127
Commentaires

Françoise, Leonard, Suzanne et Graeme

"Merci infiniment d'être là ce matin". L'adverbe signale une invitée exceptionnelle.

Derniers commentaires

Elle est pas morte Françoise Hardy?
Merci de ce commentaire qui rejoint juste mes pensées ce matin là. Je ne voyais vraiment pas l'intérêt de cette invitée et je supposait qu'ils n'avaient personne d'autre sous la main....
Moi aussi je n'en suis pas revenu en entendant F.Hardy dire qu'elle ne savait pas ce qu'était devenu Graeme Albright.

Il chante toujours, bien sur...et récemment encore pieds-nus ! Il habite a coté de Rennes et apparaît parfois à St Suliac, sur les bords de Rance,
pour donner un petit récital aux amis du coin.

Pourquoi est-il snober par les radios. Un début d'explication: il y a quelques années je lui avait rappelé notre rencontre à un spectacle de
solidarité , en 1973, à Besançon, au profit des grévistes de Lip. Il s'en souvenait avec émotion. Depuis il n'a pas arrêté de contester l'ordre établi dans ses chansons. Et, récemment, il faisait encore entonné par les spectateurs une Marseillaise pacifique...dont il avait fait distribuer le texte à l'entrée.

Tout cela est à l'évidence bien loin des préoccupations de Françoise Hardy.
Belle caricature de Maître Korkos; une ressemblance avec Jean-Pierre Marielle.
Pour DS il y a eu un "à voix nue" sur France Culture l'année dernière avec Graeme Allwright. Il parle de Leonard Cohen ici :

https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/graeme-allwright-35-letranger
Merci Monsieur Schneidermann pour ce petit billet .
Léonard Cohen est mort ? On ne me dit rien à moi, j'ignorais qu'il était vivant. Il ne peut pas être plus déprimant de toutes façons.

Un petit remontant un peu plus vivifiant pour retrouver le moral.

Light my fire !
Un poulsard Arbois Pupillin 10 ans d'âge donne une bonne idée de ce dont les jurassiens sont capables.
Merde; je ne savais pas que je pouvais faire du fric avec mon cancer.

Question : qui peut me dire à quel degré il faut lire Consensus?
C'est bien mesquin ces attaques en règle contre une femme qui a lutté avec courage contre cette terrible maladie qu'est le cancer en nous livrant avec beaucoup de pudeur ses doutes, ses souffrances mais aussi un message d'espoir dans un ouvrage remarquable dont on ne peut louer que les qualités littéraires.
Sa dernière prestation télévisuelle chez le toujours très modeste et bienveillant Laurent Ruquier ( qui veille avec une constance qui l'honore à inviter des artistes de qualité comme Sheila ou Mme Dombasle) fut remarquable d'intelligence et de lucidité.
Mais il est évident qu'une artiste qui, ces dernières années, a pris courageusement position contre le matraquage fiscal, l'augmentation inconsidérée des dépenses publiques ( et oui n'en déplaise aux hurluberlus qui ne savent pas gérer un budget, Mme Hardy a été sensibilisée à l'équilibre budgétaire, reprenant à son compte, l'adage du très pertinent JM Apathie: un pays doit se gérer comme un ménage, comme un bon père de famille), s'expose aux lazzis et sarcasmes de la gauche bien pensante.
Et pourtant, comme elle le souligne fréquemment qui achèterait les produits de luxe de l'industrie française s'il n'y avait pas de riches en France ?
Elle souligne également que seul le pragmatisme de la droite peut constituer une perspective d'avenir pour notre pays; gageons que les astres seront favorables à un homme d'expérience, qui a courageusement fait face à la crise financière lorsqu'il était aux responsabilités, nous pensons bien évidemment à Mr Sarkozy, qui sera à même de redresser l'état de notre économie en étroite collaboration avec le nouveau président des Etats-Unis dont on a bien tort de se gausser car lui, a créé, tout au long de sa vie de la richesse.
Nous manquons d'artistes engagés en France, souhaitons donc une longue vie à Mme Hardy qui pointe courageusement les ravages entraînés par l'assistanat et l'exode de celles et ceux qui fuient la France persécutés par des fonctionnaires du trésor public médiocres et envieux.
Pour conclure, applaudissons également sa réaction éclairée à l'annonce de la mort de Léonard Cohen, un artiste qui bénéficiait du soutien inconditionnel des journalistes interlopes de la presse boboïsante pour des raisons que l'on connaît ...contrairement à nos artistes nationaux comme Mr Sardou ou Mme Hardy, souvent moqués ou peu programmés sur les ondes du service public mais qui sont l'honneur de notre pays.
Un beau dessin d'Alain Korkos, le Zappa du crayon, il en explore toutes les possibilités.
Chouette de dessin de Alain Korkos
Aux souvenirs d'heureuses mélodies de consciences engagées, ma gratitude rétrospective.
Quant à Françoise Hardy, ses ritournelles infantiles m'ont toujours cassé les oreilles.
Après le prix Nobel de Dylan, l'insatiable internationale sioniste se trouve du nouveau combustible.
Ouf!! ça fait du bien ce billet !
Et cette Françoise, si intouchable, si au-dessus du panier de tout et surtout le panier du pov' monde! depuis sa ritournelle tous les garçons et les files de son âge, on a bien envie de l'envoyer c....avec ses problèmes d'amour à deux balles et autres états d'âme existentiels mélancoliques et rentables, ouais, c'est un peu bas mais ça nous venge un peu en effet de cet air du temps si désinhibé si décomplexé, si suffisant, si irresponsable, si CON, il faut bien le dire!
Cet air du temps qui peut produire des Trumps, des Macrons à tire larigot et qui après se demande ingénument mais comment se fait-ce? Mon amie la rose pue ce matin.
Merci pour cette chronique Daniel qui me donne envie de réagir.

