77
Commentaires

Intermittents : chut, Lang égratigne Canal+

C'était attendu, Canal+ vole au secours des intermittents.

Derniers commentaires

BFMTV fait aussi la différence, on y parle de la colère des intermittents et de la grève des cheminots. Solidarité de corporation sans doute, où les subventions sont pour beaucoup dans le salaire élevé des acteurs (et des animateurs, on en parle plus trop de çà en ce moment). Les cheminots ont toujours été une aubaine pour les médias. La langue française est très subtile. Un seul mot change et tout est dit.
C'est , tout de même , assez dommage que l'essentiel de ce blog soit sur les " glissements sémantiques",,,,Non..?

Le conflit des intermittents c'est tout de même plus factuel , non...?

Intermittent moi - même , j'avoue être assez surpris par la "légèreté " des commentaires

j'ai l'impression que vous n'avez pas tout a fait " saisis" le problème , pourtant expliquer de long en large sur bien des blogs

Demain , oui.....probablement demain....Tous intermittents..... ,donc , chèrs amis blogeurs , interessez-vous sérieusement a la question


.....Croyez - moi...Elle vous concerne

Amicalement

Bastou
Il fallait s'y attendre valls non ? IL a envoyé ses compagnies de flics sur les cheminots ? CRS contre cheminots ?
"Lang égratigne Canal+"... certes. Et au passage il dit que ce qui ne va pas, dans le statut des intermittents, ce sont "les abus". Tu parles. Et ce qui plombe le système des niches fiscales, ce sont les abus... ou le principe même des niches ?

C'est un statut à la con, le statut des intermittents du spectacle. Qui fait un tri entre tous les intermittents de la même société du spectacle. Intermittents de la littérature, de la BD (sans statut), intermittent de l'éducation nationale, de l'animation socio-cul, intermittents du tourisme, du ramassage des pommes ou du découpage de la volaille chez Doux, intermittents des logements précaires, des camps de roms ou de Calais, des maisons qui appartiennent aux banquiers, et chomeurs de tout poil bien sûr, tous précaires (même si nous ne le savons pas), nous sommes tous des intermittents.

Allez, sur l'air de "la pègre" de Dominique Grange :
"La pègre on en est, la chienlit aussi
Des éléments parfaitement incontrôlés
Des indésirables, des autres enragés
Et quelques milliers de groupuscules isolés"
refrain:
"nous sommes tous chômeurs en puissance,
nous sommes tous des roms, des cheminots,
nous sommes tous intermittents du spectacle,
nous sommes tous des précaires exploités..."

scuzez, j'ai des relents parfois, j'aurais pu vous faire aussi "c'est la canaille, eh bien j'en suis..."
Ce gouvernement qui depuis son arrivée mène des réformes courageuses ne doit pas céder devant ces groupes de nantis et d'irresponsables que sont les cheminots et les intermittents qui doivent être les seuls à ne pas se rendre compte qu'ils vivent dans une époque où tout le monde doit faire des efforts.

Ils appartiennent à des groupes qui bénéficient d'avantages que l'on pourrait qualifier de scandaleux en cette période difficile que traverse notre économie.

Transports gratuits pour les premiers et leur famille nombreuse, possibilité de voir du pays sans le moindre effort (les trains sont maintenant informatisés), retraite anticipée pour profiter des rentes constituées grâce à des salaires avantageux.

Ils ont de plus, la chance de bénéficier de prix préférentiels sur les délicieux repas servis dans les TGV et nous passerons sur les centres de vacances de la SNCF où ils envoient leurs progénitures afin qu'elles soient politisées, vindicatives et rétives à toute réforme nécessaire et indispensable.

Quant aux intermittents, leur mouvement est pathétique.
Des individus qui passent leurs temps de repos (ils sont nombreux) à consommer des produits souvent illicites financés par les fonds publics en écoutant de la musique feraient mieux de faire profil bas.

