50
Commentaires

Glypho-lobbying à Bruxelles : enfer, ce n'était pas une fake news !

Commentaires préférés des abonnés

Le gouvernement aux mains des riches ?

Noooooooon ?

C'est pas possible ?

On nous aurait trompé ?

A l'insu de notre plein gré?

Quelle surprise !

Quelle stupéfaction !

Quel coup de théâtre !

Vite ! ma trinitrine  !

(...)

Attention Daniel , vous allez avoir des problèmes ! 

Déjà que Ruffin est accusé par BHL d' "être une voie royale vers le fascisme ! " par BHL sous prétexte que Ruffin connaît Chouard qui connait Soral qui connaît Lepen...

D'ici à ce que le "même" (...)

"(le directeur de campagne de LREM, Stéphane Séjourné, scandalisé par la révélation, l'eurodéputé centriste français Jean Arthuis découvrant la pratique et expliquant "ce ne sont pas des sommes extraordinaires, mais c'est ridicule parce que ça fait n(...)

Derniers commentaires

"(le directeur de campagne de LREM, Stéphane Séjourné, scandalisé par la révélation, l'eurodéputé centriste français Jean Arthuis découvrant la pratique et expliquant "ce ne sont pas des sommes extraordinaires, mais c'est ridicule parce que ça fait naître des suspicions absurdes"),  /.../ Les cris d'orfraie des eurodéputés français sont cocasses.  Ainsi donc, ils ne s'étaient aperçus de rien ? Ils ne lisaient pas les brochures de leurs propres congrès ?  "


Beurk que cette langue me débecte. Oh que oui ce sont des cris d'orfraie, des manipulations du langage si courantes et si exaspérantes!


Ces fausses indignations sont rendues possibles par les formules journalistique du type:  " n'avez vous pas peur que ça donne le sentiment, l'impression que? " " Ne craignez vous pas que l'on pense que"


Il faut sans cesse faire un travail sur la langue et le discours. 


Parler de corruption quand il y a corruption que celle ci soit légale n'est pas un critère ! Plein de journalistes ont intégré cette idée fausse qu'il s'agit d'une qualification juridique et bien non c'est une qualification morale. 


Qui pour monter une contre-école de journalisme dans laquelle ce mot de corruption se substituerai aux euphémismes juridique type " prise illégale d'intérêt ou abus de bien social"


Une école dans laquelle on apprendrai à dire "qui a donné l'ordre au policier de mutiler des manifestants?" au lieu des circonvolution du type "n'avez vous pas peur de donner le sentiment d'une disproportion de l'usage de la violence" "ne craignez vous pas qu'on pense , à tort ou à raison, que l'usage de la force a été disproportionné"


Un journalisme qui bannirait les expression "frappes aériennes" " plans de sauvegarde de l'emploi"  "mortellement blessé"  ou encore les "senior" les "EPAD" . 


Un pouvoir qui nommerait Franck Lepage ou Acrimed à la tête du CSA . Ou je m'enflamme.





Rappel de quelques vérités:

- Bayer est pour le glyphosate.

- Les riches (Carlos Ghosn, Julia Cagé ...), qui prennent soin de leur santé, sont, à tort ou à raison, plutôt contre.

- Les pauvres, qui se rasemblent parfois sur les ronds-points, voudraient bien que les prix de Liedl n'augmentent pas.

- Le lobby démocratique des 10% les plus riches a réussi à faire tomber le géant aux pieds d'argile Monsanto dont Bayer a ramassé les miettes.

Dommage que votre billet sur le debunkage et le lobbying dérive vers du glyphosate bashing facile et gratuit. Pourtant, vous l'avez vous-même découvert dans l'émission que vous y avez consacré, le glyphosate n'est pas le mal.

Je ne comprends pas. Tout le monde vient de découvrir que "l'eau ça mouille" ou quoi ?



Pas mal d'arriver à caser Julia Cagé dans cette chronique ( sa reforme est intéressante mais ne va pas au fond des choses, ce n'est qu'une réforme en fait, aussi sympathique soit-elle ))! Imaginer M.LePen en redresseuse de tord ça me fait rire jaune . Pour une fois, elle est tombée juste, il faut dire qu'au vu du nombres de fausse nouvelles qu'elle propage, ça devait arriver un jour... C'est un peu désagréable à vrai dire, mais en même temps.... comme dirait l'autre ...


Faisons déraper le sujet sur un problème philosophique

Le hasard est-il le fruit du hasard?


Prenons le Venezuela, pays aux mains d'un parti indigène

et qu'un opposant veux mettre dans celles d'un pays étranger

aux visées d'accaparement des ressources

et au nom de l'aide humanitaire

Le hasard s'est insinué dans les dédales de la technologie

et a provoqué de toute pièce une panne d'électricité générale

Oh merveille du calendrier

Et l'on apprend que les USA sont devenus le plus gros producteur d'or noir


Prenons cet autre exemple plus près de nous

tandis que Macron développe "l'Homo Europeicus"

la cheffe de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer
au nom qui invite à lui proposer des myorelaxants

vient d'envoyer la balle dans les 22 mètres

en déclarant que Strasbourg doit aller à Bruxelles


Un coup de dés jamais n'abolira le hasard 


Et sur le sujet de la fille de Le Pen du Front National (appelons un loup un loup)

qui pour une fois ne faisait pas dans la fake-news

qui aurait jamais mis en doute que Bayer, Monsanto pour les intimes (appelons un....) ne soudoyait pas les partis de la démocratie Européenne


Illustration au sein des Travaux de la Commission pour l'interdiction du glyphosate Assemblée Nationale :

Mme Bénédicte Taurine, rapporteure. ....Les atermoiements de la majorité guidée par la parole présidentielle laissent agriculteurs et consommateurs dans l’incertitude. 