Il et vrai que la réaction de Françoise Hardy à la mort de Leonard Cohen était très déplacée et son anecdote sur Dylan qui compose une chanson en 2/3 heures et Leonard Cohen en 1 an était très vacharde (un "laborieux" comme elle a dit), comme si le temps consacré à une composition était un critère déterminant. Je crois surtout qu'elle a un ego surdimensionné et qu'elle était vexée qu'on lui vole la vedette alors qu'elle venait faire la promo d'un ouvrage dont le but est sans doute de faire date. Au point de ne plus se rappeler qu'elle avait interprétée Suzanne ? Elle doit aussi être un peu conne quand même :-)

Je ne suis pas un grand fan de L. Cohen mais je reconnais que c'est une figure majeure de la musique de ces dernières décennies.

Je ne suis pas un fan de Françoise Hardy non plus. J'en suis longtemps resté aux "gnangnanteries" de ses débuts et aux quelques chansons plutôt écoutables qui, au fil du temps, passaient parfois à la radio. Ensuite, cet été, grâce à une série consacré à sa carrière qui passait sur France Inter, j'ai découvert qu'elle avait fait de très belles choses ("Dix heures en été" avec Rodolphe Burger par exemple).

Mais bon, son ego devrait-il en prendre un coup, si on compare l'un à l'autre, elle n'arrive quand même pas à la cheville de L. Cohen.

Quand à Graeme Allwright, dont elle ne sait pas ce qu'il est devenu, je suis content d'apprendre qu'il donne toujours des concerts. Et peut-être ne saviez-vous pas qu'il a aussi fait des chansons pour enfants ? J'avais acheté un livre CD pour mon fils (il y a longtemps de cela), très joliment illustré, avec des chansons très poétiques. Je me rappelle notamment une histoire avec une baleine. Mon fils et moi avions beaucoup aimé !

Il est vrai qu'à l'époque, je me suis dit qu'il s'était tourné vers ce registre parce qu'il était peut-être dans le creux de la vague et qu'il fallait bien vivre ? Peut-être… Mais peut-être pas. Quoiqu'il en soit, c'était très réussi ! Et tout de même beaucoup plus sympathique comme démarche que d'écrire un bouquin sur sa santé pour faire parler de soi. D'une certaine façon, il est resté fidèle à lui-même. En cela, sa carrière est plus belle que celle de F. Hardy.

Même chose pour Leonard Cohen qui n'a sans doute pas fait que des chefs d'œuvre mais qui, pour ce que j'en sais, est toujours resté fidèle à ce qu'il avait envie de faire. Ah oui, j'oubliais : lui aussi a écrit des livres. De la poésie et des romans…
J'apprends le déces de Léonard Cohen à la lecture de votre article.
Il avait repris il y a peu une belle chanson québecoise, [B]La Manic[/B].
J'ai découvert Léonard Cohen grâce Suzane, j'avais appris la version française lors d'un cours de guitare dans ma jeunesse.

Je ne savais pas trop que les chansons de Graeme Alwright étaient essentiellement des adaptations, je viens lire sur wikipedia que [B]Sacrée bouteille[/B] en était une.
Pour Alain joli coup de crayon
"Du haut de son immense répertoire, Françoise Hardy reconnait que Cohen a pu commettre quelques belles chansons."

