24
Commentaires

"Gonflage" Benalla sur Twitter : l'ONG qui accuse est-elle anti-russe ?

Qui est l'ONG Eu Disinfo Lab à l'origine d'une enquête sur le gonflage numérique de l'affaire Benalla ? Alors que le blogueur Olivier Berruyer y voit une "nébuleuse" focalisant sur l’ingérence russe, le directeur exécutif de l'ONG dément auprès d'Arrêt sur Images, faire une "fixette" sur le sujet.

Commentaires préférés des abonnés

Je ne comprends pas l'intérêt de faire un "fact-checking" très partiel de l'analyse de Berruyer (en lisant votre article on croirait que c'est lui le problème), alors que c'est la pseudo-etude de ces pseudos "fact-checkers" qui est effrayante de par (...)

Bon, vous avez bigophoné à Alaphilippe et il ne vous a dit que du bien de son "étude".


Et cela suffit à répondre à la question que vous posez dans le titre de votre papier ?


Comme "déconstruction de narration médiatique" j'ai vu mieux.



(...)

Le plus important me semble être que des fichiers listant les pseudos d'opposants à Macron s'intéressant à l'affaire Macron-Benalla ont été réalisés sous prétexte de cette "étude"  (dont des comptes non reliés d'aucune manière à la Russie, qui n(...)

Derniers commentaires

c est quoi cette enquete de m...e , c est  l' inventeur de bot Russe,  qui repond a vos questions, et vous ? avez vous contacter un seul des consultant ou employe ? franchment tout dans cet article et ceux que j ai precedement lu, donne a penser que le mec est un mytho, il discute avec des gens conseiller de president, vous y croyez ? moi pas. et vous balencez ses mensonges ou fanfaronnades comme si c etait vrai. Quand c est Le Media, vous en faites des entretiens, des coups de telephone, et la, que dalle, alors que le type n est rien, n a aucune importance a part celle qu il se donne et que vous accpetez , la honte, on voie comment l extreme droite et la manipulation qui embrouille les gens qui nont pas le temps de demeller vos affectes, prospère, sur la negligeance des bobos, et leur haine de la concurence a gauche, etonnant qu on est pas encore le feuilleton Le Media ici, ou la vous irrez chercher aussi des paroles non verifier ? ou vous preparez un dossier sur Le Media a la rentre ? afin de soutenir islapette.

Déjà, quand on voit le mélange des genres, entre recherche et  conseil aux entreprises, on peut considérer que la messe est dite.


Et quand ils disent ne pas désigner les russes dans les macronleaks, mais qu'ils disent des phrases comme "Mais vous ne verrez jamais les russes officiellement.", ben ça veut dire ce que ça veut dire. On ne les voit pas mais ils sont là.


Et si on parlait de la propagande atlantiste ? Ah non c'est vrai, ce n'est pas de la propagande, c'est simplement la démocratie.

NationBuilder....

Merci ASI de publier (enfin) un article regardant d'un peu plus près une officine atlantiste, même si certains ici ont critiqué votre article moi il ne m'a pas choqué, oui effectivement Berruyer ne plaît pas toujours mais ça c'est juste parcequ'il est honnête et donc va contre la propagande Atlantiste sans être pour autant un adorateur de Poutine ou autre, insupportable pour beaucoup...

Il est assez étonnant de se focaliser sur le "qui est quoi" et de ne rien dire du ou des fichiers libérés dans le nature , car si l'on survole la question , il s'agit bien d'un fichage comprenant une liste (entre autres cas) d'opposants à Mac , qu'en déduire d'autre ?

Bon, vous avez bigophoné à Alaphilippe et il ne vous a dit que du bien de son "étude".


Et cela suffit à répondre à la question que vous posez dans le titre de votre papier ?


Comme "déconstruction de narration médiatique" j'ai vu mieux.



Je crois qu'il y a erreur, le salarié doit être Martin Mycielski et pas Michel, "Ancien journaliste correspondant à Bruxelles" dont le CV nous dit surtout qu'il n'est pas foncièrement journaliste et qu'il est engagé politiquement a priori sur une ligne social-libérale, proche des Verts (cf le parti polonais où il a fait une campagne en 2007) . Sélection de quelques-unes de ses (multiples) activités passées :  


- 2015-2017. International Coordinator / Foreign Affairs Secretary pour le Committee for the Defence of Democracy


- 2009. Head of Cabinet, European Parliament, Managing the cabinet and 3 offices across Europe for an MEP


- 2008. Owner / Manager Remington Trade, Management of a small business importing IT hardware from the USA.

 

- 2008. Intern/Assistant to EP Vice President, Assisting the EP Vice President, mostly in the Foreign Affairs and Security and Defense committees. 


- 2007-2008. Regional Campaign Manager, The Democratic Party / ALDE (Warsaw)


Sa formation n'est pas professionnellement de journaliste et pour ses vues politiques, cette publication de sa part doit être assez claire : A 15-point guide to surviving authoritarianism .

Je ne comprends pas l'intérêt de faire un "fact-checking" très partiel de l'analyse de Berruyer (en lisant votre article on croirait que c'est lui le problème), alors que c'est la pseudo-etude de ces pseudos "fact-checkers" qui est effrayante de par sa méthodologie totalement orientée et sans la moindre base logique.


L'essentiel de l'article de Berruyer consiste à montrer combien la "méthodologie" de "l'étude" n'a aucun sens, et dès lors, conclut sur les nécessaires motivations politiques de la chose. En vous focalisant sur la conclusion sans reprendre à votre compte le bidonnage de l'étude, vous réduisez l'enjeu en un débat pro/anti-russe en partant de présupposés politiques des uns et des autres qui sans substance ne peut qu'echouer. Si jamais il s'agit véritablement d'une officine de propagande, ce que les faits laissent malgré tout supposer, vous attendez vous à ce que ses représentants le reconnaissent à votre micro ?


