17
Commentaires

Franceinfo tente le fact-checking en direct (et sur Facebook)

Diffuser un micro-trottoir... en direct sur Facebook Live. La nouvelle chaîne de télévision Franceinfo, récemment épinglée par @si pour avoir relayé une fausse alerte attentat et pour avoir diffusé des directs en différé, se lance dans la "détox" en direct sur Facebook. Quarante-cinq minutes pendant lesquelles un journaliste interroge des passants pour "voir leur réaction" face à de fausses informations provenant, généralement, de la fachosphère. Une tentative audacieuse et innovante, mais un problème de droit à l'image.

Derniers commentaires

Pas terrible comme émission !

Une émission de décryptage de l'info avec des personnes informées et apprenants a chercher l'erreur serait bien plus utile que ce genre de traquenard sur la voie publique !
Il a rien d autre a faire que d'importuner des ptits vieux ? En essayant de leur tirer les vers du nez? pour que la france jeune bobo se moque de nos anciens?
Il n'y a que moi qui ait envie de recracher mon thé et d'hurler tellement ce "fact checking", "une tentative audacieuse et innovante" me parait une horreur absolue :
Non parce que je suis journaliste personnellement et ce que je vois c'est :

- des micro trottoirs, degré zéro du journalisme puisque aucune valeur hormis illustrative, (cf les reportages pendant les grèves)
- pris sans respecter a priori le droit à l'image, parce qu'en direct ;
- pas le temps pour que les personnes soient en mesure de réfléchir puisque la réponse est demandée immédiatement ;
- des questions fermées qui contiennent la réponse (ou est ce que vous allez y croire ?) ;
- la mise en scène du journaliste qui devient la figure centrale du dispositif ; modèle Petit Journal de l'infotainment
- la manipulation de personnes et un pacte de confiance brisé entre un interviewer et interviewé qui savent normalement tous deux dans quel rapport ils sont, sauf nécessité d'enquête avec un cadre de caméra caché bien précis et ponctuel ;
- la dévalorisation en direct, voire l'humiliation de personnes pour le plus grand plaisir (dégueulasse) de l'interviewer qui est très content d'avoir joué le rôle de chevalier blanc de l'info face aux imbéciles qui sont autour de lui ;
- la prétendue transparence "je vais me prendre des râteaux, je suis habitué" >> qui part du principe stupide d'une disponibilité permanente du public pour une interview ;
- l'auto-justification de la violence du mécanisme : "c'est facebook, c'est pas moi".
- Et bien sûr la petite leçon de morale : "il faut faire attention à ce qu'on voit sur internet", genre curé de l'info.

Oh, je sens qu'on va s'amuser avec cette nouvelle chaîne.
Je ne comprends pourquoi France Info, fait cela ??
Bien sur que il est en partie piégé par M.PAIN, il lui décrit l'image en disant que c'est des migrants.

Et autre détails pourquoi il se présente comme France Télévisions, France Infot et la chaine d'information de France Télévisions, Radio France, l'Ina et France 24 ? Il suffit juste de dire la chaine info du service public
Vu sur le site copains d'avant : Julien Pain est en fait le neveu de Jacques Legras et il a pour parrain Marcel Béliveau.
Sur le droit à l'image, il serait très intéressant de voir ce que jugerait un tribunal si un des micro-trottoirisés malgré eux le saisissait. Il ne me semble pas qu'il existe de jurisprudence sur des cas similaires.

On est ici à la lisière du droit à l'information. Un micro-trottoir à contenu pédagogique peut-il être considéré comme une nécessaire information du téléspectateur ? Le fait que beaucoup de gens refusent de répondre constitue-t-il éventuellement une information en soi sur le débat de société abordé ? Filmer des gens qui refusent de répondre est-il un "dégât collatéral" inévitable au vu du dispositif de retransmission en direct, mais justifié par le droit à l'information ?
Pour le droit à l'image, une première amélioration serait de flouter les visages pour la diffusion live...
Ce journaliste
fait partie des gens qui n'arrivent pas à imaginer que certaines personnes n'ont pas comme objectif de vie de passer à la tv.
Donc le mec ne respecte pas les droits des usagers qui payent pour qu'il bosse, et il va s'améliorer ? Ha oui . Les employés qui se trompent en France ce font virer pour beaucoup moins que ça, et lui le fait exprès, c'est pas une amélioration non , il espère que l'émission va tellement plaire que les gens auront trop envie d'y passer, mais pour ça faut des tournages ... c'est de la manipulation, immonde.
Soyons optimistes : si ce type d'émissions est appelé à connaitre du succès, les passants comprendront mieux la situation dans laquelle on les met et seront sans doute plus méfiants. Tout ce qui peut nous déniaiser et nous aider à comprendre comment fonctionnent les médias est positif.

Soyons optimistes : si ce type d'émissions est appelé à connaitre du succès, les passants comprendront mieux la situation dans laquelle on les met et seront sans doute plus méfiants. Tout ce qui peut nous déniaiser et nous aider à comprendre comment fonctionnent les médias est positif.

Déniaiser, exercer l'esprit critique, c'est une façon bienveillante de présenter les choses. Le revers de la médaille c'est d'installer la méfiance et la suspicion comme norme de comportement social. Parce-qu'effectivement, je partage l'impression de Julot Iglésias et du monsieur aux cheveux blancs que ce dernier se soit fait un peu piéger par J. Pain. Parce-que des caméras cachées très douteuses se multiplient sur les réseaux sociaux. Et surtout parce-qu'il paraît qu'en France, il y a une crise des institutions (confiance envers le 4eme pouvoir).

Si j'avais l'oreille de J. Pain, je lui dirais que son idée est bonne, mais qu'elle mérite d'être améliorée. Une piste pourrait être de faire un peu comme cl@sse télé: c'est à dire non pas de filmer des personnes prises au piège, mais de filmer une séance pédagogique et animée de fact-checking et de désintox médiatique dans la rue.

Perso, j'envisagerais de faire appel à un artiste de spectacle de rue: un circacien d'aujourd'hui n'a vraiment plus rien à voir avec les augustes d'autrefois. Certains transforment leurs spectacles vivants en mini expériences sociologiques. Le micro-trottoir ne doit plus vraiment en être un, mais devenir un happening. Il s'agit alors non plus d'interviewer des personnes face caméra, mais de filmer un mini-spectacle vivant en annonçant la couleur: les réactions du public sont filmées (d'ailleurs dans le cirque d'aujourd'hui, elles font partie intégrantes du spectacle).

J'ai quelques noms de circaciens talentueux si besoin. L'happening consistant à ce que l'artiste démonte un hoax médiatique avec l'aide d'un petit public. J. Pain étant la personne à qui l'on peut faire confiance: le monsieur loyal.
"Il a l'impression que c'est moi qui l'ai piégé", commente Julien Pain, après l'interview du monsieur aux cheveux blancs.
Est-ce vraiment faux ? Pain présente l'image ainsi : "C'est une image qui est présentée sur Facebook. C'est des migrants qui squattent des tombes dans un cimetière à Calais"...
"Il a l'impression que c'est moi qui l'ai piégé... ". Cette impression est un peu aussi la mienne.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.