Quand bien même le répertoire de Françoise Hardy ne serait pas immense (ses premiers albums le sont), faut-il avoir un certificat d'excellence morale pour ne pas être fan de Leonard Cohen ?
Merci D.S. ! tu vois quand tu veux ! graeme allwright etait et est un fantastique chanteur a qui nous devons cette belle adaptation de "qui a tué davy more" et tant d'autres...Ah ! enfin un peu de respect pour les vrais chanteurs !
On entend Françoise Hardy depuis au moins 20 ans sur France Inter pour nous raconter ses problèmes familiaux, ses souvenirs et ses états d'âmes. Au début ça allait mais maintenant elle squatte les antennes dès qu'elle sort un livre et nous les casse avec son astrologie quand elle nous ne les brise pas avec ses problèmes d'impôts. Elle fait carrément du prosélytisme.
Et cerise sur le gâteau Albert Cohen n'était pas un mélodiste. C'est une grand musicienne qui n'a composé presque aucune des mélodies qu'elle chante et qui ne fait jamais de concerts qui nous dit ça. Et sans doute qu'elle est trop occupée à faire tourner les tables pour se renseigner sur ce qu'est devenu Graeme Allwright. Elle se permet ensuite de faire des analyse sur l'élection de Trump. La géopolitique, c'est une sous discipline du jeu de tarot???
Et que dire du ton mielleux du journaliste. On a l'impression qu'il accueille le Dalai Lama et qu'il attend ses prédictions.
Qu'elle aille se faire lifter sur Saturne (ou dans une autre galaxie) et je lui souhaite bonne chance pour sa réincarnation en poulet d'élevage (avec un peu de chance elle sera sacrifié par un Augure new age).

Merci pour la redécouverte de Graeme Allwright.
J'adore Greame Allwrigth...Merci..
Il est non seulement toujours debout, mais également toujours vent debout. Y'a eu Renaud après lui oui mais lui on l'a pas eu. Il fait donc toujours des concerts très régulièrement, et toujours dans des petites mjc's pour que même des pauvres comme moi puissent viendre. Et ça c'est cool.
Manifestement vous n'avez pas entendu le billet de François Morel qui a restitué l'essence de la poésie de Françoise Hardy.
Au delà de ses lubies, ses préjugés de classe il y a une oeuvre mineure certes mais touchante.

L'insensibilité d'un poète aux œuvres d'autres artistes, ses centres d'intérêt bizarres aux yeux du pecus participent de sa personnalité, de son originalité.

Victor Hugo faisait tourner des tables et détestait Stendhal.
Et la liste est longue des artistes à préjugés sociaux.
A dix ans, je chantais très sérieusement : "t'as 3 enfants à faire manger, moi j'en ai 5 si ça peut te consoler" et aujourd'hui, je n'en ai pas.
Je chantais aussi "Jolie bouteille, sacrée bouteille" et je bois aujourd'hui beaucoup, beaucoup d'eau quand je cours.

J'ai une pensée affectueuse pour tous les rappeurs de dix ans, pour les enfants des familles homoparentales et pour tous les autres.
Petite demande de rectification aux mots "cette dénonciation des Trump du bagne" :
"Ted Holworth était un notable
Dont l'argent venait de la mer
Tous les paroissiens respectables
Admiraient sa piété de fer"
ce qui le différencie de Trump, qui n'a pas de piété de fer mais pour qui votent les paroissiens respectables.
Le monde est renversé, les salauds ne se donnent même plus la peine de paraître et les "honnêtes gens" se foutent d'admirer des salauds en votant pour eux
Merci, Daniel, pour cette lettre matinale quotidienne.
Chaque matin, je la lis avec gourmandise, et je l'apprécie chaque jour d'avantage.
Les péripéties d'un improbable dialogue avec un scooter-philosophe m'ont enchantée. La très juste analyse d'une omni-présence médiatique de Françoise Hardy (que j'ai adorée, adolescente) me fait réfléchir sur la paresse intellectuelle de nos médias, qui est en train de les envoyer vers l'abîme.
i>télé est en train de crever, la rédaction se bat avec un beau courage (23 jours sans salaire ... qui peut se le permettre aujourd'hui ?) face à un capitalisme froid, cupide, déconnecté, lointain et arrogant. Et Trump est élu Président des USA. Et, après Bowie... Léonard Cohen tire sa révérence. Tristesse ...
Plus que jamais, ASI a un rôle essentiel à jouer pour nous aider à comprendre ce monde pathétique et balbutiant, et pour résister à la tentation de la haine (comme elle se manifeste parfois ici même ...).
Encore une fois, merci Daniel et toutes les personnes d'ASI, vous faites un super boulot !
Françoise
Un clic en amenant un autre, je suis tombé là-dessus : la Marseillaise réécrite et interprétée par Graeme Allwright. Pas sûr que sa version humaniste et pacifiste soit d'actualité dans la France d'aujourd'hui.