En lisant votre article, on a l'impression que comme dans les grands médias, ceux qui font de la politique masquée derrière des études douteuses et faussement objectives sont plus dignes de confiance que ceux qui font des analyses détaillées et transparentes et ne planquent par leur subjectivité, comme Berruyer. C'est un résultat dramatique.


Comme pour votre émission sur l' "enquête sur les conspis" je trouve que vous laissez de côté l'aspect méthodologie, effectivement... Moi, y'a un truc qui me saute aux yeux c'est qu'en faisant du data mining de cette façon sur des milliers de comptes, on trouve ce qu'on vient chercher... C'est à dire que si je cherchais des liens avec le bio par exemple, je trouverai probablement qques milliers de gens qui ont un lien ; c'est pas pour autant que le lobby du bio aurait "gonflé" l'affaire Benalla...


La non-distinction en tweet originaux et RT est aussi problématique...


Et enfin, je trouve assez "savoureux" qu'une ONG sensée analyser la propagation d'info crée elle-même un buzz autour de leur enquête (envoyer 2-3 phrases hasardeuses sur une enquête non définitive qui va évidemment être reprise déformée et amplifiée par les médias, c'était prévisible) Pas très éthique, scientifiquement parlant...


Je suis d'accord avec Berruyer sur le fait que le mélange ONG/société de conseil pue quand même pas mal du cul...


Autre aspect croustillant, pour une ONG qui "lutte contre le conspi", comment ça s'appelle quand on part de qques données qu'on monte en mayonnaise pour détourner l'attention de l'info ?

Du journalisme ?

On dirait que le biais de confirmation supplante la réalité d'une information , à la fin serait-ce celui qui hurle le plus fort qui remporte l'estampille "vérité-vraie" ?

Tout juste, le datamining ne s'improvise pas, c'est la porte ouverte aux corrélations douteuses. Illustrées par un site que j'aime bien ressortir et qui fait s'associer des courbes similaires qui n'ont rien à voir entre elles :




en tout cas l'Ong est loin d'être étique, parce que me retrouver dans un listing pour 47 retweete sans commentaire c'est la première fois que ça m'arrive et je suis assez en colère contre eux!

Le plus important me semble être que des fichiers listant les pseudos d'opposants à Macron s'intéressant à l'affaire Macron-Benalla ont été réalisés sous prétexte de cette "étude"  (dont des comptes non reliés d'aucune manière à la Russie, qui ne correspond qu'à certaines catégories dans la liste des champs ; il y aussi des gens qui ont juste posté sur l'affaire,  avec un nombre de tweets postés de "rumeurs présidentielles" ou de "désinformations" sans rien dans les catégories russes) et diffusés sans leur autorisation.


Pour le premier (1628 pseudos) les champs renseignés sont les suivants :
Intérêt RT / Sputnik
Macronleaks
Desinfo russe
Rumeurs présidentielles
Nombre de désinformations
Tweets sur le sujet
 


Donc une moitié de catégories sans rapport direct avec la Russie (ou même 4/6, si les macronleaks viennent des anonymous de 4chan et pas des russes).

Dans le second (plus de 50000 pseudos) juste un nombre de tweets est listé.


La CNIL en est déjà informée. Ses réponses à un twittos (Maxime Da Silva, un militant FI) qui demandait des informations sur ces fichiers où il était listé :


@CNIL   Message important | La @CNIL a bien été saisie de plaintes concernant l’étude menée par @DisinfoEU. Pour une gestion optimale de l’instruction du dossier, il n’est donc plus nécessaire de saisir individuellement la CNIL à ce sujet. Merci de votre compréhension.


Les personnes concernées par l’étude statistique de @DisinfoEU peuvent directement s’opposer auprès de l’organisme (http://disinfo.eu/#contact ) en motivant leur demande et en conservant une copie de leur démarche. Modèle de courrier : https://www.cnil.fr/fr/modele/courrier/supprimer-des-informations-vous-concernant-dun-site-internet … 


Perso c'est pas tant de "focalisation russe" que j'accuserais cette organisation, que de fichage illégal, qui pourrait être utilisé par n'importe qui et à n'importe quelles fins. Et l'excuse de la transparence (invoquée pour diffuser publiquement ces fichiers appelés BenallaDataset, une semaine après leur réalisation - sans dire qui exactement y a eu accès entre temps, et sans s'inquiéter des conséquences éventuelles pour les gens apparaissant ainsi associés à un complot russe*) ne tient pas. La liste pourrait être utilisée pour bloquer automatiquement des comptes, harceler ces opposants trop curieux ou les abreuver de fake news pour les discréditer et prouver après coup qu'ils en relaient. Ça ne semble pas être venu à l'esprit du diffuseur, ou il s'en lave les mains.  


* si évidemment DisinfoEU s'en défend et dit "vous êtes juste dans cette liste car vous avez beaucoup twitté sur l'affaire", est ce que les gens qui croient en sa théorie du complot le retiendront ?

La CNIL saisie de plusieurs plaintes : http://www.liberation.fr/direct/element/la-cnil-saisie-de-plusieurs-plaintes-apres-une-etude-sur-les-comptes-ayant-tweete-sur-laffaire-benal_85915/


Berruyer à propos de Vanderbiest : "Il se présente souvent comme doctorant, alors qu'il a eu en 2013 un Master en communication (logique pour un doctorant), et donne des cours de Média training."  

Eh bien oui, monsieur Berruyer, un doctorant est quelqu'un qui prépare un doctorat, il n'est donc titulaire (sauf cas exceptionnel de seconde thèse) que d'un Master (ou d'un DEA s'il est plus âgé).  

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.