44
Commentaires

Guerres : "La propagande des autres, on s'en méfie. La nôtre, on se la gobe"

Une guerre, une vraie, une indiscutable. Dans le flot d'images, dans l'étourdissante inflation langagière qui nous inondent ces jours-ci à propos des attentats en Europe, voici que ressurgissent des témoignages de rescapés et d'anciens protagonistes du siège de Sarajevo, dans les années 1990. En regardant la semaine dernière sur Arte le film Le Siège, on ne pouvait s'empêcher de chercher les résonances et les oppositions entre les deux situations. Et tenter de relativiser, peut-être, nos paniques d'aujourd'hui à la lumière de ces récits d'hier.

Derniers commentaires

Le meilleur de l'émission selon moi : le petit speech de Gérard Chaliand à partir de la minute 51'. Ce serait bien d'entendre un peu plus ce type de discours dans la bouche des hommes politiques, des analystes et même du Pape. D'ailleurs la phrase qui a fait titre est issue de ce passage.


(PS: Toute la fin est excellente en fait.)
Sur le Congo, un livre de Justine Brabant vient de sortir:
https://www.les-crises.fr/justine-brabant-le-conflit-au-congo-nest-pas-oublie-il-est-mal-regarde/
Super émission, bravo.
Référendum en Hollande sur l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine; les Pays-Bas disent NON à 61%.
https://www.les-crises.fr/referendum-sur-lukraine-les-pays-bas-disent-non-a-61/
C'est le seul pays où il y a référendum.

L'accord d’association a une clause militaire: tous ensemble aux côtés de l'Ukraine dans ses conflits avec la Russie.
Ah que la guerre va être jolie.
Donc, on a deux chauves qui viennent nous expliquer qu'il faudrait qu'on s'arrache les cheveux :-/

Je suppose qu'ils n'ont pas trop étés voir en Ukraine, hein ? Non, parce que "crimes de guerre", c'est assez bien documenté, hein ?
Une référence Bd sur le même sujet: "Notes pour une histoire de guerre" de Gipi chez Actes Sud Bd. C'est une fiction mais tous les sujets de l'émission y sont.
émission géniale, merci !
Je regrette de ne pas avoir vu le film !
Émission passionnante, remettant pas mal de choses à leur place dans cette époque qui a perdu non seulement la raison, mais le sens des valeurs et même de la plus élémentaire prudence !

Ça fait du bien d'entendre ça : "Je trouve qu'en matière de terrorisme, aujourd'hui, les télévisions ont un rôle délétère. Nous véhiculons la propagande de l'Etat islamique à gogo, et ensuite nous nous apercevons que les populations sont déstabilisées."

Bravo à Justine et CADEAU (2009)

PG
Quand est-ce que vous allez passer à un lecteur HTML5 pour diffuser vos émissions ?

Flash c'est privatif, ça n'est plus soutenu sur linux, et ça devient obsolète face à HTML5 pour du contenu web...

C'est chiant de devoir encore aujourd'hui supporter ce format (avec ses horribles plug-in jamais à jour) quand on sait qu'on pourrait faire autrement.
Jusqu'ici tout va bien, se dit l'homme en chute libre.
Le documentaire est téléchargeable là (1Go) si vous voulez le voir avant les Helvètes (ou la sortie du DVD).
D.S. voulait savoir ce qui se passait du côté de l'assaillant.
Il y a Serbian Epic avec la séquence avec l'écrivain russe. Limononov s'entraînant au fusil mitrailleur sur Sarajevo.
https://www.youtube.com/watch?v=tH_v6aL1D84

Sur le siège de Sarajevo il y la BD ''the fixer'' de Joe Sacco qui évoquait aussi les crimes de certains chefs combattants issus de la pègre.

Sur l'attitude de certains journalistes à Sarajevo pendant la guerre faisant le guet à Sniper Alley pour photographier un carton ou photographier une jeune femme blessée sous tous les angles sans leur porter secours (puis obtenir un prix):
http://yougosonic.blogspot.fr/2012/05/sarajevo-et-nous.html

Le blog ci-dessus a l'intérêt de faire un lien avec la scène culturelle de Sarajevo et de Belgrade pendant la guerre. C'est une mine de renseignements dont certains devraient bien s'inspirer.