P.S. : 2011, un maire ne veut pas de cette Marseillaise chez lui...
Pour ma part, j’ai baigné dans le côté mélodieux et mélancolique des chansons populaires française des années 60/70.
Mmmh, c'est booon…
Ainsi que la musique afro-américaine qui berçait mes oreilles.

Ceci dit, la Françoise a un caractère de merde, et sa réaction honnête me fait assez rire.

Si on fait dans la nuance, elle a été une icône pour plein de musiciens. Bob Dylan la cite dans une des ses chansons.
Le plus difficile, quand on est dans la peine, c'est de devoir supporter les imbéciles.
Un moment de grâce musicale.
Parmi d'autres qu'une Françoise Hardy ne peut imaginer... ou même apprécier.
Mélanger Françoise Hardy et Leonard Cohen, ça tient du crime contre tous les arts.
La France éternelle, Mesdames Messieurs, oui.
A la mort de James Brown, personne n'a parlé de funk ou, comme on a écrit Outre-Atlantique, d'invention de la musique noire. Les télés et les radios ont refermé le cercueil en deux phrases: il se droguait, il battait sa femme. Dans la France éternelle, l'acculturation et la médiocrité sont des sports assumés.

Quant à Françoise Hardy, son racisme en direction unique des maghrébins lui évite l'estampille "cerveau malade" qui devrait normalement lui interdire une antenne badine. Qu'elle aille au diable.
"La vieillesse [de Françoise Hardy] est un naufrage."
Je ne sais pas si cela répond à votre question Daniel :

Avec le groupe du lycée ( banlieue ouvrière lilloise) on chantait "Suzanne" et "Stweball", les "crayons de couleurs" et "Santiano". Graeme Allwright évidemment , et quelques chansons de Brassens ...il y avait parmi nous 2,3 joueurs de guitare sèche ...

A la maison, les frères et soeurs avaient arrêté l'école plus tôt : ils travaillaient , et on écoutait "Salut les copains", le hit parade : Claude François, les Beatles, et Françoise Hardy aussi...

De toute façon ça se terminait toujours par une déclaration définitive de notre père ( ouvrier tourneur ajusteur) qui affirmait que "tous ces jeunes ne savent pas chanter" et là le répertoire c'était Tino Rossi, Aznavour, des airs d'opérette, et aussi les choeurs de l'armée rouge ...
Frederika et moi n'avons pas oublié non plus Graeme Allwright, ni Leonard, ni les feux de camp, ni notre adolescence...
Ce matin on s'est réveillés tristes.
Bruno
Je l'ai entendu à Varetz en Corrèze il y a quelques années et je n'ai jamais oublié ses petites boîtes et bien d'autres.
Quant à Hardy, je ne sais à quel titre elle est invitée tant elle est insignifiante.
Elle ose pérorer sur l'immense Léonard, quelle impudence. Laissons la à sa con.....ie.
Et souhaitons pour LC que comme il nous l'a chanté, il était prêt pour le grand voyage.
Sombre et magnifique, le dernier album est sublime.
Beau billet...
Hardy n'est pas obligée d'aimer Cohen, elle a de beaux albums à son actif mais si c'est pour mettre en avant Calogero ou Julien Doré... Enfin bref...
Comme Bowie Cohen nous quitte juste après la sortie de son nouvel album Le nouveau Neil Young sort le 2 décembre je ne suis pas très rassuré.
Une nouvelle fois je copie-colle ce que j'ai dit sur la chronique de Alain Korkos
car je me fiche de Françoise Hardy ce matin, et hier depuis que je l'ai appris, et depuis avant hier quand le monde a changé et qu'un homme vile a pris le pouvoir, depuis qu'une "Human molotov cocktail" comme dit Michael Moore a été élu

So long Leonard,

so long Leonard...

l'heure de commencer à pleurer surtout aujourd'hui et peut-être réapprendre à rire vite, plus vite que l'on le croit aujourd'hui

sholem aleykhem, a brokhe oyf aykh
Merci Daniel d'avoir ramené tous ces souvenirs...
J'ai 32 ans et quelques souvenirs partagés, Daniel. Moi je chantais "Il faut que je m'en aille".
Et pour l'arrêt sur images :
Qui a tué Davy Moore
Le terme qui m'est immédiatement venu à l'esprit à propos de Françoise est "suffisante". Et après je me suis souvenu qu'elle s'est récemment et publiquement plainte de ses petits problèmes de riches qui gèrent mal leur argent et en rejettent la responsabilité sur le "trop d'impôts" qu'ils payent et d'autres termes, beaucoup plus vulgaires voire grossiers me sont venus...
uh uh petites boites c'est la première chanson que je me rappelle avoir écouté petit...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.