Ils ont la chance d'assister gratuitement à des concerts de grandes vedettes comme Johnny Halliday ou Pascal Obispo, de voir des pièces d'Isabelle Mergault ou Laurent Ruquier, de maquiller les plus grands journalistes et présentateurs comme Mr Apathie ou Arthur au prix d'efforts bien succincts.

Ce gouvernement devrait faire appel à nos forces armées pour déloger tous ces privilégiés qui sont en train de paralyser le pays par leurs actions illégitimes.

Il est également temps, comme le soulignait avec beaucoup d'à propos, Eric brunet de remettre en question le droit de grève en période de crise.

Souhaitons que la raison l'emporte et si ce n'est pas le cas, Mr Valls devra prendre ses responsabilités, en tant qu'homme d'état il en a le devoir.
Alors d' après ce que je comprends les chaines de télé ( et qui d'autre?) font payer leurs employés par les Assedic une partie de l'année?
Quelques infos de 2013 par la CGT Canal +, extrait :
"Malgré les condamnations systématiques de Canal+ aux prudhommes de Boulogne pour recours abusif à l’emploi précaire, la politique de nos patrons tend à accroître la précarité en diminuant le nombre de piges et augmentant le nombre d’intermittents. D’après les chiffres communiqués au Comité d’entreprise et aux délégués syndicaux (pv du CE du 22 /11/2012) : en 2012 ce sont 5800 intermittents qui ont travaillé au moins une journée pour le groupe Canal+, évitant l’embauche de plus de 400 CDI (équivalents temps plein).
D’année en année, le salaire moyen des permanents augmente alors que celui des intermittents diminue.
(...)
Récemment, l’ex-patron de TF1 Lelay a été condamné au pénal 9 ans après les faits (...) Si Lelay est condamné, Bertrand Méheut a du souci à se faire. En 2001 déjà, Alain De Greef, directeur général des programmes de Canal+, est condamné suite à une descente de l’inspection du travail, qui venait déjà constater un recours abusif à l’intermittence. Condamné en première instance il gagne en appel , mais la cour de cassation casse la décision de la cour d’appel de Paris et le renvoie devant la cour d’appel de Versailles. Il échappe de justesse à la justice pénale suite à la loi d’amnistie présidentielle étendue que Jacques Chirac instaure au moment de sa réélection en 2002.
(...)
"
ça devrait pas me surprendre mais j'ai trouvé ça un peu indécent que Podalydés ne profite pas de cette tribune pour parler des accords de l'UNEDIC dans leur ensemble, et ne parle que du sort des intermittents sans préciser qu'il est beaucoup plus enviable que celui des intérimaires qui vont se retrouver dans des situations critiques après la signature de cet accord.
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7158
Le mouvement des intermittents n'as de sens UNIQUEMENT si il inclut tout le monde, uniquement si les intermittents profitent du moyen de pression et de se faire entendre qu'ils ont pour défendre tout le monde contre le démantèlement de l'assurance chômage, et pas s'il est uniquement une cause corporatiste. heureusement beaucoup de discours vont dans ce sens.
Parce que personne d'autre n'as l'air intéressé pour le faire.
Sinon le "différé d'indemnisation" ça fait depuis 2003 que beaucoup d'intermittents le connaissent, c'est quand il perdent leur allocation plusieurs mois d'affilé entre deux période d'indemnisation. ceux là n'auront probablement pas le luxe de pouvoir faire la grève.
Lorsque les liberaux sont venus dementeler les Telecoms,
je n'ai rien dit,
je pensais gagner du pouvoir d'achat

Lorsqu'ils ont privatise l'eau
je n'ai rien dit
je pensais gagner du pouvoir d'achat

Lorsqu'ils ont privatise l'electricite,
je n'ai rien dit,
je pensais gagner du pouvoir d'achat,

Lorsqu'ils sont venus dementeler la retraite,
je n'ai rien dit,
je n'etais pas a la retraite

Lorsqu'ils ont ferme les maternites de campagne,
je n'ai rien dit,
je n'habitait pas a la campagne