Je n'ai pas vu le film de Ourdan mais ceux qui l'ont vu racontent qu'à la fin il évoque une ville multiethnique ce qui est faux: Sarajevo est maintenant coupé en deux.
Excellente émission. Bravo, vraiment. C'est toujours génial d'entendre des gens passionnés, et sans filtre, raconter leur travail.
Enfin, rassurez-vous Daniel, on est ravi de ne pas avoir entendu le point de vue des chaînes d'info en continu.
attention à ne pas donner le sentiment que tout les musulmans bosniaques sont des héros ou des humanistes quand tout les serbes seraient d'affreux tortionnaires, fourbes, menteurs et malfaisants. Daniel notamment engage la réflexion sur une idée malheureusement souvent partagé comme quoi les délinquants qui s'engagent pour une cause deviennent des gens biens du fait de leur engagement meme si c'est pour une cause aussi démente que celle de daesh ou de n'importe quelle religion...

Journaliste tu as été, journaliste du monde tu es, journaliste du monde tu resteras sans pouvoir reconnaitre que le monde (le journal) verse, quand il ne se couche pas, du coté de la propagande étasunienne et donc hollando-valsiste.

Ce film est malgré les allégations de son auteur un tantinet victimaire. Il n'est pas anodin qu'il sorte au moment ou il faut redorer le blason de certains musulmans bosniaques ou kosovars...

Il serait utile de faire une émission avec des serbes, avec des "nostalgiques" de la YOUGOSLAVIE, des géopoliticiens capables de nous expliquer honnetement comment et surtout qui a permis la dislocation de la YOUGOSLAVIE, une invitation d'Emir Kusturica et de Goran Bregovic serait la bienvenue...

PS: du fait de son nom, le monde, la vision que l'on peut avoir de ce journal est tronqué car s'il s'interresse bien au MONDE, "le monde" a plutot tendance à relayer la propagande des Etats-Unis et de leurs satellites européens... Heureusement qu'il existe LE MONDE DIPLOMATIQUE dit LE DIPLO qui donne à voir une palette plus réelle de la diversité et de la singularité du MONDE. Il est d'ailleurs fort compréhensible et très encourageant que le DIPLO soit le journal français le plus lu sur notre belle planète.
Kusturica comme géopoliticien...
Il a construit Andricgrad une ville complétement artificielle qui mythifie une Bosnie uniquement serbe avec le soutien du potentat mafio-nationaliste local. Elle est située à Visegrad une ville où les Bosniaques furent égorgés puis balancés du Pont .. Il n'y a plus de Bosniaques à Visegrad. Il est difficile de comprendre la construction de cette nouvelle ville qui trace un trait sur le passé raconté justement dans le livre d'Ivo Andric auquel Kusturica prétend rendre hommage. Elle a aussi pour conséquences de soutenir les nouveaux habitants du coin (des déplacés serbes) dans une dénégation malsaine et qui n'est pas bon pour leur santé mentale.


Bregovic a pillé le repertoire des Roms sans leur payer un seul droit d'auteurs et en laissant mourrir le plus talentueux sans l'aider. Peut être que dans les affaires il est bon mais en géopolitique...

Pour finir c'est quand même dommage de faire appel systématiquement aux deux anciens amis dès qu'il s'agit d'évoquer cet endroit. Nul doute qu'ils ont du talent mais ils trustent une scène artistique très variée et non moins authentique et leur monopole donne une image vraiment incomplète de ce qui se passe là-bas.

Pour ce faire allez donc faire un tour sur ce blog (et comme on dit qui aime bien châtie bien):
http://yougosonic.blogspot.fr/2012/02/pour-en-finir-avec-emir-kusturica.html
Je crois que vous manquez le point. Il fait remarquer qu'il y a un point de vue qui n'est pas représenté du tout dans l'émission. Vous expliquez que les personnes citées représentant ce point de vue sont contestables. Évidemment qu'elles le sont (qui ne l'est pas ?), il n'empêche qu'un débat contradictoire est toujours très supérieur à un débat qui ne l'est pas. A la limite, proposez un point de vue pro serbe qui ne soit pas les noms cités. En habitué des plateaux ça nous laisse Slobodan Despot, par exemple.Aussi bien, Michel Collon a fait pas mal de travail sur ce sujet aussi.
Il y en a surement d'autres qui gagneraient à être connus.
Collomb a travaillé sur le Kosovo et s'y est rendu mais il pose le même calque sur la Bosnie alors que c'était complétement différent. En somme il fait l'erreur symétrique de BHL.
C'est un peu la même chose pour Despot qui est brillant sur le Kosovo et sur la Krajina mais sur la Bosnie il fait mine de croire que le problème était l'islamisation.

