peuple ... aie !!
Donc ces rétro-commissions devraient (doit) nous être rendu sous forme de déduction (d'impôts) .. mais la je rêve ..
Hé bien, on va y prendre goût ... Une fois de plus, tout est clair, les enjeux sont bien exposés, les nuances entre certitudes et hypothèses sont parfaitement distinguées. Je sais que le petit logo vert "votez pour..." sert précisément à ça, mais cette émission mérite largement d'être diffusée à tout va, en particulier pour son épilogue. Merci (encore) de nous avoir offert l'excellente "ligne jaune" avec Angeli, et pour celle-là... bravo, bon boulot! (Vous avez mangé du lion cette semaine à @si? en tout cas, continuez le régime)
Contrairement à ce qu'il s'efforce de faire croire, sarkozy est bel et bien impliqué dans l'affaire.

La démonstration apportée dans cette émission en est tout à fait limpide.

Ensuite, que cette implication de sarkozy soit délictueuse ou pas, cela regarde la Justice
en supposant que la Justice en France puisse avoir assez d'indépendance pour se prononcer
sur l'action des plus hauts représentants de l'Etat...

Je sais que nous ne sommes jamais à l'abri d'une bonne surprise, mais les caractéristiques bananières du Sarkozistan
me donnent à penser que la Justice va se coucher sur le parquet...
Que Sarko soit plié dans karachi tout ça est très bien expliqué dans l'émission, qui a néanmoins finie par m'épuiser en raison même de son caractère intéressant et réussi.
Sans vouloir contredire Anne-Sophie j'ai bien envie de défendre la bête et sage sérénité qui advient en réaction au sentiment du compliqué, plutôt que la vaine et fatigante stimulation de l'intelligence que susciterait en nous la compréhension du complexe. Toute cette complexité à démêler pour finalement découvrir des forfaitures tristement prévisibles, toute cette dépense d'énergie mentale pour expliquer (ce qui est evidemment necessaire et salutaire) de banals faits de corruption dont seul les simples d'esprit peuvent s'étonner de devoir envisager l'existence, tout ce labyrinthe du complexe dans les plis duquel chacun peut dissimuler à loisir sa responsabilité, en revendiquant en sa faveur la prudence des journalistes, tout ça suscite en moi le désir remis à l'ordre du jour par Mélenchon de pas faire compliqué, et de crier: « que se vayan todos! ».
Vive la vie dans les plis, mais les plis de Karachi, non merci.
J'ai eu beaucoup de plaisir à regarder cette émission. Cela m'a donné une petite idée du travail qu'ont fait et que font les deux journalistes.
Merci à Anne-Sophie pour avoir expliqué la différence entre complexe et compliqué !
Pour moi une émission vraiment réussie.
L'emission me laisse sur une curiosité..
Je me demande comment un journaliste vit au quotidien en tant que citoyen ?
Quand on écoute Dasquié tisser les mailles des resaux, sous-réseaux, commissions, sous commissions, retro-commissions..avec les liens avec les personnes responsables civils, élus, députés, ministres...on a la tête qui tourne un peu.
Et surtout on a un gout de : à quoi bon ..
Comment un journaliste qui se plonge dans une telle affaire et d'autres..peut il ensuite ecouter un tel faire son allocution, tel autre donner une inteview..
Je me demande si Dasquié ecoute la télé...
Comment fait il pour ne pas devenir schyzophréne ..paranoiaque ?
Comment fait il pour accomplir son devoir civique ...?
En fait beaucoup d'emissions..vous laisse les bras ballants épuisés...
Concentré à ne pas tomber dans la démagogie...
La c'est terrible ..on a presque l'impression que triomphe le pas vu pas pris et que ce que l'un a fait l'autre a du aussi le faire.
Je prefere savoir ...mais vos emissions sont parfois redoutables.
On ne peut pas faire semblant et les avaler les une aprés les autres en refusant les conséquences, en les niant.
Il y a aussi des effets...je vais rester optimiste !