Plusieurs députés du groupe LaREM. Que d’agressions ! 

Vous êtes lourd, Daniel, avec votre ennième publicité pour la "solution" de Julia Cagé qui ne résoud aucun problème et en crée de nouveau (notamment le fichage politique des citoyens).


Quand vous n'avez pas assez de sous pour acheter à manger à la fin du mois, ponctuellement ou de manière chronique, les services sociaux de la mairie peuvent vous faire un bon d'achat. Ce bon d'achat est utilisable dans n'importe quel supermarché, mais en revanche, avec, vous ne pouvez acheter que de la nourriture: pas d'alcool par exemple.


Ben là, du coup, il suffit de faire pareil, sauf qu'au lieu de "nourriture", c'est un bon de "financement de parti politique". A retirer en mairie: Madame Untel a bien reçu son bon de financement de parti politique. Ou remis dans un bureau de vote en même temps qu'on émarge à une élection.


Des solutions valides pour empêcher le fichage politique des citoyens, y'en a des tonnes. Faudrait vraiment pas prendre cela pour un problème.

Mais vous n'êtes pas sans savoir que ce n'est pas la solution proposée par Cagé.

L'important dans la solution de Cagé, c'est d'abord la logique du diagnostic, puis les principes fondamentaux de la solution. Pas la couleur des tickets.

L'esprit plus que la lettre.

J'ai bien noté que, dans l'esprit, ça ne lui posait pas problème que l'Etat ait un fichier des opinions politiques de la population.

"Maintenant que vous en parlez, je me demande si Madame Cagé ne serait pas un peu nazi sur les bords."


Vous êtes sérieux ?

Ben, oui. Vous avez vu que ça lui posait problème vous ?

Et vous savez quoi ? Ca existe déjà et ça porte même un nom: financement public des partis politiques. Le parti pour lequel vous votez reçoit de l'argent de l'Etat. En plus c'est anonyme, aucun fichage des citoyens etc.


On peut bien sûr réformer ce système de financement public (qui pour le moment favorise les gros partis aux détriments des petits) mais instaurer un système parallèle foireux (comme le propose Mme Cagé), c'est juste stupide.




"un système [...] foireux"


Vous pouvez développer ?

Je vous en prie.


+ tous les autres défauts déjà évoqués (fichage des citoyens, etc).


Dans mon ancien lieu de travail (je ne sais pas si ça se fait partout), je recevais tous les ans dans ma boite aux lettres une enveloppe contenant des "chèques syndicaux". Chèques que je pouvais ensuite déposer dans la boite au lettre de n'importe quel syndicat représenté dans mon entreprise (ou même de plusieurs) et que celui-ci faisait ensuite valoir auprès de la direction.

Les chèques étant totalement anonymes, il n'y avait strictement aucun moyen, ni pour l'entreprise ni pour le (ou les) syndicats de savoir qu'ils venaient de moi.


Rien n'empêcherait d'appliquer un système similaire pour les partis politiques.

Ce serait une idée, mais ce n'est pas celle de Cagé.

Même réponse qu'au dessus. Il y a déjà un système qui permet ça, c'est le financement public des partis politiques.

Sauf que le financement public des partis politiques prend en compte les résultats des élections législatives. Dans l'émission, il a été montré combien c'était biaisé, avec tous les délais de latence, un nouveau parti politique ne peut prétendre à un financement public qu'après de longues années.

il me semble que Monsieur Le Gall n'a rien compris (lu ?) à la critique de Cagé.

J'ai lu, compris et montré les défauts de la proposition de Mme Cagé. Et je vous avais même proposé une solution qui a la même ambition mais qui est bien meilleure. Surtout ne me remerciez pas.

Rien n'empêche de réformer ce système pour le rendre plus juste. 


Reste le fait que de financer les partis en fonction des votes des gens marche bien mieux que ce que propose Mme Cagé, tout en n'ayant pas les défauts de fichage des citoyens ou de création de faux partis politiques que génère sa "solution".

Attention Daniel , vous allez avoir des problèmes ! 

Déjà que Ruffin est accusé par BHL d' "être une voie royale vers le fascisme ! " par BHL sous prétexte que Ruffin connaît Chouard qui connait Soral qui connaît Lepen...

D'ici à ce que le "même" vous accuse d'antisémitisme , parce que vous critiquez Bayer (finances internationales hein !) qui "sponsorise" ALDE qui finance LERM , y'a pas des kilomètres !


On notera au passage que le groupe dont le RN fait partie reçoit aussi de l'argent d'entreprises, certes moins, mais de l'argent quand même.

combien de personnes connaissent Julia Cagé ? et si on faisait du lobbying pour faire connaitre son idée ? Je mets 10 euro

Le gouvernement aux mains des riches ?

Noooooooon ?

C'est pas possible ?

On nous aurait trompé ?

A l'insu de notre plein gré?

Quelle surprise !

Quelle stupéfaction !

Quel coup de théâtre !

Vite ! ma trinitrine  !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.