Je pense qu'il faudrait effectivement faire appel à d'autres personnes sur la Bosnie. Je pense au neveu de Djilas Stanko Cerovic ancien de RFI .

Enfin je me suis toujours interrogé si les pro-serbes défendaient effectivement les Serbes. On l'avait vu avec Milosevic qui avait laissé la Krajina aux Croates. On le voit avec Vucic le premier ministre serbe qui appelait à tuer 100 Bosniaques pour un Serbe tué et qui aujourd'hui brade son pays aux Emirats Arabes Unis toute en faisant les yeux doux à l'UE.

Des gens comme Mladic ont sali l'uniforme des officiers serbes qui se battaient dignement et héroïquement contre des Autrichiens brutaux et sans pitié. Dans ses carnets il écrit qu'il a traité pendant les années 90 avec certains militaires croates pour leur filer de l'essence et des munitions. Cela en dit son sur son amour de la patrie.
On peut aussi se reporter à l'excellent bouquin de Jacques Merlino, "Toutes les vérités Yougoslaves ne sont pas bonnes à dire". Tiens, Daniel, il devient quoi votre collègue Merlino ? Il était chef de la rédaction de France 2 à l'époque, excellent journaliste, me semble-t-il... disparu. Professionnellement s'entend : il fait pousser des oliviers en Corse je crois... quoi de mieux à l'heure de la retraite. Néanmoins, et étrangement, il n'a pas vécu la même guerre de Yougoslavie que ses collègues d'alors... d'où son livre, dont la parution fut suivie d'un poste d'envoyé permanent quelque par en extrême-orient je crois, et donc un enterrement professionnel de première classe. Mais je suis plus tout à fait sûr... difficile de savoir parce que, trouver une bio de Merlino sur le net, c'est coton ! Il a tout fait dans le journalisme, jusqu'aux plus hautes fonctions dans le service public... mais Wikipédia par exemple l'ignore totalement. Pas existé Merlino.

Je vais faire un truc étrange mais tant pis : un lecteur du bouquin de Merlino en a posté sur le net une critique à mes yeux aigüe et intéressante. Or, comme il a signé d'un pseudo empêchant que soit rendu à César... je ne peux citer son nom, mais vais tout de même copier ici les quelques phrases nées sous sa plume et postés le 15 septembre 2009 :

"La question Yougoslave est entendue: Les Serbes sont des nazis, les Croates et les Bosniaques des victimes bien sûr totalement innocentes et l'UCK une sympathique guérilla luttant pour la liberté et l'émancipation des peuples. Et BHL de défendre Izetbegovic; Et M. Finkielkraut de prendre le parti de M. Tujman au nom du "droit des petites nations". L'affaire était donc cousue de fil blanc: la Yougoslavie dépecée au nom du droit d'ingérence, la Kosovo indépendant... le tout sous l'oeil vigilant des Marines de Camp Bondsteel.

Ce livre ne propose pas une analyse géopolitique du changement des rapports de forces dans les Balkans suite à la chute du Mur. Il n'est pas ici question de l'analyse du remodelage de la région. Pour l'analyse de ces questions, les livres de M. Chauprade sont de bien meilleures références.
Il est ici question de journalisme; C'est à dire d'enquêtes sur le terrain, d'entretiens avec des dirigeants politiques mais également ... des responsables d'agences de communication et autres protagonistes de cette guerre si proche de nous mais finalement si peu connue.

Comment a-t-on réussi à persuader l'Europe et le Monde qu'une guerre illégale était nécessaire pour faire chuter le soi-disant Hitler des Balkans ? Comment les petits fils d'Ante Pavelic, actuels partisans du très antisémite M. Tudjman et compagnons de route de M. Gotovina ont pu passer pour des enfants de coeur à l'image de l'islamiste Izetbegovic ? Pourquoi des camps de prisonniers se sont transformés en camp de concentration puis en camp de la mort ? Pourquoi des crimes de guerres sont devenus des crimes contre l'humanité ... enfin d'un coté seulement ?