Lorsqu'ils ont privatise la Poste,
je n'ai rien dit,
je n'etais pas postier

Lorsqu'ils sont venus casser les 35h,
je n'ai rien dit,
je pensais gagner en pouvoir d'achat

Lorsqu'ils ont dementele l'universite,
je n'ai rien dit,
je n'etais pas etudiant,

Lorsqu'ils ont detruit la Secu,
je n'ai rien dit,
j'etais en bonne sante,

Lorsqu'ils ont privatise le train,
je n'ai rien dit,
je ne prenais pas le train,

Lorsqu'ils ont mit a la rue les intermitents,
je n'ai rien dit,
je n'etais pas intermitent

Lorsqu'ils m'ont dit que j'etais licencie
il ne restait plus personne
pour protester


D'apres Martin Niemöller
Pourquoi Canal+, depuis le temps, n'a-t-elle pas embauché des marionnettistes en CDI ? Vaste question. Va-t-elle être posée ?


Pourquoi ? Mais parce que le régime des intermittents leur permet de payer moins chers des gens sans avoir à leur garantir un poste permanent. C'est un abus ? Vraiment ? C'est un abus comme l'optimisation fiscale est un abus, un abus prévu par la loi et jamais corrigé qui existe depuis combien ? 20 ans ?

Le responsable, seul et unique, de cette situation, c'est le législateur. Celui qui plutôt que de faire une véritable remise à plat, plutôt que d'empêcher les abus, se contente d'augmenter les cotisations (à gauche) ou d'augmenter le nombre d'heure à réaliser (à droite), afin de convaincre les crève-la-faim que le statut d'intermittent, c'est pas pour eux, c'est pour les maquilleuses de la télé.

Parce que les crève-la-faim, il leur reste encore la peau à tanner, et qu'un homme politique, ça a des amis dans les grandes télé ou les grosses radios, tellement que ça couche avec, et on ne fait pas chier ses copains.
À Montpellier, pendant que les uns manifestent http://www.resistons.net/index.php?post/2014/06/16/Action-intermittents
les autres travaillent http://www.midilibre.fr/2014/06/16/herault-une-scene-de-60-tonnes-pour-la-fete-de-la-musique-du-21-juin,1009027.php
j'aurai du mal à comprendre qu'ils aient réussi à faire annuler le premier festival important de la saison (Printemps des Comédiens) et qu'ils n'arrivent pas à faire de même pour cette émission de merde, allez, chiche !!
Je précise (au cas où) que je soutiens à 1000% le mouvement.
A la différence du cheminot sans cervelle, l'intermittent est un nanti qui se respecte

J'espère que tout le monde saisira le second degré (on est censé être dans la tête d'Aphatie)...

Davantage que Canal +, n'oublions pas Radio-France, France Télévision, Eurodysney et autres Endemol. Notons également que ces problèmes concernent surtout les techniciens du spectacle, les artistes étant supposé se récolter des règles d'indemnisation plus dures en très grande partie à cause de l'embauche indue de techniciens en CDD d'usage par de grosses sociétés. C'est super.
Bonjour Djac, pouvez-vous expliquer votre (avant-)dernière phrase?
Une des choses qui pèsent le plus sur le régime d'assurance pour les intermittents, c'est le grand nombre de techniciens du spectacle employés par de grosses sociétés en CDD d'usage (qui ouvrent le droit à ce régime d'assurance spécifique), au lieu d'ouvrir des postes permanents en CDI. Le CDD d'usage permet en l'occurrence d'employer de manière précaire facilement sans s'embarrasser de CDI.

Ces emplois pèsent lourd dans le coût du régime d'assurance des intermittents. Or c'est ce coût qu'on veut réduire, via la dernière "négociation" (qui n'en a que le nom), en durcissant les règles d'indemnisation, qui elles vont donc s'appliquer à tous les intermittents, et notamment donc aux artistes.
Merci, oui la situation est connue. J'ai cru que vous disiez que les artistes devaient se retrouver avec des conditions plus dures que les techniciens, d'où ma confusion.
"pécaires'
Oh pécaïre ! (aussi accentué pécaire)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.