Commissions, sous commissions, retro commissions...
Je me demande si il y a des post-commissions ?
Une post commission...c'est un cadeau de remerciement !
chapeau bas.
Je me demande si les financements de toutes les campagnes électorales ne reviennent pas finalement à s’expliquer par le tour de magie des gobelets et des boulettes. Mais peut-être est-ce simpliste ?
La mise au point (pas le journal) sur l'édito de joffrin a été une libération (le journal)...Impliqué ne veut pas dire coupable, ce n'est pas compliqué à expliquer même si c'est complexe, et cela illustre aussi la complexité des rapports des journalistes entre eux, et entre rédactions...
Sur l'affaire en elle-même, nous en avons des petits bouts, son surnom l'explique, car hachis c'est bien de la viande hachée, quelques patates, et le tout bien gratiné, de quoi, en finale, en faire tout un plat !
Je m'excuse à l'avance sur le mauvais enchaînement de jeux de mots et allusions, pas toujours de bon goût, mais c'est ma manière d'essayer de digérer une affaire qui me dégoute...
Qu'il est rassurant, quand même, de voir que le travail journalistique existe encore en France, et que DS en est une des voix (content qu'il l'ai retrouvé..)
Après une ligne jaune de haute teneur, un arrêt sur image qui s'arrête, pour reprendre aussitôt, vivement les prochaines!
anne-sophie s'est entièrement et fortement impliquée dans la préparation de son interlocution, qui de ce fait est plus fluide que les fois précédentes. Bravo et merci fifi ! ;-)

J'aurais aimé savoir ce qui se passerait si le juge (indépendant) Van Ruymbeke, en charge du volet financier de l'affaire de Karachi, devait être désaisi de l'affaire, pour s'être auto-saisi (si j'ai bien compris) de la question des rétrocommissions ?

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?! - devise Shadoks
l'emission parfaite ,2 tres bons jounalistes (un plus pour Arfi)pedagogues et professionnels,un sujet complexe eclaircie de maniere volontaire,et la sobrieté nouvelle de DS,parfait donc . il vas falloir maintenant ne pas vomir dvant le cynisme et la cupidité humaine.Bravo a vous tous.
[large]Super! J'ai @si, j'ai tout compris!… [/large] (vers 1h17 pour être précis… mmmmm)
Certes, Mme Drouet n'a peut-être pas été assez interrogée.

Mais alors pour tout le reste...


D'abord l'uppercut de Didier Porte dans les dents.
Ça remet les idées en place pour bien aborder les choses.

Ensuite que voyons-nous ?
2 journalistes impliqués, tenaces, rigoureux, étiques, se complétant à merveille
pour expliquer l'affaire avec un évident souci pédagogique envers le spectateur
(ce qui est une marque de professionnalisme bien sûr, mais aussi de respect).

Les rouages sont [s]compliqués[/s] complexes, mais quand on s'accroche
on parvient à suivre les grandes lignes de l'affaire sans trop se perdre.

Ajoutons à cela le sens de la précision et de l'exactitude de Dan Israël, même si sur cette
émission il n'a pas eu beaucoup d'occasions de le démontrer, et la fraicheur d'Anne-Sophie
Jacques dont la chronique est tombée à point nommé pour alléger l'atmosphère tout en se
focalisant sur un détail bien plus important que les apparences ne le laisseraient penser.

L'ensemble fut enfin mené avec discernement par un capitaine
luttant contre la maladie au péril de sa [s]vie[/s] journée ! :o))


**********


Ce numéro d'@rrêt Sur Image je le vois un peu
comme une réponse aux "pédophiles" de Sarkozy.

Parce qu'il fait profondément honneur aux journalistes,
à leur métier, et à la liberté de la presse en général.

Par les temps qui courent ça remet du baume au cœur !
Merci et bravo à tous, une excellente et nécessaire émission !
Émission définitivement réussie, Nicolas Beau (que j'apprécie au demeurant) avait plus ou moins piraté la ligne jaune sur Karachi par son comportement bougon et négatif qui m'avait d'ailleurs surpris. Ici Arfi et Gasquié, sans apporter une vision unilatérale du dossier, se renvoient la balle avec intelligence, précisent les zones d'ombres sans accabler pour autant les présumés coupables à grands coups d'assertions injustifiées et sans s'aventurer sur le terrain de l'émotivité qui a plus ou moins ruiné le précédent débat sur le sujet (on fait un sort à la "politique compassionnelle" en début d'émission et on lui tourne le dos bien vite, un véritable plaisir). Arfi notamment m'a agréablement surpris, moins sur la défensive, moins attaqué, il se permet un propos beaucoup plus nuancé et intelligible que contre Beau, beaucoup moins "croisade" justement, puisque l'idée est mentionnée par Gasquié.

L'affaire est en tout cas beaucoup plus claire pour moi maintenant, dans sa globalité, abonné de mediapart j'en avais déjà saisi l'essentiel, mais j'avoue que j'avais finis par être un peu perdu dans les méandres des divers procédures, affaires, témoins, vérités, contre vérités... Ce tour d'horizon a le mérite d'apporter un éclairage précis sur les choses dont on peut être sûres, celles auxquelles on peut fortement croire, et celles dont il faut sainement douter. La liaison notamment entre les attentats et l'arrêt des commissions est particulièrement bien traitée, pas de sentimentalisme, pas de parti pris trop prononcé, pas de pointage du doigt intempestif, il fait bon entendre un discours aussi clair sur un dossier unanimement baptisé "affaire Karachi" et qui réunit deux (si ce n'est plus) affaires bien distinctes, choquantes en elles mêmes, potentiellement liées, mais d'une dizaine de façon différentes (c'était notamment la première fois que j'entendais la théorie de l'arrêt des COMMISSIONS non rétro, en 2001 par la Sofma).