Ce livre souligne à merveille un phénomène qui a pris une ampleur sans précédent en raison de l'essor des technologies: la désinformation de masse. Ce sujet est d'autant mieux traité qu'il l'est par un journaliste de premier plan: Jacques Merlino, journaliste et rédacteur en chef adjoint de la rédaction de France 2. Il ressort de ce livre une réalité confuse et complexe, pas forcément évidente à appréhender. Une réalité en décalage avec la réalité fabriquée par les médias qui elle est toujours très simple, très claire, facilement intelligible, en un mot : Vendable.
Certains entretiens, en particulier avec James Harff, directeur d'une agence de relations publiques (Ruder Finn Globar Public Affairs) apportent un éclairage stupéfiant sur la façon dont est faite la guerre en cette fin de XXème siècle. Ces quelques lignes justifient à elles seules l'achat de ce livre.

Ce livre est prémonitoire en ce sens qu'il analyse la déformation des termes, l'utilisation à outrance de mots à fort contenu émotionnel, et la circulation en boucle de l'information dans les médias conduisant à la désinformation de masse. Ces même techniques seront reprises pour la première guerre du Golfe (affaire des couveuses montée de toute pièce) ainsi que pendant la seconde guerre du Golfe. L'affaire des charniers de Timisoara aurait déjà du nous amener à nous montrer plus vigilants ... Et pourtant.

Parce qu'une région du monde si complexe, avec une histoire si riche mais parsemée de douleurs et de souffrances, marquée par la colonisation, les conflits incessants mais également la cohabitation des peuples et des cultures ne saurait se contenter du simplisme et du manichéisme de l'analyse véhiculée par les médias, il est indispensable de lire ce petit livre qui a au moins le mérite de mettre les événements en perspective, de montrer que le noir est parfois gris foncé et le blanc souvent plus proche du gris clair ..."
Mais vous délirez, mon bon.
Si BHL et Finkielkraut (!) disent Blanc, c'est forcément Blanc. La suite de l'Histoire continue à le montrer.
Donc le massacre de Srebrenica ça n'existe pas ? merci de nous éclairer parce que jusqu'ici je faisais plutôt confiance aux journalistes et chercheurs qui ont épluché des centaines de docs, images, etc.

La complexité des Balkans et du monde a bon dos, car même si les salauds se retrouvent dans tous les camps, au final, il y a un petit truc qui s'appelle la responsabilité incompressible et qui est pour l'histoire une culpabilité que tout honnête homme (sans sexisme aucun: expression consacrée) doit pouvoir percevoir.
J'ai eu un élève bosniaque qui, après la découverte des charniers de Srebrenica s'absenta plusieurs semaines pour identifier le corps de son père. La guerre est toujours plus proche qu'on ne le croit.
@si aurait peut-être pu avoir un contrepoint intéressant avec quelqu'un de proche : Maja Neskovic.
Cf une interview (en bas de page) où elle donnait quelques éléments sur le ressenti Serbe vis-à-vis de l'U.E.
Très intéressant.
Hmm il n'y a rien en bas de page. Et elle n'est pas dans l'émission liée.
Je trouve une interview à écouter en bas de page.
C'est aussi ce que j'ai trouvé.
C'est la faute à Firefox. Chrome la voit.
Tout à fait d'accord ,je viens de poster dans ce sens ,je me suis d'ailleurs réjouie que le MONDE DIPLOMATIQUE ,aie très sensiblement augmenté ses ventes depuis l'année dernière .Ok sur votre analyse du MONDE il suffit de toute façon de savoir entre quelles "mains" il est pour ne lui accorder que peu de crédit ,depuis longtemps hélas il est dans la "pensée unique" néolibérale.
Cependant je ne ferai pas de procès d'intention à l'auteur du film ,même journaliste du monde ,il peut avoir une position originale ,n'ayant pas vu son documentaire je ne peux en juger sainement .
Ça fait du bien de voir des journalistes taper à raison sur le travail de leurs confrères et sur la course mortifère à l'audimat.
excellentissime !!!!!!!
Note : pour nos @sinautes suisses, Le Siège sera rediffusé le dimanche 3 avril à 22:05 et le mardi 5 avril à 00:20 sur la RTS Deux. Pour les Français, il faudra attendre la sortie en DVD, en septembre.
Merci de penser à nous :)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.