Intermittents : chut, Lang égratigne Canal+
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Intermittents : chut, Lang égratigne Canal+

C'était attendu, Canal+ vole au secours des intermittents.

Sur le plateau du Grand journal, le comédien Denis Podalydès et le Commandeur de la Culture Jack Lang appellent le gouvernement à casser l'accord contesté ( sur son impact sur les plus précaires, toutes les explications ici). Le Commandeur du théâtre Jean-Michel Ribes a été interviewé pendant la manif du jour. Même Aphatie s'est mis à l'unisson. Certes, sans rien lâcher sur le fond. Mais en adaptant la mélodie. Ce n'est pas le Aphatie sarcastique et méprisant devant "l'incompréhensible" grève des cheminots. C'est un Aphatie, grave gardien des déficits, qui rappelle douloureusement Podalydès et Lang aux douloureuses réalités économiques. A la différence du cheminot sans cervelle, l'intermittent est un nanti qui se respecte. D'autant qu'il est là, tout près. C'est elle qui a maquillé Aphatie dans les loges. C'est lui qui a posé son micro, le filme, peut éventuellement le couper. Et Aphatie tient à pouvoir revenir le lendemain sur le plateau.

C'est d'ailleurs toute la question. Sur le conflit des intermittents, le Grand journal est tout sauf neutre. Ce soir même, les Guignols sont en grève. Ils s'en sont expliqués. "Les Guignols de l'Info se font en grande partie par le travail des intermittents du spectacle", ont expliqué les marionnettistes à l'AFP. "Tout ce qui fragilise l'intermittence comme il en est question actuellement, fragilise l'existence et la qualité de cette émission et de celles de bien d'autres émissions de télévision", écrivent-ils. "Nous nous déclarons unanimement grévistes (lundi) et ne participerons pas à l'émission". Pourquoi les collaborateurs d'une vénérable émission quotidienne, qui a acquis sa notoriété à l'époque antédiluvienne des pommes de Jacques Chirac (!) relèvent-ils du régime des intermittents ? Pourquoi Canal+, depuis le temps, n'a-t-elle pas embauché des marionnettistes en CDI ? Vaste question. Va-t-elle être posée ?

Suspense. Depuis le début de l'émission, Jack le Commandeur dévide son argumentaire, du plus beau bois dont on fait les marionnettes. "...on peut trouver une porte de sortie qui permettrait de mettre tout cartes sur table y compris les questions que vous posez, Jean-Michel Aphatie..." Mais le chroniqueur Augustin Trapenard brûle de l'interrompre. "Vous êtes un ancien ministre la culture..." Lang, impavide :"...sans compter les abus..." Les abus ? L'oreille se dresse. Mais Trapenard engage le duel. "...Jack Lang..." "...les abus, que certains groupes de télévision, peut-être celui-ci aussi (vaste geste désignant le plateau)..." "Jack Lang !" "...privés et publics..." "...Juste un mot, vous êtes un ancien ministre de la Culture..." "...commettent..." "...on a envie de savoir..." "...et font peser sur le régime des déficits" "...ce que vous pensez précisément de la position d'Aurélie Filippetti. Parce que par exemple, dans votre interview..." Fin du duel. Qui aura entendu la pique de Lang à Canal ? Peut-être même pas Trapenard lui-même, sincèrement plus curieux de la position de Lang sur Filippetti que de sa position sur la chaîne qui l'emploie. Pas de chance.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Aux Assises du journalisme, la question Hulot

Plainte pour viol déposée contre Hulot en 2008 : "omerta" journalistique ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.