Le dernier volet sur l'implication de Sarkozy (merci DS pour la petite blague et le faux départ, c'était drôle de vous voir dire au revoir avec encore 25 minutes d'émissions au compteur) était encore une fois un exemple de réussite de débat, ou devrait-on plutôt dire de conversation éclairante, autour d'un sujet traité le plus souvent avec une ferveur militante pénible. Même Arfi parvient encore une fois à expliquer l'implication du président sans le traiter immédiatement de coupable, en pointant juste avec clarté les divers mensonges médiatiques de l'Élysée.

Le petit débat finale sur la formule de Joffrin dans son édito était absolument dispensable, Arfi se fendant d'une magnifique démonstration par l'acte du proverbe "in cauda venenum", qui fait un peu "débat de journalistes et piques inter-rédactionelles", mais pour le plaisir d'avoir pu regarder un décryptage réussi d'une situation qu'on veut nous faire croire compliquée , on passera sur ce genre de babioles. Merci encore, moi j'ai eu mon compte ce soir en tout cas.
merci pour cette très passionnante et très complète émission.

je regrette un peu l'interruption de Dasquié par DS au moment où il va raconter la disparition du chambellan Saoudien.
des infos sur le sujet? en suivi/complément après l'émission?

je viens de finir "le contrat" mais je vais courir chercher le livre de Magali Drouet et Sandrine Leclerc.

le passage sur Roland Dumas et sa justification de la validation des comptes de campagnes est terrible.
on est vraiment dans la société molle dont parlait Claude Angeli.

merci à tous

PS (vous n'êtes pas obligé...)
Anne-Sophie vous passez trop de temps devant votre ordi, votre dos prend une courbe qui me fait mal
allez faire de la piscine, muscler votre dos et/ou relevez votre écran de 20 cm
je vais déjà à la piscine, faut juste que je pense à baisser le siège sur le plateau, car voyez-vous je suis méga-grande. Promis la prochaine fois je ferai. C'est pas compliqué en plus.
Vu le sujet je vous conseille d'aller à la piscine de la Porte des Lilas,
celle ou Tarzan est devenu champion olympique.
Sincèrement les problèmes de dos et d'adaptation ergonomique au pl@teau m'indiffèrent d'autant plus qu'ils ne me regardent pas, mais permettez-moi juste de profiter de cette incidente pour vous avouer en tant qu'ex-angevin AOC, que votre présence de belle tourangelle, Anne-Sophie, au titre de petite souris linguistique d'@si m'a toujours paru résulter, outre vos talent et charme qui sautent aux yeux de l'@sinaute le moins goujat qui soit , d'une fort excellente intuition du Captain — que 10 000 années de félicité lui soient acquises ;-) !

Votre fonction m'apparaissant @insi en parfaite adéquation avec cette extraction noblement provinciale (épithète où vous ne verrez donc nul mépris ! ) je nous estime au moins doublement gâté(e)s par les brefs décalage-recentrage dont nous gratifient vos toujours fertiles et pertinents @rrêts sur les mots-du-débat !
Au plaisir de vous revoir… ici ou là…
C'est quoi cette drague à 2 balles!

PS: bon mais si on a le droit, j'en profite pour dire à Dan qu'il est très mimi, malgré son aspect légèrement anémié (faut manger de la soupe et boire du vin, mais si, y a pas que les ordis dans la vie) Sinon ok pour un drink anytime

Cela dit, bonne émission.
;-)) Promis!z'le r'frai plus… et là s'ra mon ultime sur-comment au fil de ce sujet dérapant. Pour rien vous cacher, je postais pas sans l'arrière-pensée et l'attente amusée d'un re-post comme le vôtre, Mister A. !… Maizàtaquin, taquinzédemi! … D'abord, «…à 2 balles», qu'est-ce que z'en savez? C p'têtre juste gratuit, non… ?

Au cœur d'un débat si stouffant, y aurait-il du mal à s'faire du bien?… J'avais auto-modéré la fin plus enflammée encore de mon aveu, mais votre PS ein bißchen + rentre-dedans m'laisse penser qu'dans le fond, Mister Cupidon, z'êtes raccord avec moi : y'a que du bien à pas s'faire de mal ;-))… Et pis, moi, chuis bien trop loin d'@si pour toucher mon élu(e) autrement que par quelques doux mots choisis… nodrink ahead for the time being !… Alors, RV en pvte?…
Si je comprend bien, sous couvert de compliments très officiels et parfaitement légaux envers les intervenants de l'émission, il ressort une demande moins officielle celle-ci de rétro-compliment sur lequel il conviendrait de se pencher... en veillant à garder le dos bien droit bien entendu !

PS : moi aussi j'avais remarqué que Dan, qui doit être de mon âge, était très mimi et je suis par ailleurs tout à fait disponible
@si deviendrait-il un site de rencontres pour homos esseulés?
y a peut-être un filon à creuser...
ps: dsl benjy, je suis prems
Bonjour,
Ce n'es pas sans une certaine joie que j' ai ouïe LA reprise des éléments de langage préconisés par Mme ANNE SOPHIE JACQUES.
FRANCE INTER
3D du dimanche 28 novembre 2010.
44min20
France inter- 3D- du 2010-11-28
ses applaudissements sont pour vous.
Merci.

merci pour cette très passionnante et très complète émission.

je regrette un peu l'interruption de Dasquié par DS au moment où il va raconter la disparition du chambellan Saoudien.



C'est pas la première fois. On voit qu'il a été déformé par la télévision. Chaque fois que quelqu'un s'apprête à dire un truc intéressant, il s'impatiente et fait le coup du "c'est trop compliqué" ou "on comprend rien" ou "venez en au fait". Les clients d'ASI n'ont pas forcément une intelligence limitée et peuvent comprendre les explications.
Ce qui est d'ailleurs encore mieux c'est que même si on a pas compris, on peut poser la question dans le forum à ceux qui ont compris ;)
L'important c'est juste de pouvoir suivre.
Tout à fait d'accord suer le chambellan saoudien, dont on croit comprendre qu'il est disparu mystérieusement, et hop, plus rien...
Deux réflexions au delà de cette émission à propos de laquelle je partage l'approbation générale.
1- J'ai trouvé Madame Drouet, bien lasse.Je peux évidemment le comprendre mais je n'arrive pas bien à cerner ce qui ressort de la fatigue (légitime), du désaccord de point de vue avec son avocat(revendiqué), et des pressions diverses qu'elle doit subir par les temps qui courent(supposé).
2-Je suis assez étonné qu'on ne parle pas plus que cela de François Leotard. Opportunément disparu de la scène politique depuis lors...et tout de même ministre de la défense au moment des faits.Je ne voudrais pas que le titre de son livre "Ca va mal finir" se retourne inopportunément contre lui....

le passage sur Roland Dumas et sa justification de la validation des comptes de campagnes est terrible.
on est vraiment dans la société molle dont parlait Claude Angeli.

Pareil, c'est d'autant plus navrant qu'au moins un acteur de cette histoire est lui-même devenu membre du Conseil Constitutionnel.

Entre les ministres nommés malgré des condamnations, un président qui ment, le Conseil Constitutionnel pris en faute et maintenant composé de membres soupçonnables, je pense de plus en plus qu'un mécanisme de démocratie directe est nécessaire pour contrôler la vie politique. Pour l'heure, j'ai plutôt l'impression que ça fonctionne comme une dictature élective, et encore, je suis gentil dans la mesure ou au moins un président aurait du voir son scrutin invalidé, on ne peut donc même pas parler d'élection.

Anne-Sophie vous passez trop de temps devant votre ordi, votre dos prend une courbe qui me fait mal
allez faire de la piscine, muscler votre dos et/ou relevez votre écran de 20 cm

A dire vrai, j'aime assez les courbes d'Anne-Sophie.

Comment ça c'est hors-sujet ?
Un sujet complexe qui demandera sans doute plusieurs visionnages : c'est très dense. Si on arrive bien à comprendre l'idée générale, la valse des noms et la précision (nécessaire) suppose un travail approfondi pour tout retenir et pour construire son propre résumé.

Comme pour l'émission avec Éva Joly sur l'affaire Bettencourt, cette émission mériterait d'être en contenu public. D'ailleurs - à voté.
J'ai les textes mais pas les images ...
En train de regarder...

Vers 24:30 Schneidermann dit: "On va peut-être éviter les noms propres." pendant que Dasquié, citant un nom, explique les faits qui lui semble certains à propos de la vente des sous-marins.

Pourquoi?
deuz, mais en fait c'est nul d'être deuz, la vidéo à pas l'air de marcher pour l'instant.
encore prems

j'en profite pour réclamer le retour de sherlock kolmes et la venue de pierre carles
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.